Navigation – Plan du site
2007

Aurières, Cisternes-la-Forêt, Gelles, Heumes-l'Église, Prondines, Saint-Sulpice, Sauvagnat et Tortebesse

Responsable(s) des opérations : Guy Massounie
Notice rédigée par : Guy Massounie

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 84

Date de l'opération : 2007 (PI)

1Les résultats les plus probants de ces quatre années de prospection-inventaire (BSR 2004, p. 104-105 ; BSR 2005, p. 115-116 ; BSR 2006, p. 126-127, Guy Massounie) concernent les communes traversées par l’autoroute A 89 avec les travaux connexes du remembrement (Briffons, Bromont-Lamothe, Cisternes-la-Forêt, Gelles, Heume-l’Église, Prondines et Tortebesse), de même que celles dans lesquelles se pratiquent encore des labours (Puy-Saint-Gulmier, Saint-Hilaire-les-Monges et Sauvagnat).

2Les prospections ne couvrent qu’une surface limitée du territoire (moins de 5 %), mais, dans la mesure où les zones touchées par les travaux sont en tout point identiques à celles où il n’y a pas eu d’aménagements, on peut extrapoler les résultats obtenus pour esquisser un schéma de l’implantation humaine.

31. L’espace des Combrailles est peuplé depuis la Protohistoire jusqu’au Moyen Âge, avec parfois continuité d’occupation sur un même site. Il faut donc constater qu’un espace, considéré a priori comme répulsif, n’a pas empêché l’installation des populations.

42. Les trois sites de l’âge du Bronze (bracelet(s), moule à couler les haches et pot de stockage) montrent bien qu’une population sédentaire et conséquente habite déjà ces espaces.

53. À l’époque gallo-romaine, on remarque une explosion du nombre d’habitats : les sites semblent occuper tout l’espace, quelle que soit l’altitude et y compris dans les zones aujourd’hui humides. La céramique, lorsqu’elle a pu être recueillie en quantité suffisante, est caractéristique du haut Empire. Il faut noter la présence des élites à travers un réseau dense de villae (une quinzaine repérée), sans qu’il soit possible, pour l’instant, d’expliquer les raisons de l’attractivité de cette région.

64. Les deux voies romaines majeures :

7      - celle dite Aquitanique qui reliait Lugdunum à Mediolanum-Santonum (par Augustonemetum et Augustoritum), vraisemblablement achevée au début de notre ère,

8     - et celle datée sans doute du milieu du Ier  s. et permettant, à partir de la première voie, d’atteindre Burdigala,

9ont joué un grand rôle dans cette implantation et cela sans doute dès l’origine comme le montrent les céramiques précoces récoltées. Cependant on constate que les territoires qui en sont éloignés (de 2 km à 8 km sur la commune de Cisternes-la-Forêt par exemple) présentent une même densité d’habitats.

105. Au Moyen Âge, les sites repérés semblent installés sur le haut des pentes, en bordure des espaces occupés de nos jours par les villages et hameaux. Par ailleurs, dès le XIe  s., comme les bâtiments des congrégations religieuses, les mottes et châteaux se situent conventionnellement sur les hauteurs d’où ils permettent le maillage du territoire. L’atelier de potier carolingien (au Cheix) laisse supposer la présence d’une population importante, même si seulement trois sites de cette période ont été repérés.

11Ces informations restent limitées car, comme il s’agit uniquement de résultats de prospections (la seule fouille effectuée est celle de Puy Gilbert à Prondines par André Rebiscoul, BSR 2003, p. 102-104), le mobilier recueilli renseigne sur la chronologie, mais ne permet pas de connaître les facteurs qui ont pu attirer ces populations. C’est pourquoi, en 2007, je me suis orienté vers la recherche des traces d’activités minières : en effet nous sommes dans le même environnement géologique que celui du Limousin, région dans laquelle L’or des Lémovices a fait l’objet d’études très importantes (Béatrice Cauuet et Antonia Toledo I Mur, entre autres). J’ai ainsi repéré plusieurs structures (de tranchées et talus), identiques à celles reconnues en Creuse ou en Corrèze comme des « minières ».

12Massounie Guy

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Guy Massounie, « Aurières, Cisternes-la-Forêt, Gelles, Heumes-l'Église, Prondines, Saint-Sulpice, Sauvagnat et Tortebesse », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Auvergne, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/5861

Haut de page

Responsable d'opération

Guy Massounie

BEN

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals