Navigation – Plan du site
2007

Les formes de l’habitat durant l’âge du Fer dans le Var

Responsable(s) des opérations : Jacques Bérato et Richard Vasseur
Notice rédigée par : Jacques Bérato et Richard Vasseur

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 8207

Date de l'opération : 2007 (PC)
Inventeur(s) : Bérato Jacques (ASS) ; Vasseur Richard (ASS)

1Dans le Var, aucune étude synthétique concernant les caractéristiques diachroniques de l’habitat de l’âge du Fer et leur éventuelle spécificité ne pouvait servir de base référentielle. De ce constat est né ce projet collectif de recherche.

2Nous avons réalisé en 2007 la bibliographie, une typologie diachronique de la céramique modelée en l’absence d’uniformisation dans la typologie des formes et commencé la mise à jour des 1192 fiches concernant l’âge du Fer. Les prospections ont été limitées aux com­munes du Muy et de Roquebrune-sur-Argens.

3Ont été recensés soixante-douze sites de l’âge du Fer, dont la majorité est située en zone collinaire, dans le massif rhyolithique de la Colle du Rouet et du Coulet Redon, ainsi que dans la partie septentrionale du massif des Maures.

4La dépression permienne apparaît peu occupée, les alluvions récentes devant masquer des sites.

Les habitats groupés et fortifiés de hauteur

5Dix-huit habitats groupés et fortifiés de hauteur sont recensés selon trois types d’enceintes :

  • enceinte de type appui sur à-pic : neuf sites, dont deux sont composés de trois enceintes concentriques et sept d’une enceinte unique. Il existe quatre avant-murs au Rocher de Roquebrune-sur-Argens.

  • enceinte de type éperon barré : cinq sites, dont quatre avec un mur unique et un avec trois murs successifs.

  • enceinte de type figure géométrique fermée : quatre sites avec une enceinte unique ; un seul avant-mur.

6On est frappé par le peu d’espace à l’intérieur de l’enceinte compatible avec l’habitat sur les sites des Enfers et des Tilleuls, établis sur un éperon rocheux escarpé et chaotique. Les vestiges de murs de cases sont à parement interne et externe avec le plus souvent les blocs plantés de chant. Au Rocher de Roquebrune, leur plan est original, avec parfois un côté absidal et systématiquement une porte en couloir perpendiculaire à un petit côté en blocs plantés de chant.

7L’habitat groupé et fortifié de hauteur est présent dès le premier âge du Fer. Les occupations de la fin de l’âge du Fer sont les plus nombreuses. Le second âge du Fer est le moins représenté. Les portes à recouvrement (quatre) sont présentes dès le premier âge du Fer.

Les habitats ouverts

8Les habitats ouverts sont principalement situés en zones collinaires de part et d’autre de la dépression permienne.

9Un type d’occupation se caractérise par des enclos de dimensions variables.

10Aux Déguiers et aux Preyres, des zones avec de riches concentrations en mobilier, séparées par de larges espaces stériles, suggèrent des habitats groupés.

11Sur le rocher de Roquebrune se retrouvent deux habitats de hauteur groupés et ouverts.

12Une majorité de sites ouverts est datée globalement de l’âge du Fer grâce à la présence de céramique modelée, sans que l’on puisse apporter plus de précision en l’absence de forme identifiable. Les enclos sont présents du premier à la fin de l’âge du Fer.

13Les sites ouverts de la dépression permienne sont pour la plupart encore occupés après le changement d’ère. En revanche, les habitats groupés et fortifiés de hauteur et les occupations ouvertes collinaires sont tous abandonnés avant le dernier quart du Ier s. av. J.‑C.

Les abris-sous-roche

14Deux abris-sous-roche au Muy, le Saint-Trou et San Luen, sont occupés à la fin de l’âge du Fer.

Les tumulus

15Deux tumulus sont signalés sur la commune de Roquebrune-sur-Argens.

Conclusion

16On ne relève pas, durant tout l’âge du Fer, de grands bouleversements de la culture matérielle dans le Var.

17L’habitat groupé et fortifié de hauteur, qui apparaît dès le premier âge du Fer indépendamment de toute influence étrangère et avant toute importation de produits allogènes, est présent jusqu’au troisième quart du Ier s. av. J.‑C. La technologie des moyens de défense, qui n’est adaptée qu’à une poliorcétique indigène, ne connaîtra que quelques rares nouveautés à la fin de l’âge du Fer.

18Pour l’édification des cellules de vie on passe, à la charnière entre le premier et le second âge du Fer, de la construction en matériaux périssables à un autre type – où leur usage ne peut être que partiel – avec apparition de bases de murs en pierres avec parement intérieur et extérieur, dont les blocs sont souvent montés de chant.

19En milieu ouvert l’habitat individuel ou groupé, avec un type particulier d’enclos avec pièce de vie, est présent durant tout l’âge du Fer.

20Les phases de passage entre les trois grands faciès des productions de céramique modelée sont progressives et ne correspondent pas à des changements brutaux sociologiques, bien que les dernières productions coïncident avec l’affirmation de la présence romaine.

21Durant tout l’âge du Fer, le nombre des habitats groupés et fortifiés de hauteur est inférieur à celui des habitats ouverts groupés ou dispersés.

22Il existe au second âge du Fer une légère baisse du nombre de sites occupés par rapport au premier âge du Fer. Son explication peut être en relation avec des causes multiples, qui peuvent d’ailleurs interférer entre elles – baisse démographique, appauvrissement des sols agropastoraux avec diminution de la production vivrière, diminution des échanges et rareté du matériel marqueur.

23À la fin de l’âge du Fer, il y a une forte augmentation du nombre des habitats groupés et fortifiés de hauteur, dont certains sont paradoxalement créés alors que la présence romaine est effective, ainsi que des habitats ouverts groupés ou dispersés, très vraisemblablement liée à une poussée démographique et à une volonté de se rapprocher des terres cultivables de plaine et de piedmont.

24Une nouvelle appréhension de la structuration du paysage et des formes de l’habitat, durant l’âge du Fer, ressort de notre enquête.

25BÉRATO Jacques et VASSEUR Richard

26Équipe prospection : J. Bérato, R. Vasseur, J.‑P. Thoury, L. et M. Berre.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jacques Bérato et Richard Vasseur, « Les formes de l’habitat durant l’âge du Fer dans le Var », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Provence-Alpes-Côte d'Azur, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/6056

Haut de page

Responsables d'opération

Jacques Bérato

ASS

Articles du même responsable de fouilles

Richard Vasseur

ASS

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals