Navigation – Plan du site
2007

Montrond-les-Bains – ZAC des Bergères

Responsable(s) des opérations : Vincent Georges
Notice rédigée par : Vincent Georges

Entrées d’index

Nature des opérations :

Expertise (EX)
Haut de page

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 229345

Date de l'opération : 2007 (EX)

1Ce diagnostic a été effectué sur une superficie de 7 ha dans un secteur sensiblement hydromorphe d’une ancienne terrasse de la Loire.

2La plus ancienne trace d’occupation relevée lors des sondages correspond à un paléosol enfoui sur un versant de paléovallon au nord de la ZAC. Une concentration de tessons permet de faire remonter ce sol ancien à l’âge du Bronze final. La pédogenèse prononcée de cet ancien sol conforte cette datation (V. Georges et S. Cubizolle, 2007). Le recouvrement supérieur marque un processus de colmatage postérieur par colluvionnement. L’axe du vallon présente des traces d’activités hydrologiques sous forme de banc de sables, tandis que le cours d’eau se trouve actuellement très encaissé.

3Hormis quelques traces parcellaires diffuses non datées au sud de l’aire sondée, une zone d’habitat médiéval a pu être mise en évidence. Une série d’au moins six excavations distinctes subquadrangulaires ou oblongues se concentrent au nord-est de la ZAC à proximité du vallon précité. Ces structures archéologiques sont subaffleurantes et profondes de seulement une vingtaine de centimètres et entaillent le substrat graveleux de la terrasse alluviale. Certaines présentent des concentrations apparentées à des soubassements de mur et d’autres à des radiers d’assainissement. La taille des structures excavées oscille autour d’une vingtaine de mètres carrés.

4Une excavation large de 5 m se distingue par sa longueur exceptionnelle (15 m) et son orientation est-ouest. Les reliquats d’une abside au niveau de la semelle de labour laissent envisager la présence d’un oratoire au sud de la concentration des fonds de cabane. Aucun indice de sépulture n’a été enregistré lors du diagnostic à l’intérieur ou en pourtour immédiat du bâtiment. La forte hydromorphie des lieux, sans doute responsable de la faible profondeur des fonds de cabane, est sans doute un sérieux frein à l’implantation de sépultures de ce qui pourrait être un simple oratoire sans droit de sépulture. L’hypothèse d’une grange ou d’un curtis est, en l’état des sondages effectués, tout aussi plausible. Le soin accordé aux soubassements (radier à plusieurs niveaux et murs) montre l’importance du bâtiment vis-à-vis des fonds de cabane de conception plus rudimentaire. Le mobilier céramique suggère la contemporanéité de l’ensemble des structures. Les céramiques présentes sur ce site médiéval indiquent une homogénéité chronologique relative dans le créneau chronologique des XIe s. et XIIe s. apr. J.-C. (étude mobilier : A. Horry).

5Tant par son mobilier archéologique que par la nature de ses structures, le site reprend les caractéristiques de l’agglomération médiévale du site de Bel-Air mis au jour sur la commune proche de Saint-Laurent-la-Conche, à moins de trois kilomètres. Le site des Bergères serait moins étendu que celui de Bel-Air à moins qu’il ne s’étende en direction de l’est, hors de l’emprise des sondages.

6Les chartes foréziennes disponibles sur ce secteur de la plaine du Forez indiquent d’importants remaniements du maillage seigneurial liés à de multiples donations de petites dimensions à l’abbaye de Jourcey. Une communauté exploitant des tenures se sera dans tous les cas établie avec la volonté ou l’accord de l’autorité seigneuriale locale. La proximité du château (connu dès le XIe s.) suggère que cette seigneurie a été directement ou indirectement concernée par cette implantation.

7GEORGES Vincent

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Vincent Georges, « Montrond-les-Bains – ZAC des Bergères », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/6778

Haut de page

Responsable d'opération

Vincent Georges

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals