Navigation – Plan du site
2007

Lyon 5e « Lugdunum »

Ancien hôpital de l’Antiquaille
Responsable(s) des opérations : Christine Becker, Emmanuel Bernot, Étienne Hofmann et Émilien Bouticourt
Notice rédigée par : Étienne Hofmann, Christine Becker, Émilien Bouticourt et Emmanuel Bernot

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 229433, 229620, 229504, 229505 et 229635

Date de l'opération : 2007 (SD) ; 2007 (EX)

1Le clos de l’Antiquaille, situé sur le flanc est de la colline de Fourvière, à proximité immédiate des théâtres antiques, centre de la ville romaine, offre une vue panoramique unique sur l’ensemble de la cité. Cet emplacement exceptionnel, remarqué sans doute dès l’époque romaine, incita un lettré du XVIe s., Pierre Sala, écuyer du roi, à construire dans ce clos « une maison des champs » où il se retirait pour écrire et recevoir des personnages importants dont le roi de France François 1er.

2Les Visitandines l’achetèrent au début du XVIIe s. pour y installer leur couvent et y restèrent jusqu’au XIXe s. époque à laquelle les Hospices civils installèrent un hôpital pour les aliénés et les maladies vénériennes (Fig. n°1 : Plan des emprises de sondages et des études de bâti). En raison de sa situation privilégiée et de sa longue histoire, ce site tient une place particulière dans l’imaginaire des citoyens lyonnais habitués à voir l’ancienne bâtisse, assez austère, des Visitandines ponctuer la colline de ses trois tours.

3La libération de ce clos par les Hospices civils offre à Lyon l’opportunité d’une opération importante de restructuration urbaine au cœur du Patrimoine mondial de l’humanité. Cette opération qui mêle réhabilitations, démolitions et reconstructions accompagnées de la création d’une nouvelle voierie et de nouveaux réseaux, ne pouvait se faire sans une forte présence de l’archéologie.

4Tenant compte de ces différents éléments, la DRAC (service régional de l’archéologie) a prescrit des diagnostics tant au niveau du sous-sol sur le tracé des futurs réseaux (diagnostic sur les aménagements extérieurs) et des parkings (diagnostic parking sud et bâtiment C), qu’au niveau des élévations des bâtiments anciens de la maison de Pierre Sala (diagnostic bâtiment M2) et du couvent des Visitandines (diagnostic bâtiments G et D).

5Ces diagnostics furent pris en charge par le service archéologique de la ville de Lyon et les résultats obtenus, en confirmant la présence d’un patrimoine archéologique très riche, sont à la hauteur des espérances.

6BECKER Christine

Montée Saint Barthélémy, bâtiment M2

7Au printemps 2007, un diagnostic archéologique a été réalisé dans la partie nord du bâtiment M2 mitoyenne avec le bâtiment H qui fait l’objet de travaux de réhabilitation. L’intervention archéologique a permis de mettre en évidence plusieurs états de construction. Le plus ancien remonte à l’époque antique, les autres sont plus récents, dans une fourchette chronologique qui va du XVIe s. jusqu’au XXe s.

État 1 : les vestiges antiques

8Un mur antique, sans doute destiné à soutenir une terrasse, a été repéré à l’arrière des arcades qui portent la façade principale (est) située dans l’emprise du diagnostic. Le parement du mur antique présente des arrachements de voûte et de contreforts détruits par les constructions ultérieures. Toutefois, ce mur se prolonge du côté nord dans la tour et du côté sud (hors diagnostic) où il est entièrement conservé sur une travée. Les indices archéologiques enregistrés ont permis de proposer une restitution de l’aspect d’origine de ce mur. Il est possible que ce mur corresponde aux vestiges décrits par les divers auteurs anciens.

État 2 : les vestiges du début du XVIe s.

9Dans le premier quart du XVIe s., Pierre Sala fait ériger une maison qu’il nomme l’Antiquaille car des vestiges antiques apparaissent lors des travaux. Les écrits anciens suggèrent que les cinq arcades visibles sur les enluminures de l’époque figurant sa maison sont d’origine antique. C’est ce que semblent confirmer les résultats du diagnostic. De la construction de Pierre Sala, il a été retrouvé un contrefort d’angle qui vient doubler le mur antique et donne la limite nord de la maison. Des observations complémentaires montrent en effet que la cette construction s’appuie sur des arcades antiques et que la maison se prolongeait plus au sud du contrefort d’angle jusqu’à la tour centrale du bâtiment D.

État 3 : les vestiges de la fin du XVIe s.

10Ce troisième état coïncide avec les travaux d’agrandissement réalisés vers 1580 par la famille Buatier après qu’ils aient acquis la maison de Pierre Sala. Les travaux consistèrent, entre autres, à l’agrandissement vers le nord du premier logis en s’appuyant sur le contrefort d’angle de la maison de Pierre Sala. La lecture archéologique de la partie nord du bâtiment M2 montre que les Buatier ont détruit au moins quatre travées de voûtes d’un mur antique pour reconstruire deux arcades de grande dimension. Au nord de cette extension a été reconnue une aile en retour d’équerre, un peu à l’image de la maison représentée sur le plan Maupin de 1625. À l’exception des fenêtres, il reste de cette maison le mur de façade orientale et la façade secondaire sur trois niveaux.

État 4 : les vestiges du XVIIe s.

11Au XVIIe s., les Visitandines transforment la maison des Buatier en couvent. La partie nord du bâtiment M2 conserve de cette période la tour bâtie en 1672-1673. Il s’agit d’une extension, par l’est et le nord, de l’aile de la maison des Buatier. La charpente et le plafond qui couronnent la tour sont également à dater de cette période. Les différentes fenêtres de la façade principale de la maison et de la façade secondaire sont vraisemblablement des créations des Visitandines. Ces ouvertures semblent reprendre l’emplacement des fenêtres de la maison Buatier. Enfin, les aménagements intérieurs du rez-de-chaussée du logis (niveau 3) dateraient également de cette période.

État 5 : les vestiges du XIXe s.

12Les travaux du XIXe s. dans la partie nord du bâtiment M2 sont marqués par la création dans la tour d’un escalier rampe sur rampe. Les textes et les observations archéologiques vont dans le même sens et situent les travaux dans la première décennie du siècle. Avec moins d’assurance, nous plaçons à la même période et à la même phase de chantier la création d’une voûte en berceau au rez-de-chaussée de la tour (niveau 1). Enfin, il semblerait que le découpage de la tour sur les trois premiers niveaux ait été dicté par la création de l’escalier : voûtement, donc, du premier niveau et installation de plafonds à la française entre les niveaux 2–3 et 3–4.

13BOUTICOURT Émilien

Rue de l’Antiquaille, bâtiments D et M2

14En septembre 2007, un autre diagnostic archéologique a porté sur le bâti intérieur des bâtiments D et M2. Ce diagnostic a également été l’occasion de surveiller le creusement d’une fosse d’ascenseur au niveau de l’ancienne cage d’escalier, au rez-de-chaussée du bâtiment M2.

15Ces sondages ont permis de mettre au jour des éléments appartenant à l’ancienne maison construite au début du XVIe s. par Pierre Sala, ainsi qu’à son agrandissement au cours de la seconde moitié du même siècle par les Buatier. Le mur nord de la maison Sala se situerait au droit d’un contrefort d’angle encore visible sur la façade extérieure du bâtiment D, côté est. Un prolongement de ce mur a été découvert dans le sondage réalisé au rez-de-chaussée du bâtiment M2. Uniquement conservé en fondation, ce mur présente une orientation nord-est – sud-ouest légèrement différente de celle de sa partie conservée plus à l’est. Ce changement d’orientation est toutefois perceptible ici, au niveau de son parement nord. La partie occidentale de la maison Sala s’étendait donc au-delà de l’ancienne cage d’escalier du bâtiment M2.

16Durant la seconde moitié du XVIe s., les Buatier agrandissent la maison en direction du nord. Une portion du mur de la façade occidentale de cette extension a été mise au jour au niveau du mur de l’ancienne cage d’escalier du bâtiment M2 : la moitié nord de ce mur correspondrait, en effet, à ce mur de façade. Une fenêtre dont la stylistique est attribuable au XVIe s., y a été découverte.

17Au XVIIe s., lorsqu’est construit le couvent des Visitandines, la partie sud du mur oriental de la cage d’escalier située au rez-de-chaussée du bâtiment M2 est construite dans le prolongement du mur de façade des Buatier et une porte y est aménagée. Au niveau des premier et second étages, ce mur est également reconstruit sur toute sa longueur et une porte est aménagée au deuxième étage, dans sa partie nord. C’est également à cette époque que semble démolie la partie arrière de l’ancienne maison Sala, côté ouest, découverte dans le sondage de la fosse d’ascenseur. Son emplacement est désormais occupé par l’aile nord du cloître. Toutefois, un mur, orienté sud-ouest – nord-est et présent dans cette aile, pourrait témoigner d’un premier état du couvent. Sa construction semble de peu antérieure à celle du cloître.

18Du couvent du XVIIe s. sont conservées les ailes nord et ouest. Les fenêtres du second étage de l’aile nord sont d’origine ; celle située à son extrémité orientale est une fenêtre héritée du XVIe s. et réemployée à cet emplacement dès la construction du cloître. Par contre, toutes les fenêtres du premier étage de l’aile nord ont été reconstruites. En ce qui concerne la façade occidentale du bâtiment D, il ne demeure plus de traces visibles des constructions du XVIe s. au niveau des premier et deuxième étages.

19Enfin, le XIXe s. est marqué par d’importants travaux. Il s’agit tout d’abord de la surélévation de l’angle sud-ouest du cloître, au-devant de la chapelle. à la fin de ce même siècle, l’aile orientale est entièrement reconstruite ainsi que la partie est de l’aile sud jusqu’au-devant du grand escalier. Signalons enfin que certaines fenêtres présentes sur la façade orientale du bâtiment D, côté nord, comportent des éléments de piédroits en réemploi, hérités du XVIIe s. voire du siècle précédent et replacés là à l’occasion de la reconstruction de cette partie du couvent.

20BERNOT Emmanuel

L'emprise du futur bâtiment C

21L'emprise de ce projet couvre une superficie de 2 860 m2 sur laquelle dix sondages ont été ouverts, totalisant une surface de 315 m2. Cinq d'entre eux ont livré des vestiges et huit ont atteint le terrain naturel.

22Cette première approche a permis d'établir que le relief actuel n'a que peu de points communs avec la topographie antique. L'approche géomorphologique a permis d'établir qu'une dépression naturelle située dans la partie ouest de l'emprise était à l'origine de la création, dès l'Antiquité, d'un système de terrasses qui s'étalaient vers le sud selon une altimétrie décroissante. C'est dans ce cadre que prend place une occupation dense, dès le début de notre ère et peut-être même avant. Bien que dégradés, les vestiges présentent les caractéristiques propres à un espace urbain. Un escalier maçonné, un hypocauste, un sol en mosaïque, un réseau d'assainissement et peut-être même une voie bordée d'un portique feraient du site un quartier urbanisé dès la seconde moitié du Ier s. av. J.-C.

23Malgré la perception restreinte offerte par un diagnostic et les destructions occasionnées par les bâtiments modernes, certaines caractéristiques se dessinent pourtant. Une ou plusieurs phases de réaménagement semblent se succéder, notamment des rehaussements des niveaux de circulation, illustrés par une surélévation de la fondation du portique supposé ou la construction de l'hypocauste qui condamne l'escalier et relève le niveau fonctionnel de plus de deux mètres.

24Le site paraît abandonné au tournant des IIe s. et IIIe s. et sert alors vraisemblablement à approvisionner en matériaux de construction les quartiers des bords de Saône. La récupération reprend lors de l'édification de la maison de Pierre Sala, si tant est que le Moyen Âge n'ait pas vu cette pratique se poursuivre. Après ces récupérations, ce sont les constructions nouvelles qui achèvent de dégrader les vestiges : les XIXe s. et XXe s. voient ainsi se succéder deux bâtiments, une rotonde puis le pavillon B. Herriot. Malgré ces destructions, l'ensemble des observations laissent pourtant augurer que l'emplacement du futur bâtiment C recèle encore des témoins intéressants de la trame urbaine antique et de son évolution, qu'il convient d'étudier.

25HOFMANN Étienne

Les bâtiments G et D

26Ces bâtiments, qui appartiennent au couvent des Visitandines, ont fait l'objet d'un diagnostic archéologique sous forme d'une première étude des élévations.

27Avant la construction du couvent, un imposant mur de soutènement borde le flanc oriental du site. L’origine de ce mur pourrait remonter à la période antique si l’on se fie à la nature des matériaux employés dans sa construction. Il est conservé sur une hauteur d’environ huit mètres, cinq sont actuellement enfouis. Son parement originel a cependant disparu du fait de sa réutilisation comme mur de soutènement des bâtiments du couvent édifiés au cours des Temps Modernes.

28En 1630, lorsque les Visitandines s’installent, dans leur nouveau couvent, elles font rapidement construire le chœur, le cloître et les offices, un premier corps de logis et l’église, consacrée le 1er octobre 1639. L’aile est du cloître, qui englobe l’ancien corps de logis de Pierre Sala puis des Buatier (XVIe s.), conserve en sous-sol une cave pouvant correspondre à celle autrefois présente sous la maison du « grangier » mentionnée dans le contrat de location de la maison des Buatier en 1586.

29C’est visiblement au cours de ces premiers travaux qu’est édifié le corps de logis formant la partie nord du bâtiment G, qui pourrait correspondre soit au « premier corps de logis » mentionné ci-dessus, soit au « corps de logis de l’infirmerie » pour lequel nous savons que des travaux de charpenterie sont également achevés en 1639. Ces deux bâtiments pourraient d’ailleurs n’en former en réalité qu’un seul. Ce corps de logis s’élève sur quatre niveaux, dont un en sous-sol. Il prend appui sur le mur de terrasse antique et il est adossé, au nord, à l’aile est du cloître dont il prolonge la façade. Il comporte encore de nombreux éléments d’origine, hormis ses fenêtres qui ont pour la plupart été modifiées au cours des XIXe s. et XXe s. Enfin, sa façade orientale se termine, au sud, par un pavillon construit au cours de la même campagne de travaux.

30Dans les années 1650, une nouvelle infirmerie est construite. Située dans le prolongement du corps de logis précédemment décrit, elle correspond actuellement à la partie sud du bâtiment G. À l’époque, ce bâtiment est décrit comme étant « le plus régulier de toute la maison ». Il est édifié à cheval sur le mur de soutènement préexistant et comporte cinq niveaux : deux sous-sols, un rez-de-chaussée et deux étages. Cependant, seules les fenêtres de sa façade orientale conservent encore leur agencement d’origine.

31En 1672 et 1673, la supérieure Suzanne-Marie de Riants de Villerey fait réaliser les « trois tours pour cacher à toute la ville les défectuosités de notre maison qui étaient contre la bienséance et qui choquaient les yeux ». Ces travaux ont en réalité consisté à agrandir en direction de l’est les deux pavillons existants au nord et au sud de la façade orientale de l’Antiquaille et à construire à neuf une tour centrale, laquelle « fut faite pour la symétrie des deux autres ». En effet, depuis la construction du corps de logis occupant la partie sud du bâtiment G, dont la façade est en avancée vers l’est par rapport aux autres bâtiments du couvent, le pavillon sud n’est plus saillant que de quelques dizaines de centimètres, ce qui rend probablement la façade de l’Antiquaille disgracieuse. L’agrandissement du pavillon sud se traduit donc par la reconstruction de sa façade, environ deux mètres plus à l’est et des passages sont percés à chacun de ces niveaux dans son ancien mur de façade afin de desservir ses parties agrandies.

32Aux alentours du XVIIIe s., un passage orienté est-ouest est construit en sous-sol, à l’extrémité nord du bâtiment G. Cette traboule offre désormais une communication directe entre la terrasse située au pied de la façade orientale de l’Antiquaille et les bâtiments la surplombant.

33En 1803, les Visitandines ont quitté leur couvent depuis plus de vingt ans et les bâtiments de l’Antiquaille sont transformés en hospice. Durant le XIXe s., ils subissent quelques aménagements internes, mais qui demeurent relativement restreints et pour certains difficilement perceptibles (reconstruction des fenêtres avec suppression de leurs meneaux et traverses, modification des communications internes, etc.). Cependant, les grands travaux entrepris au début des années 1880, consistant principalement en la reconstruction des ailes est et sud du cloître, ont pour leur part, de nombreuses répercussions sur les bâtiments de l’ancien couvent situés plus au sud avec, notamment, la reconstruction d’une partie du mur de façade oriental de la partie nord du bâtiment G.

34BERNOT Emmanuel

Réaménagements extérieurs

35Sur l’ensemble de la surface concernée par le projet, soit 28 537 m2, 297 m2 ont été décapés en surface. Le diagnostic a révélé une faible occupation du secteur dès la première moitié du Ier s. La profondeur réduite des excavations et la forte présence de réseaux contemporains n’ont pas permis d’observations plus précises ni apporter d’éléments tangibles sur la topographie originelle de la parcelle.

36Seuls deux sondages ont révélé une occupation antique (un drain et des remblais antiques en place) ; les autres ont apporté des informations sur les bâtiments construits au cours des XIXe s. et XXe s.

37Les observations effectuées nous ont renseigné sur les terrassements exécutés à la fin de la période comtemporaine et essentiellement au cours du XIXe s.

38HOFMANN Étienne

Parking sud

39Sur la surface concernée par le projet, soit 675 m2, quatre sondages ont été ouverts (soit 27,5 m2) à une profondeur de 1,3 m. Aucun vestige n’a été mis au jour, bien que quelques remblais antiques en place aient pu être observés dans le cadre du diagnostic (aménagements extérieurs de l’Antiquaille) à l’extrémité sud du clos. Sur l’emprise du parking, seule la présence de mobilier antique au sein de remblais récents témoigne d’une occupation antérieure du lieu.

40La profondeur modeste des excavations ainsi que les importantes modifications apportées à la topographie du site durant l’époque moderne et/ou contemporaine (voir bâtiments C, G, D de l’Antiquaille) sont sans doute à l’origine de la modestie des découvertes.

41HOFMANN Étienne

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan des emprises de sondages et des études de bâti

Fig. n°1 : Plan des emprises de sondages et des études de bâti

Auteur(s) : Hofmann, Étienne. Crédits : ADLFI (2007)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan des emprises de sondages et des études de bâti
Crédits Auteur(s) : Hofmann, Étienne. Crédits : ADLFI (2007)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/7057/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Étienne Hofmann, Christine Becker, Émilien Bouticourt et Emmanuel Bernot, « Lyon 5e « Lugdunum » », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Rhône-Alpes, mis en ligne le 01 mars 2007, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7057

Haut de page

Responsables d'opération

Étienne Hofmann

COL

Articles du même responsable de fouilles

Christine Becker

COL

Émilien Bouticourt

COL

Articles du même responsable de fouilles

Emmanuel Bernot

COL

Articles du même responsable de fouilles

  • Lyon [Texte intégral]
    1 rue de l'Antiquaille, ancien hôpital de l'Antiquaille
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Rhône-Alpes
  • Lyon [Texte intégral]
    Réseau souterain des "arrêtes de poisson"
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Rhône-Alpes
  • Lyon 5e « Lugdunum » [Texte intégral]
    Place François-Bertas
    Paru dans ADLFI. Archéologie de la France - Informations, Rhône-Alpes
Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals