Navigation – Plan du site
2005

Parsac – Bois de Gouttemane

Responsable(s) des opérations : Jean-Michel Beausoleil
Notice rédigée par : Jean-Michel Beausoleil

Texte intégral

Identifiant de l'opération archéologique : 122157

Date de l'opération : 2005 (MH)

1La R.N. 145 s’intègre dans l’itinéraire « Centre Europe Atlantique », axe de liaison transversale Est-Ouest traversant le département de la Creuse. Cette route constitue, dans la section comprise entre La Croisière et Montluçon (via Guéret), le maillon central de cet itinéraire. Prolongée à l’est par le contournement de Montluçon, elle réalise par ailleurs la jonction entre l’autoroute A 20 et l’autoroute A 71. Son aménagement à 2 x 2 voies, par petits tronçons, est en cours de réalisation depuis 1991. Alors que la portion entre La Croisière et Parsac est achevée, une petite partie (une quarantaine de kilomètres environ) située entre cette localité et Montluçon reste à construire. Dans le cadre des travaux d’aménagement, des prospections archéologiques (pédestres et mécaniques), préalables aux travaux de terrassement, sont réalisées depuis 1990.

2L’évaluation archéologique du tronçon Parsac - Gouzon, au cours de la période hivernale 2003-2004, a permis de reconnaître deux sites d’importance variable, de la fin de l’âge du Fer, sur la commune de Parsac (Roger, 2004). Ils sont situés au lieu-dit « Bois de Parsac » pour l’un, et au lieu-dit « Bois de Gouttemane » pour l’autre. La destruction irrémédiable de ces sites a motivé l’exécution de fouilles archéologiques préventives, en 2004 (fouille du Bois de Parsac) (Beausoleil, BSR 2004), et dans le courant de l’année 2005 (fouille du Bois de Gouttemane), avant le commencement des travaux.

3Le diagnostic réalisé en 2004 a permis la découverte d’un établissement rural de la fin de l’âge du Fer, disposé sur la partie supérieure du versant occidental du bassin sédimentaire de Gouzon, et qui s’étendrait sur une surface totale de 4 850 m2.

4A la demande de la DDE, la fouille du site a été réalisée en deux phases :

5    - la première s’est déroulée du 6 juin au 21 juillet 2005. Cette intervention a été strictement cantonnée dans l’emprise de la section courante de la route nationale. En accord avec le SRA, un vaste décapage et des sondages ont été entrepris dans le périmètre des tranchées positives de la prospection, sur une surface de 4 614 m2. Il a été effectué au moyen d’une pelle mécanique à chenilles dotée d’un godet de curage d’une largeur de 2 m ;

6    - dans le cadre de la seconde phase nous sommes intervenus sur une extension de l’emprise routière. Celle-ci a été effectuée entre le 14 novembre et le 16 décembre 2005. Le décapage mécanique de ce secteur a été réalisé sur une surface de 2 667 m2.

7La surface totale décapée du site au cours de ces deux phases (y compris les tranchées exploratoires réalisées en périphérie du site) est de 7 281 m2.

8L’ensemble des structures fossoyées (fossés, fosses et trous de poteaux) a fait l’objet d’un enregistrement complet sur le terrain. Les fosses et trous de poteaux ont été fouillés manuellement par moitié, voire en totalité parfois, relevés au 1/20e et photographiés si nécessaire. Une topographie fine des faits archéologiques et du site a également été réalisée. Seuls les fossés ont été entièrement fouillés à l’aide d’une minipelle par passes horizontales plus ou moins fines.

9Pratiquement reconnu dans son intégralité - près des 9/10e de sa surface ont été fouillés - il est délimité par un enclos trapézoïdal (quadrilatère de forme irrégulière), dont les fossés sont orientés suivant les points cardinaux. Les dimensions externes de ces fossés sont pour le fossé nord, 73,81 m, pour le fossé est, 86,17 m.

10 Pour les fossés ouest et sud, partiellement explorés, il nous est difficile de préciser leur longueur totale. Toutefois, la parfaite régularité des tracés de ces fossés nous laisse imaginer qu’ils se poursuivent en droite ligne et se rejoignent à l’angle sud-ouest de l’enclos situé hors emprise. La longueur du fossé ouest pourrait être de 62 m, et celle du fossé sud devrait atteindre 60 m. On soulignera cependant qu’aucune interruption du fossé n’a été observée sur la partie fouillée, il n’est donc pas impossible qu’il possède une entrée sur le secteur situé hors emprise. En outre, on relèvera la présence d’un fossé à l’intérieur de l’enclos, orienté nord-ouest - sud-est, relié au fossé ouest et disposé transversalement par rapport à ce dernier.

11La majorité des fosses et trous de poteaux est creusée dans l’arène granitique, exceptionnellement dans l’arène argileuse de la partie basse du site. Ce type de sol, constitué par une désagrégation granitique (arène), donne une terre lourde, argileuse, à croûte très dure par temps sec, boueuse en surface à la moindre pluie. Quant aux fossés, ils sont creusés dans l’arène ou le rocher (granites ou migmatites). L’érosion aratoire du site a bouleversé les vestiges archéologiques et aucune trace de lambeau de sol en place n’a été conservée. 

12 Les faits archéologiques

13La quasi-totalité des faits a été découverte à l’intérieur de l’établissement rural. Indépendamment de l’enclos, constitué de quatre fossés, ce sont au total 119 faits qui ont été enregistrés sur la surface interne du site (trous de poteaux, fosses et fossé transversal).

14 À l’extérieur du site, seule une petite structure fossoyée rectiligne et contemporaine de l’établissement rural, découverte près de l’angle nord-ouest de l’enclos, dans le prolongement du fossé nord, a été repérée sur un peu plus d’une quinzaine de mètres.

15 Les sondages pratiqués dans la périphérie immédiate de cet établissement rural n’ont révélé aucune autre structure attenante. En effet, contrairement à ce qui avait été pressenti lors du diagnostic-évaluation du site, nous n’avons pu rattacher le fossé parcellaire GR1 à une période donnée (absence de mobilier).

16 Qui plus est, cette petite structure fossoyée linéaire, de faible profondeur (0,10 m) ne se raccorde pas à l’enclos. L’on notera cependant que ce fossé s’inscrit très exactement dans le prolongement du fossé nord. Il est également important de préciser que les « remembrements » successifs de ce secteur ont fait disparaître un grand nombre de petites parcelles (paysage bocager), qui étaient toutes entourées de fossés et/ou de haies vives. Il n’est donc pas exclu que le fossé GR 1 ait servi à délimiter des parcelles vouées à la culture ou à la pâture, et ce peut-être dès la fin du second âge du Fer. 

17 Organisation spatiale des faits archéologiques

18La majorité des structures fossoyées a été reconnue au cours du décapage de la moitié nord du site (phase 1). La plupart des fosses et trous de poteaux est localisée le long des fossés nord et est, ainsi qu’aux angles nord-ouest et nord-est de l’enclos. Hormis trois structures excavées présentes dans la zone centrale et une autre agencée dans la partie sud-est du site, aucune autre structure en creux n’a été mise au jour sur le reste de l’espace décapé. Quatre grands groupes de structures fossoyées sont donc répartis sur la surface interne de l’enclos. 

19 Les ensembles de structures fossoyées

20Parmi les nombreux trous de poteaux découverts sur le site, des ensembles cohérents représentent les bases de différents ouvrages (bâtiments ou clôtures). L’agencement de ces excavations dans l’espace - identification des alignements et de leurs perpendiculaires - ainsi que la confrontation de leur taille et de leur profil permet de proposer des plans de plusieurs constructions. Les structures consistent en une série de greniers et un bâtiment plus important (construction mixte, édifiée à la fois sur sablières basses et sur poteaux), large de 5,20 m et long de 7,90 m, qui a une superficie au sol de près de 40 m2

21 Le mobilier recueilli

22 L’abondant mobilier céramique, actuellement en cours d’étude, a été découvert dans les fossés et dans les structures fossoyées (fosses et trous de poteaux). Il se rapporte à la fin du second âge du Fer. Ce matériel est accompagné de quelques amphores trouvées principalement dans les fossés. Le mobilier métallique est par contre extrêmement pauvre (couteau).L’étude de ce site apporte des données importantes pour la connaissance du second âge du Fer creusois. L’organisation spatiale de cet établissement rural livre des éléments d’appréciation particulièrement intéressants qui seront développés dans le cadre de la publication. D’autres faits marquants concernant cet établissement nous sont également révélés par son implantation et par le positionnement précis des différentes constructions dégagées. La création de cet établissement rural semble avoir été conditionnée par la topographie et établie apparemment dans un espace vierge de toute occupation antérieure.

23L’étude de ce site nous renseigne également sur les pratiques architecturales. La construction des bâtiments sur poteaux plantés entre dans un schéma classique connu en France septentrionale et méditerranéenne. Toutes ces informations viennent renforcer et compléter les données obtenues sur les sites du second âge du Fer de la bordure occidental du Massif central. Le site du Bois de Gouttemane est comparable aux établissements ruraux isolés de type ferme, souvent enclos par des fossés, apparaissant dès le VIe s. av. J.-C. et se développant surtout au second âge du Fer. Les données recueillies sur ce site s’avèrent donc particulièrement importantes, tant dans l’organisation spatiale mise en évidence, que dans le mobilier recueilli. Ce site livre des éléments essentiels pour la compréhension de l’évolution de la culture laténienne en Creuse et au-delà, pour la connaissance du second âge du Fer du Centre de la Gaule.

24Jean-Michel Beausoleil

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Michel Beausoleil, « Parsac – Bois de Gouttemane », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Limousin, mis en ligne le 01 mars 2005, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/7942

Haut de page

Responsable d'opération

Jean-Michel Beausoleil

INRAP

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals