Navigation – Plan du site
1991

Arras – Place de la Préfecture

Responsable(s) des opérations : Alain Jacques
Notice rédigée par : Alain Jacques

Entrées d’index

Nature des opérations :

Sondage (SD)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1991 (SD)
Inventeur(s) : Jacques Alain

1La deuxième et dernière session de fouilles réalisée au pied de la cathédrale du XIIIe s. [ (Fig. n°1 : Localisation des zones fouillées), site I] a clairement démontré que le bâtiment à abside fut distinct, dès la fin du IVe s., d’un ensemble architectural plus vaste. Il s’agit peut-être ici de thermes publics ou privés comme semble l’indiquer un texte de 572, qui mentionne en ces lieux « les thermes des bons hommes ». Cette assertion renforce, en effet, l’appartenance de ce bâtiment à une partie du groupe épiscopal ou, comme le suggèrent plutôt son plan et son installation de chauffage, à un édifice servant de résidence à l’évêque.

L’édifice paléochrétien

2Ce bâtiment (Fig. n°2 : Vue d'ensemble de l'édifice paléochrétien) présente le double avantage d’être préservé sur une hauteur de 2 m, permettant ainsi de suivre une stratigraphie qui s’échelonne du IIIe s. au VIIIe s. Ce fait unique dans une ville du Nord de la France autorise à retracer avec beaucoup de précision les grands moments d’un bâtiment paléochrétien. Dès sa création, cette construction (12 m de longueur x 6 m de largeur) est dotée d’une abside orientée à l’est d’un hypocauste. L’élévation constituée de moellons calcaires, entrecoupée d’une double arase de briques, repose sur un soubassement de quatre assises de grès. Ce bâtiment très soigné dans sa conception s’ouvre par un seuil de pierre bleue de 1 m de large sur une salle plus petite, munie d’un sol bétonné. Située perpendiculairement à cette demeure, la pièce suivante était dotée d’un bain chauffé. Le praefurnium oriental est constitué d’une aire de chauffe de 0,80 m x 1,80 m. Il donne accès sur un conduit voûté en plein-cintre, réalisé en tuiles. Son comblement, que l’on peut situer au début du Ve s., ne marque pourtant pas l’abandon des lieux.

3Un second chauffage plus rudimentaire fut mis en place dans le courant du Ve s. Il nécessita le percement du mur nord par deux ouvertures destinées au passage de la chaleur, de l’installation de pilettes ainsi que de conduits rayonnants dans l’abside.

4Les soubassements furent épaissis pour soutenir le nouveau béton de sol et réduire ainsi les déperditions de chaleur. Ce rehaussement du sol intérieur eut pour conséquence la réalisation (0,60 m plus haut) d’un deuxième seuil constitué d’un grès monolithe de 0,50 m x 1,10 m.

5Au VIIIe s., la façade fut préservée mais le reste des murs subit un dérasement soigné. Cette intervention, sur la superstructure du bâtiment, correspond à un agrandissement effectué avec des méthodes architecturales différentes. Les murs de cette adjonction, fondés sur des poutres sablières, reposent sur des grès de forte taille. Cette méthode est souvent employée à Arras durant l’Antiquité tardive, en particulier pour les casernes théodosiennes de la rue Baudimont.

6La phase 4, que l’on peut situer dans le courant du IXe s. sur la base du mobilier céramique recueilli, montre une réorganisation spatiale en totale discordance avec les structures antérieures. Un espace ouvert (cour) occupe maintenant la plus grande partie du site. Des sols réalisés à l’aide de tuiles fragmentées ou de débris calcaires limitent dans la partie est un habitat en bois concrétisé au sol par des trous de poteaux ; cette bâtisse est dotée d’un silo destiné à la conservation des denrées alimentaires ainsi que d’un foyer.

7Ces constructions furent progressivement abandonnées et recouvertes par des niveaux de terre noirâtre. Un cimetière fut installé en ces lieux dans le courant du XIe s. De puissantes fondations de la fin du XIIIe s., identifiées au massif occidental de la cathédrale, vinrent recouper de nombreuses sépultures. Ceci semble marquer la fin de l’extension de l’aire cimétériale vers l’ouest.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Localisation des zones fouillées

Fig. n°1 : Localisation des zones fouillées

Auteur(s) : Jacques, Alain. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)

Fig. n°2 : Vue d'ensemble de l'édifice paléochrétien

Fig. n°2 : Vue d'ensemble de l'édifice paléochrétien

Auteur(s) : Service archéologique municipal. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Localisation des zones fouillées
Crédits Auteur(s) : Jacques, Alain. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/9934/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. n°2 : Vue d'ensemble de l'édifice paléochrétien
Crédits Auteur(s) : Service archéologique municipal. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/9934/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Alain Jacques, « Arras – Place de la Préfecture », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nord-Pas-de-Calais, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/9934

Haut de page

Responsable d'opération

Alain Jacques

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals