Navigation – Plan du site
1988

Douai – Rue du Grand-Bail

Responsable(s) des opérations : Pierre Demolon
Notice rédigée par : Pierre Demolon

Entrées d’index

Nature des opérations :

Sauvetage urgent (SU)
Haut de page

Texte intégral

Date de l'opération : 1988 (SU)
Inventeur(s) : Demolon Pierre

1La campagne de fouille sur les parcelles situées à l’angle des rues du Kiosque et du Grand-Bail [ (Fig. n°1 : Plan général. Localisation des zones fouillées), site C] a duré une année.

2Les premiers résultats permettent de définir les profils successifs de ce quartier, extra-muros jusqu’au XIVe s., depuis sa vocation première, agricole, jusqu’à son ultime expansion urbaine.

3Les vestiges correspondant à cette évolution se répartissent en cinq grandes périodes :

4• Période pré-urbaine jusqu’au XIIe s. : plusieurs fossés de drainage, dont le plus long a été observé sur une quarantaine de mètres, sont creusés dans un épais niveau de champs. Ils ont entaillé un dépôt de tourbe alluvionnaire, recouvrant l’argile naturelle qui témoigne de fréquentes inondations de cette terrasse en bordure de rivière. Ces fossés sont parallèles à la rue du Grand-Bail et ne correspondent pas à des limites parcellaires. Leur utilisation probablement très longue, prend fin au cours du XIIe s.

5• XIIe s. : seules trois structures concernent cette deuxième période pré-urbanisée. Un fossé circulaire enserre une plate-forme de 4 à 5 m de diamètre. Aucun aménagement n’y est rattaché, à l’exception d’un remblai végétal. Deux fosses circulaires, aux parois verticales, sont rattachées à cette occupation du site, pour laquelle aucune structure d’habitat et aucun parcellaire n’ont été mis en évidence.

6• XIIIe-XIVe s. : le site se couvre d’installations artisanales, alignées contre la dérivation de la Scarpe, en bordure de la rue du Grand-Bail. Un premier parcellaire est fixé par d’épais murs de grès qui individualisent cinq propriétés. Les deux parcelles septentrionales sont occupées essentiellement par des complexes de foulons-blanchisseurs, associant des fours construits en tuiles horizontales à d’immenses cuves reliées entre elles par un égout. Ces dernières servent à retenir les grandes quantités d’eau, venant de la dérivation proche, nécessaires à la préparation des bouillons.

7D’autres structures, interprétées comme des bacs de décantation, sont utilisées pour le foulonnage et la décantation des bains avant le rejet des eaux usées à la rivière. L’îlot sud est composé de trois habitations mitoyennes, allongées et étroites qui comportent également, en front de rue, des installations foyères.

8• XVe-XVIe s. : alors que certains ateliers de teinturiers perdurent, on note une densification des constructions privées le long de la rue du Grand-Bail. Les murs de clôture de trois petites constructions apparaissent sur l’une des parcelles, donnant à ce quartier un caractère plus urbain. Ce développement est à mettre directement en relation avec la construction de l’enceinte fortifiée, qui au XIVe s. intègre ce faubourg déjà important, dépendant de la paroisse Saint-Nicolas proche. Les parcelles perpendiculaires à la rue du Grand-Bails ont fermées à l’arrière par un long mur de grès. Au-delà, jusqu’à la rue du Kiosque, un vaste terrain libre de construction est creusé d’une grande quantité de fosses dont certaines sont utilisées comme dépotoirs et sont riches en céramiques.

9• XVIe-XXe s. : lors de cette longue période, l’essentiel des vestiges est constitué par des fondations de murs en briques, très arasées par les constructions récentes. Un urbanisme particulier se met en place. Après abandon des activités artisanales, les constructions privées mitoyennes se développent parallèlement à la rue du Grand-Bail. Des ponts sont jetés par dessus la dérivation et permettent d’accéder à l’arrière des parcelles. Cette fouille met l’accent sur le développement, du XIIIe s. au début duXIVe s. d’une activité industrielle de foulons-blanchisseurs teinturiers encore mal connue par l’archéologie.

Haut de page

Annexe

Fig. n°1 : Plan général. Localisation des zones fouillées

Fig. n°1 : Plan général. Localisation des zones fouillées

Auteur(s) : Demolon, P. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. n°1 : Plan général. Localisation des zones fouillées
Crédits Auteur(s) : Demolon, P. Crédits : GI, 1997 - CNRS Editions, 1998 (1997)
URL http://journals.openedition.org/adlfi/docannexe/image/9985/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Pierre Demolon, « Douai – Rue du Grand-Bail », ADLFI. Archéologie de la France - Informations [En ligne], Nord-Pas-de-Calais, mis en ligne le 01 mars 1997, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/adlfi/9985

Haut de page

Responsable d'opération

Pierre Demolon

Articles du même responsable de fouilles

Haut de page

Droits d’auteur

© Ministère de la Culture et de la Communication, CNRS

Haut de page
  • Logo Ministère de la Culture
  • Logo Centre National de la Recherche Scientifique
  • Logo Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès
  • OpenEdition Journals