Navigation – Plan du site

Mémoire orale et patrimonialisation de l’ancien centre de détention de la Stasi d’Erfurt

Elisabeth Meier

Texte intégral

L’ouverture d’un nouveau lieu de mémoire en Thuringe

  • 1 Voir http://www.stiftung-ettersberg.de/andreasstrasse/, Site consulté le 10 septembre 2015.
  • 2 Voir Theodor W. Adorno, « Was bedeutet : Aufarbeitung der Vergangenheit », dans Theodor W. Adorno, (...)
  • 3 Kathrin Hammerstein, Julie Trappe, « Aufarbeitung der Diktatur – Diktat der Aufarbeitung ? Einleitu (...)
  • 4 Le SED est le parti socialiste unifié d’Allemagne (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands, SED) (...)

1Le « lieu de mémoire et d’enseignement Andreasstraße » à Erfurt (« Gedenk- und Bildungsstätte Andreasstraße1 ») a ouvert ses portes au public en décembre 2013, à la suite de plusieurs années de conflits portant sur le sens à donner à ce lieu, ancien centre de détention provisoire du Ministère de la Sécurité d’État de la RDA dans le district d’Erfurt. Ce lieu de mémoire vient s’ajouter aux nombreuses petites et moyennes structures constituant le paysage mémoriel décentralisé de la Thuringe et s’inscrit dans l’effort « d’Aufarbeitung » de l’histoire, c’est-à-dire le processus d’assimilation et d’analyse du passé, ce « travail d’histoire et de mémoire » qui se fonde en Allemagne sur la responsabilité vis-à-vis de l’Holocauste et des crimes perpétrés pendant la période nationale-socialiste2. Après les événements de 1989-1990 et la réunification allemande se dessine la nécessité de ne pas commettre les mêmes erreurs qu’après la Seconde Guerre mondiale et lors de la « dénazification » partielle de la société allemande3. L’État fédéral consacre deux commissions d’enquête au passé de la RDA, ouvre dès 1991 l’accès aux archives de la Stasi et met en place un dédommagement financier des victimes du régime autoritaire du SED4. À ces directives issues de l’État viennent s’ajouter les multiples initiatives au niveau local et régional, venant souvent de personnes privées et de témoins directement impliqués, soit en tant que victimes du régime communiste, soit en tant qu’acteurs de la Révolution pacifique de 1989.

  • 5 « Bundesbeauftragten für die Unterlagen des Staatssicherheitsdienstes der ehemaligen Deutschen Demo (...)

2À Erfurt, c’est à l’occasion de projets de démolition du bâtiment que d’anciens prisonniers politiques, soutenus par Hildigund Neubert, mandataire du Land pour les archives du Ministère de la Sécurité d’État de l’ex-RDA5, et des acteurs des mouvements citoyens de l’année 1989 se mobilisent pour conserver l’ancien complexe de détention, après la fermeture définitive de la prison en 2000. Ils ouvrent ce lieu au public en organisant des visites, des lectures, des conférences et plusieurs expositions. Ces efforts mènent à l’inscription du bâtiment aux monuments historiques en 2005 ainsi qu’à la conception d’un projet de mémorial en son sein. Il faut néanmoins attendre décembre 2012 pour que le « lieu de mémoire et d’enseignement Andreasstraβe » ouvre ses portes au public, tout d’abord de manière limitée quelques jours par semaine, jusqu’à l’inauguration de l’exposition permanente en décembre 2013. La définition des contenus du nouveau mémorial, de son argumentaire et la nomination du porteur du projet ne se sont pas faits sans tensions, allant même jusqu’à des conflits ouverts entre le ministère de l’Éducation, des Sciences et de la Culture thuringien, le groupe de travail Andreasstraβe et Hildigund Neubert ainsi que plusieurs associations d’anciens prisonniers. Ces tensions ont culminé lors de l’occupation du bâtiment par ces derniers en 2010 et l’organisation d’une grève de la faim. Ce n’est qu’à la suite de compromis et d’un changement d’orientation de la principale association d’anciens prisonniers, Freiheit e.V., que la fondation Ettersberg a été nommée définitivement porteuse du mémorial et que l’équipe scientifique a pu véritablement commencer son travail.

  • 6 Voir l’ouvrage de Carola S. Rudnik, Die andere Hälfte der Erinnerung. Die DDR in der deutschen Gesc (...)
  • 7 Notamment autour de la conception du mémorial de Bautzen, en Saxe.

3De nombreux mémoriaux ont fait l’objet de conflits lors de leur conception, et notamment lors de la mise en place d’équipes professionnelles, après une première phase de redécouverte ou « d’occupation » du lieu souvent dès 1990 par des personnes touchées directement par son histoire, comme des anciens détenus6. Il ne s’agit pas alors uniquement de conflits entre historiens et témoins, mais aussi de tensions entre groupes de témoins ou entre partis politiques. Ces tensions liées aux différentes conceptions de la patrimonialisation de l’histoire et de la mémoire de la dictature du SED relèvent de conflits autour de la signification à donner à ces lieux de mémoire, mais également d’enjeux de pouvoir7.

4La fondation d’un mémorial dans cette ancienne prison à Erfurt et la forme que ce mémorial a pris est le résultat de plusieurs années de réflexions et de compromis. Après des hésitations initiales de la part du ministère de l’Éducation, des Sciences et de la Culture thuringien, il a été décidé qu’un tel lieu devait, près de vingt ans après la fin de RDA, offrir plus qu’un ‘simple’ mémorial de la détention, à l’instar de Bautzen ou de Berlin-Hohenschönhausen, et présenter non seulement l’histoire de la prison entre 1949 et 1989, mais également le système politique de la RDA, afin de contextualiser ce lieu de mémoire. De plus, c’est également le lieu d’une mémoire positive, puisque c’est dans cette même rue que des citoyens d’Erfurt ont occupé les locaux de la centrale de la Stasi, le 4 décembre 1989, après que de la fumée s’élevant du bâtiment a fait craindre la destruction des documents de la Stasi par ses membres. L’orientation choisie par l’équipe scientifique fait de ce lieu de mémoire un mémorial d’un nouveau type, qui rend hommage aux deux mémoires négative et positive du lieu, mais dont l’objectif est aussi d’inscrire le lieu dans le contexte historique des trois districts thuringiens entre 1949 et 1989. Cette forme de patrimonialisation se démarque de ce qui a été fait jusqu’à présent dans les lieux de mémoire en ex-RDA. L’exposition permanente garde comme fil conducteur le lien avec le bâtiment et ses témoins, présents sous la forme de témoignages audiovisuels.

La création d’un fonds d’archives orales, au cœur du projet de patrimonialisation de l’ancien centre de détention

5En 2012 et 2013, l’équipe du mémorial chargée de la conception de l’exposition permanente a mené une soixantaine d’entretiens filmés avec des témoins, dont la plupart a effectué un séjour dans le centre de détention provisoire de la Stasi Andreasstraβe. Utilisé sous la forme d’extraits dans l’exposition, ce fonds d’archives orales, complété chaque année par cinq nouveaux entretiens en moyenne, est un apport de sources précieux pour l’histoire de l’Andreasstraβe et de la mémoire des victimes de la dictature du SED en Thuringe. Certains aspects de l’histoire de l’ancien centre de détention ne peuvent que difficilement être approchés par le biais des entretiens. Ainsi, durant la période de préparation de l’exposition permanente, il n’a été possible d’interviewer qu’une seule personne ayant été internée ici pendant la dictature nationale-socialiste. Les témoins enfermés durant la période stalinienne et l’ère de Walter Ulbricht des années 1949 à 1971 sont sous-représentés par rapport à ceux emprisonnés sous Erich Honecker (1971-1989). La disproportion entre les hommes et les femmes interrogés est également importante, puisque sur 61 entretiens, 50 ont été menés avec des hommes et seulement 11 avec des femmes.

  • 8 Voir l’ouvrage de Herbert Kierstein, ancien officier de la Stasi, pour un exemple de cette rhétoriq (...)

6Il existe également un autre type de source orale exploité par l’équipe scientifique, celui des témoignages d’anciens membres de la Stasi. Trois figurent actuellement dans le corpus du mémorial, l’un datant de 1990 et les deux autres menés en juin 2013 par le responsable de la conception de l’exposition, Jochen Voit. Si ces sources sont intéressantes par le point de vue inhabituel qu’elles offrent, il a fallu bien sûr faire preuve de beaucoup de précaution dans leur utilisation au sein de l’exposition. En effet, ces personnes usent de nombreuses stratégies justificatrices dans leur discours, cherchant à relativiser leur activité, en affirmant notamment avoir utilisé les mêmes méthodes que les services secrets actuels8.

La méthodologie des entretiens oraux

7Les entretiens ont été préparés de manière extensive en amont, en plusieurs étapes, afin de mettre en confiance les personnes interviewées et de garantir le bon déroulement de l’interview filmée. Ce projet de création d’un fonds d’archives orales ne s’est pas fait en première ligne à des fins de recherche. L’objectif était la conception d’entretiens voués à être intégrés au projet de mémorial et à son exposition permanente. Les personnes ciblées en priorité étaient les anciens prisonniers politiques ayant effectué un séjour au centre de détention de la Stasi Andreasstraβe. Ils constituent la majorité de la soixantaine de témoignages. À ce premier groupe viennent s’ajouter les acteurs de la Révolution pacifique de 1989, membres du « Comité des citoyens » d’Erfurt et des groupes d’opposition au régime, qui ont contribué à la transition démocratique en 1989-1990. Enfin, quelques personnes n’ayant pas de lien direct avec l’Andreasstraβe ont été également interrogées. Il s’agit par exemple d’un musicien qui a joué un rôle important dans la scène culturelle et musicale thuringienne des années 1980. Grâce à la mobilisation pour sauvegarder le bâtiment de l’ancienne prison et à la formation des associations d’anciens prisonniers de l’Andreasstraβe durant les années 2000, la constitution du réseau de témoins n’a pas été très difficile. Certains d’entre eux avaient déjà participé à un projet similaire avec la radio F.R.E.I. dans le cadre de l’exposition Einschluss II. De plus, beaucoup d’anciens prisonniers se rendent d’eux-mêmes au mémorial pour le visiter ou demander un entretien avec l’équipe scientifique.

  • 9 Dr. Jochen Voit, Dr. Peter Wurschi, Directives pour les entretiens avec les témoins, Mémorial Andre (...)

8Une première prise de contact téléphonique permet d’évaluer le sérieux et la fiabilité du témoin, de lui exposer le projet et de le rassurer si besoin est. C’est également l’occasion de circonscrire les grands thèmes de l’interview, suivant le témoin (ancien prisonnier, membre des groupes d’opposition pacifique, artiste, etc.) et d’obtenir de premières informations (date et lieu de naissance, milieu social, carrière professionnelle, etc.). Grâce à ces informations, la personne menant l’entretien rédige une grille de questions. La période d’installation de la caméra et de préparation de la prise de vue est utilisée pour mettre le témoin à l’aise et introduire quelques questions. L’accord écrit doit être signé avant le début du témoignage. L’entretien se déroule ensuite selon le principe du récit de vie, avec une question introductrice sur l’enfance et le milieu familial. L’interview s’oriente ensuite vers les questions du parcours scolaire, éventuellement universitaire et professionnel. Le témoin peut être réorienté par des questions au cours de l’entretien, s’il digresse ou perd le fil, mais les questions doivent être le plus ouvertes possibles. Les questions fermées peuvent être utilisées pour clore un sujet, s’il a été abordé abondamment par le témoin, ou pour l’amener à préciser sa pensée s’il a du mal à s’exprimer. Le témoin peut être amené à répéter certaines informations importantes afin de les préciser ou de les clarifier9. En effet, ces entretiens ont vocation à être présentés à un large public et pas seulement à un cercle restreint de chercheurs. L’intervieweur doit donc faire en sorte à ce que les propos exprimés soient le plus clair possible.

  • 10 Le TLStU, « Landesbeauftragte des Freistaats Thüringen zur Aufarbeitung der SED-Diktatur », soit le (...)
  • 11 Matthias Morawski, séminaire sur la manière de gérer les rapports avec les témoins donné à l’équipe (...)
  • 12 Andrea Herz, Die Erfurter Untersuchungshaftanstalt der DDR-Staatssicherheit 1952 bis 1989, Erfurt, (...)

9Un autre aspect délicat dans le traitement des interviews a été l’évaluation de la fiabilité d’un témoin. Lors du choix des passages à montrer dans l’exposition, au moins un témoignage s’est révélé manifestement faux. Ce cas est intéressant par ce qu’il révèle des stratégies, conscientes ou non, d’assimilation de l’expérience carcérale. D’après Matthias Morawski, du TLStU10, ces processus de dissociation qu’ont pu traverser les anciens prisonniers lors de leur séjour en détention sont dus à l’isolement, aux privations ou aux mauvais traitements subis durant l’incarcération11. Ceci a pu mener à une mémoire fragmentée, d’où la difficulté de se souvenir pour certains, plusieurs dizaines d’années après l’expérience traumatisante. Un exemple de modification du souvenir a posteriori est celui de la « cellule d’eau », description d’une torture impliquant une cellule de prison se remplissant d’eau, mouillant le détenu jusqu’aux genoux ou jusqu’en haut des cuisses. Ce récit a été fait par différents témoins ayant été incarcérés dans diverses institutions. Il n’existe pas de preuve de l’existence d’une telle cellule dans les prisons de la RDA. Il s’agirait plutôt, d’après M. Morawski, d’un séjour dans une cellule souterraine. L’humidité émanant du sol et des murs et le froid grimpant le long des jambes auraient donné l’impression au témoin, lors de l’évocation de son expérience des années après, qu’il avait été placé dans une pièce remplie d’eau. Un exemple issu de l’Andreasstraβe est celui de l’armement des gardiens lors de la sortie quotidienne des prisonniers dans la cour. Pendant une demi-heure, les détenus se retrouvaient à l’extérieur, dans des cellules à ciel ouvert. Au-dessus de ces petites cours, des gardiens surveillaient les prisonniers pour qu’ils ne se parlent pas entre eux ou ne tentent pas de s’échapper. Plusieurs témoins ont évoqué les pistolets mitrailleurs accrochés dans le dos des gardiens. Un ancien prisonnier a même affirmé que ceux-ci portaient les armes en mains, tenant les détenus en joue, prêts à tirer. Pourtant, d’après l’historienne Andrea Herz, les gardes n’étaient pas armés – la hauteur des murs et les fils barbelés empêchant de toute manière toute tentative de fuite. De plus, les détenus ne se trouvaient pas tous au même moment dans les cours, mais par cellule, ce qui ne leur permettait pas non plus de se rebeller en masse contre le personnel de la prison12. Il est possible que le sentiment de peur ou d’impuissance que ressentaient les détenus lors de leur séjour forcé à l’extérieur ait pu modifier leur souvenir. Des recherches plus approfondies devront être menées dans les prochaines années pour compléter l’état actuel des connaissances.

10Un premier contrat, qui avait été signé par les témoins interviewés en 2012, garantissait au mémorial une utilisation extensive des entretiens. Les témoins cédaient leurs droits « de manière illimitée dans le temps et dans l’espace » et laissaient donc à la fondation le droit

  • 13 Traduction du premier contrat d’utilisation des entretiens filmés avec les témoins, Mémorial Andrea (...)

« de montrer [leurs] interventions dans le cadre de l’exposition et dans tout type d’émission de radio. […] De plus, la fondation se réserve le droit de produire de [leurs] interventions des supports sonores et audiovisuels de tout type, d’archiver et de reproduire ceux-ci, en toutes formes et en-dehors de la radio, par exemple d’exploiter et de diffuser [ces interventions] dans le domaine audiovisuel, à des fins professionnelles ou non, sans poursuivre de fins commerciales propres. La fondation est autorisée, dans le respect du droit moral de l’auteur […], à adapter [leurs] interventions, c’est-à-dire en particulier à les abréger, à les traduire, à les mettre en relation avec d’autres œuvres ou à les intégrer dans d’autres œuvres, ainsi qu’à les modifier de toute autre manière et d’exploiter toute adaptation, changement ou modification. [Les témoins autorisent] la fondation à faire des copies et à diffuser [leurs] interventions […] ainsi qu’à les montrer en public sur des supports audio et/ou audiovisuels […]. La fondation est autorisée à utiliser les interventions à des fins de vérification, de recherche et d’enseignement et à les exploiter dans des forums, des expositions, des festivals et des concours ainsi que dans le cadre de l’éducation politique et culturelle […]. La fondation est autorisée à exploiter les interventions dans le cadre d’utilisations futures qui ne sont pas encore connues au moment de la signature de cet accord13. »

11Ce contrat permettant une utilisation extensive des témoignages a été abandonné à la suite des protestations vigoureuses de Mme Neubert. Afin d’éviter un conflit avec celle-ci, ce qui aurait pu causer une polémique à l’instar de ce qui s’était passé pendant la phase de conception, et ainsi détourner les anciens prisonniers du projet d’entretiens filmés, le contrat a été remplacé par un accord écrit entre l’historien-oral et le témoin. Celui-ci ne garantit qu’une cession limitée des droits d’utilisation des témoignages. L’intervieweur s’engage par écrit

  • 14 Traduction du contrat d’utilisation actuel des entretiens filmés avec les témoins, Mémorial Andreas (...)

« au nom de la fondation Ettersberg à ce que les contenus de l’interview soient envoyés à l’interviewé sous forme numérique ou écrite. L’interviewé a le droit de supprimer des passages indésirables. L’entretien ne sera utilisé que dans le cadre du lieu de mémoire et d’enseignement Andreasstraβe14. »

12Le témoin signe quant à lui une déclaration d’accord :

  • 15 Ibid.

« Je me déclare prêt à participer au projet de témoignages oraux du lieu de mémoire et d’enseignement Andreasstraβe et je suis d’accord pour que l’on conserve mon témoignage dans le fonds d’archives de témoignages, qu’on l’utilise dans le cadre de ce fonds d’archives et que l’entretien ou des extraits de l’entretien soient utilisés dans le cadre de l’exposition et du travail pédagogique du lieu de mémoire et d’enseignement Andreasstraβe. Je prendrai connaissance des extraits et de la forme dans lesquels ils seront présentés avant leur utilisation et l’on me demandera alors une nouvelle fois mon accord. Tout accord antérieur est déclaré nul et non avenu15. »

13Le contrat encadrant l’utilisation des témoignages a été formulé en accord avec Mme Neubert. Il laisse aux témoins la possibilité de retirer à tout moment leur entretien du projet et ainsi ne protège pas le travail effectué par l’équipe du mémorial. Ce contrat laisse les droits d’utilisation entièrement aux mains des témoins. Les entretiens ne pourront pas faire l’objet d’une utilisation autre que celle au sein même du mémorial, ni être intégrés à des projets de coopération entre l’Andreasstraβe et d’autres institutions historiques et mémorielles. Une étape fondamentale dans le processus de construction de l’exposition a été le rendez-vous avec les témoins en novembre 2013, où les contenus des bornes audiovisuelles leur ont été présentés. Cette étape était obligatoire afin de pouvoir utiliser ces contenus dans l’exposition permanente. Tous les témoins ayant donné leur accord, les bornes audiovisuelles ont pu être intégrées à l’exposition sans changement de dernière minute. Le développement d’une relation de confiance entre les scientifiques et les personnes interviewées est donc l’une des tâches essentielles du mémorial. C’est sur cette confiance que repose leur collaboration depuis l’ouverture de l’exposition.

La valorisation des entretiens et leur intégration dans l’exposition permanente

  • 16 « Haft. Diktatur. Revolution : Thüringen 1949 bis 1989 ».

14Les entretiens oraux servent de fil rouge et accompagnent le visiteur tout au long du parcours à travers le mémorial et l’exposition permanente, intitulée « Détention. Dictature. Révolution : La Thuringe entre 1949 et 198916 ». Le deuxième étage et les anciennes cellules pour hommes, conservées dans l’état de 1989, sans le mobilier, sont au cœur de l’exposition et fonctionnent comme un expôt géant en trois dimensions. C’est là que débute la visite. Deux des cellules ont être reconstituées entièrement, avec du matériel prêté par les mémoriaux de Bautzen et de Magdeburg. Il s’agit de deux cellules-types, l’une représentant l’intérieur de la prison dans les années 1950 et l’autre celui des années 1970. Une autre cellule du deuxième étage est consacrée à l’entrée en détention, avec des témoignages audio de différents détenus décrivant chaque étape : la fouille corporelle, les habits de prisonniers, le premier interrogatoire. Enfin, une autre salle de cet étage présente des extraits des entretiens vidéo menés par l’équipe du mémorial. Les anciens détenus s’y expriment sur leur expérience de détention, la vie quotidienne, la nourriture, les interrogatoires, la promenade, etc. Cette présentation vise à rendre aux anciens prisonniers leur visage, leur voix et leur nom car ils étaient uniquement appelés par leur numéro de lit et de cellule lors de leur séjour dans l’Andreasstraβe. Cette projection dure environ une heure et tourne en boucle. Elle présente la soixantaine de témoins et permet de montrer de multiples perspectives de la détention. Pour chaque témoin apparaissant dans le film, une fiche avec son nom et la raison de son arrestation est mise à la disposition des visiteurs.

15Le premier étage et le rez-de-chaussée, qui ont été entièrement rénovés, sont affectés à l’exposition permanente. Celle-ci est consacrée à la société et aux institutions de la RDA, permettant ainsi une mise en contexte des politiques de répression et de détention du régime du SED. Elle s’efforce de montrer la place de l’individu face à un État autoritaire qui cherche à contrôler de nombreux aspects de la société. Les scénographes mettent en scène cette emprise du SED à tous les niveaux par un organigramme dans lequel le parti se trouve au centre et dont les ‘bras’ s’étendent dans les médias, les organisations de jeunesse, les entreprises, etc. Cependant, l’exposition présente également les espaces de liberté, les choix qu’ont pu faire les citoyens et les conséquences de ces choix. Les salles de l’exposition sont chacune consacrées aux aspects essentiels de la Thuringe sous le régime communiste jusqu’à l’année 1989 : la Stasi, la propagande et le culte de la personnalité, la collectivisation et l’économie planifiée, les pénuries, la frontière interallemande et les fuites à l’Ouest, l’art officiel et clandestin, la censure, l’endoctrinement, les mouvements d’opposition pacifique, la culture populaire, la vie quotidienne et les mouvements de l’automne 1989. Le visiteur retrouve dans plus de la moitié des salles de l’exposition permanente les témoins qu’il a rencontrés au deuxième étage, au début de sa visite. Ils ne s’expriment donc pas juste sur l’emprisonnement, mais interviennent de manière thématique dans les différentes parties de l’exposition, détaillant par exemple l’histoire de leur tentative de fuite. Des artistes thuringiens, également anciens détenus, expliquent la situation de l’art clandestin en RDA, illustrée par leurs œuvres exposées dans la salle. Les bornes audiovisuelles ne présentent pas seulement les entretiens, mais également des photos, des extraits de vidéos ou des documents d’archives en lien avec le sujet traité. L’exposition ne prend donc pas pour sujet l’histoire de la RDA en général, avec pour expôts des « objets-types » que l’on rencontre dans d’autres musées de la RDA, comme un Trabant ou des images de propagande, mais montre la situation des districts thuringiens et leurs spécificités. Le lien avec le bâtiment et donc l’identité de l’institution comme mémorial est maintenu tout au long de l’exposition par les témoignages audiovisuels.

  • 17 « Ostalgie » : mot-valise formé sur les mots „Ost“, l’Est, et la nostalgie. Sur le phénomène de l’O (...)
  • 18 Wolfgang Benz note au sujet de la muséalisation de la RDA que « dans la plupart des mises en scène (...)

16Cependant, le lieu de mémoire et d’enseignement Andreasstraße diffère d’autres mémoriaux par plusieurs aspects. Contrairement à un mémorial ‘classique’ comme celui de Bautzen, l’histoire du centre de détention n’est pas l’unique thématique développée dans l’exposition. L’histoire des trois districts thuringiens n’est pas exposée seulement du point de vue des politiques de répression de la RDA. La contextualisation opérée dans l’exposition permet de montrer aux visiteurs comment et pourquoi des personnes ont été détenues comme prisonniers politiques ou se sont mobilisées dans les mouvements de 1989. Les témoins ne sont donc pas montrés uniquement comme des détenus, mais comme des citoyens évoluant dans le contexte particulier de la RDA et qui sont entrés d’une manière ou d’une autre en conflit avec l’État. L’exposition veut ainsi éviter certains écueils : la RDA et le contexte local de la Thuringe ne sont pas exposés comme une prison ou un État totalitaire comparable à celui du régime national-socialiste. Cependant, l’histoire de la RDA n’est pas non plus présentée comme dans un musée folklorique et les thématiques qui pourraient se prêter à des représentations de type « ostalgique17 » comme l’enfance ou la vie quotidienne sont toujours traitées dans le contexte de l’endoctrinement ou du contrôle de l’État sur les individus18. L’équipe scientifique a également pris soin d’appuyer les contenus sur les dernières avancées de l’historiographie.

La collaboration entre historiens et témoins au sein du mémorial

17Le mémorial propose plusieurs offres de médiation avec les témoins. Il s’agit tout d’abord de visites guidées des anciennes cellules et de l’exposition permanente, suivies d’une discussion avec le témoin et un membre de l’équipe scientifique. Judith Mayer, responsable de la médiation, note une grande demande notamment de la part de groupes et d’écoles de l’ouest de l’Allemagne. Depuis le début de l’année, 46 groupes ont choisi ce format de visite. Ils étaient 59 en 2014. Le mémorial travaille avec une dizaine de témoins, anciens prisonniers ou acteurs de la Révolution pacifique, qui servent d’interlocuteurs aux visiteurs. Les associations d’anciens prisonniers sont également présentes lors de grands événements, comme les commémorations, la Nuit des musées ou encore les Journées du Patrimoine. Les associations organisent des conférences ou des lectures au sein du mémorial. Les témoignages sont visibles tout au long du « circuit de la Révolution pacifique » aménagé dans Erfurt ou dans l’exposition itinérante présentant les contenus de l’Andreasstraße en-dehors de ses murs.

18Aujourd’hui, selon Judith Mayer, l’équipe scientifique et les témoins entretiennent de bonnes relations. Avec l’arrivée au pouvoir du parti DIE LINKE en Thuringe (parti d’extrême gauche), le mémorial a joué un rôle de médiateur entre les témoins et les politiques venus visiter l’institution.

  • 19 Marion Neiss, « Historisches Lernen durch Emotionen ? Die Gedenkstätte Berlin-Hohenschönhausen. Ein (...)
  • 20 Entretien avec Sylvia Wähling, 3 septembre 2013.
  • 21 Konrad H. Jarausch, « Zeitgeschichte und Erinnerung. Deutungskonkurrenz oder Interdependenz », dans (...)

19Les témoins de l’Andreasstraße servent de fil conducteur tout au long de l’exposition par le biais des bornes audiovisuelles et rattachent le bâtiment à son statut de lieu de mémoire. Cependant, il s’opère une grande différenciation des rôles entre les témoins porteurs de mémoire et les historiens. Le discours scientifique de l’exposition contextualise les témoignages et encadre la prise de parole. Il s’agit d’une vision du rôle de témoin et de la mémoire orale qui diffère de celle d’autres lieux de mémoire de l’ancienne RDA, comme la prison d’Hohenschönhausen à Berlin ou de Cottbus, dans le Land du Brandebourg. Au mémorial d’Hohenschönhausen, ouvert en 1995 sur l’initiative d’anciens détenus, ce sont les témoins qui mènent toutes les visites guidées et jouent le rôle à la fois de témoins et d’experts. Le déroulement et le contenu de ces visites ont fait l’objet de critiques et de controverses. Les anciens prisonniers font notamment faire des jeux de rôle aux élèves dans une ancienne salle d’interrogatoire, où l’un joue le détenu, l’autre l’officier de la Stasi. Une historienne parle à ce sujet de « pédagogie noire »19. Le mémorial de Cottbus est quant à lui le seul mémorial qui soit la propriété d’anciens détenus. Ceux-ci ont également conçus tous les contenus de l’exposition et la responsable du mémorial, Sylvia Wähling, manifeste une méfiance à l’encontre des historiens auxquels elle reproche de « filtrer la parole des témoins »20. À Erfurt, le témoin n’est pas « l’ennemi naturel » de l’historien21. La coopération entre l’équipe scientifique et les témoins est essentielle pour le fonctionnement du mémorial qui trouve sa signification à la fois comme lieu d’histoire et de mémoire. Cela s’inscrit dans une perspective de long terme au vu des transformations à venir dans le paysage mémoriel est-allemand. Le mémorial Andreasstraβe pourrait servir de modèle au moment du renouvellement d’un certain nombre de structures, après la disparition des témoins. C’est seulement à travers un travail scientifique approfondi et la constitution d’archives orales que les lieux de mémoire garderont leur rayonnement et leur raison d’être dans l’avenir.

Haut de page

Notes

1 Voir http://www.stiftung-ettersberg.de/andreasstrasse/, Site consulté le 10 septembre 2015.

2 Voir Theodor W. Adorno, « Was bedeutet : Aufarbeitung der Vergangenheit », dans Theodor W. Adorno, Eingriffe. Neun kritische Modelle, Frankfurt am Main, Suhrkamp Verlag, 1963, p. 125-146.

3 Kathrin Hammerstein, Julie Trappe, « Aufarbeitung der Diktatur – Diktat der Aufarbeitung ? Einleitung », dans Katrin Hammerstein, Ulrich Mählert, Julie Trappe, Edgar Wolfrum (dir.), Aufarbeitung der Diktatur – Diktat der Aufarbeitung ? Normierungsprozesse beim Umgang mit diktatorischer Vergangenheit, Göttingen, Wallstein Verlag, 2009, p. 10.

4 Le SED est le parti socialiste unifié d’Allemagne (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands, SED). Rapport du gouvernement sur l’état de l’« Aufarbeitung » de la dictature du SED, 15 novembre 2012, http://www.bundesregierung.de/Content/DE/_Anlagen/BKM/2013-01-08-bericht-aufarbeitung-sed-diktatur.pdf?__blob=publicationFile, Site consulté le 9 juillet 2016, p. 24.

5 « Bundesbeauftragten für die Unterlagen des Staatssicherheitsdienstes der ehemaligen Deutschen Demokratischen Republik », voir http://www.bstu.bund.de/DE/InDerRegion/Erfurt/_node.html, Site consulté le 10 septembre 2015.

6 Voir l’ouvrage de Carola S. Rudnik, Die andere Hälfte der Erinnerung. Die DDR in der deutschen Geschichtspolitik nach 1989, Bielefeld, transcript Verlag, 2011.

7 Notamment autour de la conception du mémorial de Bautzen, en Saxe.

8 Voir l’ouvrage de Herbert Kierstein, ancien officier de la Stasi, pour un exemple de cette rhétorique : Drachentöter. Die ‘Stasi-Gedenkstätten’ rüsten auf, Berlin, Verlag Das neue Berlin, 2012. Le titre à lui seul révèle l’orientation de l’auteur : Tueurs de dragons. Les ‘mémoriaux de la Stasi’ prennent les armes.

9 Dr. Jochen Voit, Dr. Peter Wurschi, Directives pour les entretiens avec les témoins, Mémorial Andreasstraβe.

10 Le TLStU, « Landesbeauftragte des Freistaats Thüringen zur Aufarbeitung der SED-Diktatur », soit le « mandataire du Land pour l’« Aufarbeitung » de la dictature du SED », présent dans chacun des « nouveaux Länder » créés à la réunification allemande, sert de porte-parole et d’intermédiaire aux victimes du régime communiste. Voir http://www.thla-thueringen.de/, Site consulté le 10 septembre 2015.

11 Matthias Morawski, séminaire sur la manière de gérer les rapports avec les témoins donné à l’équipe scientifique du mémorial, Mai 2013.

12 Andrea Herz, Die Erfurter Untersuchungshaftanstalt der DDR-Staatssicherheit 1952 bis 1989, Erfurt, TLStU, 2007, p. 142-143.

13 Traduction du premier contrat d’utilisation des entretiens filmés avec les témoins, Mémorial Andreasstraβe.

14 Traduction du contrat d’utilisation actuel des entretiens filmés avec les témoins, Mémorial Andreasstraβe.

15 Ibid.

16 « Haft. Diktatur. Revolution : Thüringen 1949 bis 1989 ».

17 « Ostalgie » : mot-valise formé sur les mots „Ost“, l’Est, et la nostalgie. Sur le phénomène de l’Ostalgie, voir Thomas Ahbe, Ostalgie. Zum Umgang mit der DDR-Vergangenheit in den 1990er Jahren, Erfurt, Landeszentrale für politische Bildung Thüringen, 2005.

18 Wolfgang Benz note au sujet de la muséalisation de la RDA que « dans la plupart des mises en scène muséales, la RDA apparaît, selon les intentions, comme une prison, un parc technique militaire, un univers de biens de consommation pour gens pauvres, un pays aux étranges moyens de transport fossilisés ou un vécu disparu duquel il est facile de se sentir nostalgique. » Wolfgang Benz, « Die DDR als Museumsobjekt » (« La RDA comme objet de musée »), Wolfgang Benz (dir.), Die DDR im Museum, Zeitschrift für Geschichtswissenschaft, n°12, 2011, p. 1007.

19 Marion Neiss, « Historisches Lernen durch Emotionen ? Die Gedenkstätte Berlin-Hohenschönhausen. Eindrücke. », Wolfgang Benz (dir.), op. cit., p. 1025-1032.

20 Entretien avec Sylvia Wähling, 3 septembre 2013.

21 Konrad H. Jarausch, « Zeitgeschichte und Erinnerung. Deutungskonkurrenz oder Interdependenz », dans Konrad H. Jarausch, Martin Sabrow (dir.), Verletztes Gedächtnis. Erinnerungskultur und Zeitgeschichte im Konflikt, Frankfurt am Main, Campus Verlag, 2002, p. 10.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Meier, « Mémoire orale et patrimonialisation de l’ancien centre de détention de la Stasi d’Erfurt », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 42 | 2016, mis en ligne le 14 septembre 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/afas/2986 ; DOI : 10.4000/afas.2986

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page