Navigation – Plan du site
Description de fonds

Les appelés de la guerre d’Algérie (1954-1962) dans les fonds de la division des témoignages oraux (DTO) du service historique de la Défense (SHD)

The conscripts of the Algerian War (1954-1962) in the collections of the division of the oral testimonies (DTO) of the Service historique de la Défense (SHD).
Romain Choron

Résumés

Le service historique de la Défense est le fruit de la fusion, en 2005, des quatre services historiques des armées (Air, Terre, Marine, Gendarmerie). Ces services qui traitaient essentiellement les archives écrites possédaient également des cellules d’histoire orale créées à l’initiative de la hiérarchie militaire entre 1974 et la seconde moitié des années 1990. L’histoire et les enjeux de ces cellules d’histoire orale des services historiques des différentes armées ont fait l’objet de différentes études universitaires, notamment sous la direction de Florence Descamps. La cellule d’histoire orale du Service historique de l’armée de l’Air était la plus ancienne, la collecte de témoignages oraux ayant commencé dès 1974. L’ancienneté de cette pratique fait du ministère de la Défense un des plus gros producteurs et conservateurs de corpus oraux à caractère historique.

The conscripts of the Algerian War (1954-1962) in the collections of the division of the oral testimonies (DTO) of the Service historique de la Défense (SHD).

The Service historique de la Défense is the result of the reunion, in 2005, of the four historical departments of the French armies (Air Force, Land army, Navy, Gendarmerie). These departments, which treated essentially the written archives, also possessed units of oral history created on the initiative of the military hierarchy between 1974 and second half of the 1990s. The history and the stakes of the units of oral history of these historical departments made the object of various university studies, in particular supervised by Florence Descamps. The unit of oral history of the Air Force historical Department was the oldest, the collection of oral testimonies having begun from 1974. The age of this practice makes of the French ministère de la Défense one of the biggest producers and curators of historical oral archives collections. In 2005, the merger of oral history units gives birth to the division of the oral testimonies (DTO). In 2016, the DTO holds more than 2400 testimonies, inventoried, and the finding aid is being prepared. Several oral archives collections deal with the Algerian war (1954-1962), with approximately 1 100 testimonies. The accumulation of these collections of oral archives with that of the written archives (approximately 2000 boxes, in particular in the series GR 1 H), as well as with that of the picture library (approximately 30 boxes of photos) makes of the SHD the biggest French center of resources on the Algerian war.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Florence Descamps, L’Historien, l’archiviste et le magnétophone, de la constitution. De la source o (...)

1Le service historique de la Défense est le fruit de la fusion, en 2005, des quatre services historiques des armées (Air, Terre, Marine, Gendarmerie). Ces services qui traitaient essentiellement les archives écrites possédaient également des cellules d’histoire orale créées à l’initiative de la hiérarchie militaire entre 1974 et la seconde moitié des années 1990. L’histoire et les enjeux de ces cellules d’histoire orale des services historiques des différentes armées ont fait l’objet de différentes études universitaires, notamment sous la direction de Florence Descamps1. La cellule d’histoire orale du service historique de l’armée de l’Air était la plus ancienne, la collecte de témoignages oraux ayant commencé dès 1974. L’ancienneté de cette pratique fait du ministère de la Défense un des plus gros producteurs et conservateurs de corpus oraux à caractère historique.

2En 2005, la fusion de ces cellules d’histoire orale donne naissance à la division des témoignages oraux (DTO). En 2016, la DTO possède plus de 2 400 témoignages, inventoriés et dont l’état des fonds est en cours de rédaction. Plusieurs fonds traitent de la guerre d’Algérie, à travers environ 1 100 témoignages. Le cumul de ce fonds d’archives orales avec celui des archives papier (environ 2 000 cartons notamment dans la série GR 1H), ainsi qu’avec celui de la photothèque (environ 30 cartons de photos) fait du SHD le plus grand centre français de ressources sur la guerre d’Algérie.

Présentation des corpus de témoignages oraux relatifs à la guerre d’Algérie

3En 1974, sous l’impulsion du général Christienne, chef du service historique de l’armée de l’Air (SHAA), une cellule d’histoire orale est créée. L’objectif est de compléter les fonds d’archives écrites lacunaires, expliquer la production de notes officielles, enfin saisir la mentalité, les attitudes et les aspirations de la société des aviateurs militaires. Les thèmes de collecte sont le reflet des besoins et de la culture spécifique de cette armée récente, à la pratique hiérarchique plus souple que dans les autres armées. Sont ainsi privilégiées les populations peu représentées dans les papiers officiels (les femmes, les appelés, les petits gradés), permettant ainsi de s’affranchir d’une histoire des seules élites. La nouveauté de cette collecte est de s’inscrire d’emblée dans une démarche patrimoniale, impliquant la signature de conventions de droit privé avec les témoins. La collecte et la conservation sont dès le début conçues dans l’optique d’utilisation de ces sources par des citoyens, qu’ils soient chercheurs professionnels ou amateurs. Ce projet se traduit par des entretiens biographiques assez exhaustifs, avec une méthode d’entretien d’abord libre puis semi-dirigée (à partir des années 1980), et par une mise en valeur archivistique rapide. Sous la cote AI 8Z, une collection cohérente est constituée notamment sous la conduite de Françoise de Ruffray, aidée par des appelés du contingent. En 2005, sur un fonds de 1 000 témoignages, 167 témoignages recueillis entre 1976 et 1999 évoquent la guerre d’Algérie. Ils se caractérisent par la variété de grades et de responsabilités des témoins lors de cette guerre ; aux côtés des généraux Maurice Challe, Edmond Jouhaud, Jean Becam, Jean Bazaugour, Michel Fourquet, Michel Loridan, se trouvent des pilotes, des infirmières, des appelés du contingent. Les thèmes abordés évoluent au fil des années. De 1976 à la fin des années 1980, la guerre d’Algérie, probablement encore considérée comme sensible ou trop récente, est souvent abordée à travers la description des opérations militaires ou des grands évènements politiques (semaine des barricades, putsch, etc.), parfois de façon très expéditive. À partir de 1990, des thèmes plus larges sont abordés comme la violence (la torture, les massacres et exactions, etc.), les harkis, les pieds-noirs. Les témoins livrent aussi plus volontiers leurs réflexions sur cette guerre. Une dizaine de témoins furent appelés pendant la guerre d’Algérie.

4Le fonds d’archives orales évoquant la guerre d’Algérie collecté par l’armée de Terre (86 témoignages, cotés en GR 3K) à l’initiative d’Hervé Lemoine, de 1996 à 2005, s’inscrit dans une campagne de collecte portant spécifiquement sur cette la guerre. Le choix d’une telle campagne repose sur l’importance de cette dernière guerre coloniale pour la société française. En effet, la durée de ce conflit algérien ainsi que l’implication de l’ensemble de la collectivité nationale, notamment à travers la mobilisation des appelés, ont transformé cette guerre en un événement majeur de la dernière moitié du xxe siècle. Au contraire de l’armée de l’Air, ce ne sont donc pas des récits de carrières qui sont collectés, mais des parties de carrières correspondant précisément à la période de la décolonisation algérienne, à l’exception toutefois de personnalités militaires qui ont accompli des carrières exceptionnelles par la nature de leurs fonctions (chefs d’état-major des armées, chef d’état-major particulier du président de la République, etc.). Ce fonds est constitué des témoignages de généraux et de hauts responsables de la Défense, civils et militaires, tels Jean Vaujour, Pierre Mesmer, Paul Leger, Paul Aussaresses. Les principaux thèmes de questionnement abordés à travers une grille d’entretien semi-directif sont les opérations militaires menées et les unités engagées, les enjeux de la question algérienne (enjeux sociaux avec les sections administratives spéciales, politiques, économiques), les acteurs (population, appelés, rebelles, grandes personnalités), ainsi que les réflexions des acteurs sur ce conflit. Si ces témoignages évoquent les appelés de la guerre d’Algérie, seuls deux témoins sont d’anciens appelés.

5Le service historique de la Marine nationale (SHM) a collecté 12 témoignages sur la guerre d’Algérie, cotés en 9 GG. Le fonds SHM, 170 témoignages, fut constitué en deux étapes. De 1979 à 1986, une première cellule d’histoire orale collecte, sous l’impulsion du contre-amiral Duval, des témoignages portant sur la période 1914 à 1950. Puis de 1995 à 2001, une seconde cellule d’histoire orale collecte, sous l’impulsion de Jean de Préneuf, des témoignages portant sur les forces nucléaires stratégiques de la Marine, le renseignement, les guerres d’Indochine et d’Algérie. L’objectif de cette seconde étape dans la collecte de témoignages est de compléter les sources écrites, pour des travaux de fonds réalisés à la demande de l’état-major de la Marine. Ces témoignages sont directement utilisés par les chercheurs qui assurent des cours dans l’enseignement militaire supérieur (École navale, Collège interarmées de défense). Ils permettent principalement d’élaborer des supports pédagogiques. Aucun témoin ne fut appelé pendant la guerre d’Algérie.

  • 2 NDLR. La collecte des témoignages des anciens supplétifs a commencé en 2016 ; elle est coordonnée à (...)

6Le fonds collecté par l’Office national des anciens combattants et des victimes de guerre (ONACVG), coté en GR 5K, représente 628 témoignages d’anciens acteurs de la guerre d’Algérie. Des agents contractuels de courte durée ont été recrutés dans les différentes régions françaises pour assurer la collecte auprès de témoins identifiés et contactés par les antennes départementales de l’ONAC. La formation de ces agents et la grille d’entretien ont été élaborées par le service historique de la Défense avec la caution scientifique d’universitaires comme Jean-Charles Jauffret. L’entretien se déroulait soit au domicile du témoin soit dans les locaux de l’ONAC. Les entretiens furent ensuite versés au SHD, afin d’en assurer le traitement (rédaction de l’état des fonds), la conservation, la communication au public. Lancée en 2001, cette campagne a repris en 2016 avec une série d’entretiens réalisés auprès des anciens soldats supplétifs, plus connus sous le nom de harkis2. Les moyens ayant été réduits, ce sont des agents départementaux de l’ONAC qui assurent la collecte après avoir identifié les témoins soit directement à partir de leur base de données, soit en démarchant les associations de harkis, comme ce fut le cas par exemple dans le département de la Dordogne. Au sein du corpus de l’ONAC, 260 témoins sont d’anciens appelés de la guerre d’Algérie.

7Par ailleurs, il faut mentionner deux dons privés de corpus oraux qui concernent cette période de la guerre d’Algérie :

  • 3 Raphaëlle Branche, La Torture et l’Armée pendant la guerre d’Algérie (1954-1962), Paris, Gallimard, (...)

– le fonds du professeur Raphaëlle Branche, coté en GR 4K, compte 41 témoignages collectés lors de ses travaux de recherche doctorale, de 1996 à 20013, sur les « violences illégales de l’armée française pendant la guerre d’Algérie ». Douze témoins sont d’anciens appelés de la guerre d’Algérie.

– le fonds du journaliste Gérard Marinier, coté en 2009 PB, constitué de 292 témoignages collectés entre 1980 et 2010, dans le cadre de travaux pour les revues L’Ancien d’Algérie et Ancien d’AFN magazine. Les témoins sont des personnalités politiques (Jacques Chirac, Jean-Pierre Chevènement), artistiques (Cabu), littéraires (Yves Courrière), sportives (Jacques Anquetil), mais aussi de simples citoyens. 280 sont d’anciens appelés de la guerre d’Algérie.

8Parmi les témoins de ces différents fonds, environ 540 appelés et rappelés évoquent leur expérience et le regard qu’ils portent sur cette guerre. Ils proviennent essentiellement des fonds Marinier (280) et de l’ONAC (environ 260). Dans les fonds des armées, ce sont le plus souvent les officiers de carrière qui évoquent les appelés.

9La communication des témoignages oraux est soit libre soit réservée. En 2016, deux tiers des témoignages sont librement communicables et un tiers nécessite une autorisation (soit du témoin, soit du SHD). L’information figure dans la fiche d’inventaire ou d’état des fonds. Dans le cas d’une communication réservée, la demande d’accès est instruite par la division des témoignages oraux, conformément aux conditions de communicabilité prévues dans la convention signée avec le témoin, et dans le respect du code du patrimoine.

Les appelés à travers les témoignages des officiers

10Ce sont souvent les officiers de carrière qui parlent des appelés, notamment ceux qui ont servi sous leurs ordres. Deux analyses reviennent régulièrement. La première porte sur l’évolution du comportement des appelés lors des grands événements politiques marquants entre 1954 et 1962. La seconde porte sur les relations des appelés avec leur environnement, géographique (lieu et unité d’affectation) et humain (camarades, gradés, autochtones d’origine européenne et arabe).

  • 4 SHD, AI 8Z 719.
  • 5 SHD, AI 8Z 399.

11Un des événements qui revient de manière récurrente, notamment à travers les témoignages d’officiers généraux, est celui du putsch d’avril 1961. Le général Philippe Sanders, alors sous-chef au groupement des moyens militaires de transport aérien, à Maison-Blanche, se rappelle, à partir des comptes rendus qui parviennent à son état-major, de bases aériennes bloquées par la grève d’appelés et de sous-officiers hostiles au putsch4. Mais ce qui vaut pour une base aérienne ne vaut pas nécessairement pour une autre. Ainsi, le capitaine Thérèse de Lioncourt, convoyeuse de l’Air de 1re classe, décrit des appelés perplexes, à l’image d’un certain nombre de leurs cadres de contact, manifestement décontenancés par la surprise de la nouvelle du putsch. Dès lors, le témoin explique le blocage partiel de l’activité de la base aérienne de Boufarik davantage par l’attentisme du contingent et du flottement dans les ordres, que par une action intentionnelle de s’opposer aux événements5.

  • 6 SHD, AI 8Z 943.
  • 7 SHD, GR 3K 37.

12Selon l’armée d’appartenance des témoins, le regard porté sur les rapports du contingent avec leur environnement diverge. En effet, les appelés de l’armée de l’Air, regroupés sur des bases aériennes où se déroule l’essentiel de leurs missions, n’ont pas autant d’échanges avec la population locale que les appelés de certaines unités de l’armée de Terre, dont la nature des missions (maintien de l’ordre ou opérations de ratissage) les met en contact avec la population européenne ou arabe, exception faite pour les commandos de l’Air, dont les missions de protection des bases aériennes les amènent régulièrement hors de la base. Ainsi, le lieutenant Bernard Thevenet, chef du commando de la base de Colomb Béchar se rappelle de ses appelés décontenancés par la dégradation progressive des relations, parfois teintées de mépris, entre populations européenne et arabe6. Le capitaine Hugo Geoffray, légionnaire, constate le mauvais accueil réservé par la population européenne à sa compagnie d’appelés. S’il estime que ceux-ci arrivent en Algérie en ne connaissant que les caricatures de la presse sur les colons « faisant suer le burnous », sa compagnie intervient pour empêcher le lynchage de musulmans par des pieds-noirs. Cette action, ajoutée à une certaine hostilité de la plupart de ses hommes à cette guerre, n’améliore pas les relations entre ses hommes et les Européens locaux7.

Les témoignages des appelés eux-mêmes (fonds ONAC, Marinier, Branche, SHAT)

13En août 1955, le rappel de 57 000 hommes du contingent, puis à partir de 1956, celui de 200 000 hommes des classes de 1951 à 1954 par le gouvernement de Guy Mollet, fait de la guerre d’Algérie le conflit le plus important de l’après-guerre. Les témoignages d’appelés portent sur des thèmes assez variés : le dépaysement, le peu d’intérêt pour la guerre, ou l’incompréhension des enjeux, la violence (du Front de libération nationale et des Français), leurs réflexions ou analyses sur cette période, la description de leur mission ou de leur vie quotidienne, ainsi que l’ambiance de leur unité et les relations humaines. Une étude plus fine permettrait d’identifier plus précisément des thèmes récurrents. Nous proposons ici plusieurs typologies, qui sont autant de pistes de recherches possibles.

  • 8 SHD, GR 5K 08-08.
  • 9 SHD, GR 5K 08-06.

14Une typologie selon les armées, dont les missions sont souvent différentes : ainsi Jean-Claude Vion, appelé dans l’armée de l’Air, de juillet 1960 à avril 1962, s’occupe-t-il des transmissions radiophoniques sur la base aérienne 141 (Oran) ; il évoque ses opinions antimilitaristes, ses relations avec ses supérieurs et ses camarades ; les quelques missions opérationnelles décrites sont celles des pilotes d’avion, dont il a connaissance grâce au poste occupé8. Les thèmes abordés divergent de ceux de Guy Barbin, appelé dans l’armée de Terre, de juillet 1960 à septembre 1961, servant dans un commando de chasse du 27e bataillon de chasseurs alpins, en grande Kabylie ; ce dernier évoque les opérations de ratissage, les rapports avec les autochtones, les contraintes topographiques et climatiques du pays, mais ne dit rien sur les événements politiques ni sur ses opinions personnelles9.

  • 10 SHD, DE 2009 PB 187.
  • 11 SHD, DE 2009 PB 71.
  • 12 SHD, GR 5K 11-02.
  • 13 SHD, GR 5K 08-17.

15Une typologie par catégorie de grades (soldats, sous-officiers, officiers), dont les préoccupations et les idées peuvent diverger ou converger d’une catégorie à l’autre : par exemple, le sous-lieutenant Guy Malandain, appelé de juillet 1957 à novembre 1959, chef du dépôt de munitions du corps d’armée d’Oran (service du matériel de l’armée de Terre), témoigne de la transformation psychologique, et parfois politique, des appelés, confrontés à la montée en puissance de la violence10. Son analyse converge avec celle sous-lieutenant Jacques Chirac, chef de peloton puis d’escadron (arme blindée cavalerie), de 1955 à 195711. En revanche, plus terre à terre sont les thèmes abordés par le caporal Roger Barthes, appelé de 1956 à 1958, affecté au 15e régiment de tirailleurs sénégalais12, comme pour le sergent Guy Vellenriter, appelé de 1957 à 1959, affecté au 39e régiment d’artillerie13 ; leurs préoccupations quotidiennes étaient le manque d’eau, la fatigue, l’appréhension des accrochages avec les rebelles, le courrier ou encore la date de fin de la période de service national.

  • 14 SHD, DE 2009 PB 289.
  • 15 SHD, DE 2016 TO 3.

16Une typologie par localisation géographique de la zone d’engagement : les hommes engagés dans le Sahara, comme le dessinateur Wolinski (appelé de janvier 1958 à 1961 au centre saharien d’expérimentation militaire de Reggane), qui reconnait avoir été peu marqué par la guerre14, n’ont pas la même expérience que ceux engagés dans les Aurès ou le long des barrages aux frontières. Autre exemple, le lieutenant Bernard Chien, appelé de 1959 à 1961, dirige d’abord, en 1959, une section administrative spécialisée, dans le secteur de Sidi Aich en Kabylie. Le succès rencontré par la méthode qu’il emploie lui vaut d’être muté en 1960 dans le secteur arabe de Pierre Curie, pour diriger une nouvelle section administrative spécialisée. Mais le succès n’est plus au rendez-vous. Il ne peut que constater que les procédés efficaces en zone kabyle ne le sont pas dans en zone arabe15.

17Une typologie par origine sociale ou par sensibilité politique apporterait un éclairage intéressant sur les idées et les représentations des appelés : cette typologie est notamment pertinente pour le fonds Marinier, bien que les témoins ne soient pas représentatifs du contingent envoyé en Algérie. En effet, le journaliste a fait le choix de n’interroger que d’anciens appelés devenus des personnalités nationales, voire internationales.

18Certes, certains témoins de ce fonds Marinier ont participé à ce conflit dans les mêmes conditions que la majorité des appelés. Ainsi, Auguste Cazalet, appelé de 1958 à 1960, au sein du 9e régiment d’infanterie de Marine à Bordj-Menael, participe à des escortes de convois et des patrouilles de maintien de l’ordre. Face à des attaques et des embuscades des rebelles, il se distingue et obtient la croix de la Valeur militaire. Quant à Claude Brasseur (appelé de novembre 1956 à 1958), il estime avoir été trop marqué par ses activités au sein d’une unité d’infanterie à Ténès pour en parler dans le détail.

  • 16 SHD, DE 2009 PB 88.

19Mais plus de la moitié des témoins ont occupé des postes peu exposés. Ainsi, Cabu (appelé de mars 1958 à 1960) parvient rapidement, grâce à ses dessins, à rejoindre le service de presse de Constantine. Pour autant, il évoque la contribution des appelés à la pratique de la torture. Autre exemple, François Deguelt, appelé de 1958 à 1959, affecté au service de l’action sociale, connait une expérience de chanteur au théâtre aux Armées16.

20Néanmoins, presque tous les témoins du fonds Marinier ont une opinion sur des thèmes que l’on ne retrouve pas avec la même récurrence dans le fonds ONAC, comme les réflexions politiques, notamment sur cette guerre, sur le sort des harkis et pieds-noirs, ou encore sur les courants politiques en jeu à cette époque.

  • 17 SHD, GR 4K 7.
  • 18 SHD, GR 5K 35-07.
  • 19 SHD, GR 3K 100.

21Enfin, une typologie pourrait être faite selon les dates d’appel des jeunes conscrits français. En effet, à partir de 1955, les décrets successifs pris par le gouvernement Faure permettent d’une part de rappeler sous les drapeaux des hommes ayant déjà effectués leur service national, les « rappelés », et d’autre part de prolonger la durée du service militaire d’appelés, les « retenus ». Le cas de ces derniers est présenté par Robert Bonnaud17, appelé en 1956 alors qu’il était en activité comme professeur agrégé, comme contribuant à la lassitude, voire l’hostilité, de la population face à la guerre. Par ailleurs, quand les témoins abordent la question des « rappelés », tous évoquent le mécontentement de ces derniers, manifesté parfois énergiquement. Par exemple, le sous-lieutenant Gilles Le Pays du Teilleul18, rappelé de mai à décembre 1956, se souvient du refus d’obéissance de nombreux « rappelés », et des heurts qui pouvaient en découler avec les CRS, notamment au cours des convois ferroviaires ou maritimes les menant en direction de l’Algérie. Toutefois, le général de Boisfleury19 estime que le phénomène, quoique sensible, resta relativement court et ne signifiait pas un refus d’obéissance caractérisé.

22Ainsi, ces fonds d’histoire orale du SHD constituent un carrefour pour la mémoire de la nation et de l’institution militaire, pour le patrimoine et pour l’histoire sociale, militaire et politique des appelés pendant la guerre d’Algérie.

23La mémoire des appelés de la guerre d’Algérie est d’abord individuelle. Les témoins racontent la manière dont ils se souviennent avoir vécu ce conflit. À travers leurs souvenirs et leurs représentations de cette guerre, des éléments convergents pourraient permettre d’esquisser une mémoire collective. Il s’agit d’un enjeu mémoriel important. Cette mémoire contribuerait à la cohésion de la nation, dont la définition donnée par Renan précise qu’elle est fondée sur la volonté commune de partager des valeurs qui rassemblent, et d’oublier certains événements passés douloureux qui divisent. Mais les blessures des mémoires, parfois antagonistes, sont encore vives. Du temps semble encore nécessaire.

24Les processus de conservation et de valorisation de corpus accumulés depuis plusieurs décennies alimentent un important patrimoine immatériel. La numérisation des différents supports permet d’assurer une pérennité des enregistrements. La rédaction d’outils de recherche, désormais accessibles depuis le site internet du SHD, permet aux chercheurs d’exploiter ces témoignages en fonction de leurs thèmes d’étude. Enfin, la possibilité offerte aux chercheurs de remettre au SHD leurs interviews réalisées dans le cadre de leurs travaux universitaires permet non seulement d’en assurer la conservation, la communication et la valorisation, mais surtout de centraliser les archives orales relatives à la guerre d’Algérie en général, et aux appelés en particulier.

  • 20 Philippe Joutard, Ces voix qui nous viennent du passé, Paris, Hachette, 1983, p. 71.

25Enfin, parmi ces appelés, une grande majorité ne laissera pas ou peu de traces écrites. L’utilisation de ce matériau oral, dans le respect des méthodes et des principes de la science historique, offre au chercheur différentes approches historiques. D’une part, ces témoignages, comme forme de représentation du passé, constituent un objet d’étude privilégié pour l’histoire culturelle. D’autre part, le récit des combats permet de compléter l’histoire militaire des grandes opérations, en apportant le point de vue des acteurs de terrain. Enfin, dans le cadre d’une histoire politique, la parole des « oubliés de l’histoire », selon l’expression de Philippe Joutard20, peut permettre de constituer un contrepoint utile aux archives documentaires souvent produites par les pouvoirs en place.

Haut de page

Notes

1 Florence Descamps, L’Historien, l’archiviste et le magnétophone, de la constitution. De la source orale à son exploitation, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 2001, notamment p. 177-181.

2 NDLR. La collecte des témoignages des anciens supplétifs a commencé en 2016 ; elle est coordonnée à l’ONACVG par Abderahmen Moumen, chargé de mission Mémoire de la guerre d’Algérie. Une trentaine de témoignages ont d’ores et déjà été déposés au SHD, une quarantaine est en cours de dépôt, tandis que le recueil de cette mémoire va se poursuivre sur l’année 2017. Les témoignages non consultables actuellement ont vocation à le devenir, dès que les conditions en seront réunies.

3 Raphaëlle Branche, La Torture et l’Armée pendant la guerre d’Algérie (1954-1962), Paris, Gallimard, 2001, 474 p.

4 SHD, AI 8Z 719.

5 SHD, AI 8Z 399.

6 SHD, AI 8Z 943.

7 SHD, GR 3K 37.

8 SHD, GR 5K 08-08.

9 SHD, GR 5K 08-06.

10 SHD, DE 2009 PB 187.

11 SHD, DE 2009 PB 71.

12 SHD, GR 5K 11-02.

13 SHD, GR 5K 08-17.

14 SHD, DE 2009 PB 289.

15 SHD, DE 2016 TO 3.

16 SHD, DE 2009 PB 88.

17 SHD, GR 4K 7.

18 SHD, GR 5K 35-07.

19 SHD, GR 3K 100.

20 Philippe Joutard, Ces voix qui nous viennent du passé, Paris, Hachette, 1983, p. 71.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Choron, « Les appelés de la guerre d’Algérie (1954-1962) dans les fonds de la division des témoignages oraux (DTO) du service historique de la Défense (SHD) », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 43 | 2017, mis en ligne le 14 juin 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/afas/3036 ; DOI : 10.4000/afas.3036

Haut de page

Auteur

Romain Choron

Chef de la division des témoignages oraux

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page