Navigation – Plan du site
Recherche

Tour d’horizon de l’histoire orale en Europe centrale et orientale : la République tchèque

Agnès Arp

Texte intégral

1Sur l’invitation de Florence Descamps, présidente de l’AFAS, nous commençons un voyage en Europe centrale et orientale sur la situation de l’histoire orale, avec un jeune et talentueux historien tchèque, Pavel Mücke. Notre objectif est de dresser un état des lieux de la recherche en histoire orale et de ses principales thématiques dans les pays de l’Est, depuis l’émergence de cette dernière au moment de l’ouverture du rideau de fer jusqu’à aujourd’hui.

2Pavel Mücke est un historien contemporain de l’histoire de la République tchèque. Il travaille au centre d’histoire orale de Prague et à l’institut d’histoire du temps présent de l’académie de sciences de Prague. Son texte, intitulé « Wor(l)ds of Czech Oral History (1990–2015). A Couple of Historiographical Remarks. Les mondes et les mots de l’histoire orale tchèque (1990-2015) : remarques méthodologiques », décrit comment l’histoire orale s’est imposée comme méthode scientifique et discipline universitaire en République tchèque dans les années 2000. Pavel Mücke a été l’élève de Miroslav Vaněk, père fondateur de l’histoire orale en République tchèque. Aujourd’hui, ils travaillent ensemble au centre d’histoire orale de Prague.

3L’histoire orale connaît aujourd’hui en République tchèque une légitimité indéniable. Le point de départ se situe en 1994. Dans la seconde partie de son texte, intitulé « sphère publique et recherche en République thèque après 1989 », Pavel Mücke développe l’idée d’un réel épanouissement de l’histoire orale concomitant à la révolution de Velours de 1989 et au boom mémoriel qui s’est ensuivi. L’influence des historiens dissidents ou discriminés sous le régime communiste est alors déterminante. Ces historiens de la génération 1968, qui ont conduit des entretiens biographiques dans les années 1950 et 1960, prennent l’initiative de créer en 1990 l’Institut d’histoire du temps présent à Prague. Cette expérience est également portée par des historiens exilés, notamment par Karel Bartošek, arrivé en France dans les années 1980 et affilié à l’Institut d’histoire du temps présent de Paris (IHTP) jusqu’en 1996. 2000 est par la suite une année charnière avec la création d’un centre d’histoire orale au sein de cet institut inauguré et dirigé par Miroslav Vaněk. Plusieurs centres d’histoire orale voient le jour par la suite, l’un des plus importants étant celui du centre d’histoire visuelle Malach à Prague.

4L’histoire orale se développe au sein de plusieurs disciplines qui s’emparent de l’approche biographique telles la sociologie, l’ethnologie, les études folkloriques, l’anthropologie, la linguistique, la littérature, les études théâtrales, les sciences politiques, sans pour autant mener des recherches communes. Au début des années 2000, des groupes interdisciplinaires se créent, et la méthode s’établit. On peut distinguer quatre grands projets de recherche menés depuis 1995, tous dirigés par Miroslav Vaněk : le premier, financé de 1995 à 1998, analyse le rôle des étudiants tchèques pendant la révolution de Velours. Vaněk se penche ensuite au tournant des années 2000 sur les élites politiques et les dissidents pendant la période de normalisation, et constitue pour la première fois une équipe de recherche tchèque et slovaque. Ce projet connaît de nombreuses réticences d’historiens peu enclins à accorder la parole aux anciens membres du parti communiste. Soixante-treize anciens fonctionnaires sont ainsi interviewés. Enfin, le troisième projet se penche sur l’histoire du quotidien de la majorité silencieuse : entre 2006 et 2008, Vaněk conduit des entretiens biographiques avec d’anciens ouvriers et des membres de l’intelligentsia. Le dernier projet, tout juste achevé, et financé de 2001 à 2015, poursuit cette réflexion autour des « gens normaux » sous la dictature en étudiant de près la « société tchèque pendant la période de la normalisation et de la transformation ». Il définit des groupes « invisibles » de la société, comme les employés dans l’industrie, les soldats, les policiers, les pompiers, les chefs d’entreprise et les agriculteurs. L’équipe scientifique du centre d’histoire orale de Prague s’attache aujourd’hui à reprendre tous les entretiens menés depuis 25 ans pour les soumettre à une seconde interprétation afin d’analyser l’expérience historique du changement des valeurs opéré pendant les dernières quarante années dans la société tchèque.

  • 1 Sur l’histoire de l’IOHA, Annette Leo et Franka Maubach, Den Unterdrückten eine Stimme geben ? Die (...)
  • 2 Sur l’évolution de ce congrès, Agnès Arp, « Plattform, Fluchtpunkt und Etablierungsraum. Die Intern (...)

5La dernière partie de l’article de Pavel Mücke s’attache à retracer l’évolution de la création d’une communauté transdisciplinaire autour de l’histoire orale en République tchèque. Le premier cours d’histoire orale à la faculté d’histoire de l’université Charles à Prague démarre en 2001. Sept années plus tard, fort du succès de son enseignement, Miroslav Vaněk crée un master bilingue anglais/tchèque en histoire orale, unique en Europe, intitulé simplement « Histoire orale et histoire contemporaine ». Parallèlement à cette implantation pédagogique et scientifique à l’université Charles, Vaněk institutionnalise en 2007 l’histoire orale avec la création du centre d’histoire orale tchèque au sein de l’Institut du temps présent à Prague. Depuis 2009, le centre organise des conférences internationales biannuelles. Un des éléments constitutifs de l’institutionnalisation de l’histoire orale en République tchèque réside dans un échange constant avec les collègues internationaux depuis le début des années 1990. Le dernier paragraphe consacré à l’internationalisation de l’histoire orale insiste sur l’importance et la richesse des échanges menés avec des historiens tels Paul Thompson, Lutz Niethammer, Rob Perks ou encore Donald A. Ritchie. Les collègues de l’université de Chapell Hill aux États-Unis soutiennent financièrement le travail mené par Vaněk, et participent à la création de l’association d’histoire orale tchèque, qui se propose d’organiser la seizième conférence internationale d’histoire orale (IOHA), qui se tient pour la première fois depuis 1976 dans une université de l’Europe de l’Est1. Vaněk devient ainsi le président de l’IOHA de 2010 à 2012, ce qui propulse sa carrière au niveau international, et légitime d’autant plus son travail scientifique dans son pays d’origine. Il parvient ainsi à imposer une section d’histoire orale au sein du prestigieux Congrès international des sciences historiques tenu pour la vingt-deuxième fois au mois d’août 2015 à Jinan en Chine2.

6La République tchèque constitue une exception européenne inégalée dans la recherche en histoire orale, et ce grâce à la qualité de la recherche de Miroslav Vaněk et de son équipe et à leur engagement infatigable pour légitimer cette approche au sein de l’université tchèque.

Haut de page

Notes

1 Sur l’histoire de l’IOHA, Annette Leo et Franka Maubach, Den Unterdrückten eine Stimme geben ? Die International Oral History Association zwischen politischer Bewegung und wissenschaftlichem Netzwerk, Göttingen, Wallstein, 2014.

2 Sur l’évolution de ce congrès, Agnès Arp, « Plattform, Fluchtpunkt und Etablierungsraum. Die Internationalität der IOHA », ibid., p. 160-194.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Arp, « Tour d’horizon de l’histoire orale en Europe centrale et orientale : la République tchèque », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 43 | 2017, mis en ligne le 08 août 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/afas/3054 ; DOI : 10.4000/afas.3054

Haut de page

Auteur

Agnès Arp

Historienne, Jena/Potsdam

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page