Navigation – Plan du site
Valorisation et médiation

Retour sur l’exposition « Voix cheminotes. Une histoire orale des années 1930 à 1950 »

Choix scénographiques et dispositifs sonores
Cécile Hochard

Résumé

Du 8 avril au 4 juillet 2015, les Archives nationales (sur leur site de Pierrefitte-sur-Seine) ont accueilli l’exposition sonore « Voix cheminotes. Une histoire orale des années 1930 à 1950 », conçue et réalisée par Cécile Hochard, commissaire générale, assistée de Anne-Laure Hérout, avec l’aide et le soutien de l’équipe du pôle Archives orales de Rails et histoire, Sylvère Aït Amour, Myriam Fellous-Sigrist, Pandélis Mavrogiannis et Anne-Florence Piot1. L’originalité de ce projet a été de proposer aux visiteurs d’écouter plus de deux heures trente d’extraits d’entretiens menés avec des cheminots ayant vécu et travaillé pendant la Deuxième Guerre mondiale, contextualisés par une centaine de documents figurés et d’objets. La place respective des archives écrites et du son a donc été inversée par rapport au mode de présentation majoritairement rencontré dans les expositions historiques. La primauté accordée au son et à la voix des témoins a nécessité la mise en œuvre de choix scénographiques et de dispositifs sonores spécifiques et originaux. L’ensemble a été réalisé grâce à une coopération étroite et un dialogue constant entre l’équipe de Rails et histoire, les scénographes et les plasticiens sonores qui ont travaillé sur cette exposition.

Haut de page

Entrées d’index

Géographie :

Lieu France
Haut de page

Texte intégral

À l’origine de l’exposition, une collecte d’archives orales de grande ampleur

  • 2 Myriam Fellous-Sigrist a rédigé en juillet 2014 un rapport final et bilan du projet Appel à témoign (...)
  • 3 Le site internet Mémoire orale de l’industrie et des réseaux (www.mémoire-orale.org), créé en 2007, (...)

1Le projet et la réalisation de la collecte intitulée « Vie et travail au quotidien pendant la Deuxième Guerre mondiale : mémoire et récits de cheminots2 » se sont inscrits dans la continuité du travail de recueil d’archives orales et de mise en ligne des entretiens sur un site dédié, Mémoire orale de l’industrie et des réseaux3 (MOIR), mené par Rails et histoire depuis le début des années 2000. Ils se sont par ailleurs déroulés dans le contexte particulier des procédures judiciaires et parlementaires lancées aux États-Unis contre la SNCF sur la question de sa participation à la déportation des juifs de France.

  • 4 Un quatrième enquêteur, employé de Rails et histoire, a réalisé quatre de ces 210 entretiens.

2Après plusieurs mois d’élaboration commune d’un projet de recherche sur l’histoire des cheminots pendant la Deuxième Guerre mondiale, la SNCF lance, à la fin de l’année 2011, un appel à témoignages auprès de ses anciens employés (et de leurs familles) qui ont vécu et travaillé pendant cette période. Rails et histoire réalise alors, dans le cadre d’une convention, le projet de collecte, de traitement scientifique et technique, de mise en ligne des entretiens oraux réalisés. Cet appel, diffusé entre décembre 2011 et septembre 2012, dans des publications à destination des cheminots, actifs ou retraités (La Vie du Rail, La Lettre au pensionné, La Lettre à l’affilié), a également été distribué au sein de la SNCF, sous forme de tracts et d’affiches, mais aussi adressé à l’ensemble des services d’archives départementales, à une centaine d’associations, de musées liés à l’histoire ferroviaire ou à la période de la Deuxième Guerre mondiale. Cette large diffusion a donné lieu à 700 réponses en rapport direct avec l’appel, tant de témoins de la période que de descendants de cheminots, de personnes souhaitant partager leurs souvenirs des années 1939 à 1945 ou proposant des documents. Face à ce nombre, l’équipe de Rails et histoire a fait le choix de privilégier le recueil des témoignages des cheminots en activité pendant la guerre et d’opérer une sélection parmi les descendants, après un entretien téléphonique préalable et/ou l’envoi d’un récit écrit. Le fait que l’appel a été lancé par la SNCF et non directement par Rails et histoire a permis d’établir immédiatement une relation de confiance avec les témoins, un entre soi supposé qui a facilité le contact. La parole et la liberté de récit n’ont toutefois pas été entravées par le fait que les enquêteurs n’étaient pas des cheminots en activité. De mars 2012 à décembre 2013, trois membres du pôle Archives orales de Rails et histoire4 ont réalisé 210 entretiens (dont certains collectifs) dans toute la France, d’une durée comprise entre 40 minutes et 5 heures 30, pour un total de 400 heures d’enregistrement. Par ailleurs, l’appel à témoignages a permis de recueillir plus de 3 000 documents déposés au Centre national des archives historiques de la SNCF (CNAH), situé au Mans, sous forme de prêt ou de don et systématiquement numérisés. L’immense majorité des entretiens a eu lieu au domicile de chaque témoin dans plus de 180 villes et villages français et ce sont environ 100 000 kilomètres de trajets qui ont été effectués par les enquêteur/trice/s. Forts de l’expérience de Rails et histoire en matière de recueil d’archives orales, nous avons fait le choix, pour des questions financières, logistiques et méthodologiques, de ne réaliser que des captations sonores alors qu’il avait été envisagé dans un premier temps de filmer quelques personnes. La réalisation d’un portrait photographique des témoins qui l’autorisaient a permis de conserver une image de chacun et permet également de visualiser l’environnement dans lequel l’entretien a eu lieu. Ces portraits accompagnent la mise en ligne des enregistrements sur MOIR.

3Notre souci constant a été la protection des témoins et l’encadrement juridique rigoureux de la parole recueillie. Un contrat de don et de cession des droits patrimoniaux liés à l’enregistrement a été signé par chaque témoin qui précise ce que Rails et histoire peut faire, ou pas, en matière d’utilisation et de diffusion des témoignages et des photographies prises lors de l’entretien. La possibilité était ainsi offerte d’anonymiser le témoignage, d’en retirer pour la diffusion toute donnée relevant de la vie privée (date et lieu de naissance, situation de famille, étapes de la carrière). Le témoin pouvait également choisir de restreindre l’accès à l’enregistrement (en particulier son utilisation pour une diffusion publique) et s’opposer à sa mise en ligne.

4Enfin, chaque enregistrement fait l’objet d’un traitement documentaire (par la rédaction d’une fiche chronothématique) et technique (de travail sur le son) avant la mise en ligne (à condition qu’elle ait été acceptée par contrat). À ce jour (juillet 2016), 81 enregistrements sont proposés à l’écoute en ligne sur MOIR ; ceux qui ne le sont pas encore ou pour lesquels le témoin a refusé la diffusion sur Internet peuvent être consultés dans les locaux de Rails et histoire.

5La question de la valorisation et de la restitution au public de cette collecte exceptionnelle, tant par son ampleur que par la richesse des témoignages recueillis, s’est rapidement posée, alors même que les entretiens étaient encore en cours. Au fil des discussions au sein de l’équipe et avec la SNCF, il est apparu qu’une exposition serait le meilleur vecteur pour transmettre cette mémoire et faire connaître l’histoire des cheminots pendant la Deuxième Guerre mondiale. Nous avons alors recherché un lieu susceptible d’accueillir ce projet. Des contacts noués avec Isabelle Chave (responsable du Département de l’exécutif et du législatif) et Patricia Gillet (responsable du pôle Seconde Guerre mondiale) ont abouti à une réunion conjointe Rails et histoire / Archives nationales en octobre 2013 au cours de laquelle nous avons présenté et détaillé le projet d’exposition sonore, en particulier au responsable du département de l’Action culturelle et éducative, Pierre Fournié. En décembre, Agnès Magnien, alors directrice des Archives nationales, a donné son accord à l’accueil de l’exposition sur le site de Pierrefitte-sur-Seine entre avril et juillet 2015. Dès lors, le travail de délimitation du contenu de l’exposition a été entrepris avec la rédaction d’un scénario et la définition d’un parcours muséographique, envisagé comme un périple à travers la France, à la rencontre des témoins, de leur famille, de leur histoire individuelle, de leurs documents. Un tel parti permettait de maintenir présent à l’esprit des visiteurs le fait qu’il s’agit de la restitution d’une collecte, source de connaissances nouvelles sur la période. L’équipe réunie autour de la commissaire de l’exposition a procédé à la sélection des éléments du corpus susceptibles d’être exposés. Les documents disponibles – photographies, carnets et journaux intimes, dessins, cartes postales, documents officiels, etc. – ainsi que les objets – médailles, brassards, appareils photographiques, postes de radio, outils et matériels estampillés SNCF, etc. – ont été choisis en priorité parmi ceux recueillis lors de la collecte auprès des témoins et des répondants (ce dernier terme désigne les personnes qui ont proposé un témoignage et/ou des documents, sans qu’il nous soit possible de les rencontrer) à l’appel à témoignages. Ces documents (originaux et numérisations), déposés au Centre national des archives historiques de la SNCF, ont été ponctuellement complétés et enrichis, pour les besoins de l’exposition, par les collections des Archives nationales, du musée de la Résistance nationale à Champigny-sur-Marne, de l’Institut d’histoire sociale CGT cheminots, de l’agence photographique Gamma-Rapho et des Archives départementales de la Manche. Enfin, la SNCF a mis à notre disposition l’ensemble de sa photothèque et de sa vidéothèque.

6Le parcours muséographique de l’exposition a été élaboré à partir de cinq principes généraux que l’équipe a définis et déclarés incontournables. Le son, et en premier lieu la voix des témoins, devait être au centre de l’exposition. Chaque thématique abordée devait l’être d’abord par des montages sonores, dont les modes d’écoute seraient différents (individuel ou en groupe) selon le contenu des extraits choisis. Chaque partie et sous-partie devait être contextualisée afin d’expliciter les thèmes traités, les propos tenus et les documents présentés. Une attention constante aux différences régionales dans la France de la première moitié du xxe siècle, aux zones de statut différent pendant l’Occupation était déclarée indispensable et le propos devait inclure des allers-retours, des résonances entre les différentes échelles d’analyse (contexte général français et européen, la communauté cheminote, les régions et les zones). Enfin, le découpage chronologique proposé dans le scénario devait servir de fil conducteur ; ce sont toutefois les thématiques traitées qui furent mises au premier plan du discours, celui-ci ne suivant donc pas nécessairement l’exacte chronologie des événements d’avant-guerre, de la guerre et de l’après-guerre.

7Il s’est agi alors de choisir l’équipe scénographique responsable à la fois de la conception de l’exposition (le parcours muséographique), de la réalisation et du suivi de sa scénographie (fabrication des supports, des cartels de documents, etc.) ainsi que de son graphisme.

Le parti pris scénographique

Recrutement des scénographes, procédures suivies et choix final

8Après des recherches sur Internet, des contacts pris au forum des Archivistes en mars 2013, au salon SimeSitem en janvier 2014 et la visite de nombreuses expositions, l’équipe de Rails et histoire a rencontré, entre décembre 2013 et mars 2014, plusieurs agences de scénographes dont le travail semblait en adéquation avec le thème abordé et nos attentes. Nous souhaitions prendre connaissance de leur travail, de la composition de leurs équipes et leur présenter le projet d’exposition. Tous les interlocuteurs se sont déclarés intéressés. Un cahier des charges détaillé a été envoyé à quatre agences le 8 avril 2014, les avant-projets devant être rendus le 11 mai suivant. Les attentes de l’équipe de l’exposition sont exprimées particulièrement par ces préconisations :

  • 5 Extraits du cahier des charges adressé le 8 avril 2014 aux agences scénographiques.

« Le scénographe devra s’attacher à mettre en adéquation le fond (le propos développé) et la forme présentée. La Deuxième Guerre mondiale, au cœur de l’exposition même si elle n’en constitue pas la totalité, est pour beaucoup une période marquée par les pénuries alimentaires, les difficultés de chauffage, l’absence de proches, qu’elle soit temporaire ou définitive. Elle se caractérise également par une continuité du quotidien (notamment au travail), une recherche de “normalité”, un souhait de vivre sa vie malgré tout (on pense ici au sport, à la célébration des fêtes et cérémonies religieuses ou laïques, aux bals clandestins, à la culture d’une manière générale) et s’insère dans une chronologie plus large que nous avons souhaité étendre à l’ensemble de la période 1930-1950. On précise ici qu’une forte proportion de témoins était âgée de 15 à 30 ans pendant l’Occupation.
Il s’agira également de faire comprendre, de faire ressentir une époque à la fois lointaine (par les conditions de vie, de travail, les relations familiales et intergénérationnelles…), mais dont il reste des contemporains, et familière (par le récit des grands-parents, la scolarité…).
La visite de l’exposition devra amener le public à s’interroger sur ses représentations de la période et à mettre en question ses idées reçues. Aucune des réalités de l’époque ne sera occultée, même les plus douloureuses, tragiques, polémiques, tels le STO et les différentes façons dont il a été vécu, les relations entre les cheminots français et allemands, la collaboration, la déportation5. »

9Parmi les projets reçus, deux se détachaient nettement des autres et nous avons décidé de recevoir les agences concernées afin qu’elles nous fassent une présentation orale de leur projet. C’est le dossier présenté par Au Fond à gauche, collectif constitué de Guillaume Lanneau et Bruno Charzat, qui nous a convaincus lors de cette dernière étape : il présentait la meilleure adéquation avec nos préconisations, tant du point de vue de la scénographie que de la diversité des dispositifs sonores et du matériel envisagé. De plus, ce projet, moins abouti et détaillé en apparence, offrait une marge de manœuvre et d’adaptation appréciable et appréciée. Et, surtout, la présence des plasticiens sonores, Stéphanie Collonvillé et Stéphane Lehodey, du collectif Phonotopie, a montré dès cette première étape que la place centrale que nous souhaitions accorder au son avait été comprise.

Une scénographie originale

10La salle d’exposition des Archives nationales à Pierrefitte, quadrilatère de 395 m2, est soumise à un certain nombre de contraintes techniques (en particulier la nécessité de respecter une diagonale de sécurité pour permettre l’évacuation des lieux par une sortie de secours) que les scénographes ont dû s’attacher à respecter. On accède à cette salle par un couloir, vitré sur sa droite et donnant sur l’extérieur, qui a été utilisé pour expliquer aux visiteurs que l’exposition qu’ils allaient découvrir était la restitution d’une collecte d’archives orales et présenter celle-ci. Il fallait préciser d’emblée qu’il ne s’agissait pas de proposer une histoire de la SNCF et des cheminots pendant la Deuxième Guerre mondiale, mais bien de transmettre la mémoire des cheminots témoins tout en faisant œuvre d’histoire, de nécessaire contextualisation et de mise en perspective.

11Nous avons choisi de présenter, sous vitrine, dans ce couloir d’accès à la salle d’exposition, le « matériel de collecte » : l’enregistreur Tascam, l’appareil photo, les contrats ainsi qu’une sélection de documents donnés par les témoins pour en montrer la diversité. Afin de visualiser les distances parcourues par les enquêteurs et les lieux des entretiens, les scénographes ont réalisé une représentation graphique des villes et villages dans lesquels au moins un témoin a été rencontré, s’inspirant du découpage du réseau ferroviaire en régions, et ont collé cette vitrophanie sur les grandes vitres du couloir.

Vue de la représentation graphique des lieux d’entretiens, présentée dans le couloir d’accès à la salle d’exposition

Agrandir

© Rails et histoire

12Les choix scénographiques réalisés par Au Fond à gauche reposent sur la volonté de créer un lien entre le sujet et la forme visuelle de l’exposition grâce au choix des matériaux utilisés, le bois et le métal qui rappellent en effet l’univers ferroviaire. Le mobilier original a spécialement été créé avec, comme support pour les documents, des pièces de bois de 2,20 mètres de long évoquant les traverses de chemin de fer que l’on trouve sur les voies. Chacune des vingt « traverses » présentaient entre deux et sept documents et seize d’entre elles étaient équipées d’un dispositif d’écoute sonore. Ces traverses ont également été utilisées pour créer les cinq bancs (reprenant l’idée des compartiments de train) sur lesquels les visiteurs écoutaient des témoignages plus longs.

Vue d’une traverse avec le texte introductif d’une partie

Agrandir

© Rails et histoire

Les bancs

Agrandir

© Rails et histoire

13L’originalité et la sobriété ont également caractérisé le mode de présentation des documents. Le choix avait été fait dès le départ de proposer une majorité de reproductions – il était en effet difficile de demander de nouveau les originaux aux témoins et répondants à l’appel à témoignages. Ce sont donc des impressions numériques de très bonne qualité qui ont été contrecollées sur des plaques d’acier et présentées sur les traverses. La nécessaire qualité du fichier numérique original a parfois été un facteur de sélection de certains documents, la numérisation n’ayant pas toujours été optimale. Nous souhaitions toutefois proposer aux visiteurs certains originaux, en particulier des objets, mais aussi, par exemple un carnet personnel rédigé par un cheminot envoyé en Allemagne dans le cadre du Service du travail obligatoire (STO)qui, outre un récit journalier, contient de magnifiques dessins. Guillaume Lanneau et Bruno Charzat ont fabriqué des cadres originaux d’épaisseurs diverses, toujours en métal, pour protéger chacun de ces documents. Par ailleurs, quatre vitrines ont été utilisées pour protéger les objets. Enfin, les cartels, tant ceux des documents reproduits que des montages sonores, ont été imprimés sur des plaques d’acier et vissés sur les traverses. Les textes introductifs des cinq grandes parties, volontairement courts et proposant une contextualisation de la séquence chronologique ou thématique abordée, ont également été imprimés sur plaques d’acier et disposés sur la première traverse de la partie considérée. Le parcours de l’exposition et la structuration de l’espace de la salle d’exposition ont été réalisés grâce à des voiles tendus du plafond au sol et sur lesquels des photographies rappelant l’univers ferroviaire étaient projetées. Les différentes parties étaient signalées par des tapis posés au sol sur lesquels le titre de chacune a été imprimé.

14L’équipe de Rails et histoire a souhaité que les visiteurs mal ou non-voyants puissent également profiter de cette exposition sonore. Cinq documents (un par partie) ont donc été imprimés en relief et un livret en braille proposait la transcription des textes introductifs et un plan tactile de l’exposition.

Vue d’ensemble d’une partie de l’exposition

Agrandir

© Rails et histoire

15Cette scénographie, dont l’élaboration et la réalisation ont fait l’objet d’ajustements et discussions constantes entre les différentes parties prenantes du projet (Rails et histoire, Au fond à gauche, Phonotopie et les Archives nationales), a été très largement appréciée par les visiteurs de l’exposition, en particulier pour son originalité. Cet aspect a été souligné à de nombreuses reprises dans les commentaires laissés sur le livre d’or ou lors des discussions qui ont eu lieu à l’issue des visites guidées. Les différents éléments (traverses, bancs) ont été pensés comme support non seulement des documents visuels, mais également des montages sonores, cœur du projet.

Le choix des dispositifs sonores et la mise en valeur des voix

Mode de sélection des témoignages et montages sonores

16Le choix des extraits sonores a débuté dès que le scénario et le plan précis de l’exposition ont été fixés. Ces éléments ont été sélectionnés selon des critères scientifiques, tout en tenant compte des termes du contrat signé entre chaque témoin et Rails et histoire et de l’avancée du traitement technique et documentaire des entretiens. C’est donc environ la moitié des témoignages du corpus qui a été retenue pour effectuer la sélection. Il s’est agi de proposer à Phonotopie, plasticiens sonores chargés de réaliser l’ensemble des montages audio, une présélection d’extraits pour chaque traverse et chaque banc. Ce travail a été réalisé à partir des fiches chronothématiques qui accompagnent les entretiens déjà traités, grâce à une recherche par mots clés, et des notes et sentiments des enquêteurs à qui il a été demandé d’établir une liste des passages particulièrement marquants ou pertinents. La qualité d’un enregistrement, tout comme celle des numérisations pour les documents visuels, est parfois entrée en ligne de compte au moment du choix des extraits. La sonnerie très forte d’une horloge qui retentit lorsque le témoin évoque un souvenir important ne permet hélas pas de retenir l’extrait, d’où l’importance des conditions de captation du son au moment de l’entretien. Les plasticiens sonores souhaitaient disposer d’une sélection assez large afin de s’imprégner du contenu des témoignages avant de réaliser le montage final. Ils ont donc disposé au total de 33 heures d’extraits, réduits à 2 h 10 dans l’exposition. Sur les 210 témoins qui constituent l’intégralité du corpus, la voix de 62 d’entre eux est présente dans les différents dispositifs sonores, l’un des objectifs de l’exposition était, en effet, de faire entendre un nombre de personnes le plus élevé possible, afin de varier le contenu des propos, les accents régionaux, les catégories d’interviewés (directs, descendants, conjoints, etc.).

  • 6 Leurs intentions et leur méthode de travail ont été développées lors de la table ronde de la journé (...)

17Le principal souci de Stéphanie Collonvillé et Stéphane Lehodey du collectif Phonotopie a été de proposer des conditions d’écoute optimales6. Ils ont, pour cela, réalisé un travail sur le son afin que les visiteurs de l’exposition puissent s’approprier les témoignages, ressentir une proximité avec le témoin. Si certains enregistrements ont été « nettoyés » afin de rendre l’écoute plus agréable, dans d’autres cas, des sons parasites ont été laissés afin de conserver le contexte dans lequel le témoignage avait été réalisé. Ces montages sonores, d’une durée de trois à sept minutes pour les traverses et de dix à treize minutes pour les bancs, sont ponctués soit par les questions de l’enquêteur soit par un son qui évoque l’univers ferroviaire, afin d’offrir à l’auditeur une respiration dans l’écoute. Ce point a été l’objet de longues discussions entre l’équipe de Rails et histoire et Phonotopie, car nous trouvions que cela hachait les témoignages, sans doute à cause de l’habitude d’écouter de longs enregistrements. Toutefois, les plasticiens sonores ont eu raison d’insister et le résultat final a montré que ces respirations étaient absolument nécessaires. La durée plus longue des montages sur les bancs a permis de développer certains thèmes pour lesquels nous disposions de très nombreux témoignages ou dont l’intérêt historique nécessitait le développement, par exemple l’exode de juin 1940 ou encore la description des métiers exercés par les témoins.

18Les témoignages recueillis dans le cadre de la collecte d’archives orales constituent le cœur de l’exposition, mais ils ne sont pas les seuls sons proposés à l’écoute et chacun d’entre eux a bénéficié d’un dispositif spécifique.

Variété des dispositifs

19La présentation de la collecte, dans le couloir d’accès à la salle, était également sonore puisqu’un montage réalisé avec la présentation des témoins par eux-mêmes (leur nom, prénom, date et lieu de naissance) et qu’introduisait Simone Hérault, la voix de la SNCF, permettait aux visiteurs de « rencontrer » les femmes et les hommes qu’ils allaient ensuite entendre plus longuement dans l’exposition elle-même.

20Ce principe du son aérien se retrouve ensuite dans la salle. Dès les premières discussions avec Phonotopie, l’idée d’une boucle sonore contenant différents bruits de locomotive, de jets de vapeur, d’autres rappelant la vie quotidienne (des voix indistinctes, un aboiement de chien), diffusée en fond sonore nous avait été soumise. Nos réticences initiales (crainte de parasitage du reste des sons) ont rapidement été balayées par les arguments des plasticiens sonores qui l’envisageaient comme fugace et intermittente, faisant pendant aux voiles dans le processus de structuration de l’espace. Ce son, d’un faible niveau, sert à l’immersion du visiteur dans le monde ferroviaire, mais aussi à éviter le silence total après une écoute au casque.

21Les montages sonores, présents sur les traverses ou sur les bancs, sont en effet accessibles par l’intermédiaire d’une écoute au casque. Après avoir hésité entre des casques semi-ouverts ou fermés, Stéphanie Collonvillé et Stéphane Lehodey ont opté pour ces derniers, afin de privilégier la qualité d’écoute et l’isolement de l’auditeur. La présence de deux casques par traverse et de six par bancs permet toutefois un partage et une discussion entre les visiteurs, afin qu’ils puissent échanger leurs impressions comme dans une exposition plus « classique » où les gens commentent les documents ou les œuvres présentés. Le déclenchement des montages, stockés sur une carte SD, se réalise grâce à un bouton poussoir présent à côté du cartel présentant le contenu de chacun d’entre eux.

22Voici deux exemples de montages sonores présents dans l’exposition ; le premier, sur une traverse, propose une sélection de trois témoignages sur le thème de l’apprentissage ; le second était à écouter sur le banc consacré à différents aspects de la vie quotidienne pendant l’occupation allemande.

23Dernier dispositif présent dans cette exposition « Voix cheminotes » : des « douches sonores » situées à l’entrée de chacune des cinq parties et dont le contenu a été conçu comme le pendant des textes introductifs, donnant à écouter des actualités d’époque, des extraits de discours, des chansons afin de plonger le visiteur dans l’univers auditif qui était celui des témoins. Ces douches sont situées au-dessus des tapis indiquant le titre de chaque partie, ce qui permettait d’absorber le son et de proposer une zone d’écoute véritablement localisée. Les montages proposés par ce dispositif étaient déclenchés au passage du visiteur par un système de capteur.

Un exemple de douche sonore

Agrandir

© Rails et histoire

24La qualité du matériel choisi par Phonotopie, et surtout du travail qu’il a réalisé, a permis à l’ensemble de ces dispositifs de fonctionner sans incident majeur pendant les trois mois de présentation de l’exposition.

Bilan et perspectives

  • 7 Parmi les 34 réponses à ce questionnaire, les hommes et les femmes sont à parts égales. Plus de 2/3 (...)

25Cette expérience de collecte de grande ampleur d’archives orales a permis, grâce à l’échange de la parole, de participer à l’établissement d’un dialogue à distance entre les témoins, à la construction d’une mémoire collective que Rails et histoire a souhaité valoriser et restituer au public. La conception et la réalisation de ce travail (hors collecte) ont duré environ un an, dont six mois pour la scénographie et les montages sonores. Cette exposition sonore, première du genre aux Archives nationales et parmi les pionnières dans le domaine historique en France, a rencontré un succès certain tant en termes de fréquentation que d’appréciation par le public. Les observations effectuées lors des visites et les premières analyses des réponses au questionnaire de satisfaction7 réalisé auprès des visiteurs lors des trois dernières semaines d’ouverture de l’exposition montrent le peu de familiarité du public face au matériau sonore, mais son jugement très positif une fois vaincue la réticence à mettre un casque. De nombreuses personnes ont souligné la lisibilité de la scénographie, la place centrale du son et des voix qui créent une proximité et une immersion dans le sujet traité. La simplicité d’utilisation des dispositifs sonores a été appréciée. Les douches sonores n’ont pas été systématiquement déclenchées, un certain nombre de visiteurs n’osant pas marcher sur les tapis au sol. Un court mode d’emploi de l’exposition, à l’entrée de la salle par exemple, aurait sans doute été utile. Nous avions cependant réalisé plusieurs supports de médiation à l’attention du public : un livret gratuit d’accompagnement de 56 pages, disponible à l’accueil des Archives nationales et dans l’exposition elle-même, proposait en particulier des parcours indicatifs de 30 minutes, 1 h et 1 h 30 ; des visites guidées au cours desquelles les extraits sonores étaient diffusés grâce à un amplificateur portable disposant également d’un micro.

26Nous avons souhaité que cette exposition temporaire puisse continuer à être visitée une fois démontée. Le site internet de Rails et histoire a tout d’abord proposé une sélection des documents et des montages sonores présentés à Pierrefitte-sur-Seine. Cette présentation, statique, est complétée et enrichie par une visite virtuelle, dont le principe et la réalisation ont été mis en œuvre pour la première fois par les Archives nationales, en collaboration avec Rails et histoire, à l’occasion de « Voix cheminotes ». Cette visite virtuelle est visible et audible sur les sites internet des deux institutions partenaires de l’exposition http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/visites-virtuelles/voix-cheminotes/index.html.

Haut de page

Notes

1 Une présentation complète de l’exposition est disponible sur le site internet de Rails et histoire : http://www.ahicf.com/exposition-sonore-voix-cheminotes,226.html?id_article=986

2 Myriam Fellous-Sigrist a rédigé en juillet 2014 un rapport final et bilan du projet Appel à témoignages « Les cheminots témoins de la Deuxième Guerre mondiale », 2011-2014, 25 p.

3 Le site internet Mémoire orale de l’industrie et des réseaux (www.mémoire-orale.org), créé en 2007, propose à l’écoute en ligne près de 200 entretiens réalisés par trois associations partenaires : Rails et histoire, l’Institut pour l’histoire de l’aluminium (IHA) et la Fondation EDF.

4 Un quatrième enquêteur, employé de Rails et histoire, a réalisé quatre de ces 210 entretiens.

5 Extraits du cahier des charges adressé le 8 avril 2014 aux agences scénographiques.

6 Leurs intentions et leur méthode de travail ont été développées lors de la table ronde de la journée d’étude « Écouter les archives orales du xxe siècle : conflits, répressions et militances en Europe (1930-1970) » organisée par Rails et histoire, qui s’est tenue le 28 mai 2015 dans l’auditorium des Archives nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine) : http://www.ahicf.com/exposition-sonore-voix-cheminotes,226.html?id_article=1060&sid_article=1221

7 Parmi les 34 réponses à ce questionnaire, les hommes et les femmes sont à parts égales. Plus de 2/3 des visiteurs habitent la région parisienne, ce qui laisse une proportion relativement importante de provinciaux. Une majorité absolue (20 personnes) fréquente une à douze expositions par an. Un tiers est âgé de plus de 65 ans et une très forte majorité (26 répondants sur 33 à cette question) a fait des études supérieures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Hochard, « Retour sur l’exposition « Voix cheminotes. Une histoire orale des années 1930 à 1950 » », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 43 | 2017, mis en ligne le 14 juin 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/afas/3059 ; DOI : 10.4000/afas.3059

Haut de page

Auteur

Cécile Hochard

Commissaire générale de l’exposition

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page