Navigation – Plan du site
Lu et écouté pour vous

Partigiani ! 

Zuf de Zur
Véronique Ginouvès

Entrées d’index

Géographie :

Gorizia
Haut de page

Texte intégral

1Connaissez-vous cette chanson de protestation contre la première guerre mondiale « O’ Gorizia » ? Emotion, musicalité, âpreté des paroles… le disque « Partigiani ! » est conçu à l’image de ce chant contestataire. Gorizia est une ville du Frioul d’où est originaire le groupe Zuf de Zur. Cette ville au cours des siècles a appartenu à différents pays, et elle présente une mosaïque de traits culturel allemands, italiens et slovènes mais aussi juifs et tsiganes. C’est ce qu’explique en introduction du disque Alessandro Portelli, historien de l’oral : Gorizia est une ville frontière, polyglotte, au cœur de l’Europe, aux confins de toutes les guerres. Voilà pourquoi vous trouverez dans ce disque les chants des partisans en italien, en frioulan, en français, en slovène, en yiddish… Tous ont la même violence dans l’émotivité et ont la force de vous convaincre : aujourd’hui être partisan est encore possible. Vivere di memoria non serve : Vivre uniquement dans la mémoire est inutile. Zuf de Sur revisite le chant des partisans : chants traditionnels ou créations, reprises de textes littéraires ou de lettres d’enfants incarcérés,… la lutte pour la liberté est chantée sur tous les modes, dominé par les accords tsiganes de l’accordéon de Maurizio Veraldi et du violon d’Adriano Coco, accompagnés de la guitare de Mauro Punteri, de la clarinette de Michel Bregant, de la contrebasse de Pierluigi Bumbaca et des percussions de Stefano Andreutti. Des voix puissantes traversent le disque et marquent notre esprit : « Madonuta » (plage 11), interprété par Giovanna Marini, Patriza Bovi, Francesca Breschi, Patrizia Nasini à partir d’un texte en friulan de Paolo Pasolini, fige un instant d’éternité ; la voix rocailleuse de Gabriella Gabrielli réveille les chants classiques des partisans, comme Zebda avait su le faire, sur des arrangements ou des créations de Mauro Punteri ; Moni Ovadia, interprète en yiddish un texte composé par un jeune poète partisan de Vilna qui commence ainsi « Non dire mai che hai percorso l’ultimo cammino : ne dis jamais que tu as parcouru le dernier chemin ». Ces voix et la musique nous emportent, leurs énergies nous permettent de supporter l’indicible, comme cet enfant qui réussit écrire à ses parents en lançant son ultime courrier par dessus les fils barbelé du camp d’extermination de Pustkow : « Cher parents, si le ciel était de papier et toutes les mers noires d’encre, je ne réussirais pas à vous décrire la tristesse que j’ai au fond de mon cœur, les larmes et la douleur autour de moi » (plage 4). Le disque est diffusé par un petit label, Finisterre : n’hésitez pas à les contacter si vous avez des difficultés pour l’obtenir sur www.finisterre.it

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Ginouvès, « Partigiani !  », Bulletin de l'AFAS [En ligne], 26 | hiver 2003 - printemps 2004, mis en ligne le 30 avril 2005, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/afas/84

Haut de page

Auteur

Véronique Ginouvès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Bulletin de l'AFAS. Sonorités

Haut de page