Navigation – Plan du site
Dossier

Sur les traces de quelques objets sahariens : pistes de recherche croisées

Tatiana Benfoughal et Sébastien Boulay
p. 9-24

Texte intégral

1Ce dossier du Journal des Africanistes intitulé « Sahara : identités et mutations sociales en objets » propose différents regards ethnologiques sur des sociétés du Sahara et leurs mutations récentes, regards dont le dénominateur commun est de privilégier le prisme des objets. Neuf spécialistes de ces sociétés, chercheurs confirmés ou jeunes chercheurs, n’ayant pas toujours la possibilité de placer le « matériel » au cœur de leurs préoccupations et de leurs démarches scientifiques, ont accepté de se prêter à cette « expérience », afin de dévoiler le rôle joué par les objets dans les sociétés sahariennes et dans leurs dynamiques contemporaines.

2L’initiative de ce dossier est née d’une conviction partagée, forgée dans le cadre de l’équipe de recherche « Objets, cultures et sociétés », selon laquelle les objets non seulement participent de l’environnement quotidien de toute société, médiatisent ses rapports à la nature et constituent des « témoins »1 de ses différentes dimensions culturelles, mais en sont également une composante à part entière, au même titre que d’autres faits sociaux. Pour cette raison, leur étude doit occuper la place qui lui revient dans les travaux anthropologiques.

3Après avoir abordé la question de la définition de l’objet en anthropologie et celle du choix des objets dans le projet d’enquête ethnologique, nous présenterons, de manière succincte, l’unité et la diversité des sociétés sahariennes et de leurs productions matérielles, puis nous verrons en quoi la notion de « trace » nous semble pertinente et opérante pour aborder le rapport particulier qu’entretiennent les Sahariens avec les objets, enfin nous nous interrogerons sur l’intérêt que peut présenter l’étude des objets dans la compréhension des changements importants vécus par les sociétés sahariennes aujourd’hui.

Définitions et choix d’objets

4Sans refaire l’historique des études anthropologiques sur la culture matérielle et les objets2, précisons d’emblée que notre conviction, selon laquelle les objets sont une composante du social, s’est forgée à partir de deux traditions anthropologiques principales. L’une3 est héritée des travaux pionniers de M. Mauss (1997 (1936)) et A. Leroi-Gourhan (1992 (1945)), suivis de ceux de A.-G. Haudricourt (1968), H. Balfet (1975, 1991) et R. Cresswell (1976), et met l’accent sur la dimension technique du rapport social aux objets, tant dans leur production que dans leur consommation. L’autre, marquée notamment par les travaux d’anthropologues anglo-saxons tels que A. Appadurai (1986), I. Kopytoff (1986)4, D. Miller (1987) ou encore, plus récemment, du Canadien L. Turgeon (2003 et 2005), privilégie plutôt les notions de changement de statut social des objets et de créolisation ou de métissage, en particulier dans des contextes de consommation de masse et de « mondialisation », auxquels aucune société ne semble aujourd’hui échapper. Tout en puisant dans ces deux traditions, notre réflexion prend également en compte les travaux récents de J.-P. Warnier pour qui une théorie de la culture matérielle ne peut être recevable que si elle articule le lien « entre la culture matérielle dans son rapport aux conduites motrices d’une part, et les représentations d’autre part » (1999a : 28). Enfin, plus généralement, notre démarche adhère à la proposition de M. Segalen et C. Bromberger consistant à appréhender les objets dans les différentes étapes de leur « carrière »5, à la fois en amont, dans leur conception et leur façonnage, et en aval, dans leur trajectoire biographique, « de l’étal du marchand aux intérieurs des maisons puis aux décharges éventuelles et aux vitrines des musées » (1996 : 6).

5Il nous semble pertinent d’aborder les sociétés du Sahara par le biais des objets, notamment parce que celles-ci ont connu des mutations matérielles et techniques très importantes depuis l’époque coloniale. Celles-ci ont été particulièrement marquées à la suite des grandes périodes de sécheresse des années 1970 et 1980, qui ont eu pour principaux effets un mouvement de sédentarisation sans précédent chez les populations nomades ainsi qu’une explosion souvent incontrôlable de la croissance urbaine. Par conséquent, il importe d’analyser l’évolution du statut de certains objets, mais aussi des pratiques, discours et représentations qu’ils mobilisent dans ces sociétés afin d’apporter un nouvel éclairage sur les changements sociaux et culturels auxquels elles doivent faire face. Il s’agit d’abord d’examiner les modalités selon lesquelles ces sociétés conçoivent leur place dans le monde d’aujourd’hui, matérialisent leur rapport au présent, mettent en scène leur identité. Il s’agit en outre de voir ce que ces sociétés sous-entendent par l’emploi des termes « tradition » et « modernité », et comment elles se représentent leur culture, notamment dans une époque « mondialisée » qui se caractérise par une situation paradoxale : d’une part, on assiste à une accélération de la circulation des traits culturels de par le monde, conduisant ou donnant le sentiment de conduire à une certaine standardisation des productions culturelles, et, d’autre part, on remarque une valorisation des particularismes locaux et une exacerbation des identités. Bref, il s’agit de comprendre comment ces sociétés sahariennes, généralement présentées comme se satisfaisant d’une faible quantité d’objets, signifient aujourd’hui, par une somme d’éléments tangibles, leur présence au monde, et passent (ou donnent l’illusion de passer) ainsi de l’éphémère au durable.

6Notre définition de l’« objet » sera circonscrite à l’objet « matériel », un objet affectant avant tout la vue et le toucher, un objet produit, techniquement et symboliquement, par une société et nommé par ses membres, sans distinction de dimension (de l’objet saisi d’une main à l’objet habité ou de transport). L’objet fait partie d’un ensemble plus large communément désigné par l’expression « culture matérielle », une expression utilisée depuis longtemps par les archéologues et les historiens pour désigner les productions tangibles d’une civilisation mais qui a, jusqu’aux années 1980, été écartée par les anthropologues, français en particulier, plus préoccupés par le lien entre techniques et sociétés. Certes, cette expression, comme l’a souligné J.-P. Warnier (1999b), n’est pas satisfaisante car elle suggère une distinction trop nette avec une culture immatérielle ou idéelle autonome. Mais elle reste commode pour évoquer l’ensemble des objets matériels présents dans une société donnée, qu’ils soient produits ou non par elle, et dans un espace-temps défini.

7Nous considérons par ailleurs que, dans une société, un objet se distingue d’une chose par le fait qu’il est connu, nommé, représenté et intégré aux pratiques quotidiennes de ses membres. Autrement dit, la chose acquiert un statut d’objet par un processus de « qualification » (Bonnot 2002) qui la fait entrer dans la sphère culturelle et l’humanise. Ce sont précisément les processus sociaux de qualification, mais aussi de déqualification et de requalification des choses matérielles qu’il revient à l’ethnologie d’étudier, sachant que, d’une certaine manière, la production d’un savoir scientifique sur ces objets, voire d’un discours muséographique dans le cas de collections de musée, participe de ces processus.

8Les neuf auteurs de ce numéro ont bien sûr eu toute liberté dans le choix des objets qu’ils souhaitaient aborder. Mais, cette question du choix initial de l’objet se pose de manière tout à fait cruciale pour toute recherche anthropologique sur la culture matérielle, car il déterminera la nature et la qualité des résultats de celle-ci. Il est évident que l’étude d’un objet plutôt qu’un autre permettra d’accéder à des données plus ou moins importantes sur une société. Autrement dit, certains objets ont plus à « dire » sur une société que d’autres. Certains y jouent un rôle central, tandis que d’autres y tiennent une place plus négligeable. De même que certains artefacts ont une histoire longue, pouvant témoigner des mutations d’une société, alors que d’autres n’y ont été intégrés que récemment. Enfin, il est des objets qui sont, plus que d’autres, au plus près de l’actualité de leur société d’appartenance, de ses enjeux et des dynamiques à l’œuvre en son sein.

9Dans le présent ouvrage, la plupart des textes abordent un objet précis ou un type d’objet, comme le luth des Toubous ou la maison de Siwa, quelques uns évoquent un ensemble d’objets divers entrant dans un fait social particulier, comme les biens de prestige mobilisés dans les compétitions d’honneur au Sahara occidental.

Un environnement commun, des cultures diverses

10Ces sociétés vivent dans un environnement naturel saharien qui présente une certaine unité mais admet également certaines différences. Même s’il n’y a pas lieu de dresser ici un tableau complet de la situation géographique du Sahara, de climat aride6 et présentant des paysages alternant massifs dunaires et plaines caillouteuses ponctuées de quelques massifs montagneux (notamment l’Ahaggar en Algérie, l’Aïr au Niger et le Tibesti au Tchad), quelques précisions concernant ses limites s’imposent. Si ses extrémités occidentale et orientale sont simples à définir, car correspondant respectivement à l’océan Atlantique et à la mer Rouge, celles du nord et surtout du sud, sont moins nettes. Elles jouxtent des zones plus ou moins larges de transition, montagneuses ou steppiques, au climat semi-aride et dont l’étendue fluctue selon les régions. Au nord, dans sa partie occidentale, la limite géographique du Sahara est généralement définie par les contreforts méridionaux de la chaîne atlasique et, à partir du Sud tunisien, elle suit assez étroitement la bande côtière, jusqu’à la mer Rouge. Au sud, elle part de l’embouchure du Sénégal, rejoint le lac Tchad en passant au nord de la boucle du Niger, puis, vers l’est, traverse le Tchad et le Soudan.

11Ces lignes ne donnent le plus souvent qu’une idée approximative des limites du Sahara et certains spécialistes (Capot-Rey 1953, Ozenda 1991) ont préconisé de faire intervenir le critère botanique pour saisir ses multiples « pénétrations », en dents de scie ou en forme de « poches », dans les zones de transition. Ils s’accordent à dire que, pour le nord du Sahara, le palmier dattier (Phoenix dactilifera), dont les fruits arrivent à maturité, présente un critère assez pertinent. Ne pouvant pas pousser spontanément et nécessitant donc une culture irriguée, dans les périmètres des oasis, cette plante annonce les territoires proprement sahariens, au climat chaud et sec, qui succèdent au domaine steppique de l’alfa. Au sud, la zone saharienne se termine progressivement avec la disparition du had (Cornulaca monacantha) et l’apparition du cram-cram (Cenchrus biflorus), typique du Sahel. C’est plus particulièrement ce critère botanique qui justifie le qualificatif de « saharienne » accordé à la ville de Marrakech, considérée souvent comme étant plutôt « à la porte du désert », mais qui possède une importante palmeraie. Les facteurs économique et culturel vont dans le même sens car les activités de Marrakech, liées notamment au commerce et au tourisme, sont tournées en grande partie vers le désert.

12Dans cet environnement désertique partagé, les sociétés sahariennes présentent de nombreux traits communs tout en admettant un certain nombre d’originalités distinctives. Les identités collectives s’articulent autour de trois critères principaux : le mode de vie et l’activité économique pratiquée, l’appartenance « ethnique » et linguistique et enfin l’appartenance tribale et le statut social.

13Le système socio-économique saharien « traditionnel » repose sur l’existence de deux modes de vie complémentaires qui se sont mis en place dès la désertification du Sahara. Le premier, le nomadisme pastoral, était pour ainsi dire le seul « naturellement » possible sur les immenses espaces désertiques où la rareté des pluies et donc des végétaux imposait les déplacements permanents des troupeaux à la recherche de pâturages. Le mode de vie sédentaire, lui, s’est développé au prix de grands travaux hydrauliques, car il n’était possible que là où l’eau était disponible, dans les vallées des oueds ou encore dans les fonds des lacs desséchés. Ces lieux de vie permanents, essentiellement autour des palmeraies et avec l’agriculture comme occupation principale, étaient d’autant plus importants qu’ils constituaient des relais caravaniers pour les nomades.

14Mais ces deux modes de vie au Sahara ne se présentent pas obligatoirement d’une manière exclusive : il existe en effet une multiplicité de cas intermédiaires, présentant des articulations différentes entre le degré de mobilité et le type d’activité pratiqué. Les nomades possèdent souvent des palmeraies et peuvent camper, plusieurs mois durant, près des oasis pendant la récolte des dattes. Par ailleurs, nombre d’entre eux sèment occasionnellement sur leurs terres de parcours. Les semi-nomades ont des maisons dans les villages et partagent leurs activités au gré des saisons entre pastoralisme et agriculture, entre nomadisme et sédentarité. Alors, être et surtout se sentir « nomade » ou « sédentaire » dépend de la primauté de l’un ou de l’autre mode de vie, mais aussi de l’histoire de chaque groupe, de sa mémoire généalogique et de ses valeurs.

15Si l’islam a constitué un facteur d’unification des sociétés sahariennes et a contribué à la diffusion d’une culture arabo-islamique écrite ainsi qu’à l’arrivée de tribus arabes au nord, à l’ouest et à l’est du Sahara, il n’en demeure pas moins que ce vaste espace est occupé par différents grands ensembles culturels7. Ces différences s’expriment avant tout par des langues distinctes (l’arabe et le berbère, dans leurs différentes formes dialectales, auxquels s’ajoute la langue des Toubous, elle-même répartie en deux dialectes). Elles se caractérisent également par des organisations sociales diverses, hiérarchisées en groupes statutaires, comme chez les Touaregs et les Maures (Bonte et Claudot-Hawad 2000), ou au contraire plutôt égalitaires. Les Toubous ont ainsi une organisation sociale fondée sur l’existence de clans patrilinéaires peu stratifiés (Baroin 1985). Par ailleurs, ces sociétés sahariennes sont marquées soit par des valeurs masculines et patrilinéaires, soit, comme chez les Touaregs, par des valeurs féminines et parfois matrilinéaires.

16Ce dossier rend compte à la fois de la diversité des cultures présentes au Sahara et de leurs traits communs. Les textes de M.-L. Gélard, C. Cauvin-Verner, T. Benfoughal, V. Pardo et V. Battesti ont trait à des communautés sédentaires, arabophones et/ou berbérophones, vivant dans la moitié (voire dans les franges) nord du Sahara, du Maroc à l’Egypte, en passant par le Sud algérien et le Sud tunisien. Tandis que C. Baroin relate la culture des nomades toubous du Nord Tchad, S. Walentowitz nous mène pour sa part au cœur d’une culture touarègue nigérienne, nomade et berbérophone. Enfin, les textes de P. Bonte et S. Boulay concernent la société maure, société également de culture nomade, mais arabophone, implantée dans l’Ouest saharien.

17Certes, ces textes illustrent la prégnance de ces appartenances identitaires évoquées plus haut. Mais une approche des sociétés par le biais des objets montre justement que ces catégories, souvent définies sur un mode dualiste figé (nomades ou sédentaires, arabes ou berbères, nobles ou non nobles, etc.) ne sont pas « étanches ». Les objets peuvent passer allègrement d’une catégorie à l’autre, les déjouer ou les malmener, pousser à les réviser. Leurs trajectoires, souvent singulières, questionnent les catégories, voire en révèlent l’impasse (texte de C. Cauvin-Verner), d’où l’importance de leur consacrer toute l’attention qu’ils méritent. Un bon exemple de ces trajectoires originales est constitué par le palanquin, « objet nomade » s’il en est, pourtant utilisé par les habitants de Douiret dans les rituels de mariage et, depuis peu, en tant qu’emblème du village lors du Festival des Ksûr du Sud tunisien (texte de V. Pardo).

Specificités des objets sahariens

18La première constatation qui s’impose, dès les premières enquêtes de terrain au Sahara, est le nombre restreint d’objets que possèdent généralement les familles. La désertification progressive de cette région du monde a soumis les populations à des conditions d’existence précaires et à des besoins matériels réduits à l’essentiel. Jusqu’à aujourd’hui, malgré l’introduction de nouvelles pratiques de consommation favorisant l’accumulation d’objets, pour le nomade, seuls étaient indispensables la tente, les accessoires de transport, les nattes et éventuellement les tapis, le matériel de conservation et de préparation des aliments et quelques vêtements. On pourrait penser que le sédentaire saharien était bien mieux pourvu en objets divers. Il n’en était rien. D’abord parce que la nature de l’habitat traditionnel (tant par ses dimensions souvent réduites que par son obsolescence rapide du fait des matériaux utilisés, obligeant donc à des « déménagements » fréquents) ne permettait pas l’accumulation des biens. Ensuite, parce que les communautés sédentaires étaient, dans leur grande majorité, trop pauvres (le plus souvent plus pauvres que les familles nomades) pour acquérir une quantité d’objets au-delà du strict minimum. Seule l’élite saharienne (religieuse, guerrière ou commerçante) se distinguait par la plus ou moins grande quantité et diversité des biens matériels, même si l’ostentation était mal vue, sauf dans des contextes de compétition ritualisée (texte de P. Bonte).

19Puisque la quantité d’objets était et reste somme toute restreinte, ceux-ci doivent être parfaitement adaptés aux conditions climatiques, particulièrement hostiles. Les vêtements, amples en cotonnades ou épais en laine, sont conçus pour protéger contre la chaleur et contre les écarts de températures diurnes et nocturnes. Les sacs de transport pour les nomades, le plus souvent en cuir, à la fois solides et souples, doivent résister aux voyages et être facilement accrochés aux selles. Les récipients et autres ustensiles de cuisine des sédentaires, essentiellement en fibres de palmier dattier, ont des formes ainsi que des techniques de tressage adaptées aux besoins de conservation des aliments, à leur cuisson et à leur consommation (texte de T. Benfoughal). La nécessité de restreindre la quantité d’objets a pour effet leur fréquente polyfonctionnalité. Un récipient en bois à fond conique peut se transformer en instrument de musique et en tambour de commandement (texte de S. Walentowitz). Un meuble de rangement peut se convertir en palanquin (texte de S. Boulay).

20Le dénominateur climatique commun a conditionné l’existence d’objets partageant de nombreuses caractéristiques, d’un bout à l’autre du Sahara. Qu’il s’agisse d’habitation, de mobilier, de structures de transport ou d’outils divers, nous retrouvons souvent les mêmes formes et les mêmes techniques de fabrication dans ces différents objets. Il en est ainsi de l’architecture des villages et des villes, conçue pour une protection maximale contre des températures particulièrement hautes (avec des ruelles étroites et souvent couvertes) et les habitations elles-mêmes, construites en matériaux qui « respirent » (texte de V. Battesti), organisées autour d’une cour centrale ouverte et possédant de nombreux appels d’air. Un autre exemple d’homogénéité des objets sahariens est celui des ustensiles en vannerie, dont les végétaux utilisés et les techniques de tressage choisies, pour assurer leur fonctionnalité maximale, sont communs à tout le Sahara (texte de T. Benfoughal). Le caractère « ouvert » de l’espace saharien, offrant la possibilité de contacts permanents entre les régions et dont les nomades, pasteurs et / ou caravaniers, assurent encore le maintien, contribue de son côté à la diffusion et donc à l’homogénéisation des techniques de production.

21L’environnement désertique implique la création de types d’objets présentant des caractéristiques matérielles et pratiques optimales. Mais il n’interdit pas pour autant l’existence d’instruments de divertissement, comme le luth que l’on retrouve dans plusieurs sociétés sahariennes (texte de C. Baroin), ainsi que l’élaboration d’objets efficaces aux plans symbolique et magique, notamment dans le cadre de manifestations rituelles appelées à influer sur l’ordre naturel, comme l’illustre le rite de rogations de la pluie, organisé sous la forme d’une procession autour d’une poupée parée d’atours féminins et portée par une jeune fille, qui se pratique dans toute l’Afrique du Nord (texte de M.-L. Gélard).

Traces de soi, traces d’autrui

22Une autre spécificité de ces objets sahariens semble résider dans la trace limitée qu’ils laissent dans le temps et dans l’espace. Cette notion de trace est en fait présente, en filigrane, dans les différents textes de ce dossier. Elle semble caractériser, peut-être plus fortement que dans d’autres régions du monde et d’autres sociétés, le rapport particulier des Sahariens aux objets et plus généralement à tout ce qui relève du domaine tangible, aussi bien dans les groupes nomades que dans les communautés sédentaires.

23Chez les premiers, qui connaissent des fréquences de déplacement variables selon les saisons et selon le type d’élevage pratiqué, les objets ont avant tout une valeur utilitaire au présent et les vestiges du campement abandonné8 ne sont valorisés qu’en tant que souvenirs de moments heureux ou malheureux et d’une vie sociale réalisée dans un temps et un espace donnés. Dans les ksûr de Mauritanie, on ne rebâtit pas sur des ruines mais on construit une nouvelle maison un peu plus loin, dans un autre emplacement, laissant la demeure délabrée au « vide », domaine des djinns. Dans les deux cas (le campement et le ksar), la ruine est abandonnée mais reste présente dans la tradition orale, l’habitation et ses objets constituant des points d’ancrage de la mémoire collective ainsi que de la production poétique.

24Chez les nomades, le camp que l’on abandonne est perçu sur le moment comme un endroit usé et souillé, suite à un stationnement prolongé (Boulay 2003). Les principaux vestiges du campement sont les déjections animales qui recouvrent certains endroits, la présence d’un ou de plusieurs enclos en branchages pour le petit bétail. Parfois, des pierres disposées en rond marquent l’ancien lieu de prière. Egalement, des morceaux de charbon de bois à demi enterrés dans le sable, les pierres du foyer, un piquet de tente hors d’usage, un objet en bois cassé et irrécupérable, tous ces signes viennent suggérer la présence relativement récente d’un campement dans un lieu. A moins de vents de sable violents, ces débris mettront plusieurs semaines à s’effacer. Les traces de pas (des hommes et des bêtes) sont, elles, beaucoup plus éphémères.

25Les objets sont autant de traces du rapport des Sahariens à une nature, on l’a vu, très contraignante – mais dont les ressources disponibles laissent toujours la possibilité d’un choix, même limité, entre différentes solutions techniques et esthétiques – un rapport que chaque culture matérialise à sa façon. Par ailleurs, les objets portent l’empreinte de l’action technique sur la matière première utilisée et des choix esthétiques, dans leur interaction complexe, car souvent les choix esthétiques sont infléchis par les contraintes techniques (Leroi-Gourhan 1970). Chaque acte de fabrication d’un objet par un producteur contribue à réactualiser les normes en vigueur. Plus vite l’objet usé doit être remplacé par un autre, identique ou semblable, moins il y a de risque de voir ses traces s’effacer dans la mémoire collective. La durée de vie, souvent courte, des objets au Sahara, du fait de leur constante manipulation, du climat et de la nature des matières premières utilisées telles que les végétaux (texte de T. Benfoughal sur la vannerie), les peaux, la terre (texte de V. Battesti sur l’emploi de l’argile dans l’architecture de Siwa) participe ainsi à la réactivation permanente, et donc à la perpétuation, des savoirs techniques et des normes stylistiques qui régissent leur fabrication.

26Les particularités stylistiques de l’objet, tant dans ses caractéristiques matérielles et techniques qu’esthétiques9, représentent l’empreinte du groupe et de son identité (Bromberger 1972, Hincker 2005). Cette empreinte est particulièrement visible dans un rapport très étroit avec certains matériaux de fabrication, comme l’argile chez les communautés ksuriennes, ou les matières animales chez les familles de pasteurs nomades. Elle est également exprimée à travers les choix de matières que le groupe opère. Par exemple, les Touaregs ne tissent pas de tentes en poil comme d’autres groupes sahariens alors que la matière première est localement disponible.

27Portant physiquement l’identité du groupe, les objets peuvent également entrer dans des mises en scène de la société tout entière à l’occasion de cérémonies ou de festivités, c’est le cas du palanquin nuptial à Douiret (texte de V. Pardo), ou de la cuiller à pot chez les Aït Khebbach (texte de M.-L. Gélard). Les objets, dans des contextes de mise en valeur du patrimoine culturel (texte de V. Battesti) et/ou de tourisme (texte de C. Cauvin-Verner) sont également des supports de (re)formulation de l’identité du groupe10. Ils peuvent aussi entrer dans des démarches de différenciation entre groupes statutaires (cas du porte-bagages évoqué par S. Boulay) ou dans des compétitions entre individus de même statut, ce qu’évoque P. Bonte au sujet du vaysh, qui avait lieu dans la société maure, qu’il rapproche du Potlatch analysé par Mauss, et qui se perpétue aujourd’hui sous de nouvelles formes (pratiques de consommation et d’ostentation en milieu urbain)11. Autour des objets, par exemple des récipients à nourriture étudiés par S. Walentowitz qui renvoient à des modes spécifiques de partage et de consommation des aliments chez les Touaregs, sont également en jeu les rapports de genre et la définition des rôles masculin et féminin dans l’organisation de la société. Enfin, certains objets comme le luth toubou, étudié par C. Baroin, qui constitue un élément clé de l’expression artistique dans cette société et dont le thème principal est l’amour courtois, renvoient plutôt à l’appartenance à une classe d’âge particulière.

28Mais l’identité n’est pas seulement fondée sur l’appartenance, elle suppose également la différenciation : certains objets incarnent ainsi le rapport des Sahariens à des altérités « traditionnelles » ou nouvelles. Certains artefacts utilisés par des citadins, des villageois, voire par des étrangers, renvoient directement à une représentation de la « culture nomade », comme le palanquin utilisé par les habitants de Douiret lors des festivités de mariage (texte de V. Pardo) ou comme le « chèche » indissociable pour les touristes occidentaux du « nomade saharien » ou de l’« Homme Bleu » (texte de C. Cauvin-Verner), tandis que de plus en plus d’objets présents dans le mobilier des familles nomades ou semi-nomades renvoient au confort de la vie sédentaire voire urbaine. Par ailleurs, il est des objets ou des matériaux qui sont conçus comme caractéristiques d’autres groupes ethniques voisins : les Maures considèrent aujourd’hui la tente en peaux comme étant une « exclusivité » de la culture des Touaregs voisins – qu’ils appellent le-cjâm, « les étrangers » (au sens de non arabes) – alors qu’ils utilisaient eux-mêmes ce type d’abri jusqu’aux années 1960. Inversement, la tente noire en poil renvoie à la culture bédouine arabe, alors qu’elle est utilisée dans de très nombreuses communautés berbères nomades ou semi-nomades du nord du Sahara.

29D’autres objets « venus d’ailleurs » (Benfoughal 2002) sont issus de sociétés plus « éloignées » : touristes, coopérants et développeurs occidentaux ont ainsi succédé aux explorateurs et aux colons au Sahara, apportant avec eux leur lot d’objets manufacturés. Les objets laissés par les touristes sont autant d’empreintes de cet autre chez soi, tandis que les objets vendus, parfois donnés, par les Sahariens aux touristes sont autant de traces de soi laissées chez l’étranger. Un objet donné par un touriste à un guide ou un chamelier (un couteau, des chaussures de marche, une lampe frontale, etc.), pour concrétiser une relation nouée lors d’un « circuit », peut représenter une grande valeur, ne serait-ce que marchande, pour le donataire, de même qu’un objet sans grande valeur pour un saharien (par exemple un objet archéologique inutilisable au présent, ou un pied de porte-bagages hors d’usage) et donné à un touriste, revêtira une grande valeur esthétique, affective et symbolique pour ce dernier (Boulay 2006). Par conséquent, un même objet peut être investi de valeurs culturelles très différentes d’une société à une autre. Quant à bon nombre d’ONG et d’institutions de développement, elles recourent très souvent aux objets pour attester du bien-fondé et de la réussite de leur « mission », laissant autant que possible des traces tangibles de leur passage (bâtiments, équipements techniques, véhicules, panneaux explicatifs portant le sceau de l’institution, ou encore arsenal de brochures en tous genres expliquant les résultats du « projet »).

Formes et dynamiques du changement

30Les différents textes proposés dans ce numéro abordent les changements auxquels les sociétés sahariennes ont à faire face aujourd’hui, des changements qui s’expriment largement dans la culture matérielle. Il serait trop long d’évoquer présentement les circonstances et les raisons profondes de ces mutations12. Rappelons simplement que, si le Sahara est un espace très ancien d’échanges commerciaux et culturels, sa colonisation au début du XXe siècle, doublée de l’introduction d’une économie de marché, suivies de longues périodes de sécheresse qui ont accéléré l’abandon du nomadisme, puis la création de routes transsahariennes et l’apparition de transports motorisés, enfin, plus récemment, l’implantation d’activités industrielles et touristiques un peu partout au Sahara, ont joué un rôle majeur dans les mutations que connaissent ces sociétés aujourd’hui.

31Les objets en usage au Sahara voyagent de nos jours entre ces deux polarités étroitement imbriquées que sont la « tradition » et la « nouveauté ». Le sort des objets « traditionnels », dans un cadre de vie qui est en train de changer, relève de cas de figures multiples (Benfoughal 1998). Certains objets disparaissent peu à peu, car ils sont concurrencés par des nouveautés. D’autres, nombreux, continuent à être utilisés puisqu'ils répondent encore aux conditions de vie saharienne et à certains schémas socio-culturels perpétués. Enfin, une partie des objets restant en usage perdent progressivement leur fonction utilitaire pour devenir des emblèmes identitaires. C’est par exemple le cas de certains objets destinés aux touristes (texte de C. Cauvin-Verner), qui endossent le rôle de représentation du patrimoine culturel local et constituent des supports privilégiés de (re)formulation de soi.

32La permanence ou la « survivance »13 d’objets, mais aussi de matières et de techniques, hérités d’un passé plus ou moins proche, relève à la fois de l’attachement au mode de vie ancestral et du besoin vital de préserver un certain nombre de marqueurs identitaires face aux changements généralisés. Différentes questions se posent alors. Quels sont les objets porteurs de la continuité culturelle et surtout pourquoi ceux-ci précisément ? À travers quels aspects de leur conception ou de leur utilisation la société se reproduit-elle ? Que signifie leur changement de statut ou de forme ?

33D’une manière générale, si les objets à usage quotidien, ustensiles de toutes sortes, mobilier et même vêtements, sont remplacés progressivement par des marchandises de production industrielle, les objets qui sont mobilisés dans des rituels divers résistent mieux à la « concurrence » de nouveaux produits. La raison de cette différenciation réside essentiellement dans le fait que la fonction des premiers se limite à la satisfaction des besoins matériels individuels immédiats (ces objets cèdent par conséquent facilement devant ceux qui sont plus « performants » du point de vue pratique et économique), alors que les seconds sont investis de fonctions symboliques et/ou magiques, qui apparaissent lors de manifestations collectives. Le mariage (texte de V. Pardo), la compétition d’honneur (texte de P. Bonte), la réunion festive des jeunes (texte de C. Baroin) ou encore le rite de rogations (texte de M.-L. Gélard) s’effectuent autour d’objets « traditionnels ». La selle de mariage, la tente, le bijou, le vêtement ou l’instrument de musique, objets qui cristallisent les valeurs culturelles du groupe, sont des éléments indispensables lors de ces manifestations appelées à reproduire l’identité collective.

34Aux côtés des objets qualifiés de « traditionnels », d’autres objets ou matériaux (comme le plastique ou les tissus synthétiques) renvoient à certaines représentations de la « modernité » dans le paysage culturel saharien. Parallèlement aux infrastructures routières, à l’école, et surtout aux médias, c’est aussi par les objets de consommation importés, leurs matières et leur esthétique, que les nouveautés s’introduisent au sein des familles sahariennes : poste de télévision, ventilateur, magnétoscope, thermos ou encore bibelots de tous styles. Ces objets, certes utilitaires pour la plupart, remplissent aussi une fonction sociale car ils sont perçus comme des objets de prestige et sont appelés à signifier une position dans la société locale tout autant qu’une appartenance à une communauté globale. Autrement dit, ils signifient à la fois la réussite personnelle de leur propriétaire et l’ouverture vers une « modernité » vue comme émanant de l’extérieur.

35 Le changement matériel dans les sociétés sahariennes, comme dans d’autres, semble avant tout procéder par « emprunts » (Leroi-Gourhan 1992) d’objets à l’« extérieur ». Or, l’intégration des objets empruntés recouvre plusieurs types d’assimilation par le groupe d’accueil : certains objets sont utilisés tels quels, d’autres sont « habillés » à la manière locale, d’autres enfin sont décomposés et incorporés dans des créations nouvelles (Benfoughal 2002). Les deux derniers « sorts » évoqués sont l’expression de processus de mise en commun d’éléments matériels exogènes et endogènes, qui illustrent bien les phénomènes de métissage culturel à l’œuvre dans le monde saharien contemporain. Les textes de T. Benfoughal et de C. Baroin abordent cette question de l’intégration de nouveaux matériaux dans la fabrication d’objets. L’intégration et la « domestication » des matières empruntées peuvent, d’une part, supposer une réactivation de certains savoirs techniques traditionnels et participer ainsi à leur perpétuation, d’autre part, avoir un effet d’érosion sur ces mêmes savoirs.

36Notons que, contrairement à de nombreux matériaux locaux naturels qui entrent dans la production d’objets (bois, peau, poil, fibre végétale, etc.) et qui peuvent facilement être recyclés une fois l’objet « hors d’usage », ou à tout le moins aisément « digérés » par la nature, les objets industriels importés présentent le paradoxe d’une obsolescence (fonctionnelle) rapide, surtout dans leur environnement saharien d’adoption, pour lequel ils n’ont généralement pas été « pensés », et d’un recyclage souvent très problématique. En effet, d’une part, ces artefacts sont fabriqués à partir de matériaux élaborés industriellement, d’autre part, leur fonctionnement technique parfois complexe nécessite le recours à des savoirs absents de la culture réceptrice. Néanmoins, les solutions techniques apportées localement au recyclage de certains de ces objets « complexes » soulignent la grande ingéniosité et l’imagination créatrice mobilisées par les Sahariens dans les divers « détournements » fonctionnels et dans la réutilisation des matériaux ainsi que des pièces détachées prélevés sur ces objets importés.

37Pour conclure, nous voudrions souligner le fait que la culture matérielle, malgré un regain d’intérêt relativement récent de la part des anthropologues, reste un champ des sciences sociales encore à explorer. La variété et la richesse des contributions à ce dossier montrent à quel point cet angle d’approche original des sociétés par l’objet, fondé sur une ethnographie de terrain minutieuse, est particulièrement fécond pour comprendre des situations actuelles, complexifiées par une accélération de la circulation des traits culturels, et pour saisir les formes et mécanismes à l’œuvre dans les mutations qui animent les sociétés contemporaines, et notamment celles peuplant l’espace saharien, zone privilégiée de contacts et d’échanges depuis plusieurs millénaires. Ce type d’approche pourrait d’ailleurs avantageusement être exploité dans le cadre d’une anthropologie appliquée aux questions de développement.

Haut de page

Bibliographie

Appadurai, A. (éd.), 1986, The Social Life of Things, Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

Balfet, H., 1975, Technologie, in R. Cresswell (éd.), Eléments d’ethnologie, tome 2 : 44-79, Paris, A. Colin.

—, 1991 (dir.), Observer l’action technique, Des chaînes opératoires, pour quoi faire ?, Paris, Editions du CNRS.

Baroin, C., 1985, Anarchie et cohésion sociale chez les Toubou : les Daza Kécherda (Niger), Cambridge : Cambridge University Press /Paris : Editions de la Maison des sciences de l'homme, collection "Production pastorale et société".

Benfoughal, T., 1998, Savoir rester nomade sans pouvoir l’être. La fabrication et l’usage des bandes de tente chez les Touaregs sédentarisés de l’Ajjer, in P. Bonte et H. Claudot-Hawad (guest Editors), Savoirs et pouvoirs au Sahara, Nomadic peoples, 2 (1/2) : 103-122.

—, 2002, Ces objets qui viennent d’ailleurs, in H. Claudot-Hawad (sous la direction de), Voyager d’un point de vue nomade : 113-135, Paris, IREMAM et Paris-Méditerranée.

Bisson, J., 2003, Mythes et réalités d’un désert convoité. Le Sahara, Paris, L’Harmattan.

Bonnot, T., 2002, La vie des objets, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme.

Bonte, P., 2000, Sahara, in Bonte P. et M. Izard (éd.), Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie : 646-648, Paris, PUF (1ère édition : 1991).

Bonte, P. et H. Claudot-Cawad, (éds), 2000, Elites du monde touareg et maure, Cahiers de l’IREMAM, Aix-en-Provence, Edisud/IREMAM, 13/14.

Boulay, S., 2003, La tente dans la société maure (Mauritanie), entre passé et présent. Ethnologie d’une culture matérielle bédouine en mutations, Thèse de doctorat du Muséum national d’Histoire naturelle en ethnologie et anthropologie, Paris.

—, 2006, Le tourisme organisé dans l’Adrar mauritanien : une approche anthropologique, Rapport de recherche contractuelle, SOMASERT/Muséum national d’Histoire naturelle.

Bromberger, C., 1972, Ethnologie, linguistique, esthétique. Note sur le “ style ethnique ”, in L’Homme, hier et aujourd’hui. Recueil d’études en hommage à André Leroi-Gourhan : 263-279, Cujas.

—, 1979, Technologie et analyse sémantique des objets : pour une sémio-technologie, L’Homme, janvier-mars, XIX (1) : 105-140.

Bromberger, C. et D. Chevallier (dir.), 1999, Carrières d’objets, Paris, Mission du Patrimoine ethnologique, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Capot-rey, R., 1953, Le Sahara français, Paris, PUF.

Cresswell, R., 1976, Techniques et culture. Les bases d’un programme de travail, Techniques et culture, 1 : 7-59.

Haudricourt, A.-G., 1968, La technologie culturelle : essai de méthodologie, in J. Poirier (éd.), Ethnologie générale, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade.

Hincker, C., 2005, Le style touareg ou la fonction sociale des techniques, Paris, Éditions Paris-Méditerranée.

Instructions sommaires pour les collecteurs d’objets ethnographiques, 1931, Musée d’ethnographie (Museum national d’Histoire naturelle) et Mission scientifique Dakar-Djibouti, Paris, Palais du Trocadéro.

Kopytoff, I., 1986, The cultural biography of things : commoditization as process, in A. Appadurai (éd.), The social life of things. Commodities in cultural perspective : 64-94, Cambridge, Cambridge University Press.

Leroi-gourhan, A., 1970, Observations technologiques sur le rythme statuaire, in Echanges et communications. Mélanges offerts à C. Lévi-Strauss : 658-676, La Haye, Mouton.

—, 1992, Evolution et techniques, tome 1 : L’homme et la matière, (1ère éd. 1943), tome 2 : Milieu et techniques, (1ère éd. 1945), Paris, A. Michel.

Mauss, M., 1997, Les techniques du corps, in Sociologie et anthropologie, : 363-386, Paris, PUF (1ère édition 1936, Journal de Psychologie, XXXII, 3-4).

Miller, D., 1987 Material Culture and Mass Consumption, Oxford, Basil Blackwell.

Ozenda, P., 1991, Flore du Sahara septentrional et central, CNRS Editions

Segalen, M. et C. Bromberger, 1996 L’objet moderne : de la production sérielle à la diversité des usages, Ethnologie française, XXVI, 1 : 5-16.

Turgeon, L., 2003, Patrimoines métissés, Contextes coloniaux et post-coloniaux, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, Les Presses de l’Université Laval.

—, 2005, Objets matériels et échanges interculturels : les ceintures de Wampum en Amérique, in M. Perrot (dir.), Faire sien, Communications, 77 : 17-37.

Warnier, J.-P., 1999a, Construire la culture matérielle. L’homme qui pensait avec ses doigts, Paris, PUF.

—, 1999b, Conclusion. Le sujet comme ‘roue d’engrenage’, in M.-P. Julien et J.-P. Warnier (sous la direction de), Approches de la culture matérielle, Corps à corps avec l’objet : 135-142, Paris, L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 Concept mis en avant en 1931 par Mauss dans les Instructions sommaires pour les collecteurs d’objets ethnographiques : « Une collection d’objets ethnographiques n’est ni une collection d’objets, ni une collection d’œuvres d’art. L’objet n’est pas autre chose qu’un témoin, qui doit être envisagé en fonction des renseignements qu’il apporte sur une civilisation donnée, et non d’après sa valeur esthétique » (1931 : 8).
2 On se reportera pour cela à l’article de M. Segalen et C. Bromberger (1996) ou à l’introduction de l’ouvrage de J.-P. Warnier (1999).
3 Née au Musée de l’Homme et qui a formé toute une génération d’anthropologues français.
4 On trouvera une présentation et une traduction de ce texte par J.-P. Warnier dans la partie « hors dossier » de ce volume.
5 Sur cette notion, voir également : Bromberger et Chevallier (1999).
6 Avec des moyennes pluviométriques annuelles souvent inférieures à 100 mm.
7 Voir notamment : Bonte, 2000.
8 Thématique très importante dans la poésie arabe depuis la période antéislamique.
9 Une approche sémio-technologique de la culture matérielle, proposée par C. Bromberger (1979), permet de considérer les différents niveaux de signification des objets et de saisir les motivations fonctionnelles, sémantiques et esthétiques qu’expriment leurs formes.
10 De même que les objets déqualifiés et mis au rebut, ainsi que les pratiques sociales en jeu dans la gestion des déchets, sont de forts marqueurs de l’identité du groupe.
11 Parmi ces biens de prestige « modernes » actuellement visibles à Nouakchott, on peut citer les véhicules tout-terrain, et parmi eux quelques représentants du modèle « Touareg », le plus luxueux de la marque allemande Volkswagen. Ce modèle, qui aurait atteint des records de vente en Europe, a été mis en circulation il y a trois ans au moment précis de la première participation de ce constructeur au rallye Paris-Dakar, manifestation dont les images sont chaque année diffusées par de nombreuses chaînes satellitaires, y compris arabes, jusque dans les villes les plus isolées du Sahara (au point que de nombreux Sahariens, n’ayant pas les moyens de voyager hors de leur localité ou de leur région, découvrent aujourd’hui leur région ou leur pays au travers de ces images produites par une chaîne publique française et mondialisées) ! Ainsi, les firmes multinationales, sans aucune hésitation, attribuent à ces marchandises très onéreuses, destinées essentiellement à une clientèle européenne ou nord-américaine, le nom d’un peuple auquel tout un imaginaire occidental autour du Sahara a conféré des valeurs presque immuables de « noblesse » et de « résistance ».
12 Se reporter par exemple à l’ouvrage de Bisson (2003).
13 Pour A. Leroi-Gourhan, les « survivances » ou « les traditions techniques sont un fonds précaire qui assure à la génération suivante la possibilité de matérialiser la plupart des objets de son groupe technique ; elles peuvent, en l’absence d’associations nouvelles, couvrir successivement un nombre important de générations, mais elles s’altèrent et cèdent à la moindre sollicitation » (1992 : 426).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tatiana Benfoughal et Sébastien Boulay, « Sur les traces de quelques objets sahariens : pistes de recherche croisées », Journal des africanistes, 76-1 | 2006, 9-24.

Référence électronique

Tatiana Benfoughal et Sébastien Boulay, « Sur les traces de quelques objets sahariens : pistes de recherche croisées », Journal des africanistes [En ligne], 76-1 | 2006, mis en ligne le 15 mai 2007, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/172

Haut de page

Auteurs

Tatiana Benfoughal

USM 105, Département « Hommes, natures, sociétés », Muséum national d’Histoire naturelle, Paris

Articles du même auteur

Sébastien Boulay

USM 105, Département « Hommes, natures, sociétés », Muséum national d’Histoire naturelle, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals