Navigation – Plan du site
Études et recherches

Les ethnologues et leurs archives. Passion, possession et appropriation

Ethnologists and their archives. Passion, possession and appropriation
Marie-Dominique Mouton
p. 221-233

Résumés

Au travers de l'histoire du fonds d'archives ethnographiques de la Bibliothèque Eric-de-Dampierre (Nanterre) sont envisagées les différentes recherches auxquelles peuvent se prêter les matériaux de terrain collectés depuis les années 1930. En quelques années, les archives des ethnologues sont devenues l'objet d'un véritable engouement, tant pour les chercheurs que pour les institutions. Les consulter, les étudier ou, encore mieux, les posséder devient dans certain cas un enjeu, presque une affaire de pouvoir.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce texte est la version remaniée de deux exposés donnés le 16 septembre 2004, lors du colloque Ethnografeast II - La fabrique de l'ethnographie (Paris, ENS) et le 2 février 2007, à Nanterre, lors du colloque La relation ethnographique du terrain au texte : parcours ethnologiques, en l'honneur de Raymond Jamous.

Texte intégral

  • 1  La bibliothèque du Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative (aujourd'hui UMR 7186 du (...)

1Les archives des ethnologues sont depuis près de vingt ans au centre d'une expérience et d'une réflexion, menées conjointement au sein de la Bibliothèque Eric-de-Dampierre1. C'est, en effet, dans le milieu des années 1980 que la bibliothèque a commencé à accueillir des fonds d'archives de chercheurs. A cette époque on parlait peu d'archives scientifiques, du moins dans les sciences humaines. L'ethnologie était une discipline relativement jeune et on ne pensait pas encore à en constituer la mémoire. Les ethnologues, quant à eux, tout à leur découverte des terrains exotiques effectuaient des missions dont la durée se comptait alors en années. Ils ne songeaient pas que les informations collectées se retrouveraient un jour emprisonnées dans des boîtes, sur les rayonnages d'une bibliothèque ou d'un service d'archives.

  • 2  Le Fonds Marcel Griaule a été constitué officiellement en 1996.

2A Nanterre, l'aventure des archives a commencé, de façon assez fortuite, par l'arrivée inopinée de deux casiers en bois poussiéreux. Ces casiers retrouvés en équilibre instable près d'une benne à ordure dans les sous-sols du Musée de l'Homme, ont été apportés au laboratoire par un chercheur soucieux de leur sauvegarde. Nul ne saura jamais comment cette première partie du fichier établi par Marcel Griaule et les membres de la Mission Dakar-Djibouti en 1931, pendant leur séjour éthiopien, a pu se retrouver en tel péril. Ceci est d'autant plus surprenant que, dans le même temps, le reste des documents de cette mission était gardé avec le plus grand soin par la famille. Non seulement les documents ont été préservés, mais sans doute, grâce à ce sauvetage, des contacts ont été noués avec Geneviève Calame Griaule qui a pris la décision, quelques années plus tard, de déposer à la bibliothèque l'ensemble des documents de la Mission Dakar-Djibouti ainsi que les fiches de terrain des mission ultérieures, les agendas, puis les collections photographiques. Cet ensemble a constitué notre premier fonds d'archives : le Fonds Marcel-Griaule2.

  • 3  Deux personnes ont joué dans ce processus un rôle primordial, Eric de Dampierre et Manga Bekombo P (...)

3Cette histoire pourrait sembler, somme toute, très anecdotique. Elle est pourtant révélatrice de l'absence de politique de sauvegarde des archives qui était encore de mise à cette période et du hasard ou de la part personnelle et subjective qui préside encore, dans de nombreux cas, aux destinées de ces documents. Pour notre laboratoire, la création du Fonds Marcel-Griaule représente en quelque sorte l'événement fondateur de notre action pour les archives des ethnologues. La création de ce fonds et les réflexions qu'elle a suscitées ont permis de catalyser des projets encore latents et de développer une vraie politique de sauvegarde et de conservation de ces documents uniques et si précieux3.

  • 4  Collection créée et dirigée par Eric de Dampierre.
  • 5  Déposé au laboratoire au moment du déménagement de la Société au Musée du Quai Branly.

4Les fonds rassemblés aujourd'hui au sein de la section des archives de la Bibliothèque Eric-de-Dampierre sont de trois ordres : les archives institutionnelles qui concernent principalement la vie du laboratoire depuis sa création en 1967, les dossiers d'éditions qui portent principalement sur les ouvrages de la collection 'Sciences humaines' de chez Plon4 et ceux de l'association des 'Classiques africains' et, enfin, les archives de chercheurs. Cette dernière catégorie réunit à ce jour quinze fonds qui se répartissent de la manière suivante : deux fonds de chercheurs non ethnologues, et treize fonds ethnographiques parmi lesquels douze fonds d'ethnologues auxquels s'ajoutent les Archives de la Société des africanistes5. Ces treize fonds sont constitués en très grande partie de matériaux de terrain. Ceux-ci représentent la part la plus originale et la plus caractéristique de nos archives, celle qui permet peut-être de différencier les documents des ethnologues de ceux rassemblés par les chercheurs d'autres disciplines.

5Les fonds ethnographiques rassemblés à ce jour présentent une certaine homogénéité. A une exception près, on l'a vu, les documents conservés sont le produit de recherches individuelles. Pour leur plus grande part ces fonds n'ont pas été transmis directement mais confiés, après le décès de leur créateur, par un membre de la famille.

  • 6  Mission Ethiopie (1928-1929) ; Mission Dakar Djibouti (1931-1933) ; Mission Sahara Soudan (1935) ; (...)
  • 7  Composé des documents dogons recueillis par Denise Paulme et Deborah Lifchitz en 1935.
  • 8  Artiste peintre, membre de la mission Dakar-Djibouti.
  • 9  Sans doute le fonds le plus important en nombre de documents qui s'étend de 1936, date de la premi (...)

6Si l'on considère maintenant la couverture géographique, on constate la nette prépondérance du domaine africain. Sur les treize fonds d'archives ethnographiques, dix portent sur le domaine africain et malgache. Sur ces dix fonds, cinq concernent directement les premières missions ethnographiques : le 'Fonds Marcel-Griaule'6, le 'Fonds Denise-Paulme'7, le 'Fonds Solange-de-Ganay', les 'Papiers personnels de Louis-Gabriel Roux'8, la première partie du 'Fonds Annie et Jean-Paul-Lebeuf9. A ce premier ensemble s'ajoutent quatre autres fonds africanistes plus récents. Deux portent sur le Cameroun, le 'Fonds Claude-Tardits' et le 'Fonds Lluis-Mallart-Guimera', un sur Madagascar, le 'Fonds Louis-Mollet', et un dernier sur le Niger, le 'Fonds Nicole-Echard'.

  • 10  "Composées des textes de la tradition orale recueillis en Turquie par Pertev Naili Boratav (1939-1 (...)

7Trois autres fonds ethnographiques portent sur des aires culturelles différentes, la Turquie pour les 'Archives d'ethnographie et de folklore anatoliens'10, le Mexique et l'Espagne pour le 'Fonds Julian-Pitt-Rivers' et l'Himalaya pour le 'Fonds Philippe-Sagant'.

8Les fonds rassemblés ont été constitués, dans leur grande majorité, avant les années 1970. De ce fait, les documents papiers et les photographies analogiques prédominent, parfois complétés de bandes magnétiques.

9Les matériaux des différents fonds présentent cependant une grande diversité : les informations recueillies et les méthodes d'enquête varient en fonction de l'époque mais aussi du projet du chercheur. Tandis que certains fonds ne sont constitués que de données ethnographiques, d'autres comprennent, en outre, des notes de cours et de lectures, des ébauches d'articles, des correspondances professionnelles, ou personnelles.

  • 11  La base de données qui donne accès aux inventaires détaillés des archives et, dans certain cas, au (...)
  • 12  Pour permettre de replacer les informations dans leur contexte on procède à des interviews de l'et (...)
  • 13  Tout travail sur les fonds nécessite que l'on dépose un projet de recherche, projet qui est examin (...)

10Malgré les différences, ces archives forment un ensemble cohérent, original et spécifique, pour lequel nous nous sommes efforcés de mettre en œuvre une politique de gestion et de valorisation appropriée. La numérisation et le traitement documentaire des données respectent les principes d'intégrité et de hiérarchisation des fonds11. Pour chaque fonds, un travail de contextualisation12 des données est mené afin d'éviter au maximum que les informations puissent être utilisées sans référence à l'époque et aux circonstances de leur collecte. Enfin les modalités d'exploitation et de valorisation des archives ont été conçues pour respecter à la fois la propriété intellectuelle des chercheurs13 qui ont confié leur fonds et les droits des 'communautés observées'.

  • 14  1992 & 1993 cf. Preserving the Anthropological Records edited by Sydel Silverman and Nancy J. Pare (...)

11Les problèmes spécifiques posés par la gestion et la mise en valeur des données de terrain nous ont conduits à prolonger le travail sur les fonds par une réflexion méthodologique inspirée, au départ, des travaux menés à la même période par les ethnologues et les archivistes américains et anglais, en particulier à l'occasion des colloques organisés par la Wenner-Gren Foundation for Anthropological Research14.

  • 15  Cette journée a été à l'origine du dossier 'Archives et anthropologie', du numéro 30-31de la revue (...)
  • 16  Rendu possible grâce au financement accordé dans le cadre d'une 'Action Concertée Incitative' du M (...)

12A notre tour, nous avons réuni un groupe de recherche dont les travaux ont été ponctués de trois colloques organisés en 1999, en 2001 et en 2004, en collaboration avec le Laboratoire d'anthropologie sociale. Le premier Les matériaux de terrain des ethnologues15a eu pour but de sensibiliser les chercheurs à l'importance de déposer leurs archives dans des institutions, le second Les matériaux de terrain des ethnologues. Perspectives européennes a permis de comparer les pratiques en œuvre dans un certain nombres de pays européens (Angleterre, Belgique, Pays-Bas, Allemagne, Portugal), le troisième Les matériaux de terrain, voyage interdisciplinaire a été consacré à une réflexion portant sur la spécificité et l'originalité des matériaux de terrain des ethnologues comparés aux matériaux recueillis dans la cadre de recherches menées dans d'autres disciplines, comme l'archéologie et la géographie. Par la suite nos fonds ont servi d'appui à un programme de recherche16, mené de 2004 à 2007 qui a réuni des chercheurs et des professionnels de la documentation et des archives. Ce programme a eu pour but de mettre en place un 'Observatoire de l'archivage des matériaux de terrain des ethnologues' afin de déterminer à quelles conditions et avec quels bénéfices, les données ethnographiques constituées par les aînés pouvaient être ré-analysées ultérieurement par d'autres chercheurs. Une méthode empirique a été choisie pour tester concrètement les différentes hypothèses. Parmi les expériences menées, trois revisites de terrain ont été organisées, une à Grazalema en Andalousie, sur les traces de Julian Pitt­Rivers , la seconde dans les Baronnies de Bigorre, à partir des notes de terrain de Georges Augustins et, plus largement, de l'enquête ethnographique menée dans les années 1970, la troisième à Madagascar dans le cadre d'une relecture des archives de deux missionnaires ethnologues de la Norvegian Missionary Society.

  • 17  'L'ethnologue aux prises avec les archives' publié sous la direction d'Antoinette Molinié et de Ma (...)

13Parallèlement à ces revisites deux autres recherches particulièrement significatives ont été menées. L'étude des témoignages rassemblés au Centre d'études d'Asie Mineure créé à Athènes par Melpo Merlier dans les années 1930 a permis de s'interroger sur l'influence du contexte scientifique et politique dans la constitution de fonds d'archives. Enfin, la question des relations entre les archives et les communautés auprès desquelles les données ont été collectées a été posée au travers d'une revisite du Fonds Marcel Griaule réalisée par un ethnologue dogon. Le colloque, L'ethnologue aux prises avec ses archives, qui s'est tenu à Nanterre en janvier 2007 a permis de confronter les résultats des différentes expériences. Les actes de ce colloque sont aujourd'hui publiés dans la revue Ateliers du LESC17.

14Ces partages d'expérience avec des collègues français et étrangers, les rencontres avec les donateurs et les chercheurs venus consulter les fonds, et le travail quotidien sur les archives, nous permettent de tenter une réflexion dont nous livrons ici les prémices. Elle tournera autour de deux points : entre affects et raison, comment l'ethnologue vit-il sa relation avec les archives de ses prédécesseurs ? Sources d'informations ou objet de recherche, à quoi peuvent servir les archives des ethnologues ?

15Si la préservation des données qu'ils ont eux-mêmes produites et leur éventuelle réutilisation se posent aux chercheurs comme des questions relativement nouvelles, pour autant, les relations entre ethnologues et archives sont, elles, fort anciennes. Historiens et ethnologues utilisent souvent les mêmes sources même si leurs méthodes de travail et leurs objets d'étude diffèrent sensiblement. Nombre d'ethnologues, par ailleurs, utilisent les données recueillies par les administrateurs et les missionnaires, souvent leurs prédécesseurs sur le terrain.

16Au sein même de la discipline, on parle couramment d'archivage pour qualifier le travail de collecte et d'organisation des données qu'effectue l'ethnologue sur le terrain, pourtant jusque ici ces documents, écrits ou inscrits, produits ou collectés, restaient des instruments de travail personnels et peu de chercheurs avaient eu, de leur vivant, le projet de constituer en fonds et de déposer dans une institution, l'ensemble de leurs documents pour les rendre accessibles à d'autres chercheurs. Tout au plus la transmission des informations se faisait de personne à personne, d'aîné à cadet, dans le cadre informel de réseau de relations.

  • 18  Joseph Tobin: The HRAF as radical text, Cultural Anthropology, V, 4 (1990), pp. 473-487.
  • 19  The once and future ethnographic archive, History of the Human Sciences, vol. 11, n° 4 (1998), pp. (...)

17Dans les années 1940, George Peter Murdock envisageait comme un archivage des cultures18 son gigantesque projet des 'Human Relations Area Files' (HRAF). George E. Marcus19 rapporte également que le terme 'archive' a été utilisé, à Princeton, en 1987 pour désigner l'ensemble de la production éditoriale ethnographique ; comme si la somme des articles et des ouvrages des ethnologues, virtuellement rassemblés, pouvait constituer une sorte de mémoire des traditions, des faits culturels et des peuples. Mais lorsque Murdock ou Marcus parlent l'un comme l'autre d''archives' il s'agit de productions scientifiques élaborées et publiées. Ainsi donc, la constitution en archives des données de terrain recueillies par les ethnologues et leur mise à disposition pour de nouvelles recherches créent une situation nouvelle qui s'apparente peut-être à celle qu'ont connue les premiers chercheurs travaillant sur leur propre société.

18La nouveauté de cette situation peut expliquer la fièvre qui accompagne la constitution et l'exploitation des archives des ethnologues. C'est avec passion que, depuis quelques années, se sont multipliées, autour des 'archives des ethnologues', journées d'études, projets de recensement, d'exploitation ou de valorisation. On pourrait même dire que parler 'archives', en obtenir la gestion, les étudier, en un mot les posséder, devient, dans certain cas, un enjeu, presque une affaire de pouvoir.

19Mais l'intrusion des sentiments dans le monde des archives ne s'arrête pas là. On constate que les motivations qui poussent un chercheur, son conjoint ou ses descendants à déposer des papiers de recherche dans une institution plutôt que dans une autre, relèvent la plupart du temps de choix d'affect. Cela s'explique d'autant mieux que les ethnologues, et plus généralement les chercheurs en sciences humaines, ne disposent pas, ou sans doute faudrait-il mieux dire ne disposaient pas, en France, de lieux spécifiquement destinés à recevoir les fonds scientifiques. Les structures archivistiques traditionnelles n'ont commencé que très récemment à mettre en place une politique d'accueil pour les documents de la recherche. Les archives des universités, des grandes institutions scientifiques ou des organismes de recherche se sont, quant à elles, consacrés principalement à la conservation des documents administratifs. De ce fait, le choix d'un lieu de dépôt reste une affaire personnelle, et le donataire se détermine, la plupart du temps, sur les conseils ou la pression amicale de collègues ou de 'disciples'. Sans doute, pour ces raisons, on observe que des liens très particuliers se nouent fréquemment entre le donateur et le donataire, ou du moins la personne en charge de la gestion des documents, l'archiviste, le documentaliste ou le bibliothécaire. Ces relations se trouvent renforcés par les conditions dans lesquels s'effectue le dépôt des documents, qui intervient à un moment important dans la vie du donateur. Dans tous les cas ou presque, le dépôt signe une rupture définitive. Si le donateur est le chercheur lui-même, le moment du dessaisissement de ses notes et de ses documents, marque la fin de son activité professionnelle. Pour un ethnologue, la retraite, décision administrative, ne clôt pas le temps de la recherche. Il lui revient donc de déterminer à quel moment il souhaite confier à d'autres le soin de travailler sur ses données. C'est donc souvent après la mort du chercheur que s'organise le transfert de ses matériaux dans une institution et la décision en revient alors à la famille. Dans un cas comme dans l'autre, la décision de confier les papiers de recherche, est vécue, la plupart du temps, comme une dépossession. A ces papiers, en effet, s'attache une charge affective, indépendante de leur valeur intellectuelle.

20Dans l'ensemble des sentiments contradictoires de la personne qui décide de se dessaisir des documents d'un époux ou d'une épouse, d'un père ou d'une mère, deux éléments prédominent, l'espérance que cette dépossession serve la mémoire de l'être qui leur est cher, et la crainte que ce dépôt puisse avoir un impact négatif sur sa réputation scientifique ou personnelle.

21Cependant la situation que nous venons de décrire n'est plus représentative de la totalité des cas de dépôts. On constate, dans les dernières années, un changement dans les pratiques des ethnologues qui, pour un certain nombre, envisagent plus facilement le devenir de leurs données de terrain et décident de déposer tout ou partie de leurs matériaux de travail, quitte à en garder une copie numérique lorsque cela est possible. Dans cette nouvelle configuration, la constitution de fonds d'archive se réalise dans un contexte relativement dédramatisé. L'organisation et le contextualisation du fonds se font avec le chercheur qui dépose ses matériaux et ces opérations en sont grandement facilitées. Pourtant la tendance du chercheur qui dépose lui-même ses archives est de ne transmettre que les données ethnographiques et les papiers scientifiques, les éléments plus personnels (journal de terrain, correspondances diverses) se trouvent ainsi soustraites souvent définitivement de la donation. Pourtant ces éléments permettent de découvrir d'autres facettes de la personnalité du chercheur et de mieux appréhender le contexte de ses recherches, tant dans son milieu professionnel que sur le terrain. Le rapport des futurs lecteurs aux archives et l'usage qui pourra en être fait en seront sans nulle doute modifiés.

22En effet, l'engouement des ethnologues pour les archives de leurs prédécesseurs que l'on observe actuellement a sans doute des causes multiples. L'attrait qui se manifeste pour ces données repose sans doute sur un certain nombre de motifs scientifiques ou circonstanciels parmi lesquelles on pourrait citer : la mise à disposition d'une nouvelle documentation jusque-là inaccessible, l'intérêt porté au travail des 'pères fondateurs' et des aînés, la modification des conditions du travail de terrain, l'impossibilité de se rendre dans un certain nombre de régions, la disparition de certains particularismes locaux, la désaffection enfin de nombre d'ethnologues pour les longues missions lointaines. Dans la situation actuelle où les ethnologues tendent à se donner de nouveaux objets de recherche, on peut aussi se demander si les archives ne dont pas en train de devenir le patrimoine identitaire d'une discipline en pleine mutation.

23La consultation des archives peut également susciter une curiosité, un désir de comprendre qui s'adressent autant à la personne de l'ethnologue qu'à sa recherche et qui se vit sur un mode très différent de la lecture d'un ouvrage ou d'un article. Le texte publié sert à découvrir et à comprendre les idées d'un auteur. L'immersion dans un fonds d'archives permet d'appréhender par quels processus son producteur est parvenu à élaborer ses théories à partir des matériaux bruts et dans quels réseaux se situe cette recherche ; elle donne également parfois la possibilité d'en apprendre davantage sur sa vie et sa personne même. De ce fait la proximité avec des papiers quelque fois si personnels et émouvants peut entraîner le lecteur dans une direction moins scientifique. Il cherchera alors à s'approprier les pensées intimes de l'auteur des notes qu'il compulse, à en découvrir les secrets, à en savoir davantage sur ses relations avec ses proches. Il peut alors être amené à s'identifier à lui. On peut se demander s'il s'agit là d'un phénomène qui se manifeste de façon générale à l'endroit des archives, ou si la distance temporelle entre les aînés, qui ont déposé leurs documents, et ceux qui les consultent n'est pas encore assez grande pour qu'il soit possible de porter un regard dépassionné sur les données d'un chercheur que l'on a connu, apprécié ou critiqué, aimé ou détesté.

24Peut-on exclure, enfin, qu'un scientifique consultant les archives de ses prédécesseurs ne se trouve aux prises à des sentiments contradictoires en songeant au devenir de ses propres documents.

25Au-delà de ces quelques réflexions, il nous revient maintenant d'analyser les différents usages auxquels peuvent se prêter les documents rassemblés et de définir les attentes des utilisateurs potentiels, que l'on pourrait regrouper en trois grandes catégories : les chercheurs, les membres des communautés étudiées, les amateurs et les créateurs.

26L'intérêt des chercheurs pour les archives est lui-même multiple. On connaît l'importance des archives scientifiques pour l'histoire des disciplines et l'épistémologie des sciences. Plus encore que par la lecture de ses articles ou de ses ouvrages, l'étude des documents rassemblés par un chercheur permet de retracer le cheminement de sa réflexion, depuis l'analyse des données brutes jusqu'à l'élaboration des hypothèses qui feront l'objet de publications. Selon la variété et la nature des documents conservés (carnets de terrain, correspondance, notes de lecture et de cours, tirés à part), il sera plus ou moins aisé de retracer, de délimiter le cercle des relations du chercheur dont on étudie les archives, d'identifier ses collègues et ses 'maîtres', de rendre plus lisible son environnement social et professionnel. De façon générale l'accès aux archives rend possible l'écriture d'une histoire plus complète et plus approfondie, qui selon les cas se focalisera sur un chercheur, ou s'étendra à un courant de la discipline.

27L'utilisation des archives pour mener de nouvelles recherches sur les données rassemblées est, par contre, un projet séduisant mais moins facile à concevoir et à mettre en œuvre. On a jusque là peu d'exemples de nouvelles analyses menées à partir des notes de terrain constituées par un autre chercheur. Les expériences rapportées dans la littérature concernent surtout la 'revisite', par l'ethnologue lui-même, de ses propres documents, qu'il confronte à de nouvelles données lors d'un retour sur le terrain. On conçoit aussi aisément que la lecture des notes d'un aîné prépare un jeune ethnologue à son prochain départ ou lui permette au retour de mesurer l'évolution d'une société. La question est un peu différente si le projet consiste à considérer les données archivées par un autre ethnologue comme un nouveau corpus à analyser dans de nouvelles perspectives ou avec de nouvelles méthodes. Des questions d'ordre méthodologique, juridique et éthique, se posent alors. La faisabilité d'une telle expérience reste également à démontrer. Les observations réalisées nous amènent à penser que toute généralisation est à proscrire. La réutilisation des informations pourra ou non être réalisée et donner des résultats féconds dans un certain nombre de cas qui dépendent de la catégorie d'informations recueillies, du support sur lequel elles ont été inscrites, de la présence ou non d'éléments permettant de contextualiser l'enquête, mais également, du soin que l'ethnologue aura mis à consigner ses données. Les deux catégories de données qui semblent a priori plus facile à ré-analyser sont d'une part celles qui relèvent de la catégorie des données informatives comme, par exemple, les éléments de la littérature orale, et de l'autre celles qui ont été recueillies sur un support 'objectif', un enregistrement sonore, une photographie, un film. Pourtant on ne saurait se leurrer, les informations photographiées, enregistrées ou filmées ne sont pas beaucoup plus objectives que celles qui figurent sur les fiches ou les carnets de terrain. Le choix des éléments retenus ou mis en valeur, la manière dont est réalisé l'enregistrement, l'angle sous lesquels est pris la photographie ou le film, tous ces éléments portent la trace du projet de l'ethnologue et de sa manière de penser.

28La deuxième catégorie d'utilisateurs que nous avons définie regroupe, de façon assez large, les membres des communautés auprès desquelles ont été réalisées des enquêtes ethnographiques. Leurs relations aux matériaux de terrain qui les concernent sont complexes, souvent même ambivalentes. Dans bien des cas, eux-mêmes, leurs pères ou leurs grands-pères ont été associés à la production des données de terrain rassemblées par l'ethnologue. Ils sont, en quelque sorte co-producteurs des archives, qu'ils se soient prêtés à l'observation, qu'ils aient répondu à des questions, transmis des informations, ou parfois même dessiné ou rédigé, à la demande, des éléments de leur histoire ou de leur tradition.

  • 20  Par exemple les Indiens Hopi.

29Leurs réactions actuelles vis-à-vis des archives des ethnologues varient sensiblement en fonction des communautés, des pays, de la situation politique. On observe, globalement deux attitudes. La première consiste à demander que soient soustraits aux yeux du public certains documents ou objets. Ainsi certains groupes autochtones d'Amérique du Nord ont demandé aux archivistes, que les photographies des membres défunts de leurs tribus20 et les documents décrivant certains rituels soient interdits de consultation et, aux conservateurs, que les objets sacrés soient retirés des salles d'exposition des musées ethnographiques. Ces demandes ont été prises en compte et un dialogue fécond a été instauré permettant la mise en place de pratiques qui satisfont les membres des communautés et permettent aux scientifiques de poursuivre leurs recherches.

  • 21  En Australie la communication d'informations portant sur des rituels aborigènes s'accompagne de pr (...)
  • 22  En Afrique du Sud la valorisation des cultures noires s'affirme par exemple dans les projets d'ext (...)

30De façon générale, on constate que le respect des traditions des populations d'origine est un véritable enjeu dans les pays où les relations entre les populations natives et celles issues de l'immigration plus récente sont au cœur d'un débat politique, aux Etats-Unis, mais également en Australie21, ou en Afrique du Sud22.

31Tous les terrains, par ailleurs, sont concernés par des impératifs de confidentialité lorsque la divulgation de traditions ou de savoirs locaux, comme les principes actifs de certaines plantes, peut avoir comme conséquence le pillage de la pharmacopée traditionnelle des sociétés locales par des laboratoires pharmaceutiques sans scrupule.

  • 23  Voir Eric Jolly, Le Fonds Marcel-Griaule : un objet de recherche à partager ou un patrimoine à res (...)

32Pourtant les informations conservées dans les archives des ethnologues servent, dans certaines situations, les communautés autochtones. Elles leur permettent, par exemple, d'affirmer des droits de propriété sur des terres occupées depuis longtemps ou de redécouvrir des traditions oubliées comme le montrent les mouvements de revivifications de certaines communautés. Les 'néo-indiens' sont sans doute les plus connus mais de nombreuses associations néo-traditionnelles se développent également un peu partout également en Afrique ou plutôt dans la diaspora africaine, autour des Dogon ou des populations Sawa. Dans ce cas, l'ethnologue devient alors, à son tour, l'informateur de groupes ou de communautés qui ont oubliés leurs traditions. Les matériaux de terrain des ethnologues servent à la sauvegarde de certaines des traditions de ces sociétés longtemps sans écriture puisqu'ils ont fixé et rendu plus largement accessibles des données, comme des contes, des mythes ou des épopées, certains rituels. Mais, dans le même temps, en opérant, pour la première fois, le passage de l'oral à l'écrit, ils ont figé une tradition qui reposait jusque-là sur la mémoire et sur la re-création perpétuelle, une tradition qui évoluait avec le temps incorporant de nouveaux éléments de la vie actuelle. Par ailleurs même si ces sociétés ont toujours vécu leurs traditions dans l'oralité, les archives des ethnologues ne peuvent se confondre avec les archives des sociétés étudiées23, puisqu'elles sont le produit d'un projet, celui de l'ethnologue, et de sa rencontre avec les membres de la communauté qu'il est venu étudier.

33Objets de recherche ou sources d'informations, les archives des ethnologues deviennent également parfois objets d'inspiration pour une troisième catégorie d'utilisateurs, celle des écrivains, des musiciens, plus généralement celle des créateurs dont l'intérêt, avant tout artistique, peut également se révéler patrimonial ou identitaire.

34On le voit, les archives des ethnologues présentent diverses facettes, passionnantes et originales parce que, d'une manière ou d'une autre, elles sont le produit d'une rencontre, celle de l'ethnologue avec l'autre, avec l'ailleurs. Elles nous font découvrir, dans le même temps, celui qui écoute, qui note, qui enregistre ou qui filme et ceux qui parlent, qui répondent, qui vivent. On comprend donc aisément que leur dépôt autant que leur consultation ne peuvent se vivre uniquement dans le registre du scientifique mais engendre nécessairement une part d'affect. Le mouvement de constitution des fonds d'archives d'ethnologues a commencé il y a une vingtaine d'années et la situation que nous avons décrite, tout au long de ces lignes, est déjà du passé. Si nous essayons de décrire cette évolution, il nous semble qu'elle concerne à la fois les comportements et les paramètres extérieurs. Les ethnologues, tout d'abord, ont, en nombre significatif, pris conscience de l'importance de prévoir la sauvegarde de leurs matériaux de terrain. Un mouvement en faveur de la sauvegarde des archives des SHS s'est développé et des structures d'accueil, bibliothèques et centres de documentation comme celle du Laboratoire d'anthropologie sociale ou du Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative, parmi d'autres, ont développé des programmes de gestion et de valorisation adaptés à ces archives. On ne peut oublier l'apport des nouvelles technologies - et entre autre la numérisation - qui facilitent la mise à disposition des données brutes, manuscrites, photographiques, sonores, ou filmiques ; les techniques documentaires grâce auxquelles les informations peuvent être mises en relation transversalement ou consultées hiérarchiquement, selon les principes archivistiques ; Internet enfin, grâce auquel l'information circule, incitant des chercheurs de toute l'Europe, d'Afrique et des Etats Unis, à venir consulter les fonds et permettant la création de réseaux entre les professionnels œuvrant dans les mêmes perspectives.

35Pourtant tout reste à faire. Beaucoup de données ethnographiques, recueillies au cours du siècle dernier, alors que le travail de terrain était encore au cœur de la discipline, sont en grand danger d'être détruites ou dispersées. Le temps est compté également si l'on regarde le présent. De nouvelles stratégies sont à élaborer pour préserver les données actuelles, celles que les ethnologues saisissent directement sur un support virtuel, ordinateur ou caméra, eux qui ne communiquent plus avec leurs collègues et leurs amis qu'à l'aide d'un téléphone portable ou de messages électroniques dont la durée de vie est pour le moins aléatoire. Enfin, devant le foisonnement des productions exubérantes et éphémères des nouvelles communautés autochtones, et les nouveaux terrains réels ou virtuels qu'explorent aujourd'hui les ethnologues, tout archiviste ne peut que ressentir un sentiment d'urgence. C'est maintenant qu'il faut préparer les archives de demain.

Haut de page

Notes

1  La bibliothèque du Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative (aujourd'hui UMR 7186 du CNRS et de l'Université de Paris X-Nanterre) a pris ce nom en 1998 à la mort d'Eric de Dampierre, fondateur du Laboratoire.

2  Le Fonds Marcel Griaule a été constitué officiellement en 1996.

3  Deux personnes ont joué dans ce processus un rôle primordial, Eric de Dampierre et Manga Bekombo Priso. Ils ont su, l'un et l'autre, favoriser et accompagner la naissance et le développement de cette politique.

4  Collection créée et dirigée par Eric de Dampierre.

5  Déposé au laboratoire au moment du déménagement de la Société au Musée du Quai Branly.

6  Mission Ethiopie (1928-1929) ; Mission Dakar Djibouti (1931-1933) ; Mission Sahara Soudan (1935) ; Mission Sahara Cameroun (1936-1937) ; Mission Lebaudy-Griaule (1938­1939) ; Mission Niger (1946) ; Missions Griaule au Soudan français (1948, 1949, 1950,

1952, 1954 et 1955).

7  Composé des documents dogons recueillis par Denise Paulme et Deborah Lifchitz en 1935.

8  Artiste peintre, membre de la mission Dakar-Djibouti.

9  Sans doute le fonds le plus important en nombre de documents qui s'étend de 1936, date de la première participation de Jean-Paul Lebeuf aux missions de Marcel Griaule, jusqu'aux années 1985.

10  "Composées des textes de la tradition orale recueillis en Turquie par Pertev Naili Boratav (1939-1951).

11  La base de données qui donne accès aux inventaires détaillés des archives et, dans certain cas, au document primaire numérisé, est consultable de façon hiérarchique ou par interrogation par mots clefs.

12  Pour permettre de replacer les informations dans leur contexte on procède à des interviews de l'ethnologue ou de ses proches.

13  Tout travail sur les fonds nécessite que l'on dépose un projet de recherche, projet qui est examiné par une commission constituée d'un représentant du laboratoire, d'un représentant des donateurs et d'un chercheur du domaine. Un exemplaire de chaque travail publié est déposé à la bibliothèque.

14  1992 & 1993 cf. Preserving the Anthropological Records edited by Sydel Silverman and Nancy J. Parezo (New York, Wenner Gren Foundation for Anthropological Research, 1992 & 1995 - 2nd ed.); voir aussi: Preserving the Anthropological Record: A decade of COPAR Initiatives, Current Anthropology, vol. 44, n_1, feb. 2003, pp. 111-116.

15  Cette journée a été à l'origine du dossier 'Archives et anthropologie', du numéro 30-31de la revue Gradhiva, daté de 2001/2002.

16  Rendu possible grâce au financement accordé dans le cadre d'une 'Action Concertée Incitative' du Ministère de la recherche, le projet, 'Le terrain et son archivage' a été dirigé par Antoinette Molinié et Marie-Dominique Mouton et réalisé au Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative en association avec la phonothèque de la MMSH d'Aix en Provence et la MISHA de Strasbourg.

17  'L'ethnologue aux prises avec les archives' publié sous la direction d'Antoinette Molinié et de Marie-Dominique Mouton, Ateliers du LESC n_32, Revues.org http://ateliers.revues.org/sommaire1073.html [consulté le 22.08.08].

18  Joseph Tobin: The HRAF as radical text, Cultural Anthropology, V, 4 (1990), pp. 473-487.

19  The once and future ethnographic archive, History of the Human Sciences, vol. 11, n° 4 (1998), pp. 49-63.

20  Par exemple les Indiens Hopi.

21  En Australie la communication d'informations portant sur des rituels aborigènes s'accompagne de prescriptions très précises précisant l'utilisation qui peut être faite des données.

22  En Afrique du Sud la valorisation des cultures noires s'affirme par exemple dans les projets d'extension de la notion de dépôt légal aux savoirs indigènes, projets mis en œuvre par la Bibliothèque Nationale de Pretoria.

23  Voir Eric Jolly, Le Fonds Marcel-Griaule : un objet de recherche à partager ou un patrimoine à restituer, Ateliers du LESC, n_32 (2008) [Numéro thématique : L'ethnologue aux prises avec les archives] http://ateliers.revues.org/document2902.html [consulté le 22.08.08].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Dominique Mouton, « Les ethnologues et leurs archives. Passion, possession et appropriation », Journal des africanistes, 78-1/2 | 2009, 221-233.

Référence électronique

Marie-Dominique Mouton, « Les ethnologues et leurs archives. Passion, possession et appropriation », Journal des africanistes [En ligne], 78-1/2 | 2009, mis en ligne le 01 mars 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/2542

Haut de page

Auteur

Marie-Dominique Mouton

Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative UMR 7186 du CNRS, Université Paris X-Nanterre, marie-dominique.mouton@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals