Navigation – Plan du site

Masques et sorcellerie : deux façons d’administrer la société (pays Bassari, Sénégal oriental)

Masks and sorcery: two different ways of governing society (Bassari land, Eastern Senegal)
Icir Mimina Di Muro
p. 92-115

Résumés

Chez les Bassari du Sénégal oriental, la préservation d’un état d’équilibre structural et d’ordre social repose sur l’existence d’une réalité cachée, omniprésente dans la vie individuelle, sociale, politique, thérapeutique et religieuse. Cette société est caractérisée par une double administration : celle des hommes, qui se base sur la détention des secrets des masques, et celle des femmes qui, plus discrète, se base sur leur affinité particulière avec le monde des esprits. Cette manière de réglementer la société est complémentaire, et pour se réaliser elle fait appel à des « réalités » distinctes : celle, visible, des hommes et celle, invisible, associée aux esprits. L’analyse de la croyance aux masques et à la sorcellerie, dont il est question dans cet article, montre comment l’équilibre social bassari est le résultat d’un compromis entre la réalité visible des humains et celle, invisible, des esprits.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est issu d’une enquête de terrain que j’ai conduit en 2007 et en 2012 dans le village bassari d’Ethiolo qui se trouve dans la région de Kédougou au Sénégal oriental (département de Salémata, arrondissement de Dar Salam).

Texte intégral

  • 2 Les cérémonies ont une importance centrale chez les Bassari, car elles représentent un facteur de f (...)

1Chez les Bassari de la frontière sénégalo guinéenne, noms, biens et chefferie sont transmis par l’intermédiaire des femmes (de la mère aux enfants et de l’oncle au neveu utérin), mais le mariage est virilocal. Dans cette société, l’interconnexion entre le monde visible des humains et celui invisible des esprits (nous préciserons ce terme par la suite) est fondamental pour la préservation d’un état d’équilibre structural et d’ordre social. Cette disposition du système de contrôle met en évidence le caractère fragmentaire de l’organisation sociale, qui postule différents types de réalités pour se révéler, et de « silencieux accords » entre le monde visible des hommes et le monde invisible des esprits : si certaines règles ne sont pas respectées par les hommes et par les esprits, l’équilibre structural risque d’être déstabilisé, et l’harmonie de toute la communauté est en danger. Dans ce jeu de pouvoir et d’équilibre, la présence féminine est fondamentale pour mettre en relation ces différentes « réalités » et pour réglementer le contact entre l’humain et le surhumain, l’expérimental et le transcendant, l’ordinaire et l’extraordinaire, le visible et l’invisible. Les femmes bassari, symboles de fécondité, éternelles médiatrices du transcendant et médiatrices intergénérationnelles, ont un rapport privilégié avec l’invisible et avec les esprits en général car elles permettent la canalisation du transcendant au service du groupe. Leur présence pendant les cérémonies et les rites collectifs facilite la diffusion de la force surnaturelle dans le quotidien, grâce à leur rôle vital en tant que génitrices capables de capturer la force des esprits et de la transformer en énergie indispensable au bonheur de tous2.

  • 3 Le terme « affaire » est utilisé par les Bassari qui parlent français pour mettre en évidence quelq (...)

2Hommes et femmes ont une manière différente d’administrer la société. Les premiers gèrent la société de façon manifeste, à travers la détention des secrets liés au monde des masques. Les secondes, elles, participent souvent discrètement à l’administration de la société en utilisant leur affinité particulière avec le monde des esprits. Dans cet article, nous tenterons d’analyser en quoi consiste cette manière différente d’administrer la société qu’ont les hommes et les femmes, à travers deux « canaux » principaux : les masques, et la sorcellerie. Nous accorderons une attention particulière au monde féminin, et à la façon dont les femmes sont impliquées dans les « affaires » des masques et dans les « affaires » de sorcellerie3. Pour cela, nous nous intéresserons aux questions suivantes : comment s’explicitent les rapports entre le monde masculin et les esprits, et entre le monde féminin et les esprits ? Quel est le rapport des femmes avec les masques, en tant que non-initiées ? En quoi consiste l’affinité spécifique des femmes avec le monde des esprits ? Comment les hommes « utilisent-ils » les secrets liés au monde des masques pour avoir un accès direct au pouvoir politique ? Qu’est-ce-que la sorcellerie pour un Bassari ? Quels sont les termes qui la désignent ? Qui la pratique ? Comment ? Qui sont ses victimes ? Que nous dit-elle des rapports entre les individus et le groupe ? Quelle est la différence entre la sorcellerie pratiquée par les femmes et celle pratiquée par les hommes ? Quel est le comportement de la communauté avec les sorciers ? Comment la sorcellerie intervient-elle dans l’immigration ? En quels termes la société bassari prévoit-elle la coexistence de l’ordre et du désordre en fonction d’un équilibre général communautaire ?

Femmes et esprits : une complicité réciproque au bénéfice de la collectivité

  • 4 Biyil (singulier : ayil) est le terme utilisé par les Bassari pour indiquer les esprits en général. (...)
  • 5 L’expression « esprits visibles » est utilisée par les femmes pour désigner certains esprits. Pour (...)
  • 6 Les femmes, dans la société bassari, deviennent adultes grâce à l’apprentissage graduel de toute un (...)

3Les relations qui existent entre les femmes et les esprits (biyil4) sont caractérisées par une sorte d’ambiguïté paradoxale, qui s’explicite si l’on prend en considération le rapport entre les masques et les femmes. Les masques en activité (entrain de se produire durant les sorties de masques), sont désignés par les femmes comme étant des « esprits visibles5 ». Ils représentent les principaux véhicules grâce auxquels les esprits (biyil) se matérialisent et sont présents dans le monde des humains : ils permettent aux esprits d’avoir une forme physique, et à l’altérité transcendante d’intervenir directement dans les affaires de la terre. L’accès à la société des masques est une prérogative réservée aux hommes, qui d’ailleurs pour pouvoir devenir adultes, doivent connaître les secrets des esprits visibles. Le passage à l’âge adulte a lieu à travers le nitch, l’initiation des jeunes garçons, où se joue la transmission d’un certain nombre de connaissances, de valeurs et de normes de la société. Les femmes, qui sont par excellence les individus non-initiés6, n’ont pas accès au monde des masques. Mais leur présence pendant les apparitions des esprits visibles est indispensable pour l’existence de ce monde. Partenaires des masques au cours de leurs danses et de leurs chants, elles sont le symbole de la fécondité et elles facilitent la mise en œuvre du pouvoir des esprits dans la communauté. À ce propos, Monique Gessain (2006 : 220-221) évoque une « action conjuguée des masques et des femmes qui apparaît comme l’addition plus que cumulative de deux pouvoirs pour le bénéfice de tous ». Dans cette association féconde du masque et de la femme, Gessain voit « l’association des symboles épurés, sublimés de la masculinité et de la féminité débarrassés de leur individualisme et des défauts liés à leur sexualité pour l’exercice d’un pouvoir surnaturel accru [...]. Il semble que les femmes et les masques aient réussi à dépasser cette opposition, cette rivalité entre sexes, en s’associant pour manipuler les forces surnaturelles en faveur du bien-être et de la survie du groupe. »

4L’ambiguïté et le paradoxe qui caractérisent le rapport entre le monde féminin et le monde des esprits rendus visibles par les masques, met en évidence la manière dont les femmes bassari sont en même temps puissantes et assujetties. Puissantes, parce qu’elles sont indispensables pour l’existence et la manifestation de l’invisible dans le visible ; assujetties, parce qu’elles sont exclues du monde des masques (les « esprits visibles »). Les masques représentent l’autorité et jouent un rôle important de contrôle social et politique : ils participent au maintien de l’ordre en contribuant au respect des lois. Ils ne sont pas destinés à la contemplation mais à l’action. La présence des masques pendant toute l’année à travers leurs apparitions durant les fêtes, les danses et les rites, renforce les liens d’amitié et de solidarité entre les membres de la communauté et contribue à la préservation de l’ordre social ; elle permet, aussi, aux humains de communiquer avec les forces surnaturelles.

5Il existe une sorte de secret paradoxal et tolérant qui marque une frontière entre les initiés et les non-initiés et se base sur des secrets de Polichinelle liés aux masques, que tout le monde connaît. Les femmes, qui cependant les connaissent aussi, doivent faire comme s’il n’en était rien. Les hommes, eux, revendiquent au contraire la connaissance de ces secrets. Accentuer la distinction entre monde des hommes et monde des femmes leur permet, de fait, d’avoir un accès direct au pouvoir politique : être homme signifie être détenteur des secrets des masques, et ceci correspond à une reconnaissance de l’autorité politique des hommes, les masques jouant un rôle important de contrôle social en affirmant l’ordre et le respect des lois. Cette manière qu’ont les hommes de gérer la société, à travers la détention des secrets liés au monde des masques, s’oppose à une méthode discrète et parfois invisible mise en œuvre par les femmes, et qui se base, elle, sur des secrets qu’elles détiennent et dont les hommes sont exclus.

6Souvent femmes et hommes se retrouvent, indépendamment, et à toute période de l’année, en des lieux connus d’eux seuls pour y parler de l’organisation des rites et des cérémonies traditionnels, et pour prendre des décisions qui concernent toute la communauté. Les réunions des femmes sont strictement secrètes, et pour ce motif invisibles : aucun homme n’a le droit d’y participer, ni même de savoir quand et où elles se déroulent, quand bien même il appartiendrait à la famille de la femme qui y participe. Les décisions prises par les femmes sont transmises avec discrétion aux hommes et aux masques lors des cérémonies et des rites publics : ce sont les représentantes des femmes qui parlent au nom du groupe des femmes, sans dire quand et comment elles ont pris leurs décisions. En revanche, le lieu des réunions masculines est connu des femmes, et certaines réunions masculines qui prévoient la sortie des masques ont lieu uniquement avec la présence de certaines d’entre elles.

  • 7 Les Bedik comme les Bassari appartiennent au bloc ethnolinguistique Tenda, qui regroupe les langues (...)

7Les femmes, qui sont bien conscientes du fait que sans femmes les masques n’existeraient pas, « il n’y a pas de sortie de masques bassari sans présence de femmes » (Gessain 2006 : 218), acceptent de faire parti du mystère des masques en protégeant plus que les hommes leurs secrets. Ceci rappelle ce que souligne Pierre Smith à propos des Bedik7, population voisine des Bassari :

Les femmes savent donc à quoi s’en tenir et les hommes ne l’ignorent pas. Elles assument leur rôle dans le jeu du Mystère avec au moins autant d’ardeur et de conviction que les hommes, faisant tout pour qu’on croie qu’elles croient que leurs fils vont vraiment mourir et renaître autres lors des initiations et que les masques sont des génies. Elles protègent ainsi leur propre mystère qui est celui d’être femmes. Tout le système repose, en fin de compte, sur la simulation de part et d’autre, d’une mystification qu’on suppose efficace pour la rendre plus évocatrice. (Smith 1984 : 32)

8Notons aussi ce propos de Geneviève Calame-Griaule sur le pouvoir de la femme en pays dogon, qui souligne l’ambiguïté de la figure féminine dans la réalité sociale comme dans l’imaginaire :

La femme, malgré le pouvoir important que lui donnent ses fonctions de génitrice et sa place centrale au sein de la famille, finit paradoxalement par renforcer l’ordre social dont elle se constitue en quelque sorte le garant. Cependant, elle sait conquérir, dans la magie par exemple, ou dans l’initiation des jeunes, un territoire qui lui est propre [...]. (Calame-Griaule 1993 : 17)

9Nous reviendrons sur l’ambivalence et la souplesse de l’usage du pouvoir exercé par les femmes dans la société bassari, dont fait état Smith, et sur cette façon propres aux femmes de renforcer l’ordre social, qu’évoque Calame-Griaule.

10Les secrets de Polichinelle qui caractérisent le monde des masques sont liés à la conception du savoir et du pouvoir des hommes bassari vis-à-vis des femmes : celles-ci sont au courant des simulations des hommes, mais elles ne doivent pas les révéler. Ce jeu de pouvoir est accepté par les femmes sans objections. Certes, les femmes renoncent à cette partie de la connaissance liée aux secrets des masques, mais elles se consacrent comme en contrepartie à une autre connaissance, liée au monde invisible et au pouvoir mystérieux de la sorcellerie, dont il sera question ci-après.

11Masques et femmes représentent l’anneau de conjonction entre le visible et l’invisible, un moyen efficace de communication entre l’expérimental et le transcendantal indispensable à l’existence de l’univers bassari. Dans ce rôle de médiatrice, les femmes jouissent d’un certain privilège ; en effet, en gardant leurs identités, elles arrivent à rentrer directement en contact avec le monde des esprits, à la différence des hommes qui doivent changer d’identité pour réussir à profiter d’un pouvoir surnaturel. Gessain met très bien cela en évidence :

Contrairement à la femme, qui peut à tout moment manipuler les pouvoirs surnaturels, l’homme a besoin pour manipuler les siens d’être transformé en ayil (esprit) par le masque [...]. Les femmes pour qui les masques sont seulement des esprits aux pouvoirs supra-humains, concourent à manipuler en faveur de toute la société la puissance du masque. (Gessain 2006 : 220-221)

12Les rapports constants entre femmes et esprits sont vitaux pour cette société, qui utilise la complicité et la dépendance réciproque de ces deux entités pour préserver l’harmonie et l’équilibre structurel, mais aussi pour garantir la reproduction de la collectivité. Les femmes, complices des esprits, aident la pénétration de la force spirituelle dans la communauté, et cette pénétration provoque une augmentation de la fécondité humaine et de la fertilité de la terre. C’est ainsi que tout est lié et que chacun en tire profit : la fécondité des femmes, la fertilité de la terre, et la perpétuation de la société bassari. L’aide des esprits est particulièrement évidente quand une femme n’arrive pas à être enceinte. Selon les croyances locales, les femmes qui ont des difficultés à avoir des enfants cherchent l’alliance des esprits pour résoudre leurs problèmes de fécondité. Elles communiquent avec les esprits la nuit, moment où les âmes-esprits passent en volant et en sifflant, cherchant des femmes disposées à les accueillir pour naître. L’expression utilisée par Odile Journet-Diallo à propos des âmes des défunts Jamaat en Guinée Bissau rend bien l’idée de ce qui ce passe avec les âmes-esprits bassari qui veulent renaître :

[...] les âmes des défunts à renaître viennent guetter les femmes en quête d’un ventre hospitalier. (Journet-Diallo 2007 : 77)

  • 8 Les corvées de pilage de céréales sont fréquentes chez les Bassari. Elles ont lieu chaque fois qu’i (...)

13« On s’aperçoit de la présence des esprits quand on entend l’air qui siffle », affirment les femmes qui cherchent la complicité des esprits. Pour cette demande d’alliance, elles se retrouvent en groupe le soir après dîner, à l’insu des hommes, à l’occasion d’une corvée de pilage de céréales8, et en pilant ensemble (dans le même mortier ou dans des mortiers différent, cela dépend de la quantité de céréales à piler) elles demandent aux esprits d’entrer dans leurs corps, et de les aider à être enceinte. Elles disent à haute voix, ensemble ou l’une après l’autre, sans ordre prédéfinit, et en s’adressant à l’air en déplacement : « Je veux le premier esprit qui a sifflé, moi le deuxième, moi le troisième, moi le dernier... » L’esprit qui accepte de « rentrer dans la femme » pour naître, dit-on n’est jamais celui demandé. Ce fait met en évidence comment le rapport entre les femmes et les esprits pénalise la volonté, s’inscrit contre les lois de la volition, dans un registre libre d’accueillir une altérité non programmée. L’individu se trouve ainsi devant plusieurs possibilités qui peuvent ne pas obligatoirement coïncider avec ses désirs personnels.

Implications des femmes dans les « affaires » sorcellaires

14Les Bassari désignent avec le terme visible (awat) tout ce qui est perceptible par la vue, au contraire le terme invisible désigne tout ce qu’on ne peut pas voir (awaténa). Les masques en activité, dont il est question dans cet article, appartiennent à la catégorie du visible. Et pour les femmes, comme nous l’évoquions, ce sont des esprits que les porteurs de masques rendent visibles, en leur « prêtant leurs corps ». En revanche, les forces surnaturelles et les esprits qui caractérisent la sorcellerie appartiennent à la catégorie de l’invisible.

15La sorcellerie, constamment présente dans la vie communautaire bassari, se mêle aux évènements quotidiens de la collectivité, elle lie les individus à l’intérieur d’un cercle vicieux, en contrôlant indirectement leurs actions. Il n’est pas facile de garder ses distances vis-à-vis de la sorcellerie, car elle est omniprésente. Quand on parle de son pouvoir, on risque toujours d’être impliqué émotivement et inclus dans les situations où il se manifeste. C’est l’une des caractéristiques de la sorcellerie qu’avait bien mise en avant Jeanne Favret-Saada, dans son étude sur le Bocage Mayennais, où elle se trouvait elle-même dans une situation délicate :

On ne peut étudier la sorcellerie sans accepter d’être inclus dans les situations où elle se manifeste et dans le discours qui l’exprime. (Favret-Saada 1977 : 43)

  • 9 Les Badyaranké appartiennent au même bloc ethnolinguistique Tenda, que les Bedik et les Bassari.

16Pour les Bassari, tout a une explication, rien n’est le fait du hasard. Par exemple, lorsque quelqu’un a sur le corps une blessure qui ne guérit pas, on estime volontiers, que son âme est sortie par la blessure pour être mangée par un sorcier, et que cette personne risque de mourir d’un moment à l’autre. L’insolite, et tout ce qui pourrait déstabiliser le parcours normal des évènements, sont expliqués et justifiés par l’intervention de la sorcellerie. Cette dernière représente un important moyen d’interprétation de l’inhabituel en général, utilisé par tout un chacun pour expliquer tous types d’évènements. William Simmons (1971 : 110-155), qui a conduit ses recherches chez les Badyaranké9, insiste sur le fait que dans ce contexte les mésaventures sont considérées comme conséquences des collusions humaines avec le monde de la nuit.

17La situation de la sorcellerie dans le contexte bassari peut être explicitée en formulant une hypothèse sur la représentation de l’agressivité, par rapport aux femmes et aux hommes : au quotidien, les rôles qui comportent une prédominance d’agressivité sont régulièrement attribués aux hommes tandis que les femmes, elles, n’ont pas besoin d’être agressives pour accomplir leurs tâches dans la société. Cette hypothèse peut être associée à l’idée d’impossibilité d’une « agressivité ouverte » de la femme dont fait état Esther Goody (1980 : 261-305), agressivité inadmissible, puisqu’elle menacerait la position dominante du mari dans la famille en privant l’homme de ses pouvoirs et, en définitive, l’ordre social commun.

18L’exclusion des femmes du monde des esprits visibles, les masques, les simulations qui caractérisent leurs rapports avec les hommes, sont à la base de nombreuses tensions latentes et réprimées qui se manifestent dans le monde invisible réglé par des lois et des principes mystérieux et souvent dangereux. Cette affinité entre le monde féminin et le monde invisible semble compenser les silencieux accords des femmes avec les esprits visibles. Et elle confirme un principe important, qui caractérise souvent cette société, selon lequel ce que l’on perd d’un côté, on le gagne de l’autre. Comme le constate Gessain (2006 : 218) :

Si le pouvoir civil est refusé aux femmes, certains pouvoirs surnaturels sont à l’évidence reconnus aux femmes coniagui, bassari et bedik à qui les responsabilités religieuses ne sont pas interdites. [...] En dépit du fait que partout les masques et leur secret appartiennent aujourd’hui aux hommes, les femmes coniagui et bassari ont donc bien un rôle privilégié dans les rapports de leurs sociétés avec les esprits et les masques, en particulier en ce qui concerne la santé et la fécondité tant des femmes que des animaux et des plantes sauvages et cultivées [...].

19On peut avancer l’hypothèse que l’implication majeure des femmes dans « les affaires de sorcellerie » trouve sa justification dans ces tensions féminines latentes dont l’expression est réprimée au quotidien. Il est très rare de voir des femmes qui disputent publiquement ou qui expriment manifestement leurs désaccords par rapport à quelqu’un ou par rapport à une décision. Leur classe d’âge d’appartenance joue toujours un rôle important de médiation de leurs mésententes, et quand le désaccord est exprimé publiquement c’est la classe d’âge d’appartenance qui se fait porte-parole des tensions. Pour ce motif, il est difficile de comprendre qui est à l’origine du désaccord. Et quand deux femmes qui appartiennent à la même classe d’âge ont un problème, elles le résolvent discrètement uniquement entre elles. Au contraire, les hommes dénoncent souvent singulièrement et publiquement leurs mésententes, et leur classe d’âge d’appartenance se fait rarement porte parole de leurs problèmes.

  • 10 Les koré se manifestent aux corvées du chef de village, et si l’invité à une corvée fait partie de (...)
  • 11 On s’adresse aux koré en utilisant leur nom de koré, et on les distingue par leurs insignes végétau (...)
  • 12 J’empreinte le syntagme « construction des hommes » à Francesco Remotti (2002 : 24), qui analyse co (...)

20Une autre hypothèse relative au fait que les femmes ont une affinité majeure avec l’invisible et avec la sorcellerie en particulier, est liée à la manière différente dont les hommes et les femmes vivent leurs tensions personnelles. Le système initiatique masculin prévoit une institutionnalisation explicite du défoulement des tensions individuelles, laquelle n’est pas prévue pour les femmes. L’existence des koré, ces individus à l’esprit « modifié » (comme disent les Bassari parlant français), qui se manifestent en certaines occasions10 et occupent un rôle important dans l’administration de l’ordre social communautaire, représente un exemple de ce système. À travers le principe du koré, les jeunes hommes initiés changent d’identité11 et utilisent une langue secrète pour communiquer entre eux, dans le but apparent d’exclure de la compréhension tous les individus qui n’ont pas été initiés (les femmes et les enfants). La langue koré se base sur l’utilisation fréquente des métonymies, et sur l’utilisation de termes dont le sens est inversé (Ferry 1981 : 173-176), par exemple quand les koré disent blanc, ils veulent dire noir, quand ils disent que quelqu’un est malade ils veulent dire que la personne est en bonne santé. La manifestation de ces esprits consiste à s’opposer expressément à l’ordre social et aux conventions culturelles, et à assumer un comportement « contraire » à celui des hommes normaux. Le koré bassari est le symbole de la transgression, mais c’est aussi le symbole de l’initié qui devient homme à travers une intériorisation consciente des connaissances et des règles de la société. Il est intéressant de remarquer comment la transgression participe à la construction des hommes adultes12. Dans cette société, on devient adultes aussi en apprenant à être koré et à jouer avec les conventions culturelles. C’est ainsi que les personnalités importantes du village (comme les chefs, les personnes âgées ou les individus d’une certaine influence sociale) peuvent ouvertement être critiquées par les koré qui se servent de l’humour et des comportements inadmissibles dans la vie ordinaire pour dénoncer des injustices, pour critiquer la conduite de quelqu’un, ou bien encore pour exprimer d’une manière indirecte mais ostensible leurs désaccords et leurs tensions intérieures. Un tel comportement permet de se libérer des tensions internes personnelles et encourage les jeunes hommes à commencer leur vie d’adultes en se déchargeant des tensions et des pressions accumulées pendant la période initiatique, comme si les hommes accédaient à l’âge adulte avec soulagement et sérénité.

21Cette façon de se libérer publiquement des tensions personnelles est typique du monde masculin bassari. Elle contraste avec l’interdiction faite aux femmes d’exprimer publiquement leurs désaccords et de transgresser : ne doivent-elles pas, en effet, toujours manifester une conduite équilibrée et un comportement responsable et retenu ? Les femmes sont l’emblème de l’équilibre et de la stabilité intérieure et, on l’a souligné, c’est par le truchement de l’invisible, les usages qu’elles en font, qu’elles se libèreraient des pressions et des tensions accumulées au quotidien. Il est intéressant de constater que les koré et les femmes âgées s’entendent bien : ni les uns ni les autres n’ont de honte (Gessain 2006 : 55). Ce rapport privilégié entre eux invite à se pencher sur le fait que la société leur autorise la transgression. Tout comme les masques permettent aux hommes de communiquer avec le transcendant, l’esprit koré permet aux initiés de transgresser et de libérer des pressions et des tensions sociales. Dans les deux cas, la transformation de l’identité individuelle de l’homme lui autorise un comportement et des privilèges inhabituels. En revanche, la transgression sans altération d’identité est permise aux femmes âgées qui peuvent plaisanter et agir en dehors des règles pendant les cérémonies publiques, en gardant leur identité. Ce comportement est accepté par la société qui reconnaît aux femmes, notamment âgées, un rapport privilégié avec les esprits invisibles, et qui pour éviter des répercussions sur l’équilibre communautaire, se montre tolérante. La carence du pouvoir reproductif des femmes est compensée par la possibilité d’avoir certaines libertés dans le monde visible. Ce fait met en évidence que transgression et reproduction ne peuvent aller de paire. Ce sont, en effet, souvent les femmes qui n’ont plus l’âge de procréer ou celles qui n’ont pas eu d’enfants qui sont accusées de sorcellerie.

22L’affinité de certaines femmes avec l’invisible alimente la perception de la femme bassari comme étant quelqu’un de mystérieux et d’ambigu, et souvent ces caractéristiques sont mises en évidence par les femmes qui revendiquent cette entente particulière avec l’invisible, pour se défendre de la prédominance des hommes dans la conduite de la société.

Gens de la nuit et sorcellerie légère

23Constamment présente dans la vie communautaire bassari, la sorcellerie désigne un ensemble de pratiques et d’actions invisibles qui se manifestent par le biais d’évènements néfastes (maladies, accidents, infortunes, etc.) dans la vie de certains individus (les victimes de sorcellerie). Le terme sorcellerie n’existe pas en bassari. Pour en parler, on utilise des expressions qui mettent en évidence les caractéristiques des gens qui y ont recours, et celles de leurs victimes.

24Les termes bassari qui se réfèrent aux sorciers et à leurs activités utilisent surtout deux expressions : le pouvoir de voyance nocturne, et la faim insatiable d’âmes. Les sorciers sont dénommés « gens de la nuit », ber-gamed. On leur reconnaît une certaine familiarité avec la nuit, une capacité à vivre la nuit comme si c’était le jour grâce à leurs pouvoirs de voyance : ils sont « ceux qui voient la nuit » (begio awat-kni watndn gamed). On les considère également comme des gens qui ont toujours faim (begio din ani-médena), une faim d’âmes qui jamais ne peut être rassasiée. Les expressions qui désignent les victimes de sorcellerie mettent en évidence comment, dans ce contexte, on parle d’une sensation de privation provoquée par les sorciers qui s’approprient de la force vitale de leurs victimes pour un bénéfice personnel. Les Bassari disent : « ils l’ont pris » (agio an-ka wedkno), « il n’a plus d’âme », (agio aho bohna gue-endyu), et « il est vide, il est resté sans âme » (gue-endyu kem bayko) pour se référer aux victimes de sorcellerie, qui se sentent vidées de leur âme, et dont le corps est perçu alors comme le récipient de l’âme vidé après une attaque de sorcellerie.

25Les représentations locales situent la sorcellerie à un niveau surnaturel, spirituel, et on l’évoque comme étant une sorte de cannibalisme nocturne entre l’âme du sorcier et l’âme de sa victime : pendant la nuit l’âme du sorcier va à la chasse de sa victime pour lui voler son âme, et ensuite la dévorer lors d’un banquet nocturnes avec d’autres sorciers. Cette espèce de cannibalisme symbolique crée un lien entre la sorcellerie et l’obsession de manger : au fur et à mesure que le sorcier mange les âmes de ses victimes, son agressivité augmente, mais son appétit et sa faim demeurent insatiables.

26L’explication que les Bassari donnent de la sorcellerie évoque ce que disent à son propos, dans leur ouvrage, Marie-Cécile et Edmond Ortigues (1966 : 230-231). Ces auteurs soulignent, en effet, l’existence du fantasme de dévoration et celle d’assemblées nocturnes de sorciers, où ils dévorent le double de leurs victimes pendant un repas anthropophagique qui déclenche un circuit de dettes sans fin. Et à ceci ils ajoutent (1966 : 230) :

C’est le double du sorcier qui, invisiblement, dévore le double de sa victime. Quand une personne se croit victime d’un sorcier, elle se sent vidée de l’intérieur; on est en train de boire son sang, de ronger ses organes internes.

27La manière d’agir du sorcier est invisible, et seule les conséquences d’une attaque de sorcellerie sont perceptibles chez les victimes de sorcellerie, qui généralement tombent malades et risquent de mourir si elles ne recourent pas à la pratique divinatoire d’un guérisseur awediax (plur. bowediax). Les bowediax sont des individus ayant des pouvoirs extraordinaires, hors du normal, avec une âme capable de voyager la nuit indépendamment du corps et d’accomplir à distance des actes surnaturels. Comme l’explique bien Anthony Kroch, dans son article sur les fondements conceptuels de la religion bassari traditionnelle, les individus avec un pouvoir surnaturel peuvent diriger les activités de leurs âmes hors de leurs corps, les voyages de l’âme ont lieu plutôt la nuit et se manifestent dans les rêves. Kroch précise :

Certains ont deux ou trois âmes ; et ils sont capables de résister à la sorcellerie parce-que, si une âme leur est retirée, celles qui restent continuent à leur fournir une force vitale. (Kroch 1980 : 95)

Cette constatation de Kroch sur les bowediax bassari renvoi à ce que affirme Journet-Diallo à propos des doubles démultipliés de la personne Jamaat en Guinée Bissau :

Un homme fort est celui qui dispose de doubles nombreux, évoluant dans les différents espaces de la brousse, du marigot, des airs. (Journet-Diallo 2007 : 129)

28J’ai remarqué qu’être accusé de sorcellerie implique automatiquement d’être awedyax, cependant on peut être awedyax sans nécessairement être sorcier, car on peut utiliser ses pouvoirs surnaturels pour le bien-être de la communauté. C’est le cas des guérisseurs, qui utilisent leurs pouvoirs surnaturels pour sauver les victimes des attaques de sorcellerie.

29Cette manière de considérer l’être humain met en évidence une double identité de l’individu : la première, le corps (eman), immédiatement visible à tout le monde et existant matériellement, et la seconde, l’âme (endyu), invisible et capable d’agir indépendamment du corps visible. Les sorciers bassari sont tous capables de se dédoubler, l’invisibilité de l’âme leur permet de rester cachés et de devenir imprévisibles et dangereux pendant leurs attaques nocturnes, et leur pouvoir de voyance leur permet de vivre la nuit comme si c’était le jour. Smith remarque que chez les Bedik un organe spécifique, la vésicule biliaire, donne le pouvoir de voyance. Il constate que tous, hommes et femmes, sont potentiellement dotés de la faculté de voyance, mais certains seulement savent l’utiliser. Au départ, cet usage est positif. Mais la tentation d’en faire un usage négatif et de devenir sorcier est grande. Smith précise que les pouvoirs associés à la vésicule biliaire se modifient à l’usage :

  • 13 Voire aussi Ferry (1991 : 601).

[...] la vésicule biliaire est comme un réservoir qui s’épuise au fur et à mesure qu’on l’utilise ; le pouvoir de voyance s’affaiblit et peut alors se pervertir : le voyant devient [...] sorcier quand il cède à une faim [...] d’âmes que les gens de la nuit consomment en commun, chacun livrant à tous l’âme d’un de ses proches, qui peut même être son propre enfant. S’il ne succombe pas pour d’autres raisons, le sorcier finira par mourir du mal qui le consume et de l’épuisement de ses pouvoirs13. (Smith 1984 : 23)

  • 14 Voire l’analyse que fait Meyer Fortes (1969) de la sorcellerie dans ses rapports avec les structure (...)

30Le sorcier bassari est une entité interne à la communauté qui attaque ses propres parents. Pour être admis à la congrégation des sorciers il faut leur offrir l’âme d’un parent : sans cette offrande personne ne peut faire partie du monde caché des mauvais esprits, les sorciers. On se trouve devant une sorte de « banquet incestueux » impliquant une victime matrilinéaire, qui provoque du désordre dans le matrilignage ; généralement le sorcier et sa victime appartiennent au même matrilignage14. L’implication de la sorcellerie dans les rapports de parenté montre une différence structurelle entre les parents matrilinéaires et patrilinéaires, mettant en évidence des tensions entre utérins. Pour les Bassari, l’attaque de sorcellerie ne peut jamais être l’acte de n’importe quel individu et les sorciers agissent toujours dans leur matrilignage. Ce fait, commun à d’autres peuples africains, a été observé par plusieurs auteurs. Comme l’affirme Alfred Adler, à propos des Ashanti, c’est là où il existe une interdiction de l’inceste que la sorcellerie agit comme pouvoir autodestructif de l’atome familial ; les parents patrilinéaires sont en dehors de ce cercle car ils appartiennent à un autre matrilignage. Il ajoute :

[...] le stéréotype du personnage malfaisant est [...] celui de la sorcière représentée sous les traits de la vielle femme dévorée d’envie, avide de la substance d’autrui. Elle mange la chair et boit le sang de ses victimes qui sont précisément ceux avec lesquels, en vertu du dogme de la matrifiliation, elle partage la chair et le sang. (Adler 2006 : 74)

31Cette assertion d’Adler sur le stéréotype du personnage malfaisant représenté sous les traits de la vielle femme avide de la substance d’autrui, coïncide avec ce qui se passe chez les Bassari quand on a affaire avec la sorcellerie légère.

32La sorcellerie légère, où le sorcier est en même temps celui qui encourt le risque de mourir, est une curieuse manière pour les femmes de pratiquer la sorcellerie. Selon les habitants du village d’Ethiolo, les femmes âgées, qui n’ont plus rien à perdre, molestent les autres individus de la communauté, surtout les jeunes, en les effrayant la nuit. Cette manière d’agir met bien en évidence deux aspects qui caractérisent ce type de sorcellerie.

33Le premier aspect tient à ce que ce sont les femmes âgées qui pratiquent ce type de sorcellerie, pensant que par un tel comportement elles acquièrent de la force : la vitalité des jeunes, absorbée pendant les embuscades nocturnes, renforce leur influence et leur pouvoir dans la société. Ici, la sorcellerie légère peut être considérée comme une dénonciation d’un conflit intergénérationnel entre jeunes gens et personnes âgées, caractérisé par des sentiments de frustrations et d’angoisse des vieux devant la fatalité de la vieillesse et l’incertitude de l’existence, de plus en plus évidente avec l’âge qui avance. Dans un système de classes d’âge égalitaire dans ses principes, comme celui des Bassari, ce sont généralement les jeunes qui accusent les membres des classes d’âge plus âgées, peut-être parce que ces dernières sont physiquement faibles et dépendantes, pour cette raison, du travail des plus jeunes. Simmons (1971 : 153), à propos des Badyaranké met en évidence une dynamique semblable entre générations. À travers un diagramme, il montre comment la fréquence des victimes et des accusés de sorcellerie change selon l’âge. Les victimes sont des enfants dans la majorité des cas, en revanche les sorciers sont surtout des personnes âgées. Simmons montre aussi comment les dénonciations partent des adultes situés entre les enfants qui sont au début de la vie et les personnes âgées qui sont à la fin de la vie. Selon les conventions sociales bassari, l’adulte doit être le responsable matériel de deux autres catégories d’individus : les enfants et les vieillards. Ce surplus de responsabilité accroît peut-être les tensions intérieures de cette catégorie d’individus, qui utilisent la sorcellerie pour se libérer des pressions de la communauté et se défendre.

34Le second aspect tient, lui, en ce que les vieilles femmes qui « pratiquent » la sorcellerie légère agissent la nuit. Pendant « le temps de la nuit » (Kroch 1980), les actions des esprits et des vieilles femmes peuvent être immorales. Ce qui n’est pas possible avec la lumière du jour se réalise pendant la nuit. La sorcellerie peut donc être vue comme s’opposant à l’ordre social, une sorte de renversement et de négation de la moralité et des relations sociales normales. Andras Zempléni (2005 : 181), en se référant à la sorcellerie chez les Moundang du Tchad, parle de la société des sorciers comme d’un double nocturne de la société officielle. Faire partie du double nocturne de la société officielle, ou du « temps de la nuit », signifie établir un contact avec l’invisible qui alimente un engrenage interminable de dettes qui lient les individus au double nocturne de la société officielle. Par cet enchaînement de dettes et de dons, la sorcellerie donne du pouvoir à l’individu (dans ce cas, elle augmente la vitalité des vieilles femmes), mais en même temps rend les individus extrêmement vulnérables et dépendants de l’invisible. Tout cela renvoie au principe implicite déjà mentionné selon lequel ce qu’on perd d’un côté, on le gagne de l’autre.

35La sorcellerie légère est extrêmement dangereuse et peut causer la mort de la sorcière, car les victimes des embuscades nocturnes peuvent nuire aux sorciers jusqu’à causer leur mort. On peut dire que ces victimes décident du destin des sorciers. Le terme local qui se réfère à ce type de sorcier est abandj, et signifie une entité qui lance le mauvais œil par son regard, qui exerce une influence par le seul usage de ses yeux. Les expressions locales o-bandyol bon haf-avac, « ce sorcier est léger », ou o-bandyol atib-éna, « ce sorcier n’est pas lourd », sont souvent utilisées pour ce type de sorcier. Il est paradoxal de définir cette sorcellerie comme légère car elle est extrêmement dangereuse pour ceux qui la pratiquent. Selon les Bassari, l’abandj est dans une position de danger car elle peut être tuée par ses victimes de deux manières : heurtée par une pierre jetée par la victime le jour même de l’embuscade, et si, le lendemain de l’embuscade, aucune des victimes ne va la saluer. Ces deux comportements causeront la maladie puis la mort de la vieille femme qui « s’amuse » la nuit à faire peur aux jeunes. Cependant, souvent les jeunes vont volontairement saluer les vieilles suspectées d’être des abandj, en manifestant aussi leur grande tolérance vis-à-vis des transgressions des vieux, toujours considérés comme détenteurs de sagesse et de vérité. C’est ainsi qu’apparaît une certaine ambivalence du rôle des vieux, car avec l’âge leur pouvoir spirituel augmente, mais aussi leur possibilité d’en faire mauvais usage.

Sorcellerie et bien commun

36La sorcellerie dont j’ai parlé jusqu’à présent caractérise les personnes « ordinaires », et elle s’oppose à ce que les Bassari désignent comme haute sorcellerie, qui caractérise le monde masculin. Il n’existe pas de terme local spécifique pour ce type de sorcellerie, mais ceux qui en parlent se servent, pour la désigner, de gestes évoquant ce qui est grand, haut, en opposition à la sorcellerie pratiquée par les gens ordinaires désignée comme quelque chose de bas et de léger. La sorcellerie dont les protagonistes sont les hommes ne peut être utilisée par n’importe qui. Elle est exclusivement à l’usage des individus qui ont des charges importantes dans la société, tels le chef du village, les guérisseurs et les vieux ayant un rôle moral important dans la communauté. Leur pouvoir d’action se base sur des aspects paradoxaux et ambigus, admis et reconnus explicitement par toute la collectivité. Il se remarque surtout en analysant la personnalité du chef, caractérisée par la cohabitation de l’ordre et du désordre.

37Le chef est le représentant de l’ordre et des règles qui doivent être respectés à l’intérieur de la société. Son rôle est surtout celui de porte-parole et de représentant des différents groupes qui composent la structure sociale bassari. Son rôle principal consiste à concilier et à rendre publiques les décisions prises par les différentes classes d’âge. Son pouvoir décisionnel est relatif et dépend des décisions de la collectivité. Mais son habileté à gérer les problèmes communautaires, et sa sensibilité à percevoir le moment précis pour l’exécution des décisions prises par le groupe, sont fondamentales pour la conservation de l’ordre et de l’harmonie sociale

38Le fait de rendre publiques les décisions et les solutions importantes et d’agir d’une manière responsable et exemplaire donnent à ce personnage du pouvoir dans le monde visible. Mais, simultanément, il le rend extrêmement vulnérable dans le monde invisible. À cause de cette fragilité, la société reconnaît qu’il a besoin d’un support invisible pour défendre la communauté contre les attaques invisibles des forces et des individus mauvais, qui essayent de nuire à l’équilibre social. Pour ce motif, l’âme d’un bon chef doit être capable de voyager la nuit comme celle des sorciers et de protéger le village des attaques invisibles. Pour épargner son peuple, le chef ne doit pas courir de risque, et dans l’intérêt de tout le monde il doit être capable de mêler le pouvoir politique au pouvoir spirituel. L’habileté de ce personnage à gérer le social se réalise grâce à l’implication des parents matrilinéaires, lesquels soldent avec une âme la dette du chef. Il existe une congrégation particulière de sorciers à qui l’âme d’un parent matrilinéaire du chef est offerte en échange du support invisible, indispensable à tous les chefs de village pour protéger efficacement la communauté. Quand un individu devient chef d’un village, les gens focalisent leur attention sur les décès de ses parents. On attribue volontiers le décès de mort brutale d’un parent matrilinéaire de ce chef à sa dette d’âme qu’il doit solder aux sorciers. On dit que telle personne est morte prématurément pour permettre au chef d’avoir un support invisible qui lui permet de bien gérer et bien défendre la communauté.

39On comprend, ainsi, comment le pouvoir ambigu du chef de village met paradoxalement en évidence sa fragilité : il est pris dans un équilibre instable, entre l’ordre et le désordre, le visible et l’invisible, les privilèges et les non-privilèges qui pénalisent indirectement ses parents matrilinéaires, en les privant d’un membre de la famille dont l’âme est sacrifiée aux sorciers. La place des parents matrilinéaires est ici importante, étant donné que la victime de l’attaque est un parent matrilinéaire du sorcier qui a des caractéristiques spécifiques : c’est généralement un neveu matrilinéaire du chef, fils d’une de ses sœurs, qui doit être jeune et en bonne santé. L’âme sacrifiée de la victime augmente la puissance spirituelle du chef en lui permettant de bien protéger la communauté, comme dans la sorcellerie légère où les vielles femmes abandj augmentent leur pouvoir et leur influence dans la société en absorbant la force vitale des enfants qu’elles effrayent durant les embuscades nocturnes.

40Les Bassari considèrent que les « sorciers ordinaires » sont les agents des forces négatives, et qu’ils représentent un énorme danger pour le groupe, car ils utilisent l’invisible pour un intérêt individuel et non social comme le fait le chef. Ces « simples sorciers », en se comportant égoïstement, représentent un péril pour l’équilibre et l’ordre social basés sur une idéologie égalitaire communautaire. Le fait de justifier et de considérer comme compréhensible la sorcellerie du chef, son utilisation sociale du pouvoir invisible, détermine une reconnaissance et une acceptation sociales de la coexistence de l’ordre et du désordre, du positif et du négatif dans les prérogatives du chef, et ceci bien sûr à condition qu’il agisse dans l’intérêt collectif et pour le bien commun. Autrement dit, la sorcellerie est généralement considérée mauvaise par les Bassari, mais si elle est utilisée à bon escient, pour le groupe et non contre des individus, elle est admise. Cette observation sur la « bonne » et la « mauvaise » sorcellerie est assez commune en Afrique et elle évoque ce qu’Adler (2006 : 11) constate à propos du paradoxe de certaines figures, comme les rois et les chefs, qui incluent en eux leur contraire :

[...] détenteur de la puissance légitime, [le chef] est augmenté d’un attribut qui a priori est non légitime, mais qui est censé lui conférer une surpuissance.

Ordre et désordre : une coexistence indispensable pour l’équilibre social

41Si l’on considère les victimes de sorcellerie, il apparaît d’emblée que dans cette société la sorcellerie favorise l’ordre, et une logique égalitaire pénalisant l’individu qui s’éloigne des croyances et des valeurs partagées par la communauté. Celui qui se différencie et agit d’une manière non conforme aux conventions sociales est implicitement poussé par la société à s’excuser et à se justifier constamment devant la collectivité, ce qui alimente indirectement en lui des sentiments d’aliénation et d’exclusion par rapport au groupe. Cette pression sociale cause des tensions et de l’anxiété chez l’individu qui tente de se distinguer du reste du groupe.

42La conception bassari de la vie basée sur la gestion communautaire du pouvoir et sur l’égalité des membres qui la composent, admet l’idéologie de l’individu, mais toujours en relation avec son groupe d’appartenance (qui est généralement sa classe d’âge), en décourageant l’autonomie et les changements individuels. Quand la cohésion et l’uniformité du groupe entrent en conflit avec un individu trop individualiste, l’équilibre social risque une crise et le groupe fait tout pour l’éviter, en mobilisant l’attention de toute la communauté qui cherche à comprendre indirectement pourquoi les éloignements d’un individu causent du désordre à la structure sociale. C’est à ce moment que la société réagit en se défendant contre l’individualisme des personnes.

43Le comportement d’un individu, qui s’éloigne de la condition sociale commune, pourrait être perçu par la communauté comme une tentative de domination individualiste qui se ferait au détriment du groupe. La collectivité essaye de rétablir l’ordre à travers des avertissements et des sanctions qui tentent de « rephagocyter » l’individu pour qu’il réintègre le groupe. En pays bassari, ces sanctions et ces avertissements utilisent deux canaux principaux pour reprendre indirectement les déviants : la sorcellerie, qui se sert de l’invisible, et les masques, considérés comme esprits visibles.

  • 15 Sans pouvoir ici détailler ces relations, notons par exemple que les associations entre les femmes (...)

44Les masques jouent un rôle important de contrôle social, et leurs avertissements ont un caractère exemplaire : ils sont destinés à interpeller au vu et au su de tous, les individus qui dérangent l’ordre social et l’équilibre structural. Gessain (2006 : 223) a bien montré comment, dans la société bassari, la notion de recherche d’équilibre est au centre des institutions sociales, le rapport entre les femmes et les masques en étant l’exemple le plus achevé : les associations de ces deux entités15 sont effectivement indispensables à l’équilibre et au bien être du groupe. Femmes et masques sont responsables de nombreuses cérémonies qui ont pour but de conserver l’équilibre structural et de protéger l’ordre du groupe. Les masques, en contrôlant les individus et en s’opposant à tout ce qui pourrait causer du désordre dans le groupe, peuvent ainsi être considérés comme les garants visibles de l’harmonie et de l’équilibre social. Cette tentative des esprits visibles, les masques, de gérer l’harmonie communautaire, se rapproche de la tentative de la sorcellerie de gérer de manière invisible l’ordre social. C’est ainsi que les masques et la sorcellerie agissent respectivement de manière visible et invisible pour le bien être de la communauté : les uns (les masques) se montrent pour agir, les autres (les sorciers) agissent en cachette. Dans les deux cas, les femmes ont un rôle important : d’une part, elles permettent l’existence du monde des esprits visibles, et d’autre part, dans la majorité des cas, elles sont les responsables de la sorcellerie.

  • 16 Expression utilisée par Henry Murphy (1995 : 131) dans son article sur la dépression et la sorcelle (...)
  • 17 Pour ce qui concerne les processus d’individualisation en Afrique, voir Alain Marie (1997).

45Les croyances liées à la sorcellerie bassari peuvent être considérées comme des « mécanismes adaptatifs de régressions16 » au service du groupe. Et l’on peut dire des individus qui avouent être des sorciers, qu’ils permettent au groupe d’affirmer que la cause du désordre a été trouvée. La sorcellerie bassari agit en faveur du versant conservateur du système politique et social, basé sur une tension de fond entre une idéologie égalisatrice collective et une pratique d’inégalité individuelle, pour qui l’autonomie et l’indépendance des individus est dangereuse pour le groupe. Nous sommes comme en présence d’une valorisation d’un « individu non individualiste » qui bloque l’émergence de l’autonomie individuelle et décourage les procès de réalisation personnelle qui favorisent l’individu comme un acteur détaché de ses appartenances communautaires17. Si l’on suit ce schéma anti-individualiste, on se rend compte que l’individu se trouve dans un rapport permanent de dépendance indirecte à son entourage communautaire, qui détermine un climat virtuel de tensions réprimées et latentes. Ces tensions provoquent à l’individu des angoisses alimentées par les pressions du groupe qui peuvent se transformer en accusations de sorcellerie, quand l’harmonie communautaire se sent menacée par « l’individu trop individualiste ».

46La société bassari ne prévoit pas de représailles sévères contre les sorciers, et elle exerce indirectement des pressions qui poussent les gens à avouer plutôt qu’à revendiquer l’innocence. Souvent, une confession est plus efficace que de se professer innocent, et dans la majorité des cas les dénonciations de sorcellerie sont acceptées sans trop d’objections, car accuser quelqu’un de sorcellerie signifie rendre public que cette personne a des pouvoirs extraordinaires. Cela peut être exploité par certains pour augmenter leur visibilité dans la société, et ainsi revendiquer un respect particulier. Il est intéressant de remarquer comment le fait d’admettre publiquement d’être un sorcier permet la réintégration, le retour de l’individu à l’intérieur de la structure et de l’ordre social. Cette réconciliation joue, en effet, en faveur du sorcier : après son aveu, tout le monde sait qu’il est puissant, aussi peut-il jouir d’un respect plus grand que celui dont il bénéficiait auparavant. Finalement, la société bassari se montre donc extrêmement malléable et souple avec le désordre créé par la sorcellerie, car elle prévoit l’existence du désordre et celle de l’ordre, le tout en fonction d’un équilibre général communautaire.

47En comparant les victimes et les gens accusés de sorcellerie, on se rend tout de suite compte du paradoxe et des qualités qu’ils partagent. Les sorciers n’attaquent pas les personnes par hasard, leurs victimes ont généralement des caractéristiques spécifiques, qui les distinguent des autres individus. L’autonomie économique des victimes potentielles de sorcellerie et leur désintéressement vis-à-vis de la gestion collective du pouvoir, sont souvent utilisés par les Bassari comme motivation et justification des attaques de sorcellerie. Il est très fréquent que les victimes, tout comme les sujets accusés de sorcellerie, soient des personnes jugés trop individualistes et anticonformistes qui, en critiquant les conventions sociales, cherchent à s’imposer comme individus en dehors des liens communautaires. Ainsi, les sorciers et leurs victimes ont-ils souvent le même comportement et sont-ils décrits avec les mêmes adjectifs.

48Les victimes et les accusés sont toujours liés par des liens de parenté. Selon l’idéologie commune, l’action maléfique se développe à partir des sentiments de jalousie de l’entourage social le plus proche. Plus les liens entre victimes et accusés sont proches, plus les attaques sont jugées dangereuses et difficiles à prévenir. Comme l’indique Peter Geschiere (1995) dans son ouvrage sur la sorcellerie et la politique en Afrique, on peut avancer qu’en pays bassari la sorcellerie représente la partie obscure de la parenté et la prise de conscience que des sentiments de jalousie et d’agression existent aussi entre les membres de la famille, où ne devraient exister que confiance et solidarité. Cet auteur insiste sur la manière dont les nouvelles formes de pouvoirs et de richesse liées à la modernisation menacent la solidarité familiale et communautaire, en alimentant de forts sentiments de jalousie qui s’expriment par des attaques de sorcellerie entre parents.

49La sorcellerie bassari, qui repousse la nouveauté, a de plus en plus tendance à être utilisée comme une arme contre le nouveau type de bien-être caractérisant notamment les immigrés établis en ville, dont on souhaiterait qu’ils partagent leur richesse accumulée loin du village avec les parents restés au village et avec toute la communauté. À ce sujet, on retrouve ce que soulevait Jean-François Bayart (1989), faisant état de la sorcellerie comme d’une manière populaire d’action politique qui pousse les nouvelles élites africaines à respecter les obligations de co-division avec le groupe d’appartenance.

  • 18 Notamment à Dakar, Tambacounda et Kédougou.

50Dans le contexte bassari, la sorcellerie intervient dans les « affaires des immigrés ». L’idée qu’un immigré peut oublier sa famille, interrompre les rapports qui le lient au groupe d’appartenance, représente un risque auquel la sorcellerie cherche à trouver un remède à sa façon. La condition de l’immigré bassari est extrêmement délicate, car malgré la distance géographique entre le village d’origine et sa nouvelle résidence, il doit constamment rendre compte de sa nouvelle situation à sa parentèle, surtout matrilinéaire, en cherchant à la faire participer à sa vie loin du village. En même temps, il doit montrer beaucoup d’attention envers les forces occultes de l’invisible qui pourraient être utilisées contre lui par quelques parents jaloux de sa condition, ou pour le punir d’un comportement d’indifférence ou de négligence. De ce point de vue, la sorcellerie pourrait être considérée comme un moyen de renforcer les rapports de parenté des individus immigrés, en dehors de la réalité ordinaire de la communauté. J’ai pu constater une certaine préoccupation des immigrés bassari qui vivent en ville18, liée au fait de décevoir leur communauté, après avoir mobilisé les efforts des parents pour leur réussite sociale. Ces sentiments d’inquiétude envers le groupe, alimentés par la peur d’avoir négligé les devoirs communautaires, tourmentent l’immigré et se font de plus en plus fort chaque fois qu’il décide de retourner chez ses parents. Le retour au village est toujours anticipé par une longue préparation psychologique personnelle dans laquelle les puissances invisibles sont largement sollicitées. Les lavages thérapeutiques à base de plantes médicinales, les amulettes protectrices et les sacrifices aux parents défunts aident l’immigré à se protéger et à se préparer psychologiquement et physiquement au retour au village.

51Les comportements des immigrés témoignent ainsi de la marque indélébile que la culture bassari impose à ses membres, lesquels n’interrompent jamais définitivement les rapports et les liens avec le village d’origine. Dans tout cela, la peur de la sorcellerie a un rôle important car elle encourage la conservation de ces liens. En parlant avec les immigrés bassari, ne résidant plus au village, on se rend compte qu’ils sont, dans la majorité des cas, préoccupés surtout des attaques de sorcellerie adressées à leurs enfants qui ont grandi en ville, et qui ne connaissent pas suffisamment les règles et les habitudes à la base de l’équilibre villageois. Le degré de peur par rapport à la sorcellerie, à laquelle leurs enfants pourraient être liés, fait intervenir deux variables : 1) la façon dont les enfants sont perçus comme bassari par la communauté, laquelle dépend de leur participation aux cérémonies et aux rites de passage les plus importants ; 2) l’origine de leur mère, car si elle est bassari la situation est plus délicate : selon les lois matrilinéaires, les enfants appartiennent au matrilignage, qui normalement est le terrain privilégié de la sorcellerie.

52De fait, les croyances bassari sont le résultat de la coexistence de différents attributs, souvent en opposition entre eux, mais indispensables pour l’existence de l’équilibre qui régi la société. L’ambigüité, le paradoxe, la coexistence de l’ordre et du désordre, le pouvoir visible des masques et le pouvoir invisible de la sorcellerie, l’interconnexion entre le monde des esprits et le monde des humains sont les agents qui constituent cet équilibre communautaire. Un équilibre qu’on pourrait définir comme dynamique, qui se modifie en fonction des acteurs qui y sont impliqués. Par exemple, l’interconnexion entre le monde des esprits et le monde des humains tient compte du sexe des individus impliqués : un homme est en relation avec les esprits de manière différente qu’une femme, et cela s’observe très bien avec les masques et avec la sorcellerie. Lorsqu’il s’agit des masques, en effet, les femmes doivent faire face à des secrets de Polichinelle. Lorsqu’il s’agit de sorcellerie, les hommes doivent faire face à l’affinité étroite qu’ont les femmes avec les pouvoirs invisibles de la sorcellerie, affinité qui alimente la perception de la femme bassari comme étant quelqu’un de mystérieux et d’ambigu, capable de faire face à la prédominance des hommes dans la conduite de la société. Tout est lié et indispensable, au point que la sorcellerie trouve son rôle dans les mécanismes de cet équilibre dynamique qui régit la société bassari.

Haut de page

Bibliographie

Adler Alfred, 2006, Roi sorcier, mère sorcière. Parenté, politique et sorcellerie en Afrique noire, Paris, Éditions du Félin.

Bayart Jean-François, 1989, L’état en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard.

Calame-Griaule Geneviève, 1993, Le pouvoir de la femme, Le pouvoir de la femme, Cahiers de Littérature Orale 34 : 7-17.

Favret-Saada Jeanne, 1977, Les Mots, la mort, les sorts : la sorcellerie dans le bocage, Paris, Gallimard.

Ferry Marie-Paule, 1981, Les ganles tecresses des Ndeta (les langues secrètes des Tenda), Objets et Mondes: la Revue du Musée de l’Homme 21 (4) : 173-176.

— 1985, Mariage des femmes et initiation des hommes : Belyan et Bedik du Sénégal oriental, Journal des Africanistes 55 (1-2) : 63-75.

— 1991, Thesaurus Tenda. Dictionnaire ethnolinguistique de langue sénégalo-guinéennes (bassari-bedik-konyagi), Paris, Petters.

Geschiere Peter, 1995, Sorcellerie et politique en Afrique. La viande des autres, Paris, Karthala.

Gessain Monique, 2006, La femme et le masque ou l’éloge de l’équilibre chez les Bassari, Paris, Sepia.

Goody Esther, 1980, Aggressioni legittime e aggressioni illegittime in uno stato dell’Africa occidentale, in Mary Douglas, La stregoneria. Confessioni e accuse nell’analisi di storici e antropologi, Torino, Einaudi : 261-305.

Journet-Diallo Odile, 2007, Les créances de la terre. Chroniques du pays Jamaat (Jóola de Guinée-Bissau), Paris, Bibliothèque de l’École des Hautes Études.

Kroch Anthony, 1980, Notes sur les fondements conceptuels de la religion bassari traditionnelle, in Monique Gessain, Marie-Thérèse de Lestrange (eds.), Tenda 1980, Paris, Société des Africanistes (« Mémoires ») : 93-104.

Marie Alain, 1997, L’Afrique des individus. Itinéraires citadins dans l’Afrique contemporaine (Abidjan, Bamako, Dakar, Niamey), Paris, Karthala.

Murhy Henry, 1995, Depressione, credenze nella stregoneria e sviluppo del super-io nelle società tradizionali, in Roberto Beneduce, René Collignon (éd.), Il sorriso della volpe. Ideologie della morte, lutto e depressione in Africa, Napoli, Liguori : 115-136.

Ortigues Edmond, Ortigues Marie-Cécile (éd.), 1966, Œdipe Africain, Paris, Plon.

Remotti Francesco 2002, Forme di umanità. Progetti completi e cantieri sempre aperti, Milano, Mondadori.

Simmons William, 1971, Eyes of the Night Witchcraft among a Senegalese people, Boston, Little Brown.

Smith Pierre, 1984, Le « Mystère » et ses masques chez les Bedik, L’Homme 24 (3-4: 5-33.

Zempléni Andras, 2005, Potere nella cura e potere sociale, in Roberto Beneduce, Elisabeth Roudinesco (éd.), Antropologia della cura, Torino, Bollati Boringhieri : 160-208.

Haut de page

Notes

2 Les cérémonies ont une importance centrale chez les Bassari, car elles représentent un facteur de forte cohésion sociale en permettant à la communauté de maintenir un juste compromis avec les esprits. La majorité des danses ont comme protagonistes les femmes qui se mettent en cercle autour des porteurs de masques et répondent à la voix des esprits visibles (les masques) ; la force spirituelle est ainsi perçue tout d’abord par le cercle de danse constitué par les femmes qui transforme le transcendant en bénéfice commun.

3 Le terme « affaire » est utilisé par les Bassari qui parlent français pour mettre en évidence quelque chose de mystérieux. Dans ce cas : le mystère qui caractérise les masques et la sorcellerie.

4 Biyil (singulier : ayil) est le terme utilisé par les Bassari pour indiquer les esprits en général. Les esprits sont réputés : vivre la nuit comme s’il s’agissait du jour ; se trouver en brousse, dans les cavernes, les cours d’eau ; intervenir constamment dans la vie des êtres humains par le truchement des masques qui les matérialisent. Le terme biyil se distingue du terme endyu, qui désigne l’âme des êtres vivants, le principe vital qui permet au corps de vivre.

5 L’expression « esprits visibles » est utilisée par les femmes pour désigner certains esprits. Pour elles, les porteurs de masques « prêtent leurs corps » aux esprits et les rendent ainsi visibles. Avec cette expression les femmes veulent dire que les porteurs de masques mettent à disposition leurs corps aux esprits, en leur permettant de se matérialiser.

6 Les femmes, dans la société bassari, deviennent adultes grâce à l’apprentissage graduel de toute une série de savoir-faire et grâce aussi, à leur participation à des danses rituelles qui consacrent les transformations de la personne. Marie-Paule Ferry (1985 : 63-75) met en évidence l’importance essentielle du mariage qui constitue l’une des étapes les plus importantes de la vie d’une femme, car avec le mariage elle devient une épouse puis, surtout, une mère.

7 Les Bedik comme les Bassari appartiennent au bloc ethnolinguistique Tenda, qui regroupe les langues sénégalo-guinéennes (ou ouest-atlantiques) parlés par quatre populations de l’Afrique de l’ouest : Bassari, Bedik, Coniagui, Badyaranké.

8 Les corvées de pilage de céréales sont fréquentes chez les Bassari. Elles ont lieu chaque fois qu’il y a une grande quantité de céréales à piler, pour la fabrication de la bière de mil consommée durant les fêtes et les cérémonies communautaires. Généralement, ce sont les femmes qui appartiennent à la même classe d’âge qui se retrouvent en groupe pour piler les céréales, mais il se peut que les femmes qui habitent le même cartier organisent des petites corvées de pilage de céréales pour s’entraider.

9 Les Badyaranké appartiennent au même bloc ethnolinguistique Tenda, que les Bedik et les Bassari.

10 Les koré se manifestent aux corvées du chef de village, et si l’invité à une corvée fait partie de la famille du chef de village.

11 On s’adresse aux koré en utilisant leur nom de koré, et on les distingue par leurs insignes végétaux, qui permettent de les reconnaître car ce ne sont pas des masques, mais des personnes au visage découvert et à l’esprit modifié.

12 J’empreinte le syntagme « construction des hommes » à Francesco Remotti (2002 : 24), qui analyse comment les cultures se forment et se construisent.

13 Voire aussi Ferry (1991 : 601).

14 Voire l’analyse que fait Meyer Fortes (1969) de la sorcellerie dans ses rapports avec les structures sociales chez les Ashanti du Ghana.

15 Sans pouvoir ici détailler ces relations, notons par exemple que les associations entre les femmes et les masques qui dansent ensemble s’expliqueraient, dans le cas des jeunes filles et des masques lener, par un lien avec la fécondité promise, et dans le cas des femmes ménopausées et des masques luokweta avec la fécondité obtenue.

16 Expression utilisée par Henry Murphy (1995 : 131) dans son article sur la dépression et la sorcellerie dans les sociétés traditionnelles.

17 Pour ce qui concerne les processus d’individualisation en Afrique, voir Alain Marie (1997).

18 Notamment à Dakar, Tambacounda et Kédougou.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Icir Mimina Di Muro, « Masques et sorcellerie : deux façons d’administrer la société (pays Bassari, Sénégal oriental) », Journal des africanistes, 83-2 | 2013, 92-115.

Référence électronique

Icir Mimina Di Muro, « Masques et sorcellerie : deux façons d’administrer la société (pays Bassari, Sénégal oriental) », Journal des africanistes [En ligne], 83-2 | 2013, mis en ligne le 30 juillet 2014, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/3340

Haut de page

Auteur

Icir Mimina Di Muro

Doctorante, École Pratique des Hautes Études (Ve Section)

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals