Navigation – Plan du site
Mélanges
In Memoriam - Jeanne-Françoise Vincent (1935-2012

Quelques jalons dans la carrière de Jeanne-Françoise Vincent

Suzanne Lallemand
p. 176-177

Après une formation littéraire très poussée à la Sorbonne, J.-F. (diminutif largement utilisé par ses amis et collègues) se tourna vers le métier d’anthropologue ; il s’agissait alors d’une jeune discipline récemment introduite en France. Entre le Tchad et le Cameroun, notre collègue accumula les missions scientifiques sur plus de trois décennies. Excellente ethnologue de terrain, elle a franchi aisément toutes les étapes officielles du chercheur au CNRS qui vont de l’attaché au directeur de recherches. Africaniste, elle a appartenu au laboratoire intitulé « Systèmes de pensée en Afrique », dans la région parisienne. Puis elle a eu l’idée de créer son propre laboratoire à Clermont, le DYRE (« Dynamiques religieuses et structures sociales ») dont elle a été la directrice. Ceux qui l’ont accompagnée dans cette aventure en conservent un nostalgique et très chaleureux souvenir.

Sa production scientifique a été abondante en articles et en ouvrages. Le premier, porte sur les femmes Beti. Il a fait d’elle une pionnière du féminisme (nous sommes dans la période 1970) ; s’intéressant à la part féminine de cette société africaine, elle revendique en tant qu’ethnologue le fait que l’on ne peut prétendre connaître un groupe humain quel qu’il soit, si l’on ignore les préoccupations, les activités et les jugements de la moitié de ses membres. Quelques dizaines d’années plus tard, une maison d’édition lui a demandé de réactualiser son texte et l’a republié. Sa thèse de doctorat d’état a donné lieu à deux ouvrages intitulés Princes montagnards du Nord Cameroun. Ils traitent de l’enchevêtrement des pouvoirs politiques et religieux chez les Mofou. Cet énorme travail a fait aussi l’objet d’un redécoupage permettant une nouvelle publication. Lors de sa première parution, il fit aussi pas mal de jaloux : le journal Le Monde connu dans notre profession pour l’extrême rareté de ses comptes rendus à l’égard de nos livres lui avait consacré une colonne très favorable assortie de la photo de sa couverture.

Dans ses relations avec les gens qu’elle étudiait, elle savait rendre ce qu’on lui donnait. Elle a monté plusieurs projets de développement. L’un concernait l’usage de la pierre dans la construction de l’habitat rural ordinaire; des tailleurs de pierre se rendirent chez les Mofou. L’autre, toujours actuel, est la recherche de fonds pour le payement de longues études féminines. Hantant les ministères et pourchassant ses proches, elle a toujours su obtenir ce qu’elle demandait avec acharnement pour les autres. Elle avait aussi la tête et l’engagement politiques. La veille des élections présidentielles de 2002, nous étions sept réunis pour un dîner à énumérer les différents choix de candidats que nous avions envie de faire. Six d’entre nous disaient vouloir voter au premier tour pour le plaisir et le second pour l’efficacité. J.-F. était la seule à soutenir qu’il fallait voter utile au premier tour. On la railla gentiment. Le lendemain la menace du Front national était là.

J.-F. avait aussi d’autres appartenances, notamment celle la Société des Africanistes ; élue au conseil d’administration elle était également au comité de lecture du Journal des Africanistes, correctrice impeccable et redoutée grâce à sa première formation. Beaucoup de ses collègues de son premier et second laboratoire du CNRS, ceux de la Société des Africanistes, ont exprimé leur grande tristesse concernant sa disparition.

  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals