Navigation – Plan du site
Mélanges
In Memoriam - Jeanne-Françoise Vincent (1935-2012

Du Congo-Brazzaville au Nord Cameroun, parcours d’une Africaniste « hors et avec pairs »

Maud Gauquelin
p. 177-178

Notes de la rédaction

Texte publié une première fois sur la lettre électronique n°11 du PMCT (Pour mieux connaître le Tchad).

L’œuvre de Jeanne-Françoise Vincent est considérable. Aussi, en effectuer un inventaire exhaustif afin de lui rendre hommage est ici impossible. Je sélectionnerai donc quelques grandes études et sujets abordés. Après des études de Lettres Classiques, J.-F. Vincent effectue une mission de terrain au Tchad chez les Hadjeray, population islamisée ayant gardé le culte des Margay, qui donne lieu à un ouvrage, Le pouvoir et le sacré en 1975.

Par la suite, une étude au Congo-Brazzaville permet de comprendre la christianisation du Mouvement Croix Koma (1966), qu’elle définit comme un refuge spirituel et une réponse à la sorcellerie. Sans sorcellerie et sans l’invention du « diable », point de christianisation. Tel fut le point de départ qui donna lieu à des études dirigées, pour la plupart d’entre elles, vers le fait religieux. Suivent des travaux, tels que Femmes betis entre deux mondes (2001), ainsi que de nombreux articles, sur la région centre-est du Cameroun dans les environs forestiers de la région de Yaoundé. D’autres sujets, abordant les études sur le genre, pionniers en ce qui concerne les études africanistes françaises, montrent la construction sociale des identités et la différence des sexes avec, entre autres, un article passionnant sur La ménopause comme chemin de la liberté chez les Béti paru en 2003.

Amoureuse des montagnes découvertes au Tchad, sur lesquelles elle se plaisait à dire qu’elle aimait « crapahuter » en randonneuse chevronnée, à la fin des années 1980, J.-F. Vincent décide de retourner sur le terrain afin d’accomplir une étude chez Les Princes Montagnards du Nord Cameroun (1991), les Mofu Diamaré, avec lesquels elle avait pris contact dès la fin des années 1960. La description du culte du Bmolom, des sacrifices, l’articulation prégnante entre les rituels religieux et le pouvoir, ainsi qu’un nombre d’éléments d’une richesse considérable ont fait et continueront de faire l’admiration de certains chercheurs minutieux.

Par la suite, La construction religieuse du territoire (1995), un ouvrage collectif qu’elle dirigea avec Daniel Dory et Raymond Verdier, permit d’ouvrir un débat comparatif sur l’ancrage spirituel des populations de régions diverses (Afrique, France) qui s’installent dans une contrée en s’alliant avec les entités de la terre qu’ils « colonisent ». Excellente photographe, se référant à des ouvrages de linguistique et tentant de maîtriser au mieux les langues locales, J.-F. Vincent pratiquait l’observation in vivo, se définissant plus volontiers comme ethnographe que comme anthropologue, croisant et recroisant les données, les informations et les matériaux de terrain. Elle partageait durant de longs mois le quotidien des populations avec lesquelles elle se liait facilement, dans un « culte de l’amitié » affirmé et optimiste, tout en gardant une méthodologie professionnelle, soucieuse du détail et de la précision.

Vérifiant inlassablement ses données avec une ténacité « hors normes », et discutant toujours des matériaux collectés qu’elle transmettait volontiers à ses contacts et à ses « pairs », elle participa jusqu’au bout aux débats africanistes actuels, écoutant même les plus jeunes chercheurs motivés, avec attention, bienveillance, tout en offrant volontiers des critiques astucieuses et constructives.

Se défiant des grandes théories et des paradigmes qui, je cite, « valent un temps pour être remplacés par d’autres », ses travaux restent le terreau fertile sans lequel aucune théorie ne pourrait « fleurir ». Que son « Dieu du Ciel », « notion-clé » qui lui fut attachée, puisse permettre, si tant est qu’il existe, aux générations futures, africaines et autres de construire ensemble une recherche scientifique dans la plus pure des traditions humanistes.

  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals