Navigation – Plan du site
Mélanges
In Memoriam - Jeanne-Françoise Vincent (1935-2012

Jeanne-Françoise Vincent et les femmes beti du Sud-Cameroun

Marie-Rose Abomo-Maurin
p. 178-182

« Une femme blanche  en milieu beti », c’est bien ainsi qu’on peut résumer l’aventure de Jeanne-Françoise Vincent dans ce rapide papier que j’écris aujourd’hui. Son décès, en Auvergne en décembre dernier, comme pour mieux terminer un cycle, m’arrache un regret : celui de n’avoir pas permis à celles qu’elle a tant aimées et fréquentées, de la voir terminer sa vie. On dira certes que les générations d’hommes et de femmes qu’elle a connues ont elles aussi disparu, mais ses écrits concernant le pays beti autant que ses œuvres dans le Nord du Cameroun sont des traces lisibles de son implication et de son impact dans ce pays. Mon propos ne concernera que le Sud-Cameroun.

  • 1 Traditions et transitions : entretiens avec des femmes beti du Sud-Cameroun, Berger-Levrault-Orstom(...)
  • 2 Paris, Karthala, 2001.

Jeanne-Françoise était certes une anthropologue chevronnée, mais ses investigations dans le monde beti font d’elle non seulement une personne ressource dans la connaissance des Beti, de leur environnement, de leurs us et coutumes, mais également une véritable « amie des femmes beti » chez qui elle a su faire éclore la parole, dans la considération de leur passé et celui de leurs aïeules. Sa volonté de faire connaître cet univers transparaît dans deux principaux ouvrages qui se font écho, Entretiens avec des femmes beti du Sud-Cameroun1 et Femmes beti entre deux mondes : entretiens dans la forêt du Cameroun2. Apparaît encore ici l’importance de la notion de cycle, dans la mesure où la chercheure ouvre une série de dix-sept entretiens de 1967 à 1971, publie son travail en 1976, puis revient, sur le site de ses premières investigations pour mesurer, au bout d’une trentaine d’années, dans un Cameroun bien ancré dans un certain modernisme, l’évolution des mœurs et les nouvelles donnes liées à l’environnement social.

  • 3 Bout de phrase mis en évidence par nos soins.

Si Jeanne-Françoise Vincent saisit l’occasion que lui offre Philippe Laburthe-Tolra en 1967 de réaliser ces entretiens avec les femmes beti, à Minlaaba, un village situé au sud de Yaoundé, on se rend très vite compte de l’intérêt que ce travail suscite chez elle. Car il ne s’agit pas d’un travail mécanique où les questions/réponses se succèdent. À des questions, généralement très brèves, succèdent de longs développements « qui donnent le temps à la femme de s’exprimer3 ». La concision et la précision, toutes françaises font éclore, une parole inédite qui s’allonge en cascades dans le flot de renseignements à fournir, de regrets à exprimer, de douleurs à exposer, de craintes à communiquer et d’espoirs à inscrire dans l’avenir et dans le temps. En 1967, le pays est indépendant depuis sept ans. Qu’est-ce qui a changé dans la vie des femmes et des filles ? Si les filles, de plus en plus nombreuses, sont appelées à fréquenter les écoles, leurs mères et leurs grands-mères semblent continuer à vivre dans les pratiques séculaires inculquées par le temps. L’évocation de la vie des femmes d’autrefois entraîne la revisitation d’un passé dont il faut décrypter et exposer le contenu. Les réponses données deviennent alors un moment d’approfondissement de cette culture ancestrale beti.

On ne peut insister sur cette curiosité toute ethnographique, mais dont l’intérêt s’avère à la fois enrichissant et bénéfique. Ainsi, tout en travaillant aux entretiens, le désir d’apprivoiser la culture et l’univers beti conduit Jeanne-Françoise à s’intéresser aux proverbes beti, genre qui véhicule la sagesse populaire mais qui renseigne également sur les us, les valeurs et les pratiques d’un peuple.

  • 4 Abbé Théodore Tsala en collaboration ave J.-F. Vincent, Mille et un proverbes beti, ou la société b (...)
  • 5 Traditions et transitions : entretiens avec des femmes beti du Sud-Cameroun, p. 2.

Les années 1967, 1968, et 1969 virent l’élaboration d’une étude consacrée aux Beti et où il n’était plus question des femmes qu’accessoirement. Je travaillai avec l’abbé Théodore Tsala, vieil et éminent érudit beti, à la révision et à la présentation ethnologique d’un important recueil de proverbes4 recueillis par lui dans les années 19505.

  • 6 Jeanne-Françoise Vincent, Cahiers d’études africaines, 1969, 9 (34) : 271-289.

Rien d’étonnant dès lors qu’elle puisse évoquer, par exemple, ces croyances beti dans un article intitulé : « Mort, revenants et sorciers d’après les proverbes des Beti du Sud-Cameroun »6.

  • 7 Mille et un proverbes beti recueillis par Théodore Tsala. La société beti à travers ses proverbes, (...)

Les Entretiens et l’étude de proverbes ainsi menés en parallèle permettent de comprendre plus en profondeur la culture beti dont Jeanne-Françoise reconnaît la spécificité : « Devant le nombre et la diversité des thèmes abordés, cette anthologie de proverbes m’apparaissait comme une méthode ethnologique nouvelle, à coup sûr comme une possibilité d’investigation, un biais pour s’introduire d’emblée au cœur même de la société beti7 ». Dès lors, les proverbes vont servir d’éclairage aux Entretiens. En effet, du moment où leur étude révèle un système de valeurs autant qu’elle ouvre la voie à l’intelligence du fonctionnement de la société traditionnelle, la nouvelle connaissance acquise de cet univers camerounais devient porteuse d’une motivation engagée et la mission anthropologique devient un engagement que sous-tend toute l’action scientifique.

Jeanne-Françoise a très vite assimilé les différentes composantes ethniques du groupe beti qu’elle n’hésite pas à nommer, ayant lu les textes publiés sur le Cameroun et sur la femme camerounaise. C’est donc avec une grande aisance qu’elle les situe sur le territoire du Sud-Cameroun et qu’elle en détaille l’histoire, les pratiques ancestrales, les us et coutumes. Concernant les Beti, les écrits de Pierre Alexandre, de Jacques Binet, de Thé-Bauchet ou de Laburthe-Tolra, entre autres, ne lui sont plus étrangers, pas plus que ceux des lettrés camerounais, Henri Ngoa ou Théodore Tsala, pour ne citer qu’eux, ou ceux de Zenker. Par ailleurs, la langue éwondo qu’elle utilise montre un autre degré d’investissement et d’engagement. Mais si les Entretiens sont une commande de Laburthe-Tolra, ils deviennent très vite le moyen d’entrer dans cette culture et de la maîtriser.

  • 8 Il me semble qu’il s’agit davantage d’un constat que d’un véritable proverbe, justement à cause du (...)
  • 9 Id., p. 4.
  • 10 Id., p. 13.

« Présentation des Entretiens » qui ouvre la prise de parole de Jeanne-Françoise Vincent dans Entretiens avec les femmes beti du Sud-Cameroun, débute par un proverbe (p. 1) : « Quand les femmes portaient des jupes de bananier, elles n’avaient qu’une seule voix ». La valeur de l’imparfait se teinte de regret, dans un constat qui révèle un état de fait. Le choix de « proverbe »8 permet de passer en revue l’évolution de la destinée de la femme. Toutes les étapes y sont résumées. Ce faisant, l’anthropologue ne manque pas de se projeter dans les données qu’elle propose à la lecture. Les prises de position affectives émaillent cette première présentation de l’univers beti. C’est ainsi que, dans le sous-titre « Des mariées-enfants9 », l’auteur n’habille pas sa surprise de circonvolutions : « On est frappé à travers leurs récits par le caractère précoce de ces engagements » ; « ce qui frappe dans cette évocation du passé...10 ». Les modulateurs et les nuances, qui parsèment cette partie, préviennent le lecteur de l’engagement pris par la scientifique. Cette partie, « Présentation des Entretiens », qui évoque le mariage des femmes et les situations vécues par ces dernières depuis l’époque pré-coloniale jusque dans les années 1960-1970, s’intéresse également aux rites spécifiquement féminins. La science se double d’un intérêt toujours grandissant dans la connaissance de la vie des femmes. Ainsi, le rite du mevungu et son initiation n’ont plus de secret pour Jeanne-Françoise qui, loin de juger une pratique qu’elle découvre, cherche à en saisir les mécanismes et en interroge les bien-fondés.

L’exposé sur la magie et la sorcellerie est le résultat d’une autre phase d’investigations qui ne laissent pas les interlocuteurs indifférents. L’observation des phénomènes liés à la vie des femmes et à l’univers beti n’exclut pas chez Jeanne-Françoise celle des individus. Face aux questions sur la sorcellerie, elle confie :

  • 11 Entretiens, p. 29.

Afin d’obtenir des détails sur la nature de l’évu et les agissements de leurs possesseurs j’ai posé des questions directes, trop directes. L’agitation et l’embarras des interlocuteurs sont parfois perceptibles, chez Rosalie et Engelbert par exemple, aussi incapables de répondre à ces questions que de nier l’existence de l’évu11.

Les « questions directes » ne sont pas uniquement de l’ordre de la curiosité, elles se veulent un déclencheur de vérité, un moment d’explication sur un phénomène qui finalement s’explique mal, ou à peine, mais dont la pratique régulière occupe une grande partie des croyances beti.

La connaissance des individus passe par des portraits rapides dressés par l’ethnologue et une auto-présentation de l’interlocutrice qui prend la parole. Qu’il s’agisse de Germaine, Juliana, Joséphine et des principales femmes qui prennent la parole, et répondent aux questions, non seulement Jeanne-Françoise énonce la situation de la prise de parole et des conditions de l’entretien, mais elle présente l’âge des unes et des autres. Ainsi, on saisit de manière efficace l’itinéraire et l’évolution de celles qui parlent. L’enjeu peut également se situer ailleurs car, alors que l’ethnologue engage ces « discussions » avec des femmes dont la moyenne d’âge tourne autour de 65 ans, elle n’en a que 32. Elle apparaît par moments comme la petite-fille de ces vieilles femmes chez qui elle vient faire éclore une parole qui aurait disparu avec elles.

Jeanne-Françoise rend compte enfin des réactions face au christianisme et à la christianisation. Elle recense les changements spectaculaires provoqués par la religion, mais également les résistances des Beti face à des pratiques jusque-là inconnues. Si les femmes sont en général les grandes bénéficiaires de ces religions venues d’Occident, la seconde série d’entretiens ne manque pas d’exprimer des regrets par rapport au passé.

Mais dans tous ces entretiens, ce qui est remarquable, c’est avant tout l’engagement qui motive Jeanne-Françoise. Au travail de commande qui a présidé ces « conversations », se substitue peu à peu un véritable engouement pour la connaissance de l’Autre. L’engagement de la chercheure, loin d’être une supercherie, apparaît comme un réel moment d’investigation qui ouvre à la connaissance des Beti, connaissance qui profite tout d’abord aux Beti eux-mêmes. Revenir sur le terrain de ses premières investigations près de trente ans après les premiers entretiens procède non seulement du respect d’un cycle de travail, mais également d’une vérification de l’évolution des mœurs, quatre décennies après les indépendances. Malheureusement, le constat n’est pas glorieux, car une fois encore, « la poule ne peut toujours pas chanter devant les coqs ».

Notes

1 Traditions et transitions : entretiens avec des femmes beti du Sud-Cameroun, Berger-Levrault-Orstom, 1976.

2 Paris, Karthala, 2001.

3 Bout de phrase mis en évidence par nos soins.

4 Abbé Théodore Tsala en collaboration ave J.-F. Vincent, Mille et un proverbes beti, ou la société beti à travers ses proverbes, Doc. dactylographié inédit, Yaoundé, 1969. Ouvrage qui sera ensuite publié sous la direction de Jeanne-Françoise Vincent et Luc Bouquiaux, sous le titre Mille et un proverbes beti recueillis par Théodore Tsala. La société beti à travers ses proverbes, Paris, SELAF, 1985, (Langues et cultures africaines 5).

5 Traditions et transitions : entretiens avec des femmes beti du Sud-Cameroun, p. 2.

6 Jeanne-Françoise Vincent, Cahiers d’études africaines, 1969, 9 (34) : 271-289.

7 Mille et un proverbes beti recueillis par Théodore Tsala. La société beti à travers ses proverbes, p. 14.

8 Il me semble qu’il s’agit davantage d’un constat que d’un véritable proverbe, justement à cause du temps des verbes. L’imparfait, il me semble, n’a jamais eu une valeur de vérité générale.

9 Id., p. 4.

10 Id., p. 13.

11 Entretiens, p. 29.

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals