Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

Chretien Jean-Pierre, 2010, L’Invention de l’Afrique des Grands Lacs. Une histoire du XXe siècle

Paris, Karthala
Nathalie Carré
p. 195-197
Référence(s) :

Chretien Jean-Pierre, 2010, L’Invention de l’Afrique des Grands Lacs. Une histoire du XXe siècle, Paris, Karthala, 411 p.

Texte intégral

  • 1 « Une issue : le chantier de l’histoire sociale » (p. 269-288) qui peut faire figure de contributio (...)

1Dans cet ouvrage, Jean-Pierre Chrétien revient sur des décennies de recherches consacrées – par lui et de nombreux autres – à cette Afrique que l’Occident a jadis baptisée « des Grands Lacs », et dont il est un éminent spécialiste. Si toutes les contributions, à l’exception d’une1, ont fait l’objet de publications antérieures dans diverses revues et ouvrages, il n’empêche que la réflexion, tout comme la plume, reste franche, alerte et toujours d’actualité.

2De fait, la sélection d’articles proposée permet de revenir de manière convaincante sur l’histoire (et la fabrication de l’histoire) de cette Afrique dite « interlacustre », en relisant un XXe siècle qui apparaît alors tout entier nourri par celui qui le précède : un siècle d’explorations et de colonisation dont la littérature, les imaginaires et les conceptions ont marqué durablement les esprits, et sont aujourd’hui encore vivaces. Partant des explorations pour terminer par une analyse du génocide rwandais de 1994, c’est donc bien « une histoire du XXe siècle » que l’historien nous offre au travers de trois grandes parties s’organisant chronologiquement : « Les prémisses du colonialisme dans le Far West de l’Afrique orientale », « Un musée vivant de la raciologie africaniste », et « Le foyer d’une crise majeure de la fin du XXe siècle ».

3Comme à son habitude (et tout particulièrement comme dans cet ouvrage d’une efficacité exemplaire, co-dirigé avec Gérard Prunier, Les ethnies ont une histoire), Chrétien démontre pas à pas, à travers une relecture fine des sources pré-coloniales et coloniales, comment les imaginaires et les idéologies se projettent sur les réalités rencontrées en Afrique, jusqu’à reconfigurer et remodeler celle-ci. En effet, la force des imaginaires et des grilles de lecture ne sont pas sans efficacité pratique : la manière dont nous considérons souvent l’Afrique des Grands Lacs peut en témoigner.

4Dans la première partie, une attention particulière est portée aux questions de vocabulaire et aux phénomènes de comparaison, qui tendent à analyser l’autre en recourant aux schèmes de pensée et aux concepts appartenant d’abord à la sphère d’origine. Ainsi les royaumes du Buganda ou du Bunyoro sont-ils décrits et analysés à la lumière du modèle féodal européen, avec tout ce que l’inscription chronologique sous-entendue par la comparaison suppose en termes de « modernité » et de « développement » (« L’horizon féodal de l’administration indirecte », pp. 39-59). L’impact des actions coloniales anglaise ou allemande est analysé avec méthode tout comme celui de la présence missionnaire des Pères Blancs, nombreux dans la région à chercher « les Constantin et les Clovis africains » (p. 83) et à rêver d’un nouveau royaume chrétien du prêtre Jean... Un rêve qui, sans conteste, contribuera à modeler la réalité : la seconde partie de l’ouvrage le montre.

5Celle-ci s’attache à mettre en valeur les mécanismes qui ont permis l’émergence, au XIXe siècle, de l’idéologie hamitique qui, plus tard, justifiera bien des discours et des actes. La mise en discours de la région se fait en balayant les contradictions possibles (cf. l’œuvre oubliée de Jan Czekanowski, pp. 129-146), et les savoirs se constituent de fait en opérant à la fois par une réduction/simplification des réalités observées. Le phénomène le plus important est la manière dont le mythe biblique de Cham, largement investi par les schémas raciaux chers à Gobineau, sert à lire les régions des Grands lacs, clivant les sociétés entre « Nègres Bantous » et « Hamites beaux et intelligents » (p. 200) et préparant le terrain à toutes les dérives ultérieures. « Ici comme ailleurs, l’Occident a réduit les sociétés locales à des typologies d’allure biologique fondées sur une apparente objectivité scientifique et inspirée par les calculs liés à la mise en place du régime colonial. Comme l’a noté Jacques Berque, l’impérialisme imposait au monde une forme de conscience en même temps qu’une forme en gestion » (p. 180).

6C’est, enfin, au génocide rwandais de 1994, qu’avaient préfiguré des tueries répétées, que s’intéresse la dernière partie de l’ouvrage, dramatique point d’orgue d’un racisme dont les deux précédents chapitres ont rappelé et étudié la genèse. Analysant minutieusement les causes, l’historien souligne aussi combien les discours dangereusement simplistes des média – mais également d’« experts » souvent autoproclamés – ont pu reproduire les schémas hérités de l’époque coloniale et réactiver de manière irresponsable le clivage pourtant construit entre Hutus et Tutsi.

7Aussi, si cet ouvrage est l’occasion de revenir sur une œuvre et un parcours, c’est aussi – et peut-être surtout – un vibrant plaidoyer pour le travail d’historien, qui implique rigueur et responsabilité sans faille. Par son érudition et son extrême exigence intellectuelle, Jean-Pierre Chrétien plaide ainsi en « actes » pour un véritable travail d’historien qui passe, notamment, par le « désenchantement » (au sens que Marcel Gauchet donne à ce terme) de l’Afrique des Grands lacs, loin des vieilles lunes et des mythes qui y ont encore la vie dure.

Haut de page

Notes

1 « Une issue : le chantier de l’histoire sociale » (p. 269-288) qui peut faire figure de contribution à la fois de synthèse, et de jalon pour des développements à venir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Carré, « Chretien Jean-Pierre, 2010, L’Invention de l’Afrique des Grands Lacs. Une histoire du XXe siècle », Journal des africanistes, 83-2 | 2013, 195-197.

Référence électronique

Nathalie Carré, « Chretien Jean-Pierre, 2010, L’Invention de l’Afrique des Grands Lacs. Une histoire du XXe siècle », Journal des africanistes [En ligne], 83-2 | 2013, mis en ligne le 30 juillet 2014, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/3452

Haut de page

Auteur

Nathalie Carré

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals