Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

fall Babacar, 2011, Le Travail au Sénégal au xxe siècle

Paris, Karthala & re:work
Romain Tiquet
p. 206-208
Référence(s) :

fall Babacar, 2011, Le Travail au Sénégal au xxe siècle, Paris, Karthala & re:work, 320 p.

Texte intégral

1Le travail au Sénégal au xxe siècle, dernier ouvrage de Babacar Fall, enseignant à la Faculté des sciences et technologies de l’éducation et de la formation (FASTEF) à Dakar, nous livre une étude sur la longue durée, portant sur les évolutions de l’institution Travail et plus particulièrement sur le travail salarié au Sénégal. Les thématiques abordées par Fall ne sont pas nouvelles et constituent une synthèse dans le cheminement intellectuel de l’auteur, qui a déjà publié de nombreuses études sur l’histoire du travail – et du travail forcé en particulier – en Afrique de l’ouest francophone.

2Le projet de ce dernier ouvrage est ambitieux. Souhaitant aller à rebours de l’historiographie impériale et d’une étude strictement centrée sur l’analyse du travail en situation coloniale, l’auteur fait un long retour en arrière pour s’intéresser à la signification du travail dans les sociétés sénégambiennes avant l’arrivée du colonisateur. C’est sans doute là que réside l’originalité de cet ouvrage, structuré en deux grandes parties et marqué par une ligne de rupture constituée par la Deuxième Guerre mondiale.

3Dans un premier chapitre, Fall s’interroge sur le travail en tant qu’institution sociale et catégorie idéologique. L’auteur analyse ainsi les multiples déclinaisons, significations et représentations du travail dans les sociétés agropastorales de la Sénégambie. Les chapitres 2 et 3 analysent quant à eux les bouleversements induits par la colonisation et l’intégration progressive des sociétés sénégambiennes dans le système capitaliste du début du XXe siècle. Le chapitre 2 s’intéresse en particulier au développement de la culture arachidière, fer de lance de l’économie coloniale sur le territoire sénégalais, et démontre comment l’administration coloniale s’est appuyée sur les organisations sociales préexistantes afin de minimiser les coûts de production. Le chapitre 3 interroge quant à lui les mutations lentes du travail pendant la période coloniale et le développement progressif du salariat sur le territoire.

4La seconde partie de cette publication étudie le développement progressif du travail salarié dans le contexte de l’après Deuxième Guerre mondiale, et analyse les évolutions du marché du travail jusque dans les années 1990. L’auteur insiste à plusieurs reprises sur la ligne de rupture que constitue l’année 1946. Pour Fall cette date marque une rupture chronologique significative dans le projet colonial, tant au niveau politique (Union Française, accès à la citoyenneté...), qu’économique et social (développement du FIDES, abolition du travail forcé, développement des syndicats...)

5On découvre dans les trois premiers chapitres de la seconde partie, une compilation d’études variées, dressant un portrait du travail salarié – et des travailleurs – au Sénégal sur fond d’industrialisation et de multiplication des conflits du travail dans un contexte socio-politique mouvant, qui débouchera sur l’indépendance du territoire en 1960.

6Le dernier chapitre de l’ouvrage propose une grille d’analyse historique, afin de mieux appréhender les difficultés économiques rencontrées par le Sénégal postcolonial. L’auteur analyse comment les mutations économiques et politiques induites par l’indépendance se sont répercutées sur le marché du travail. Il insiste en particulier sur la crise de l’industrie, engendrée par les difficultés de reconversion économique du pays après l’éclatement de l’AOF. Fall étudie ensuite le remplacement progressif du secteur privé, par l’État comme premier employeur, et dresse enfin un bilan sans appel du plan d’ajustement structurel lancé à la fin des années 1970, qui ne fit qu’aggraver la situation économique du pays.

7On peut regretter que cette nouvelle publication, d’un auteur pionnier dans l’analyse du système du travail forcé en situation coloniale, ne fasse que très peu mention de l’importance donné par l’Etat colonial à la contrainte pour développer une organisation de la production correspondant aux standards européens (migrations forcées, réquisitions, contrôle de la main-d’œuvre). Malgré l’utilisation de nombreuses sources d’archives, d’entretiens oraux et d’une bibliographie diversifiée – bien que parfois trop générale ou datée – on a parfois le sentiment, à la lecture de l’ouvrage, que l’auteur ne fait qu’une compilation d’études de cas sans véritable problématique. Néanmoins, le projet initial de Babacar Fall est audacieux et il nous livre une synthèse instructive sur le travail au Sénégal qui ne manquera pas de soulever de nombreuses questions et qui, espérons-le, creusera le sillon à de nouvelles recherches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romain Tiquet, « fall Babacar, 2011, Le Travail au Sénégal au xxe siècle », Journal des africanistes, 83-2 | 2013, 206-208.

Référence électronique

Romain Tiquet, « fall Babacar, 2011, Le Travail au Sénégal au xxe siècle », Journal des africanistes [En ligne], 83-2 | 2013, mis en ligne le 30 juillet 2014, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/3466

Haut de page

Auteur

Romain Tiquet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals