Navigation – Plan du site
En Afrique de l’Ouest

L’espace yoruba (fin xixe siècle-1960)

Oba, cités et processus de construction ethnique
Jean-Luc Martineau
p. 125-157

Résumés

Au début du xxe siècle, l’espace yoruba nigérian était caractérisé par une situation géopolitique confuse, héritée des guerres civiles yoruba du xixe siècle et des premières décisions administratives des Britanniques, qui suivirent la Pax Britannica (mars 1893-1914). La cité et son oba n’ont plus le même lustre ; la question des « frontières » intérieures fraîchement remaniées conduit en effet les populations de cet espace à repenser leur lien à la collectivité et leur identité. Déstabilisées, désorientées, ces populations historiquement attachées à la cité de leurs ancêtres et à leur oba ont besoin de nouveaux référents identitaires. Pendant la première moitié du xxe siècle, le colonisateur leur offrit plusieurs cadres successifs à des recompositions identitaires qui toutes laissèrent des traces, parfois contradictoires, mais durables. L’article s’attache à reconstituer les phases majeures de cette politique et ses principaux effets.

Haut de page

Texte intégral

1Au xxe siècle, l’espace yoruba sous domination britannique correspond à un vaste secteur au sud-ouest du Nigeria1 qui englobe au nord le « nouvel empire »2 d’Ibadan-Oyo tel qu’il a émergé des guerres civiles yoruba du xixe siècle, avant d’être arrêté dans son expansion par la Pax Britannica en mars 1893. Vers le sud, il se prolonge jusqu’au littoral atlantique. Il est constitué de cinq provinces. Cependant, le vrai théâtre du processus de construction identitaire pan-yoruba fut pour l’essentiel la province d’Oyo, c’est-à-dire l’espace yoruba central.

2Avant la conquête coloniale britannique, le centre en est la ville d’Ibadan qui, dans sa forme initiale, est surtout un camp militaire qui se transforme en agglomération avec toutes les fonctions s’y rattachant (centre des pouvoirs militaire, civil et de commandement économique pour la périphérie agricole proche, marché d’armes et centre de redistribution local).

3Les bouleversements induits par les guerres civiles yoruba (entre 1789, chute d’Old Oyo et 1886-1893, fin de la guerre Kiriji) ont fragilisé les formes d’allégeances antérieures qui structuraient la région3. À la veille de la Pax Britannica, la référence historique à l’Alaafin comme chef des Yoruba, ou plus exactement des Oyo4, est fortement contestée par les chefs de guerre d’Ibadan, la force primant désormais sur toute autre forme de légitimité dans la détermination des choix d’allégeance des populations. Les chefs d’Ibadan sont majoritairement originaires d’Oyo, certes, mais ils considèrent qu’ils ne sont ni inféodés à l’Alaafin, ni à son service.

Un contexte géopolitique confus générateur de recompositions

4Les premiers temps de l’occupation coloniale (1861-1893) entraînent à peu d’années d’intervalle un affermissement de la position d’Ibadan (qui compte environ 100 000 habitants en 1893), puis son abandon par le colonisateur au profit d’une petite ville voisine située à 45 kilomètres au nord : New Oyo. Après l’effondrement en 1789 de son ancienne capitale Old Oyo qui se trouvait à 125 kilomètres au nord-est, le descendant des Alaafin du puissant empire d’Oyo des xviie-xviiie siècles avait fondé ex-nihilo la cité de New Oyo sur un nouveau site5. C’est précisément ce bouleversement des repères politiques et géographiques régionaux à la fin du xixe siècle, bientôt suivi d’une apparente fossilisation des structures de gouvernement par le colonisateur, qui ouvrit la voie à tous les remaniements géopolitiques du xxe siècle, imposés ou voulus.

5À la périphérie de cet espace oyo, certains groupes (dits « yoruba » aujourd’hui) conservaient leur singularité et continuaient à respecter les allégeances envers leurs souverains respectifs. Les Ife, en dépit du déclin politique de leur cité, ne s’identifiaient qu’à un seul souverain et père, l’Ooni d’Ife. Au terme des guerres civiles qui les avaient confortés dans cette posture, les groupes Ijebu, Ijesa, Egba ou Ekiti (dont certains sont pourtant liés à Oyo) se reconnaissaient dans leurs propres chefs de guerre, plutôt que dans leurs oba6 dont le prestige avait été malmené. En effet, la réclusion dans les palais à laquelle ces derniers étaient rituellement contraints favorisait la célébration des prestigieux chefs de guerre. D’ailleurs, les créations de villes par des réfugiés, comme Ibadan, Abeokuta ou Owu, permirent à certains de ces chefs de guerre de se voir promus au rang d’oba une fois la paix revenue.

Vers une nouvelle cité des ancêtres

6C’est sans doute un poncif que d’invoquer le rôle déstructurant que joua l’administration coloniale britannique sur les organisations politiques locales, en introduisant ses agents au cœur même des centres de décision. Mais, dans l’espace yoruba, il faut souligner que les plus violentes remises en cause sont antérieures à leur arrivée. Le discours sur le respect des Britanniques envers les pouvoirs locaux a d’autant moins de raison d’être ici qu’ils arrivent au cours d’une période de troubles profonds où les repères sont d’ores et déjà brouillés7. Leurs choix administratifs sont d’abord essentiellement empiriques (1893-1904)8 ; ce n’est que dans un deuxième temps, et avec l’illusion chez W. A. Ross qu’il possède une meilleure connaissance de la région (1904-1914), qu’ils s’attachent à modifier les institutions politiques en place, quitte à opérer des retours en arrière. Les villes et les oba n’ont d’ailleurs pas tous eu à se plaindre de la redistribution des cartes à laquelle le colonisateur s’est livré.

7C’est la place respective des cités, et donc celle de leur oba ou de leur baale9 dans la société, qui fut au cœur des réformes entreprises dans l’espace yoruba jetant le trouble à double titre dans les populations. D’abord parce qu’elles ont instillé une dose de participation des sujets au gouvernement de leur cité. Mais cela n’a concerné qu’une minorité initialement et ne nous occupe pas ici10. Ensuite, et c’est surtout ce qui nous importe, ces remaniements ont ouvert la voix à l’ethnicisation ultérieure des formes modernes de la mobilisation politique dans la seconde moitié du xxe siècle. En ce sens, les individus ont rapidement dû revoir leur façon de se situer par rapport à leur environnement social et politique. En effet, comme l’a fort bien montré David Laitin11 dans un ouvrage consacré à l’espace yoruba contemporain, la première référence à laquelle les individus renvoient spontanément lorsqu’on les interroge aujourd’hui sur leur origine, c’est la « cité de leurs ancêtres » avec, à sa tête, un oba. C’est à travers lui qu’ils se perçoivent comme membres de la communauté, car il permet d’établir un lien plus ou moins direct avec l’ancêtre mythique Oduduwa, dont la dimension religieuse renforce le caractère ontologique de ladite communauté12. L’appartenance à la cité-royaume13 des ancêtres est donc désormais le cadre fondamental de l’action politique et sociale.

8Cette référence, donnée pour immémoriale par les intéressés, n’a pas été immuable pour autant. Les guerres civiles, les migrations internes, les déplacements de marchands antérieurs à ces changements avaient déjà conduit à des renégociations identitaires individuelles14. Le déclin du prestige des cités rendait moins coûteux, et donc plus fréquents et plus aisés les reclassements identitaires. Mais le conditionnement opéré par le cadre idéel de la cité des ancêtres n’avait cependant pas complètement disparu. Il ne demandait qu’à être réinvesti dans un autre. D’ailleurs, chez les Egba et les Ekiti qui n’étaient pas organisés en grandes cités-royaumes, les individus nourrissaient le même type de liens avec leurs souverains locaux. Face aux mutations urbaines induites par la colonisation, ils n’ont eu qu’à adapter leur mode d’allégeance au nouvel environnement. La même situation se produisit dans les petites villes anciennement tributaires d’Oyo ou d’Ibadan. Avec la croissance urbaine et la nomination d’une « autorité indigène » (Native Authority) locale, les habitants ont transféré leurs allégeances sur leur nouvel oba, refondant dès lors la cité ancestrale.

La cité : de la déconcentration administrative à l’ethnicisation du politique

9La volonté des Britanniques d’améliorer la gestion des provinces en décentralisant le pouvoir, puis celle de fabriquer de l’identité autour des oba comme l’Alaafin mais aussi autour de certains de ses (anciens ?) baale à des fins politiques, passaient par le rééquilibrage du rôle des cités souveraines et des villes sujettes. Cette opération conduisit à une homogénéisation des fonctions administratives des villes. Le basculement se fit au profit des villes secondaires et de leurs baale. Les sujets de ces baale trouvèrent en effet en eux un référent plus proche que celui dont ils se réclamaient jusqu’alors. Après une brève période de transition où le nouveau chef local conservait son titre ancien de baale, ce dernier fut souvent promu oba de plein droit et autorisé à porter une couronne de perle. Quel que soit le lieu où ils vivent, tout au moins dans les limites du domaine administratif où l’autorité hégémonique (coloniale, puis régionale et nationaliste) avait nommé ce souverain, les Yoruba adhérèrent à ce nouveau souverain communal15. Le ralliement a d’ailleurs souvent précédé la désignation16, car la promotion de telle ou telle ville au rang de cité royale mobilisait au préalable toute la population17.

10Le renforcement de ce communalisme (passage du district au local government) s’inscrit dans l’histoire institutionnelle nigériane et a entraîné les Yoruba sur la voie d’un nationalisme ethnicisant. À partir de 1945-1948, tirant parti de la politique britannique, le chef nationaliste Obafemi Awolowo a réuni les nombreux oba de tous grades enracinés dans leurs communautés locales à la tête de l’Egbe Omo Oduduwa, une organisation culturelle yoruba18. Parallèlement, il a lancé l’Action Group pour entreprendre la conquête du pouvoir en s’appuyant sur l’aura des oba. Trois moments forts sont emblématiques de ces réformes qui ont participé de l’ethnicisation de la politique après 1945.

11Depuis les années 1930, l’espace yoruba central nigérian est donc affecté par deux évolutions centrifuges apparemment contradictoires. En effet, l’impression initiale de balkanisation de la région (multipolarité urbaine) et la bipolarisation apparente de l’espace (rivalité entre Ife et Oyo) se conjuguent paradoxalement pour produire de façon plus ou moins probante de l’homogénéité, en l’occurrence une identité pan-yoruba fédératrice de l’ensemble. Ce processus de construction identitaire s’inscrit dans le sentiment d’appartenance à la « cité des ancêtres », lequel sort renforcé de la promotion de ladite cité, a fortiori si elle a acquis, même récemment, le rang de cité royale.

12La décennie 1930-1940 a été le champ de bouleversements institutionnels qui ont modifié les repaires identitaires des Yoruba. Ibadan et Ife ont connu une promotion qu’Oyo paya d’un relatif effacement, voire d’une marginalisation. Dans le même temps, les cités subordonnées à toutes ces grandes villes se virent octroyer des formes d’autonomie qui accentuèrent la dilution des repères identitaires collectifs. Enfin, dans un paysage communal relativement nivelé, l’ensemble des oba fut associé à l’ethnicisation de la politique par O. Awolowo, concomitante de la modernisation démocratique du Nigeria.

Les bases d’un nouvel équilibre institutionnel provincial (1930-1940)

13Jusqu’en 1931, les Britanniques ont administré la province d’Oyo en s’appuyant sur un Alaafin autocratique et fidèle. La carte 1 témoigne du faible nombre de capitales royales ou politiques qui existent alors dans l’espace yoruba. Cependant les années 1930-1940 sont le cadre de bouleversements identitaires qui suivent des changements introduits dans l’équilibre institutionnel provincial par le colonisateur. En 1931, le personnel colonial a changé. Le nouveau gouverneur Donald Cameron a pris ses fonctions le 17 juin 1931 et le résident de la province d’Oyo, H. L. Ward-Price, est nommé le 1er septembre 1931. Leurs nouvelles orientations19 ne pouvaient s’accommoder des pratiques antérieures. Il fut mis un terme au statut privilégié de certains oba, en particulier l’Alaafin d’Oyo, et la faveur du colonisateur alla vers d’autres (cf. carte 2). En 1934, le résident Ward-Price faisait un bilan optimiste de ses trois premières années en poste : « Il y a quatre oba dans cette province, chacun avec un titre spécifique : l’Ooni d’Ife, l’Alaafin d’Oyo, l’Orangun d’Ila et l’Owa d’Ilesa. Chacun est l’autorité indigène pour son district. Il semble maintenant probable que la vieille controverse sur les questions de préséance va bientôt cesser de susciter le moindre intérêt »20. Ward-Price considérait pour acquis le rééquilibrage des influences ; or cette question devait occuper encore longtemps l’administration.

Carte 1 – Les lieux de pouvoir dans la province d’Oyo à la fin des années 1920

Carte 1 – Les lieux de pouvoir dans la province d’Oyo à la fin des années 1920

Carte 2 – Multiplication des centres de pouvoir locaux dans les années 1930-1940

Carte 2 – Multiplication des centres de pouvoir locaux dans les années 1930-1940

La neutralisation d’Oyo et la promotion d’Ibadan

14Ce double épisode s’inscrit dans le contexte de mise en avant d’un certain nombre de grands oba dans tout le Sud-Ouest afin d’assurer un contrôle de l’espace par des hommes de confiance. Mais cela n’alla pas sans mal. La neutralisation d’Oyo fut compliquée par un renversement d’alliance dont
le colonisateur a fait les frais. Initialement d’accord avec les Britanniques pour se voir reconnaître une voix dans le gouvernement de l’Alaafin, l’élite « instruite » (educated) réunie derrière P. A. Afolabi dans l’Oyo Progressive Union21 changea brusquement de politique lorsqu’elle comprit en avril 1934 que les décisions à venir portaient aussi atteinte au rayonnement d’Oyo dans la province. Elle alerta l’Alaafin Ladigbolu, l’avertissant qu’il ne voyait pas que « les fourmis blanches étaient en train de manger les pieds de [son] trône »22. La fibre patriotique l’emporta sur l’animosité que l’Oyo Progressive Union de Lagos nourrissait à l’endroit de Ladigbolu et, paradoxalement, cette nouvelle alliance scellée avec l’Alaafin leur ouvrit officieusement les portes de son conseil. Un lent travail de neutralisation du pouvoir d’Oyo commence alors, dont les principales étapes sont les suivantes :

  • Janvier 1914 : promotion d’Oyo comme capitale de province et déménagement du résident W. A. Ross à Oyo.

  • 1er septembre 1931 : Ward-Price devient le nouveau résident de la province d’Oyo.

  • Été 1932 : Ward-Price intervient dans plusieurs procédures judiciaires instruites de façon partiale par des juges, chefs dépendants de l’Alaafin.

  • Avril 1934 : la cité d’Ibadan devient une « autorité indigène » (Native Authority) indépendante d’Oyo.

    Juillet 1934 : les gens d’Ibadan n’envoient pas d’ambassade à Oyo pour la fête du Mole23. Le 13 juillet, le baale d’Ibadan n’envoie pas le cadeau rituel.

  • Octobre 1934 : déménagement discret du siège de la résidence d’Oyo à Ibadan, mais Oyo reste chef-lieu nominal de la province. Ward-Price avance des motifs pratiques.

  • 6 novembre 1934 : entretien houleux entre Ward-Price et l’Alaafin, ce dernier rappelant : « Oyo est votre ville. Vous êtes mon résident ! »

  • 20 décembre 1934 : en signe de bonne volonté, le baale d’Ibadan envoie des messagers à une cérémonie d’hommage annuel à Oyo et se fait représenter aux obsèques de la mère de l’Alaafin.

  • 1936 : le baale d’Ibadan devient Olubadan et est autorisé à porter la couronne de perles. Dans cet épisode, le rôle joué par les Ibadan instruits, fondateurs de l’Ibadan Progressive Union, rivale de l’Oyo Progressive Union, fut considérable autant pour encourager l’Olubadan dans sa résistance à l’Alaafin que pour rappeler aux Britanniques, dans de multiples courriers et mémoires, l’état des forces en présence au moment de la conquête coloniale légitimant ainsi leurs vues en faveur d’un rééquilibrage du rôle des cités dans la région.

  • 1936 : le commissaire de la province d’Oyo, W. E. Hunt, effectue la tournée de la province accompagné de l’Alaafin dans un but « didactique ».

  • 1937 : retour provisoire d’un résident, en l’occurrence E. J. G. Kelly, dans un logement de fonction à Oyo.

  • 31 mars 1937 : première conférence des chefs des Provinces occidentales : huit oba sont présents. L’Alaafin et l’Olubadan siègent côte à côte derrière leur résident commun.

  • 1939-1941 : de nombreux courriers de l’Alaafin et de l’Oyo Progressive Union rappellent en vain les devoirs d’Ibadan vis-à-vis de Ladigbolu.

15Incontestablement, le glissement du centre de gravité de la province vers Ibadan fut douloureux. Avec clairvoyance, les Oyo dénonçaient des réformes qui allaient au-delà de la simple réorganisation administrative annoncée. En effet, parallèlement à ses démêlés avec ses anciens sujets, Ladigbolu comprenait fort bien que sa disgrâce allait de pair avec la promotion et le prestige croissant de certains oba. Il en eut implicitement confirmation en février 1936, lorsqu’il se vit refuser le droit d’envoyer un messager pour accueillir le gouverneur B. Bourdillon alors que l’Owa, l’Ooni ou l’Awujale l’avaient fait dans un passé récent. En 1939, le transfert du centre symbolique et politique de la division et de la province vers Ibadan avait bien constitué le plus grand bouleversement géopolitique dans la région depuis le début du siècle et les décisions du résident Ross.

16Hormis les habitants d’Oyo, les populations de la province investirent sans protester les nouveaux cadres identitaires qui s’offraient à elles. Beaucoup d’anciens sujets de l’Alaafin, désormais dépendants d’Ibadan, comprirent surtout qu’ils étaient débarrassés des agents de Ladigbolu. La mobilisation autour du combat pour « l’indépendance » d’Ibadan à l’égard d’Oyo avait préparé le terrain à l’identification de la communauté à son nouvel Olubadan. Toutes les cités vouées à une promotion ne partaient pas d’aussi loin. À Ife, l’identification de l’Ooni comme le père de ses sujets n’avait pas souffert de l’effacement politique du royaume à partir du xve siècle. Dans ce cas, pour les Britanniques, le travail à accomplir était d’un autre ordre.

Une grande enquête pour réécrire l’histoire et promouvoir… Ife

17Alors même que les Britanniques poursuivaient sans états d’âme leur travail de sape du statut de l’Alaafin, le gouverneur Cameron promut le nouvel Ooni d’Ife, Aderemi Adesoji II. Il fut élu par un conseil de « faiseurs de roi » (kingmakers) sous l’influence du colonisateur le 29 juin 1930. Ward-Price en fit le portrait en ces mots : « Jeune [42 ans] et en bonne santé, il écrivait et parlait très bien l’anglais ; il était intelligent et de bon caractère mais modeste, bien élevé et de bonne réputation »24.

18Aucun des cinq candidats de la famille royale dont le tour était venu de proposer des noms ne l’égalait. Toutes les maisons de commerce étrangères qui l’avaient employé le soutinrent. Le 23 août 1930, D. Cameron avalisait l’élection. Un mois plus tard, le couronnement eut lieu, payé en partie par le résident. Il était l’homme que le colonisateur appelait de ses vœux afin de mettre un terme à la position hégémonique d’Oyo sur la province sans se priver d’un intermédiaire conciliant. D. Cameron compléta ce dispositif en lançant une enquête pour le redécoupage de la province, toujours au prétexte de renouer avec l’histoire. À ce poste, Aderemi Adesoji II s’avéra l’un des principaux artisans de l’ethnicisation de la vie politique dans l’espace yoruba tant au niveau communal où personne ne songea à contester sa légitimité qu’au niveau régional. Là, il reçut successivement le soutien d’une administration coloniale à la recherche d’un contre-pouvoir à Oyo, puis celui du nationaliste pan-yoruba O. Awolowo qui s’appuyait ainsi sur un oba qui avait acquis une stature fédératrice grâce au rôle symbolique et administratif central que lui avaient dévolu les Britanniques25 ainsi qu’à une prospérité économique personnelle enracinée régionalement26.

19Rompant avec l’empirisme de la période précédente, le nouveau gouverneur entendait en effet qu’une enquête de grande ampleur soit menée afin de redéfinir un découpage plus légitime du pays. Une circulaire confidentielle du 23 février 1932 souligne pour le dénoncer que :

 « La majorité des administrations indigènes [des provinces du Sud] dont les limites correspondent avec des administrations de division ou de district ne peuvent pas vraiment être appelées administrations indigènes dans la mesure où elles ont été formées pour la plupart de manière arbitraire, quand c’était nécessaire, lors de l’introduction de la fiscalité directe dans ces zones […]. Les frontières des districts existants ou celles des cours indigènes ne doivent pas empêcher d’enquêter aussi sur les relations de clan ou les relations internes aux tribus »27.

20En fait, le but poursuivi restait la promotion d’Ife. D’ailleurs, la mise en œuvre de la nouvelle organisation ne tint pas réellement compte des résultats de l’enquête. La rationalisation du découpage administratif et la fossilisation de l’espace par l’emboîtement des provinces, des divisions et des districts ne furent pas remises en cause. Le colonisateur n’envisageait nullement un retour à la fluidité des espaces telle qu’elle existait avant la conquête. Les provinces demeurèrent en l’état, mais en 1933-1934, la province d’Oyo fut divisée en cinq « autorités indigènes » dont le ressort correspondait soit à une division (Oyo et Ibadan), soit à un district (Ife, Ila, Ilesa). La division d’Ife fut, au passage, rebaptisée « division d’Ife-Ilesa », car le résident Ward-Price n’entendait pas soumettre toute la division à la seule autorité d’Aderemi Adesoji II dont il ne voulait pas faire un nouvel Alaafin. L’Ibadan Progressive Union28, dont l’existence est officialisée en juin 1930 en réponse à l’oppression d’Oyo, veilla à ce que Ward-Price ne substitue pas Aderemi à Ladigbolu.

21Dans l’enquête, le seul élément qui retint véritablement l’attention des Britanniques fut la sous-évaluation du rôle de l’Ooni. Ce constat les conduisit à prendre le contre-pied de leur politique antérieure. C’est précisément ce qui permet de dire que l’invention de la modernité politique et des formes décisives selon lesquelles elle s’est épanouie jusqu’à aujourd’hui dans
l’espace yoruba commença dès les années 1930. La place occupée par l’Ooni d’Ife dans le changement de perspective fut considérable, tant parce qu’il fut l’objet des mutations mises en œuvre que parce qu’il fut lui-même acteur de cette mutation. Aderemi Adesoji II entreprit de nourrir lui-même la révision historiographique qu’il savait en cours dans une lettre au résident le 9 octobre 1931. Son récit des origines d’Ife fait ainsi du premier Ooni d’Ife le frère aîné de tous les oba ; cela signifiait implicitement que l’Alaafin lui était redevable. Oduduwa avait adoubé son aîné, Obalufon Ogbogbodirin, sur le trône et envoyé ses sept autres fils fonder différents royaumes avec un sceptre de perles. Aderemi ouvrait ainsi la voie à une recomposition des relations entre les cités. Le colonisateur ne pouvait rêver meilleur informateur. Mais Aderemi évoquait aussi une seconde vague de dix-huit fondations de cité, portant alors à vingt-six le nombre des oba identifiables. Ce faisant, il introduisait deux éléments de confusion dans le débat. D’abord, le symbolisme attaché au chiffre 16 qui, chez les Yoruba, est censé représenter les seize fondations des fils d’Oduduwa, perdait toute signification. Ensuite, en précisant que le jeune frère Oranmiyan s’était battu en faveur de tous ses aînés avant de reprendre le trône d’Ife à son neveu, ce récit posait les bases d’une histoire pan-yoruba commune, partagée et unique.

22De son côté, Ward-Price alimentait ses administrations de tutelle de mémoires dans lesquels il évoquait ce qu’il qualifiait d’« organisation sociale yoruba », où Ife était donnée « comme exemple typique ». La promotion d’Ife s’accompagnait du coup de pied de l’âne à Oyo : « [À la fin des guerres civiles] l’Alaafin a été réinstallé sur son trône par les gens d’Ibadan sur le nouveau site d’Oyo. » Quitte à devoir concilier l’inconciliable pour redessiner les contours administratifs de la province rêvée, il ajoutait : « Dans les faits, aucun oba yoruba de haut rang, et il y en a dix ou douze de la sorte, ne peut à juste titre être placé dans une position subordonnée à l’un des autres »29. Sans doute, à ce stade, fallait-il surtout neutraliser les prétentions de l’Alaafin à la suzeraineté sur l’espace yoruba.

La construction d’un sentiment d’appartenance ethnico-urbain

23Dans le même temps, les Britanniques saisirent l’occasion de cette réécriture de l’histoire yoruba pour s’appuyer sur d’autres « jeunes » oba30, comme le « jeune Timi d’Ede » ou encore l’Ataoja d’Osogbo, lequel « parle un peu d’anglais et est progressiste »31. Au-delà des limites de la province d’Oyo, l’Akarigbo d’Ijebu-Remo32 ou l’Oba d’Ayietoro profitèrent aussi de ces promotions. Elles prirent plusieurs formes selon la situation de départ et n’aboutirent parfois qu’au milieu des années 1950. Qu’ils soient des oba historiques ou de simples baale, ils ont d’abord été poussés sur le devant de la scène locale par le colonisateur lors des cérémonies civiles liées au calendrier politique ou militaire britannique (jubilé du souverain, anniversaire du 11 novembre 1918, visites au Nigeria des princes ou princesses de la Couronne britannique…). Le changement statutaire le plus spectaculaire, fréquemment réédité par le colonisateur, affecta, comme précédemment Ibadan, des cités dont les baale, simples chefs d’une garnison et représentants de l’Alaafin d’Oyo dans une ville tributaire devinrent oba avec un titre spécifique (Olubadan à Ibadan, Soun à Ogbomoso), c’est-à-dire souverains de leur localité et de son espace périphérique.

24Par ailleurs, entre 1937 et 1944, ces oba furent conviés33 à des conférences des chefs des Provinces occidentales qui virent leur effectif s’accroître au fil du temps. Parmi ceux qui participaient à la conférence de 1937, seuls deux avaient été « repérés » au cours de la période précédente : l’Alaafin d’Oyo et l’Alake d’Abéokuta. Les six autres, l’Ooni d’Ife, l’Awujale d’Ijebu-Ode, l’Orangun d’Ila, l’Owa d’Ilesa, l’Olubadan d’Ibadan et l’Oshewole d’Ondo, étaient de nouveaux venus. La brutalité de ces promotions ne heurtait pas toujours les logiques de l’histoire récente, héritage des bouleversements liés aux guerres civiles et réhabilitées pendant la période 1897-1906. En revanche, elles ne pouvaient être compatibles avec l’idéologie qui avait prévalu de 1906 à 193134. Le cas de l’Ooni Aderemi Adesoji II est emblématique de cette rupture. Partenaire privilégié du colonisateur en 1937, il est assis derrière son résident et en face du gouverneur à la table de la conférence des chefs des Provinces occidentales. Celle-ci se tenait pourtant à Oyo au prétexte que l’Alaafin Ladigbolu était le plus âgé des oba et le plus ancien en fonction. Ce dernier est rejeté en bout de table. En 1940, Aderemi, à un bout de la table, faisait face au gouverneur qui siégeait à l’autre extrémité ; entre les deux, vingt autres chefs ou oba se faisaient face sur toute la longueur. Parmi eux, l’Alaafin est littéralement choqué de devoir partager la table de son ancien vassal, l’Olubadan, et d’être mêlé à la masse de ses pairs. Quelles qu’aient été les modalités de leur accession, les souverains promus devinrent les artisans du rééquilibrage de la trame administrative de la province (cf. carte 2) en même temps que les nouveaux pôles de la carte remodelée des référents identitaires pour les populations.

25Les Britanniques ont ici activement travaillé à la mise en place d’une construction institutionnelle inédite dans l’espace yoruba au prétexte d’impératifs administratifs pour le moins fallacieux. Mais ce faisant, et à leurs corps défendant, ils ont aussi suscité les conditions de l’ethnicisation de l’activité politique locale et régionale. Le rôle joué par les villes yoruba dans ce processus de rééquilibrage de l’influence respective des villes et de quadrillage du territoire est inséparable des fonctions dévolues par les Britanniques, puis les nationalistes régionaux, aux oba ou baale des différentes cités. La construction du sentiment d’appartenance ethnico-urbaine à partir des années 1930 apparaît bien comme la conséquence de la promotion des baale au rang d’oba, même si elle fut avant tout un des moyens mobilisés pour renforcer l’homogénéité administrative de l’espace « culturel » yoruba. Tout en ayant neutralisé l’Alaafin d’Oyo, trop conservateur et trop hostile aux projets de modernisation, ils n’ont pas pour autant permis à l’Olubadan d’Ibadan de se substituer totalement à ce dernier. C’était inconcevable car il ne comptait pas parmi les descendants d’Oduduwa. En valorisant la forte personnalité d’Aderemi, l’Ooni d’Ife et descendant direct d’Oduduwa, et en en faisant l’agent essentiel de la modernisation de l’espace yoruba, à la tête d’une vraie fausse hiérarchie inconnue jusqu’alors dans la région, les Britanniques ont fourni aux nationalistes le porte-drapeau idéal qui alliait le prestige de l’ascendance, la légitimité du politique engagé dans la modernisation et le riche militant culturel de la cause yoruba. Le colonisateur a posé les bases des refondations identitaires citadines et régionales sans mesurer à quel point il ouvrait la voie à l’ethnicisation du communalisme.

Montée en puissance des cités de la province d’oyo et dilution des référents antérieurs

26L’importance politico-administrative qu’acquiert un certain nombre de cités de la province d’Oyo a généralement eu comme conséquences d’affaiblir tous les oba, y compris l’Olubadan, et de réduire la zone d’influence géographique de leurs cités respectives. Il s’agissait en effet de conduire une politique de déconcentration des responsabilités administratives, voire de décentralisation (limitée) des décisions. Cela a surtout initié le processus de dispersion des futurs pôles de mobilisation identitaire dans le cadre du projet pan-yoruba naissant. Chaque cité dotée d’une autonomie nouvelle voit ses élites occidentalisées et/ou historiques s’organiser pour investir localement les centres de décisions et pour faire valoir ses revendications régionales auprès de la puissance coloniale à Ibadan, Enugu35 ou Lagos. Ces mutations conduisirent les citadins à adopter de nouveaux référents identitaires ou repères ethnico-urbains. Cela ajouta d’autant plus à la confusion née des remises en cause soulignées précédemment que le rythme des renégociations identitaires s’accélérait. Dans le cas d’Oyo et d’Ibadan, la renégociation fut douloureuse car elle supposait le renoncement au rêve de puissance. Dans tous les autres cas en revanche, les liens affectifs avec les oba ou baale promus autorités indigènes autonomes se renforçaient. De même les cérémonies propres à chaque cité prenaient un sens nouveau en devenant des moments de communion collective orchestrés par les membres de la Progressive Union locale. Les sujets de l’oba résidant à Lagos ou dans une autre ville revenaient dans la cité de leurs ancêtres pour affirmer leur nouvelle allégeance au souverain local, désormais unique référent36.

Nouveaux centres de pouvoir dans les divisions d’Ibadan et d’Oyo

27Pour la division d’Ibadan, en 1936, le « conseil de l’autorité indigène de la province » (Oyo Province Native Authority Council)37 discuta un projet de déconcentration du pouvoir et de l’administration au profit des autorités indigènes d’Ogbomoso et d’Osogbo. Anciennes cités tributaires d’Oyo passées sous le contrôle d’Ibadan, les deux villes commençaient ainsi un long cursus honorum. Une fois acquise cette autonomie, les oba du cru revendiquèrent des titres spécifiques38. Mais le renforcement ultérieur des administrations municipales et la mise en valeur des spécificités identitaires locales furent le vrai moteur de la revendication. Pour Osogbo, la consécration ultime fut obtenue en 1989 lors de la création de l’État fédéré d’Osun. L’Ataoja avait porté la candidature de sa cité au titre de capitale du nouvel État fédéré. Il obtint gain de cause. Quant à Ogbomoso, elle a échoué de peu dans la compétition en 1996. Afin de maintenir dans la fédération un équilibre supposé entre États du nord, du sud-est et du sud-ouest, le gouvernement fédéral ne crée qu’un État à la fois dans l’espace yoruba. Face au groupe de pression représentant l’espace yoruba d’Ado-Ekiti, le dossier d’Ogbomoso fut écarté et Ado-Ekiti emporta la création dévolue à l’espace yoruba. Mais les « fils » d’Ogbomoso restent mobilisés autour de leur identité urbaine et ne s’avouent pas vaincus pour autant. Ils s’inscrivent dans la perspective de la prochaine vague de créations d’États39.

28Quelles ont été les étapes40 de cette première vague de promotions envisagée à partir de 1936 ? En fait, l’Oluwo d’Iwo, dès 1938, fit transmettre ses griefs contre Ibadan à l’occasion de la conférence des chefs par Kelly, le résident de la province d’Oyo41, qui l’approuvait. Mais compte tenu de la résistance d’Ibadan, il fallut attendre 1939 pour que les choses se précisent. En 1940, ce ne sont plus deux mais cinq « autorités indigènes subordonnées » (Subordinated Native Authority) qui obtiennent l’autonomie financière avec la création des sous-trésoreries (Sub-treasury) : Ede, Iwo, Ejigbo, Osgobo et Ogbomoso. Dans le même temps, les quatre baale d’Iwo, Ejigbo, Ogbomoso et Osogbo et le Timi d’Ede furent dotés d’un conseil de chefs de quartier (Town Chiefs Council) et figurèrent dès lors au « conseil de l’autorité indigène de la division d’Ibadan » (Ibadan Divisional Native Authority Council) au même titre que l’Olubadan-en-son-conseil. Leur prestige en fut accru d’autant (cf. carte 2).

29Alors que la mise en place de ces conseils recevait un soutien très vif des Progressive Unions locales, les chefs, eux, avaient encore du mal à concevoir leur rôle42. L’indépendance effective de ces nouveaux pôles de pouvoir par rapport à Ibadan n’était pas encore à l’ordre du jour, mais elle ne tarda pas à être revendiquée. Parallèlement, la décentralisation faisait émerger de nouveaux centres dans la division. Des noms avaient été cités dès 1939. En 1941, des « autorités indigènes » autonomes quoique « subordonnées » à Ibadan avaient été créées à Ife-Odun et Igboora. Pour Otin River (Odo Otin), le principal baale local, l’Olokuku prit personnellement les choses en mains la même année pour parvenir au même résultat. En 1942, c’est la fédération de Binokunu qui s’organise autour des villes de Lanlate et d’Eruwa. En 1943, le mouvement se poursuivit avec la création de deux « autorités indigènes de district subordonnées » (Subordinated District Native Authority) fédérant, d’une part Ikere, Apomu et Ikoyi et, d’autre part Gbongan, Ode-Omu et Ago-Owu, soit un total de neuf cités érigées en districts subordonnés mais autonomes de fait, plus un district urbain à Ibadan (Ibadan Native Authority Council).

30Dans la division d’Oyo, la même politique aboutit à la multiplication des centres de pouvoir autour d’une double entité constituée des oba et des conseillers « instruits » des Progressive Unions locales. Elle prit toutefois du retard. Les cités de Saki et Iseyin (40 000 habitants chacune) sont les premières à être distinguées comme candidates possibles à une autorité indigène autonome en 1936. Mais l’Alaafin et son entourage, craignant l’indépendance des districts autonomes, y opposent une vive résistance. Ce n’est qu’en janvier 1943 qu’ils finissent par accepter la création de deux « sous-trésoreries subordonnées » (Subordinated Subtreasury) et de deux « conseils pour l’autorité indigène » (Native Authority Council), respectivement à Saki et Iseyin. Le Conseil de la division d’Oyo présidé par l’Alaafin accueillit des représentants des deux villes. Curieusement, c’est l’Alaafin lui-même qui suggéra la création d’une cour de justice autonome à Iware, une ville voisine, en juillet 1943. Enfin, ce fut au tour de Kisi, une ville située à l’extrême nord-ouest du district, d’être pressentie pour être promue.

31Tous les baale ou oba, à l’exception de l’Alaafin, avaient pu bénéficier d’une promotion grâce à leur accession soit à l’indépendance (cas de l’Olubadan), soit à l’autonomie (cas des onze oba chefs des autorités indigènes créées dans la division d’Ibadan, de l’Aseyin d’Iseyin ou du baale de Saki dans celle d’Oyo). Le processus de construction identitaire à vocation politique pouvait dès lors s’appuyer sur un réseau de représentants de la culture yoruba, incarnée par les oba présents sur tout l’ensemble du territoire.

Des recompositions identitaires moins radicales dans la division d’Ife-Ilesa

32Dans la division d’Ife-Ilesa, les changements ne furent pas aussi spectaculaires car le territoire à gouverner n’était pas aussi vaste. De surcroît, les trois autorités indigènes autonomes et indépendantes les unes des autres qui y œuvraient déjà avaient une légitimité historique incontestable. Les trois oba étaient considérés comme les descendants directs d’Oduduwa, père des Yoruba. Le maillage politico-culturel était donc déjà dense. En outre, l’Ooni Aderemi, tout occupé à soigner son image de modernisateur au-delà des limites de la division, avait peu de temps à consacrer aux affaires locales. Les Britanniques ne s’en plaignaient pas, puisqu’ils avaient ainsi un modèle à opposer au conservatisme de l’Alaafin. Statutairement archaïque, confisqué par un potentat local, le gouvernement d’Ife était cependant considéré comme « progressiste ». Ce n’est qu’en 1943 qu’un « conseil consultatif de district » (Advisory District Council) fut créé, mais aucune personnalité n’en émergea. À Ila (13 000 habitants), l’Orangun — décédé en 1936 — avait témoigné de sa vision « progressiste » en finançant la meilleure école de la division avec les ressources propres de l’autorité indigène. Son successeur développa des services sociaux. Cependant, un peu à la manière de l’Ooni d’Ife, il n’associa officiellement la Progressive Union d’Ila à son gouvernement qu’en 1943. À Ilesa, l’Owa, illettré mais respecté, longuement malade, perdit le contrôle des affaires entre 1938 et 1941. Les circonstances permirent une certaine démocratisation des structures de gouvernement local en 1942 avec la création d’un conseil de cent sept membres. Mais surtout, une sous-trésorerie fut ouverte à Ipetu-Ijesa. Pourtant, là non plus, un nouvel oba autonome d’envergure avait peu de chance d’émerger. Le charisme de l’Owa, l’Ooni ou l’Orangun étouffait leurs districts respectifs. Le fait qu’eux seuls pouvaient se targuer d’être les descendants directs, incontestables et incontestés d’Oduduwa, ajouté à la faible étendue de leur district ne permettaient pas la promotion de rivaux à travers la création de nouvelles autorités indigènes. Leur enthousiasme pour le progrès, du moins tel que conçu par le colonisateur, fut sans doute leur meilleure défense.

En dehors de la province d’Oyo, le communalisme progresse aussi

33Le même processus était à l’œuvre dans les provinces voisines. Dans celle d’Ijebu, c’est un conflit entre la cité d’Ijebu-Remo et son ancienne suzeraine Ijebu-Ode qui déboucha sur la création d’une « autorité indigène de district autonome » (District Native Authority) au profit d’Ijebu-Remo43. La situation était assez voisine de celle qu’avait subie l’Alaafin. L’Awujale Otubusin d’Ijebu-Ode était victime de l’affaiblissement politique des Awujale depuis 1916 (crises de succession, nombreuses dépositions par le colonisateur, redéfinition des règles de succession). L’Akarigbo d’Ijebu-Remo profita de la situation pour affirmer des prétentions avec le soutien conjoint de l’Ooni d’Ife et du gouverneur B. Bourdillon. Selon le premier, l’Awujale n’avait aucun droit sur Remo dans la mesure où l’Akarigbo avait reçu le statut royal de l’Ooni et s’inscrivait « en 8e position sur la liste des 18 descendants d’Oduduwa, fondateur de la race des Yoruba »44. Pourtant, les prétentions à l’indépendance de celui que ses opposants appelaient l’Akarigbo de Sagamu, une ville voisine, étaient combattues par huit villes de son propre district. Néanmoins, le lien fut coupé en 1937 (cf. carte 3). Absent de la conférence des chefs de 1937, l’Akarigbo se retrouve en bonne place à deux sièges de l’Ooni qui préside la réunion en 1940 ; l’Awujale est quant à lui relégué sept chaises plus loin.

34Le bilan chiffré des créations d’autorités indigènes dans la province d’Ondo est plus spectaculaire. À l’issue de l’année 1936, le résident G. G. Harris faisait le point : il y avait toujours trente-cinq autorités indigènes de plein droit, mais les autorités indigènes subordonnées étaient passées de cent deux à deux cent six et le nombre de « cours indigènes » (Native Court) de soixante-dix-neuf à quatre-vingt-six. Apparemment, la dilution de l’autorité des oba dans de vastes conseils n’empêchait pas le résident d’affirmer :

 « Cette organisation rend plus difficile les abus de pouvoir de l’oba et les manifestations autocratiques […] mais la forme d’administration plus démocratique […] n’a pas conduit à un affaiblissement du prestige des oba comme on aurait pu le craindre. Dans les faits, cela l’a accru. Un bon exemple en est donné par l’affection et la loyauté croissantes de son peuple à l’égard du Deji d’Akure qui fut l’un des premiers parmi les oba du pays Ekiti à avoir son district réorganisé et à voir le statut de ses villages renforcé sous son autorité »45.

35Désormais, la légitimité de chaque oba reposait moins sur une lecture instrumentalisée de l’histoire ou des mythes fondateurs que sur le rôle qu’il jouait quotidiennement à la tête de la cité ou du district dont il présidait le conseil. Cette position le plaçait en capacité d’agir efficacement et lui conférait une influence réelle sur son peuple. S’ils restaient localement les personnages clés de l’organisation sociale et politique, les oba furent cependant exclus des délibérations au niveau des conseils de divisions.

Carte 3 – Les oba présents à la première Conférence des chefs des provinces occidentales, le 31 mars 1937

Carte 3 – Les oba présents à la première Conférence des chefs des provinces occidentales, le 31 mars 1937

Communalisme administratif et enracinement ethnico-urbain prennent une dimension politique

36La prolifération des centres de décisions administratifs — du moins est-ce leur fonction dans l’esprit du colonisateur — dans l’espace yoruba à laquelle les Britanniques avaient activement contribué ne resta pas pour autant sans conséquences en termes politiques. La redéfinition des ressorts administratifs de la province d’Oyo, dont l’objectif était de promouvoir de nouvelles villes au même rang que les cités historiques, a produit deux conséquences. D’abord, une densification du nombre des oba ou baale ayant une notable influence régionale tout en se réclamant d’une légitimité locale ; ensuite, l’émergence d’une classe politique qui, dans une perspective inverse, est enracinée dans sa cité, mais animée d’une ambition régionale. Ces réformes ont conduit à renouveler les critères d’attachement à la « cité des ancêtres » de plusieurs manières. En se multipliant, les structures de gouvernement local focalisèrent l’attention des populations sur l’espace urbain et sa périphérie rurale immédiate dans laquelle la plupart des citadins exerçaient une activité agricole. Cela participa activement de la redéfinition des référents identitaires individuels et collectifs. Elles renforcèrent aussi le lien entre la communauté et son oba ou son baale (en l’absence d’indépendance). De lui et de son conseil dépendaient de plus en plus les conditions de vie dans la cité. Elles créaient enfin une situation propice à l’investissement personnel de ceux que l’on appelle les « Egbe Omo… »46. Ils étaient l’élite « instruite » locale qui pouvait alors s’occuper des affaires de sa ville, et participaient de ce fait aux prémices d’une communalisation de la vie politique yoruba. Après 1945, c’est en effet sur ce fort ancrage communal que les nationalistes yoruba de l’Action Group articulèrent leur discours ethnicisant, en veillant à s’appuyer sur le prestige et la légitimité des oba. Non sans contradictions.

37De facto, en 1941-1942, puis de jure à partir de 1943, seuls siégeaient dans ces nombreux conseils les conseillers « instruits » désignés par les districts47. Dans ces multiples conseils, ce sont eux qui acquirent collectivement la faculté de gérer les affaires de la division, voire de la province. C’est en partie là que les hommes politiques locaux comme ceux de la division d’Ibadan commencèrent à concevoir la spécificité de leurs intérêts politiques et qu’ils instrumentalisèrent les identités citadines en s’appuyant sur leur oba. À Ibadan même, une classe politique se constitua qui vit ainsi d’un mauvais œil l’installation sur ses terres de l’avocat ijebu Obafemi Awolowo. L’ancrage politique pan-yoruba48 que celui-ci promouvait se heurtait à l’ancrage communal que les élites nouvelles d’Ibadan cultivaient. De plus, les Ibadan ne concevaient pas leur rapport au centre régional ou fédéral de la même façon qu’Awolowo49. Après s’être débarrassés de la tutelle d’Oyo, ils n’entendaient pas, dans les années 1948-1966, adhérer sans condition au projet pan-yoruba d’Awolowo. Dans leur affrontement interne à l’Action Group, les agents de l’ethnicisation pan-yoruba du politique et leurs adversaires valorisaient paradoxalement un même outil conceptuel, la « cité des ancêtres ».

38Parallèlement à la refonte de la carte administrative, le colonisateur brouillait plus encore les repères identitaires. En 1932, il hiérarchisa les oba en trois catégories afin d’accorder une reconnaissance particulière aux oba et aux cités dont l’histoire — toujours elle ! — nécessitait qu’ils soient distingués. Pourtant, le rapport de force au moment de la conquête et la confiance que l’hégémon accordait à tel ou tel oba ne constituaient que des critères parmi d’autres. Là encore, le colonisateur contribua à l’élaboration d’une nouvelle grille de lecture de l’espace régional yoruba. Peu à peu, un collège « trans-provinces » d’oba de première et deuxième catégorie (« first grade chiefs » et « second grade chiefs ») fut perçu par la population comme une collectivité dirigeante pan-yoruba. Les conférences de chefs originaires des Provinces occidentales témoignent, à cet égard, très clairement de ce processus :

  • 31 mars 1937 : première conférence des chefs des Provinces occidentales : huit oba sont présents, l’Alaafin et l’Olubadan siègent côte à côte derrière leur résident.

  • 1939 : la Conférence compte d ix-sept oba, dont onze importants et six mineurs.

  • 1940 : sur les vingt et un participants à la conférence, on compte six oba importants avec privilèges spécifiques et quinze chefs « ordinaires », dont certains ne sont pas yoruba.

  • 1942 : la conférence rassemble vingt-sept chefs, dont neuf non yoruba.

  • 1943 et 1944 : vingt-huit chefs sont présents, dont neuf non yoruba, mais le protocole, le plan de table et la couverture journalistique accordent un net privilège aux cinq oba yoruba « de première classe », en particulier à l’Ooni et à l’Alake. Quatre oba de « seconde classe » et dix-neuf « autres oba » ou chefs non yoruba sont également présents.

39Les conférences qui se tiennent de 1937 à 1945 mirent en scène cette collectivité d’oba avec ambiguïté (carte 3). La « capitale » tournante et âprement convoitée qui accueillait la conférence symbolisait le triomphe d’une cité-royaume sur ses rivales. Or, si elle n’impliquait aucun hommage à la puissance d’accueil, elle incarnait toutefois la nation yoruba les deux ou trois jours que durait la conférence. De même, la surenchère somptuaire des participants et de leurs suites à laquelle les cités souscrivaient pour ne pas déroger à leur statut supposé participait de la nécessité pour celles-ci de se distinguer de leurs rivales. D’ailleurs, lorsque l’on constata que seul le riche Ooni d’Ife était en mesure de mobiliser en nombre les plus beaux véhicules, les Britanniques durent limiter les cortèges pour ménager les susceptibilités. À cette époque, eu égard à la place qu’elle lui consacrait, le lecteur de la presse nigériane pouvait sans mal imaginer que la notoriété de l’Ooni avait largement dépassé celle de Ladigbolu d’Oyo à l’apogée de sa gloire.

Production identitaire et modernisation démocratique

40À partir de 1945, Obafemi Awolowo, dirigeant nationaliste et régionaliste, futur chef de l’Action Group50, hérita d’une histoire institutionnelle propice à un processus d’ethnicisation de la politique. La production d’une identité pan-yoruba à ancrage urbain accompagna la modernisation démocratique à partir de 1945. Ce double processus fut l’occasion pour les élus nationalistes yoruba et les oba de négocier conjointement leurs rôles respectifs dans la sphère publique. À cette date, la Région occidentale attendait une réforme constitutionnelle promise par Londres, et tous les acteurs, qu’ils le revendiquent ou s’en défendent, avaient alors une perspective ethnicisante de la politique dans un Nigeria sur la voie de l’indépendance. Pour Awolowo, la constitution devait établir une structure fédérale où les États fédérés reposeraient sur une affinité ethnique : « Au sens strict du terme, la structure politique de tout groupe national spécifique est par essence de son seul ressort »51. Il ne choisit pas par hasard d’illustrer son propos en prenant l’exemple de l’attachement des Yoruba à leurs oba que les Ibo ne comprendraient pas.

O. Awolowo et l’Ooni A. Aderemi II : un partenariat militant

41Dès avant 1945, il proclama le droit des groupes ethniques à se gouverner selon des règles choisies par eux dans un cadre fédéral52. Pour préparer la conquête du pouvoir par les élites « instruites » yoruba (sa seconde idée forte), il établit un programme à vocation régionale qui s’appuyait sur les spécificités de l’espace yoruba. À Londres, il créa, avec l’appui de l’Ooni Aderemi Adesoji II, l’Egbe Omo Oduduwa afin de rassembler les étudiants yoruba du Royaume-Uni autour de la culture yoruba. À son retour à Lagos en 1946, il se fait le porte-parole du mouvement yoruba. Dès février 1948, toujours avec le soutien d’Aderemi, il implante localement l’Egbe Omo Oduduwa à Lagos puis à Ibadan avant d’organiser un grand meeting « fondateur » en juin 1948 à Ife. Il sait garder ses distances à l’égard des chefs historiques de la région et l’appui d’Aderemi ne l’empêche pas d’affirmer qu’il est opposé à la domination des chefs sur les populations. Cependant, ce discours est contrebalancé auprès des oba par une utilisation appuyée de références ethnicisantes à la culture yoruba que ceux-ci incarnent. En outre, constatant la forte implication de l’Ooni dans le dispositif d’Awolowo, les oba ne se sentent nullement menacés. Enfin, mis en avant par les Britanniques, Aderemi Adesoji II rassure aussi ces derniers.

42Pourtant l’Ooni Aderemi échappait dans une certaine mesure au contrôle de ses amis de l’Action Group ; ce soutien était d’autant plus remarquable que la constitution adoptée en 1951 ne favorisait pas les projets d’Awolowo et que celui-ci apparut alors comme le grand perdant de la négociation sur le texte. En effet, l’arbitrage constitutionnel avait été favorable au National Council of Nigeria and the Cameroons. Le parti de son rival ibo N. Azikiwe était en effet favorable à une indépendance dans un cadre unitaire. Mais l’engagement d’Ooni Aderemi Adesoji ne se démentit pas. Il avait commencé par participer à la fondation londonienne de l’Egbe Omo Oduduwa dès 1945. Lors du processus d’adoption de la constitution de 1951, il assura Awolowo de son soutien sans faille, puis approuva et soutint le processus de création de l’Action Group entre le 26 mars l950 et le 28 avril 1951. Ce soutien était d’autant plus paradoxal qu’il s’agissait de créer une structure pour échapper aux conservatismes qui pesaient sur l’Egbe Omo Oduduwa. En fait, l’objectif était de constituer un groupe politique autonome sans pour autant couper les ponts avec l’Egbe Omo Oduduwa et c’est là que le recours au sentiment d’attachement à la cité de l’oba se révéla payant ; la personnalité seule d’Aderemi assurait le lien entre les deux structures. Le parti fut fondé en mars 1951, présenté officiellement comme « [l’organisation] de tous les nationalistes de la Région occidentale » et « l’aile politique de l’Egbe Omo Oduduwa »53, même si la double appartenance n’était pas obligatoire.

43En 1951, fidèle à son image d’oba progressiste, Aderemi se rallia à Awolowo à propos du suffrage universel ; ce dernier défendait jusque-là le principe d’élections au suffrage restreint et celui d’un gouvernement par les élites « instruites ». Une défaite devant ce corps électoral restreint le convainc de la nécessité de mobiliser les masses à l’aide du suffrage universel. L’Ooni Adesoji Aderemi II initie une déclaration des chefs yoruba en faveur de l’Action Group à la veille des élections locales de 1951 et organise le 10 juin 1951 une réunion commune de l’Egbe Omo Oduduwa et de l’Action Group où sont présents tous les oba importants. L’Alaafin, nouvellement élu, adhère au processus. Trois éléments peuvent être avancés pour expliquer ce soutien massif des oba. D’abord, les nouvelles institutions semi-démocratiques leur garantissent une large place à l’échelon local et national. En effet, compte tenu de leur incontestable prestige dans leurs cités respectives, les Britanniques comme les nationalistes régionalistes souhaitent les ménager. D’autre part, les nouveaux oba mis en avant par les Britanniques, et donc influents, ne sont pas hostiles à une collaboration avec les nouvelles élites. Enfin, certains, dont l’Ooni lui-même, comprennent que la démocratisation inéluctable les menace et qu’il vaut mieux s’entendre avec des politiciens nationalistes respectueux de leur statut et de leur prestige, plutôt que de risquer une marginalisation. C’est précisément à cette époque que commencent à fleurir les titres de chefferie honorifiques qu’ils accordent aux hommes politiques influents. Le 22 octobre 1954, Awolowo fut promu Chief Lisa de la cité d’Ijeun par l’Alake d’Abeokuta et reçut, entre 1954 et 1956, six nouveaux titres dans d’autres cités.

44La victoire de l’Action Group aux élections régionales de 1951 est plutôt celle d’une faction composite. Mais une chose est sûre : le rôle des oba a été déterminant lors de la campagne électorale, même s’ils traînent un peu les pieds dès lors qu’on leur demande de s’impliquer au-delà des aspects culturels qui sont officiellement l’unique objet de l’Egbe Omo Oduduwa. Le parti d’Awolowo emporte quarante-quatre sièges sur soixante-quinze élus dans la chambre régionale de l’Ouest. Ce succès, Awolowo en avait déjà écrit le scénario en 1947 : « Il est impératif, sur le plan de la pratique politique que nous utilisions les moyens les plus efficaces pour organiser les masses pour un progrès politique rapide »54. Or, il sait que les oba et les chefs bénéficient d’un grand prestige auprès des populations rurales ou urbaines. À ce titre, il n’est pas une visite dans une cité qui ne soit l’occasion d’un arrêt à l’afin, le palais de l’oba. C’est le passage obligé des visites électorales. Mais seule, elle ne suffit pas. L’usage immodéré que l’on fait dans la presse des photos de ces rencontres dit bien le soin que les gens de l’Action Group apportent pour jouir d’une large publicité. Awolowo sait enfin qu’il dispose d’un maillage dense d’oba dévoués à sa cause qui lui assurent autant de relais dans l’opinion publique naissante.

45Ce n’est pas par modestie qu’il s’attribue en 1951 le ministère régional du gouvernement local au sein du comité exécutif mis en place. Ce gouvernement, présidé par un lieutenant-gouverneur britannique, est politiquement dominé par Awolowo, mais trois départements clés échappent encore aux ministres africains : les affaires judiciaires, les finances et les questions de développement. Awolowo n’a toujours pas de vraies marges de manœuvre et il préfère continuer son travail de terrain. L’intérêt qu’il porte à ce portefeuille témoigne de l’importance qu’il accorde à l’influence des oba dans sa propagande. À ce poste, il est chargé de la réforme des autorités indigènes et donc en position de nouer de nouveaux contacts avec la base. D’ailleurs, à la même époque, il comprend, grâce à ses relais dans l’intérieur du pays, que le centre de gravité électoral de la Région occidentale penche en faveur de l’Action Group. Fort de ses appuis, il renonce temporairement à conquérir Lagos — tenue alors par le National Council of Nigeria and the Cameroons — pour privilégier son enracinement dans l’arrière-pays yoruba.

L’enracinement dans la cité, outil de la conquête du pouvoir régional

46Le gouvernement local est réformé par la loi du 16 juillet 1952 présentée par Awolowo (Local Government Law de 1952) applicable en 1954 : il crée trois niveaux de « conseils », dont les chefs sont membres quoique en nombre limité. Le ressort géographique de chacun de ces conseils est centré sur un noyau urbain doté d’un oba ou d’un baale. Le « conseil local » (Local Council), le « conseil de district » (District Council) et le « conseil de division » (Divisional Council) — ce dernier étant élu au suffrage indirect par les conseils locaux — peuvent admettre un tiers de chefs dont l’un sera President. Le Chairman est en revanche un conseiller élu et c’est lui qui contrôle l’ordre du jour et mène les débats. Le rôle des chefs décline cependant, car le nombre des conseillers élus domine (au minimum trois quarts des membres). Mais ce recul est compensé symboliquement en 1957 par deux décisions.

47D’une part, le parlement de la Région occidentale (Western House of Assembly) adopte le décret relatif au statut des chefs. Il conforte les « Major Chiefs » en établissant leur contrôle sur les « Minor Chiefs ». Ce choix fut confirmé par un discours d’Awolowo à Benin City qui, en mai 1958, rappela l’obéissance due par les « petits » à double titre : par tradition et respect du sacré et par la loi. Mais la capacité de légiférer sur le statut des oba était aussi un moyen de pression des hommes politiques sur les chefs car leur statut était révisable à tout moment et dépendait finalement de leurs bons offices à l’égard des conseillers et parlementaires élus. D’autre part, il fut décidé qu’une « conférence annuelle des chefs » se tiendrait sous la présidence de l’Ooni. Elle était conçue comme une caisse de résonance des protestations populaires mais aussi comme un moyen pour rallier les chefs à la politique de l’Action Group. En 1956, un Council of Obas and Chiefs en fut détaché sous la forme d’un comité restreint permanent pour conseiller le gouvernement sur les affaires de chefferie : composition de la « Chambre des chefs » (House of Chiefs) et projet de loi sur la nomination et la déposition des chefs. La conférence, officialisée en 1959, fut dotée d’un mode de désignation de ses membres par cooptation au niveau des divisions, mais sans jouir d’un pouvoir de décision. Si le Council of Obas and Chiefs vit son statut réduit à celui d’une chambre inférieure dans la constitution, les oba avaient néanmoins obtenu une mention légale de leur existence dans le dispositif politique, même si celle-ci demeurait symbolique.

48Le rôle des oba dans le dispositif d’Awolowo se confirma quand Aderemi Adesoji II fut élu président de la Western House of Assembly en 1951. Cette consécration illustre l’importance du rôle d’Aderemi. Il reste associé à l’Action Group autant qu’à l’Egbe Omo Oduduwa et participe à toutes les initiatives visant à renforcer l’implantation d’Awolowo. Celui-ci marque un point lors de la négociation de la Constitution Lyttelton de 1954, laquelle prévoit une « Chambre régionale des chefs » et surtout ouvre la voie à une série de succès électoraux : en mai 1956, lors de l’élection régionale, l’Action Group remporte soixante sièges sur cent. En 1958, elle prend le contrôle de cent vingt-trois des cent soixante-cinq Lower Councils de la Région occidentale. En 1959, lors des élections fédérales, 53,2 % des sièges de la Région occidentale lui reviennent. Enfin en août 1960, avec 62,9 % des sièges aux élections régionales, Awolowo peut faire élire Aderemi Adesoji II au poste nouvellement créé de « gouverneur de la Région ». La multiplication du nombre des oba quadrillant l’espace yoruba, l’instauration d’une hiérarchie interne à la chefferie ex-nihilo et le rôle clé de l’Ooni témoignent du fait que ce dispositif s’est bien mis en place sur les décombres d’Oyo à la suite du remodelage des référents identitaires. La nouvelle géopolitique de l’espace yoruba fut confortée par la déposition de l’Alaafin d’Oyo en 1956. Cet épisode révéla la détermination d’Awo d’instrumentaliser les oba au service de sa politique. Mais en même temps, et a contrario, il montra fort bien la capacité de nuisance dont pouvait témoigner un oba soutenu par ses sujets. Ainsi, le 5 septembre 1954, une série d’émeutes urbaines fit six morts à Saki, Oyo et Iganna, consécutives à la déposition du souverain d’Oyo ; pendant trois jours, les habitants d’Oyo boudèrent ostensiblement leur nouvel Alaafin proche de l’Action Group, imposé par Awolowo et appuyé par les forces de police britanniques avant de finir par le reconnaître.

Conclusion

49Finalement, la réorganisation de la carte du ressort administratif des cités et de leurs oba, la valorisation symbolique de tel ou tel oba par les Britanniques à des fins d’efficacité administrative — une politique qui sera poursuivie par les nationalistes dès 1945 —, ont délibérément alimenté les fondements d’une construction identitaire pan-yoruba ou, pour le moins, inconsciemment favorisé cette perspective. À partir de 1966, les gouverneurs militaires ne firent rien d’autre que de pérenniser cette politique et aujourd’hui le processus de partition/unification n’est toujours pas achevé : à l’ère des promotions coloniales a succédé le temps des largesses militaires. Pendant les brefs épisodes de gouvernement civil, l’Action Group, premier parti nationaliste yoruba, ou ses successeurs55 n’ont jamais désavoué par leur propre action l’attitude du colonisateur à l’égard des oba. Dans le cadre fédéral, la politique « de la carotte et du bâton » est restée de mise et cela d’autant plus que les objectifs des réformes devenaient plus politiques qu’administratifs.

50En effet, à partir de 1931, les gouvernements britannique puis nigérian qui se sont succédé ont tous travaillé à la neutralisation des pouvoirs effectifs des oba et de leurs administrations respectives. La démocratisation progressive des pôles de décision s’est effectuée au départ dans l’entourage immédiat des oba. Puis la création des Local Governments a séparé les deux sphères et dépossédé les oba de la responsabilité juridique sur les affaires locales. Cette perte de pouvoir fut contrebalancée par un accroissement de leur autorité morale et culturelle. Par la multiplication des titres d’oba, l’encadrement de la population se faisait au plus près de la base. Ainsi, la mobilisation sur le principe identitaire en faveur du projet pan-yoruba gagnait en efficacité pour peu que l’oba soit loyal au gouvernement qui l’avait nommé et/ou promu. Le même phénomène s’observe avec l’éclatement actuel de la Région occidentale en six États fédérés. Loin d’induire une division des Yoruba comme cela était souhaité par les militaires à chaque découpage, cette partition permet désormais à six gouverneurs de même couleur politique, en l’occurrence l’Alliance for Democracy, de constituer un front commun à chaque difficulté. De la même façon, les chefs des cités rendues indépendantes de leurs anciens suzerains ont été les outils de la mobilisation locale en faveur de l’Action Group et, à travers lui, en faveur de l’identité régionale pan-yoruba.

51En outre, les objectifs des activistes demandant la création d’un État fédéré et les visées de ceux qui l’octroient sont contradictoires. Les premiers espèrent accroître la part du budget fédéral reversé dans la région. C’est notamment l’argument d’Alex Gboyega, un universitaire du département de sciences politiques de l’université d’Ibadan qui, en 1996, a pris en vain la tête du lobby militant en faveur de la création d’un État autour d’Ogbomosho : en cas de victoire, le pouvoir fédéral octroie une manne financière pour la transformation de la cité en capitale d’État et donne un élan à l’économie locale tout en créant des emplois dans les services. De son côté, le pouvoir central espère diviser le bloc yoruba en jouant des rivalités à Abuja, la capitale fédérale. En période de dictature militaire, cela a pu divertir un temps les intéressés. Mais le calcul s’est révélé vain, car les élections de 1999 ont donné tous les sièges de gouverneurs à l’Alliance for Democracy, illustrant une nouvelle fois la vivacité du sentiment identitaire pan-yoruba en dépit de la balkanisation institutionnelle. L’échec de l’Alliance for Democracy aux élections d’avril 2003 au niveau fédéral et local pourrait signifier un affaiblissement de l’adhésion au projet pan-yoruba qui s’était perpétué depuis l’Action Group avec l’UPN puis le SDP. Rien n’est moins sûr. Les héritiers officiels d’Awolowo ont certes perdu cinq États fédérés sur six56 dans l’espace yoruba. Cependant, cette surprise est peut-être plus due au rejet d’un discours de l’Alliance for Democracy sans contenu, sans propositions, qu’à un rejet du discours ethnicisant pan-yoruba. En effet, voter pour les candidats du PDP et pour O. Obansanjo57, c’est toujours voter yoruba. Le candidat d’Abéokuta n’a jamais manqué dans ses discours de campagne prononcés dans le Sud-Ouest de demander le soutien de ses concitoyens yoruba en soulignant le soutien dont son adversaire Buhari bénéficiait dans le Nord de la fédération58. Si Obasanjo a remis quelque chose en question, c’est peut-être la vacuité programmatique d’un discours pan-yoruba dont la seule dimension nationaliste ne répondait plus aux attentes de la moitié du corps électoral qui a effectivement participé à l’élection, ni à celle d’une nouvelle génération d’hommes politiques. Le PDP en renouvelant et en rajeunissant le personnel politique a écarté des candidats héritiers autoproclamés d’Awolowo, mais ses candidats ont repris des thèmes chers au chef de l’Action Group (l’école, les besoins sociaux, l’industrialisation nécessaire du pays…)59. Enfin, la dimension yoruba n’a pas disparu des discours officiels ; les sites Internet officiels de cinq des six États depuis l’entrée en fonction des nouveaux gouverneurs font tous une large place à la dimension yoruba, fédératrice de chaque État, et mentionnent la pluralité des groupes yoruba peuplant l’État60, apportant une nouvelle illustration de cette affirmation identitaire pan-yoruba enracinée dans les communalismes61.

Haut de page

Bibliographie

Adediran, B., 1994, The frontier states of western Yorubaland 1600-1889, Ibadan, IFRA.

Agiri, A., 1965, « Chief N. D. Oyerinde and the political, social and economic development of Ogbomoso, 1916-1951 », Ibadan, Journal of the Historical Society of Nigeria, 3-2.

Akintoye, S. A., 1971, Revolution and power politics in Yorubaland 1840-1893. Ibadan expansion and the rise of Ekitiparapo, Londres, Longman.

Atanda, J. A., 1973, The new Oyo Empire. Indirect rule and change in western Nigeria 1894-1934, Londres, Longman.

Awolowo, O., 1947, Path to Nigerian freedom. Introduction, Londres, Faber & Faber.

— 1960, The autobiography of Chief Obafemi Awolowo, Londres, Cambridge University Press.

Babayemi, S. O. Oba Alaiyeluwa, 1991, Topics on Oyo history, Lagos, Lichfield Nigeria Ltd.

Falola, T., 1989, Politics and economy in Ibadan 1893-1945, Lagos, Modelor.

— 1998, Yoruba gurus. Indigenous production of knowledge in Africa, Trenton (NJ), Africa World Press, Inc.

Jonhson, S., 1921, The history of the Yorubas from the earliest times to the beginning of the British protectorate, Londres, G. Routledge & Sons.

Laitin, D. D., 1986, Hegemony and culture. Politics and religious change among the Yoruba, Chicago/Londres, University of Chicago Press.

Martineau, J.-L., 1999, « Les oba en public : métamorphose d’une fête (1937-1945) », in O. Goerg (sous la dir. de), Fêtes urbaines en Afrique. Espaces, identités et pouvoirs, Paris, Karthala, pp. 17-36.

— 2003, « L’identité locale comme garantie de sécurité en ville, une idée récente », in L. Fourchard & I. O. Albert (sous la dir. de), Sécurité, crime et ségrégation dans les villes d’Afrique de l’Ouest du xixe siècle à nos jours, Paris, Karthala-IFRA, pp. 395-415.

Nnoli, O., 1995, Ethnicity and development in Nigeria, Aldershot, UNRIS-Avebury.

Oduwobi, T., 2003, « Deposed rulers under colonial regime : the careers of Akarigbo Oyebayo (1891-1915) and Awujale Adenuga (1925-1929) », Cahiers d’études africaines, 171, XLIII-3, pp. 552-571.

Peel, J. D. Y., 1983, Ijeshas and Nigerians. The incorporation of a Yoruba kingdom, 1890’s-1970’s, Cambridge, Cambridge University Press.

Pineau-Jamous, M.-J., 1986, « Porto-Novo : royauté, localité et parenté », Cahiers d’études africaines, 104, XXVI-4, pp. 547-576.

Sachnine, M. & Akinyemi, A., 1997, Dictionnaire yorùbá-français, suivi d’un index français-yorùba, Paris/Ibadan, Karthala/Ifra.

Vaughan, O., 1989, The impact of party politics and military rule on traditional chieftaincy in western Nigeria, 1946-1988, Ph. D. thesis, University of Oxford.

— 2000, Nigerian chiefs, traditional power in modern politics, 1890’s-1990’s, Rochester (NY), Olufemi University of Rochester Press.

Yakubu, M. G., 1896, Notes on the Land Use Act, Zaria, Ahmadu Bello University Press.

Haut de page

Notes

1Voir l’encart de la carte 1 : localisation des six États fédérés qui correspondent à l’espace yoruba en 2003. Il existe en outre des populations yoruba vivant aux marges méridionales du Kwara State (Ilorin).
2Atanda 1973.
3Adediran 1994 ; Babayemi 1991 ; Akintoye 1971.
4Le terme « Yoruba » faisait initialement référence aux seuls « Oyo », groupe majoritaire de l’aire linguistique et socioculturelle actuellement désignée par ce terme. Les Oyo parlaient oyo, un des nombreux parlers du continuum dialectal « yoruba ». Samuel Johnson et les Britanniques ont généralisé l’emploi de ce terme pour désigner à la fois cette aire socioculturelle, l’ensemble des communautés qui l’occupent et la langue commune. Johnson 1921 ; Sachnine & Akinyemi 1997 ; Falola 1998.
5Le choix du résident britannique W. A. Ross de s’appuyer sur l’Aalafin relevait à part égale de la sympathie personnelle qui le liait à l’Aremo Ladigbolu, fils de l’Aalafin, favorable au colonisateur, et de sa conviction erronée que celui-ci était le chef suzerain de la région. Il eut à défendre sa décision auprès d’une hiérarchie un temps sceptique et se référa aux historiens de la cour d’Oyo en même temps qu’aux travaux tendancieux du pasteur historien Samuel Johnson. Atanda 1973 : 85-118.
6Le terme oba désigne les souverains d’unités territoriales de taille variable et dont la définition a changé au cours du xxe siècle. Initialement, ce territoire est constitué d’une cité capitale qui commande à un vaste espace où des cités tributaires sont administrées par des représentants soit de l’Ooni d’Ife (xive siècle) soit de l’Aalafin d’Oyo (xviie siècle). Au xxe siècle, ils y exercent, parfois violemment, un droit de justice et une ponction fiscale de plus en plus limités par l’administration coloniale. À partir de 1931, la politique conduite par les Britanniques à l’égard du souverain d’Oyo a modifié la définition de l’unité territoriale placée sous l’autorité de l’oba. Entre 1930 et 1960, l’espace sur lequel l’oba exerce une réelle autorité se réduit peu à peu à la cité elle-même et à son domaine agricole proche. Mais, nominalement, les principaux oba gardent sur plusieurs oba secondaires une forme d’autorité s’apparentant à une suzeraineté morale, religieuse et territoriale. Elle est désormais purement symbolique, car l’obaship ne permet plus d’exercer les pouvoirs fiscaux ou judiciaires d’antan. Seul demeure aux mains des oba le pouvoir officieux de cogérer l’attribution des terres de la cité (et de sa périphérie) et ce, en dépit du Land Use Act de 1977, adopté sous le gouvernement du général O. S. Obasanjo et entré en vigueur le 29 mars 1978. Sur les débats et l’émoi que ce texte a suscité chez les oba, cf. Yakubu 1896.
7Il ne revient pas à l’historien de reprendre à son compte une terminologie (« indirect rule » ou « gouvernement indirect ») imposée par le colonisateur pour légitimer son mode d’administration. A fortiori, dans l’espace yoruba, les enquêtes démontrent avec constance que les agents locaux recrutés par le colonisateur n’avaient souvent que peu de légitimité historique au regard des événements récents. L’hégémon n’hésitait pas à s’en séparer lorsqu’ils ne le servaient pas avec l’ardeur escomptée. Les dépositions d’oba, fréquentes pendant toute la période coloniale, infirment la thèse du respect lugardien pour les « traditions ».
8Falola 1989.
9Le baale est désigné par l’oba pour le représenter à la tête des cités de son royaume. Il en assure le gouvernement et rend des comptes à son oba plusieurs fois par an lors des principales fêtes qui se tiennent dans la capitale.
10Pour l’essentiel, il s’agit de Yoruba occidentalisés, anglicans ou, à tout le moins, chrétiens, employés dans les administrations britanniques ou les sociétés de commerce européennes installées à Lagos ou Ibadan. Certains exercent des professions libérales ou intellectuelles (juristes, journalistes, enseignants ou géomètres) à moins qu’ils ne soient membres du clergé. Ces « educated » ne sont que très rarement recrutés dans les milieux de commerçants musulmans aussi longtemps que leur désignation est le fruit d’une nomination par le colonisateur. Avec l’introduction du principe électif dans les années 1950, le profil des élus membres des conseils se diversifie nettement.
11Laitin 1986.
12Les entretiens que nous avons pu conduire depuis 1992 confirment cet attachement à l’oba et à la cité d’origine aussi bien dans la cité même que parmi les membres d’une communauté donnée vivant à l’étranger ou dans une autre agglomération nigériane. Martineau 2003.
13Pineau-Jamous 1986.
14Peel 1983.
15Nous adoptons le terme « communal » et son dérivé « communalisme » afin d’insister sur les contours géographiquement limités de l’espace sur lequel cet oba d’un nouveau type exerce son autorité. Le ressort géographique correspond à la zone urbaine et périurbaine administrée depuis le « townhall » — parfois un imposant temple gréco-romain construit par les Britanniques sur une hauteur comme à Oyo et Ibadan — et l’afin voisin, palais de l’oba. Quand les Britanniques le désignent, ils parlent de « district ». C’est, avec la ville (town), l’unité de base de l’emboîtement district/town-division-province. Le colonisateur ne désigne pour ainsi dire jamais l’espace communal au moyen d’un terme spécifique, il préfère caractériser la nature du pouvoir « native authority » ou plus tard « native administration » (années 1950). Il nous faut accepter le flou géographique que cette pratique induit. L’espace administré par tel ou tel oba ou baale est défini par la reconnaissance de celui-ci ou de celui-là par ses administrés. Cela ne signifie pas que les géomètres sont restés inactifs : la question des frontières entre « l’autorité indigène » de Fiditi et celle d’Ibadan à propos d’un village situé à mi-chemin entre les deux villes a occupé les tribunaux de la province d’Oyo pendant toutes les années 1930-1940 (pour une affaire fiscale et judiciaire). Mais la clé du conflit ne résidait pas dans un tracé au sol.
16Entretiens avec A. Gboyega, Ibadan, août 1999, à propos de la création d’un État autour d’Ogbomoso et entretiens avec des leaders de la communauté de Modakeke à Ife, juillet 1999, en vue de la création d’un local government pour Modakeke.
17Vaughan 1989 et 2000.
18À Londres, où il terminait ses études de droit, Awolowo créa en 1945 une première structure à vocation culturelle afin de rassembler les Yoruba vivant au Royaume-Uni. L’Egbe Omo Oduduwa (« Assemblée des fils d’Oduduwa ») fut fondée avec le soutien financier actif quoique lointain de l’Ooni d’Ife. À 37 ans, Awo revint au Nigeria en 1947. En 1948, l’Egbe Omo Oduduwa fut refondée localement : adoption des statuts en février et lancement en juin lors d’une grande cérémonie qui se tint à Ife. Cette structure montra vite ses limites politiquement. Les jeunes nationalistes lui reprochent son inertie et son conservatisme liés à l’ambiguïté de la position des oba stipendiés par le colonisateur et choyés par les nationalistes. Ce sont eux en effet qui assurent la visibilité du projet politique pan-yoruba. Le statut d’association culturelle était aussi un frein à une implication dans le champ politique. En 1951, à Owo, Awolowo rend publique la création d’un nouveau parti, l’Action Group, qui est présenté comme le bras politique de l’Egbe Omo Oduduwa.
19Il s’agit de « moderniser » l’encadrement de l’espace yoruba en privilégiant la nomination d’oba éduqués parce que formés dans et par le système scolaire et administratif colonial. Les autorités affichent une volonté nette de rompre avec les pratiques autocratiques des oba en place jusque-là.
20CSO 26/2, File n° 12723, vol. XII, NAI, H. L. Ward-Price, Annual Report, Oyo Province, 1934 (traduit de l’anglais).
21L’Oyo Progressive Union fut créée à Lagos en 1931-1932 par une douzaine de Yoruba occidentalisés pour corriger « l’arriération d’Oyo » et porter la province d’Oyo « au niveau des provinces sœurs yoruba d’Abéokuta, Ijebu et autres ». P. A. Afolabi en assura la présidence, épaulé par S. A. Ogunmola et le futur révérend J. Ade Taiwo. Dans les cités où ils sont suffisamment nombreux, les sujets d’Oyo créent des antennes de l’Oyo Progressive Union mais celle de Lagos est la plus dynamique et elle est en relation étroite avec ses membres qui vivent à Oyo. Initialement, il s’agit pour eux de conseiller l’Aalafin et son entourage car « à moins que les classes lettrées ne coopèrent avec notre peuple primitif comme c’est le cas dans les régions plus progressistes du pays yoruba, une administration indigène plus éclairée et plus progressiste sera difficilement possible ». Mais l’Aalafin n’est pas d’un abord aisé en matière de modernisation sociale et de partage du pouvoir et des initiatives ; les relations sont souvent conflictuelles. En revanche, l’Oyo Progressive Union devint un allié indispensable dans son combat contre l’émancipation d’Ibadan. Les citations sont extraites de CSO 26/2, File nº 12723, vol. XII, NAI, lettre non datée d’Afolabi annexée à l’Annual Report, Oyo Province, 1934 (traduit de l’anglais).
22Confidence du résident Ward-Price à l’Owa Aromolaran d’Ilesa rapportée à J. A. Atanta en juin 1966 par un témoin de l’entretien, E. A. Kayode (in Atanta 1979 : 269).
23Fête yoruba en l’honneur du principal dieu du panthéon yoruba, Sango, au cours de laquelle l’Aalafin reçoit hommages et cadeaux de ses villes sujettes. Après le Bere, fête de l’herbe destinée au chaume du toit du palais, c’est le second grand festival à Oyo.
24Oyo Prof. 2/1, File nº 472, vol. I, NAI, Rapport de Ward-Price au secrétaire des Provinces du Sud à Enugu, le 6 août 1930 (traduit de l’anglais).
25Martineau 1999.
26Nnoli 1995 : 81-87.
27Oyo Prof. 2/3, File nº C32, NAI, Intelligence Report (and Assessment Report) and the Formation of Native Administration, 1932. Circulaire confidentielle du secrétariat des Provinces du Sud au résident de la province d’Oyo, 23 février 1932 (traduit de l’anglais).
28Association fondée par des citoyens d’Ibadan dont les buts sont proches de ceux de l’Oyo Progressive Union : ses membres encouragent et conseillent l’autorité indigène pour accélérer la modernisation de la cité. Ils ont surtout pour objectif de dénoncer les formes

d’oppression dont les habitants d’Ibadan s’estiment victimes de la part des messagers d’Oyo. Elle fut officieusement créée en 1927 et officialisée en juin 1930 : elle ajoute alors à ses revendications « l’indépendance d’Ibadan » par rapport à Oyo car elle se sait soutenue implicitement par le résident Ward-Price.

29PRO, CO 583/191/1144 (1933), Land tenure in the Yoruba provinces (traduit de l’anglais).
30Agiri 1965.
31Oyo Prof. 2/3, File nº C54, NAI, Inspection Notes of his Excellency the Governor, 1936. Adressées au résident de la province d’Oyo.
32Oduwobi 2003.
33Martineau 1999.
34Cette construction idéologique a été l’œuvre d’un résident à la longévité inhabituelle, le capitaine William Alston Ross, qui est arrivé pour la première fois en pays yoruba en 1903. Il a occupé un premier poste sédentaire à Oyo comme commissaire de district à partir du 1er mai 1906, avant de devenir résident de la province d’Oyo. Il prit sa retraite à ce poste après 25 ans de service le 1er septembre 1931.
35Capitale administrative pour le gouvernement des Provinces du Sud et siège du lieutenant-gouverneur des Provinces du Sud.
36Le nivellement des hiérarchies administratives simplifiait l’inscription de chaque Yoruba, citadin ou oba dans l’espace urbain et/ou dans l’espace régional. Les Britanniques n’ayant pas le projet de substituer l’Ooni à l’Aalafin, ils n’avaient pas à redouter de résistance. En revanche, certains sujets en délicatesse avec leur souverain devaient encore pendant longtemps réclamer un arbitrage à l’ancien suzerain en dépit des consignes répétées des Britanniques.
37En anglais, les noms des institutions locales ont le plus souvent une majuscule initiale que nous conservons en italique. En revanche, en français, ce n’est pas l’usage. Les conseils régionaux, conseils généraux ou conseils municipaux ainsi que les maires et conseillers sont nommés en minuscules. Nous adopterons cet usage. Nous ne signalerons entre guillemets que la première occurrence de chaque terme traduit. Les adjectifs « autonome » et « indépendant » que nous utilisons pour caractériser les institutions n’appartiennent pas à la nomenclature officielle mais relèvent de l’analyse.
38Soun of Ogbomoso et Ataoja of Osogbo.
39Entretiens avec A. Gboyega, Ibadan, août 1999.
40CSO 26/2, File nº 12723, vol. XIV, NAI, Annual Report, 1936-1940.
41En 1934, la province d’Oyo avait déjà été divisée en cinq « autorités indigènes indépendantes » (Oyo, Ife, Ibadan, Ila et Ilesa). La même année, l’autorité indigène de la division d’Ibadan avait été subdivisée en deux, un des deux secteurs échappant à l’Olubadan. Puis, en 1936, Ogbomoso, Iwo, Ede, Osogbo et Ejigbo obtinrent de gérer leurs affaires dans le cadre d’une autorité indigène subordonnée, à l’exception des questions financières.
42CSO 26/2, File nº 12723, vol. XIV, NAI, Annual Report, 1943.
43Oduwobi 2003.
44Lettre de l’Akarigbo W. Adebayemi II à son avocat, le 28 mai 1937 citant la Government Gazette nº 9 du 28 février 1903, NAI (traduit de l’anglais).
45CSO 26/2, File nº 12723, vol. XIV, Annual Report, 1937 (traduit de l’anglais).
46L’expression « Egbe Omo… » signifie « les fils de… » ; elle est utilisée pour désigner les Egbe Omo Oyo ou les Egbe Omo Ibadan à la manière des Egbe Omo Oduduwa. Par ailleurs, on rencontre aussi l’expression « Ogbomoso Parapo » (Fils d’Ogbomoso, Ensemble) ou « Oyo Parapo » (Ensemble, fils d’Oyo) dont le sens est identique.
47Leur composition et le nombre des conseillers désignés variaient beaucoup d’une autorité indigène à une autre. La proximité culturelle avec le colonisateur était un facteur déterminant de nomination : le conseiller était alphabétisé et chrétien le plus souvent. Sa participation à la gestion communale restait symbolique ; le colonisateur considérait les conseillers comme des agents l’assistant dans sa politique. Dans les années 1940, la lutte contre les inhumations dans les maisons privées et la mobilisation pour l’effort de guerre illustra clairement cette conception.
48Ce nationalisme pan-yoruba s’enracine lui-même dans l’attachement à la cité des ancêtres dont l’oba assure la promotion dans l’espace social et politique régional maintenant qu’il a été autorisé à quitter l’afin.
49Dès 1947-1948, Awolowo souhaitait que la Région occidentale (Western Region) oppose sa cohérence « ethnique » au centre fédéral promis à la domination du nord haussa et de l’est ibo. Il ne voulait pas d’un jeu politique fondé sur un face-à-face entre un centre fédéral et différents groupes politiques yoruba ancrés localement et jouant une carte locale tel que le souhaitaient les dirigeants politiques d’Ibadan soucieux de se ménager des carrières au centre de pouvoir fédéral.
50L’Action Group fut créé officiellement par O. Awolowo le 21 mars 1951 ; c’est l’émanation politique de l’Egbe Omo Oduduwa. C’est un parti régionaliste qui se veut le rempart de l’ouest yoruba contre la prise de contrôle du Nigeria indépendant par les hommes politiques du Nord et de l’Est.
51Awolowo 1947.
52Awolowo 1960 : 163-176.
53Extraits des statuts du parti (in Awolowo 1960 : 223).
54Awolowo 1947.
55Aujourd’hui Alliance for Democracy. Cet article a été achevé à la veille des élections fédérales législatives et présidentielles du printemps 2003.
56Le nouveau gouverneur PDP élu dans l’Ondo State, le Dr Segun Agagu est un ancien membre du United Party of Nigeria qui regroupait tous les Awoist après la disparition de l’Action Group. Puis, comme beaucoup de ces derniers, il fut membre du Social Democratic Party pendant le processus de transition de 1990-1992 avant de rejoindre le Peoples Democratic Party (PDP) du président Obasanjo dont il devint le ministre fédéral de l’Énergie et de l’Acier en 2001. Dans l’Ogun State, le nouveau gouverneur PDP, Otunba Daniel Justus Olagbenga, fut d’après sa biographie sur le site Internet même du gouvernement fédéré « a proud member of the Committee of Friends of Chief Obafemi Awolowo in 1978 ». Leur élection ne marque, de ce fait, qu’une rupture limitée avec l’idéologie pan-yoruba d’Awolowo.
57Originaire d’une famille royale d’Abéokuta, il est salué de son nom complet « Chief Matthew Aremu Olusegun Obasanjo » sur le site Internet de l’Egbe Omo Odududwa qui se félicite de son appartenance au monde yoruba (www.yorubanation.org).
58Les résultats du scrutin confirment cette fidélité à un candidat yoruba : le score national nuancé de Chief Olusegun Obasanjo (PDP) avec 61,94 % (24 456 140 voix) contre 32,19 % (12 710 022 voix) à son adversaire Buhari Muhammadu (ANPP) est très largement corrigé par les résultats du candidat PDP dans l’espace yoruba où il recueille 69,35 % dans l’État de Lagos, 92,42 % dans l’État d’Ekiti, 99,92 % dans l’État d’Ogun, 94,61 % dans l’État d’Ondo, 95,18 % dans l’État d’Osun et 93,90 % dans l’État d’Oyo (source : INEC, Abuja).
59L’un des nouveaux élus, Prince Olagunsoye Oyinlola (PDP), a profité du conflit violent suivi de licenciements qui avait opposé son prédécesseur, Bisi Akande, dans l’État d’Osun (Alliance for Democracy) aux professeurs de son État pour s’emparer de cette thématique.
60Sauf l’État d’Ondo.
61On peut y lire aussi une tentative de gouverneurs supposés plus soucieux de concevoir l’avenir de l’espace yoruba dans la fédération nigériane — à l’image du président O. Obasanjo —, de mobiliser les identités locales dans le cadre d’États fédérés qui sont souvent récents (Lagos 1967 ; Ogun, Oyo et Ondo 1976 ; Osun 1991 ; Ekiti 1996) et ne constituent pas des repères identitaires pour les Yoruba. Pour contrecarrer les formes de sécessionnisme (Ogbomoso) et mieux peser à Abuja, les États doivent devenir à leur tour des référents identitaires significatifs.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 – Les lieux de pouvoir dans la province d’Oyo à la fin des années 1920
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/402/img-1.png
Fichier image/png, 87k
Titre Carte 2 – Multiplication des centres de pouvoir locaux dans les années 1930-1940
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/402/img-2.png
Fichier image/png, 99k
Titre Carte 3 – Les oba présents à la première Conférence des chefs des provinces occidentales, le 31 mars 1937
URL http://journals.openedition.org/africanistes/docannexe/image/402/img-3.png
Fichier image/png, 58k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Martineau, « L’espace yoruba (fin xixe siècle-1960) », Journal des africanistes, 74-1/2 | 2004, 125-157.

Référence électronique

Jean-Luc Martineau, « L’espace yoruba (fin xixe siècle-1960) », Journal des africanistes [En ligne], 74-1/2 | 2004, mis en ligne le 10 avril 2007, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/402

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Martineau

Historien, SEDET, université Paris 7-Denis Diderot

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals