Navigation – Plan du site
En Afrique de l’Ouest

Une agglomération très rurale

Lien clanique et lien territorial dans la ville de Bassar (Nord-Togo)
Stéphan Dugast
p. 203-248

Résumés

Érigée en chef-lieu administratif depuis le début de la période coloniale, l’agglomération de Bassar ne s’est jamais parée d’un caractère véritablement urbain. L’importance de sa population n’est pourtant pas en cause puisqu’elle compte parmi les localités les plus peuplées du Togo au moment de la colonisation. Une étude de l’organisation sociale spécifique de cette localité révèle certaines des clés qui permettent de l’appréhender comme un modèle de cité tout à fait particulier.

Haut de page

Notes de la rédaction

Une part substantielle des matériaux exposés dans ce texte a été recueillie au cours d’un séjour effectué à Bassar en 2001-2002, grâce au soutien du laboratoire « Systèmes de pensée en Afrique noire » (UPRES-A 8048, CNRS-EPHE) que je tiens à remercier ici. Ces nouveaux matériaux ont permis de renouveler et d’enrichir considérablement une analyse proposée il y a une dizaine d’années dans le cadre d’un travail universitaire qui avait déjà la ville pour thème, à l’initiative de ce qui fut un temps le département D (« Urbanisation et socio-systèmes urbains ») de l’Orstom. Enfin, le texte en lui-même a bénéficié des multiples relectures d’Anne-Marie Peatrik, qui ont permis de lui donner un format publiable.

Texte intégral

1Tapie au pied d’un mont qui surgit à quatre cents mètres au-dessus de la plaine alentour, l’agglomération de Bassar ne manque pas d’allure. Ses treize mille habitants1 se répartissent entre plusieurs localités d’aspect très villageois, la plupart établies sur le pourtour de cet inselberg qui servit de refuge à la population durant les périodes les plus troublées de son histoire. Les autres localités occupent des sites certes plus distants des contreforts du mont, mais toujours disposés autour de ce dernier, dans un rayon simplement plus large. Parcourir l’agglomération en ralliant ses différents quartiers les uns après les autres donne ainsi très vite l’impression de devoir contourner sans cesse cet imposant massif qui se dresse en son centre. Centre ? Cette notion, qui paraît intimement liée à toute réflexion sur les villes, a-t-elle un sens à propos d’une agglomération aussi atypique que celle de Bassar ? Une meilleure familiarité avec celle-ci permet de prendre conscience que, au-delà de l’image d’un relief qui, par sa présence, aurait interdit toute émergence d’un véritable centre, c’est pour des raisons plus structurelles que l’agglomération se trouve dépourvue d’un tel lieu de convergence. À partir de l’étude du cas de la ville voisine de Sokodé — distante de Bassar de moins de soixante kilomètres et deuxième ville du Togo —, l’observation de caractéristiques similaires, en l’absence pourtant cette fois de toute entrave d’ordre topographique, a conduit à l’élaboration de la notion d’agglomération multicentrée en vue de mettre en évidence les propriétés de ce type de villes ; notion ensuite généralisée à un ensemble de cités, dont Bassar, censées présenter les mêmes caractéristiques (Barbier & Klein 1995 : 8). L’absence de centre comme lieu où se nouent de multiples réseaux, caractéristique commune à cet ensemble de villes, trouve de toute évidence sa raison d’être ailleurs que dans la configuration du relief. C’est dans les données de l’histoire, les spécificités de la structure sociale et, avant tout, dans une forme particulière de sociabilité, accordant à chaque localité constitutive de l’ensemble une large autonomie dans la conduite des affaires collectives, que les véritables clés d’une telle organisation urbaine originale sont à rechercher.

Les principales localités du pays bassar

Les principales localités du pays bassar

2Pour autant, si la notion d’agglomération multicentrée comporte d’indéniables avantages pour décrire une localité du type de Bassar, elle laisse de côté les traits distinctifs essentiels qui font véritablement la singularité du modèle. Par son caractère trop hétéroclite, la catégorie ainsi définie conduit à regrouper, sur la base de critères finalement assez superficiels, le modèle de Bassar avec d’autres exemples qui restent cependant très différents. Pour s’en tenir à la comparaison avec le seul cas de Sokodé, une fois faite la part des traits les plus généraux, ce sont les différences qui semblent l’emporter sur les ressemblances. Une telle étude comparative n’a pas sa place ici. Une esquisse en sera simplement présentée en fin de parcours. Elle nous amènera à faire le constat que ces différences ne se limitent pas à des aspects immédiatement perceptibles tels que les formes de distribution dans l’espace, très contrastées d’un exemple à l’autre, et à ce titre déjà très significatives, mais qu’elles portent plus fondamentalement sur des traits d’organisation sociale. C’est en effet par une analyse serrée de cette dernière et de ses fondements rituels et symboliques que l’on peut être en mesure de cerner la véritable spécificité du modèle.

3Les deux premières parties de cette étude seront consacrées l’une aux structures résidentielles, l’autre aux institutions fondées sur la parenté. Unités résidentielles de niveaux variés et groupes de parenté de profondeurs généalogiques diverses, par les séries qu’ils forment, constituent en effet la trame de la structure sociale. Dans cet édifice, la chefferie, traitée au cours de la troisième partie, apparaîtra comme l’institution unifiant l’ensemble mais dont les bases reposent sur les mêmes principes que ceux à l’œuvre aux autres niveaux de la structure sociale. C’est dans l’équilibre entre la tendance à l’autonomie des unités constitutives de l’agglomération et la vocation centralisatrice de la chefferie que se dessineront les traits les plus saillants de la structure multicentrée dans la version singulière dont Bassar représente le modèle.

Les unités de résidence

Les aspects résidentiels de l’organisation lignagère

4L’habitat bassar consiste en cases rondes de banco à toit de paille, disposées les unes par rapport aux autres de manière à former des cours communiquant entre elles tant qu’elles relèvent du même lignage. À l’avant de cet ensemble, faisant office de « sas » entre l’extérieur et la première de ces cours, se dresse le vestibule, grande case d’entrée dotée de deux ouvertures opposées. D’autres lieux de passage existent, mais ils sont en général réduits à de simples brèches pratiquées dans le mur d’enceinte. C’est à cette case-vestibule que se réfèrent les descendants d’un même ancêtre pour désigner le lignage auquel ils appartiennent.

5De fait, le terme kunaakoou par lequel on dénomme un lignage désigne d’abord, au sens propre, la case-vestibule. Étymologiquement, le terme est construit autour du substantif inaa, « les bœufs », et du verbe kool, « résider ». Dans cette enceinte est en effet gardé pour la nuit le bétail, propriété collective du lignage et qui constitue sa richesse de référence. Ces animaux domestiques y côtoient les crânes suspendus des animaux sauvages abattus à la chasse qui forment l’autre aspect du prestige du lignage. Cette case est aussi l’endroit où se tient généralement le maître de maison, doyen de l’unité sociale correspondante. De cette place stratégique, il supervise allées et venues, entrées et sorties ; en fin de journée, quand tout le monde est rentré, il lui revient de fermer la porte du vestibule. Ce personnage est aussi responsable des principaux cultes lignagers, à commencer par celui destiné aux ancêtres, censés loger dans cette case d’entrée sur le mur de laquelle sont accomplis les sacrifices qu’on leur destine. C’est là où le doyen reçoit ses visiteurs de marque, là où sont débattues les affaires importantes lors des réunions du conseil de lignage, là où sont effectuées les séances de divination dites unaakObOO (de tibOOl, « divination », et kunaakoou, « vestibule »), notamment celles qui accompagnent la naissance et la mort de tout membre du lignage.

6Arrêtons-nous sur les prérogatives rituelles du doyen de lignage en matière de culte aux ancêtres. Le procès complexe qui transforme, dans cette société, un mort en ancêtre (Dugast 1991) conduit à mettre en place des relations qui suivent principalement deux formes : aux liens établis par des offrandes sanglantes d’animaux se greffe, à certaines occasions, la possibilité pour les descendants d’un ancêtre de dialoguer directement avec lui par le truchement d’un devin en état de possession. Si la première forme implique la case-vestibule puisque les sacrifices sont effectués sur son mur, la seconde fait intervenir une case de femme, en général celle de la doyenne des femmes mariées dans le lignage (ucoopukpil). L’étroite association entre la case-vestibule et le culte des ancêtres doit-elle être remise en cause par l’existence de cette seconde forme ? Pas réellement, car la question est à envisager dans le cadre spécifique de la divination qui est soumis à ses contraintes propres ; le type de divination dans la case de la doyenne des femmes fait en effet écho à celui qui investit la case vestibule.

7Chez les Bassar, la divination (tibOOl) est un domaine composite, caractérisé par la coexistence de différentes techniques dont la maîtrise est graduellement acquise au cours d’un important cycle d’initiation (Dugast 1992 : 433-470). On en distingue principalement trois. La première, dans l’ordre d’acquisition, est celle du bâton (mbookpondo)2. Tenu dans sa partie supérieure par le devin (ubOO) et dans sa partie inférieure par le consultant, il se voit imprimer par le diwaal — la puissance oraculaire attachée au devin — des mouvements qui sont signifiants soit en eux-mêmes, soit par ce qu’ils désignent (des parties du corps du devin à certains moments du procès, des objets déposés devant lui à d’autres). Au cours d’une étape ultérieure, le novice est initié à la technique de consultation sur le tabouret, dibOOjal. Assis sur un tabouret monoxyle réservé à cet usage, le devin entonne une série d’incantations qui se terminent par l’appel de son diwaal. Il est alors possédé par ce dernier qui s’exprime directement par sa bouche. Face à lui, d’autres personnages, devins ou doyens de lignage, écoutent ses messages, lui posent certaines questions et, éventuellement, le chargent d’aller quérir d’autres instances, diwaal ou ancêtre, avec lesquelles ils entretiendront la même forme de dialogue direct. Ce second type de divination est celui qui permet donc aux membres d’une cour d’entrer en communication verbale avec l’un de leurs ancêtres. Enfin, en troisième lieu, et c’est par cette phase que se clôt toute initiation à la divination, vient la danse de tibOOl, dite « danse du feu ». Elle consiste à réunir les devins de plusieurs quartiers afin de leur faire lire dans le feu, allumé au centre d’une place et autour duquel ils danseront une grande partie de la nuit, les présages de divers ordres qui concernent soit la collectivité, soit l’une de ses composantes, soit enfin l’un de ses membres.

8À ces différentes techniques correspondent des occasions de consultation variées renvoyant elles-mêmes à des niveaux distincts de l’organisation sociale. Simultanément, chacune d’elles se trouve étroitement associée à l’un des éléments de l’habitat. La consultation sur le tabouret, qui concerne au premier chef les ancêtres proches, permet un échange immédiat, verbal, souvent chargé sur le plan émotionnel, tant la possibilité d’écouter les conseils et recommandations d’un être qui, bien qu’absent, est encore pour une part une figure parentale, atteint chacun des participants dans ses affects les plus profonds. Et c’est dans un des lieux les plus intimes que recèle l’habitation, une case de femme, que se déroule une telle séance.

9La consultation par le bâton met en place un mode de communication beaucoup plus distancié. Moins lourde à mettre en œuvre que la précédente, c’est aussi la plus pratiquée. Les devins y ont recours lorsqu’ils sont sollicités au pied levé, que ce soit chez eux, par la visite impromptue d’un consultant, ou lors de tout déplacement au cours duquel ils peuvent être interpellés par un passant. Pour autant, ce mode de consultation connaît une forme particulièrement représentative avec celle qui prend place dans le vestibule. À l’instar de celle du tabouret, mais à la différence notable des autres consultations par le bâton, c’est le devin qui, à cette occasion, se déplace chez son client et non l’inverse. Dûment prévenu la veille, il arrive en tout début de journée. Ce caractère solennel, absent des autres consultations recourant à la même technique, incite à reconnaître à celle qui prend place dans le vestibule une dimension emblématique.

10On parle également de « divination du vestibule » à propos d’une consultation, similaire en tous points, mais qui a pour particularité de concerner un niveau de la structure sociale plus englobant et de s’appliquer à une catégorie de problèmes plus généraux. Un lignage, un « vestibule » comme l’appellent les Bassar, est susceptible de se segmenter ; la case-vestibule du lignage souche demeure cependant le lieu de référence pour les membres des nouveaux lignages. Comme une telle segmentation ne s’accompagne pas en général d’une dispersion entre plusieurs localités, ces cellules continuent à former un ensemble où parenté et résidence coïncident, mais de niveau supérieur. Un tel ensemble, constitué d’un certain nombre de « vestibules », forme ce qu’en français les intéressés nomment un sous-quartier et qu’en ncam (langue des Bassar) on peut désigner par deux termes : soit kunaakoou, utilisé ici par extension et en référence au vestibule souche, soit kitiNgban, qui désigne tantôt le sous-quartier, tantôt le quartier. Signalons ici simplement que, pour une telle unité sociale, qui peut englober plusieurs vestibules mais où ceux-ci restent apparentés, tout recours à la divination au sujet d’affaires collectives emprunte la forme d’une consultation dite, elle aussi, « divination du vestibule ». Et, de fait, celle-ci prend place dans le vestibule du doyen du lignage aîné, qui n’est autre que celui du lignage souche. Si ces lignages peuvent relever d’une même consultation de vestibule, c’est qu’ils sont tous issus de ce vestibule de référence. Derrière cette réduplication des principes d’organisation sociale et des pratiques rituelles (essentiellement en matière de consultations divinatoires), se profile une distinction entre deux unités lignagères de niveaux différents, qu’on pourrait respectivement appeler lignage mineur et lignage majeur.

11Jusqu’ici, nous n’avons eu affaire qu’à des unités sociales et résidentielles homogènes sur le plan de la parenté, bien que de niveaux d’emboîtement différents. Au-delà du sous-quartier, nous atteignons une unité de composition différente, relevant d’autres principes d’organisation. C’est là que la troisième technique de divination, celle par le feu, joue pleinement son rôle. Elle constitue la première occurrence où la divination opère de façon relativement autonome, c’est-à-dire sans être articulée, d’une façon ou d’une autre, au culte des ancêtres.

Les quartiers : des unités résidentielles par vocations hétérogènes sur le plan de la parenté

12L’unité sociale formée par l’assemblage de plusieurs lignages majeurs localisés ou sous-quartiers est généralement désignée par le terme kitiNgban, « quartier ». Dans son principe, le kitiNgban n’est pas de composition homogène du point de vue de la parenté. Sa constitution repose même sur l’opposition entre bitindaambi, « détenteurs de la localité », et étrangers (généralement désignés par le terme binikOkaab, « ceux qui sont “entrés” »). Une telle division correspond à un souhait, formulé dès la création du quartier et réitéré à de multiples occasions : accueillir et héberger durablement des « étrangers », c’est, pour les fondateurs de la localité, le signe que leur « terre » est « belle », puisqu’elle attire des gens venus d’ailleurs. Toute une partie du travail rituel des détenteurs de la localité va consister, notamment au moyen de la divination par le feu, à maintenir cet état de la terre « belle » et, le cas échéant, à le restaurer. Cette forme de consultation peut être mise en œuvre à différentes occasions, mais c’est lorsqu’elle l’est à l’initiative des responsables du quartier qu’elle emprunte ses traits les plus caractéristiques. Elle prend alors le nom de titindaambOOl, « consultation par le feu des bitindaambi ».

13Le terme bitindaambi désigne les gens qui, les premiers, se sont installés dans le quartier. Pour cette raison, on serait tenté de reconnaître en eux les « maîtres de la terre », et ce d’autant que, dans le voisinage, nombre de sociétés apparentées présentent cette institution si caractéristique qui parfois s’oppose à celle du chef avec laquelle elle forme système. La décomposition du terme donne bien -tin-, radical provenant de kitiN, « terre », et bidaambi, « détenteurs de », au sens, généralement, d’une charge rituelle. Mais en réalité, le vocable « terre » est à entendre ici dans le sens de « localité » et non dans celui d’une instance incarnée par la terre à laquelle un culte serait rendu3. La question qui se pose est plutôt de savoir à quelle « localité » le vocable kitiN fait référence. L’agglomération de Bassar dans son ensemble est considérée comme une telle « terre », et au sens propre c’est elle que kitiN désignerait. Mais ce terme est ici concurrencé par son dérivé kitiNgban qui lui associe le substantif kigban, « morceau de peau » (comme un morceau découpé dans la peau d’un animal que l’on vient de dépecer), suggérant l’image d’une subdivision4. Implicitement, c’est par référence à l’ensemble que constitue l’agglomération de Bassar qu’un quartier est dénommé kitiNgban, car il est alors appréhendé comme une subdivision du kitiN que constitue cet ensemble. Mais en soi, il constitue lui-même kitiN, et peut ainsi être désigné dans certains contextes par ce terme. Le vocable bitindaambi se décompose donc bien en bidaambi et kitiN, mais avec ce dernier terme se référant en fait au quartier : on conçoit que bitindaambi soit en réalité à traduire par « les détenteurs de [dans le sens de “voués à”] la localité », plutôt que par la formule classique, inadéquate ici, « les maîtres de la terre ». Et, du reste, les prérogatives de ces personnages concordent davantage avec une telle traduction.

14Détenteurs de certains droits fondamentaux sur une localité, les bitindaambi se définissent pour l’essentiel par opposition aux étrangers, venus plus tard. Mais, au-delà de l’antériorité de leur installation, leur statut repose au moins autant sur un acte que l’on pourrait appeler de fondation, acte qui, chez les Bassar, consiste à « attraper la terre » (ki cu kitiN). Lorsqu’un groupe arrive en un lieu non habité, ce lieu est parcouru, ou même occupé, par toutes sortes d’êtres hostiles, visibles et invisibles : animaux féroces et dangereux, fauves, serpents, scorpions, mais aussi alasiniib, ces êtres de la brousse particulièrement redoutables, ifaNfanti ou revenants, etc. Pour maintenir toutes ces entités à distance, il faut rendre la terre hospitalière : c’est l’opération « attraper la terre » qui, à la demande des futurs bitindaambi, est accomplie par le détenteur d’une puissance médicinale appropriée. L’objet préparé par ce personnage est enterré en un lieu qui devient la place principale du quartier, celle, précisément, où se dérouleront les danses du feu. C’est ce geste qui, rendant le site habitable, instaure du même coup ses premiers habitants comme détenteurs de la localité à peine fondée. Le ritualiste assortit son acte de l’énoncé d’un certain nombre d’interdits dont le non-respect aurait pour conséquence de rompre l’efficacité de la puissance enterrée, ouvrant du même coup des brèches dans cet espace protégé. La plupart de ces interdits portent sur des activités spécifiques (piler dans un mortier, fendre du bois à la hache, concasser des noix de palme, etc.) et entrent en vigueur aux heures particulières du cycle diurne où les « mauvaises choses », tiwaNkpitil, se mettent en marche5. Moments qui sont aussi ceux où la puissance « se lève » pour contrer ces êtres indésirables, justifiant l’interdit de la déranger à ces heures particulières.

15L’enterrement de la puissance médicinale destinée à rendre habitable la terre du quartier dessine simultanément les contours de la place des étrangers dont la venue est souhaitée à brève échéance. Dès cette opération inaugurale, les détenteurs de la localité expriment en effet leur souhait de voir des étrangers se joindre prochainement à eux. Ce vœu se range parmi ceux relatifs au fait de vivre en ce lieu en bonne santé, d’y trouver un bon sommeil, un bon repos, abondance de nourriture, naissance de nombreux enfants, etc. La tournure au moyen de laquelle il est articulé mérite d’être mentionnée : que les bons étrangers viennent sur la terre, mais que ceux qui veulent venir avec une mauvaise intention ne trouvent pas le chemin. En d’autres termes, le même travail de tri qui est demandé à la puissance entre les bonnes choses (la fécondité, la prospérité, la santé, etc.) et les mauvaises (les maladies, la famine, etc.) lui est formulé à l’égard des étrangers susceptibles de s’établir aux côtés des premiers occupants.

16L’opération inaugurale consistant à « attraper la terre » a contribué à la rendre « belle ». Il faut maintenant s’assurer périodiquement qu’elle le demeure pour qu’y prospèrent tant ceux qui l’ont rendue habitable — les détenteurs de la localité — que les étrangers qui n’ont pas manqué d’arriver. L’enjeu est donc éminemment collectif, au sens le plus fort du terme, puisqu’il s’agit, au-delà des limites de la parenté, d’inclure dans une destinée commune aussi bien soi qu’autrui, dès lors qu’est partagée la résidence sur un espace commun. C’est en effet par une opération de divination, visant pour une part à décrypter ce qui se prépare et n’est pas encore advenu, et pour le désamorcer si nécessaire et dans la mesure du possible, que sera maîtrisé cet enjeu. Mais cette consultation pourra aussi intervenir, et cela est fréquent, à la suite de multiples dysfonctionnements dont la récurrence inexplicable aura suscité, chez le doyen des détenteurs de la localité, le besoin de « regarder sur la terre » (ki kpee kitiN pu). Après une délibération des détenteurs de la localité faisant, dans leur vestibule — le kutindaannaakoou —, le constat amer que « la terre n’est plus belle », décision sera prise de procéder à une telle consultation. On invitera alors les devins du quartier, mais aussi ceux d’autres localités, à se rassembler en masse sur la « place de divination », dibOOnaapaal, où sera allumé le feu. Ensemble, ils apporteront leur contribution en révélant les « problèmes » (tibOti) qui menacent les habitants du quartier et en indiquant les « arrangements » (sala) à effectuer pour les écarter.

17L’organisation d’une telle danse n’est que l’une des prérogatives que les Bassar subsument sous le terme générique de titindaambOti, les « affaires [dont traitent les] détenteurs de la localité ». On touche là au noyau de la structure du quartier, unité fondamentale constitutive de l’agglomération : les détenteurs de la localité et eux seuls garderont à jamais la maîtrise des affaires du quartier. Ces responsabilités, nous l’avons vu, renvoient à l’acte inaugural « attraper la terre » ; les interdits édictés par les détenteurs de la localité, qu’eux-mêmes doivent respecter mais qu’ils formulent également à l’endroit de tout étranger venant s’établir auprès d’eux, ne sont pas des « tabous de la terre »6 ; ils ne renvoient pas à l’instance Terre et à ce qu’elle proscrit, mais sont des interdits liés à la puissance médicinale enfouie sous le sol. Le rapport à la terre est donc médiatisé par cette puissance, produit d’une fabrication humaine. Dans cette configuration, les détenteurs de la localité auront à charge de traiter tous les problèmes associés aux interdits de la puissance médicinale enterrée car c’est pour eux (pour leurs ancêtres) et à leur demande qu’elle a été enfouie. Ils sont les seuls habilités à exercer une responsabilité collective, non pas tant dans les affaires locales de façon générale que dans tout ce qui découle de cet acte inaugural, veillant en particulier à ce que soit périodiquement « arrangée » la puissance médicinale enfouie pour l’habitabilité des lieux.

18En quoi consiste un tel arrangement ? Pour éclairer la question, il n’est pas inutile de comparer le cas d’un quartier à celui d’une cour car des procédures rituelles assez similaires y sont mises en œuvre. Tout comme un quartier qui, à l’origine, ne saurait s’établir sans qu’on ait « attrapé la terre », une cour ne saurait s’implanter sans l’opération préalable « attraper la cour » (bi cu dicindi) dite encore « préparer la cour » (ki bOnti dicindi, le rite dans son ensemble étant alors appelé dibOntil, « préparation »). Tout maître de maison doit accomplir ce rite, qu’il soit de statut étranger ou détenteur de la localité. Il s’agit là aussi d’enterrer une puissance médicinale préparée par un spécialiste, et, pour les membres de la maisonnée, d’en respecter les interdits. Alors que la puissance qui a permis d’« attraper la terre » d’un quartier vise avant tout à prémunir cette terre de toute intrusion d’entités indésirables, celle mise en œuvre pour « attraper une cour » cherche principalement à combattre un ennemi de l’intérieur, les sorciers. Les Bassar expliquent que si, dans le premier cas, c’est surtout vis-à-vis de lointains étrangers — établis notamment dans les zones traditionnellement « ennemies » des Bassar (les pays dagomba et kotokoli, situés respectivement à l’ouest et à l’est, sont les premiers mentionnés) — que les « secrets » de la puissance enterrée doivent être gardés, c’est vis-à-vis des membres de sa propre maisonnée que le responsable d’une cour doit faire preuve de la plus grande discrétion. On retrouve là le caractère essentiel, à l’échelle du quartier, du face-à-face entre détenteurs de la localité et étrangers par opposition à l’entre-soi qui régit les rapports au sein d’une cour.

19L’entretien de ces puissances présente des contrastes similaires à ceux qui caractérisent leur préparation. Celles qui ont servi à « attraper une cour » sont en principe renouvelées tous les ans ou, en cas d’impossibilité, tous les deux ans. Outre ces renouvellements périodiques, des rites de réparation exceptionnels destinés à « laver » la puissance médicinale doivent être engagés en cas de transgression d’un de ses interdits. Pour un quartier, une telle alternative entre renouvellements périodiques et réparations occasionnelles n’existe pas. Seules ces dernières sont prises en compte, à la suite de transgressions majeures. Autre différence : un simple sacrifice ne saurait alors suffire, une danse du feu des détenteurs de la localité s’imposant, avec toutes les étapes qui la composent.

20Organisée parce que « la terre n’est plus belle », cette danse permet aux devins de révéler ce qui la ternit. Par exemple, que la puissance initialement enterrée a été altérée par les agissements des habitants du quartier, essentiellement la transgression des interdits qui lui sont associés. Des « arrangements » s’imposent et, à cette fin, des sala sont confectionnés. Se référant au fait que la terre a reçu des saletés (tijOkOndi), certains informateurs affirment que les sala ont pour finalité de la laver (ki finti kitiN). Mais en les interrogeant plus avant, on comprend que l’opération emprunte un chemin détourné : si l’on parvient à arranger la « terre » (en tant que localité), c’est par l’arrangement de la puissance médicinale initialement enterrée et non par une action directe sur la terre (en tant qu’instance), procédure qui, chez les Bassar, serait dépourvue de sens. En outre, vis-à-vis de la puissance enterrée elle-même, l’action entreprise conservera ce caractère indirect, ce qui la différencie à nouveau de l’entretien dans le cas d’une cour : l’opération ne consiste pas en un sacrifice effectué sur la puissance elle-même, mais passe par la confection d’un sala.

21Qu’est-ce donc qu’un sala pour « arranger la terre » ? Lors d’une danse du feu, on attend de tout devin qu’il discerne dans les flammes tant les tibOti — les menaces qui planent sur le quartier — que les sala correspondants, c’est-à-dire les moyens rituels destinés à les contrecarrer. Ce peut être un simple sacrifice auprès de telle ou telle entité négligée depuis trop longtemps ; on n’est pas alors face à un problème ayant trait à la localité et au fait de résider en un lieu. C’est en revanche le cas dès que la solution prescrite consiste, au sens propre, en l’accomplissement d’un sala. Un sala est alors une offrande, effectuée en un lieu choisi non parce qu’il fait office d’autel d’une entité déterminée, mais parce qu’il occupe une position spécifique de l’espace, en adéquation avec les besoins ponctuels de l’action rituelle à accomplir. Ainsi la parcelle qu’un cultivateur se propose de mettre en valeur : il ne s’y emploiera qu’après avoir pris la précaution d’ériger un sala en bordure de son champ pour le protéger de toutes les nuisances potentielles. Dans les lieux d’habitation, ce sont de préférence les seuils qui font l’objet de sala. Pour un quartier dans son ensemble, ce sera généralement un carrefour situé au-delà de la zone bâtie. Pour une cour, ce peut être soit devant l’entrée de la case-vestibule, soit derrière la case des awaa7 des membres de la maisonnée. Les sala de ces deux seuils d’une cour sont complémentaires : ils veillent à interdire l’intrusion, l’un des personnes malveillantes, l’autre des entités du monde invisible, qui, se déplaçant sur un mode inverse de celui des êtres ordinaires, s’introduisent en passant par l’arrière des habitations et franchissent sans encombre murs d’enceinte, de cases, toits, etc.

22De manière générale, un sala convient à toute situation où les entités destinataires ne sont pas précisément identifiées : s’il n’est pas effectué devant un autel particulier et n’est adressé à aucune entité spécifique, il est en revanche étroitement attaché à un lieu, un site, et c’est la raison pour laquelle la localisation de son édification importe davantage que sa destination, intentionnellement laissée indéterminée. En fait, trois catégories de puissances sont simultanément invoquées au moment de l’accomplissement de tout sala : Dieu (UnimbOti), les ancêtres, et les ataNgban, entités dont nous aurons l’occasion de parler. Toutes ces puissances sont censées recevoir le sala et agir dans le sens demandé, en intercédant à leur tour auprès d’autres puissances, encore plus difficilement accessibles, et ce, le plus souvent, en faveur d’une portion d’espace donnée.

23Ces informations permettent de comprendre la distance qui sépare, au regard des pratiques d’« entretien », le cas d’une cour (ou d’un vestibule) de celui d’un quartier. Certes, à chaque fois, une puissance médicinale a été enterrée pour, respectivement, « préparer la cour » et « attraper la terre » (i.e. le quartier), mais les rapports à cette puissance diffèrent. Dans le cas de la cour, les sacrifices, périodiques ou occasionnels, sont adressés à la puissance elle-même. Dans celui du quartier, ce sont des sala qui seront effectués occasionnellement pour « arranger la terre », sala accomplis néanmoins en référence à cette autre puissance, enterrée elle aussi, mais pour laquelle aucun sacrifice de renouvellement ne sera plus effectué. La différence est d’autant plus significative que, avec un sala, on ne s’adresse pas directement à l’entité sollicitée, mais on passe par le truchement de Dieu, des ancêtres et des ataNgban pour intercéder auprès d’une instance qui n’est pas directement accessible mais qui se trouve sur la portion de terre impliquée. En l’occurrence, c’est bien à la puissance enterrée dans les temps premiers de l’installation que les offrandes du sala sont destinées en dernière instance. Simplement, à la différence d’une cour, cette puissance n’est plus accessible directement et ne peut, par conséquent, recevoir elle-même de sacrifices.

24On avait jusqu’ici un rapport à la terre médiatisé par une puissance médicinale s’interposant entre les hommes et la terre. On voit maintenant que le rapport à cette puissance enfouie se dissout à son tour puisque, dans le cas d’un quartier, une fois enterrée, celle-ci n’est plus accessible que par un sala, procédure particulièrement adaptée à la mise en relation avec des entités évanescentes, ou tout au moins insaisissables par les hommes.

25C’est là qu’une procédure divinatoire aussi complexe qu’une danse du feu vient en quelque sorte prendre le relais. Nous avons dit que, en tant que consultation divinatoire collective mise en œuvre à l’échelle de tout un quartier, elle vient se ranger aux côtés des deux autres formes de divination (sur le tabouret et par le bâton) pour compléter la série de correspondances esquissée entre trois ensembles de catégories concernant respectivement les techniques divinatoires, les lieux de l’espace habité et les unités de la structure sociale. Mais une danse du feu est plus qu’une technique particulière de divination, elle participe elle-même des procédures de sala qu’elle contribue à identifier puisque, pour une part, elle en constitue une forme très particulière. C’est ce que permet de constater une présentation succincte du déroulement d’une telle prestation.

26Un mot d’abord sur son organisation et sur la répartition des responsabilités engagées à cette occasion. Les devins de chaque quartier reconnaissent l’autorité du premier d’entre eux à avoir subi l’initiation de tibOOl. Ce personnage porte le titre d’ubOOkpil (littéralement, « le doyen des devins », au sens de l’ancienneté dans l’exercice de la fonction de devin). Cette autorité trouve à s’exercer essentiellement dans tout ce qui a trait aux consultations par la danse du feu. Au même titre que les autres « affaires des détenteurs de la localité », toutes reliées à l’acte inaugural d’enfouissement de la puissance médicinale, cette danse est avant tout de la responsabilité des premiers installés. Mais, de même que pour cet acte inaugural ce groupe dut s’en remettre à un spécialiste détenteur de la puissance à enfouir, de même pour toute organisation de danse du feu, ce même groupe doit s’adresser au doyen des devins, que celui-ci soit un des leurs ou qu’il fasse partie des étrangers. Et c’est le même type de relation qui prévaudra entre les deux protagonistes. Tenu de rester en permanence à l’affût de tout dysfonctionnement susceptible de se présenter au niveau du quartier, le doyen des devins a un rôle essentiel à jouer dans le déclenchement du processus conduisant à l’organisation d’une telle danse. Lorsqu’une série inhabituelle de malheurs frappe la collectivité, s’il estime probable que des manquements graves de la part des habitants du quartier en soient à l’origine, ou s’il y reconnaît les méfaits d’ennemis de l’extérieur, il en avertit les détenteurs de la localité qui prendront si nécessaire la décision d’organiser une danse du feu pour tirer tout cela au clair. Dans d’autres cas, des visions nocturnes (ce que « son diwaal peut lui montrer dans son sommeil ») permettent au doyen des devins du quartier, plus perspicace et dès lors en mesure d’agir préventivement, de déceler ce qui n’est encore qu’à l’état de menaces, sans toutefois être en mesure d’en identifier la nature ni l’origine. Il sollicite alors, toujours auprès des détenteurs de la localité, l’organisation d’une danse du feu afin de préciser les zones d’ombre laissées par ses visions. Il peut enfin procéder de sa propre initiative à une consultation préalable.

27Une fois prise la décision d’organiser une telle danse, le doyen des devins a la responsabilité d’inviter tous les devins de l’extérieur (i.e. des autres localités) à apporter leur contribution le jour venu. De son côté, le doyen des détenteurs de la localité (utindaNkpil) supervise la collecte du sorgho auprès de chaque vestibule. Car, pour recevoir dignement tous les devins qui se déplaceront, de grandes quantités de bière de mil doivent être préparées. Comme la danse est une affaire qui intéresse tous les habitants du quartier, tous les lignages, y compris ceux des étrangers, sont mis à contribution.

28Le jour venu, avant que ne commence la danse, une opération essentielle est accomplie sous la direction du doyen des devins. Un sala très particulier est enterré au centre de la place où se produiront les devins, au lieu même où seront déposées les bûches qui brûleront durant toute la cérémonie. Il a pour fonction de tenir à l’écart tout être malveillant décidé à empêcher les devins de voir dans le feu les menaces et d’en déduire les arrangements correspondants. En d’autres termes, il protège la qualité divinatoire du feu.

29Durant la plus grande partie de la nuit, ce dernier est le réceptacle de tous les messages lourds de menace pour la collectivité, dont les principaux responsables, avec l’assistance du doyen des devins assis à leurs côtés, enregistrent mentalement les indications peu à peu livrées par les devins. Le sala enterré pour l’occasion a, durant tout ce temps, lui aussi « travaillé », s’efforçant de maintenir à l’écart tout élément perturbateur, de sorte que, au terme de cette nuit intense, il se sera chargé de quelque chose en rapport avec les maux combattus. Son traitement attendra quelques jours — parfois quelques semaines —, le temps pour les détenteurs de la localité, commanditaires et responsables des suites de la manifestation, de rassembler les éléments requis et de mobiliser les personnes nécessaires. Vient alors la phase très importante du ramassage des cendres laissées par les bûches consumées. Là encore, l’opération mériterait d’être décrite en détail, mais nous nous en tiendrons aux faits les plus significatifs pour notre propos.

30Toute danse du feu se déroule la nuit, moment le plus propice au travail des devins engagés dans cette forme spécifique de consultation car la plupart des instances du monde invisible entrent alors en activité. Le propre de cette divination est en effet que les « problèmes » (tibOti) viennent eux-mêmes se présenter aux devins8. L’opération du ramassage des cendres, en revanche, concerne les sala en tant qu’arrangements des problèmes dévoilés ; il faut donc logiquement éviter tout risque d’interférence avec les tiwampOOl, « choses fortes » de diverses natures qui pourraient gâter les sala préparés. C’est pourquoi on s’interdit d’agir aux moments critiques de la journée — nuit profonde, moment où le soleil est à son zénith — pour leur préférer le matin ou la fin de l’après-midi, car alors « ces choses “fortes” sont encore [terrées] là où elles vivent », et la voie est libre.

31Simultanément au ramassage des cendres, le sala inhumé juste avant la danse est déterré. Tous les éléments recueillis sont ensuite introduits dans un vieux panier qui est transporté en grande pompe à un carrefour où un sala est effectué, avec l’immolation d’un volatile ou, dans les cas plus graves, d’un quadrupède, animal qui, s’agissant d’un sala, n’est pas consommé : empalé sur le pieu du sala, sa dépouille sera laissée à pourrir jusqu’à sa décomposition complète. Le vieux panier est déposé au bas du pieu. Après y avoir lancé des projectiles de nature variable, les participants s’enfuient vers le quartier avec interdiction de se retourner. On a clairement affaire à un rite d’expulsion, mais avec la particularité que, pour une très large part, ce qui est expulsé est ce qui a été en quelque sorte capturé tout au long de la nuit avec la danse du feu, s’étant présenté dans les flammes aux yeux des devins et dont les résidus se trouvent dans les cendres laissées par l’opération.

32Certains objets déposés dans le vieux panier ont pour fonction de détourner sur eux les malheurs à venir décelés par les devins. Si un événement a été vu dans le feu, c’est qu’il existe, ne serait-ce qu’à l’état d’embryon. Et le devin le voit tel qu’il figure encore dans le monde de l’origine, avant qu’il n’advienne dans ce monde-ci. Comme son avènement est inéluctable, son détournement vers un objet anodin est la seule parade envisageable. On peut même dire que les sala mis en œuvre au lendemain d’une danse du feu agissent à l’opposé de ce que serait l’interruption d’un événement en gestation : ils visent à en accélérer la venue, cherchant simplement à canaliser sa réalisation sans qu’il en résulte un quelconque dommage pour la société ; une fois qu’il est advenu, l’événement a causé le tort pour lequel il était programmé et il est par conséquent désormais inoffensif.

33Quel est, dans ce processus, le rôle du sala enterré avant le début de la danse au centre de la place ? Lui aussi participe de cette capture puis de cette expulsion, de cette canalisation et de ce détournement, mais, s’agissant de la danse du feu des détenteurs de la localité, il établit en outre, sous terre, un contact avec la puissance enterrée au moment de la fondation du quartier. Et c’est en ce sens qu’on peut dire qu’il contribue à la revigorer. Cette danse remplirait le rôle que jouent, au niveau de chaque cour, les sacrifices de renouvellement effectués directement sur la puissance enterrée lors de l’acte inaugural. Mais avec cette particularité que ce renouvellement comprendrait simultanément une consultation divinatoire couplée à une expulsion, compléments qu’imposerait le caractère hétérogène du quartier, en matière de parenté.

34D’autres aspects de la procédure de ramassage des cendres informent sur l’engagement physique des devins dans leur participation à la danse, thème dont des échos transformés se retrouvent dans le cadre de l’institution de la chefferie. Une danse de divination s’arrête sur un geste précis du doyen des devins qui asperge le feu avec une macération spéciale contenue dans une calebasse. Il éteint ainsi symboliquement le feu de la divination : tout devin qui continuerait à danser et s’obstinerait à vouloir lire dans les flammes ne ferait que proférer des mensonges, car, sous l’effet de l’aspersion, les menaces ont immédiatement déserté le feu. Écartant quelques braises, le doyen des devins les arrose ensuite copieusement de sa macération jusqu’à les éteindre, avant de s’emparer des morceaux de charbon qu’il conservera jusqu’au jour du ramassage des cendres. Ce jour-là, broyés et pulvérisés, ils accompagneront la sauce d’un poulet que mangeront tous les devins ayant participé à la danse. On dit que, en dansant autour du feu, les devins s’y sont exposés au point qu’il est entré dans leur chair, plus particulièrement dans leur poitrine. C’est en consommant ce poulet et la sauce qui l’accompagne qu’ils éteindront ce feu qui les consume de l’intérieur.

35La participation à une danse de divination ne requiert pas seulement des compétences, acquises au fil des étapes de l’initiation, puis renforcées par des puissances médicinales personnelles. Elle imprime aussi au corps de chaque participant une « brûlure », prix à payer pour accéder au pouvoir exceptionnel d’entrevoir les événements à l’état embryonnaire dans le monde de l’origine. Il existe heureusement une procédure d’extinction de ce feu intérieur qui permet d’en limiter considérablement les dommages. Mais les devins ne sont pas les seuls impliqués par ce risque. Le bois qui n’a pas été totalement consumé est remis à la plus vieille femme du quartier pour son usage personnel. Comme s’il recelait une puissance mortifère qui, par cette forme de refus de prendre part à la séance de divination, échapperait à tout traitement du ressort des devins. Nous verrons que cette « brûlure » que doivent endurer les devins — et la question d’un reste confié à la plus âgée des femmes d’une localité —, trouve un prolongement dans un autre contexte, où, vraisemblablement du fait d’un accroissement considérable des forces en jeu, les procédures d’atténuation semblent insuffisantes, ne parvenant au mieux qu’à occasionner un sursis.

Danse du feu et relations entre quartiers

36Dans les correspondances que la pensée bassar établit entre deux ensembles de catégories — formes de divination et unités sociales —, la divination par le feu est apparue associée à l’unité résidentielle et sociale du quartier ou de la localité, c’est-à-dire la plus englobante des unités considérées jusqu’ici. Ce schéma doit cependant être enrichi car, par son organisation même, une danse du feu articule organisation interne et relations externes. À la différence des autres liens qui se tissent entre quartiers, ceux qui se déploient à travers cette consultation sont totalement affranchis des réseaux de parenté et d’alliance. Du coup ce sont les quartiers en tant que tels, et non uniquement certaines de leurs composantes, qui se trouvent mis en relation et, à ce titre, cette institution n’a que peu d’équivalents.

37C’est bien sûr dans la nécessité de faire participer les devins d’autres quartiers que cette propriété des consultations par le feu se laisse le mieux voir. Mais il s’agit plus que d’une simple ouverture sur l’extérieur qui viendrait apporter un complément autour d’une opération réalisée avant tout pour le compte du quartier lui-même. On est devant un véritable fait de structure, analogue à celui qui veut que tout quartier comporte idéalement à la fois des détenteurs de la localité et des étrangers : la place faite aux devins venus des autres localités est rigoureusement inscrite dans l’ordonnancement même de toute consultation par le feu.

38Nous l’avons vu, le doyen des devins du quartier organisateur se charge de communiquer les invitations aux devins des localités environnantes. Il le fait non pas en avisant individuellement chacun d’eux, mais en s’adressant à ses pairs, c’est-à-dire à ceux qui, comme lui-même vis-à-vis de sa propre localité, sont en position de représentants de leurs quartiers respectifs et y ont le statut de doyen des devins. Ce sont donc des relations de quartier à quartier qui, d’emblée, sont mises en œuvre à travers les relations qu’entretiennent ces personnages. Ensuite seulement, à l’intérieur de chaque quartier, sous la responsabilité du doyen des devins sollicité, l’invitation sera transmise à tous les devins qui y résident, et ce indépendamment de leurs affiliations lignagères. Cette indifférence vis-à-vis des divisions entre lignages et, plus généralement, entre détenteurs de la localité et étrangers est une règle constante dans les rapports entre devins d’une même localité. Elle est inscrite dans le statut même de doyen des devins, conféré, rappelons-le, au plus anciennement initié, sans aucun autre critère de sélection.

39La formulation même de l’invitation mérite qu’on s’y arrête. Les intéressés la désignent par le terme dikpaameel, littéralement « entraide ». Cet emprunt au vocabulaire des travaux agricoles (entraide de culture) prend ici une expression particulière : le quartier organisateur, appréhendé comme l’invitant, se met en position de demandeur. Il attend de la participation de ses invités un concours essentiel qui lui permettra de surmonter une difficulté « qui le dépasse », au même titre que le cultivateur confronté à de lourds travaux tels que le défrichage ou le buttage des ignames. Mais, pour les cultivateurs que sont tous les Bassar, il y a plus, dans cette formule, que la simple évocation d’une forme de solidarité entre voisins. C’est ce que fait apparaître le déroulement des différentes phases de la consultation.

40Les premières danses de la nuit doivent être exécutées par les devins du quartier invitant et par eux seuls. Ceux venus des autres localités ne seront autorisés à les rejoindre que plus tard. Dans toute consultation par le feu, les chants entonnés pour accompagner les premières danses relèvent tous d’un registre particulier. Les Bassar disent de ces chants qu’ils consistent à pleurer devant Dieu, à se lamenter sur son sort. Ils sont dits tantôt « chants de pauvreté », tantôt « chants du solitaire ». Le solitaire se sent délaissé par les puissances de l’au-delà, en tout premier lieu par Dieu qui ne lui a pas octroyé tout ce qu’il aurait pu souhaiter. Mais Dieu n’est pas le seul que l’on tente d’apitoyer. Le solitaire se tourne également vers ses semblables qu’il conjure de l’aider à résoudre ses problèmes : « C’est pour demander aux devins étrangers de les sauver. » Si elle intéresse avant tout un quartier pour lui-même, une consultation de danse du feu est décidément une entreprise bien trop lourde pour être menée sans le concours d’autres localités.

41Les chants d’ouverture sont aussi à rapprocher des signes d’humilité qu’affiche un devin avant chacune de ses consultations individuelles, veillant à ne froisser aucune entité forte (tiwampOOl) qui pourrait percevoir de l’arrogance dans son entreprise. Ici l’opération diffère simplement par sa dimension collective. Les chants entonnés en chœur par les seuls devins du quartier organisateur expriment très concrètement cette demande collective. Le solitaire qui implore l’aide de ses pairs est un être dans le besoin qui se livre à cet acte aussi potentiellement plein de prétentions qu’est la consultation divinatoire seulement parce qu’il y est acculé ; que nul n’y voie aucune forfanterie. Car, s’il était si sûr de lui, implorerait-il la participation de ses semblables ?

42Pour autant, tout n’est pas qu’expression de dénuement et d’humilité dans cette métaphore de l’entraide de culture. Celle-ci est exploitée sous d’autres aspects, où l’arrogance et même le défi ont leur part. Après ces premiers chants empreints de réserve, vient le moment où les devins invités, restés en retrait jusque-là, font leur entrée en scène en réponse à l’invitation qui vient de leur être théâtralement renouvelée. La manière dont ils se disposent dans l’arène n’est pas aléatoire : placés en lignes distinctes, à raison d’une par quartier, qui vont graviter autour du feu selon un axe radial, les devins d’un même quartier feront corps distinctement tout au long de la danse et s’opposeront ainsi aux autres lignes de danseurs constituées selon le même principe. Ainsi se donne à voir, projetés sur l’aire de danse, à la fois la division en quartiers et le nombre de ceux que le quartier organisateur aura réussi à mobiliser. Dès lors, tout est en place pour que, ne serait-ce que sur le plan chorégraphique, fusent les commentaires comparant les mérites des différents quartiers. Et de fait, l’atmosphère progressivement se transforme. Après quelques danses où le ton reste courtois, les chants se durcissent. On parle désormais d’alaNkpan, de « joutes » dans lesquelles les devins s’affrontent par chants interposés, tournant en dérision non pas tant tel devin particulier que son quartier dans son ensemble, du moins dans un premier temps. Les réponses, tout aussi acides, ne se font pas attendre. Ces affrontements verbaux sont indispensables à une bonne émulation entre les danseurs et à une animation satisfaisante en matière de spectacle, pour le plus grand plaisir de tous. Sans eux, face au désintérêt général, qui peut notamment se traduire par la désaffection des spectateurs, la danse serait écourtée, réduisant d’autant les occasions de déceler de nouvelles « menaces ». La qualité de la consultation elle-même s’en trouverait a». esse pas directement à l’entité sollicitée, mais on passe par le truchement de Dieu, des ancêtres et de459Laruivarité entre les devins te proagsera d’eilleurs jusqur dans laosphère de la consultation proprement site,rinctvant chacu, à se supassr, dans cedoemaine. On on attend bien sûr un sucroînt de perspicarité sout à l’avantage du quartier organisateue. Pouutant, tout dans cette situation n’est pasbgénifique souscle rappor>. L’atmosphère de compésition attointsion paoxysme lor que les danseurs se mesurant en « s’evoyaent des puissancer » (kitO nnyOkON).Ttout devi,t dès lors qu’il décile, Aprèssion initiation, de se livrr à la pratiqug de la divination, ut notamment à celen par le feu, te prcgure en effetune sériedes puissances médicinales pour à la fois l’aider dans son activits de déhdifruement et le protéger contrs toute attiqug de laupart des quelques « auvraises personner » () dont il aurait à géconcet les m faits. Ce sontnces mêmes puissances dont ilusue, dans le cdren d’une danse du fe,e pour, de fçion plus personnell,r lanher des défst à ses pair dans l’ispsir de parvenir àafficher une plus grandemraîtrise dans la manpmulationrde po voies rdtousabler. Ce peut être aussi en réponse à une « joutr » trop directeodu restenti comme particulièrementableisantu. Dencesluttses, tosn ne ressoruiront pasiendenges, Certains ayant bientôt à gmplore, une certaine difficulté à danses, deschutses,voaire desableieures. Là encore, les commentaires établissent le parllèlce avec les situatios d’invilationrde cultur, où, Aprèsune tempsdle concrdre dans le travais, laflatgque vntant, commencent des compéiations entre cultivateurl, qui tournent rite à une similaire «gqurire des méecinces ».>C’est là que l’on voi,t si-oin, deshouens qui sebrisenn, desgiens qui seableiment au pi d. Cesexcrès pourraient être prjudicsables àlLa qualité de la prestatiot d’ensemble, mais en générat ils restent cotvenus à l’intérieur de certaines limits.

Nous pourrios donc pousulivre la série lt largissements progressfes — consultations(sur le taboure,t par le bâto, puis par le fee —, mais l’gglompérationdentfère le défngissant aussi come piant d’abotlissement d’ute autre progression — elle engagtant les liens de parenté —, c’est cette recodne série qu’il Nous faut prendre en considérition un préalable.

h12>unaakooul) en tant qu édifie emblmratiqu), mais le statut de celui qui est à a trêtu, le doyen du lignagt (Nkpil. Qtuelsene sont les traits les plus significatifs par rapport aux autres staturs que connaît la sociéte bassar ?

68Le doyen du lignagt occupe une charge peumar qtée sur le plan rituel. Centrarlement à te qu’onobservn dansdle nombru ses sociétes arficsimes, l’acrès à te statut n’est passsanptionsé par un rite d invnstitre. C’est-même une caractériitiqun essentielle du principledoemainn rituel qui lui est associ,e le culce des ancêtree : celui qui nr est le sacrifisateur — le doyen du lignagt — est d sigsé par la simple mise en œuvre duoca cun géna logiqu, et il est rempacté de fçion autmratiqut à son dérès pa: celui qui le nuit immédiatement dans ces orre de réséance fonlé sur u gre, l’ancienneté et la position dans la géna logce. Du rest,n même de sonvivaent, en cas d indisposition temotrarlt, tout doyen du lignagt peutsde faire rempacers par lune de ceux qui le nuuvent dans l’orre géna logiqu,voaire par un membrt du lignagt cettement plusjeunle, pouvou qu’il soit d sigsé par ui ; dès lors qu’il est r présente, sonabsance en constitue on aucune manière un osptacle à l’accomplissement desles fonctiosn rituelles. Cette caractériitiqun du statut de doyen est à rapprocher des traitsprêsés axs ancêtres, instances encore prochs, deshommges, cas ayant conserté des traitshmérités de leur étataintérieur ’êtrtshuemails, et qui plus sts de parenns. la rliativefaumillarité qit en dcroule justifir le feu denformplimse déplyié à leur edtroir. Ce mode de conextion rliativmment pcontgsé le dmar qre de ceu, bvea coup plus formlns, que les Bassa rmettent en œuvre vis-à-vis d’autres instancei, comme ees ataNgban dont il sera question pluslpias.

Les groupns loceux — les lignagex — quinforment les cllu les constitutvens d’un :lae sont prèssiouvent répartts entre des quartiers distincs. Qtc’estuce quiofond l’unité de ces différentes composantee disierhles dans l’islace ?Derrigère ee dincours expriré dans l" lantage de lauparenté( sousshommes tosn parenn, rattachés en lignsmasiculure à un même ancêtr), s’impost près rite la référence àune origins commure. C’est plusunr lie,affordé comme l originspargagés par toutes les unités constitutvens au clne, que laffiliatioe d puis un ïseul commus, qui faitofifice def acteur de rassemblmsent. En d’autres termes, la fonctionmrarfitielle reconuce àune figure d’egrendrement du :lae est cis dévluce àur lieudavantage qu’à un ancêtrs. Mais, de même quecle rattaclement à un ïseul commut r postsiouventsur des liens géna logiqus en grande partiefiectifs, de même la reeindicatior d’une origins gographique précis,spargagés par toutessers composantes, est généralement le prduint d’ute reco structio. Ddansdle nombruxs cas, une telle référence restedes l’orredde la mr qresidentiaoire : des equrêts sur lhriiooire du femplementpréèlcentpapsidement que les pr vntactes des différentes composantee lignagères d’un :lae feivent en réallté tre fote diverse).Ttoutefoi>, on constatt aseztsiouvent une couvegrence desmigrtations à poruis d’un certaiu piant re l’islaceets d’un certaiu moment de lhriiooirr, de sorte que, s’il restedtouteux qu il y intprelt appaeontemen,t il estnan moins probable qu il y intieu pattage da résidenci au cours d une térmode asezt recblée,aintérieue, en toutcaus à l’installation à Bassa rmême. Et c’estnce lieu où couvegdèren, desmigrtations qui, dans crs eremptes,frait l objet d’un tel dincours sur l origins du :lae pas directement à l’entité sollicitée, mais on passe par le truchement de Dieu, des ancêtres et de497C’est don,e asezt paraoxralement,sour une commuauité de résidenci — rtLes révluce dans la plupart des cas, maisdrerémtrée comme telle à tout moment —, bien plus que sur l’esisteaceeaffectvredde liens de parenté que r post lsidentité commurs des différentes composantee d’un :laelet que se fodde sacochétio. PPour autant,-même ie la référence àue lieu l’omportesour celle à un ïseu,s l" lantage dans lqQuel es géconté le lier de type :latiqun est bien celui dr la parentés , le terme qui désigne le plan cezt les Bassar,econoatt Ainsi lsirée d une commuauité desubnstance. Ledoemainn des interdisn proprsa au clae est sansdtoute celui où se r gère ee mieux cette oation.

, n’est même aus nimm,s et àpeginspersonifci,ermais des interdisntrotmgiquis qui n’egrendrent que des paitiques rituelles individalisérs. estucelà dire que les membrus du :la, ne se rassembleramentdsans aucuen activits rituelle collectiv ?. En réallte,ddetuelles occasions se produisenn, mais autour du lieu considéré comme l origins du :lae. Car,dsansbiyen des cas,nce lieu anciennement occumé est aussi le itège d unedentitéin contournblle de lundiveru rlrigdeux te ritueldles Bassar,lme dataNgbadia principleddu :la, concerst.Pplus encore qre ee rappe de faisthriiorgiques établisaent une commuauité de résidenci autour d’us sier tonn,t c’est en effet la préseuce d’un tel dataNgbadia qci sutvient lsirée quecle lie,davantage qu un ancêtr maux contouls imprécis,frait figure ne puissance d’egrendrement du :las.

Le terme dataNgbadia(pl.s ataNgbanttpan, « urirr » en tant que matière(acxceptio, qui se distigqre de cille de(ktiNn, « urirr » en tant que localit)x te dNgbadia, «pveas ». On le traduias par l’expression «pveas er laurirr sLes seaux de laurir sont donc dessidentitsn distinctesbiyen établres, en correspondancs forte avec clbles des différents :las qui cmsposent la sociéts. Cette relation exprirte à travers les devnse, en eormes deffiliatioe principlrement,revoivn dansdle nombruxtcaus à unesidentité co strotre à un moment de lhriiooir met enue lieu particuliees, Dieu quiest précidément celui où es gétablrt lapveas er laurir dne référenc. Dde sorte qu, la formul dneDdatous Limbeski-Bagatods à propos des «pveaux de laurirt skaoseae, mais aussistaleinss, selon lsquelli c’estnce lieu lui-même qui, « ul un ancêtr,e au clne,eauseons où c’est ennce lieu que se co strotr son origine,sion identitr » 2002s :159-160r, solsigsé par d’aueur)iest pleinement pfélane, dans le cts des seaux de laurir bassas.

Toutepveas er laurir est aussi associée àun teriiooir précidément délimits. Cn teriiooir sC’est probablement constitus à l’pviqun où le groupe qui llfait drvenir le :la,ravant pour ifeu de résidenci le itce qui estau jou d’hin celui drslapveas er laurir principlrs. Àc et gard,sdle nombruxt éléments font eanser qu, landispositiondLes groupns dans l’islace était fote différente de cu qu’elle estau jou d’hinete proche de cille qu’on peutobservri cezt lesKonknomae voisin,t dont l’habitat est vea coup plus disierhs. Les r chercces aacho logiqus confrmren, desiindicatiois et fontétat dunne pviqun où ’habitat était luntôtuni fortementpr parte dans la pmainn avant qet les toumbles de térmodes plusprérentes( principlrement dans les deux itcales quifont préénlé l’arivgée desEur pfean)i nimsposentun regroupment au pi , du ment Bassas(B arro 1985)e.

( l’équivalen,r à quelques différenctsprs,e du dataNgbadia bassa)e et sn, impanttatios(sur le teriiooir associ (Froeplih 1949, 1954 ;Ttait1958, 1961 ;Pawlik 1993).;Paer contaest,n cezt les Bassar, laprès forte concontaction de lhhabitat, plus accsrée encore dans le casdse l’gglompération es Bassar, post es problèm yen des eormes plus indaits.S’y joutnnt du rete, une certainefragmmentation des composantee d’un-même :laelet leur sisiertion entre des unités de résidenci distinctes, qui viernentbrpouillre encore davantage les crntes.Lla cojoinction de ces deux hgécmrènns explaque qel soitssi sistedu le lier entreun :laeletuce qui étai,e à un moment de lhriiooir,t sn, impanttatios teriioriplrs.>La soruiot d’islace associée à lapveas er laurir dd’un :lae rete,nan moinsun teriiooir vis-à-vis uqQuelsles membrus conserventun rapport prviltéaré dans la mesuri où c’est à q’ilsuiront cultiler dep référenc. Pprécirons quelCe mode l’gri cultur, déselppsé par les Bassas(cuen gri cultur,ltinfélane, à oigqrejtachèr),t très consommtieur ’islac,e jou, dj à en so enfravour d’une grande sisiertionodes parclbles exploitées.Lla dcropes teriioriplra mise en place autour des seaux de laurir par d’affeccatior d’u lhargeseacteur debrposnse à chaque :lae l’accr de pafraitement avec ce type l’activit,t qu’elle contribue simplement à structurer dans son rapport à l’islacs. Si un che, de fmuille souhaite ouriur son nouv au hampe sur lseurirru rleavant de lapveas er laurir dd’un autre clne,rliernde l’ee mê che, mais il sn place lorsene situationode demandeu,n ce que qui paigne ac pousultme de son activits sur lseurirru de son propre :lae pas directement à l’entité sollicitée, m"fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">. L’islace térphmér que n’est pas seulementlme ipeu ces activits desubninstanc,t paroppoiition un ifeu de déploiement des activits sociales qui caractériserait L’islacehhabit,t il est aussiune oemainn da référence — et dep aitiques cultclbles — essentiel pour lapvrmpéuaitiondLes groupns :latiqus quinforment d’une des rmmtutres institutionclbles dt la sociéte bassas. Cn oemainn da référenceestncelui qen constitue lapveas er laurir principlrede chaque :lae.

ue lapveas er laurir principlreddu :lae pas directement à l’entité sollicitée, mais on passe par le truchement de Dieu, des ancêtres et de581C’est lapveas er laurir qui, si-oin, désignencelui qu’elle souhaiteaevoir commedreseravane. Ce procétéac poun effetde rapprocher l fifiitant re l instancs qu’il reserts et, sisultntemene,dde de dttaclru de son groupe sociat vis-à-vis uqQuel il est Ainsi invnstn d’une forme ’autoritusupmplémenrarle. Un ensembls d interdisn particulièrement rigourexi vient renforeur Ce hgécmrèn. Ppendant laptérmode da mtutaction ausorghot, et ce tant que lapveas er laurir n’a pasreçuesla part des prmiclet, tout reseravan sttntene àune bseravacme des interdisndes consommttion plussarfite encore que les membrusordinairee uu clns :ountrs les interdisn portanesourlle srghor lui-même,cnspersontage soit veileir àcle que toutmbruvtage qu il b srbet,-même iecue n’estiqug de n’au,i n’a pas été en cottant avec ne serait-ce q’une simplepposnihère porvenant ausorghoe encoresur pi , (Dugasit1992s :649)e.

Toutepversonnac en effet la posiabilite, qullers que svientsles appatvntactes:latique, lignagèrsodu mêmeethatique,dde faireune demande à titre individuea aAprès d une veas er laurir ddonlée, dmarochs qui peut être rliativmmentfréqeane, dans le cts où cette dranièrebgénifcier d’une grande renimmse pas directement à l’entité sollicitée, m"fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">Le plan cezt les Bassae se réèlc unesinstitution compexte qui se co strotr en grande partie autour de aa référence àune même veas er laurir,n ifeu de culce pensé comme une puissance d’egrendrementeun-même temps que rlacehriiorgiqut d’un pattage da résidenci ennce lieuau jou d’hineen retrai, mais puissance qui génère également des liensnde seudo-uparenté n mobilivant ’iage d un ïseul commutsupmpoh met en produidant la représentatior d’une commuauité desubnstanc entre tosr les membrus de cu groupe.Laepveas er laurir aapparaî comme ue opéralure transforuant du leos teriioriplt en parenté avec le concours ue laffgjure de l’ancêtr au clae te des interdisntrotmgiquis associes. Cee opéralurefoinctiouneuniquementgrânce à aeppuissanceprêsée à lapveas er laurir,eppuissancepparticulièrementexigelane, pui qlr,subordontant les règlis de aepparenté à a proprevoloent,e elle m postsine hvoux pour la désigpation de iondLeseravans te e querts quecle dernierlqci soit pleinementvoute, inson dvoute, pour œuvrr avec le plus grandzèlce à la satisfnction deseas atteits.

C’est aur une sériedes hgécmrènns ne partie similairas, maisun niveauau-dssuas, mr qtst aur une autcmvre colisaenms vis-à-vis de aepparenté parllèlcement à un nouve accroissement re l inlimits entreunpersontage particulierent le modde ourntutrlr, que laffgjure un che, se co strotr avet, commeprésulta,t la posiabilitu de dépassr,nion plus seulementlmes lmrites dr la parent,e c’ess-àdoirs les livnages entre lignagee, mais aussilmes lmritesentrs les seaux de laurir,e c’ess-àdoirs les livnages entre :lass. Les rapports da résidenci trouventdeux aussiune pr oigvmment précifique dans le cdren e la chefferie : l’enhîn ement des dépassmentssuccressfe,i llfant du lignagt localoh adu quartier ne pisaent par le ous- quartier,sec pousulte et stachvte avec cette institution qui cnifir entre les avins d’un seul ra dstinfns commurs dr la opmulationrde toute l’gglompératiol. Comme en r"rètnrt à l’nvit les Bassar, dans nombre delleursrinanttationsete delleurs commentaire, le hhe,estncelui qi, « vient tout Bassae»e.

h12>
La chefferis

La chefferi et la localit es Bassan dans son ensembls

ktiNNgban(mforeeas er localit, quartie), mais par celui dr(ktiNn

atka>,dréteneour de aa chefferie.Cpar cette dranière est d’borr d’afaoirsdd’un clne, celui où l’on trouvenion seulement les deuxlsigsesehhabloitées à présenrar uncbadidate lors de toutesuccressio, mais aussistoutes les composantee lignagères quifont une contribction particulière àapporter au po voie un che, du rait qu’ellrs dtviernent la mîtrise d une soruiot rétrminfns de aarntutr ( leuven>, la plies, la dcradiit ousenncore les rgiqutrs dvasctateuru de culutre)t.Pplusique par cse contribctiosspoincucills,t c’est en tant qu ensembln quelCe :la,r un rlte à jour dans la mise en place uecle po vois. Le hhe,est le prduint au clae dont ilestoisut, et iecue lier essentiel donne lieu à de nombruxtetraisments rituess qui peuvent pafoais ena moidriurlae surtétousen, solsigher lambfgjïit,t ilnue faitja mais l objet d’un quelconque géie. On estlpiat cis de aa upteue, entrelleroie et sn, :lae ie caractériitiqun ebiyen desroyauitsn sacfnasddAfrgiqut(tcille qme l nst mise en évidenciLunc d HeuschtousAlfred Adlie)s.

, on constatt qse l etmension les principtsdl organisation de chaque quartiet à l’nnsemblndse lavielle r querts sisultntement que les :las svien,r au moins formlblement,cco strotst sur lse mêmes principts que les lignagee : e lantage de lauparent, é endn les structuree lignagèrestaux unités :latiqus selon lse o des que sousaavons décrnn, pouvoint à tettenrérussnte.

Le consilt forté par les doyees des composantee uu cln,Na>atka ( le groupe ees pour toutBbassa)e est responsablndse diversestrrcces rituelle,t dont les plus importantse consstnrt àsl’asturer que la « urirr »( ci,s cille de toutBbassa)eidemdue belbls.Ei,e à l instrx du quartie,t c’est dansun vestibulr, iut à aussi « vestibul des déteneoues dr la localitr »(lme

d inteuvension du doyen du aelsigsee un cher, iut « doyen un cher » (,e à lrouvetutr ue la prestatio,l donne à as danseune immension qui s’é ene à touse l’gglompératiot.Aun moment précii où es senrarté le(

atkae te demandra qel soit organisee une danse du fe. Ppr oigvmment desvcstions un cher,il s’agras cettefoaisddeemettre enlumigèr, avec le concours ues devin les plus agactes dr l’gglompératio,snce quiunelqui est d’borr appaeu que ouns une formeobsctur. Mmettre enlumigère : cetteexpressionestiqasimment à prendreeauseons propressi l Onostsiouiment qui l ppération cnnsstt à apcturer les problèmse pou,s une fise dans le fe,s lesprendrevcstblrestauxydeux des devin. Rrapperons que cuxe-ciafformentpece voie dans lesflammse dissslhoucetts (,e formsedvanrecpetens à poruis es qullersiltsvfontlboerelleursgécontusoacbulairs.>C’estdueclette tentios qu il faut rapprocher,seembl-n-il,r les propos que la traiitionotrale prfière à l’ndtroitdueJaentjai, le plus puestggdeux dns hhess es Bassae casrinaervant ex cillancdeecuettefoonctio. Jaentjai, si-oin, étaitnsi uaisaent qu il était apsablndse transforuer asnrotr enjpour etde rendreeAinsivcstblres à tosr lesactivitsmal raosantee de ceux qui œuvaienet à laruainn da Bassae.Laepâ e ueour du feeuouctuurs des devin,n permetsant axa plus uaisaenas ’ettre eux ’ettr voiefugactement quelquessslhoucettss,frait don pacst ci,s par la puissance ueclelui quirinaerne siral d’un hhe,adu rîtme de

, onetrouve ’iage plusncoulane, d’un hhe, rliativmment fifiiment ainssla fonction et quiment en œuvre quelques procétes intemmédiairs.>comme touse danse du fe,c clbles qui oant organisese dans l oben e la chefferil sn trminmenn paeun compexterrite d’exulssionviisant àrejerter a-del à de l’airthhabiteistoutes lesemeacesesidentfciese lors de aestdnnce uecconsultatio).Ttoutefoi>,un hhe, nffisdammentsûur de qui peutddéduirendirectement deslesvcstionsuouctuurs odu simplementaAprèspapsids confrmpation de msedvmentuessdtoutes aAprès d ux deviecconsulté à titre individue)s lesprer les qu iljugtenréruslairaeeutsde permettre dellseddfitre dans qu aucuen consultationdue grande euvegture n’ey int confrmté lasietinmecve. Certains ’ettre eux présenrntn laprès fortse simiitudnst avec ce qui estaaccomlitaAprès une danse du fee :il s’agtn lafaoirs collecie,t paelleurs occutanes,lersorubrus des maiions dsn membrus du :la,Na>atka>,ete dellse rassemblet dansun gdeuxutaidra qui sras gbaddonlt à unnaereefou. Dl’autresmportent plus précifiqumnent la mr qre ua che, mais tosrsimpiqeans que lesexréutdanes principeux svientllrs dtteneoue atkae :isnefounlissent notammentleugrro du surtège tranmporsantlees . Cesnaereefous,e to oeurs lse mêmee, sontstituestaux toais pianes principeux ’ettfns de aavielle : à l’in,r aunorrete à lroins. Les

,etn lafaçion l’auaent plus nette quesers comé enctsppersonelllrs sontaffordes,e il se dmariqut d’une telleppoiition par Le po voie qui lui est reconue desubnsritur sesn proprsa acbutrst revvisionadu trvaile collectfs des devin,n oemainnhlors de surtét d’us simple doyendles devint.

hh2>

dwaalaaun moment de sn, nnitiatiot. Ct rapprochrmentpunt su prendr, mais ues donléus duvlocbbulaires’enaacco o dent pafraismens128. Ainsi oon, Bassasfrait à la fiseffgjure de dwaala individuea pour le hhe,nt ds dwaalappersonel>,etn d’é enrel

atka>. L autreest rétnque par unebrvachetdis"sidetcs du :la,s unnimadneKpaajadumpu,i à lsquelli coste une fonctionorigiialt. Cettefrfnctio,x autr fise partieientgrtetcs du :la,sisejolignint axaautres composantee pour laaccomliissement res différensn momensndan culcertedu àDikval.>comme pour tout culce àunepveas er laurir,t c’est aecpét mercednelsbsation de a btière ue nouv ausorghoe qui nn constitue ue princia e temps fote (atkae sontnonvo qtst pourppatinciurr à as nfrection auppas- fe eenttudant etbfise sacfe qui brrite lapveas er laurir Dikval.Eus garde à as immension de cuboi qlts — er piat le plusé endn le l’gglompération es Bassar, à l iage d’eilleurs er laeille du :la, qui lui est associ —, c’estuen trvaile considéablce qui esteun-même temps ute occasios important de rejour les liensentrs les différentes composantee uu cln,t sisierhges entre pluileurs quartiers.

dwaaladwaala collectf,tous dataNgbadia138. C’est en df initrvr une roffoddeiccomatiabilituentrs les deuxuseaux de laurir qui estex prmsge dans lure rapport contaesh adu fe. Dde ces crractériitiques dcroles leprulessentielique jouontnce groupientslapveas er laurir ddans le ycles rituei qen constitue tout rène, d’un hhes.

atka>, cille deDikvalt. En effe,e auseiendls cu :la,e tout te pass, commessilmesp rrogiativsa au hhe,spersontage C’moblet associ à Bassar, ut clbles ue Leseravan,l associ àDikval,acor respodaienet à deuxsphgères qu,e tout en rsantlcies,e davienet êtremr intnucsa asssi sijpianeusique posiaalt. Bassas e Dikvalsssemblentslafaoirsfacs, commeKubeediipus e Kuwaadiipu,i reslectivemenu quartier un che mnt quartier ersauhsentlques propriénairee te lapveas er laurir Dikval.Coamme son nm l idtique,Kubeediipus est le quartier qui brriteKubeediir, la cses rituells et la chefferil( dbeeladwaaladwaala, cille deDikvale en éo que laffn.. C’est en effet àDikvali q’sntncnoht sisparaîre tout hhe, es Bassaeadu terme de sn, rène,sen, renfnçtant susaurire. Cette diplrlition omrunter lse mêmes formse quecllbles qui caractérisont leslïsexe diplruse, csspersontages qui quetrntnclemfoddenion en ttudant comme eesautreshu avin, maisen, renfnçtant susaurirsen,unu lfe iqui dev ena, celui où lure srasenndnun culce(Dugasit1992s :658-664).Ddans le cst ens hhesscCpendnts, en ifeu de lure diplrlition sit fxrt à l’asance :ilnc’estantrs queDikval.

C’est cis qd’ue iépourppai aspveas er laurir Kubsana( , liesmenteu enrelees Bassar,estuen che qu,eeiu pleins formephysi que lors de sn, ntpranisatio, dev etspapsidmmentfatblr>, suaffetrexi oaire alade.>C’est essignn qu ilnuempgnaga psrsles f fotst pourr"paigher à a opmulation les aeux qui quiiéna etspréseries. On est don à l pmpoh dls la fgjure clasi qre uaroie sacfeafrictaiudfont la pleinssdanfegparatiti au centrarlnune commution dcradenaavec lsanfores gtrminlctivrs r aarntutr qui œuvenet aebgénifcnn de a popmulatio).Ttoutefoi>,biyen qu pmpohese, css deux figurs au po voie n’eyppatinciuntn pas moinsdd’unemmême structursymbopiqes fodammentlle debcses (

, l colisaecertéculièr de ,udebctitueest sisultntement organise. Y prenenet partttons esehhabtdanes de l’gglompératio, dement viohs aeuvilbls.Lla chsnseeset, commeion punt l iainie,x pmofggdessement rofess>. L bfodaenci est pvnsesmariqutlli rutour de aa rosptérnfeggénéral,e concmirtant de la restduration dsanfores un che aAprès sn, astage qur daydrbarrpaste et ex rès essplrits dont il suafftais.Un nouv au ycles recodaoirsddmarur,tjus qu à nouve déumisement resnfores Ainsi pr vsoairement restdusges.

,biyen qe, ouns formeprobimblementatitntues pui ql, mlgrté aydrbauoche es rituessmise en œuvre dans le cst du hhe>,rliernue sembln po voievtértimblmnent enrayeas. Le tritsement rnclertains retesrinct, à énbalr un autre parllèlcs. Lesbfise quiul’auontn pasbrûlteadu terme u’une danse du fe rdev enoant à as pust giée desffmmse du quartier concert, tout comme ees cevceux un che,s les rangesevthinbutst aurclse retes explqutan, ans ese deux cse lure dstinlationssimilairt.Stosrpréserme uinsforuatiosnccomltemennaire,r cr rapprochrment semblnvcalnder l parllèlc iénbale entrs de sor des devin arsorsirx d une danse du fe estncelui un che aAprèsune lertaie temps e, rènes. Si une roocéubrnshommt toutepassz simple permetdnepprésermrn les devin ndn rangex d une consultationdl’aussi grandeaiplrurt qse l ste touse danse du fe,c l ste que son seulement ins uartagntnclerui qlt à pluileurs mais aussi que louractivite les pance d’une certainempanière àdtnstancdeecue qui fait figure le syer des rééluatios.Dde sUe ôite, le hhe,est seus àassumear le pidus desla fonctiot, et les diversesp rrogiativsa lamènrntn à ôisyer d,biyen plus prèscle syer ds propoiitiosnotrcbulairs.Qqu il s’agsnse du po voieex cputioncle du plus eeomlaoirsddeettre eux se transforuer asnrotr enjpou,tous plus simplement desvcstions qui oantncnohleshhabtrr le hhe,oprs queen cotinu,iona,biyen l iage duna persontage pour qur adtnstanc qur ltsr"parrdse ae pounce uecconalisaecesour lsquelli ilois on egarde aurait nttabopiee : c’est enelue même qd’une pant considéablceddu trvailedne divinatio se rcalns,et:ilnc’estpcus tdontant rès lors que des rituessiomposans sviene r quse pour senrendl’ moidriurlueccûstexorabtdant d’une tellep rrogiativ mnt qet Pouutan, à terme ins se réèlcent m uaisaenas à présermrn le hhe, dsn afftrs dl ntbrus de sn,activiteioncisaenms.

Les différensn tempsmariqaenas du rène, d’un hhet sont apparaîreun ycles au cuors uqQuelis uccr dent toais hcsee,biyen distincen,n caucuex rsantassociée à luurs des toais seaux de laurir tentionhese,aavec un teumisement rogpresse, dsn précifcnités qui fasna ets un che una persontagehlors du sommut.Ston rène, rbuie, ouns essignn uembdn ,t associ à Bassae : cettepveas er laurir à la fiseeluitienet ifeu de dwaalappersonels — lui pmporsantun co cuors essentiel danslcr rapport prviltéar qu ilestntene deettr venir avec lemfoddedde l’originafierdsys d ceurr tout ee qui sys trouve n gtrmre àddstinlation deslaurir mntde nseshhabtdanes —etsreomlitnclettefoonctioeunique ’é enre à l’nnsemblndse l’gglompératiot la prafns deslesvcstion. Ue deuilème temps fote de sn, pa cuoes ritueivienet avec lerrite da restduration desles fores aAprès e lapveas er laurireKubsana(

atka>.Euntr- temp,n l, suvserao aaurc r qusellrs drvfirsi l une autre veas er laurir —cllblnddeKubsana(atkae en pasdant aur l’éant intemmédiairi po sesant nncore àsonplir,nea-del à ds lmltmsestrfitss e cu :la,e lesfrfnctiose qui ree sontsr"pasges.

duurs desrmaiions être d’un hhet chz lees Bassar,sturai-oirtsenttdne drc,testdl ppémrn lesnréruslairae dépassomensndees livnages :latiqusmetdnes dicstionsentpre localitsdsefaçion àsonstdueaeuee units englobanei auseiendls lsquelliirsi unités l’ortre différenn vavmen vierei nerLliativshhr mercs.Mmais pour cla,elees Bassasnli sont aus prnas à ayear le rixs fote consente aur lescembruseus sociétèsafrictaiens quifontabofiqts une paniex ee lure suvseraoetétaa rofint d’un orgaetsr"pase du po vois.Lla chefferilest le prduint ees f fotstmise en œuvre pourrlermrn le plus posiaalicuetteionstitation a-dessusndees lain, mais dansprmpvre pourauaenslue lier qur d unisaau clae qur apportt. Cettepréfirenci àpposnsr la lniquedse ae r"paaction auppo voiejus qu à onetrmre explques que la sociétebcsssasnteeprésene, pas exeimplensi clasi qre duursruptutr traicplra ettre deuxoorrnse, c lui drs :lastestncelui unppo voie cntraiohs. Àcchaque ntpranisatio, launssionestpposniée àsion mxsism mais rprniéejustcsravens quene,steprmpeslue lier qurr tttaclilCe hhe, àsion :lae.Pprr a urit,s au cuors u, rène,s tout te pass, commess,spendantgtraurlalemens desla frche, le hhe, pendait gplrmment rogpressivmmentdeecue quilue fait être che,s ce persontagesin omreiant restigqulrlits. Sa apsclite àdrépassr, les livnages :latiqus s’ teumisr int comme e,moenrde sn, pa cuoespooncutédse liens avec dis seaux de laurir uccressvtement plus cnthles our le :la,Na>atka>.Adu terme decuetteidésvt,n l, statut un che mnivienet ànle plusêtre isncerimbls erclllui dr Leseravansdau clae dont ilest ssue :nla fonctiondle hhe, ydant lors penus desla précifcnit, sesn po voiusnl’éaent plus ne mesuri endrépassr, l adbre de sn, :la,e ilnuelquiresite plus qu à l efactretaa rofint d’un uccreseour qurreep ena,len ycles àsion rbui,e àcle moment particuler soùlCe po voie au hhei esteuncore pleinementtrle. ’sntnc qu ilfvant en sisparaisaent susaurirs àDikval,amoblème aurex cillancdau clae dont ilune pavienet pust àdrépassr, les lmltmse.

h12>

,ude chefferilddont lesp rrogiativsaoscilblantmenreunéant terLliativs cntraionatio mntunéantsoù pluspliernue sembln ne mesuri envtértimblmnentdrépassr, les dicstion,ttclblesssont appaunse,préumiése à granes tritu,r les princia ees donléus proprsa à laoirur lse précifcnités de Bassan en matière d’organisationurbmaint.Ston caractèremulti cnth,eion punt enjungexmr intntan,e oaitbeau cupe à la structursymbopiqes et socialt.

, mêmecCesionstitatiost qui semblent les plus à mêmedteepréseneur e tuess tritus omrunteant nncore ees formse qur lse tttaclant axa anoas de l’organisation socialebcsssas. Les fonctiosnjuaicilairae un che mnissontuUebounexeimpls.

Lepalmaisdausouvserao est esseus diifcnn de l’gglompératiot àêtre onttdne rexi dstibublrs.Ountrslre — ei dstibubl des réteneoues dr la localits atka>,pressoruisaenas du :la, un che —, et diifcnncrmpvrod,e àsion xttrmintt pmpohe,s ls,eprésene, gplrmment res différe ersssignificatvtse : celui unppemcrrresitej lessementeettrelnesmtains eus seues membrus du :la,Na>atkae quienfoat, une important ppération rituell,etbadius que celui un recodtest laafnauri enttons esehhabtdanes de l’gglompératio qu,e aur quartie,xsontnteousrdsysapporter une cottribntion ubnsaentiell,e coçur à la fise comme une r davencieen trvaile dr aun che mnt une panincipation axn trvaeux inctérn> collectf,t exercfcnn dse fonctiosnjuaicilairae un che éaent erçue comme unenréruslittddont lesbiyefritus rofinenet àttont.

Lepalmaisdau hhe, copvrodt don à la fisecu dstibubl qu,e pour unelharge par,lnc’est qd’une tran poiction au dstibubl des réteneoues dr la localit qen cmpusecchaque quartie,xmntun autre dstibubl qu,elqu,eeest roes quvaulent.Ent particuler,r dansun quartie,xau cu dstibubl nc’xigeununtrtiene quimoaialsturai lae panincipation enttons esehhabtdane,s réteneoues dr la localit et trangese conpndues. Onas don biyen àunrl emenu qui dmainciee dumfdèlc qes founlissentsi soavmen les princiest à l œuvre dans l’organisation drs quartier,et:ilnc’estpcusanodins quecle soiteunlisi sonaavecune activiteaussiseonibalt qse l xercfcnn dr lajusticle que cetrestigqulrlita voclenjpout.

hh2>

d nalysdedde l’organisation socialeent rituell,ntosras founls lesrl emensi permetvant de copvrodtrs les aspecsu les plus importanes dr la structururbmaintdda Bassae.Cmlbleci ne, rcroles Pouutan, cstexnpluiivmmentdeeculble ,et:ilnouns ansmr intntantsonplire quelques donléus et eevirdoinementggénérateti faret apparaîreene qoie ersrl emensisont cr oit àll’organisation socialedel consraher sn, omrislesour l éoluation de l’gglompératio, puiscoamment les hgéceènrs des dexiorrnsedont eneuagie pourbouiirr à as confgutactionstigqulièreobseriesajpoudlhui. Uneperplectivt plus comarsctivtapporteaunclpirtagesupmltemennairt toet en permetvant de précifcrs les crractériitiques u types qee représene, Bassaeaduseiendls l’nnsemblndses iits au mvin en appasecle similaires.

dexeimpledmeSokodt ss émariqut erclllui dr Bassae par le rait q ilytexiese,xountrs la chefferilsuprmêm>,ude chefferil aur quarties148. comarsctivement, seullexiese à Bassas la chefferil cntratt. Cse deux confgutaction près différentes sont Pouutan, le pientdeedréprts ’unemmême crractériitiqueggénéral,e tlbln quivaunt axa deux ielleslcr qulnificate,dlimulti cnthû.Ddans le cst eeSokod,c l ste pa es que la chefferilsuprmême n’est pas seul, mais qu’elli esteun quelqu sforte relysge aur ens hhefferiss recodaoirs,e que cst ernlgèresfoat,ofifcnn l’anvant de « unntrsr »srecodaoirs.Ddans le cst ee Bassae, ’est es éfuit e, ruelliirntraionatio qui fait que li « unntrr »poteentielique pouurint constiteas la chefferilune pavienet asa à mergean en tant qne tee : as chefferi,tttlbln qu’elli est constittc,test comme engusge dans lsr rapporus soc axa à l œuvre dans eresitedue la sociét. Ellme n’est pas en mesuri en l ne distigqurusnffistamment nettemene,dde sorte que, uartaganet avec lesionstitatiost localse quelqu choise n’essentie, elli est comme usrl emenudnemmêmerntutr,irinapimbls dagier comme ppéraluredliirntraionatios.

. L autr,e à lexeimpledme Bassae,aavecune immensionpollitqen ovin andoome,esoùlae chefferilesteun quelqu sforte abctitue àuenivveas près proche etstoutes lesionstitatiostorganisntn la ir social,epollitqenent rituell, à l nctéiluredliicaucu drs quartier, roocéus par l queicuesionsae ersaAsparlissent commeanvant decunntrs idésvtés mais pleinementactfnsent ppérationues).

, que cux-cn sln cnnstittrmenteee . comarsctivement,lees Bassasoat, une structur socialtbeau cupe plus centraigtanl,e quiiompolnune cnsforuatioe plus trfitt axanformse ee lure sociéte : es nouv axnarrivieeffemnteeAinsi l’bjent d’unddumbne rooessuse,dde :latificatio ’une par,l insection dansun quartie l’antre pars.Ntonsavonsvus qu,e dans lure structurmmêm>,llesllocalitsssontrouvetrs àll acceiledl’étranges ; maisen,-même tempseelleslcuretocroienet une place dj à df ine,lddont lesp rrogiativsassont fxrrs àll avence.Pprmiecllble-cn,, l’bbtguatio,dde slidtrlit qen constitueeun quelqu sfortelae panincipation axnaactivitee collectivs, mnt notamment àll’organisation dse tdnnces et divinatio par le fe. Cdse tdnncesincsvtant aureilleurspledmvvenirdus groupe ncuveili,ddans leseilage direcrdus groupehôie,s assocdant étoaitementblrr lrtinfrs desunsmetdnesantrse. Une tellepietle de l deentit initialt trouve sn, pachlèvement dans le rooessus,dde :latificatio quiiompoln axanfouv axnarriviee ue se ongex d une deentit :latiqus e façion àslafaoirse fonaaîre comme membrus ’us groupehomrlrgqut erclaxa dj à constittsess ee la sociét. Cn dumbne rooessuse s’cccomane, efierdse ladopation nctgrialedel lacultuir mntde la aigqrsbcsssas.

d ttoiudnsadopasge vis-à-vis l’étrangesn axa intnatiosimmvin acifiquesest gplrmmentrfihse n’nnssignmlenss. À as différe e dmebiyen l’antrs sociétèsvoltaïqums,elees Bassasnlimprésenmentau cues trcr>, que cn soit dans lure structur socialtout dans lures traiitiosnotrals,edde l nctgratiotdeevahiuseouee.Pprr rapportadumfdèlc rrépn un rloun l quei une sociéterréprtit nses princia ees fonctiosneettre dn andchtonns tn les on qtrdane,satttribaant axa pemcrrse la aaîrinse et laurir mnt axasrecodslCe po voiepollitqe,elees Bassassee distigquant aurlei fait que li hhet fait paniex ees réteneoues dr la localits

C’est don àunrythmmerLliativmnentsiuntenemmaisntdn mvin aaîrint,neut eniomposanecchaque fissses normse proprs,s que la sociétebcsssasan nctgrtedees groupnsdl’origines diverse,t toet entr fmulnnt ceux qui hpechaienet àlquiiompolr unortreinccomaptmble avecslesvaleouee.Cent aflaxa pogpresse, d opmulation l’s centrantr,enComme ’etrstnrtsees traiitiosnotralss mais aussi certainesdnesles structursn rituelle,i à ss oneur e nivveaux inctgratiotcchaque fisssuptéilurss. ’snt Ains, mexplque-i-oi,e qe,stassont oartés rogpressivmment lse statussmnt lesionstitatiostnCrrrepcodaant axa poiitiosn et doyen de aigtgue,dde Leseravansdes .

sHuit e, tags>
Bablnog rahie>
>

Barbier, Jean-Claude & Klein, Bernard, 1995, Sokodé, ville multicentrée du Nord-Togo, Paris, Orstom-Éditions (Petit Atlas urbain).

Barros, Philip de, 1985, The Bassar : large scale iron producers of the West African savanna, Los Angeles, University of California, Ph. D. thesis, multigr.

Bonnet, Doris, 1988, Corps biologique, corps social. Procréation et maladies de l’enfant en pays mossi, Burkina Faso, Paris, Orstom (Mémoires, 110).

Cartry, Michel, 1979, « Du village à la brousse ou le retour de la question. À propos des Gourmantché du Gobnangou (Haute-Volta) », in La fonction symbolique. Essais d’anthropologie, réunis par M. Izard & P. Smith, Paris, Gallimard, pp. 265-288.

— 1996, « La dette sacrificielle du meurtrier dans les sociétés des bassins des Volta, d’après quelques récits d’administrateurs ethnologues », Systèmes de pensée en Afrique noire (« Destins de meurtriers »), cahier 14, pp. 251-304.

Cornevin, Robert, 1957, « Le centre urbain de Bassari », Bulletin de l’IFAN, série B, XI (1-2), pp. 72-110.

— 1962, Les Bassari du Nord-Togo, Paris, Berger-Levrault (Mondes d’outre-mer).

Dugast, Stéphan, 1991, « “Ouvrir la bouche de l’ancêtre” : le processus d’ancestralisation à travers quelques séquences des rites funéraires chez les Bassar du Nord-Togo », Systèmes de pensée en Afrique noire (« Le deuil et ses rites II »), 11, pp. 131-180.

— 1992, Rites et organisation sociale : l’agglomération de Bassar au Nord-Togo, thèse de doctorat, Paris, EHESS.

Fortes, Meyer, 1940, « The political system of the Tallensi of the northern territories of the Gold Coast », in M. Fortes & E. E. Evans-Pritchard (éd.), African political systems, London, Oxford University Press, pp. 238-271.

Froelich, Jean-Claude, 1949, « Les Konkomba du Nord-Togo », Bulletin de l’IFAN, II (3-4), pp. 409-437.

— 1954, La tribu konkomba du Nord-Togo, Dakar, IFAN (Mémoire de l’IFAN, 37).

Leach, Edmund, 1958, « Magical hair », Journal of the Royal Anthropological Institute, LXXXVIII, pp. 147-164.

Liberski-Bagnoud, Danouta, 2002, Les dieux du territoire. Penser autrement la généalogie, Paris, CNRS Éditions/Éditions de la MSH (Chemins de l’ethnologie).

Pawlik, Jacek, 1993, « Paroisses traditionnelles konkomba », Espaces et lieux sacrés, Bassar, SVD/Presse, pp. 37-46.

Tait, David, 1958, « The territorial pattern and lineage system of Konkomba », in J. Middleton & D. Tait (éd.), Tribes without rulers. Studies in African segmentary systems, London, Routledge & Kegan Paul, pp. 167-202.

— 1961, The Konkomba of Northern Ghana, London, Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1Données du recensement de 1981. Ces données font apparaître un complément d’environ 5 000 habitants qui correspond à la population formant la bourgade « moderne » qui s’est développée dans les interstices de l’agglomération ancienne sous l’impulsion des nouvelles fonctions administratives et commerciales mises en place lors de la colonisation. Le pays bassar compte environ 50 000 personnes réparties en plusieurs localités en général numériquement importantes mais dont aucune n’approche la taille de Bassar. Ce groupement très prononcé de l’habitat est l’une des spécificités qui distinguent les Bassar de leurs voisins les Konkomba, pourtant culturellement très proches — trait déjà signalé par l’un de leurs principaux ethnographes, David Tait (1961 : 2).
2Elle revêt des formes comparables à celles que l’on trouve dans nombre d’autres sociétés voltaïques, même si elle se singularise aussi par des traits qui lui sont propres. Dans ce domaine comme dans d’autres abordés au cours de cette étude, l’abondante documentation disponible dans la littérature sur les sociétés voltaïques imposerait que les différences significatives que fait ressortir l’ethnographie bassar soient chaque fois signalées. Pour d’évidentes raisons de place, une telle démarche ne peut être appliquée ici.
3Comme le rappelle D. Liberski-Bagnoud (2002 : 17), dès 1932, R. S. Rattray relevait que chez nombre de populations voltaïques de l’arrière-pays ashanti, l’organisation du territoire repose non pas « sur les localités ou des parties de localités, mais sur des portions plus ou moins vastes de terre, appelées tout simplement “terre”, chacune soumise à la juridiction d’un “sanctuaire de la terre” ». À la suite du travail pionnier de Rattray, et prolongeant, pour les dépasser, les études devenues classiques de M. Fortes et de J. Goody qui avaient déjà enrichi l’analyse, Liberski-Bagnoud montre, à propos de ces sociétés, que ces portions d’espace dénommées « terre » et associées à un sanctuaire sont bien autre chose qu’une forme simplement locale et dérivée d’un culte général à l’instance Terre, comme étaient enclins à le penser les premiers observateurs. Chez les Bassar, avec le déplacement de ce procédé de dénomination fondé sur le lexème « terre » (ici, kitiη), appliqué non pas aux portions de terre mais aux localités, et uniquement à elles, la remarque est encore plus pertinente : aucune référence à l’instance Terre n’y est contenue.
4C’est en tout cas la piste que nous invitent à suivre les informateurs lorsque, en quête d’un synonyme de kigban dans le terme composé kitiηgban désignant un quartier, ils proposent dikatil, substantif dérivé du verbe yakati, « partager, découper », et qui se réfère explicitement à une découpe, un partage.
5Il s’agit de la nuit, d’une part, et du milieu de la journée, au moment où le soleil est à son zénith, d’autre part. Le statut particulier accordé à ces moments du cycle diurne est un fait répandu dans la plupart des sociétés voltaïques (voir par exemple, pour les Gourmantché, Cartry 1979 : 268-269, et, pour les Mossi, à propos de faits plus proches encore de ceux dont il est question ici, Bonnet 1988 : 82).
6Voir le très éclairant article de M. Cartry (1996) sur cette notion dans nombre de sociétés voltaïques.
7Les awaa (pluriel de diwaal) sont ces entités matérialisées par un objet trouvé en brousse qui jettent leur dévolu sur une personne, la contraignant à leur rendre un culte. Souvent, mais ce n’est pas en soi une nécessité, ce culte à un diwaal personnel conduit l’intéressé à se faire initier à tibɔɔl, la divination, et c’est ainsi que sont formés les devins bassar. Au-delà de ses fonctions dans la divination, un diwaal apporte une protection au lignage qui l’héberge, et c’est notamment à l’occasion de la préparation des sala que ce rôle se laisse voir.
8On n’est pas dans le cas d’une divination par le feu où seul le mouvement des flammes fait l’objet d’une interprétation. Les devins affirment que les problèmes (tibɔti) sont comme des silhouettes (tijilindi) que l’on voit dans le feu. Ou encore que « celui dont la silhouette (kujiliηηu) tombe dans le feu, on voit son problème ». L’appréhension est donc nettement plus directe : tout se passe comme si une danse du feu offrait aux devins qui en ont la capacité l’occasion de porter un regard sur ce qui, dans le monde invisible, est susceptible de représenter une menace pour le monde des humains.
9On trouve dans certains rituels des traces très explicites d’un tel discours (cf. Dugast 1992 : chap. xi).
10Ce que l’on connaît aujourd’hui des entités dites « peaux de la terre » dans les sociétés qui en possèdent — un sous-ensemble particulier de l’aire voltaïque — invite à les distinguer rigoureusement de ce qui relève d’un culte de la terre au sens classique (cf. Liberski-Bagnoud 2002 : 152-173, 169).
11Non seulement aucun clan n’est désigné par le nom de son animal totémique (il n’y a pas de dénomination du type « clan du Léopard », « clan du Crocodile », etc.), mais, même de façon dérivée, la référence à l’interdit animal ne ressort jamais dans un quelconque procédé de dénomination. Sans compter que de nombreux clans ont plusieurs interdits, et que certains interdits concernent simultanément plusieurs clans (voir par exemple le tableau dressé par Cornevin 1962 : 129-130).
12Le lexique bassar établit un rapport d’englobement entre les termes diwaal et ditaηgbandi : toute ditaηgbandi est nécessairement un diwaal, l’inverse n’étant pas vrai puisqu’un diwaal individuel, tel que, précisément, celui d’un devin, n’est jamais une ditaηgbandi. Ce dernier terme est réservé à tout diwaal faisant l’objet d’un culte collectif, et donc ayant une dimension territoriale.
13Il y a une cohérence manifeste entre cette opposition et le fait que c’est par suite de la nonchalance évidente dont fit preuve un sous-groupe au sujet de la protection contre le feu due au ditaηgbandi Dikili que se mit en œuvre le processus qui conduisit à la rupture entre des groupes unis jusque-là. Cette désinvolture vis-à-vis du feu trouve d’ailleurs un autre prolongement tout aussi explicite aux yeux des Bassar dans la suite des faits rapportés par le récit en ce que la lèpre, dans le symbolisme bassar, est étroitement associée à la catégorie du feu (Dugast 1992 : 416-430). En se montrant particulièrement perspicace dans le repérage de cette maladie déposée sur sa pierre, le doyen du groupe de Kpaajadumpu confirme son affinité avec le feu.
14« En fait Sokodé présente, à l’état presque pur, le schéma d’une “ville multicentrée”. Les quartiers les plus anciens possèdent chacun leur propre centre (ici une chefferie coutumière kotokoli) et ne se trouvent pas hiérarchisés dans un rapport centre ville/périphérie, ou encore quartiers riches/quartiers populaires. Ces quartiers “à égalité”, juxtaposés dans l’espace, sont autant de références pour les habitants de la ville, qui pensent d’abord “quartier” avant d’avoir une vue d’ensemble de leur cité » (Barbier & Klein 1995 : 8).
Haut de page

Table des illustrations

rce"> "> ."Barng="ema xml:arng="ema>URLss= "row">Titre lass="traectiontitre"> scop>http://ces mals. nedchém.org/afde por cl/titre"> scoss="seow"> Fommerrow">Titre lass=" sco, 24kseow">

Table des illustrquode MS&

Titre Les principales localités du pays bassar
ymbo clas
h3>Rcompter quepaperroh3> p> < qu>S ph al n Uicl en place lors otnoterur   un nis Jes mal afde por clun devi74-1/2 | 2004, 203-248="ip> h3>Rcompter queéss=" qstylroh3> p> < qu>S ph al n Uicl en place lors otnoterur   un nis Jes mal afde por clun de [uarce re]vi74-1/2 | 2004, minitiece repre 04nque="ft7e censcou unee 13"ftn5etion"2017. URL : http://ces mals. nedchém.org/afde por cl/ "ip>trations" class="section">

Table des illustr hor>

Autyleass="image"> h3>traectiona p">S ph p h4>A océdautyleash4> ul traectiona583a xml:arng="fe"Barng="fr"sectiarng="fr" xml:arng="fe"Barng="fr">Ae «itr claent-fgu 14« En fait co jookodé préi Par8-269, nis Jes mal afde por clun devitraectiona491">85-1/2 | 2015ss="sectiotraectiona062a xml:arng="fe"Barng="fr"sectiarng="fr" xml:arng="fe"Barng="fr"> xml:arng="ema arng="ema>Pass="ima xml:arng="ema arng="emaue se mit en v«itop: <-caps;">awlikass="ima xml:arng="ema arng="ema> Jantk Jan, 2010, oupes unis a xml:arng="ema arng="ema>Ici takaldauokoli)"#bodh scope="rs="imag groupes ung=" [T> Arialui r ]ass="imag4">14« En fait co jookodé présub/tr> ">t xml:arng="ema arng="ema>Olsztyn, WydzssusTe logiis quwa vytetu Warminsko-Mazufiniegoass="imag4">14« En fait co jookodé préi Par8-269, nis Jes mal afde por clun devitraection3933">84-2 | 2014ss="sectiotraection3277a xml:arng="fe"Barng="fr"sectiarng="fr" xml:arng="fe"Barng="fr">Dourcclassble de ortes eleque lesrokoli)out, e hopos de ellegerognage qui Nord-Togoass="imag=" [T> Arialui r ]ass="imag4">14« En fait co jookodé présub/tr> ">II. Liv> rinitidourcclassbspan> rqstyls, riiétésass="footn14« En fait co jookodé préi Par8-269, nis Jes mal afde por clun devitraection3191">84-1 | 2014ss="sectiotraection3320a xml:arng="fe"Barng="fr"sectiarng="fr" xml:arng="fe"Barng="fr">Dourcclassble de ortes eleque lesrokoli)out, e hopos de ellegerognage qui Nord-Togoass="imag=" [T> Arialui r ]ass="imag4">14« En fait co jookodé présub/tr> ">I.sTe rqstyls, n, poé etstésala taillass="footâ réag4">14« En fait co jookodé préi Par8-269, nis Jes mal afde por clun devitraection3287">83-2 | 2013ss="sectiotraection627a xml:arng="fe"Barng="fr"sectiarng="fr" LIBERSKI-BAGNOUDid="nouta,="ftnn nis 9; ,sibassalus ou moins. Pfondécit er lesas Bassaalogieag grou=" [T> Arialui r ]ass="imag4">14« En fait co jookodé présub/tr> ">P de , CNRS Édchém , Édchém (BarbMtnote Ss hiiales misesH ce (es qCheminses misesEche logie!-- ), 244 ptn14">14« En fait co jookodé préi Par8-269, nis Jes mal afde por clun devitraection42">75-1 | 2005ss="sectio

ass="text">Table des illustrlind à

Derspure sur lyleass="image"> p>Sstinguer afde por clunp>trations" class="section">

Table ookodé prénavEculirebottom">trarev=""#bodyt>

goC#bodyt> 74-1/2 |="ft4 C -Élturetiétés vnt tieurs clarbier &itieAfe lun cus par l">S cees hss="s goPrev Ce un slimins pfrogte quaron affinioyas s Asfére Unicral nal Dces sige Unicésésss="s Eη< Tabl< avEηTable oe">Indexage">Tabl"text">Table oul>Table "text">Table desli"traection21réeAutylesss="seli"Table "text">Table desli"traection2106">Mots-cl"foss="seli"Table "text">Table desli"traection2108">Gé ne peutylro="seli"Tabl
Tabl< avIssu"2" Tabl"text">Table oe">Né deonitiet> Arialui r age">Tabl"text">Table ouldé préissu"2" Table "text">Table desli"traectiona491">s 85-1/2 | 2015sss="imabre="r ">Sde leurfaçon Ge="ft Calame-Gituv ass="imag="seli"Table "text">Table desli"traection3933">s 84-2 | 2014sss="imabre="r ">Eche music logie e chor os hsss="imag="seli"Table "text">Table desli"traection3191">s 84-1 | 2014sss="imabre="r ">"Making a fuet"ria)"#bodat earyeAfe casss="imag="seli"Table "text">Table desli"traection3287">s 83-2 | 2013sss="imabre="r ">V«itsss="imag="seli"Table "text">Table desli"traection3501">s 83-1 | 2013sss="imabre="r ">Écrspurhor>-champsss="imag="seli"Table "text">Table desli"traection4250">s 82-1/2 | 2012sss="imabre="r ">Idiculier d« pyge et dûrs “à 9" hruve dhrnge :inition" tésas rinit ac ="seli"Table "text">Table desli"traection3888">s 81-2 | 2011sss="imabre="r ">Mig
="seli"Table "text">Table desli"traection3684">s 81-1 | 2011sss="imabre="r ">V«itsss="imag="seli"Table "text">Table desli"traection2247">s 80-1/2 | 2010sss="imabre="r ">CUnie MS&aortir l senas chns de clarbe emos hsss="imag="seli"Table "text">Table desli"traection2827">s 79-2 | 2010sss="imabre="r "> devexcun "footnotesimplement à les darngu afde ines IIsss="imag="seli"Table "text">Table desli"traection2271">s 79-1 | 2009sss="imabre="r "> devexcun "footnotesimplement à les darngu afde ines Isss="imag="seli"Table "text">Table desli"traection2227">s 78-1/2 | 2009sss="imabre="r "> otere, co bcédlsss="imag="seli"Table "text">Table desli"traection2130">s 77-2 | 2007sss="imabre="r ">V«itsss="imag="seli"Table "text">Table desli"traection972">s 77-1 | 2007sss="imabre="r ">V«itsss="imag="seli"Table "text">Table desli"traection767">s 76-2 | 2006sss="imabre="r ">V«itsss="imag="seli"Table "text">Table desli"traection2">s 76-1 | 2006sss="imabre="r ">Saha c :iidiculier das mun="seli"Table "text">Table desli"traection43">s 75-2 | 2005sss="imabre="r ">Apootnotebcers rendrdmple,n akan IIsss="imag="seli"Table "text">Table desli"traection42">s 75-1 | 2005sss="imabre="r ">Apootnotebcers rendrdmple,n akan Isss="imag="seli"Table "text">Table desli"traection104">s 74-1/2 | 2004sss="imabre="r ">C -Élturetiétés vnt tieurs clarbier &itieAfe lun cus par lsss="imag="seli"Tabl Table oe"lustr llIssu"2" traection1">Tnisat né deonag="seh2>
Tabl< avClass="f clSed’ary" Tabl"text">Table oe">P="footn
Tabl"text">Table oul>Table "text">Table desli"traection738">oli)"#mlier ag="seli"Table "text">Table desli"traection739">Cotortions das s din er lsag="seli"TablTable oe">Inan str clase">Tabl"text">Table oul>Table "text">Table desli"traection924">À ag="seli"Table "text">Table desli"traection741">CotnTable desli"traection742">CUni 129ro="seli"Tabl
Tabl< avSyndaison Table oe">Suns z-ermease">Tabl"text">Table oul>Table "text">Table desli"traectionhttp://ces mals. nedchém.org/afde por cl/backend"
Flux RSS Flux RSSro="seli"Tabl
Tabl< avNewsleu.Table oe">Leu.r class=inan str case">Tabl"text">Table oul>Table "text">Table desli"traectionhttp://newsleu.oa Leu.r lass=O nEdchémro="seli"Tabl
Tabl< loginbox /h2> log-i Table o"> a="f cona 5" metho t" Table "text">Table desfieldset>Table de legend"r >Accnotemetionlsss="imaglegend"Table de loginBlock /h2> toggl "> >ooginaglabel> >Titre la"foicotbre="rlabelelle ard wd">Mot

>Titre la"foicotbre="rbuttrs oérodsubmli

ubmli Sent de pr">Sent de pr >Ta> logos" "text">Tabl hiddema>Affilistr cl/ taienes haase">Ta"text">Tabl
    Table oli"traectionhttp://www.afde por cl.org/ Sstinguer afde por cl
3162/no _afde por cl <100 scopewidthon100" heighton47pe="ro="seli"Tabl"text">Table oli"traectionhttp://ces mals. nedchém.org/ P estila clasvupluecuSs hiiale#bodyftstésno en pl "text">Ta>iv id=">Ta> que er Ta"text">Tabl

TablPessort siteou=" – traection924">À ag=" – traection741">CotnCUni 129ro="  – traectionhttp://ces mals. nedchém.org/afde por cl/? cla=backend">Flux Crocyndaison ro="sep>Ta"text">Tabl

la t" traectionhttp://ces mals. nedchém.org/<>Nnisaadans oominatO nEdchém Jes malsag=" – traectionhttp://www.lodel.org/<>Édch href="Lodelag=" – traectionhttp://ces mals. nedchém.org/afde por cl/lodel/<>Accnoteale."text">Ta>iv id=">rWons vrass="text< cs d férody> /java cs d lass="js/jtylry.jl / cs d ="text< cs d férody> /java cs d lass="js/r cem.min.jl / cs d ="text< cs d férody> /java cs d >// Ar: otnotegrtnde", lar : "Tuent leuet> Ar: grtnde", medcum : "Tuent leuet> Ar: nn sle", ce">t : "Imce"mo claences sig" }, // Zoom s strT> It : { prevt">Ta: "PUnicésés", n> t">Ta: "Skitas", cltaie>Ta: "Fterrr", originala: "Original", maes ryTa: "Agrtndir" }, // Diest strA : {

< } }; //]] / cs d ="text< cs d férody> /java cs d lass="js/fm> .min.jl / cs d ="text< cs d férody> /java cs d >// ' ).html(lasttchdData ); } }); text}); //]] / cs d ="text< cs d férody> /java cs d >//r(lasttchdDataCmbodby ); jQylry( 'ash escutsaa[ection"quode MS&<]' ).afm>r(l' | traection#ymbodby">C oupero="' ); jQylry( 'aymbodby li' ).css( "mar in","1em 0" ); } } }); text}); //]] / cs d =n"> /java cs d >textvae _paqa= _paqa|| []; text// ass=ko cmetho e ke "setConsomD"ftn13" lahould btionnt d btf, so"ass=kP View" text_paq.push(['setConsomV«it ', 1, 'Dans l', nces sig.dans l, ' cla']); text_paq.push(['ene CrossDans lLinking']); text_paq.push(["setDces sigTtr> ", nces sig.dans l + "/ ]); text_paq.push(['ass=kP View']); text_paq.push(['ene LinkTss=king']); text(fuest () { xt">Tavae uonhttps://pk.labo o.org/<; xt">Ta_paq.push(['setTss=ko Url', u+'pk.php']); textTa_paq.push(['setSmboId', '3']); textTavae d=nces sig, g=d.createE du ty(' cs d '), s=d.getE du tysByTagNami(' cs d ')[0]; textTag.féro'y> /java cs d ';ag.acync=otue;ag.defer=otue;ag.ass=u+'pk.js';as.par tyNode.iondtBtf, s(g,s); text})(); te / cs d =te ">s/ cs d ="text< cs d férody> /java cs d lass="https://étic-origin. nedchém.org/js/jtylry.jlonp-les st.min.jl / cs d ="text< cs d férody> /java cs d > ">< textjQylry(nces sig).ready(fuest ($) { xif ( $.fn.fm>Taaaaaaa$.getScs d ("https://étic-origin. nedchém.org/js/fm>Ta">Taaaaaaa$('a.iframi').fm>Taaaaaaa$('a.iframi').fm>Taaaaaaaurl: ('https:// h. nedchém.org/a hiculisoi'), xt">Taaaaaaaonntbs=kP ramim>r: 'onntbs=k', xt">Taaaaaaasucfeu : fuest (data) { xt">Ta">Taaaaaaa$('p hdata').html(' ass="'+data.fmvicen+' >ttraection'+data.url+' >'+data.name+'ro="'); textTaaaaaaaTaaa$.ajax({ textTaaaaaaaTaaa fér: "GET", textTaaaaaaaTaaa url: "a 5?an st=pdfepub&nn eoir url=1", textTaaaaaaaTaaa sucfeu : fuest (msg){ textTaaaaaaaTaaa aaaa$('pdlLinks').ns vnd(msg); textTaaaaaaaTaaaaa} textTaaaaaTaaaaa}); textTaaaaaaa}, textTaaaaaaaerror: fuest (data){ textTaaaaaaaTaaa//$('p hdata').html('gu t, traectionhttps:// h. nedchém.org"> » inro="'); textTaaaaaaaTaaa$.ajax({ textTaaaaaaaTaaa fér: "GET", textTaaaaaaaTaaa url: "a 5?an st=pdfepub&nn eoir url=1", textTaaaaaaaTaaa sucfeu : fuest (msg){ textTaaaaaaaTaaa aaaaaa$('pdlLinks').ns vnd(msg); textTaaaaaaaTaaaaaaa} textTaaaaaTaaaaa}); textTaaaaaaa} aaTaaaaa}); textTaaa$('pples lle se li').lie('touchicd', fuest (e) {}); textTaaa$('inps[name q]').fcess(fuest () { xt">Taaaaaaaif ( $(this).nttr('valui') == 'Se ch' ) { xt">TaaaaaaaTaaa$(this).nttr('valui', ''); textTaaaaaaa} aaTaaaaa}); text}); jQylry(nces sig).ready(fuest ($) { $(fuest () { if (nces sig.cookie.iodexOf("__cookieslert=1") == -1) { $("r >").html("r \">By (von "fng this websins pyou (vknowt d tnd (vond fhe uaieof cookies. traectio\nhttp://www. nedchém.org/6540\">Moem>pDatea= new Date(); ">pDate.setT"ft(">pDate.getT"ft()/+ (365 * 24 * 3600 * 1000)); nces sig.cookiea= "__cookieslert=1;">ps ha=pDate.toGMTStrfng()/+ ";dans l=. nedchém.org;path=/<; $("#cookieslert").remove(); }); } }); text}); ss=se cs d ="text< nbarre ookodé pré nedchém""Table de ookodé préfir t" ">oraectionhttp://www. nedchém.org">O nEdchémro=" ">ouldé pré ubmenu nav-toggle-ahow"d ble de ble de "> ">oli"Table "> ">opes uO nEdchém Booklsss="imTable "> ">ould ble de ble de ble de "> "> ">oli"oraectionhttp://bookl. nedchém.org">r ">O nEdchém Booklsss="imBooklria)fhe #bodnliretnd no en ss hiialag="seli"Table ble de ble de ble de "> "> ">oli"oraectionhttp://bookl. nedchém.org/isoalogri">Booklss="seli"Table ble de ble de ble de "> "> ">oli"oraectionhttp://bookl. nedchém.org/publish "> ">oli"oraectionhttp://bookl. nedchém.org">Furfher> ">o/uld ble ouli"Table "> "> ">oli"Table "> ">opes uO nEdchém Jes malsags="imTable "> ">ould ble de ble de ble dede "> "> ">oli"oraectionhttp://ces mals. nedchém.org">r ">O nEdchém Jes malsags="imJes malsria)fhe #bodnliretnd no en ss hiialag="seli"Table ble de ble de ble dede "> "> ">oli"oraectionhttp://www. nedchém.org/isoalogri-ces mals">Jes malsag="seli"Table ble de ble de ble dede "> "> ">oli"oraectionhttp://ces mals. nedchém.org/6438">Furfher> ">o/uld ble ouli"Table "> "> ">oli"Table "> ">opes uCslendaags="imTable "> ">ould ble de ble de ble dede "> "> ">oli"oraectionhttp://cslenda.org">r ">Cslendaags="imAcademic re"ou er lsag="seli"Tabl ble de ble de ble dede "> "> ">oli"oraectionhttp://cslenda.org/se ch Annou er lsag="seli"Tabl ble de ble de ble dede "> "> ">oli"oraectionhttp://cslenda.org/about">Furfher> ">o/uld ble ouli"Table "> "> ">oli"Table "> "> ">os="imHypofhesesags="imTable "> "> ">ould ble de ble de ble dededede "> "> ">oli"oraectionhttp://hypofheses.org">r ">Hypofhesesags="imRese ch blogsag="seli"Tabl ble de ble de ble dededede "> "> ">oli"oraectionhttp://www. nedchém.org/isoalogri-e, à okl">Blogs isoalogriag="seli"Tabl ble de blo/uld ble ouli"Table ">o/uld div id dedede ">ookodé préla t nav-toggle-ahow"d ble de bl"text">Table ouldé pré ubmenu"d ble de ble de "> ">oli"Table "> ">opes uNewsleu. ">ould ble de ble de ble dede "> "> ">oli"oraectionhttp://newsleu.r ">Newsleu. "> ">oli"oraectionhttp://se ch. nedchém.org/iodex(lert.php?a= cs d ">r ">Alertstnd nub cs ptr class="imAlert . "> ">oli"Table "> ">oraectionhttp://www. nedchém.org/14043">O nEdchém Freemiumro=" ">e ouli"Table ">o/uld Table "> "> ookodé préace r-right"d ble de ble de "> ">o"> a="f con//se ch. nedchém.org/" metho get"d ble de ble dee de "> ">desfieldset>Table de ble de ble dee de "> ">de ">de cotinps name q" férody> />Titre ookodé prése ch-choice"d ble de ble dee deble de ble dee de "> ">de cocotinps férodradio fheces malradio name ul" valuionhttp://ces mals. nedchém.org/afde por cl"ose cke se cke " />Titre larlabelelle fheces malradio >fhe ces malaglabel>

dee deble de ble dee detinps férodradio nedchémradio name ul" valuion" /> rlabelelle nedchémradio >ia)O nEdchémrolabel> le dee detiv id dededeble de ble dee deble de ble dee de "> ">de corbuttrs oérodsubmli icens icen-se ch opes uSe chsss="imagbuttrs> e detiv id dedededifieldset>Tabldedededif> > < e detiv id tiv id tiv id tiv id "text">ookodé pré"#bodxt nav-toggle-ahow"d bl"text">Ta> -ahare"d ble de "text">Tabl olidé prébg- av" "> ">de cor "> ">Tabl ld dededeble de ble dee deble de ble dee deeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee TaTa> t>Ttr> :tivt>Table de ble de ble dee deeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee TaTa> d Jes mal afde por clunddd dededeble de ble dee deble de ble dee deeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee TaTa> t>Briefly:tivt>Table de ble de ble dee deeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee TaTa> d Table de ble de ble dee deeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeTitre larp/h2> accotnot"mRevurs clss hiiasno en p censacrée à l'éagnos cla'Afe lsep>Taaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaunddd dededeble de ble dee deble de ble dee deeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeundld dededeble de ble dee deseli"Tabl ble de ble de ble dedededeeeeeeeee li"Tabl ble de ble de ble dedededeeeeeeeeeeeee Ta> ld dededeble de ble dee deble de ble dee deeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee TaTa> t>PublishTable de ble de ble dee deeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee TaTa> d Sstinguer afde por clun d Table de ble de ble dee deeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee TaTa> t>Medcum:tivt>Table de ble de ble dee deeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee TaTa> d Papertéséss=" qstylro d Table de ble de ble dee deeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee TaTa> t>E-ISSN:tivt>Table de ble de ble dee deeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee TaTa> d 1957-7850un d Table de ble de ble dee deeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee TaTa> t>ISSNece">t:tivt>Table de ble de ble dee deeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee TaTa> d 0399-0346un d Table de ble de ble dee deeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeundld dededeble de ble dee dedeseli"Tabl ble de ble de ble dedededeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee li"Tabl ble de ble de ble dedededeeeeeeeeeeeeeeeee Ta> ld dededeble de ble dee deble de ble dee deeeeeeeee TaTa> t>Acfeu :tivt>Table de ble de ble dee deeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee TaTa> d O n (von " Freemiumro d Table de ble de ble dee deeeeeeeeeundld dededeble de ble dee dededeseli"Tabl ble de ble de ble dedededeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee li"oraection//www. nedchém.org/488">Read stiledacun otn
olidé prébg- av la t" e de ble dededededee dededess="imDOI / Referhiialags="imTable "> "> ">Table dededesuld dededeble de ble dee deble de ble dee deeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee li"ora olidé prébg- av la tpfrom-same- hor"d ble de ble dee deble de ss="imBy)fhe same horags="imTable "> "> ">Table dededede suld dededeble de ble dee deble de ble dee deeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee li"Tabl ble de ble de ble dedededeeeeeeeeeeess="imBy)fhe same horria)fhi exes malags="imTable "> "> ">Table dededede suld dededeble TaTa>li"o eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeetraectiona583a xml:arng="fe"Barng="fr">Ae «itr claent-fgu ]eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeer e eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeroli"Tabl ble de ble de ble dededededee dedede olidé préytr> ">eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeetraectiona062a xml:arng="fe"Barng="fr"> xml:arng="ema arng="ema>Pass="ima xml:arng="ema arng="emaue se mit en v«itop: <-caps;">awlikass="ima xml:arng="ema arng="ema> Jantk Jan, 2010, oupes unis a xml:arng="ema arng="ema>Ici takaldauokoli)"#bodh scope="rs="imag groupes ueeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee[Fullet> ]eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeer e eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeroli"Tabl ble de ble de ble dededededee dedede olidé préytr> ">eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeetraection3277a xml:arng="fe"Barng="fr">Dourcclassble de ortes eleque lesrokoli)out, e hopos de ellegerognage qui Nord-Togoass="imeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee[Fullet> ]eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeer e eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeroli"Tabl ble de ble de ble dededededee dedede olidé prémor ">traection416">Allet> sag="seli"Tabl ble de ble de ble dedededeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeseuld dededeble seli"Tabl ble de euld dededeble seli"Tabl ble de ble de ble dedededeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee euld dededeble eli"o">TablTabl olidé préicens icen-twit er oraectionhttp://twit er.com/ hare?t> =Une+agglom%C3%A9 Tabl olidé préicens icen-facà ok oraectionhttps://www.facà ok.com/ harer.php?u=Une+agglom%C3%A9 dé préfacà ok buttrs-wonsmgopes uFacà oksss="imag="seli"Table ble de dedebl"text">Tabl olidé préicens icen-google-plus oraectionhttps://plus.google.com/ hare?url=Une+agglom%C3%A9 dé prégoogle buttrs-wonsmgopes uGoogle +sss="imag="seli"Table bl euld tiv id de"text">Ta> ookodustr hdata">tiv id tiv id tiv id "text">obuttrs é préicens icen- av" agbuttrs> o"><[if lte IE 9]"Table "> olinkarelée se sh o"[endif]ss=sectio"text te /html>
kitasss="section">< #"#bodytss="text">Ta> av" "text">Tabl

hiddema>Navig