Skip to navigation – Site map
Mélanges
Comptes rendus

Tshonda Jean Omasombo (dir.), 2012, Haut-Uele. Trésor touristique

Tervuren, Bruxelles & Kinshasa, Musée royal de l’Afrique centrale, Le Cri & Afrique Editions, « Monographies des provinces de la République démocratique du Congo » 2
Philippe David
p. 463-464
Bibliographical reference

Tshonda Jean Omasombo (dir.), 2012, Haut-Uele. Trésor touristique, Tervuren, Bruxelles & Kinshasa, Musée royal de l’Afrique centrale, Le Cri & Afrique Editions, 440 p., « Monographies des provinces de la République démocratique du Congo » 2.

Full text

1Ce lourd et superbe album prend place dans une série de monographies officielles consacrées aux vingt-cinq provinces actuelles (plus la capitale) d’un pays immense, riche et contrasté qui en est à sa cinquième dénomination en cent-vingt ans : la République démocratique du Congo. Dédié à la mémoire de l’africaniste belge Benoît Verhaegen, il résulte de la collaboration de plusieurs organismes et instituts officiels belges et congolais, notamment le Musée royal d’Afrique centrale de Tervueren et deux centres de recherche de Kinshasa et Lumumbashi.

2La province du « Haut-Uélé », qui occupe dans le nord-est une superficie de 32 446 km2 divisée en six territories, n’est pas la plus vaste mais elle est l’une des plus connues pour de multiples raisons. Elle est d’abord le pays de deux célèbres ethnies : les Azandé et surtout les Mangbetu, sinon découverts en tout cas révèlés au grand public par la Croisière noire Citroën de 1924-1925 et les portraits d’Alexandre Iacovleff. Elle abrite par ailleurs le Parc national de la Garamba et les mines d’or de Kilo-Moto découvertes dès 1903.

3L’ouvrage rappelle d’abord la difficile conquête coloniale de cette région aux confins d’un Soudan longtemps troublé par les raids des Arabes esclavagistes puis la rébellion mahdiste jusqu’en 1899. Il énumère ensuite les innombrables découpages et redécoupages administratifs opérés pendant la période coloniale, fournit la généalogie complète des chefferies et donne l’étymologie de tous les toponymes et ethnonymes de la province. Encyclopédique et dense, il aligne enfin les statistiques ethniques, sanitaires, religieuses, scolaires, économiques, agricoles, industrielles et minières complètes, suivies encore d’une énumération exhaustive de la faune et de la flore.

4Derrière cette exceptionnelle et surprenante abondance de statistiques, il insiste sur « cinq grands défis » : les transports, les communications, le tourisme, l’enseignement et la santé, après avoir raconté avec précision deux épisodes majeurs de l’histoire politique et économique de la province : d’abord la courte mais barbare et sanglante rébellion des Simba de Christophe Gbényé et Gaston Soumialot d’avril à décembre 1964, puis la chronologie détaillée des efforts de transformation économique du régime de Mobutu à l’encontre des étrangers passés par trois étapes très brèves et deux échecs : « zaïrianisation » en 1973 et premier échec, « radicalisation » l’année suivante et second échec, et finalement, en 1975, large « rétrocession » à leurs propriétaires des domaines et entreprises nationalisés à peine deux ans plus tôt. On note à cette occasion la présence et le rôle des opérateurs économiques étrangers avant et depuis l’indépendance, entrepreneurs belges et surtout commerçants grecs souvent irremplaçables.

5Cet ouvrage s’offre la coquetterie d’évoquer aussi, dans un pays encore si fragile et si trouble, la fréquentation touristique et le patrimoine culturel de la province marqué par quelques écrivains, six peintres belges et quelques films de l’époque coloniale. Précieux et serein, il nous donne assurément une image riche et cohérente du Haut-Uélé mais qui n’est certainement pas applicable à l’ensemble de la RDC d’aujourd’hui.

Top of page

References

Bibliographical reference

Philippe David, « Tshonda Jean Omasombo (dir.), 2012, Haut-Uele. Trésor touristique », Journal des africanistes, 85-1/2 | 2015, 463-464.

Electronic reference

Philippe David, « Tshonda Jean Omasombo (dir.), 2012, Haut-Uele. Trésor touristique », Journal des africanistes [Online], 85-1/2 | 2015, Online since 08 July 2016, connection on 11 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/4690

Top of page

About the author

Philippe David

By this author

Top of page

Copyright

Société des africanistes

Top of page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals