Navigation – Plan du site
Mélanges
Comptes rendus

KUBA, Richard, Carola, LENTZ, Claude Nurukyor, SOMDA (éds.), 2003, Histoire du peuplement et relations interethniques au Burkina Faso

Paris, Karthala, 290 p.
Michèle Dacher
p. 318-320

Texte intégral

1Ce remarquable ouvrage est le fruit d’un colloque intitulé « Environnement, histoire du peuplement et relations interethniques au Burkina Faso » qui s’est tenu à l’Université de Ouagadougou du 5 au 8 décembre 2001. Il s’inscrivait dans le cadre d’une coopération de quinze ans entre l’Université Johann Wolfang Goethe de Francfort s/Main et l’université de Ouagadougou.

2L’histoire du Burkina Faso a de tout temps été marquée par une grande mobilité des populations. L’accès à la terre, qui se situe souvent au centre des relations entre les différents groupes sociaux, s’opère à travers leur ordre d’arrivée. Ces caractérisations par l’ordre d’arrivée – autochtones, premiers arrivants, maîtres de la terre… d’un côté, nouveaux arrivants, conquérants, étrangers… de l’autre – attribuées à chaque groupe par lui-même ou par les autres, constituent des enjeux politiques, économiques et symboliques essentiels pour la construction des identités ; d’où la grande diversité des statuts sociaux, culturels et politiques des groupes ethniques et linguistiques, plus d’une soixantaine, qui composent l’actuel Burkina Faso. L’échange culturel et la flexibilité linguistique l’ayant généralement emporté sur les forces d’exclusion – malgré un durcissement de ces processus sous lacolonisation et l’État national – de multiples processus de métissage et d’intégration se sont mis en place et ont donné naissance à de nouvelles identités collectives. Cependant, le concept de différences ethniques existait avant la colonisation, aussi gardera-t-on la notion de groupe ethnique ou, selon l’expression de B. Anderson, de « communautés imaginées », comme cadre de référence privilégié de l’histoire du peuplement. Celle-ci, loin d’être acquise une fois pour toutes, est perpétuellement réinterprétée en fonction de l’actualité politique récente et en cours, particulièrement des dynamiques identitaires nationales. Dans les contributions qui suivent, les sources, essentiellement la tradition orale, sont réinterrogées, en se souvenant que « l’histoire, la tradition et la coutume sont des sources pluralistes, bien qu’il ne s’agisse pas de sources manipulables à l’infini. » (p.10).

3Les contributions couvrent l’ensemble du territoire burkinabé et une période allant du XVe siècle à l’histoire contemporaine. Elles sont regroupées en trois sous thèmes : « Terroirs et territoires contestés » ; « Relations interethniques » ; « Histoire et construction des identités ».

4Dans le premier, P.C. Hien démontre le rôle important joué par la dénomination de l’espace dans la construction du Burkina Faso (1919-2001). M. Breusers rappelle qu’en pays moaga, dans la province de Sanmatenga, l’appartenance à un lignage premier arrivé, donc la longue utilisation d’un terroir, constitue la meilleure garantie des prétentions foncières, mais que ce principe coexiste avec une intense mobilité aussi bien passée qu’actuelle. Ce paradoxe s’explique par le fait que, grâce aux réseaux étendus de parenté, les acteurs peuvent réclamer des droits fonciers dans plusieurs localités. La flexibilité foncière et la possibilité de migrer à tout moment apparaissent donc comme des stratégies de sécurisation permettant de réagir à la précarité écologique de l’environnement. S. Luning montre qu’à Maane (province de Sanmatenga), l’opposition passe moins entre pouvoir politique et maîtrise de la terre qu’entre les différents groupes dits « autochtones » dont sont issus les chefs de terre, tous immigrés et hiérarchisés entre eux. Les nombreuses rivalités entre chefs de terre s’expriment principalement en termes rituels. J. P. Jacob analyse en détail un conflit entre deux villages wynié pour la reconnaissance du statut de tuteur sur un hameau moaga installé par l’un d’eux dans une forêt classée. La multitude de stratégies et de ressources argumentatives, sociales, historiques, culturelles, mise en jeu par les acteurs pour légitimer leurs prétentions tient compte de la profondeur historique et des nombreux facteurs de politique moderne. K. Werthmann décrit le conflit entre chercheurs d’or arrivés en masse dans les villages du sud-ouest burkinabé et les habitants de ces villages. Ceux-ci y perdent des terres de culture, des lieux sacrés et une forme de vie collective mais en tirent des profits économiques. Ils réagissent selon les cas par l’acceptation, la négociation ou l’expulsion.

5Dans la deuxième partie, « Relations interethniques », C. Lentz, en illustrant son propos par la relation Dagara/Sisala, montre les utilisations et les enjeux actuels de l’opposition autochtone/étranger de même que les racines précoloniales du discours sur l’autochtonie. Celui-ci comprenait deux figures : hôtes/étrangers et premiers arrivés/ immigrants ultérieurs. Ces modèles, qui créaient des hiérarchies mais n’excluaient personne, se sont durcis sous la colonisation et dans le cadre national. Les frontières actuelles entre les groupes peuvent être ethniques, religieuses, nationales (ou nationalistes), ou de spécialisation professionnelle. R. Kuba étudie l’intégration systématique, passée et présente, des étrangers dans la société phuo (ou pougouli ou pwa). Avant la colonisation, l’intégration d’étrangers était essentielle pour la survie du groupe, menacé par les guerres et les maladies. La colonisation a changé les rapports de force et neutralisé nombre de mécanismes d’intégration et d’assimilation mais aussi de création de hiérarchies. A. Reikat décrit l’organisation spatiale actuelle de la région bisa dans une perspective macrohistorique. Partant du constat que l’on trouve trois types de systèmes politiques à travers le pays, elle montre qu’ils coïncident avec des capacités intégratives différentes des communautés locales. Y. Diallo retrace l’histoire des relations interethniques dans le Komonola (province de la Comoé), région qui fut toujours un lieu de brassage de populations et d’immigration. Aux guerriers, puis aux agriculteurs, se superposent aujourd’hui les éleveurs peuls. Pour limiter les conflits qui éclatent régulièrement entre les uns et les autres et pour favoriser l’intégration des activités agricoles et pastorales, l’État national soutient actuellement des projets de développement qui modifient les mécanismes d’intégration et introduisent de nouvelles formes de coexistence et de conflit.

6Dans la troisième partie, « Histoire et construction des identités », C. Peltzer évoque l’évolution des populations au nord du Burkina Faso (Oudalan, Séno, Soum) durant les quatre derniers siècles. Une population sédentaire dont on sait peu de choses, descendante des Songhay-Kaadey, a été peu à peu remplacée par des groupes nomades touareg et peul. L’histoire politique, marquée par le déclin de l’Empire Songhay et la montée en puissance d’États comme le Liptako, serait le principal facteur de ce processus de changement. N.C. Somda énumérant les sécheresses survenues au Sahel burkinabé durant le XXe siècle montre qu’elles constituent des événements récurrents. S. Hagberg analyse les références faites à l’histoire – particulièrement à la réinterprétation de trois moments et personnages clés – et à la religion dans l’essai de redéfinition contemporaine de l’identité tiefo (province de la Comoé). Les frontières ethniques entre Tiefo et Dyoula restent variables et négociables selon les circonstances. À propos de l’histoire du peuplement kasena, M. Gomgnimbou passe en revue les sources disponibles (sources écrites des administrateurs, puis des ethnologues ; sources orales) et souligne leurs limites, ces remarques étant valables pour toute reconstruction historique au Burkina Faso. L.O. Kibora montre comment les mythes d’origine d’un village kasena ont pour but de légitimer le pouvoir local et de justifier l’ordre socioculturel.

7La richesse de ce travail, la pertinence et la finesse de ses analyses, sa rigueur méthodologique font de cet ouvrage une étape importante dans l’étude extrêmement complexe de l’histoire du peuplement et des relations interethniques au Burkina Faso.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Dacher, « KUBA, Richard, Carola, LENTZ, Claude Nurukyor, SOMDA (éds.), 2003, Histoire du peuplement et relations interethniques au Burkina Faso », Journal des africanistes, 75-1 | 2005, 318-320.

Référence électronique

Michèle Dacher, « KUBA, Richard, Carola, LENTZ, Claude Nurukyor, SOMDA (éds.), 2003, Histoire du peuplement et relations interethniques au Burkina Faso », Journal des africanistes [En ligne], 75-1 | 2005, mis en ligne le 06 avril 2007, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/africanistes/626

Haut de page

Auteur

Michèle Dacher

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Société des africanistes

Haut de page
  • Logo Société des africanistes
  • OpenEdition Journals