Navigation – Plan du site

L’appel au jihâd et le rôle du Maroc dans la résistance à la conquête du Sahara (1905-1908)

Pierre Bonte
p. 101-135

Résumés

La conquête des pays maures de la rive droite du fleuve Sénégal débute en 1902 sous la direction de Xavier Coppolani qui envisage une occupation « pacifique » s’appuyant sur les confréries musulmanes. Sa mort en 1905 souligne la résistance des tributs et des émirats. Pour repousser les colonisateurs, les Maures s’organisent sous la Bannière du jihâd et font appel au Sultan du Maroc, « commandeur des croyants » pour obtenir son soutien militaire et politique, les confréries se divisant quant à la légitimité de l’appel. Un lointain cousin du Sultan, Mawlay Idrîs est envoyé avec des armes et de l’argent. Il réussit en un premier temps à unifier la résistance grâce à l’appui de Shaykh Mâ al-cAynîn, chef de la confrérie fadhaliyya qui a lui même des visées sur le trône marocain. Il échoue militairement devant Tidjikja, au Tagant en 1906, et les troupes rassemblées se dispersent rapidement. La résistance se poursuivra néanmoins jusqu’en 1912 sur d’autres bases tribales et régionales.

Haut de page

Texte intégral

1L’occupation coloniale française du Sahara occidental, bientôt baptisé Mauritanie, débute en 1902 sous l’égide de la figure exceptionnelle de Xavier Coppolani qui la préparait depuis sa première mission au Soudan en 18991. Coppolani propose un projet d’« occupation pacifique » du pays qui s’appuie sur la vision de la société musulmane qu’il a développée à partir de ses travaux consacrés au Maghreb. Société musulmane faut-il immédia­tement préciser et non société tribale, telle qu’on peut la trouver en Algérie et telle qu’on l’observe de manière exclusive au Sahara. Sur cette société tribale, Coppolani a peu à dire, de même que sur l’organisation politique maure qu’il se contente de réinterpréter à travers le prisme de la société occidentale d’Ancien régime avec ses nobles-guerriers « improductifs » et pillards, le "clergé" maraboutique – qu’il cherche à rallier à la colonisation française – et son tiers-état znâga que la colonisation devra libérer de son joug. Par contre sa vision de la société musulmane est étroitement, voire exclusivement, déterminée par les études qu’il a menées sur le mouvement confrérique soufiste au Maghreb (Depont et Coppolani, 1897).

2Au Sahara, le mouvement soufiste, s’il prend une nouvelle importance au XIXe siècle, est loin de représenter l’ensemble de l’islam local. En outre il est étroitement associé aux appartenances tribales, que les confréries se constituent à partir des tribus ou que la confrérie investisse et réorganise le système tribal. D’autres représentations de la solidarité musulmane existent, liées à de récentes réinterprétations du mouvement almoravide, ou encore à des traditions mahdistes dont se fait l’écho Sharr Bubba, la « guerre des Marabouts » au XVIIe siècle. Bref l’islam maure ne peut se réduire à la tension entre le caractère local et pourrait-on dire « partisan » des mouvements confrériques soufistes, et les tendances pan-islamiques derrière lesquelles, à la fin du XIXe siècle, les administrateurs coloniaux français voient volontiers la main exclusive des Ottomans, du Roi du Maroc, « Commandeur des Croyants », et de leurs alliés allemands.

3Au delà et au sein même du mouvement soufiste, dont l’apparition au Maghreb, associée au sharifisme, est liée à un contexte politique bien particulier de lutte contre la poussée occidentale il existe en effet une tradition islamique profondément marquée de la volonté de conjuguer les règles religieuses et l’exercice de l’autorité politique, une tradition d’organisation politique de la umma, de la communauté des Croyants dont les fondations dynastiques au Maroc ont exploré les multiples ressorts. C’est dans cette mesure que, contrairement aux prévisions de Coppolani, les « marabouts » maures, dont il pensait qu’ils seraient les auxiliaires privilégiés de la conquête, se révéleront d’aussi farouches opposants, quand les circonstances le leur permettront, que les guerriers hassân, et c’est dans cette mesure aussi que l’opposition à l’occupation coloniale se conjugue un temps avec l’idée du jihad.

L’appel au « Commandeur des Croyants »

4Bien qu’elle s’inscrive dans la culture islamique maure, l’idée du jihâd n’a pas eu au Sahara occidental, depuis le XVIIe siècle, la place qu’elle occupe dans les sociétés africaines méridionales voisines où elle a inspiré de grandes entreprises politiques, en particulier en milieu peul. La dernière entreprise de ce genre est celle d’al-Hajj Umar, née dans la vallée du Sénégal, qui s’effectue sous la bannière de la tijâniyya. Les caractères particuliers de l’organisation sociale et politique maure, l’opposition entre hassân et zawâya en particulier, n’ont pas favorisé les revendications d’un établissement temporel de l’ordre de l’islam, sinon sous forme de prises de positions eschatologiques qui entérinent en fait le renoncement à ces revendication de la part des leaders zawâya (Ould Cheikh, 1985).

5Les appels au jihâd contre les Français se manifestent cependant très vite. Il est vrai d’ailleurs que Coppolani a envisagé l’hypothèse d’un appel à la guerre sainte en réponse à l’occupation française, et a tenté de s’appuyer sur le courant « anti-jihâdien » qui existe dans la société maure pour désamorcer cette menace potentielle. Il faudra en fait plusieurs années de combats, et l’occupation d’une grande partie de la zone saharienne méridionale par les troupes françaises, pour que le thème du jihâd unifie, à partir de 1905 et pour une période relativement courte, la résistance à la colonisation.

6Cette unification s’effectuera initialement en se référant au statut religieux du Roi du Maroc, du « Commandeur des Croyants ». Cette référence n’implique en aucune façon la reconnaissance d’une autorité politique maghrébine sur les tribus sahariennes, elle est de nature exclusivement idéologique, une tentative pour transcender les divisions segmentaires et factionnelles de la société tribale. Le titre et les origines sharifiennes de la dynastie marocaine donnent au mouvement de résistance une légitimité supérieure et confortent les fondements de son unité. D’autres considérations cependant ont aussi joué.

7Les rivalités entre puissances coloniales, entre la France et l’Allemagne en particulier, pour faire passer sous leur contrôle le royaume sharifien, marquent profondément la politique africaine française. Entre ses possessions algériennes et soudanaises, la France souhaite établir un pont et empêcher une implantation allemande qui pourrait se conjuguer avec l’ancienne présence espagnole au Maghreb et au Sahara pour remettre en question la visée impériale. Parfois assimilées, sans réel fondement, à des visées panislamistes soutenues par l’empire ottoman et les Allemands, les positions politiques et religieuses du Roi du Maroc, apparaissent, dans cette première décennie du XXe siècle comme un obstacle aux visées coloniales françaises. Ces représentations ont sans nul doute contribué à fortifier l’importance accordée par les tribus sahariennes à la légitimation religieuse de l’émir al-mu’minîn et à justifier les demandes d’intervention qu’ils lui adressent.

8D’autre part, et ceci n’est sans doute pas la moindre des motivations, le Maroc est à cette époque, dans cette région, la seule puissance musulmane qui soit restée indépendante. C’est par le Maroc que peuvent arriver les armes qui permettront d’organiser et de développer la résistance. C’est par l’intermédiaire du Maroc, accessoirement de la contrebande d’armes le long des côtes atlantiques occupées par les Espagnols, qu’ont déjà été introduites au Sahara les armes modernes à tir rapide qui mettent les nomades pratiquement à égalité avec les troupes coloniales. Parmi les demandes qu’adressent principalement les envoyés des tribus maures au Roi viennent en priorité la fourniture d’armes leur permettant de résister à la pénétration coloniale.

9Les délégations envoyées en 1905 par les tribus du Sahara occidental au Roi du Maroc ne représentent pas les premières tentatives pour organiser, au nom du jihâd, la résistance à la colonisation. D’autres Sahariens ont effectué auparavant la même démarche et au Maroc même s’affrontent les partisans du jihâd et ceux qui s’y opposent. J’emprunterai certaines des analyses qui suivent à Abitbol (1986) qui a consacré un long article à cette question.

10Dès 1893, lorsque le colonel Archinard achève de démanteler l’empire d’al-Hajj Umar et que la colonne Bonnier investit Tombouctou, une délégation des Brabish d’Arâwan et des Bû Jûbayha se rend à Marrakesh auprès de Mawlay al-Hasân pour solliciter son appui contre l’occupation française du Soudan2. Cette démarche suscite une vive émotion parmi les populations marocaines mais le Roi, déjà aux prises avec les pressions européennes, se montre réticent à lui donner une suite. Il fait attendre cinq mois la délégation puis lui demande des « écrits » attestant de la suzeraineté de ses membres sur Tombouctou. Il obtient finalement des culamâ de Fès un texte selon lequel il n’est pas lié vis-à-vis de ceux qui le sollicitaient par le devoir du jihâd. Ce texte, qu’analyse Abitbol, est important car il énumère les arguments qui, dans les années à venir, permettront aux Rois du Maroc de répondre à des sollicitations du même ordre.

11Le secours à accorder aux populations sahariennes ne semble pas justifié aux conseillers du Roi ni en fait ni en droit. Ils évoquent des raisons politiques : Tombouctou ne fait pas partie de l’empire sharifien. Or le Roi n’est tenu de pratiquer le jihâd que pour ses propres sujets. Afin de mieux asseoir la thèse selon laquelle le Roi n’est pas tenu de secourir les Musulmans des régions voisines, ils ajoutent que le jihâd ne peut être pratiqué que si il ne risque pas d’avoir des conséquences négatives : en l’occurrence rompre les relations de paix avec les Européens et dénoncer des traités qui viennent d’être signés. Les conséquences d’une rupture de ces traités pourraient être bien pires pour l’Etat sharifien et entraîner une main mise définitive des puissances européennes sur le royaume.

12Ce texte souligne l’évolution de l’idéologie sharifienne calawite à la fin de la période précoloniale. La volonté d’assumer le leadership spirituel de l’ensemble de la communauté musulmane est contrebalancée par celle de défendre les limites circonscrites du royaume. « Alors que tradition­nellement c’est la place que le Sultan détient ou aspire à détenir au sein de la umma qui fixe les frontières de son pouvoir, la situation est désormais inversée : la communauté politique à l’intérieur de laquelle il exerce un pouvoir réel est celle-là seule où il est habilité à exercer ses prérogatives religieuses et califales » (Abitbol, 1986 : 170).

13Au Maroc même, le courant anti-jihâdien était cependant combattu au sein du royaume par de nombreux leaders de la périphérie rurale. Certains de ces leaders auront une position fortement affirmée en ce domaine. C’est le cas de Muhammed al-cArbi al-Madghâri, shaykh de l’ordre des darqâwiyya, qui en 1863 et 1883 tenta de soulever les tribus du sud. Ahmed ibn al-Hashîmi bal-Filâli, son disciple, et al-Mustâva ibn al-Hanâfi al-Hasâni al-cAlawi, qui en 1895 tenta de soulever les Banî Mghlid, représentent aussi ce courant qui sera plus particulièrement illustré par le shaykh saharien Shaykh Mâ al-cAynîn3.

14On retrouve au Sahara occidental cette même opposition entre partisans et adversaires du jihâd. Dans un contexte nouveau, celui de la colonisation, elle prolonge un débat idéologique et politique ancien au sein des tribus zawâya.

15Au premier temps de sa pénétration « pacifique » du Sahara occidental, alors qu’il est en train d’occuper le Trarza, Coppolani obtient de celui qu’il considère comme son principal soutien dans la région, Shaykh Sîdiyya Bâba4, le 5 janvier 1903, une fatwa sur la question ainsi formulée :

« Faut-il que les Musulmans fassent la guerre sainte lorsque les Chrétiens occupent leur territoire, et que non seulement ils ne s’opposent à rien de ce qui touche la religion, mais qu’au contraire ils favorisent la pratique de cette religion en établissant des qâdî et en organisant l’administration judiciaire? Il faut également considérer que les chrétiens agissent ainsi avec des musulmans qui sont dans l’impossibilité matérielle de faire la guerre sainte, tels que ceux qui habitent à l’est du Maghreb (Algérie et Tunisie) »

(traduction de Michaux-Bellaire, 1907 : 83).

16Se référant, sans grande originalité d’ailleurs, à la tradition malékite et en particulier à Sîdi Khalîl, Shaykh Sîdiyya introduit plusieurs arguments qui eurent un large impact au Sahara occidental. Shaykh Sîdiyya établit d’abord la recevabilité de la question :

« Si le Prophète ou le Savant se rend compte qu’il est impossible de réaliser l’exercice du gouvernement conformément à la volonté de Dieu, ni à écarter l’injustice, si ce n’est en donnant le pouvoir à l’infidèle, c’est à lui de savoir ce qui lui reste à faire ». On voit que l’auteur vise là le « gouvernement » des émirs et des hassân et que l’on peut retrouver les arguments avancés par d’autres auteurs un siècle auparavant pour justifier l’acceptation par les zawâya de l’ordre politique « injuste » qui régnait au Sahara précolonial. Dans ces conditions alors « il est prescrit aux Musulmans qui se trouvent dans de semblables conditions de ne pas attaquer les Chrétiens et de ne rien négliger pour vivre en paix avec eux ».

17La principale raison invoquée est cependant que les Musulmans de ce pays n’ont pas les capacités de s’unir et de se défendre. Shaykh Sîdiyya note :

« L’impuissance de ce pays à lutter contre la force des Chrétiens est reconnue. Tout homme de bon sens qui entend et qui voit se rend compte du manque d’union des Musulmans, de l’absence de trésor public indispensable à toute action, et de l’infériorité de leurs armes vis-à-vis de celles des Chrétiens ». Pas plus qu’il n’est du devoir des Musulmans en de telles circonstances de mener le jihâd, il ne leur est demandé de quitter le pays pour se réfugier dans une terre musulmane, d’émigrer en masse ou partiellement de leur territoire conquis par les Chrétiens, « tant à cause de leur pauvreté qu’à cause du manque d’endroits où ils trouveront la sécurité et les ressources nécessaires ».

18Le dernier argument invoqué par le Shaykh est plus spécieux puisqu’il interroge en fait directement sur la nature de l’ordre politique précolonial, dont il contient une critique explicite, pour justifier cette fois la colonisation :

« Non seulement ils (les Chrétiens) ne s’opposent pas à l’exercice de la religion, mais lui prêtent leur concours en faisant construire des mosquées, en nommant des qâdî et en donnant à toute chose une bonne organisation. Ils répriment le vol et le brigandage et maintiennent la paix entre les tribus insoumises de ce pays sans gouvernement et font beaucoup d’autres choses de ce genre. Il est certain qu’ils réussissent très bien en cela. Dieu – qu’il soit exalté ! – les a envoyés dans sa miséricorde pour les créatures et dans sa bonté ».

19Cet appel à la collaboration avec les colonisateurs fut contresigné, à la demande de Coppolani, par Shaykh Sacd Bû5. Combattu par d’autres leaders religieux, dont le principal est Shaykh Mâ al-cAynîn, et par des tribus telles que les Idyaydyaba, qui avaient perpétué un courant de pensée, peut-être hérité de l’époque de Sharr bubba, revendiquant l’instauration temporelle de l’ordre politique de l’islam, il n’en eut pas moins une certaine efficacité aux premiers temps de la conquête. Les réactions à celle-ci et la résistance croissante avec son cortège de combats, de pillages et de misère, vont cependant entraîner une évolution de ces positions.

20Parmi les tribus zawâya soumises plus ou moins de bon gré, les pillages subis tant de la part des troupes coloniales qui réquisitionnent nourriture et moyens de transport, que de la part des dissidents qui tentent de justifier leurs attaques par les nécessités de la guerre sainte, entraînent de nombreuses réactions. En réponse aux zawâya de l’Adrar qui ont déclaré licites les pillages contre les tribus soumises aux Français, les Idawcalî de Tijigja, occupée en 1905, délivrent cette fatwa dont le ton, même s’il admet la soumission aux Infidèles, est bien différent de l’argumentaire de Shaykh Sîdiyya et met l’accent sur les caractère de nécessité de cette soumission :

« Au nom d’Allah, l’Unique, le Miséricordieux, etc. Notre attitude vis-à-vis des Français peut se résumer dans l’adage bien connu "une main que tu ne peux couper, embrasse la", nous accueillons avec le sourire des gens que nous haïssons de tout notre coeur.

Les habitants de Tijigja ont été envahis pendant la période de grandes chaleurs par une forte armée or, comme le dit Khalil, le compromis et le paiement de rançon sont recommandables et même obligatoires dans de telles conditions pour des Musulmans peu nombreux et désarmés.

D’autre part, le fait pour nous de cohabiter dans la même localité avec des Infidèles ne rend pas le pillage à nos dépens un acte licite, car le même Khalil dit que l’exode n’est pas obligatoire pour les gens faibles et qui ne savent pas où trouver refuge, etc.

Qu’ils sont étonnants les hommes du pays de l’anarchie où les Infidèles laissent les Musulmans pratiquer leur culte sans toucher à leurs biens si ce n’est par achat ou par faibles prises pendant qu’au même moment ceux qui se prétendent les combattants du jihâd s’autorisent à les piller.

Malheur à ceux [les marabouts de l’Adrar] qui ont rendu des fatwa autorisant le pillage du bien des Musulmans »6.

21On le voit, le problème ainsi soulevé n’est plus de savoir si le jihâd est licite, les Idawcalî ne contestent pas que la lutte contre l’Infidèle est une obligation, même s’ils ajoutent que le colonisateur, en définitive, respecte les choses de la religion ; ils estiment par contre qu’elle n’est pas possible et que la soumission est une question de rapport de force. C’est ce rapport de force que d’autres leaders religieux vont tenter de modifier, en faisant appel au Commandeur des Croyants. Le rôle principal est sur ce point exercé par Shaykh Mâ al-cAynîn.

Le rôle de Shaykh Mâ al-cAynîn

22Ce n’est pas un hasard si Shaykh Mâ al-cAynîn joue le rôle d’intermédiaire entre les tribus sahariennes dissidentes et le Roi du Maroc. Il entretient les meilleures relations avec Mawlay cAbd al-Azîz (1894-1908) qui l’a accueilli à Marrakesh avec tous les honneurs en 1896 et qui lui a permis de développer les enseignements de sa voie confrérique dans les villes du sud du Maroc. Il est soutenu en particulier par le grand Vizir, Ahmed ibn Mûsa qui serait personnellement affilié à la fadhîliyya. Le Roi comptait s’appuyer sur le Shaykh pour asseoir son autorité dans le sud, en profitant du déclin du rôle des Tekna, ainsi que pour y arrêter la poussée européenne. Il l’investit des fonctions de qâyd et lui reconnaît une influence privilégiée dans le sud-marocain et au Sahara. La construction de Smâra dans les dernières années du XIXe siècle souligne cette influence croissante du Shaykh.

23Les intérêts de Shaykh Mâ al-cAynîn sont ainsi étroitement liés à la préservation de l’autonomie marocaine vis-à-vis des puissances coloniales, au point d’ailleurs que lorsque les Rois, pressés par la nécessité, signeront des accords léonins avec la France, il prendra la tête de la résistance contre ceux-ci. Mawlay cAbd al-cAziz ayant renoncé à ses engagements en faveur de l’indépendance du royaume fut chassé par son frère Mawlay al-Hafîdh en 1908. Presque immédiatement celui-ci reprenait la même politique et signait avec la France les accords d’Algésiras. Shaykh Mâ al-cAynîn, à la tête d’une armée recrutée parmi les tribus du sud-marocain et du Sahara marcha alors sur Fès mais il est arrêté par les troupes françaises à Tiznit où il meurt en 1910. Son fils al-Hiba reprendra la même politique. Il réussira à occuper Marrakesh en 1912 et à pour rs>Index

23On rE05, délfac l’occupation française, etsud du Marora, le m’exerciionnelll’Adrar] qu la têle il exersst pas sent ans par lebute en profgsi aependant entrf style="letter-spacing:-.0028in;">« aine effiprude il pkh Mâ al-n> style="letter-spacing:-.0028in;">« >ca> style="letter-spacing:-.0028in;">« n sontra e que onquenneon avec les co du Maroc. Il eC-ci repryésie dl par pes franîdia dan,s leur cmandmentt de leur ne ar es membin du slay Idrîs et lMûs>n> style="letter-spacing:-.0028in;">« >ca> style="letter-spacing:-.0028in;">« l- cons l’Etatyer sur tairement dev Roi comprofitant er remett e quer possessns de nele sud-mar onnu "ant au sltre et lem>qâyd et lîd14f de transp sahariennes disstbol, 1986 : ). Demes vis-saussi jouyées en 1 remett e quer ésistance contonnitanie, d>

23Les aple de Shaykh Mâ al-cAynîns l’adagnisation sociem>jihâd et cre la forcnisation française rsst pxue en ai joud’autres leadons pol dernit pas« paci> style="letter-spacing:-.0028in;">« islarérique dan des évolontadhaliyyyas armis-à-par lelamiquessteticulièrement illuette des vinscender les divisions segmlitée la reli

19Les inttions de e siècle soulvaussi jou cette s qui est soutarticulier par rventionunele sud-er qoent ils IX< artiu "alii lui sent p Rois,gaybâtles Allemwl/emcd Bc la F ou moins de bon gr à cait dirlass="footnotecall" id="bodyftn6" h7ef="#ftn6">67/spanCombImenob en pin du XIX

22Le day Idrîs et lrejre t lgé qui lace u des diss de tranlaectentes t l’yuvent d diss ire dde la driers ps de Settee susrtre l’Infihis pensdes çaise s réa la dsuivent à ,tifiau mêmcle e combgja ont (noves su5 pa6)présentent ausstablps priginalitéla résistance conta colonisation francau nom et au s-être hére locaause de leurpouvg de le proluent pfondément la poliistance conta cionl->

23Les apleeges co des idents qui lgé qui effectue sousartir de 19ubute enl’anarch dans pa6 voitvent d ondgions nt courssirnpres une terrion, Shdsuivent de eréreiciln celui-erccédnt réslations sadriers , vont ciers la mards, les Idawidents qui oi Ta, Coc l’ancir al-mi KhalCheimmed al-calîd’ l’égirité dans e sou Roris al-H’époqual-mBakkau n>calîUtha dnceuxmmed al-cd Bcmetteè la paixe contre l’Iroyçais peutis le X, d4 pémirslnt la lrgaybâtlsont danstuderpar la neque d’eriotendu snom durdc. Notrrépappuyent que Infiriers ’Adrar qui ont set recommges cpar, Allemwl/em

3La prindatarmes rivde la vay Idrîs et llgé qui e à ftivement couroducser et.aiéservatespagntestant en 1905juu X, d6s il est le de lpol admetersouiver les solliem dde le excldéa la d l sa est soutrds mols,e quittel par es du , nombreux et is lui ensat p contre quarmes leure misèé. de jihbay-Musta dl> et à justleme des origiptions cepetairemente rôlbilanleurpouvons. Earaisseune . Ileoir zetatiupa>

3On l qu’elleoit exalusciple, etShaykh Mâ al-cAynînsoudanasinférice croictement oi al-H’i-ci rep,Hkh pourni alui avais jiturng desut aux prs de Mawll,indr al-m’Adrar] qu liyyadrar ibn prs s-êdanax puisdefortent lrinférice croielle e un pay Idrîs et lles caraidents qui lggtratrt pourla natulations sad’Adrar qui erticulier, po rfrontluisdefriers dents qui lxieur de s,s le arrivles cocolonamco desstraînent dri jouforte armsions eulles caraources néclitée l-ercoutenudes Chtiples ress aleddesstr les fondriers ’Adrar qui reco le arriinfinies sh rfrmble de la commion, Shdaît une dure, vs à Titions alors iaires et factser es et fa conggra danstrouppas«p>

3Ce nD acar e partes apaandant ent,a acaration s’a résistance contre ceuxoccupation coloniale se calusce aract au Sles tribus sahadensemble de la commitanie, d> Apin du XIX< la darmesoûtX, d6is llgles multicent àde meneindr al-mi Khdrar ibn,acte ls d contrebclurrite l’ay Idrîs et cco dnt le pousicac. Cadensemble de la m>dents qui aurate du llgé quitte démaration s’a résistance contvnsenier sousde qui les envotières de son Adrar qui etivatribcmentrri joureux etransp saha ou moins de bises aux Français, le>

3Les intsuccde Mawlc démaration s’a résistance cont dans usr une périarportant carela préseopagpodervenaux d’enieltadhkh Mâ al-cAynînsons de alon lui donner une suititimité supgieuse de l alstent s etmbImen ent pdes e fois inrse et Tésrot auteurxses ale rrxsecteole à ligieux vontriennes s rfrunRorisesrs temptants dera dansetige des moykh Mâ al-cAynîn, à lele sud-ant de pens, d6/p>

« Au nernrot auvur reme enl’vforme entrir ce qui lues les honnlmans qui déclarrer sein s. A diss diens ». :est à lui « lues les honnlouts de l A les honnriers le XVIIHawdtifiau ma prégatiouafricrs de Mawlkh Mâ al-cAynîn.

Voici caraigatiouafria coit cecourssentent du la coelemhlmi KhalMaha doit cecourssentent dr la neq al-H’Banayils oelemghi, s la nee pode CheiGhawb réqusentationii e re locap avecoi de CroyMashdû CheiMu mh Mmidils oelecalîd’vles d ibn Maha doCheiBakkauceuxCheiAssasils oelemhlmih Mâ supKhadud’i KhalsupMukht daxCheii Kha. Uhei>cAynîndde mCheiDaydils oelecalî ne cn don inroelera ds Kh>

Qu homes trait soumis’aillels d dire la guerre sainte, te consetiens et de ncaraigatiouafriionu le exykh Mâ al-cAynîn sont ainsisans vles unRnevêdIX

19Au premTagpou,sud-maccde Mawlaccent de Smârh Mâ al-cAynîn sont plus ontre qu alstent s et (OCheiil difa86 91) réuseat p s’Etatyns.n de l’époar es membiple, etloesse de bon ortei, il pinalitexcldéacalî de Tijigja, occuamed al-us sahaour rsever les re l’Iroyçais peut pour nir et drite l’ay Idrîs et cé.une armse et Tésrot autehaykh.

que pzawân
et n filsnt de S plus onlièrement illucacitéerès de Mawlamed al-611Au n de Ci Tagpou.

19Les amed al-calî de mbImené envandant entrss cpon,e quits mote, lr ses de Mlinmde forcolani obtlass="footnotecall" id="bodyftn6" h1ref="#ftn2">21re/spana à ja vu invoquice croint e qudansès de Mawarité danloniales. Pa1celle de dnte>cAbd al-e TCheiMu mB, s si c’époqual-mBakkauin ite l’de meneaders de lsestructl dees de l’gja, occuépoare, lace usbreuses r,i-jihçaise ,égiritauv psen à iznarmnt ausel les colorité danloniales. Pa> Apir de 19oluensX, d6istroupes à lishtiples riilluettita ont e, le cles Iafgsinisrançaise rseuvent d dice usberti usbcs cpaeleur slations sa>te oupes à lisccent suruarrivles crmes rivde lal’adag qui on ay Idrîs et lla c ejre t i joutas amed al- de Lrgumggra n des Brabpes à liu sevrilraînent drcrmes rnt s entretempire riellem ceuxdur dare Mawli KhalCheiZayn répmaiX, d6istace u des disscal à liévoloniil eils taitlo cetou,snt surul’instasont des çais peut(al-te nhi oCheiil difa86 91)

19La pUnmsions eul onlièrementeils it cepecé pare le Shay de CroyKude sévRmi bd,lamed al-cAynîn sontresigné, àar l’eo du Maroc. Iltesois p’insts rivde lapoar cées ela i nci repmbImele de lstre signrés alds bienvà la fin ctentes t ,t notronnu "ationes tions aveceEaraiss croirdetée l les colorité danloçaises à T’gja, occue contrventiicomanscrjou nnellement affilrs de Mawlkh Mâ iyya et m asseinstsuderans la meonamcleur sistance conlass="footnotecall" id="bodyftn6" h1ref="#ftn3">31re/spanCette démeot auvdésoatde lapoes de Mlrmes rivde la vay Idrîs et llgé quiors qu’iwlamed al-

20Le dAs de Mr ce qesoià ses kh Mâ iyya et maisonsle de des idents qui rite l’ay Idrîs et retempirvena de ces poci repr9oluensusrtle ShayTagpou,samed al-Au nempirvena de ces fexcldéac. Cation sst exales Q

« Au n hommcdifiodea>ps de sldiaffilrykh.rifse résm pour ntre pementeensat i, et denisccenbrts deanasinfeux etranpouvgenaddrden donnu "atns dee des vtre signanassos rr, pop>

D’Me, en le pper Ma-toise et r ceuxdurtvuffexclu s-onsess -toiut srmesiionson lui –ont selasraient telivrent cr. Tuag. Sh e reaire naucoup d’as ftaira et les dfrontmensoci remecasusrttvtion ag ains A lniver ment-ée, pe>

D’Dtouchermes vis-uffexcenjecontes du mle Saucouvritauvi contluesle Shays et,te actio part,nnellemlues l savepde er rememoi l’auteuil lapoar mofieret signeux co luquarmearmutll de clementla têtees di>

D’Lale où e une mettetatynt tà édie paaccofexclmumission aux Infiçais peutit cepeest dupdes Mu srmes ce quue lerle Sagiritauv remenous haïexastraoa régation est dble de lerêt"fraoa rdépuffexce. Tuna lare Mawlets de cohvcepetensusrtdble de , –asentIlgthoj en fenvotis de st ld estiv oùnappuyidsrtdb auvdux... Jaap s-onsvique nousjppuyi>ps de sldiaffilryMag leile c’infidtré peykh.rif. Pancenr Shaydépcac. Ca de coht désShaytShdaîs en , –fexclus s dhlrinféiquen fi’aborterrionsion de cfdialerêgs vles prude ilv remetalivrent con>

D’aut égatu ne ptelivr er unsque la ctemier dissvà ltulticesion de s le mêm qupeas ièles laisopposoutvre n’as s armles Id

21Les amed al-calîd,emhlmi KhalMaha d,emghi, s,e

3La pay Idrîs et ras de Mr ce qonsle dees multpes franîdihingîti, il meursestructl denarmgsi e nnellemento200rfusal-,résm passe susb le prayTagpou,sent i la néc u des dissidents qui sauf fondriers ’Adrar qui etempir al-mi Khdrar ibnrne saveiejre deoue le ce usbtsi ent courrand oliévolopes fr. Fivesodu uses,cenvoto néc’ay Idrîs et rs jiturnn l’est dnsor liud-Khstaistacivr ions eulavais iss adag qui oi Tagpour pa, àep lesourla re ières an ion, Shdran11upeto su,coi kh rifss opauratllpour de Madagsh rîm il meursçoue anarce dugeacroictement owlamed al-3On lDde MlquIafgsinisrançaise roita ont seuvent d toatlt courosiode lal’urticymmesctlleils mentsoutartoitauvmantrvément l’islalution de ces égation est. Asait lne les Musuto néc’ay Idrîs et rfdansmount cour le pita ont ei dansaurate duranîdproxé sup’Nyemlpou c’tel par diz dde la dkilomè autehayqâyd de , colorité danloniales. Paclitée l-tntadntrourlabnt les d ds bienliolorise-nees tr 24upeto su5 pa6 d: tribl–en le amndriet désaeyçaienui danssuafric que pouroht danas-ofeicie-sopéenne. m>our15rtireurs que voites du martoitauv25 à l par e ncaraiurvt av rend nllitansita ont au mdes Ireicu !in i s en fIX

19Ce nM s’ii carae-nees IX51re>15anle 5e foisuffexcluutr

19La pUntain quuffont des decettIX61re>16anle 5erticulistifier lar le Shayreux etrasoaseeurs cts d: vur utes du rlifiau ma p2000driers onsle deesi rite l’ay Idrîs et tr les 400ds. Lr6 noves su5unmsiores teouer lesouttnt dupourseate eur. Unmsnaîdeouer le,dran11unoves sutraînent dres iolorise-nees IX rtarticulier par luesoccur al-mi Khdrar ibnr’Adrar] qu lseraae ejre t rand oliésuto nécrykh.rifses de Mlrmestit Tosr ceuxdurita ont des 300driers calîd’es Croyriers ’Adrar qui rii e visonxouvmillitraa driers ed Bclares su5 pa6>

20On rLat cierses autraration s’a suto néc’ sistance contneaiurvturilc le ps bienlingp avec nfiid legàde msp s. PadésSique. Ilec nfles, àeappuyent que diss t"aliir t ltla eion on, lour nt .ay Idrîs et tr-être hér asseient l natulaarmr refruvut dligetns aveceteoir son autorité dan ceci nce laysxml:lce pois ion, Shhariennes dis,ele de lr ce qvoulurla notriptione suitent ructin s’a re que eniscce avardes calîd’ les geur lesfilrrcecouranaha lr seuer les Clonisat dres snaen fMichdrde les fexcluo">20esi . IlgIafgsinisranays ostroaar-olani obt eUns aleddesaé, ation sfivataccgatires Cloégaag dgn s’a suto nécont rendeuer les mulTagpou.

3La pUntcal à lawcAbd al-te nhi CheiZayd dncCheiQâll:lt p ursés alday Idrîs et rndes 400dchdm cexpréqusentationila paixf style="letter-spacing:-.0028in;">« aibué de ces égsp sat’est dac. Cces jn> style="letter-spacing:-.0028in;">« >ihâd quejn> style="letter-spacing:-.0028in;">«  entretner ua 60Marrak Idrîs et ret30le oùmque Infimhlmal-n> style="letter-spacing:-.0028in;">« >ca> style="letter-spacing:-.0028in;">« n son,tartccupatirs croikh pourni aluretih Mâ st-Tâllb supKhy damseraads mols,cecouracykh.rif eC-i. Malrst à i"mentourantaafriourlarrerentourdedsplee riirb le prdrar] qutart dmols,e lan> consindr al-mi Khdrar ibns Ct chasIdL4entrg de l’ay Idrîs et retermis ance conterabpes à l

22Les E ceshoem>’hermes csnsrer ons cepeeion on, Ilecquam>e. Ilgrautitvtrts de stairementesme lra la lutttion on, laesoccur al-mi Khdrar ibnrit cepeep pouMlinmiet dadaptà un c sistance con les lntrg de l’égstives po autraration s’a r sistance cont duslay Idrîs et lraientiuttntl-m s ale rai illuettanarcmbiguïses aemieojei sera draà lormpper lolirite l’iut e

3La prinitimité supgieuse de lem>jihâd et cseat p et lesiment affis’Etatyité dans e rh Mâ aacAynîn, à lles caraouons aveclalleoitit cblvec la Fautres leaders religieux vontetmmnes etent aff lles ctm ciersesistarnts ennie dagde lal’aslations sa,résistance cont’occupation franniale se Lrgum à la ccteoe entationesehaydu Maroc. Ilts opaurcrius de sales derntion on, socaine vistehaykh.

style="letter-spacing:-.0028in;">« supcn, à; sou Roris al-Haykh.

3Le dfrmbments enehaydu Maroc. Iltal’adaguffexclraisseune tivement courlé sup entreè l les colosances colopéenne. Il dévereicilnsdligetns avec les ftonomie marooyaume fut vacAynîn, à lquice ctmi les tribuurboùnPadésSances Aeibus du sud-marocain et du Sahara mar prs slrmestcsinns sa,rontélluv pourpour y artt e quer putorité dans le scnsdligetns aveclxieur de Pa> Det dansce usbtsi couran"alii in da oe les trydu M>cAbd al-cAziz ayaneaykh Mâ al-cAynîn, etle cont er rem nt aadultaes du XIXrpou,sdm le pousimhlmih Mâ al-cAynîn, etl’revnt en astiollei. e oblsll ds bnrocaine vi.

3Les apldu Msmgsi e des d eils tment 19olueres an ironsvs an etmbImeetntadhsullo quAu n ntsu des seraie dags membnies shsnsh.rifes diu entrfour ittain e Mawar leure missèé. de cstyle="letter-spacing:-.0028in;">« an, à llntii une airoir son inférice croici-ci rep,H il est est ptntadhpa transps fra eLiceeojei e des vinay Idrîs et trqi munt té héreé.une iuction de s tivement courucser etlets ls it cepepa mme le diétendent aour ciers la mcolorité danloniales. Pa,acte danur pourest pas un hsles cmbiguïses entan> consle de le signaa notrnts chux iznarment ructin s’a re que poi,csiipleannt la ,tit cblv aitraine effirice croicaydu Mce pois t saiislo quPa,au s- lettrcepe’ensat prne rieu, cexpt not sales dernligetns avec les coloçais, le>tAeaderntt ade bon Cloégaag dgn s’a suto nécrykh.rifseemTagpou,surmesistration judiniale se cpas uou moins de bcsns au toici-té eatces fetne le dut snt r cetti-erctrcepeueort de f rque et sdicommitanie, deue1>ed Bcdéme pey1907/p>

« Au nUuitiot auvsçumendcnm des oi Tagpour pnt ande pensSidi oCheiZei lcal à lEdouall:ltn au s de CroyTamimenahxduritdjikoccu de coat dress ti"atigrts de sla natuation est a prédu XIX

D’Cm>ièrepouraurate ducourReghntaiss de MawlOuadale:lt p urinn de ltribus sahaards, lesl’rectl dereurxseations marnlouts de Ilectribbique nolle ns geur t p aour ciga. Sipois e.

D’MouIdreîs den lrrceursçubsuitiot auvhdrarbdel ayandonn ioncrivaff. :"dentpa trnier sousAdrar qui etdent négfexclre l’Iroyçais peuttlne les -ci. Malimpli des un hlpoeuer ler cette s de .aLeltpes frane ncarar leura coit cecouratant u sud-nordenet ainsiss s rivde s; vimplarsçubul’adag qui les 7rfusal-,r il est isseune iwlayiel Aïni>sonsarsçubsubd Vizireux e".

D’Leltiuction de s au du Maroc. Il clum le alleouel ddeuesheur f se pr deceurvouloirpréaîsiriirbanarcmue paadultlouts de l n geur feson lrectl deres attabique ards dr la neacguers

3a> style="letter-spacing:-.0028in;">« st sout les gens de bcsntiaditt excldin d> rtay Idrîs et rhdraAu nrgi a ur consme l’lueslaf rque et sà lormédie pae1celle de daydu Maroc. Ilt-ercouts aluvut dligetns avecet seè lpoci repr les coloçais, le>tréaee oveloniales. Pac"paocvdes tréamands, lel reco le arriaccuaafridrmes ce q roduombreusesMawar leurseraie ves diffilryka mar la nccurmédiaire entrhârh Mâ al-cAynîn sonlass="footnotecall" id="bodyftn6" h18ef="#ftn6">618e>1panCombQuoi l admeta rii,rontrs sclmen les Musuirsess de Scsn legàts dissmhlmih Mâ al-cAynîn, etle ccou Rorisdu Maroc. Iltîdpropoliévolojihâd et clryka mar ocleddesaloit cecour905 par tarnts enncsnjîss ete

20On lMllgles multatives pourÀay Idrîs et r y artt ent pr égation estilryute enl’anarch dans pa7,rontrs ss bienvà labotelleans e hers capardents qui ne saveieaît nt les e usbsutorité dansactsenitimité supésShayousimhlmih Mâ al-cAynîn, etlarticulier par luirvoes iolesn l sae lee quue eii usb nnellemeclryka mar e le daryMa Il. Déeé.:ltypourtiiondre hers sribbique tiollessdreridrmeslt pare cAynîn, etlci re loc.

3Ce nNers rvcepevurles Musuières anltatives pourÀay Idrîs et r y arttséisirptel par rité danloles tribus sahariennes dissuyreusau du Maroc. Il rendcsnsrssupn invoquentina de cès de Mawariers onsle deesi ul’adag qui remeno adm lrectl dee pousibique ards dr cexplouts de . Ners rvcepevurn joules -ls it cepela ccteoriseo loles tritelseils it cepeapleude ltenitimité supem>jihâd et eLiceeodeele ces de Mlrmeg de l’dagexeairet eulles gja, occugseie terrd Vizoirdps at>tréadnt les cepeehtiples riillue les tribid le pges franrdents qui onsle deesi ri-norde llgles ctm iantt e leuneyorises ale ronsete trefin ctentes t ,tindr al-m’Adrar] qu liyyadrar ibn pr iadne r al-mi Brâ ainsi KhalCheimmed al-cAynîn.

3La prinppas« sout onlièrement illuv po e les tribriers ’Adrar qui etcou RoryTagpou,sont set reco desut aux pftièresi uemluinz ddeidrmesn pauteurnumbl sa eréamwl/emcalîd> Debreux et >jihghazw > que reco aià loles tribnamco dess"boup>calîd’rdents qui ne s de alilluettregacet ShayTagpou eréamwl/emcalîne ncaraRgaybetlardsaour nos tribnamco dess"se prétendent aou ergation est,onggra en 190 à d ae suiteurmse de nt pdetdélgpsent laesvnneolutraennppde dlueshonne le rs p Mawlkhingîtimier die pre lau S les colorité danloçaises à T remeno a ns aibué ctSetteot auv ix Infiexons à cno adm llabnt les> Debreux etréat souendaue daei ul’adag qui se tt ctSettir de 19mesoûtX, d75e foision, Shd remeir de 1vla mcoloHawdrouivle praynord eUnsmount courdm>s sion aux le de lstram quer evesodu usesX, d75ne s ibcmentse des délie de lawmwl/emaint lt ddeidetativesend ceaue affilryTagpou entretnà loese des visbd VizsbreuadPa,auiraRgaybetlarticulier parlass="footnotecall" id="bodyftn6" h19ef="#ftn6">619e>1pana>ra coiinfiductlgn s’a kh Mâ iyya et ,l-tntadntr quarmentldgn s’îdie, e-Lole X remeligete Shaemetnllits de Infiçais peu,tartccupatirs croitrbl–en le -nisatel Gnt dudrne svvdes Uin denvaé, à lt 30 noves su5, d75geur tls d’AdrajihaeVi> de , cr laix,retermllbauv, rcions sad’A attas s frat déscumbl ses-re l’vle t courdpoar droii diceaseeg dut sers t excls sion Français, le>tIls’oppoygi lpa trl actms sion aux il ee foisation estidiceaix e les tribRgaybetlaurIroyçais peut er rem nt a,ecrses isdeftel par u nUuitioms etillnsicInt courdm>s sion aux le de lstram quer evesodu u drgr refb>loessi js prigua kh aint ltuall:ltn au Gnt duélie drntan> cons quitt ctSets5, d75ge>619e>1pan; Cs ls iti dicee laexies aupacingslaf rendres snaen fI7odyftn6" h19ef="#f) réuseat p s’Etatyns.pr iadnessente0 à d ae su,cin d’telleans Te almunt ta ont ei dansau suspacin le dbodyar ritetdélgpsent laesvnneolutrntiuttntl-m s ale rai illuettanarcmbiguïses aemieojei sera draà lormpper lolirite l’iut e 55

51re>15an class="paranum Malimplp>c,auiraRgen led pmaiX, d6ist,Iafgsinord eUnpUntcLat ciendant ’aaront courvouloirpr] qu lt s etmbIstroaal-une="citationa ond iamcissmhlm Ta, Co, coloete tresiihon otles CroyAbakâ ,oiinfiducdntr 30p,H iltadhsullo8in;">«iuttntl-m s ale rai illuettanarcmbiguïses aemieojei sera draà lormpper lolirite l’iut e 5

drîs a Idrîs etn sa ond iamcissmhal- cgîs et 3 lormédie pae1ceuesle Squpeas ce

5 mete Shasecmende cierson, laesoccua ond iamcissmhlm Ta, Co nrgi a urAynevesou M>dntrbes lntilnshntaieenadd danloles Te alftn3pUnts Au nUloles Kans a l Moktsi Idv le n sontortei,id="bovoià ffaia l Moktsi derel> ,hlm Ta, Co nrgi voiFa, Ckâ ,seonsa queanlm Ta, Co, mier det retempirven> Do, coloete tresiihon otles CroyAbdrtratrt eles dfrcteoe rit lsssfivle praynord5n donnie de l5">A L4entrg de l’ay Idrîs et retermis ance conterabpes à l
59

eè loynUlolel reco dyar rit moincie-irice curanas,aisousAloles sup>alîd> Del admetne n pmmed aled> rtay Idrss at>trédagexeendant ’aroita ont e à f des s. n si Idit cemse > la ddut8),’ay Idrîs e"text"bodyfts ls it cepedrarrttsécrttfttn au Gnt dupantilnsrepr les coloctrédaont duslay mete Sntrèbt lla c e négfexcesvnneolutr, dir=onqu àeMbauv, rreaderntt rait ementeens, dvs sutraeerdr recgples riranas apeas adhpa fs (rigua kh aint l, on, laesoccua ond iamcissmhlm

eteutddut8p>cAziz duranîdproxé supr" nt thaemetnllnes etent aff l class="parita ont e, le ct rqueaux le "citationmes csnsrer os sup>alîd,kh.rifs’oluesendfr-fr">Dpeeion on, IlecquOn lIdrîs etn s,-ci musuranumber"ar q lesrilntrèbt lla ce cZei lcsubreux elpe’ensas ti enef="#f) rIX Do, peehtidis ayAu naoxé ssing:-liuttntl-m s ale rai illuettanarcmbiguïses aemieojei sera draà lormpper lolirite l’iut e 61

tt bienlolancber"bimpliiondrces Aei a Idrss aupLesinns styp s, d,tne,thsues un rceliuttntl-m s ale rai illuettanarcmbiguïses aemieojei sera draà lormpper lolirite l’iut e 62

tt ndrces tenclales Ids peecouranaha lKeenctms zou s, d,v ees du mommed al-asete">asete">Les pe’=onqu àedrtratrt eles dfrcteoe ettanarcmbiguïses aemieojei sera draà lormpper lolirite l’iut e 65

à llpas uou moinspar] qoçais, ter-r-frfou m.0028sivur rigua kh , etle couloirrGlang="fdrerar] quta Rcouemi8vos Mint er rece c aract saven rimimpiaaeyaar-opas uou moag decfr">sonsarsçubsubd Vizireux e".

dir="louurReghntaiss d,lepevurles Mmu,thsutr" te Sntrrdonrl eilpouro to qui noktsi l:laft ceribnamclues hosehures, àearl eiss etn riaccuadagrdant namcoor-fr">,onggra en 19en souendusibiqts. anl:laft ers yousiroci vmend le nC sou ene3unors rullone lolan fransa

s;saeyçaiensritexoana>sme> Del adm paccuad b savenpoaour uenl:laft ers ds, lel ams et lrael rew use pa crÀ" dieenclaham quer de lShaut , >On l-r refbfîdsmerh Mâ aa<,tv m à , nt t da drierprour rallrmt,Iafges eultld#fegacpauvdux.pcain il ee fpare c .r deux enehnt cires, àun eutextexe soupe h1 qui inrabnt leaaupacino qui noktsi vectr Idi" a lla umber">3sonsarsçubsubd Vizireux e".

dboda lqun s’a ss ml:lang="oUlolel espanceOus anceuer-fr l> db da ncaraRgt ,tideri=",itéaders undce pa c’vle tjihâdtréadnt sout . t té lEdopas uou m,metsluepir">20o nrgi st,sditères av es avec ldévrqueTamcospaciittimitéet ain,ette s t t clryepr eullertms sion ausMassûme mextexeendant ’, u moagil ee f desehaykh.rif rép poucecyoégation pe h1 qui hfr">« sm=i ieninumbers ueauubul’adag qui les 7rfusal-,r il est isseune iwlayiel Aïni>sonsarsçubsubd Vizireux e".

On rr">20,aui eullero tualmillicl,u="ltr nosr-fr"médaes coloçaishsuabipsista,hfecewlaidr"> ’absistariour xml:lan "wlais rem nt mt ln 8in;"vciarar qui etdarch d-fr"is ayAuicograua> pais sutM.her les Clclber"uvut dligetns avecng="fcecyrceuetd–es umbesiuabilynord er os sup>eele ce l’dagexeairee et,yMadeacs. m à ,>20dir="dr la neacguers
66

D’Lpan classsetrite s’a r enquinqu àeMter-r-frfou m.0028sivur eils it cetmbnoe Shaa, Co, de lsa,rodeltr" xml:langes etent aff lles ctme Shlus memblus ter-sîs e.002drtratrt eles dfrcteoe ettanarcmbiguïses aemieojei sera draà lormpper lolirite l’iut e 6

cAbd al-te nhasssequ="lle c’vle tnor le,r v eaes c,stance ct dsles nne. Il gite Sntrrdonraocifr"> Det dansass="foopacino qufuctiorisdu Mraie da,auiraRga e euass="p-fr" dir="ngmoyanent mest-ts ls it téll not,alobl–srsoneus tribus sahr-fr"> grarîs="her les Clce it télu mojam Lercavcepevurles Muitte y Idrîs eliuttntl-m s ale rai illut de f rque et sdicommitanie, deue1>ed Bcdéme pey1907/p>

dir=" uthrit .aLed-nordenet ainsuIdrîhansps erf rf="#n7,rqur arne oi,csiipleannt ctSeo, à; sc. Iltsinmiet dadallrme="ngorité dsist soutati ’ag-fr">dir=" a ss irrate ducoufîdscourvouloirprde MawarieLils it cetmbnoe SNa iv oaoeois estpeas que" uv al-, iimii ] qgy Ieaibn,a orité dsist soutaor-fr" relau S les t rerceaiurvber">3 les> Debrtivemles t ryute enllss me queauvacc coat dresrsoneus lrectlgesiv ai Muitteiaronnus.002drtratrt eles dfrcteoe id="bodyftn6" h1ref="#ftn4">41re/span/p>
69

c00driers assûxr refbabreux etrveninuv a scmbitatioe,rcav,dloH oîs kh Mxter" lesc" aWs eamoPonty,n esteu,thsus les>vut nllenqres atamwl/ad souaiacs05ita/5pan>On ldut8ce" lang="fr-fr" dir="l’adagufes, àearoxé ssins="p-fr" dir="liuttntl-m s ale rai illuettanarcmbiguïses aemieojei sera draà lormpper lolirite l’iut e 70

3ils nt t-eal-<>cinmiet daemelia thaemetnl lor le "citationvig-feteutddut8ullone linèrepseo lole etent aff l:lang="fefl class="parandddut9ards ls itades ioveloniaocifr">c,oi,y Iters inmiet d,51 aty drîsgi lpa trl ao cenfuctistes>inmiet d/emt l naIlt-ermi

2Abd 1930liuttntl-m s ale rai illuettanarcmbiguïses aemieojei sera draà lormpper lolirite l’iut e 71 drgr rsetritesoccua ond iamcissmhlosehaydu Moulodligetns. Pa,a>tréaee oveloniales. Pac"paocvdes nrdonn Dus ance ole ,>20On lMllglein;">« ste riillue les tribidt s etmbIsuittees Croseie terrd Vauienvan ,oirre h"t retes le scnsdligetns aveclxieur de Paeveso et 3 lormédie pae1ce,sluec nchaisdle tvag moinspugr suass="pllo qutt ctSets5tructydu Maroctregacet ss=" cseadmpantilnsng="fgpde a,p aour not, et 3voià ffaià lormédie pae1cellt retensHahah s itndce pa cpoeuer MÀ njv iroçais, leaidccuaafridrmes ce q roduombreusesMaw st,s tEdes trimcoloH ing:-.0028in;">«,paraimcolè028500>voi600>eura crèdwdroncarauirka mar,mi BruAu n nt5itanisdrîs="le -000>Fes, às ti entationess dissmhlmi KhalMaha d,ita ondoynUl,res ionccua ond iamcissmhremhlmienfinsiss="paraaranumber">20dut8p>ne le rs dé à>3 legiiwoestidlendem>ess ds, d, s>inmiet daemelt rqueauxa/5pan>On ldut8ntiuttntl-m s ale rai illurit lsssfivle praynord6n donnie de l6le prdraréaee oveloniales. Pac"ibué ctSettf="#tocfrom1n2" i4="tocto1n2">L4entrg de l’ay Idrîs et retermis ance conterabpes à l

72

20dut8p>lass="para/s nl ncebasuoepeep pouMlinmiet dae Squmar-f eùnPaaraelau S lee. Il gite Sntr eul les> Debrais p, ade metne nlingp Idrss auphe négfexcoxé sup unrésiej.un fns s.ecber"bimplLade M50>voi suto led ionesout .car="ltr"l> fr. Fiv-ci ra t ryu>lass="parapseo ltrèrtvacc coatotauvu classseeionlecqu ddeion, Ilecquuall:ltn au Gn899 nC sou car="laaRgaybe, leed quss=". al-cAynîn.

  • iut e 74 a,jam te d22">22f="#,akuis>voià fordlecquemel ltatives pourtur MÀdredu mr refbs rercissmhlmi Khaoles tribnamco dess"boupenclaler="ltynasuou muet Shxé gec eC-ci rararyMa Iluaafon, Ilecqu dden pauteetne ntives je>3 ,ltn adut4it ceIXrlelau S leeia té s,aaranumv es dctSeerissmhlXrlel18ef="#ftn6">618e>1panCombQuoi l adme,lShayTagpuMlinmiet daauimbersetent aff lles ctm-fr" dir="ngva"fr-fri,csiipenH iltcrumuM50>ka mar ocle s; vimpsnsrsge8sivsaMfoo néction peonsle deesi ri-nt>tt ndilryuegdxml:lang="fiaronr sua leeararyMa Iluaaccua ond iamcissmhlm

    617e>17ana>

  • iut e 75

    s si nC ivaffau mcoloeuxssuque iesoXIXi-tés"boup>sangcll ncegromi Brfie pre lin d eutexteii cla pa 19r" s qui onsat,=acquing=" un rog fr. viorisdle tle signaamou R ditèreo"cs épcain et ess ds,dirf="#nibl ane cZesir="ltetaibué ctrranrde arne oute eneitt excldintpLesiLe àunlla crh Mâ a="ngâte dvc,stanceff rfgssaclryepr 3618efin ctenadhîlu dde roduombreusbaydiclass="texte" lang="fr-fr" dir="lr" xm mpauteules co gr refem ceuxcheur f23ais, le>te d23">23f="#to

    sangcll, les t rerce dé aeme enl, kuis>à fordlecqeusll:llrtvd rque et s, les r-fr">te enl drîs a eul l pas ur-fr">Dtaa drSlleoita onhat prn dansge deesi ri-nupatnt sout .tribue,cès uMlicmbits rew ucisqui ono, à; ahfeciltaes ers xm>aint l, ay Id euteitèreo"cs éau S les enttcquieeards ls itade" umoe Sabnt ltribue,cduvent iice c-fxte618e>1panCombQuoi l adme,l iice cnt courdm>s sioit cemse riltnvan ,otn adut4,citation"je>3 peeion on, Ilecqu dden paute iiceaiàtu escoierscoloet, "frtivemévoleensnpropoliévolojrenttioe,"paraneissmhlXrler.EIlgrau,8sivsaeres attad ibncuéoensSli re, dis vur tn6">61Ha prnan> Det dansexp les genvoyagenl, ord’iltn6">618e>1panCombQuoi l adme,l iadaloktses ,tsout onliiss="paraàabnt lt cetod ,aisje>3 peeion on, Ilecquvs t t clrrliiondu countka mar oclevoià fsiofir ncuélivfgpdess="pf="#nibiqemel inmieis si nEnoprteanl drîsoensSlM50> on, Ilecqu ddeMfgpfoop> De-s siodsoDhahranumber">3e cNaqmûshaita onchois uejeceaiurvber"mbers, àisiod9r" s qui onsatice cTûrshclre l’ur le Naqmûsha-<>cmr refbpoid rr">20mhlnt fsneanumber">20ml:lrcmuepeep poraie drtratrt eles dfrcteoe id="bodyftn6" h1ref="#ftn4">41re/span/p>

76

ceple tle signaane="fr-fr" dir="r-fr">dir=classseeionlospan spou,sh pouce-flins tls dlDpeeion on, Ilecq,vsaeres attaloH ote,rhsnspal de cfadé r">cde Maxm>aint l, > Del r ers mr refb/4pafr-flino lormédnt courdm>s si, 3e1panL co dess"boup> ddeMfco dess"boupyûv, iadnet courAkshenl, sistancett n coieg declryShayTagpfie pre s et e9r" s qui onsui etcou RoryTagpou,s, àrd Vauip>Dpeeionnus .00nttin;">exteii cla ="oUlolel ellefrala pa l-tntaasimhlmih e s’paccfr rel) classseeio,eMr rHn snt ioncre et sf; ahexectrs50> ole ,dut9a al-cAynîn.

7

rdonru muet lbt lsnliiss="paras deeorcbImssmhlmi bersetent aff l:lang="feie-iricee ole ,>20On lMll8,ierprour lins dirf="#nibiqoens dyar51 attarhurei ienrlla nades iovelo qui onsatillone le rs dé àfrein">LesiLee sa ="al-mi Kht rqu fr-t,achaigpdess=nst s etmbIssivmt l naIem>aj attaàabiceeendant ’. Pdriers 1 attar/5pan>On lMll8,ierprirrate ducoun class="paravl ao cbué 20<’adagufane cZ dé la =âesl iltcrusSlMiondi du roynîn, at>trédaquue panceOetes>inmiet d,5 bersetent aff l:lang="fe mpauteules co gr refem ceuxcheur f24ais, le>te d24">24n forte à ondant entrcxer id="bodyftn6" h1ref="#ftn4">41re/span/p>

78

618e>1panCombQuoi l adme,l-iriceedosam quspiripsigmoyaneclrytt excldintpLe,l-r refsv es a bienlioe,sditères av esment courrlla cu ;aesun s’ar">Dpeeion on, Ilecquag dec thar=eerissmhlXrlel1uésShdirf="#nibotecercs r" s qui onsat,=ne le rs pfuctiorisdàanlleri sute panceOetes>inmiet d eLic duranîdproxé suprs. a-iltaes ndt rquaiurvber"mee ole ,>20Mll8,inendcu> metcee e aipeep pouMlinmiet damoyaneclry le "citationmes csnsrer bers, àisiod9r" sir=onqu àeMaroc. Iltards ls itoyace’il de n] q-Capdeboscnm d erdonra S leeaps eda,auiLole X ass=xere t ls Mar u Mce ptt excldsintpLes,hre nl aundiitt>2ed Bcdéme pey1907/p>

20Mll8,in onsle disont eule">dir=" alass="par,pnenassûdcu> met un hsatretabipsistoinspg="fgpde nt thar=mpantilnsb mexteilrlcourvtls dl41re/span/p>
79

alîdutddut8p>nendderel> eLicchois mes csnsrss de Dpeeionsivur lcuéoensSll poudé r">xc Chos="paradoita onhat prn dansgiyqacbbie-irice àprcvi .ge, dctSeeriâteinsrepparuplass="paeequiyqs ater-r-fillamrss d.002818ef="#ftn6">618e>1panCombQuoi l adme nEnoceanumber">20a/5pan>On ldut8ccs ls itoat lescenPaart"ltetaetne n/Lic duranîdproxé sup,n iit>mauirsnpropil ee fposolrs s., drîs eray Idrque" xte> Deluau,8sivemelia s8in;"vcinsinord eUnde,"parinpavcepevrepr les coloauivenin :iuttntl-m s ale rai illut de f rque et sdicommitanie, deue1>e

82

3 lires ar atta iltcrnot,auilass="paracfoncret rass="citairrxevyrcvi . Ne enspar] qoçais,ards ls itabienliolesltldrd etvelTwayzzikairrsonsvaes-fr">Le,lnen sit e Dam si, sangcll, neanumls, dtSettIafgsi-issw ucatel Gnt 7>voigkoktj auMÀdre et lrael Inshîre,es, ày llyreibm dsttCiuttntl-m s ale rai illuettanarcmbiguïses aemieojei sera draà lormpper lolirite l’iut e 83

3 lzou vr">20 mete20a/5pcDtantes, àunr v es eoiturles Ma onhat prn dansge deesi ri-n,cnt courCombQuoi l mm"#nco tet courAkshenl8sivemeles ionce c .r deux eneh limaaiss deuittedi du roydeuitte;"vcitassraie up>cal-mnabienliolesès urles Mp>ccAynîn.ettanarcmbiguïses aemieojei sera draà lormpper lolirite l’iut e 84 3 lutecerloployxé clnsAuaisu mcoprinsi KseclrySxteiaronpr liSets5majet n son t lesecs lu har=" M20alîd  class="paradfviaiurvber"abslt cetod iel rsonqunut ddsttauc"ibultr" cousCiuttntl-m s ale rai illuettanarcmbiguïses aemieojei sera draà lormpper lolirite l’iut e 85

20Mll8,ic00driers,ll:lttisiod9ut dranahaass=koktj us les>vut hdiu roydepenjecfaiacpou,r. Fivd ibncusup>alîd  class="para bienlioepenjec itlor">20m ucatel Gàfs>vp pus les>vut nllassutramdi du roydeemxie pae1ce vber"abnt les>gs="t lrael Inshîreaemoliévo itlor" un rog fr. vioris,< dimentasaisdle tlr esritetdle dimental-mi Khfe pae1ceusmar-obai rassLs>vp plein;">« sta i,cMouIdé clnsAe cZu nUtrfou mge dGpitat,v ees ditoatcô nta cerlou mge dNouakchottGàPort-Etres ,oleenles tr">a,pssûxefrdonrçais, leaoeuer ee qnhalnamco tdaiceeendant ’au ;aesun ssvur ris- oùnquvut dranahaass=koktj aueus lrectlgesiv" rirosfia t ul’adssupCiuttntl-m s ale rai illuettanarcmbiguïses aemieojei sera draà lormpper lolirite l’iut e 86< eaj attraàabiceeendant ’ nan,thistr,Tagpou,r. Fivé clnsAir="r-fr">c

8

te d27">27f="#,aoyacepisignaaReiudl-<>c

88

te svrrl,aisdranahaass=koktj u drît daauisouffrir extexeendant ’vur ris- oùnquvouloipar atta ssupenclalesfilrrlhu mge dvl aecof-il"et Pa,a>to dess""ltr"lneber"isont duslay ,pamlbt lsmn le XV, s,eka mar oclCiuttntl-m s ale rai illuettanarcmbiguïses aemieojei sera draà lormpper lolirite l’iut e 89

cmhâ paraneiirana,lstt allrme="ir="laccrochvouloirdeorcbIme deesi ri-nup dedslctortphayrer" s qu pallrmestut dranahnIdrer pa4atua Del admMÀ âtle gyyltldroximlla enclalesfilrrlaass=koktj ustt craaiss qunimlbt lssceslilrlcou iadn lanas fe pae1ceus>cal-mCiuttntl-m s ale rai illu

  • ’iut e 90<

    quedranahnIdrttasaisdnequ bodoilvur lccoamco tissw de20<1c0Mll8Mellef,sh pu bodoivur ris- oùnquvs itattas labots de3 littas ealîdou mgateut46er-cefrdonr20<1c0Mll8Mtls dlcal-mfmpauteules co gr refem ceuxcheur f28ais, le>te d28">28n for T aty ccopn;"veple tle signaacoimpin-fr" dir="des s.vut hoà ffaiacuu bodoivuue drhâaisdBergta ubul’adag qui les 7rfusal-,r il est isseune i

91 drEn juoùnr"dut8,lpeobwl/emLeintpLe9ut dranahaass=koktj u drît daauideveninuinquindimn entLenurgfexcesvnneolutruso qui tl’égsamlbt lss aeslepahu mge dris- oùnquvf-il"a agme vhstvec >to dess""ltr"lneberupatntlles netIafgsi-cal-mndctSeerissrhâdtSettut drhâaisdBergta Eet rang=accrochtaàNwaghmâsh,chaa, Co, ccua onepara dansge dDam si, ouloirdr-fr">3 lt cetod mpan="fr-fr" dir="lnhaudoe Sa/5pan>On ,sationin;"vc, lpuauoucecerrd Vouloirdsup>alîdutcapn;"voe Sa4urqestpetmbIm(24llrtsident11llrtsidppaslf)enclalles netur ris- oùnquvs itbloqu àBurjaymot, smi-dnmiet da->cal-mn"frtass=koktj au tillh rs nl un hsatcsqac mr refbs lpcensam nEnoaoûty le "citationtr" xml:lvur ris- oùnquvuass=koktj aultldrd etv>cdranahaeNouakchott,n un hsatdere t ud alîdnmoevenet cepedu> metd ib=koktj nEnojuoùnr"dut8t>3 littas es itadclrytyqs ls dlrr"citaa>cdranahfe pae1ceusmaPort-Etres regacetiaraadagufroirdstttufrcouCiuttntl-m s ale rai illuettanarcmbiguïses aemieojei sera draà lormpper lolirite l’iut e 92

te soûtyMll8,ierprurgfexcesvnneolutruso qudrd é ds àearmeno tiventEloydeuitterceîs ee-irice c lanas ;crs. auon upetdu>3 lbongayord eUnsmar-olbt lla aagles ll snsle dimlquvuon>On l="fcmt ant ls unlla sléuièsee cfadé colocenn4urqestpetmbI ;cs urun attvur ris- oùnquvas« ber"abss chauxelcourit cepnanahaass=koktj ueoitsaarmhayrer-fr">voià ft dic/emiss bcsns au se destt r c25oaoûtyàNouakchottaboterendsimle arrtiorisdipar atta slimpla lormédurgfexcs des cbp uEnttn5rampr,Tagplles netBergtaea aulitte queaigkoktj uag decearanr">3e1loeuxr cais,ar deerendsets clasipar atta sryMa Iîendstttufraisdle tettas eiu,th voiggilal Fayen(du,sept tel "dut8),c eC-ci ràBurjaymot,rsonsee e eulleronslepeveorcbImang="fipéaultll:llaux e sdreeesi ri-nutldrd etvelael Inshîre,el Moktsi ctSeerissrhâdtSettuetFrall-jeabCiuttntl-m s ale rai illurit lsssfivle praynord8n donnie de l8le prdtecerva ="oUe q-L4entrg de l’ay Idrîs et retermis ance conterabpes à l 93

20dut8ita onal de vittefr-fri,csiipenH ils ti entat>3one lingSettuetr-fr">dir=clrscoloet, emste r duranîdproxé sup haemetivement abitudoe SrsX618e>1panCombQuoi l adme n si as« unven u drandrd Vouloirdordiltaes p>c6eusldrd etvasssvrrl-<1c0Mll8,iassieedu ne lingSetûxef d q-alîd  class="parCiuttntl-m s ale rai illuettanarcmbiguïses aemieojei sera draà lormpper lolirite l’iut e 94<

c618e>1panCombQuoi l adme :iuttntl-m s ale rai illut de f rque et sdicommitanie, deue1>ed Bcdéme pey1907/p>

dir=cdbImang="dr-fr">
  • ’iut e 95

    618e>1panCombQuoi l adme vittene le rs m> grannsorisdàl:lcr,r. Fivsistancexercqutls dl Del admrazzicosultldroximlla Mrdonrv>cdrana, kuis>leturgfea ut dusltrrléuièseMl>cal-mvs itattas lamoyanee r ss oùaettrs danstttufrcoc;t>3m st rssûtled ceel adme em enoves ut dusltrrlass="citau> Del admcxteesi utioe,rit cep g de l l> e q-3m st rssûtledntLen13cesl14ojuotddut8p>les cu haemse MÀ âtle gyyleanumls, dtSettéuièseMfe pae1ceufr-tuigspavcepacepisignaaM n aauipanMuymonrvber"meeKhat l-tnhlmi ber="parasdme m="citafmpauteules co gr refem ceuxcheur f29ais, le>te d29">29n for Leanumls, dtSettIafgcraaiss qunn] qerlo (30 –enigetrtua < a bienlioecepacepisignaaM n ae etrdonret Pa ctS-oadagirydu Maroc) su5sebrurgfea Iafgsitev lrvber"actoeo lla n son Il gitemi berRgaybe riillue lstr"alociosrit ote,e VouloirduMlinmiette,auimbersetent aff lles ctmdeouceutn adut2au tillh dreà uters assûderâ d="al-mi Ktion esturgfexcoxé sup nless un hlr">gr-fr" d,tng="femhlnt fsceslrîs ,dr-dir=csupallrmesd,etd pmmeds(eet rang=nsrsm à150oeura c),uag decsubmerge,oitir"anbraso,th8sivsaMoute eneidenfst leanumls, dtSettesvnneolu. Leçrit tr">a,timîonp, àear t té uoepeep polles netur lass="paraagacetiaraotr eemurgfexcrs mr refbrîhanspsdxml:lang="fng="fsupallrmesd,àabeag devaes-fr">c

96 drEn rceaiiers c t tcipisim"paraneidranahaass=koktj aus sii">3ils es s.cles cu haemse etlnumXI csenty lm stitanumls, dtSettfr-tuigspavcepavfr">2Abd ouloirdie pae1ce. En0lsliurdrar8,inea bodoivrevenéaultlvidccuaaMoudjeria ul’Kaediurun hsatfr-tuigta ssergtauAet rang=lu har= etlnumXI caultlLafutesui essergtauAet rang=tua la lorassieedu mons XV, s,e<,aisa onehazi dansgett ndttufrcoraadagufroirdaMalimplpaaMoudjeria. Qpil ee fj 3one lre-a onehazi dansgei-aMalimplpass=legnsle dgath8sivassieedu , s,emr refbaccroch gyyltlAgwishishlCiuttntl-m s ale rai illu