Navigation – Plan du site
Construction de l’espace atlantique et changements alimentaires

De l’igname au manioc dans le golfe de Guinée : traite des esclaves et alimentation au royaume du Danhomè (XVIIe-XIXe siècle)

From yams to cassava in the Gulf of Guinea: slave trade and diet in the Kingdom of Dahomey (17th – 19th century)
Dominique Juhé-Beaulaton

Résumés

Avant l’introduction de plusieurs plantes d’origine américaine sur l’ancienne côte des Esclaves, la base de l’alimentation reposait sur la consommation de céréales et de tubercules, à savoir le petit mil, le sorgho, le riz et l’igname. La diffusion du maïs, de la patate douce puis du manioc dans les systèmes agraires après l’arrivée des Européens a donc eu des conséquences sur les régimes alimentaires. La région étudiée se situe dans le Sud du Bénin, zone de contact entre la forêt et la savane, favorisant la diversité des cultures vivrières. Cet article s’attache plus particulièrement à l’étude de la place des tubercules dans l’alimentation de cette région et au processus de substitution qui a conduit le manioc à remplacer l’igname, ce processus étant bien avancé à la fin du xixe siècle. Une chronologie de la substitution est proposée à partir de l’analyse des sources écrites européennes mais aussi des sources orales. La combinaison de différents facteurs, tels que la croissance démographique, la traite des esclaves, les conflits entre royaumes mais aussi les aléas climatiques provoquant des crises de subsistance, permet de comprendre la diffusion de plantes américaines qui offrent des rendements supérieurs aux plantes africaines, particulièrement le manioc. Nous verrons qu’aujourd’hui, si les ignames ne sont plus cultivées dans le Sud du pays pour la consommation ordinaire des hommes, elles continuent cependant à l’être pour être utilisées comme offrandes lors de cérémonies religieuses, ce qui témoigne de la place qu’elles occupent encore dans les représentations.

Haut de page

Entrées d’index

Keywords :

cassava, Dahomey, diet, slavery, yam

Géographique :

Dahomey
Haut de page

Texte intégral

1Dans le golfe de Guinée, sur l’ancienne côte des Esclaves, avant l’introduction de plusieurs plantes d’origine américaine, la base de l’alimentation reposait sur la consommation de céréales et de tubercules, à savoir le petit mil, le sorgho, le riz et l’igname, accompagnés de sauces, composées d’huile rouge, fabriquée à partir du palmier Elaeis guineensis, et de légumes verts (gombo, corète, feuilles de baobab, Vitex doniana…). La région étudiée se situe dans le Sud du Bénin et du Togo actuels, zone de contact entre le domaine forestier guinéo-congolais et les savanes guinéennes, appelée Savane du Bénin ou Dahomey Gap. Elle est caractérisée par des paysages végétaux variés, mosaïque de champs cultivés, de jachères et d’îlots forestiers, milieu favorisant les échanges et les voyages de plantes, et donc une certaine diversité des cultures vivrières.

Carte de localisation de la zone étudiée

Carte de localisation de la zone étudiée

D. Juhé-Beaulaton

  • 1  Ce qui permet de revenir sur la notion de civilisation du riz ou de celle de l’igname, auxquelles (...)
  • 2  Il ne sera pas question ici de revenir sur la difficile identification des plantes à partir des no (...)

2Dans cet environnement particulier, les hommes ont pu cultiver à la fois des céréales, des tubercules et des légumineuses (voandzou et niébé, deux espèces de Vigna)1. La diffusion du maïs, de la patate douce, du manioc et du haricot Phaseolus dans les systèmes agraires après l’arrivée des Européens a donc eu des conséquences sur les régimes alimentaires2. Dans cette région, si les céréales représentent la base de l’alimentation et occupent une place importante dans les rituels, la possibilité de récolter des tubercules permet une diversification des ressources et une meilleure sécurité alimentaire. Mais ne considérer que les tubercules, ce serait leur donner une importance qu’ils n’avaient et n’ont toujours pas, aussi toutes les composantes des menus seront prises en compte. Je m’attacherai plus particulièrement au rôle de l’alimentation dans les processus de substitution, tout en étudiant les préparations culinaires de cette région à partir des sources d’information à notre disposition, sources écrites européennes – récits de voyages et document d’archives –, et sources orales recueillies auprès des habitants.

3Les informations apportées par les sources écrites européennes décrivent les plantes cultivées, principaux éléments de l’alimentation, les observations faites sur les marchés ou lors des invitations à la table des rois et des dons d’aliments, transformés ou pas. Les sources orales relatent les récits d’origine des plantes, leur place dans les rituels, leur intérêt agronomique, diététique ou organoleptique, les raisons de leur adoption ou de leur abandon. Nous disposons donc d’une documentation diversifiée mais cependant peu détaillée sur les pratiques alimentaires passées.

Les plantes cultivées utilisées dans l’alimentation

4L’histoire de l’alimentation d’une région ou d’une population part nécessairement des ressources qui composent les plats, dont les plantes cultivées représentent les ingrédients de base. Avant l’introduction du maïs, le petit mil en premier puis le sorgho formaient ce socle.

Aux origines était le mil…

  • 3  J’adopte dans ce texte la graphie « Danhomè » qui respecte plus la transcription phonétique pour d (...)
  • 4  Wigboldus mentionne également la prééminence du petit mil sur les autres plantes alimentaires, y c (...)

5En effet, la plupart des traditions recueillies à propos de l’origine des plantes cultivées affirment que le mil est un « don de Dieu », qu’il a toujours existé et a toujours été cultivé, ce qui n’est pas le cas des autres plantes, trouvées lors d’un déplacement ou importées par des étrangers. Les sources écrites et orales s’accordent sur la prééminence du petit mil, suivi par le sorgho et l’igname, dans l’alimentation des populations du Danhomè3 au xviiie siècle. Au cours des années 1990, date de mes premières enquêtes de terrain, le souvenir de la culture du petit mil et de ses préparations alimentaires demeurait encore vif dans les mémoires. Nombre d’informateurs ont insisté sur cette place du petit mil4:

À l’arrivée de nos ancêtres, il y avait de la forêt (zunkan). [...] Les champs étaient proches des concessions. Ils cultivaient le mil (likun), le sorgho (abokun), le haricot (ayikun, dont gbogbodokun qui n’existe plus aujourd’hui ; cette variété donnait beaucoup et arrivait à nourrir toute la famille). […] La première culture du Danxomèn [Danhomè] est le likun (Pennisetum sp.). La suivante est abokun (Sorghum sp.). Avec le likun, on prépare de la pâte (wo), le lio, sorte d’akassa. On fait également une boisson, lihan, qui est aujourd’hui destinée aux vodun » (Gnidjazoun, 05/07/91).

  • 5  R.F. Burton, 1864, p. 136-137. La recette de l’akassa figure en annexe de cet article.
  • 6  E. Chaudoin, 1891, p. 277.

6Les préparations alimentaires à base de petit mil sont faites aujourd’hui à partir de farine provenant du Nord du Bénin, achetée sur les marchés, et non plus à partir des grains récoltés. Les auteurs anciens décrivent et donnent rarement les noms des plats préparés dans les langues locales. Le diplomate et explorateur britannique Burton explique les recettes de l’akassa et du wo, sans cependant préciser à partir de quelle céréale elles sont réalisées. Le terme wo désigne la pâte, quelle que soit la céréale utilisée5. Mais les termes lio et lihan reprennent le nom du petit mil, li : le lio est une préparation à base de farine fermentée, cuite dans des feuilles à l’étouffée. Cette préparation se rapproche de celle de l’akassa, cuisinée avec de la farine de maïs, également fermentée, appelée « boule de pâte de maïs » par E. Chaudoin, un négociant marseillais6. Mais, aujourd’hui, le petit mil comme le sorgho sont des céréales marginales dans l’alimentation.

… puis d’autres plantes ont été trouvées

  • 7  Récit de migration cité par Gayibor (N. Gayibor, 1985, vol. 1, p. 281), situé dans la vallée du Mo (...)
  • 8  Si certaines traditions rapportent que le maïs aussi a été trouvé au cours d’une sortie de chasse (...)

7De nombreuses traditions orales recueillies au cours de mes enquêtes font souvent référence à la découverte de nouvelles plantes cultivées lors d’expéditions de chasse ou de migrations dirigées par des chasseurs. Les récits dont les chasseurs sont les héros relatent parfois les « mythes » d’origine de certaines plantes cultivées ; ainsi des traditions orales expliquent la découverte du riz (Oryza glaberrima steud.)7, de l’igname, du maïs8. Les chasseurs étaient les mieux disposés à rencontrer de nouvelles plantes au cours de leurs déplacements dans les zones inhabitées, couramment dénommées « brousse » ou « forêt » ; ces espaces « sauvages » étaient occupés par un génie ou vodun, appelé Aziza, Agué ou Aroni selon les régions, qui donnait la connaissance des plantes. Les chasseurs, qui étaient aussi cultivateurs, étaient initiés aux savoirs associés à cette divinité. Ils rapportaient des plantes et contribuaient ainsi à la diffusion d’espèces d’origine étrangère et à l’adoption de nouvelles cultures ; le choix d’un nouveau lieu d’établissement humain était toujours conditionné par des essais culturaux.

  • 9  Sèdjè Denou : 16/11/91. L’adoption d’un nouvel aliment était toujours conditionnée par un essai su (...)
  • 10  Information recueillie à Sèdjè Denou (16/11/91). Il n’est pas possible à partir du seul nom donné (...)
  • 11  S. Tostain et al., 2003. Chevalier (A. Chevalier, 1912, p. 2), botaniste explorateur, signale dans (...)
  • 12  La présence de ces ignames dans les forêts sacrées peut être interprétée comme le signe d’anciens (...)
  • 13  S. Tostain et al., 2003.

8Ainsi, des sources orales rapportent que, si « le milest un don de dieu, l’igname a été trouvée dans la brousse (gbexanmèn) et expérimentée par un chasseur ; ils l’ont d’abord donnée à leurs animaux9 ». Une igname du Sud-Bénin est appelée zunte (zun.te : forêt.igname ou igname sauvage) car elle pousse dans les brousses sans être plantée. C’est un produit de la brousse (zunkan), rapporté lors des voyages, aussi appelé tevigbango10. En 1991, elle était marginalement cultivée et, en 2003, elle l’était encore rarement. Seuls quelques cultivateurs « conservateurs » gardent le savoir de sa domestication, dont le processus se poursuit encore, comme l’ont montré les travaux des généticiens11. Certaines forêts sacrées où elle se trouve encore à l’état sauvage12 représentent ainsi des pôles de conservation génétique. Des cultivateurs vont toujours dans ces zones boisées pour y recueillir de nouvelles ignames, favorisant ainsi le renouvellement de leur patrimoine génétique13.

L’igname : introduction, adoption et diffusion

  • 14  Enquêtes de Koto Ayivedji, Lissèzoun, Gnidjazoun.
  • 15  Gnidjazoun, quartier Akpoli 19/07/91.
  • 16  Le rôle des rois dans la diffusion de nouvelles plantes est assez souvent évoqué par les informate (...)

9D’après certaines sources orales14, l’igname aurait pu être introduite du pays yoruba voisin (à l’est) : « L’igname est d’origine nago. Le roi est parti en guerre chez les Nago (Ahosu [ou dada] wè yi ahan êdo ayotomè) et il a ramené ces produits pour donner aux vodun qui l’ordonnent15. » Une autre tradition orale recueillie à Abomey auprès de la famille Tokpo (nov. 1991) attribue au roi Tegbessou qui régna de 1732 à 1774 l’apport de l’igname16. L’étymologie du nom de ce roi fait allusion à la culture de l’igname :

Un prince (àhovi) fut envoyé à Ayotomè ; en partant, il prit sur lui de la cola avì, àtakun, àhòwéet là-bas il refusa de manger tout ce qu’on lui donnait pendant trois jours. Alors ceux chez qui il était dirent : “S’il ne veut pas manger, alors envoyez-le sarcler le champ d’ignames.” Mais il ne fit rien : “Si vous m’attendez pour sarcler ce champ d’ignames, alors il sera touffu” (té glé àyonu ton gbo jè na su), d’où le nom de “Tégbésu” que porta Da Ahàndè.

  • 17  E.G. Bay, 1998, p. 91-96 ; A. Guézo, 2013, p. 142.

10Le « nom fort » (nom de règne) de ce roi, Tegbessou, serait donc une contraction de té glé àyonu ton gbo jè na su. Cela ne signifie pas bien sûr qu’il ait rapporté l’igname au Danhomè. S’il est admis que celui qui allait devenir le roi Tegbessou est bien allé à Oyo où il est demeuré un certain temps, les historiens ne mentionnent pas cette référence à l’igname, alors qu’il aurait introduit d’autres traits culturels du pays oyo, comme la divination par le Fa ou l’islam17. Dans tous les cas, il est clair que les échanges de biens et de personnes existaient entre Oyo et Abomey, et les plantes devaient entrer dans ces circuits.

  • 18  Les ignames se conservant mal, les migrants, sachant qu’ils pourraient en trouver dans la brousse (...)
  • 19  Mes enquêtes ; mentionné aussi dans B. Zinzindohoue, 1984, p. 229.

11Ce qui précède amène à supposer que les populations considérées dans cette étude, qui ont toutes une origine commune située à Tado au Togo, cultivaient le mil que les hommes emportaient dans leurs déplacements. C’est au cours de ces mêmes déplacements qu’ils rencontraient d’autres plantes, s’engageant même parfois dans leur domestication, comme pour l’igname18. L’igname a été soit trouvée dans la brousse à l’état sauvage (Lissèzoun, Gnidjazoun), soit rapportée du pays yoruba voisin au cours d’expéditions guerrières (Gnidjazoun, Koto)19. Le déplacement des Yoruba depuis Ifé au Nigeria vers le Sud-Est du Bénin ou vers le Togo peut aussi correspondre à des axes de diffusion de certaines variétés d’ignames. Il serait intéressant de mettre en parallèle les itinéraires de migration et les spécialisations régionales dans la culture de l’igname, que la lecture des sources écrites permet de distinguer.

  • 20  Venu sur la côte ouest africaine en 1871 pour rassembler des collections zoologiques, il séjourna (...)
  • 21  J.A. Skertchly, 1874, p. 95.
  • 22  G. Bosman, 1705, p. 419. Bosman, marchand au service de la Compagnie hollandaise des Indes occiden (...)

12En effet, il semble qu’il existait des variations selon les régions ou l’origine des cultivateurs. Des sources écrites mentionnent la présence dans certains villages d’ignames particulièrement remarquables d’un point de vue culinaire. Skertchly20, un naturaliste britannique, écrit en 1874 que les ignames que lui a données le vieux chef d’Attogon étaient parmi les meilleures qu’il ait jamais goûtées21. Un autre village où il fit étape, Wondonou, est célèbre pour ses ignames et le goût particulier de ses bananes plantains. Enfin, le même auteur précise que les ignames trouvées sur le marché de Zobeme à Ouidah proviennent d’un village proche, Yonu-Pakhon, près d’une zone de bas-fonds réputés pour fournir les meilleures ignames. Pourtant, un voyageur de la fin du xviie siècle, Bosman, précisait que, à Ouidah, « il y a aussi des jammes, mais ni en aussi grande quantité ni aussi bonnes que sur la côte de Guinée, et on ne les estime pas aussi beaucoup22 ».

  • 23  Les Mahi sont issus de populations yoruba et aja résidant au nord du plateau d’Abomey.
  • 24  Voir notamment A. Le Hérissé, 1911, p. 52.
  • 25  B. Zinzindohoue, 1984, p. 229.

13Entre ces deux dates, les esclaves nago cantonnés dans la région de Ouidah ont pu y développer la culture de l’igname. En effet, les guerres menées par les rois du Danhomè contre le royaume d’Oyo à l’est et les Mahi au nord ont fourni des prisonniers yoruba, cultivateurs et consommateurs d’ignames, qui tous n’ont pas été vendus comme esclaves, mais dont certains ont été placés sur des terrains de culture appartenant aux rois, quand ils n’étaient pas sacrifiés aux mânes des ancêtres royaux23. Ces domaines se situaient sur l’ensemble du territoire du royaume, sur le plateau d’Abomey comme dans la région de Ouidah24. Ces esclaves cultivateurs ont pu y développer la culture de l’igname qu’ils maîtrisaient. Cela reste une hypothèse, mais elle se trouve néanmoins confortée par le fait que, aujourd’hui encore, selon l’historien béninois Zinzindohoue25, seuls les habitants d’origine yoruba à Ouidah organisent la fête des prémices de l’igname. Cette fête aurait été importée à Ouidah du pays yoruba par les ancêtres de cet auteur (famille Ajidi). L’origine de cette fête vient ainsi étayer l’hypothèse de l’importation de cette plante dans la région. Le lien culturel apparaît assez logique entre les deux groupes – les esclaves yoruba du xixe siècle et les habitants contemporains d’origine yoruba à Ouidah –, même si le statut d’anciens esclaves n’est cependant pas revendiqué par ces derniers.

Place de l’igname dans les pratiques sociales

  • 26  B. Zinzindohoue, 1984, p. 230.

14Si, dans l’aire d’étude, l’igname n’est pas la plante donnée par les dieux, elle n’en dispose pas moins d’une place particulière dans les systèmes sociaux. En effet, la place de l’igname dans l’alimentation aujourd’hui est très différente de celle du manioc, qui l’a pourtant remplacée dans le régime alimentaire du Sud, car elle s’inscrit pleinement dans les pratiques culturelles. Ainsi l’igname, comme le petit mil, doit faire l’objet de cérémonies religieuses avant sa consommation. Les ancêtres divinisés et les vodun garants de bonnes récoltes doivent manger l’igname avant sa commercialisation sur les marchés et sa consommation par les hommes. Zinzindohoue précise que le vodun Agué, dont il a déjà été question, doit être remercié en tant que « régisseur de la forêt », ayant permis à la semence de fructifier26. Toujours selon cet auteur, la fête des prémices de l’igname à Ouidah se poursuit ensuite autour de Shango, divinité yoruba de la foudre et de l’eau, puis enfin chez les Fon.

  • 27  A.B. Ellis était officier de l’armée britannique et il séjourna plusieurs années sur la côte ouest (...)

15Les sources écrites sont à peu près muettes quant à la place de l’igname dans les pratiques religieuses, exception faite d’Ellis27 qui mentionne en 1890 la coutume de la récolte de l’igname chez les Ewe de la côte des Esclaves :

  • 28  A.B. Ellis, 1890, p. 84.Ellis mentionne aussi la fête de l’igname sur la côte de l’Or. Peut-être y (...)

The yam, or harvest custom, is held very generally by the Ewe speaking peoples, more particularly by the western tribes. As on the Gold Coast, it appears to be a festival held as a thanksgiving to the gods for having protected the yam crop, and suffered it to arrive at maturity; but here its ceremonies are largely mixed with the rites of phallic worship28.

  • 29  Gnidjazoun, quartier (xueda) Akpoli, 19/07/91.

16Cependant les sources orales fournissent des informations assez précises sur les rituels mêmes. Ainsi, la fête des prémices de l’igname a été remarquablement décrite sur le plateau d’Abomey, où cette plante est toujours cultivée et devait être offerte au roi avant son introduction sur les marchés et sa consommation par le peuple. En effet, la récolte des ignames, au même titre que celle du petit mil, faisait l’objet d’une cérémonie des prémices, tedudu. Ce sont les adeptes du vodun Sakpata, d’origine mahi (yoruba), au nord-est d’Abomey, qui organisent ces cérémonies, ce qui représente un argument de plus en faveur de l’origine yoruba de l’igname29. Elles débutent par l’introduction de la nouvelle igname sur le marché hunjro d’Abomey, où, après avoir fait le tour du marché, elle est offerte au vodun Ayizan ; lors du marché suivant, l’igname peut y être exposée, tout le monde peut l’acheter et organiser les cérémonies de jahuhu avant de la consommer (Abomey, 22/11/1991).

  • 30  J.A. Skertchly, 1874, p. 95 ; R.F. Burton, 1864, vol. 1, p. 54.
  • 31  Fondé sur l’analyse de Mauss publiée en 1923, étude rééditée depuis à de nombreuses reprises. Les (...)

17Un autre type d’information révèle l’importance sociale de l’igname, c’est le don de tubercules aux Européens par les dignitaires danhoméens. Plusieurs auteurs mentionnent le don d’ignames lors de réceptions chez le roi ou au cours de leur voyage dans l’intérieur du Danhomè30. Et pourtant, l’igname dans cette région ne constituait pas la base de l’alimentation. Les dons en vivres dépendaient probablement de leur disponibilité selon la saison agricole. L’igname ne pouvant se conserver longtemps, elle entrait peut-être plus facilement dans les dons, une contrepartie étant par ailleurs souvent attendue, comme le précise Burton. Ces cadeaux aux Européens entraient très certainement dans le système d’échanges fondé sur les dons et contre-dons, mis en évidence par Mauss31.

  • 32 Made into a pudding like the fufu of the Gold Coast : J.A. Skertchly, 1874, p. 124. Le fufu, mashed (...)

18Comme pour le mil, les auteurs ont peu décrit la préparation culinaire de l’igname. Skertchly a pu l’observer à Cana, près d’Abomey ; il explique qu’elles sont bouillies et écrasées pour faire un « pudding comme le fufu de la côte de l’Or32 ». Or, au Danhomè aussi, l’igname écrasée, ou plutôt pilée, est appelée fufu et prend l’apparence d’une boule pâteuse que l’on consomme accompagnée d’une sauce de légumes-feuilles avec un peu de viande ou de poisson. C’est le mode de préparation le plus commun et le plus réputé de l’igname.

Et les plantes américaines sont arrivées

  • 33  Je ne pense pas qu’il s’agisse d’une construction mémorielle, les informateurs interrogés n’ayant (...)
  • 34  Le nom « Agouda » désignant les Portugais peut venir du nom du fort portugais, Sâo Joâo Baptista d (...)

19Lors de mes enquêtes, j’ai été étonnée de constater le souvenir encore très vif que certains informateurs avaient de l’origine des plantes cultivées33. Pour ne citer qu’un exemple, à Gnidjazoun, Gnidjazounon Mankabanon (05/07/1991) m’a dit que « les Agouda34 de Glexwe (Ouidah) ont apporté ayikun (haricot Phaseolus), fenyè (manioc), gbade (maïs) et dokwin (patate douce) ». Toutes ces plantes sont d’origine américaine, mais si le maïs et la patate douce semblent avoir été intégrés rapidement dans les pratiques culturales, il n’en a pas été de même pour le manioc. Comment s’est opérée cette mutation ? Est-il possible d’en saisir l’évolution dans le temps et de comprendre les processus de substitution ?

20Pour le maïs, certains informateurs ont donné des explications agronomiques :

  • 35  Les premiers auteurs citant le maïs évoquent des grains multicolores, dont certains rouges, voir D (...)
  • 36  À noter que, avant même la colonisation, du maïs était commercialisé vers la France. Sa culture a (...)
  • 37  Gnidjazoun, 05/07/1991.

Le maïs est arrivé depuis un certain temps ; en ce temps-là, il n’était pas à la portée de tout le monde. Au début, seul le gbade vovo tcheke tcheke (variété rouge) existait avant que n’arrivent les variétés blanches35. Le maïs a concurrencé le mil (likun) qui était cultivé avant le maïs et avec lequel on préparait le lio. […] Nous n’aimons plus cultiver le petit mil car les oiseaux mangent les grains (xèdu). De plus, aujourd’hui tout le monde veut consommer du maïs (agbade). C’est un produit qui se vend bien36. Le maïs reste trois mois en terre seulement et produit beaucoup. Tout ceci fait que la culture du mil a été abandonnée. Le maïs est arrivé ici sous le roi Agonglo (1789-1797), en même temps que le manioc (fènyè). Ce sont les Européens qui les ont amenés. Agonglo l’a distribué à tous les chefs de village. Ceux-ci l’ont planté, et comme le maïs a rendu beaucoup, le mil a alors perdu son importance. Le mil a quasiment disparu aujourd’hui au profit du maïs37.

  • 38  Aklakou, quartier Badome, 21/07/1990.
  • 39  J.-B. Labat, 1728, p. 80. Il n’a pas séjourné en Afrique mais aux Antilles où il a observé les pla (...)

21Pour les tubercules, les informateurs rencontrés n’ont pas été aussi éloquents. Ils avancent néanmoins quelques arguments agronomiques pour expliquer l’arrêt de la culture de l’igname : « On cultivait aussi de l’igname, mais les terres n’étant plus assez fertiles, il a fallu en arrêter la culture, et le manioc (kuté) l’a remplacée38. » Le père Labat avait déjà signalé en 1728 l’exigence d’un sol riche pour l’igname : « L’igname est une espèce de betterave qui vient grosse à proportion de la bonté de la terre où elle est plantée. Elle en demande une forte, grasse et profonde39. » Le manioc, en revanche, peut se contenter de sols peu fertiles, voire épuisés. Dans un contexte de forte pression démographique et d’extension des zones cultivées, la question de la fertilité finit par se poser, même si les pratiques agricoles essaient de pallier ce risque en associant plusieurs cultures et en utilisant les résidus comme engrais. Le recours aux engrais chimiques est encore rare pour les cultures vivrières, et l’épuisement des sols a effectivement pu conduire à l’abandon de l’igname. Cet argument a été avancé à plusieurs reprises par les informateurs. Cela explique aussi le fait que, lorsque l’igname est encore plantée, c’est toujours à proximité des habitations, zone qui bénéficie de l’apport fertilisant des déchets quotidiens et du petit élevage, y compris des porcs. Cette culture de « case » est aussi liée aux pratiques religieuses qui souvent assurent un rôle de conservatoire à la fois alimentaire et agronomique :

  • 40  Sèdjè Denou, 16 nov. 1991 (voir figure 1).

À Sèdjè Denou, si on continue la culture de l’igname, c’est parce qu’elle sert à faire des tisanes (amansin : feuille.eau). Nous ne cultivons pas l’igname parce que nous n’avons pas assez de terre ; nous cultivons du maïs sur le peu que nous avons ; nous plantons l’igname à côté des arbres que nous conservons (pour servir de tuteur) ; nous en mangeons une partie et nous en utilisons pour les cérémonies. On ne peut pas parler véritablement d’une culture de l’igname ici. À Abomey, c’est une culture importante ; alors si, au temps des cérémonies, notre igname ne peut pas encore être récoltée, nous achetons l’igname d’Abomey (hun.te : vodun.igname), nous pouvons utiliser les deux40.

  • 41  E. Chaudoin, 1891, p. 363.
  • 42  La dormance d’un tubercule est la période qui s’écoule entre la maturité et la germination. Elle v (...)
  • 43  Communication orale de J.-L. Paul (université Antilles-Guyane), avril 2013, au MNHN Paris, qui m’a (...)

22De plus, le manioc requiert un temps de travail beaucoup moins important que pour l’igname ou les céréales ; les procédés culturaux sont simples, par bouturage ; les racines tubéreuses peuvent se conserver longtemps en terre et donc être déterrées juste avant la consommation, facilitant le stockage. Ce que Chaudoin, en 1891, a bien observé : « Le manioc est une grande ressource pour ces pays-là. Il peut d’abord rester longtemps sur pied sans se détériorer ou être mis en réserve enfoui dans la terre41. » Ce qui n’est pas le cas des tubercules d’ignames qui doivent être récoltés à maturité et ne bénéficient pas d’un pouvoir de dormance très long, ce qui pose des problèmes de conservation42. De plus, si les temps de préparation culinaire avant la consommation ne varient guère de l’igname au manioc, leur répartition dans le temps est différente. En effet, la préparation de la farine de manioc, qui se conserve bien, n’est pas une obligation quotidienne mais peut se faire à un moment de moindre travail agricole, ce qui permet d’optimiser l’organisation du travail féminin43. Ceci a pu jouer également dans l’adoption de cette plante. La farine ainsi préparée à l’avance pouvait être emportée par les guerriers ou vendue aux établissements européens avant l’embarquement des esclaves.

  • 44  Dans le cadre de ma thèse, j’ai réalisé une analyse lexicologique qui a permis de montrer la répar (...)
  • 45  K. Kelly, 2011, p. 135.
  • 46  Savi est aujourd’hui un village situé à quelques kilomètres au nord de la ville actuelle de Ouidah (...)

23Les sources écrites européennes permettent de mieux saisir la chronologie de la diffusion des plantes américaines. Ainsi, le maïs était déjà largement cultivé dès le début du xviiie siècle44. Kelly45 a notamment trouvé des évidences archéologiques – des grains carbonisés – de la culture du petit mil et du maïs à Savi46, l’ancienne capitale du royaume des Xwéda, datant du début du xviiie siècle.

  • 47  Il est possible que la diffusion de la patate ait déjà entraîné un recul de la culture de l’igname (...)
  • 48  G. Bosman, 1705, p. 419.

24Quant aux tubercules, la patate douce concurrence l’igname, et cela dès le début du xviiie siècle47. En effet, la patate s’est diffusée rapidement et relativement tôt dans la région étudiée. À Ouidah, si l’on en croit Bosman, « ils se servent ordinairement de patates au lieu de pain, et ils en mangent avec toutes sortes de viandes. Il y a une si grande quantité de ces fruits à Fida [Ouidah], que je ne crois pas qu’on en pût trouver autant sur toute la Côte48 ».

25Il est également possible que la patate douce ait été confondue avec l’igname ; cependant les deux tubercules sont cités conjointement parmi les plantes cultivées. Un auteur anonyme du début du xviiie siècle a d’ailleurs parfaitement distingué les modes culturaux de la patate (par bouture d’une partie de la tige) et de l’igname (une partie du tubercule est remise en terre).

  • 49  Anonyme, circa 1708, p. 80.

Leurs patates sont enterre comme les navets avec une feuille qui coure dessus et pour les planter ils remettent seulement des morceaux des branches qui en produisent d’autres.
Ils ont encore une racine nommée igname beaucoup plus grosse et d’asses bon goue pour planter celle cy on la coupe par petit morceaux que l’on met en terre49.

26Un autre tubercule, cité au début de la période étudiée, disparaît ensuite des sources écrites :

  • 50  Anonyme, circa 1708, p. 80.

Il croist aussy une racine que l’on nomme offro, elle est de la taille et de la grosseur d’une noisette et a peu pres de son goue, on la pile et on la fait cuire avec de l’eau et du sucre ce qui fait comme une bouillie fort bonne. Les nègres la mangent crüe50.

  • 51  Chevalier le signale dans le Haut-Dahomey en 1912 (A. Chevalier, 1912) ; Chrétien (J.-P. Chrétien, (...)

27Il s’agit très probablement du Cyperus esculentus, dont les rhizomes forment de petits tubercules ; il est localement appelé efio, nom qui peut être rapproché du terme donné par l’auteur. Aujourd’hui, on le trouve encore sur les marchés, consommé comme gourmandise51.

  • 52  Le Cyperus esculentus n’est plus cultivé aujourd’hui dans le Sud de la zone, alors qu’il est menti (...)
  • 53  La patate en 1895 ne représente plus que 18 % des citations, alors que l’igname en réunit encore 2 (...)

28Le taro et le Cyperus esculentus52, plantes mineures dans l’alimentation, n’apparaissent plus dans les écrits européens au xixe siècle. Notons que le manioc reste marginal jusqu’au début du xixe siècle, période à partir de laquelle sa culture va connaître une grande expansion dans le Sud du Bénin et du Togo, aux dépens de la patate douce et de l’igname qui montrent un net recul53. Selon J.-L. Paul (communication orale), les cochons déterrent les patates et les ignames mais pas les tubercules de manioc amer. Cela pourrait expliquer le recul des autres tubercules lorsque le manioc a été adopté, l’igname continuant cependant à occuper une place importante dans les pratiques sociales. D’après ces observations, le processus de substitution du manioc à l’igname a été moins rapide que pour les céréales (maïs substitué au mil, sorgho, riz) car, à la veille de la colonisation, l’igname représentait encore un tiers des citations.

  • 54  J.-P. Chrétien, 1988, p. 106.

29Nous venons de voir l’évolution du cortège de plantes cultivées qui composaient l’alimentation de ces populations. Des arguments agronomiques ont été évoqués, mais les contextes démographique, économique, politique et social ont également eu des conséquences sur les choix de ces plantes et la nourriture des hommes. L’étude des transformations alimentaires ne peut en être dissociée, comme Chrétien l’a déjà montré pour l’Afrique des Grands Lacs54.

Impact de la traite des esclaves et de la présence européenne sur l’alimentation

  • 55  Carney et Rosomoff (J.A. Carney, R.N. Rosomoff, 2011, p. 53), à la suite de Crosby (A.W. Crosby, 1 (...)

30Dans la région du Danhomè, la traite des esclaves a eu un impact majeur à la fois sur les densités de population et sur sa mobilité, bouleversant les systèmes de production et imposant des adaptations au développement d’un nouveau marché, notamment par des innovations agricoles. Celles-ci ont permis d’apporter un début de réponse aux aléas climatiques impactant la production agricole et de dégager des surplus alimentaires permettant de faire face à la croissance démographique liée à l’afflux des esclaves de traite, aux armées en déplacement, à la mobilité des hommes et, dans une moindre mesure, à la présence européenne, marquée en particulier par le personnel des forts et les équipages des navires55.

  • 56  Voir le chevalier Des Marchais, 1724, p. 40 ; G. Bosman, 1705, p. 356; W. Smith, 1744, p. 194 ; to (...)
  • 57  La décroissance peut aussi être un facteur de développement, ce que Ohadike (D.C. Ohadike, 1981) a (...)
  • 58  Pour la variole, voir G. Bosman, 1705, p. 116 ; P.E. Isert, 1989, p. 166 ; R. Norris, 1790, p. 128 (...)

31Cette région était décrite par les Européens comme très peuplée56, sans qu’il soit bien sûr possible de faire une évaluation de la densité démographique. L’agronome danoise Boserup (1965 ; 1985) a émis l’hypothèse que la croissance démographique peut représenter un facteur déterminant de développement agricole et favoriser ainsi l’adoption de nouvelles cultures57. Cette idée se retrouve également chez Chrétien, qui mentionne la pression démographique et les crises de subsistance comme facteurs d’adoption de nouvelles cultures, comme le manioc, en raison de la disponibilité de nourriture qu’il offrait, et le maïs, celui-ci arrivant à maturité plus rapidement (Chrétien, 1988 : 105). La densité démographique doit cependant être pondérée par les crises sanitaires (épidémies de variole ou de méningite). Nombre de sources orales font état d’abandon de villages pour échapper à la source de contamination, ce qui avait pour effet d’aggraver l’épidémie et le taux de mortalité. Certains auteurs européens mentionnent également ces épidémies58.

Famines et plantes cultivées

  • 59  La mise en dépendance en cas de crise de subsistance a probablement existé avant la traite atlanti (...)
  • 60  Voir P.D. Curtin, 1983, p. 380, mais il ne cite pas ses sources. La Fleur présente un tableau chro (...)

32La traite des esclaves a pu avoir un effet de régulation de la pression démographique en cas de crises de subsistance liées plus particulièrement aux aléas climatiques59. Curtin a émis en 1983 l’hypothèse que les famines ont été une source majeure d’approvisionnement en esclaves, notamment en Sénégambie et en Angola ; plus récemment, La Fleur l’évoque également sur la côte de l’Or60. Ces famines en zone tropicale ont pu amener les chefs de lignage à vendre des membres de leur propre famille pour assurer la vie des autres, ce qui inclut la vente d’esclaves domestiques ou d’autres dépendants.

  • 61  G. Bosman, 1705, p. 417.
  • 62  Cette région se caractérise par deux saisons des pluies et deux saisons sèches : la grande saison (...)
  • 63  G. Bosman, 1705, p. 417. Pour des informations complémentaires sur le calendrier agricole, voir D. (...)

33Qu’en est-il dans la région étudiée ici ? À la fin du xviie siècle, Bosman décrit deux récoltes annuelles de grains61. Il a noté un certain étalement des semis, qui devait permettre d’espacer dans le temps les récoltes. Parmi les plantes cultivées citées par cet auteur, tubercules et gros mil (s’il s’agit bien du sorgho) ont des cycles longs. Bien que semées et plantées au cours de la grande saison des pluies, elles sont récoltées de septembre-octobre (igname) à décembre (sorgho), bénéficiant ainsi des deux saisons pluvieuses, de xwe et de zo62. Bosman ne cite pas le manioc. Il indique en revanche les risques de famine, liés à la fois à l’insuffisance de la première récolte et aux irrégularités de la seconde saison des pluies, qui limitent les semailles de zo63.

  • 64  Il s’agit des îles portugaises de Sao Tomé et Principe, où les navires faisaient généralement esca (...)
  • 65  G. Bosman, 1705, p. 417.

Cependant ils en manquent [de grains] au bout de l’année, au lieu d’en avoir de reste, soit à cause que le Pays est fort peuplé, soit à cause qu’ils en vendent beaucoup aux autres Pays, comme aux deux Popo, & à d’autres Pays voisins.
Cela fait aussi que dans une année infertile ils sont exposés à une grande famine : on a vû pendant ce temps-là que des gens libres se sont vendus pour esclaves, afin de ne pas mourir de faim ; d’autres mettoient leurs esclaves en liberté, parce qu’ils ne pouvoient pas les nourrir. Il arriva en ce temps-là qu’un Capitaine Anglois à Fida, qui chargea son vaisseau d’esclaves sans donner aucune marchandise en échange, les Nègres s’étant contentés de vivres, dont heureusement il s’étoit bien pourvu sur la Côte ; & ayant ainsi chargé son vaisseau, il fit voile vers les îles Portugaises64, où il acheta d’autres vivres pour ses marchandises65.

  • 66  Cet auteur postérieur à Bosman a pu le lire car ses informations sont très proches, mais il ajoute (...)
  • 67  E. Chaudoin, 1891, p. 296.
  • 68  R. Cornevin, 1962, p. 123. Dans le bassin du Congo, Jones relate comment, d’après la légende, le r (...)

34La vente d’hommes pour cause de famine montre que la production alimentaire ne suffisait pas à nourrir la population. Un voyageur, resté anonyme (circa 1708, p. 75), cite également les risques de famine quand le petit mil manque et que cette insuffisance n’est pas compensée par les autres récoltes, à savoir le gros mil, les petites fèves, les patates et enfin les ignames. Le manioc n’est pas cité non plus66. Par la suite, peu d’auteurs, à ma connaissance, abordent ces problèmes de subsistance dans cette région. Seul Chaudoin évoque en 1891 la famine provoquée par les années de sécheresse67. Selon Cornevin, le roi Guezo aurait ordonné la culture du manioc, introduit du Brésil par les commerçants portugais de Ouidah, après la grande sécheresse qui sévit de 1848 à 1851, mais il ne cite pas ses sources, probablement orales68.

  • 69  J.A. Carney, R.N. Rosomoff, 2011, p. 50, 63, 58.
  • 70  Voir P.D. Curtin, 1998, p. 121 ; B.R. Mandelblatt, 2008, p. 420.

35Nous allons voir maintenant quelles ont pu être les conséquences sur l’alimentation de l’afflux des esclaves sur cette côte. Carney et Rosomoff mentionnent l’accroissement de la demande en vivres, lié au développement des comptoirs européens et à la nécessité de nourrir plusieurs mois les captifs avant leur embarquement69. Certains auteurs ont établi un lien entre famines et traite des esclaves70. Il me semble cependant que cette hypothèse doit être nuancée, car si la traite a pu avoir un effet sur la disponibilité des ressources, elle a pu aussi en avoir sur la production, en la stimulant pour répondre à l’augmentation de la consommation.

Traite des esclaves et alimentation

  • 71  Pour des références complémentaires, voir B.R. Mandelblatt, 2008, p. 414 ; J.A. Carney, R.N. Rosom (...)
  • 72  J.S. Wigboldus, 1986.
  • 73  B.R. Mandelblatt, 2008, p. 414.
  • 74  Voir série JJ, AN Paris. La côte entre Sierra Leone et Liberia et les îles Sao Tomé et Principe ét (...)

36Le développement de la traite des esclaves sur la côte du même nom à partir du xviie siècle conduit immanquablement à la question de leur alimentation, avant leur embarquement et pendant la traversée. Des historiens ont déjà évoqué le rôle de l’alimentation des esclaves à bord des navires négriers comme un facteur de développement de l’agriculture sur le continent africain71. Wigboldus a notamment établi un rapport entre la diffusion de la culture de la patate douce et le commerce croissant des esclaves après 166072. Aux côtés des esclaves, il ne faut pas oublier de mentionner la présence des Européens, dont la précarité des établissements coloniaux et des comptoirs commerciaux était grande73. Dans leurs journaux de bord, les capitaines de navires ont précisé les escales où ils pouvaient s’avitailler en vivres, et Ouidah n’était pas l’une d’elles74.

Alimentation des Européens

  • 75  Mais aussi des olives, de l’huile, des oignons, de l’ail, des pruneaux, du bœuf salé, du fromage, (...)
  • 76  AN Paris, C6/26, pièce 183, C6/25/1, pièce 14, C6/25/2. Les conflits en Europe avaient un impact s (...)
  • 77  Voir D. Juhé-Beaulaton, 1994.

37Les famines qui ont conduit les Africains à vendre certains d’entre eux comme esclaves pour assurer leur survie ne touchaient pas nécessairement les Européens, dont l’approvisionnement était en principe assuré par les navires venant d’Europe et faisant escale ailleurs en Afrique de l’Ouest ou dans les îles colonisées par les Portugais, ce qu’évoque Bosman, précédemment cité. En effet, des produits comme les épices, la farine, le lard, le vin étaient apportés d’Europe pour approvisionner les forts et comptoirs75. Cependant, nombreux étaient les voyageurs à se plaindre des difficultés d’approvisionnement de ces comptoirs. Des documents d’archives révèlent cette attente des résidents européens qui, lorsque les navires tardaient à arriver, devaient alors consommer les produits locaux dont ils se méfiaient et qu’ils estimaient moins, certains jugeant mauvais le « pain de may » que les Africains leur vendaient76. La conservation de ces vivres importés était un vrai problème et c’est l’une des raisons du développement des jardins à proximité des forts européens77.

  • 78  Ce que Ohadike a observé au Nigeria lors de l’épidémie de grippe en 1919 (D.C. Ohadike, 1981).

38On ne peut donc déduire dans le cas de Ouidah que ces crises de subsistance ont pu être une des conséquences de la traite, car ce port de traite n’était pas connu comme un lieu d’approvisionnement. Il était, au contraire, remarqué pour la densité de son peuplement dès le xviiie siècle, si l’on en croit les récits des voyageurs déjà cités. La possibilité de faire deux récoltes annuelles de maïs et de récolter les racines de manioc en cas de nécessité a dû contribuer à améliorer la situation alimentaire en augmentant la production agricole. Cependant, l’insécurité générée par la traite et les guerres a probablement eu des conséquences sur la disponibilité de la force de travail, et le manioc a aussi pu représenter une réponse au manque de main-d’œuvre pour assurer la production agricole78.

Alimentation des esclaves

  • 79  J.-B Du Tertre, 1667, t. 2, p. 117.

39Nombre d’Européens ont relaté les difficultés posées par l’alimentation des esclaves attendant d’embarquer, à bord des navires négriers et dans les plantations. L’essor de ce commerce entre les xviie et xixe siècles a nécessité la recherche de produits dont la conservation ne posait pas de problèmes. Le père Du Tertre, missionnaire dominicain aux Antilles au xviie siècle, relate que les Espagnols et les Portugais font sécher la farine de manioc dans un four, ce qui permet de la garder dans leurs forts deux ou trois ans pour nourrir les esclaves et ravitailler leurs navires79. Le père Labat, également missionnaire, évoque aussi les « dépenses nécessaires pour la nourriture et l’entretien de cent vingt esclaves » dans une plantation aux Antilles :

  • 80  J.-B. Labat, 1724, t. 2, p. 330.

Il faut supposer d’abord que l’on aura soin d’avoir du manioc en abondance, de sorte qu’il soit plûtôt en danger de pourir en terre, que d’être obligé de retrancher l’ordinaire que l’on doit donner aux Negres, ou d’acheter de la farine de manioc, qui est souvent fort chere, fort rare, fort difficile à trouver, & qu’il faut toujours payer en argent comptant80.

  • 81  J.-B. Labat, 1724, t. 1, p. 129. L’auteur distingue trois manières de préparer le manioc : deux pa (...)

40Certes, ces citations ne concernent pas la côte des Esclaves, mais elles présentent néanmoins un intérêt : Labat insiste sur la nécessité de cultiver du manioc pour pouvoir nourrir à moindre coût les esclaves, et la préoccupation des négriers sur les côtes d’Afrique était la même81. Ses ouvrages ont d’ailleurs représenté des références pour les voyageurs, notamment les capitaines chargés de rapporter des plantes pouvant être utiles.

  • 82  W.O. Jones, 1957, p. 100 ; I. Castro Henriques, 1989. Le travail plus récent réalisé par de Alenca (...)
  • 83  Voir P.E.H. Hair, A. Jones, R. Law, 1992, p. 781, qui ont édité ses relations de voyages annotées (...)
  • 84  Chevalier Des Marchais, 1724, p. 36.
  • 85  Il faut reconnaître ici l’absence des sources portugaises dont les archives ne sont pas consultées (...)

41La présence du manioc semble attestée dans les établissements portugais relativement rapidement après leur création sur les côtes africaines, principalement dans les îles de Sao Tomé, de Principe et du Cap-Vert. Mais il a d’abord été apporté d’Amérique comme marchandise pour nourrir les esclaves exportés depuis l’Angola et le Congo82. Il est possible qu’avant l’arrivée des Agouda sur la côte des Esclaves, connus aussi sous l’appellation d’Afro-Brésiliens, le manioc n’ait été cultivé qu’à proximité de l’établissement portugais de Ouidah pour l’alimentation des esclaves, ce qui expliquerait qu’il ait circulé sous la forme du produit préparé, la farine de manioc. Les sources de la fin du xviie siècle et du xviiie siècle ne sont guère explicites à ce sujet. En effet, Barbot, un commerçant français qui voyagea en 1678 puis 1681, mentionne le manioc provenant de l’île du Prince (Principe) pour compléter l’alimentation des esclaves à bord des navires, en complément de la farine de maïs de la côte de l’Or et des haricots de La Rochelle, bouillis avec du lard, de l’huile de palme et de la malaguette83. Le chevalier Des Marchais, quant à lui, ne parle que du riz chargé sur la côte du Liberia contemporain et de la farine de manioc en 1724, dans le contexte de la traite des esclaves84. Il aborde en effet la question de l’alimentation des esclaves : « Au cap de Mezurade je prenderois du ris pour moitié et à Juda ou à l’isle du Prince je prenderois pour l’autre quart des petits poids en farine de manok. » Cette remarque du chevalier Des Marchais laisse aussi penser que le manioc a d’abord circulé sous forme de produit consommable. Le nom en fon, principale langue parlée dans le Sud-Bénin, donné aujourd’hui au manioc, fenyè, qui dérive du portugais farinha, permet de supposer qu’il a désigné une préparation culinaire avant la plante elle-même. Le manioc a peut-être été cultivé à proximité du fort portugais de Ouidah, mais aucune source ne l’atteste, à ma connaissance85. Le développement de la culture du manioc semble bien lié à l’alimentation des esclaves, une des raisons étant que la farine se garde mieux que les tubercules d’igname.

  • 86  Chevalier Des Marchais, 1724-1726, date de la remarque 1725, p. 37. Barbot fait la même réflexion (...)
  • 87  J.-B. Labat, 1724, t. 1, p. 330. Plusieurs auteurs ont signalé que l’igname ou la patate douce pou (...)
  • 88  A.N. Paris, C6/26/1.

42Le chevalier Des Marchais explique aussi ce qu’il faudrait faire pour la santé des esclaves et il préconise, entre autres, de leur donner à manger ce qu’ils ont l’habitude de consommer86. La culture des ignames à proximité de Ouidah est peut-être liée à l’alimentation des esclaves d’origine nago/yoruba, consommateurs d’ignames et nombreux à avoir été vendus depuis Ouidah. Celle-ci se retrouve de l’autre côté de l’Atlantique. Le père Labat la mentionne aux Antilles, en précisant que l’igname et la patate apportent un complément alimentaire pouvant compenser le manque de viande87. Cependant, ces tubercules se conservent mal. Le directeur du fort français de Ouidah, Olivier de Montaguère, fit d’ailleurs des essais en 1785 pour sécher des bananes et des ignames, base de l’alimentation des esclaves igbo88. Ce fut un échec avec les ignames.

43Au cours du xixe siècle, d’autres auteurs ont noté l’importance du manioc dans l’alimentation des esclaves : Duncan a observé le traitement des esclaves à Popo (actuel Aného au Togo), chez Mr.Lawson, où ils étaient principalement nourris de farine de manioc :

  • 89  J. Duncan, 1847, vol. 1, p. 104.

Slaves in barracoons for exportation are fed twice during the 24 hours, morning and evening. They are let out of their barracoons, and driven like cattle to the river. […] They are chiefly fed upon farina, a meal ground from the cassada or manioc-root89.

  • 90  A. Dalzel, 1793, p. iv.

44Entre la fin du xviie et le début du xixe siècle, la consommation de manioc a ainsi connu un développement certain, d’abord comme produit préparé puis comme plante cultivée : Dalzel, directeur du fort anglais de Ouidah de 1767 à 1771, précise que le manioc est cultivé au Dahomey, mais qu’il est d’importation récente90. Notons que son observation est antérieure au retour des Afro-Brésiliens.

Rôle des Afro-Brésiliens dans l’adoption du manioc

  • 91  P. Verger, 1953.
  • 92  Ce retour des esclaves émancipés était dû à une double influence : l’une, volontaire, montrant leu (...)
  • 93  Hypothèse également émise par Jones (W.O. Jones, 1957). Il supposait même que les contacts entre l (...)
  • 94  La Fleur fait la même constatation sur la côte de l’Or (J.D. La Fleur, 2012, p. 155-180). Le proce (...)

45Le principe toxique contenu dans les racines tubéreuses du manioc impose une préparation culinaire particulière avant leur consommation qui était ignorée en Afrique. L’historien Verger attribue aux Afro-Brésiliens la diffusion de cette plante d’origine américaine91. Le retour des esclaves affranchis92 et l’installation de commerçants portugais du Brésil, à la fin du xviiie et surtout au xixe siècle, auraient contribué à faire connaître les procédés de préparation indispensables93. Les sources employées pour appuyer cette hypothèse ne sont pas citées, et ma propre lecture des sources écrites européennes ne m’a apporté que peu d’informations sur ce sujet. Il apparaît cependant clairement que la diffusion de la culture du manioc est indissociable de son mode de préparation alimentaire94.

  • 95  Vansina signale l’emprunt en kikongo au terme brésilien mandioca (J. Vansina, 1997, p. 263). Cela (...)
  • 96  J.-B. Labat, 1724, p. 127.
  • 97  E. Chaudoin, 1891, p. 363.
  • 98  J. Vansina, 1997, p. 263.

46Nous avons vu que la diffusion de la culture du manioc a connu un certain retard par rapport à celle du maïs. Le nom guin, kuté, dans le Sud du Togo, pourrait indiquer une introduction du manioc dans cette région avant sa diffusion vers l’est et le royaume du Danhomè, où le nom fon est fenye, du nom du produit fini95. Ce nom, kuté, signifiant « mort. tubercule », fait très certainement référence à la toxicité du tubercule, due au principe cyanhydrique qu’il contient. Les premiers maniocs cultivés ont pu provoquer des empoisonnements entraînant la mort soit des animaux, soit des hommes qui les ont mangés, retardant ainsi la diffusion de cette plante. La toxicité du manioc a d’ailleurs été soulignée par plusieurs auteurs : Labat, aux Antilles, signale des intoxications consécutives à la consommation de manioc96. Chaudoin, en 1891, précise que « la racine de manioc, qui, naturelle, contient un suc toxique, devient une excellente nourriture lorsqu’elle a été préparée et qu’on lui a enlevé ses propriétés nuisibles97 ». Vansina explique également le retard de la culture du manioc par sa technologie particulière, étrangère aux populations africaines, et par le recours à des instruments spécifiques, comme la râpe et la presse98.

  • 99  « Plusieurs voies de diffusion du manioc peuvent être envisagées, le retour des Afro-Brésiliens su (...)
  • 100  Francisco Felix da Souza était un marchand négrier portugais venu du Brésil sur la côte de Guinée (...)
  • 101  A. Le Hérissé, 1911, p. 327.
  • 102  Sa tombe se trouve à Atoeta, sur laquelle il est précisé qu’il est revenu du Brésil en 1835.
  • 103  Jones obtint des informations sur l’origine portugaise de la préparation de la farine du manioc da (...)

47Les informateurs interrogés sur l’origine du manioc font tous état d’une introduction et d’une diffusion relativement récentes dans l’agriculture indigène, mais difficiles à dater. Ils attribuent généralement cette introduction aux Agouda99. L’administrateur Le Hérissé relate, d’après un de ses informateurs, que le premier chacha (Francisco Felix da Souza100) aurait appris aux Danhoméens la préparation du manioc pour le rendre comestible. « C’est lui [le chacha] qui nous apprit la valeur de l’huile de palme et nous montra comment préparer le manioc pour pouvoir le manger sans être malade101. » Francisco Felix da Souza serait arrivé tout d’abord à Aného vers 1785. À Aklakou (Togo, 11/08/90), on dit que le manioc a été rapporté du Brésil par Joaquim Zata d’Almeida, ancien esclave affranchi102, fondateur du village voisin d’Atoeta. Ce même Joaquim aurait établi sa fortune sur la traite négrière et sur le commerce de l’huile, en développant des plantations exploitées par des esclaves ; la culture du manioc aurait pourvu à leur alimentation103. Le nombre de plantations signalées par les auteurs européens, exploitées par des esclaves affranchis de retour en terre africaine qui à leur tour ont pratiqué la traite esclavagiste en direction du Brésil, a certainement favorisé l’adoption du manioc dans l’alimentation. Ainsi, Duncan signale en 1847 des fermes proches de Ouidah tenues par des captifs « foolah » et eya (oyo ?) revenus du Brésil :

  • 104  J. Duncan, 1847, vol. 1, p. 185. « Eyo » fait référence à des populations yoruba, et « Foolah » à (...)

La campagne à dix ou douze milles autour de Ouidah est très intéressante, le sol est bon, le terrain plat, et en beaucoup d’endroits cultivé par des gens revenus du Brésil. Certains d’entre eux en ont été renvoyés pour avoir pris part à une tentative de révolution parmi les esclaves contre leurs maîtres. Ces gens sont en général de la contrée de Eyo et des Foolah104.

  • 105  F.E. Forbes, 1851, vol. 1, p. 123.

48Forbes également visita en 1849 une de ces plantations à trois milles à l’ouest de Ouidah : A splendid palm oil plantation […] thickly set with palm trees, intermixed with corn, cotton, yams, and cassada, according to the soil. […] The proprietor was a liberated African from Bahia, formely a Mahee; and the plantation in the highest order105. L’origine ethno-géographique est ici précisée, mahee/mahi. Or les Mahi sont des cultivateurs d’ignames et de gros consommateurs. Cet ancien esclave revenu du Brésil se souvenait de son origine ; il n’a peut-être pas séjourné longtemps au Brésil où il a eu cependant le temps d’apprendre la technologie associée au manioc. Enfin, le missionnaire méthodiste anglais, Freeman, séjournant au Dahomey dans les années 1840, observa l’extension des cultures de manioc près de la côte :

  • 106  T.B. Freeman, 1887, p. 8. Publication en feuilleton d’un manuscrit daté autour de 1860 dans le jou (...)

The cassada is cultivated more extensively in the provinces of Whydah than it is in the Interior districts ; on account of the farina of that valuable root which are demanded by the slaveships. Some of the natives of Whydah have made little fortunes by the cultivation of the cassada and the manufacture of its farina106.

49L’association entre traite des esclaves et culture du manioc est clairement exprimée par ces auteurs. Apparaît également le développement du commerce d’un produit agricole, parallèlement à celui des esclaves, qui accroît encore les revenus de ce dernier. La culture du manioc a favorisé le commerce des esclaves mais aussi celui de l’huile et permis d’assurer la transition de la traite des hommes à leur exploitation dans les plantations de palmier à huile.

  • 107  Un des effets de la révolution industrielle en Europe a également été de modifier les systèmes de (...)

50L’association manioc-palmier à huile montre également le développement d’une économie tournée à la fois vers le développement industriel de l’Europe, à partir de la deuxième moitié du xviiie siècle, et vers le commerce des esclaves. Ces plantations associant palmier/manioc/maïs permettaient ainsi de répondre à la double demande en huile de palme et en plantes alimentaires – manioc associé au maïs –, destinées aux esclaves des plantations ou bien à ceux en partance pour le Brésil. Les deux « systèmes économiques », l’un toujours fondé sur la traite, l’autre tourné vers l’industrie européenne, nécessitaient le développement d’une économie de plantation de type esclavagiste pour la production de l’huile de palme, dont la demande croissante nécessitait l’exploitation sur place d’une main-d’œuvre servile qu’il fallait nourrir. Ces deux types de production agricole répondaient bien aux exigences de ce nouveau marché107.

Alimentation des guerriers

  • 108  Tel est le cas par exemple des Kotafon, partis du plateau d’Abomey pour arriver finalement dans le (...)

51Un autre facteur qui a pu intervenir également dans l’adoption du manioc est représenté par les expéditions militaires menées par les rois du Danhomè contre les royaumes voisins, principalement oyo. Les guerres fréquentes conduites par les Danhoméens contre leurs voisins ont nécessairement eu un impact sur la population, par les recrutements répétés de troupes, les morts sur les champs de bataille, les prisonniers capturés, les habitants fuyant ces troubles… Des sources orales mentionnent des déplacements de groupes humains pour échapper aux exactions exercées par les armées danhoméennes, soit lors de guerres contre leurs voisins, soit pour enrôler de force des soldats108 ; des régions ont ainsi été dépeuplées, tandis que d’autres ont accueilli des troupes et des captifs, parqués sur des terrains de culture, ou gardés parfois plusieurs mois avant d’être embarqués à bord des navires négriers. Certains villages du Sud-Bénin reconnaissent aujourd’hui leur fonction d’étape sur la route dite des Esclaves, comme à Ahouannozoun (juillet 2004).

52Dans ce contexte de grande insécurité à la fois politique et alimentaire, liée aux mouvements de population, guerres, conscriptions, cantonnements, afflux d’esclaves, le manioc, qui pouvait se conserver en terre et être récolté en cas de besoin, plus encore que la patate, l’igname et les céréales, a permis d’assurer une meilleure sécurité alimentaire.

  • 109  R.F. Burton, 1864, vol. 2, p. 309.
  • 110  J.A. Skertchly, 1874, p. 58.
  • 111  Il se consomme encore ainsi, délayé dans de l’eau avec un peu de sucre ou des arachides… et le gar (...)

53La farine de manioc pouvait être transportée facilement par les guerriers et rapidement délayée dans de l’eau pour être consommée sans même être cuite. Ainsi, à Gnidjazoun (05/07/91), un informateur m’a indiqué que « les rois emportaient en guerre le manioc (fènyè) ainsi que de la farine (e gba dja) de mil (likun) mise en boule, avec des noix de palme ». Du côté des sources écrites, Burton109 précise que le manioc et le riz étaient emportés par les guerriers. Skertchly110 indique également que le manioc présentait le « grand avantage pour les voyageurs de pouvoir être consommé sans être cuit, simplement mélangé à de l’eau, pétri en boule111 ».

54Les guerres du Danhomè avaient lieu en saison sèche, période d’inactivité agricole plus favorable aux déplacements des hommes. Cela peut d’ailleurs expliquer le succès de la farine de manioc pour l’alimentation des soldats, celle-ci se conservant bien, ce qui n’est pas le cas des farines de céréales, et encore moins de l’igname ou de la patate ; son transport est également aisé et sa consommation des plus simple, en l’absence des femmes lors des campagnes militaires, à l’exception cependant des amazones, les femmes-soldats de l’armée danhoméenne.

Le manioc, alimentation quotidienne

  • 112  Dr Repin, 1863, p. 73.
  • 113  J.A. Skertchly, 1874, p. 58.
  • 114  Les sources ne disent rien de la consommation des feuilles de manioc qui sont riches en protéines, (...)

55Au cours du xixe siècle, le manioc est également signalé comme un produit courant sur les marchés, où sont vendus à la fois des produits préparés et des plantes, des animaux et de la viande cuite. Le médecin de la marine Repin mentionna la présence de manioc et sa préparation : « La farine de manioc, humectée d’eau, roulée en boules de la grosseur du poing et renfermée dans un fragment de feuille de bananier, y joue le rôle de pain chez nous112. » Skertchly distingue ainsi sur le même marché de Ouidah le quartier dévolu aux produits locaux, dont le manioc, préparé et râpé, fait partie113. Le manioc semble bien entré dans les usages alimentaires locaux114, et il est même signalé à la cour du roi à Abomey, où Repin a séjourné et consommé des mets préparés à base de plantes américaines selon des modes de préparation locaux, la boule de manioc ou de maïs remplaçant la boule de mil :

  • 115  Dr Repin, 1863, p. 86.

Les esclaves du roi nous apportèrent de sa part et de celle de quelques-unes de ses femmes d’abondantes provisions ; malheureusement elles étaient préparées à la mode culinaire du pays... C’étaient des volailles coupées par fragments et cuites dans l’huile de palme ; des boules de pâte de manioc ou de maïs roulées dans des feuilles de bananier ; une espèce d’épinard à l’huile, etc.115.

  • 116  Cette similitude des menus a également été observée par Chrétien dans la région des Grands Lacs (J (...)
  • 117  R.F. Burton, 1864, vol. 1, p. 137.

56Le manioc est arrivé au cours du xixsiècle sur la table du roi et dès lors était offert aux Européens, parmi d’autres aliments. Francisco Felix de Souza, très proche du roi Guezo, a certainement joué un rôle important dans l’intégration du manioc dans les menus de la cour. D’après les sources écrites, les aliments observés sur les marchés et ceux des festins royaux étaient les mêmes116. Seules la quantité d’aliments et la présence de viande distinguent la diète des cours royales de celle des simples sujets, ce que Burton avait d’ailleurs observé117.

Conclusion

57Pour conclure, le retard de la diffusion du manioc dans cette région, par rapport au maïs, s’explique par la présence du principe toxique contenu dans ses racines, nécessitant un traitement particulier avant leur consommation. Au xixe siècle, les Afro-Brésiliens arrivés sur la côte de Guinée ont contribué largement à la culture du manioc qu’ils avaient l’habitude de consommer et de cultiver, diffusant les méthodes de préparation indispensables à sa consommation. Ils ont ainsi importé à la fois leur savoir-faire et leur goût alimentaire. Ces changements peuvent s’expliquer par une pluralité de facteurs, dont la traite représente un des éléments, certes prépondérant, mais pas unique : l’accroissement naturel de la population, renforcé par la présence des esclaves en attente d’embarquement, les déplacements de populations liés aux guerres, conjugués aux aléas climatiques, et le goût tout aussi naturel pour ce qui est nouveau et qui peut améliorer l’ordinaire. C’est donc une conjonction de ces facteurs qui permet d’expliquer la diffusion et l’adoption de plantes étrangères comme le maïs et le manioc, plus avantageuses d’un point de vue agronomique, aux dépens des céréales et des tubercules africains.

  • 118  Katz l’a notamment mentionné pour le Congo (E. Katz, 1998, p. 287).
  • 119  Selon Bricas et Attaie, l’attachement culturel à l’igname se manifeste toujours en milieu urbain e (...)

58Aujourd’hui, dans la région méridionale (au sud de la dépression de la Lama), l’igname n’a même plus un rôle secondaire dans l’alimentation. Elle a été supplantée par le manioc, ce qui s’observe dans d’autres régions d’Afrique118. Cependant, l’igname reste encore présente dans les systèmes de pensée. Ce constat doit cependant être nuancé en milieu urbain, où l’igname est commercialisée et consommée régulièrement, notamment dans les villes côtières où les ignames sont apportées de contrées situées au nord de la région étudiée. L’igname pilée, le fufu, est devenue un plat typique de l’alimentation urbaine119. C’est un mets particulièrement recherché, et certains restaurants sont réputés et même spécialisés dans la préparation de ce plat. Tel est le cas du bar Mahi à Porto Novo, dont la renommée s’étend en dehors de la ville (figure 5, igname pilée). L’origine « ethnogéographique » ou l’identité ainsi affichée représentent plus un gage de qualité comparable à celui d’un « produit de terroir » qu’une revendication identitaire.

Figures

Figure 1 : Culture de l’igname à proximité des habitations, Sèdjè Denou

Figure 1 : Culture de l’igname à proximité des habitations, Sèdjè Denou

L’arbre sert de tuteur.

© D. Juhé-Beaulaton, 2003.

Figure 2 : Les étapes de préparation du manioc

Figure 2 : Les étapes de préparation du manioc

Ces étapes se retrouvent également chez Labat (J.-B. Labat, 1724 et 1728).

J-B. Du Tertre, 1677, vol. 2, p. 419.

Figure 3 : Préparation du manioc

Figure 3 : Préparation du manioc

J.-B. Labat, 1724, vol. 1, p. 127.

Figure 4 : Femme préparant la farine de manioc, coopérative de fabrication de gari à Sèdjè Denou

Figure 4 : Femme préparant la farine de manioc, coopérative de fabrication de gari à Sèdjè Denou

Elle presse le manioc râpé sur le tamis carré.

© D. Juhé-Beaulaton, 2005.

Figure 5 : Spécialité du bar Mahi à Porto Novo, la pâte d’igname, sauce mouton et arachide

Figure 5 : Spécialité du bar Mahi à Porto Novo, la pâte d’igname, sauce mouton et arachide

© D. Juhé-Beaulaton, 2008.

Haut de page

Bibliographie

Sources écrites non publiées

Archives nationales de France, Paris
Fonds Colonies, série C, Correspondance à l’arrivée
C6 : Sénégal et côtes d’Afrique (1664-1823)
C6/25, C6/26 : Mémoires et documents divers concernant la Guinée ; correspondance des directeurs du comptoir de Ouidah, royaume d’Ardres et fort d’Amoku :
C6/25/1, pièce 14.
C6/25/1, pièce 2 : Mémoire sur la Guinée, auteur anonyme, 1712.
C6/25/2
C6/26/1, pièce 183.

Aix-en-Provence, Archives nationales d’outre-mer
Fonds ministériels, séries géographiques, Dahomey XIII, dossiers 5 et 5 bis : exportation du maïs, encouragement à la culture, 1898-1918, Aix-en-Provence, Archives nationales d’outre-mer.

Anonyme, circa 1708, Relation du royaume de Juda en Guinée..., Aix-en-Provence, Archives nationales d’outre-mer, Dépôt des fortifications des colonies, DFC 75, pièce 104, 90 p.

Des Marchais (chevalier), 1724-1726, « Journal du voiage de Guinée et Cayenne, par le chevalier des Marchais..., pendant les années 1724, 1725 et 1726, enrichy de plusieurs cartes et figures », Paris, BFM, manuscrit français : 24 223. Cartes et figures.

Sources écrites publiées

Borghero, F. (abbé), 1863, « Missions du Dahomey », Annales de la propagation de la foi, p. 48.

Bosman, G., 1705, Voyage de Guinée..., Londres, David Mortier.

Burton, R.F., 1864, A Mission to Gelele, King of Dahome, Londres, Tinsley Brothers, 2 vol.

Chaudoin, E., 1891, Trois mois de captivité au Dahomey, Paris, Hachette.

Dalzel, A., 1793, The History of Dahomy: An Inland Kingdom of Africa; Comp. from Authentic Memoirs; with an Introduction and Notes, Londres, T. Spilsbury and Son.

Dapper, O., 1686, Description de l’Afrique, contenant les noms, la situation & les confins de toutes ses parties, leurs rivieres, leurs villes & leurs habitations, leurs plantes & leurs animaux..., Amsterdam, chez Wolfang, Waesberge, Boom & Van Someren.

Duncan, J., 1847, Travels in Western Africa, in 1845 & 1846: Comprising a Journey from Whydah, Through the Kingdom of Dahomey, to Adofoodia, in the Interior, Londres, R. Bentley, 2 vol.

Du Tertre, J.-B., 1667, Histoire générale des Antilles habitées par les François, t. 2, Paris, T. Jolly.

Ellis, A.B., 1890, The Ewe-speaking Peoples of the Slave Coast of West Africa: Their Religion, Manners, Customs, Laws, Languages, etc., Londres, Chapman and Hall.

Forbes, F.E., 1851, Dahomey and the Dahomans, Londres, 2 vol.

Freeman, T.B., 1887, « Life and travels: Gold Coast, Ashantee, Dahomey », The Western Echo, 1887, supplement, 16-30 july.

Isert, P.E., 1989 [1793], Voyages en Guinée et dans les îles Caraïbes en Amérique, Paris, Karthala Éditions.

Labat, J.-B., 1724, Nouveau voyage aux isles de l’Amérique : contenant l’histoire naturelle de ces pays, l’origine, les mœurs, la religion et le gouvernement des habitans anciens et modernes, les guerres et les événemens singuliers qui y sont arrivez... le commerce et les manufactures qui y sont établies..., La Haye, P. Husson, 2 vol.

Labat, J.-B., 1728, Nouvelle relation de l’Afrique occidentale : contenant une description exacte du Sénégal et des païs situés entre le Cap-Blanc et la rivière de Serrelienne..., Paris, G. Cavelier, 5 vol.

Le Hérissé, A., 1911, L’ancien royaume du Dahomey : Mœurs, religion, histoire, Paris, E. Larose.

Norris, R., 1790, Mémoire du règne de Bossa Ahadée, roi de Dahomé, Paris, Gattey Éditions.

Repin, Dr, 1863, « Voyage au Dahomey », Le tour du monde, vol. n° 161-163, p. 65-112.

Skertchly, J.A., 1874, Dahomey as it is: Being a Narrative of Eight Months’ Residence in that Country, with a Full Account of the Notorious Annual Customs, and the Social and Religious Institutions of the Fons; Also an Appendix on Ashantee, and a Glossary of Dahoman Words and Titles, Londres, Chapman and Hall.

Smith, W., [1744] 1967, A New Voyage to Guinea, Londres, Franck Cass.

Spieth, J., 1906, Die Ewe-Stämme: Material zur Kunde des Ewe-Volkes in Deutsch-Togo, Berlin, D. Reimer.

Études

Alencastro, L.F. (de), 2000, O trato dos viventes. Formaçao do Brasil no Atlântico Sul. Seculos xvi e xvii, Sao Paulo, Editora Companhia das Letras.

Almeida-Topor, H. (d’), 1995, Histoire économique du Dahomey (Bénin) 1890-1920, Paris, L’Harmattan, 2 vol.

Bay, E.G., 1998, Wives of the Leopard: Gender, Politics, and Culture in the Kingdom of Dahomey, University of Virginia Press.

Boserup, E., 1965, The Conditions of Agricultural Growth: The Economics of Agrarian Change under Population Pressure, Aldine De Gruyter.

Boserup, E., 1985, « The impact of scarcity and plenty on development », in R.I. Rotberg et T.K. Rabb (éd.), Hunger and History: The Impact of Changing Food Production and Consumption Patterns on Society, Cambridge University Press, p. 185-210.

Bricas, N., Attaie, H., 1998, « La consommation alimentaire des ignames. Synthèse des connaissances et enjeux pour la recherche », in J. Berthaud, N. Bricas, J.-L. Marchand (éd.), L’igname, plante séculaire et culture d’avenir. Actes du séminaire international CIRAD-INRA-ORSTOM-CORAF, 3-6 juin 1997, Montpellier, p. 21-30.

Carney, J.A., Rosomoff, R.N., 2011, In the Shadow of Slavery: Africa’s Botanical Legacy in the Atlantic World, Berkeley, University of California Press.

Castro Henriques, I., 1989, « Os Portugueses e a reconstruçao do mundo das plantas : o exemplo africano nos seculos xve-xvie », Congresso internacional Bartolomeu Dias e a sua epoca, Actas, vol. III, Porto, p. 363-386.

Chastanet, M., 2010, « A Limousin-French dictionary as a source on the history of cooking: Potatoes in the Tulle area (Corrèze, France) in the early 19th century », in R. Hosking (éd.), Food and Language. Proceedings of the Oxford Symposium on Food & Cookery, Oxford, Prospect Books, p. 84-93.

Chauveau, J.P., Dozon, J.P., Richard, J., 1981, « Histoires de riz, histoires d’igname : Le cas de la moyenne Côte d’Ivoire », Africa, vol. 51, n° 2, p. 621-658.

Chevalier, A., 1912, « Énumération des plantes cultivées par les indigènes en Afrique tropicale et des espèces naturalisées dans le même pays et ayant probablement été cultivées à une époque plus au moins reculée », Bul. Soc. nat. acclim., t. VII, p. 65-79, 104-110, 133-138, 231-242, 312-318, 341-346, 386.

Chevalier, A., 1947, « Cultures nouvelles et cultures qui disparaissent en Afrique occidentale », Rev. Int. Bot. Appl. Agric. Trop., vol. 27, p. 134-138.

Chrétien, J.-P., 1988, « La dimension historique des pratiques alimentaires en Afrique », Diogène, vol. 144, n° 9, p. 92-114.

Cornevin, R., 1962, Histoire du Dahomey, Paris, Berger-Levrault.

Crosby, A.W., 1972, The Columbian Exchange. Biological and Cultural Consequences of 1492, Westport, Greenwood Publishing.

Curtin, P.D., 1983, « Nutrition in African History », Journal of Interdisciplinary History, vol. 14, n° 2, p. 371-382.

Curtin, P.D., 1998, The Rise and Fall of the Plantation Complex: Essays in Atlantic History, Cambridge University Press.

Gayibor, N., 1985, L’aire culturelle Ajatado, des origines à la fin du xviiie siècle, thèse de doctorat d’État, université Paris 1, 3 vol.

Guézo, A., 2013, « Tegbessou et Kpengla dans la généalogie des rois du Danxome : Essai d’interprétation de deux clichés courants dans la transmission orale du récit », in N. Gayibor, D. Juhé-Beaulaton, M. Gomgnimbou (éd.), L’écriture de l’histoire en Afrique. L’oralité toujours en questions, Paris, Karthala, p. 135-166.

Hair, P.E.H., Jones, A., Law, R., 1992, Barbot on Guinea: The Writings of Jean Barbot on West Africa, 1678-1712, Londres, Hakluyt Society.

Jones, W.O., 1957, « Manioc: An example of innovation in African economies », Economic Development and Cultural Change, vol. 5, n° 2, p. 97-117.

Juhé-Beaulaton, D., 1990, « La diffusion du maïs sur les côtes de l’Or et des Esclaves aux xviie et xviiie siècles », Revue française d’histoire d’outre-mer, vol. 77, n° 287, p. 177-198.

Juhé-Beaulaton, D., 1994, « Les jardins des forts européens de Ouidah (Bénin) : Premiers jardins d’essai », Cahiers du Centre de recherches africaines, n° 8, p. 84-105.

Juhé-Beaulaton, D., 1995, Les paysages végétaux de la Côte des Esclaves du xviie siècle à la veille de la colonisation : essai d’analyse historique, thèse de doctorat, Paris, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Juhé-Beaulaton, D., 1998, « Fèves, pois et grains dans le golfe de Guinée : Problèmes d’identification des plantes dans les sources historiques », in M. Chastanet (éd.), Plantes et paysages d’Afrique, une histoire à explorer, Paris, Karthala, p. 45-68.

Juhé-Beaulaton, D., 2002, « Perception du climat et calendrier agricole chez les Fon du Sud du Togo et du Bénin », in E. Katz, A. Lammel, M. Goloubinoff (éd.), Entre ciel et terre : Climat et sociétés, Paris, IRD/Ibis Press, p. 277-298.

Juhé-Beaulaton, D., Roussel, B., 1992, « Les plantes américaines en Afrique tropicale », Cahiers d’outre-mer, vol. 45, n° 179, p. 373-386.

Katz, E., 1998, « Plantes américaines au Sud-Congo », in M. Chastanet (éd.), Plantes et paysages d’Afrique. Une histoire à explorer, Paris, Karthala, p. 28-322.

Kelly, K., 2011, « Contrasts in time and space in Benin and Guinea in slavery in Africa », in P.J. Lane, K.C. Macdonald (éd.), Slavery in Africa: Archaeology and Memory, Oxford, Oxford University Press, p. 127-146.

La Fleur, J.D., 2012, Fusion Foodways of Africa’s Gold Coast in the Atlantic Era, Brill.

Mandelblatt, B.R., 2008, « ’Beans from Rochel and manioc from Prince’s Island’: West Africa, French Atlantic commodity circuits, and the provisioning of the French middle passage », History of European Ideas, vol. 34, n° 4, p. 411-423.

Manning, P., 2004 [1982], Slavery, Colonialism and Economic Growth in Dahomey, 1640-1960, Cambridge University Press.

Miège, J., 1986, « les facteurs naturels de l’alimentation en Afrique », Genève-Afrique, 1, p. 111-121.

Ohadike, D.C., 1981, « The influenza pandemic of 1918-19 and the spread of cassava cultivation on the Lower Niger: A study in historical linkages », The Journal of African History, janvier 1981, vol. 22, no 3, p. 379-391.

Tostain, S., Allomasso, T., Sokpon, N., 2003, « Conservation de l’igname sauvage Dioscorea praehensilis dans les forêts sacrées du département de l’Atlantique (Sud du Bénin) et dans les jardins de case, Annales des sciences agronomiques du Bénin, vol. 4, n° 1, spécial colloque, p. 55-72.

Vansina, J., 1997, « Histoire du manioc en Afrique centrale avant 1850 », Paideuma, 43, p. 255-279.

Verger, P., 1953, « Influence du Brésil au golfe du Bénin », Les Afro-Américains. Mémoires de l’Institut français de l’Afrique noire, vol. 27, p. 11-101.

Verger, P., 1968, Flux et reflux de la traite des nègres entre le golfe de Bénin et Bahia de Todos Os Santos du xviie au xixe siècle, Paris, Mouton & Co.

Wigboldus, J.S., 1986, « Trade and agriculture in coastal Benin c. 1470-1660: An examination of Manning’s early-growth thesis », Afdeling Agrarische Geschiedenis Bijdragen, Wageningen, 28, p. 299-383.

Zinzindohoue, B., 1984, « Tedudu. Fête des prémices d’igname dans la ville fon de Ouidah », in F. de Medeiros (éd.), Peuples du golfe Du Benin : Aja-Ewé, Paris, Karthala, coll. « Hommes et sociétés », p. 221-234.

Haut de page

Annexe

Recette de l’akassa selon R.F. Burton, 1864, vol. 1, p. 136-137.

Akasan is corn (maize), finelly levigated by means of cankey stones, which resemble the “rubstones” of Ireland. Here, as in Europe, the instrument precedes the “quern” ; it is the rudes and the most laborious way of grinding, but the best. The nether stone is a smouth granite slab, convex behind, and above hollowed into a concavity by use : it is disposed at an angle, sloping from the grinder, so as to allow the ground material to fall off. Some 30 to 40 grains of well-soaked maize are placed upon it, to be bruised and pounded with a circular stone rubber ou pestle, tapering, for a handle, at both ends. The housewives work like painters grinding colours, often stopping to wet the corn with water, and they are unpleasant to behold. The material is then placed in wallets like cowrie-bags, and during one day is allowed to ferment in the sun. It is afterwards mixed with water boiled in country pots, and laboured till the sédiment, wich is good for fattening sheep, goats, and pigs, subsides. The clearer portion is again strained, and boiled to the consistency of gruel. It hardens like blancmange when it cools; and lastly, it is packed in leaves. This African succedaneum for bread is wholesome, nutritious, cooling, and slightly acidulated – the sour and the bitter are instinctively preferred in hot, damp, and bile-exiting climates.

Haut de page

Notes

1  Ce qui permet de revenir sur la notion de civilisation du riz ou de celle de l’igname, auxquelles se sont attachés certains auteurs. Chauveau, Dozon et Richard ont déjà remis en cause cette idée fondée sur un déterminisme géographique, la rivière Bandama en Côte d’Ivoire faisant office de limite entre une « civilisation » du riz à l’ouest et une civilisation de l’igname à l’est (J.P. Chauveau, J.P. Dozon, J. Richard, 1981, p. 624). Ils préconisent de considérer le système agricole dans son ensemble.

2  Il ne sera pas question ici de revenir sur la difficile identification des plantes à partir des noms cités dans les sources européennes, puisque ces thématiques ont déjà été abordées dans de précédents articles (D. Juhé-Beaulaton, 1990 ; 1998 ; D. Juhé-Beaulaton, B. Roussel, 1992).

3  J’adopte dans ce texte la graphie « Danhomè » qui respecte plus la transcription phonétique pour désigner le royaume avant la colonisation qui imposa le nom du Dahomey au territoire.

4  Wigboldus mentionne également la prééminence du petit mil sur les autres plantes alimentaires, y compris l’igname, mais il émet l’hypothèse que cette céréale aurait été importée au xvie siècle (J.S. Wigboldus, 1986, p. 333), alors que pour Manning elle était intensivement cultivée dans cette région au xve siècle (P. Manning, 2004). Ma propre lecture des sources et mon interprétation des traditions orales m’inclinent à pencher en faveur de l’ancienneté de la culture du mil. D’autant que l’argumentation de Wigboldus repose plus sur des suppositions que sur des sources dûment citées.

5  R.F. Burton, 1864, p. 136-137. La recette de l’akassa figure en annexe de cet article.

6  E. Chaudoin, 1891, p. 277.

7  Récit de migration cité par Gayibor (N. Gayibor, 1985, vol. 1, p. 281), situé dans la vallée du Mono.

8  Si certaines traditions rapportent que le maïs aussi a été trouvé au cours d’une sortie de chasse (Attogon, Sozoun, Koto Ayivedji), les informateurs attribuent plus souvent son introduction aux Portugais d’origine brésilienne.

9  Sèdjè Denou : 16/11/91. L’adoption d’un nouvel aliment était toujours conditionnée par un essai sur les animaux pour vérifier s’il était comestible. Cet usage n’est pas propre à cette région, c’est un fait commun à toutes les sociétés. Dapper mentionne l’alimentation de cochons avec du maïs au royaume du Congo (O. Dapper, 1686, p. 344). À titre de comparaison, Chastanet précise que, dans le Bas-Limousin, la pomme de terre a d’abord servi à l’alimentation des cochons avant d’entrer dans celle des hommes (M. Chastanet, 2010).

10  Information recueillie à Sèdjè Denou (16/11/91). Il n’est pas possible à partir du seul nom donné à la plante de distinguer les espèces des variétés. Il s’agit de Dioscorea prahensilis (S. Tostain et al., 2003).

11  S. Tostain et al., 2003. Chevalier (A. Chevalier, 1912, p. 2), botaniste explorateur, signale dans l’Oubangui (Tchad) cette pratique d’aller chercher dans la forêt et dans les savanes des tubercules de plusieurs espèces de Dioscorea. Il explique que les hommes enterrent à proximité de leurs cases les tubercules inutilisés qui entrent alors en végétation et constituent un stock dans lequel ils puisent. Il pensait que ces pratiques allaient se perdre, alors que les travaux de Tostain et al. (2003) montrent qu’il n’en est rien, notamment dans la région nord du Bénin. Wigboldus (J.S. Wigboldus, 1986, p. 335) signale aussi, d’après Spieth (J. Spieth, 1906, p. 326 et 328), qu’en 1900 les Ewe avaient préservé leur usage de l’igname de la forêt : ils connaissaient les transitions entre la plante sauvage et les cultivars obtenus par sa domestication graduelle.

12  La présence de ces ignames dans les forêts sacrées peut être interprétée comme le signe d’anciens sites d’habitat où l’igname a pu être cultivée autrefois. G. Chouin l’a observée au Ghana (comm. orale) ; au Bénin, seules les sources orales mentionnent d’anciens habitats aujourd’hui enfouis sous un couvert forestier. Les généticiens eux-mêmes s’interrogent sur leur statut de sauvages et n’excluent pas la possibilité d’un retour à l’état sauvage (communication orale de S. Tostain en juillet 2004 lors d’une tournée de prospection dans le Sud du Bénin).

13  S. Tostain et al., 2003.

14  Enquêtes de Koto Ayivedji, Lissèzoun, Gnidjazoun.

15  Gnidjazoun, quartier Akpoli 19/07/91.

16  Le rôle des rois dans la diffusion de nouvelles plantes est assez souvent évoqué par les informateurs et parfois aussi dans les sources écrites (D. Juhé-Beaulaton, 1990 ; 1995). À titre de comparaison, Chastanet évoque aussi le rôle des élites dans l’adoption de la pomme de terre en France (M. Chastanet, 2010).

17  E.G. Bay, 1998, p. 91-96 ; A. Guézo, 2013, p. 142.

18  Les ignames se conservant mal, les migrants, sachant qu’ils pourraient en trouver dans la brousse et démarrer un nouveau processus de domestication, ne les ont peut-être pas emportées ; ce n’est qu’une hypothèse…

19  Mes enquêtes ; mentionné aussi dans B. Zinzindohoue, 1984, p. 229.

20  Venu sur la côte ouest africaine en 1871 pour rassembler des collections zoologiques, il séjourna contraint huit mois à Abomey et ne put réaliser son objectif premier. Il eut l’occasion d’assister aux grandes coutumes du Dahomey qu’il décrit longuement dans son ouvrage.

21  J.A. Skertchly, 1874, p. 95.

22  G. Bosman, 1705, p. 419. Bosman, marchand au service de la Compagnie hollandaise des Indes occidentales, a résidé à trois reprises à Ouidah et plusieurs mois de suite sur treize ans passés sur la côte de l’Or.

23  Les Mahi sont issus de populations yoruba et aja résidant au nord du plateau d’Abomey.

24  Voir notamment A. Le Hérissé, 1911, p. 52.

25  B. Zinzindohoue, 1984, p. 229.

26  B. Zinzindohoue, 1984, p. 230.

27  A.B. Ellis était officier de l’armée britannique et il séjourna plusieurs années sur la côte ouest africaine, en Gambie et sur la côte de l’Or, mais il visita aussi la côte de Ouidah à Lagos, où il étudia avec beaucoup d’attention les habitants, s’intéressant particulièrement à leur religion. Il rédigea plusieurs ouvrages qui apportent des informations ethnographiques précieuses, même si, comme bien des auteurs, il emprunta à ses prédécesseurs.

28  A.B. Ellis, 1890, p. 84.Ellis mentionne aussi la fête de l’igname sur la côte de l’Or. Peut-être y a-t-il eu également un axe de diffusion de l’ouest vers l’est.

29  Gnidjazoun, quartier (xueda) Akpoli, 19/07/91.

30  J.A. Skertchly, 1874, p. 95 ; R.F. Burton, 1864, vol. 1, p. 54.

31  Fondé sur l’analyse de Mauss publiée en 1923, étude rééditée depuis à de nombreuses reprises. Les sources écrites ne sont pas explicites sur la nature de ces dons.

32 Made into a pudding like the fufu of the Gold Coast : J.A. Skertchly, 1874, p. 124. Le fufu, mashed yam, est également cité par Burton (R.F. Burton, 1864, vol. 1, p. 136.

33  Je ne pense pas qu’il s’agisse d’une construction mémorielle, les informateurs interrogés n’ayant pas été scolarisés.

34  Le nom « Agouda » désignant les Portugais peut venir du nom du fort portugais, Sâo Joâo Baptista de Ajuda.

35  Les premiers auteurs citant le maïs évoquent des grains multicolores, dont certains rouges, voir D. Juhé-Beaulaton, 1990. La couleur rouge intervient dans les représentations symboliques vodous, et cette couleur a pu jouer un rôle dans l’adoption de la plante.

36  À noter que, avant même la colonisation, du maïs était commercialisé vers la France. Sa culture a été encouragée dès le début de l’administration coloniale afin d’exporter vers la métropole. Ces exportations ont considérablement augmenté au cours de la Première Guerre mondiale (Archives nationales d’outre-mer, fonds ministériel, séries géographiques, Dahomey XIII, dossier 5bis), mais les sources anciennes montrent bien que la culture du maïs n’a pas eu besoin d’encouragements pour se diffuser. En revanche, l’augmentation de la production en vue de dégager des surplus nécessaires à l’alimentation des esclaves sur place et vendus outre-mer est concomitante de la traite et de l’accroissement de la population.

37  Gnidjazoun, 05/07/1991.

38  Aklakou, quartier Badome, 21/07/1990.

39  J.-B. Labat, 1728, p. 80. Il n’a pas séjourné en Afrique mais aux Antilles où il a observé les plantes qu’il décrit.

40  Sèdjè Denou, 16 nov. 1991 (voir figure 1).

41  E. Chaudoin, 1891, p. 363.

42  La dormance d’un tubercule est la période qui s’écoule entre la maturité et la germination. Elle varie selon les espèces, d’un mois à quatre ou cinq mois. La durée de stockage est limitée dans le temps et varie selon les variétés et les données climatiques ; mais les tubercules ne se gardent pas d’une récolte à l’autre. La mauvaise conservation de l’igname limitait sa commercialisation au loin.

43  Communication orale de J.-L. Paul (université Antilles-Guyane), avril 2013, au MNHN Paris, qui m’a éclairée de son regard d’agronome et d’anthropologue lors d’échanges toujours enrichissants pour moi. Je le remercie ici chaleureusement. Je n’ai pas retrouvé ces idées dans des articles publiés.

44  Dans le cadre de ma thèse, j’ai réalisé une analyse lexicologique qui a permis de montrer la répartition temporelle des citations des plantes cultivées dans l’ensemble de mon corpus de sources. Les graphiques mettent en évidence la chronologie des processus de substitution. Le corpus comprend l’ensemble des sources écrites – imprimés et documents d’archives – consultées dans ma thèse (D. Juhé-Beaulaton, 1995 ; déposée sur TEL-SHS).

45  K. Kelly, 2011, p. 135.

46  Savi est aujourd’hui un village situé à quelques kilomètres au nord de la ville actuelle de Ouidah. Des fouilles archéologiques ont été menées sur le site de l’ancien palais par une équipe béninoise et américaine.

47  Il est possible que la diffusion de la patate ait déjà entraîné un recul de la culture de l’igname, recul qui sera accentué avec la diffusion du manioc.

48  G. Bosman, 1705, p. 419.

49  Anonyme, circa 1708, p. 80.

50  Anonyme, circa 1708, p. 80.

51  Chevalier le signale dans le Haut-Dahomey en 1912 (A. Chevalier, 1912) ; Chrétien (J.-P. Chrétien, 1988, p. 101) note également dans la région des Grands Lacs le refoulement de certaines plantes, dont le Coleus, lié à la diffusion de plantes de l’Extrême-Orient et de l’Amérique.

52  Le Cyperus esculentus n’est plus cultivé aujourd’hui dans le Sud de la zone, alors qu’il est mentionné à Ouidah par un auteur anonyme (Anonyme, 1708, p. 80). Au Togo, il était encore cultivé à Tsévié à la fin des années 1980. Chevalier avait déjà noté le recul de cette culture en 1912 (A. Chevalier, 1947). Le botaniste Miège a également noté une perte de diversité des plantes alimentaires (J. Miège, 1986).

53  La patate en 1895 ne représente plus que 18 % des citations, alors que l’igname en réunit encore 29 %. Le manioc est passé de 11 % en 1803 à 53 % en 1895 (Voir D. Juhé-Beaulaton, 1995).

54  J.-P. Chrétien, 1988, p. 106.

55  Carney et Rosomoff (J.A. Carney, R.N. Rosomoff, 2011, p. 53), à la suite de Crosby (A.W. Crosby, 1972), Jones (W.O. Jones, 1957), ont également écrit que le maïs et le manioc ont été introduits dans l’objectif de produire des surplus nécessaires au commerce des esclaves, mais ils ne sont pas entrés dans les détails du processus et, surtout, ils n’ont pas étudié la région considérée ici.

56  Voir le chevalier Des Marchais, 1724, p. 40 ; G. Bosman, 1705, p. 356; W. Smith, 1744, p. 194 ; tous ces auteurs ont décrit le pays comme étant bien peuplé, très cultivé.

57  La décroissance peut aussi être un facteur de développement, ce que Ohadike (D.C. Ohadike, 1981) a montré en pays igbo (Nigeria), où le déclin démographique engendré par la pandémie de grippe en 1918-1919 semble avoir favorisé le développement de la culture du manioc, demandant moins de travail et donc moins de main-d’œuvre. Mais, dans la zone étudiée ici, ce développement est antérieur, lié à la forte densité de la population. D’Almeida-Topor relativise d’ailleurs les effets de la grippe sur la démographie du Dahomey (H. d’Almeida-Topor, 1995, vol. 1, p. 286).

58  Pour la variole, voir G. Bosman, 1705, p. 116 ; P.E. Isert, 1989, p. 166 ; R. Norris, 1790, p. 128 ; abbé F. Borghero, 1863, p. 48.

59  La mise en dépendance en cas de crise de subsistance a probablement existé avant la traite atlantique ; celle-ci a cependant changé l’échelle économique et a pu aggraver le déséquilibre alimentaire provoqué par des instabilités climatiques.

60  Voir P.D. Curtin, 1983, p. 380, mais il ne cite pas ses sources. La Fleur présente un tableau chronologique des crises ayant eu un impact sur la démographie, citant sources et références (J.D. La Fleur, 2012, p. 137-144).

61  G. Bosman, 1705, p. 417.

62  Cette région se caractérise par deux saisons des pluies et deux saisons sèches : la grande saison des pluies, appelée xwe, d’avril à juillet, et la petite saison des pluies, zo, de septembre à novembre.

63  G. Bosman, 1705, p. 417. Pour des informations complémentaires sur le calendrier agricole, voir D. Juhé-Beaulaton, 2002.

64  Il s’agit des îles portugaises de Sao Tomé et Principe, où les navires faisaient généralement escale pour s’approvisionner en eau et vivres.

65  G. Bosman, 1705, p. 417.

66  Cet auteur postérieur à Bosman a pu le lire car ses informations sont très proches, mais il ajoute des précisions dans ses descriptions des plantes qui montrent qu’il les a réellement observées. Voir supra sa description de la culture de la patate.

67  E. Chaudoin, 1891, p. 296.

68  R. Cornevin, 1962, p. 123. Dans le bassin du Congo, Jones relate comment, d’après la légende, le roi du Congo sauva le peuple de la famine en lui montrant l’utilisation du manioc (W.O. Jones, 1957, p. 106).

69  J.A. Carney, R.N. Rosomoff, 2011, p. 50, 63, 58.

70  Voir P.D. Curtin, 1998, p. 121 ; B.R. Mandelblatt, 2008, p. 420.

71  Pour des références complémentaires, voir B.R. Mandelblatt, 2008, p. 414 ; J.A. Carney, R.N. Rosomoff, 2011, p. 50 ; ils évoquent principalement le développement de plantations cultivées par des esclaves pour fournir en nourriture les forts et les navires.

72  J.S. Wigboldus, 1986.

73  B.R. Mandelblatt, 2008, p. 414.

74  Voir série JJ, AN Paris. La côte entre Sierra Leone et Liberia et les îles Sao Tomé et Principe étaient les lieux d’approvisionnement des navires, pour le bois, l’eau, le riz, puis le manioc. Voir aussi J.A. Carney, R.N. Rosomoff, 2011, p. 50, 68.

75  Mais aussi des olives, de l’huile, des oignons, de l’ail, des pruneaux, du bœuf salé, du fromage, du beurre, du café…, AN Paris, C6/25/1, pièce 14, C6/25/2.

76  AN Paris, C6/26, pièce 183, C6/25/1, pièce 14, C6/25/2. Les conflits en Europe avaient un impact sur le commerce atlantique et l’approvisionnement des comptoirs.

77  Voir D. Juhé-Beaulaton, 1994.

78  Ce que Ohadike a observé au Nigeria lors de l’épidémie de grippe en 1919 (D.C. Ohadike, 1981).

79  J.-B Du Tertre, 1667, t. 2, p. 117.

80  J.-B. Labat, 1724, t. 2, p. 330.

81  J.-B. Labat, 1724, t. 1, p. 129. L’auteur distingue trois manières de préparer le manioc : deux par les Européens et une par les « sauvages », qui ne sont pas les esclaves « importés » mais les indigènes des îles de l’Amérique. La description de la « couleuvre » tressée en feuilles de palmier ou de roseau est à rapprocher du procédé effectivement utilisé par les Amérindiens jusqu’à aujourd’hui et que l’on ne retrouve pas dans la région d’Afrique étudiée ici, à ma connaissance. Labat décrit également les manières de faire des esclaves marrons réfugiés dans les bois. Les procédés ne sont pas décrits pour la côte de Guinée. Seuls sont évoqués la farine de manioc ou le manioc râpé. Aujourd’hui, les femmes préparant le manioc utilisent les procédés décrits par Labat comme étant européens. Les illustrations représentant le manioc et sa préparation sont identiques dans les deux ouvrages de 1724 sur l’Amérique et de 1728 sur l’Afrique (et s’inspirent de celles figurant dans l’ouvrage du père Du Tertre, (J.-B. Du Tertre, 1667, vol. 2, p. 419). Le cadre carré représenté pour transformer le manioc râpé en farine est très similaire au cadre utilisé encore de nos jours au Bénin. Voir plus bas figures 2, 3 et 4.

82  W.O. Jones, 1957, p. 100 ; I. Castro Henriques, 1989. Le travail plus récent réalisé par de Alencastro (L.F. de Alencastro, 2000) montre aussi que le transport de plantes augmentait les chances de survie pendant la traversée de l’Atlantique et permettait de nourrir ceux qui attendaient dans les ports, dont celui de Luanda qui a ainsi pu se développer.

83  Voir P.E.H. Hair, A. Jones, R. Law, 1992, p. 781, qui ont édité ses relations de voyages annotées et enrichies des ajouts de l’auteur qui, réfugié en Angleterre, rédigea une compilation, publiée seulement après sa mort en 1732.

84  Chevalier Des Marchais, 1724, p. 36.

85  Il faut reconnaître ici l’absence des sources portugaises dont les archives ne sont pas consultées par les historiens du Dahomey non lusophones. Ce travail reste à faire. Les sources portugaises imprimées demeurent également méconnues.

86  Chevalier Des Marchais, 1724-1726, date de la remarque 1725, p. 37. Barbot fait la même réflexion à propos de la nourriture des captifs de Calabar, des Igbo qui sont, comme les Yoruba, originaires du Sud du Nigeria, grands consommateurs d’ignames (B.R. Mandelblatt, 2008, p. 421).

87  J.-B. Labat, 1724, t. 1, p. 330. Plusieurs auteurs ont signalé que l’igname ou la patate douce pouvaient remplacer la viande ou le poisson quand ils manquaient. Chaudoin dit que, là où le poisson est rare, on mange plus d’ignames, de patates et de farine de manioc (E. Chaudoin, 1891, p. 362).

88  A.N. Paris, C6/26/1.

89  J. Duncan, 1847, vol. 1, p. 104.

90  A. Dalzel, 1793, p. iv.

91  P. Verger, 1953.

92  Ce retour des esclaves émancipés était dû à une double influence : l’une, volontaire, montrant leur fidélité à la terre dont ils avaient été arrachés, l’autre imposée par des mesures de police à la suite des soulèvements d’esclaves au Brésil de 1807 à 1835. Ils se sont installés à Agoué, Ouidah, Porto Novo, Badagri et Lagos (P. Verger, 1968, p. 599).

93  Hypothèse également émise par Jones (W.O. Jones, 1957). Il supposait même que les contacts entre les Portugais et le royaume du Congo, plus ouvert aux échanges, avaient alors permis plus facilement une diffusion que dans la région étudiée, plus fermée aux échanges avec les Européens, ce qui n’a pas permis l’adoption dans les systèmes agraires avant le retour des Brésiliens. Il explique ce retard par le principe cyanhydrique contenu dans la racine du manioc (W.O. Jones, 1957, p. 109). Vansina émet quant à lui des réserves sur la rapidité de la diffusion du manioc en Afrique centrale et pense qu’il ne faut pas confondre plantations portugaises et champs villageois pour la culture du manioc (J. Vansina, 1997, p. 255, p. 260). Je le rejoins sur ce point.

94  La Fleur fait la même constatation sur la côte de l’Or (J.D. La Fleur, 2012, p. 155-180). Le processus de diffusion du manioc sur cette côte est comparable à celui de la côte des Esclaves, lié à la fois au retour en Afrique d’Afro-Brésiliens ayant acquis des savoirs et une appétence pour cette plante, et à une série de famines associées notamment à des épisodes d’insécurité au xixe siècle.

95  Vansina signale l’emprunt en kikongo au terme brésilien mandioca (J. Vansina, 1997, p. 263). Cela représente selon lui le caractère « étranger » du manioc, alors que les autres plantes américaines ont été dénommées par comparaison aux plantes locales, ce que nous retrouvons dans notre aire d’étude.

96  J.-B. Labat, 1724, p. 127.

97  E. Chaudoin, 1891, p. 363.

98  J. Vansina, 1997, p. 263.

99  « Plusieurs voies de diffusion du manioc peuvent être envisagées, le retour des Afro-Brésiliens sur la côte n’étant pas limité à celle du Danhomè. Un informateur a d’ailleurs mentionné des boutures (atin) de manioc venant du Nigeria » (Sèdjè Denou, 11/91, inf. Kakpo Ganye), un autre du Ghana après la colonisation (Lebe, 08/1990).

100  Francisco Felix da Souza était un marchand négrier portugais venu du Brésil sur la côte de Guinée vers 1785. Installé à Aného en 1800 (Togo actuel), il fit un trafic d’armes avec le royaume de Glidji et celui du Dahomey où régnait alors le roi Adandozan. Francisco soutint le futur roi Guezo pour prendre le pouvoir en 1818. Celui-ci le nomma gouverneur de Ouidah, et le fort Saint-Jean-Baptiste d’Ajuda redevint alors un important centre d’exportation d’esclaves vers le Brésil. Francisco, connu aussi sous le nom de chacha de Souza, était considéré comme le personnage le plus important et le plus influent de Ouidah. Le terme « chacha », à l’origine le surnom de Francisco de Souza, est ensuite devenu un titre transmis à ses successeurs.

101  A. Le Hérissé, 1911, p. 327.

102  Sa tombe se trouve à Atoeta, sur laquelle il est précisé qu’il est revenu du Brésil en 1835.

103  Jones obtint des informations sur l’origine portugaise de la préparation de la farine du manioc dans un village près d’Aného en 1953, alors qu’il ignorait tout des Afro-Brésiliens (W.O. Jones, 1957, p. 78).

104  J. Duncan, 1847, vol. 1, p. 185. « Eyo » fait référence à des populations yoruba, et « Foolah » à des Xwla, un group éwé.

105  F.E. Forbes, 1851, vol. 1, p. 123.

106  T.B. Freeman, 1887, p. 8. Publication en feuilleton d’un manuscrit daté autour de 1860 dans le journal Western Echo.

107  Un des effets de la révolution industrielle en Europe a également été de modifier les systèmes de production agricole et en parallèle l’alimentation. Boserup mentionne le développement de la culture de la pomme de terre en lien avec l’essor de la population urbaine et la croissance industrielle (E. Boserup, 1985, p. 197).

108  Tel est le cas par exemple des Kotafon, partis du plateau d’Abomey pour arriver finalement dans le Sud-Est du Togo, fuyant les exactions dahoméennes (Aklakou, juillet 1990).

109  R.F. Burton, 1864, vol. 2, p. 309.

110  J.A. Skertchly, 1874, p. 58.

111  Il se consomme encore ainsi, délayé dans de l’eau avec un peu de sucre ou des arachides… et le gari fait nécessairement partie des bagages des voyageurs.

112  Dr Repin, 1863, p. 73.

113  J.A. Skertchly, 1874, p. 58.

114  Les sources ne disent rien de la consommation des feuilles de manioc qui sont riches en protéines, contrairement aux racines, et dont l’usage semble plus répandu en Afrique qu’en Amérique.

115  Dr Repin, 1863, p. 86.

116  Cette similitude des menus a également été observée par Chrétien dans la région des Grands Lacs (J.-P. Chrétien 1988, p. 97).

117  R.F. Burton, 1864, vol. 1, p. 137.

118  Katz l’a notamment mentionné pour le Congo (E. Katz, 1998, p. 287).

119  Selon Bricas et Attaie, l’attachement culturel à l’igname se manifeste toujours en milieu urbain et se répand dans l’alimentation de populations non consommatrices traditionnellement (N. Bricas, H. Attaie 1998, p. 25). Des filières de cossettes séchées d’ignames se sont développées dans le Sud-Ouest du Nigeria, au Bénin et au Togo, en lien avec la croissance urbaine et résolvant la question de la conservation.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte de localisation de la zone étudiée
Crédits D. Juhé-Beaulaton
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/1669/img-1.png
Fichier image/png, 229k
Titre Figure 1 : Culture de l’igname à proximité des habitations, Sèdjè Denou
Légende L’arbre sert de tuteur.
Crédits © D. Juhé-Beaulaton, 2003.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/1669/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 2 : Les étapes de préparation du manioc
Légende Ces étapes se retrouvent également chez Labat (J.-B. Labat, 1724 et 1728).
Crédits J-B. Du Tertre, 1677, vol. 2, p. 419.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/1669/img-3.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 3 : Préparation du manioc
Crédits J.-B. Labat, 1724, vol. 1, p. 127.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/1669/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 4 : Femme préparant la farine de manioc, coopérative de fabrication de gari à Sèdjè Denou
Légende Elle presse le manioc râpé sur le tamis carré.
Crédits © D. Juhé-Beaulaton, 2005.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/1669/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Figure 5 : Spécialité du bar Mahi à Porto Novo, la pâte d’igname, sauce mouton et arachide
Crédits © D. Juhé-Beaulaton, 2008.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/1669/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Juhé-Beaulaton, « De l’igname au manioc dans le golfe de Guinée : traite des esclaves et alimentation au royaume du Danhomè (XVIIe-XIXe siècle) », Afriques [En ligne], 05 | 2014, mis en ligne le 20 décembre 2014, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/afriques/1669 ; DOI : 10.4000/afriques.1669

Haut de page

Auteur

Dominique Juhé-Beaulaton

Chargée de recherche CNRS, UMR 7206 Eco-Anthropologie et Ethnobiologie

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals