Navigation – Plan du site

Du nouveau sur la géographie de l’Éthiopie. Poggio Bracciolini, Biondo Flavio et le témoignage de l’ambassade éthiopienne au concile de Ferrare-Florence

News about the geography of Ethiopia. Poggio Bracciolini, Flavio Biondo and the testimony of the ethiopian embassy at the council of Ferrare-Florence
Nathalie Bouloux

Résumés

En août 1441, une ambassade composée de huit moines (quatre issus de la communauté copte du Caire et quatre moines éthiopiens de Jérusalem) arrive au concile de Florence. Deux humanistes, Poggio Bracciolini et Biondo Flavio, sont témoins de l’événement qu’ils rapportent dans leurs écrits. Dans le livre IV du De varietate fortunae, Poggio dresse le portrait d’une Éthiopie prospère et exotique, tandis que Biondo, en transcrivant dans son Historiarum ab inclinatione Romanorum imperii decades l’interrogatoire des moines mené par une commission de cardinaux, montre les tensions entre les diverses représentations des réalités éthiopiennes et leurs implications. Ces textes attestent la fascination de certains humanistes italiens pour les pays lointains et les diverses modalités d’insertion de l’Éthiopie dans l’imago mundi.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur l’ambassade, voir E. Cerulli, 1933 ; F. Cardini, 1972 ; B. Weber, 2010 ; S. Kelly, 2016. Sur Al (...)
  • 2 L’intérêt de Biondo et Poggio pour la « géographie » est à replacer dans un cadre plus vaste de l’e (...)

1Fin août 1441, une ambassade composée de huit moines (quatre issus de la communauté copte du Caire et quatre moines éthiopiens présents à Jérusalem), constituée par le franciscain Alberto da Sarteano à la demande du pape Eugène IV, arrive à Florence1. Les faits sont bien connus et constituent un moment important des relations entre l’Éthiopie et l’Occident, dont témoignent deux humanistes particulièrement curieux de géographie, Poggio Bracciolini et Biondo Flavio2.

  • 3 Sur le concile, voir J. Gill, 1959 ; sur l’aspect religieux de la double ambassade éthiopienne et c (...)
  • 4 Deux ambassades se sont rendues à Florence puis à Rome sous la conduite d’Alberto da Sarteano, l’un (...)

2Le concile de Ferrare-Constance traite avant tout de questions religieuses et vise en particulier l’union des Églises orientales avec celle de Rome3. La présence d’une délégation représentant l’Éthiopie avait évidemment toute sa place, mais je m’intéresserai ici uniquement à un aspect des informations qui furent alors échangées entre l’Éthiopie et l’Occident : les questions géographiques, à première vue secondaires mais en réalité très importantes4.

  • 5 B. Weber, 2013 ; S. Kelly, 2015.

3Sans entrer dans les détails des relations entre l’Éthiopie et les Latins, rappelons que cette ambassade de 1441 n’est pas la première ; d’autres ambassades et d’autres échanges avaient précédé, mais les données de nature géographique relatives à l’Éthiopie restaient évidemment incertaines, éparses et lacunaires5. Les humanistes qui s’intéressaient à ces domaines, notamment aux pays de l’Asie lointaine d’où viennent les épices, n’avaient sans doute pas beaucoup d’informations en mesure de donner corps à l’Afrique orientale. On comprend alors facilement la fascination exercée par les récits des moines sur les participants du concile, et en particulier sur Poggio Bracciolini et Biondo Flavio qui sont tous les deux des témoins de première importance à ce sujet.

  • 6 J’emploie le terme par commodité mais il faut garder à l’esprit que la « géographie » humaniste n’e (...)

4J’adopterai ici leur point de vue d’« Italiens » et d’« humanistes », en cherchant à comprendre la nature de leur intérêt pour l’Éthiopie et les modalités par lesquelles ils transmettent leur expérience à leurs lecteurs. Par leur formation, leurs activités et leurs méthodes de travail, Poggio et Biondo sont avant tout des humanistes. L’arrière-plan culturel qui leur sert à penser les données nouvelles recueillies sur l’Éthiopie est celui de la « géographie humaniste », qui s’est développée en Italie depuis le milieu du xive siècle6. Née de la nécessité de comprendre l’espace de l’Antiquité, cette « géographie » vise aussi à comprendre le monde dans lequel vivent les humanistes, par la conciliation et la confrontation des sources antiques et des renseignements modernes. Il s’agit d’adapter l’imago mundi reçue des anciens à des réalités modernes parfois difficiles à ordonner. De plus, dans le domaine de la géographie comme dans les autres secteurs du savoir, la pensée des humanistes n’est pas homogène : les manières de concevoir le monde, d’interpréter tel ou tel passage d’un géographe antique ou encore de comprendre les récits des modernes sont toujours susceptibles de discussions.

  • 7 Poggio Bracciolini, 2004, p. 166-179 (texte latin avec traduction française en regard).
  • 8 Sur le succès de l’œuvre, notamment au xve siècle, voir M. Guéret-Laferté, p. 60-71 (Poggio Braccio (...)
  • 9 D. Marcotte, 2014, p. 145-146. Parmi ces détails, par exemple, la mention d’un serpent de taille ex (...)

5Chez Poggio, le passage sur l’ambassade éthiopienne est inséré dans le livre IV du De varietate fortunae, qui relate principalement le voyage du marchand Niccolò de’ Conti en Inde ; plusieurs autres témoignages relatifs aux régions reculées sont associés à ce récit, dont celui des moines éthiopiens7. Pour Poggio, les tribulations de Niccolò de’ Conti et des autres voyageurs sont une parfaite illustration du cours incertain de la Fortune ; mais c’est aussi l’occasion de rapporter des faits nouveaux au sujet des espaces éloignés, en vue de divertir le lecteur par leur nature « merveilleuse » et exotique ; mais, par là même, Poggio dresse aussi une description savante et réaliste qui eut un succès remarquable comme source de données inédites au xve siècle8. Poggio associe constamment des données modernes, transmises par les voyageurs contemporains, et ses lectures antiques qui servent à la fois à situer le témoignage des modernes dans la connaissance d’ensemble de ces régions lointaines et à les compléter si nécessaire. C’est ainsi que l’on peut repérer dans sa description de l’Éthiopie l’influence de sa lecture de l’Histoire naturelle de Pline mais aussi de celle du livre III de la Bibliothèque historique de Diodore de Sicile – qu’il avait vraisemblablement lue avant d’en faire la traduction en 1449. Certains détails signalés par l’humaniste florentin font écho au texte de l’historien grec9.

  • 10 Biondo Flavio, 1928, p. 19-27. Le passage est traduit et commenté dans N. Bouloux, 2013, p. 420-428 (...)
  • 11 Analyse approfondie des rapports entre la relation de l’ambassade éthiopienne et les vues historiqu (...)

6Le cas de Biondo Flavio est un peu différent. Dans la quatrième décade de ses Histoires depuis la chute de Rome, écrites en 1453, il insère un compte rendu de la commission pontificale chargée d’interroger des moines éthiopiens au sujet des réalités de leur royaume et des formes prises par le christianisme10. L’œuvre de Biondo en tant qu’historien est empreinte d’une vision politique dans laquelle la papauté aurait pour mission de restituer et de dépasser la splendeur de l’Empire romain par l’unification de tous les chrétiens sous son autorité. L’arrivée de la délégation éthiopienne au concile avait de ce point de vue une signification particulière : son intégration dans le projet pontifical permettait de repousser les frontières de la chrétienté au-delà des pays dominés par l’islam. Pour autant, on ne saurait négliger les intérêts propres de Biondo, qui, comme Poggio, a toujours manifesté une attention particulière à la « géographie ». La quatrième décade des Histoires concerne les événements survenus en Italie dans les dix premiers mois de l’année 1441. Ils sont principalement centrés sur les luttes politico-militaires entre Venise et le duché de Milan, qui finissent par concerner l’Italie tout entière et débouchent en août sur une trêve. C’est à la suite que se situe l’exposé sur l’ambassade éthiopienne. Dans le récit de l’histoire de l’Italie, l’insertion de ce passage se justifie par la chronologie, mais elle promeut aussi l’ambassade au rang d’événement « italien », exprimant de la sorte la fascination exercée par la venue des Éthiopiens, bien au-delà des assistants au concile11.

  • 12 Biographie et bibliographie par G. Christianson, dans M. Watanabe, 2011, p. 101-104.
  • 13 Biographie et bibliographie par T. Izbicki, dans M. Watanabe, 2011, p. 213-216.

7En 1441, Biondo est secrétaire pontifical, ce qui lui donne une position privilégiée pour être informé et analyser les dires des Éthiopiens. Il a assisté à l’entretien entre les trois cardinaux désignés par le pape et les moines éthiopiens. Le texte qu’il en tire met en scène la confrontation de deux points de vue : celui des Éthiopiens, fiers de leur pays, qui tendent à le magnifier, et celui des cardinaux, qui mettent en doute les propos des Éthiopiens, tandis que l’auteur, Biondo, émet des jugements sur la position des uns et des autres et prend parti contre l’étroitesse de vues des cardinaux. Ces trois cardinaux sont connus. Si Jean le Jeune (1411-1451) est moins réputé, Giuliano Cesarini (1398-1444), juriste et homme d’action, joue un rôle crucial dans les négociations avec les Grecs, avant et pendant le concile de Florence12, et le dominicain Juan de Torquemada (1388-1468) est un théologien défendant activement la prééminence du pape dans l’Église13. Ils représentent une culture cléricale et scolastique distincte de celle des humanistes.

8Les récits de Poggio et de Biondo révèlent deux regards sur un même événement, alors qu’ils sont fondés sur des données à peu près similaires. Pour les deux humanistes et pour tous ceux qui ont eu affaire à la délégation éthiopienne, la première question qui se pose est celle du crédit à accorder aux moines. Peut-on accepter sans critique les faits inouïs qu’ils relatent ? Cette question est indirectement liée au problème de la localisation de leur pays d’origine dans l’orbis terrarum. Il restera enfin à envisager dans quelles catégories et sous quelle forme sont insérées les nouveautés rapportées par les moines dans les textes des deux humanistes.

La curiosité suscitée par les moines et la question du statut du témoignage

9Les moines éthiopiens ont suscité une grande curiosité par leur origine lointaine et par la nouveauté de leur témoignage. Aux yeux de Biondo et de Poggio, leur fiabilité ne fait aucun doute, mais ce n’est pas le cas de tous, tant les moines paraissent à certains comme difficiles à croire. Par conséquent, chacun des deux humanistes use de stratégie « littéraire » pour convaincre ses lecteurs de la crédibilité des Éthiopiens.

  • 14 Analyse de la crédibilité accordée aux voyageurs par les géographes humanistes, dans N. Bouloux, 20 (...)
  • 15 In haec cum ferme omnes conuenissent, nullam causam mentiendi (nam boni uidebantur) ratus, tradenda (...)

10Dans le livre IV, De l’inconstance de la fortune, la question de la validité d’un témoin est abordée à chaque fois que Poggio évoque un nouveau voyageur14 mais, au sujet des moines éthiopiens, il se contente de signaler que « le contenu de leur exposé me semble digne d’être connu et confié à l’écriture », thème qu’il reprend à la fin du passage (« Comme tous s’accordaient généralement dans ce qu’ils racontaient, pensant qu’ils n’avaient pas de raison de mentir – ils semblaient en effet d’honnêtes gens –, j’ai jugé qu’au nom de l’intérêt général je devais rapporter aux autres toutes ces informations15 »). La validité du témoignage est démontrée par le fait que tous disent la même chose, ce qui rend les informations « vraisemblables ». L’argument principal allégué par Poggio pour justifier l’insertion des données transmises par les Éthiopiens est celui de l’« intérêt général », qui vient surtout du caractère inouï et inédit du témoignage. Il est en effet aux yeux des deux humanistes entièrement nouveau, ce qui est particulièrement net pour Poggio :

  • 16 […] cum rogarentur a me per interpretem de situ Nili ortuque eius, et an notus apud eos esset, duo (...)

[…] Comme je les interrogeais par l’intermédiaire d’un interprète au sujet de la situation du Nil et de son origine, leur demandant si chez eux elle était connue, deux d’entre eux m’affirmèrent que leur pays natal se trouvait à proximité de ces sources. Je fus alors gagné par l’envie de connaître ce qui, me semble-t-il, est resté inconnu des illustres écrivains et philosophes de l’Antiquité, ainsi que de Ptolémée, qui fut le premier à écrire au sujet des sources du Nil16

11Comment mieux affirmer la possibilité pour les modernes de dépasser les connaissances des Anciens ?

  • 17 […] felicitati accessit Aethiopum patriarchae oratorum adventus, pluris certe faciendus, quod, quan (...)

12La même idée se retrouve aussi chez Biondo, qui insiste sur le fait que les Éthiopiens apportent des informations relatives aux habitants, à la situation de leur pays et à la puissance de leur souverain, qui étaient en grande partie ignorées en Italie17. Comme Poggio, il considère leur témoignage comme assuré. Quand les cardinaux, pour des raisons qui seront rappelées ci-dessous, mettent en cause la fiabilité des propos des moines éthiopiens, Biondo commente, en utilisant l’argument de la probité et de la droiture d’Alberto da Sarteano :

  • 18 Sed velim mecum considerent, quis est Albertus Sarthianensis, home certe cum doctus religiosissimus (...)

Mais, je voudrais qu’ils prennent avec moi en considération qui est Alberto da Sarteano, homme sans conteste très savant dans le domaine religieux mais aussi d’une très grande compétence dans les choses séculières. Lui, qui rapporte ce qu’il a entendu dire par un patriarche et un abbé de grandes autorité et réputation, qui a ramené ces moines choisis avec soin, doit rendre tout cela crédible [...]18.

  • 19 C’est du moins ce que suggère son texte, où il indique s’être entretenu avec un seul interprète, cu (...)
  • 20 Sed interpretis difficultate, cum linguam tantum Arabum nosset, conicere in littteras haud facile f (...)
  • 21 Quae uoluptatem narrando afferunt, Poggio Bracciolini, 2004, l. 731, p. 164. La phrase s’applique a (...)
  • 22 Voir supra, n. 9.

13Il ne fait donc aucun doute que, pour Poggio comme pour Biondo, ce que rapportent les moines est à la fois crédible et d’un grand intérêt. Mais ils notent aussi tous les deux les difficultés de communication. Poggio s’est peut-être entretenu directement avec les Éthiopiens, en présence d’un interprète, dans des circonstances qui ne sont pas précisées19, tandis que Biondo rapporte l’entretien entre les cardinaux, la délégation éthiopienne et deux interprètes. Au moment d’entreprendre la description de la faune et de la flore, Poggio reconnaît que, parce que l’interprète ne connaissait que l’arabe, « il n’a pas été facile de transcrire cet exposé20 ». Les termes qu’il utilise lorsqu’il évoque le témoignage des Éthiopiens : « confier à l’écriture », « transcrire », sont significatifs de la position que Poggio prétend avoir, celle de simple transcripteur d’un entretien ; le recours à l’interprète et les difficultés de communication, mais aussi le mode d’écriture et l’objectif affiché à un autre endroit de l’ouvrage de traiter de « sujets dont la narration procure du plaisir21 » laissent au contraire entendre qu’il a au moins interprété ce qu’il comprenait et qu’il n’a pu le faire qu’au travers d’une culture et d’un savoir préalables, en grande partie formés par ses lectures des auteurs anciens22. Cela d’autant plus qu’il a lui-même conduit l’entretien et posé les questions, vraisemblablement orientées par ses intérêts.

  • 23 Biondo Flavio signale deux fois les problèmes de traduction. Une première fois lorsqu’il mentionne (...)
  • 24 D’autres noms d’interprètes actifs au concile ont été suggérés : le marchand Niccolò de’ Conti, Pie (...)
  • 25 N. Mahmoud Helmy, 2013, p. 1-83 ; sur la présence de Beltramo di Leonardo Mignanelli au concile en (...)
  • 26 Fuit etiam doctissimus in aritmetica, geometria et astrologia. Pluraque iudicia verissima ordinavit (...)

14À la différence de Poggio, Biondo, qui n’a pas dirigé l’entretien, donne constamment l’impression de retranscrire des notes prises sur le vif. Biondo reconnaît lui aussi les difficultés de traduction : l’interrogatoire des Éthiopiens par les cardinaux est rendu difficile par l’impéritie des interprètes, qui ne sont doués d’aucun savoir (doctrina) ou ne le sont que médiocrement23. Or certains interprètes qui officient au concile de Florence sont connus24. Parmi eux, une figure se dégage, celle de Beltramo di Leonardo Mignanelli, né à Sienne en 1371, dans une famille de marchands siennois engagés dans la vie politique de leur cité et commerçant activement avec l’Orient25. Vers l’âge de vingt ans, Beltramo Mignanelli est envoyé en mission en Syrie, d’où il rejoint la péninsule Arabique. De retour en Syrie, il assiste à l’arrivée des armées de Tamerlan, gagne alors Jérusalem, puis Damiette, Alexandrie et Le Caire. Il revient en Italie en 1402, jusqu’à sa mort en 1456. Son séjour oriental lui a donné l’occasion d’apprendre l’arabe et de connaître de manière approfondie l’organisation politique et économique de ces régions, qu’il transmet dans divers ouvrages (De ruina Damasci, témoignage sur la campagne de Tamerlan en Syrie en 1400-1401 ; l’Ascensus Barchoch, récit de la vie du sultan mamelouk Barqūq, et deux traités sur les musulmans, l’Informatio contra infideles et le Liber Machometi et opinio perfida iudeorum). À partir de son retour en Italie, il fait une carrière politique et diplomatique au service de sa cité, Sienne. Il entre aussi au service de l’Église, devient un proche conseiller du cardinal Giovanni Dominici, qu’il accompagne en Europe orientale en 1417, et participe aux principaux conciles de la première moitié du xve siècle (concile de Pise en 1409, de Constance en 1414-1416, de Sienne en 1423-1424). C’est Eugène IV lui-même qui l’appelle au concile de Ferrare-Florence, en raison de son expertise de l’Orient et de la langue arabe. Son obituaire, édité par Nelly Mahmoud Helmy, mentionne sa présence au concile de Florence comme expert des affaires orientales et interprète, le décrit comme un homme de grand savoir, compétent dans les arts du nombre, et tout particulièrement en astronomie, et parlant plusieurs langues, dont l’arabe et le latin26.

15L’éloge funèbre, par nature, surestime certainement les connaissances et la culture de Beltramo Mignanelli ; pour autant, le jugement de Biondo sur l’absence de doctrina de l’interprète est sévère mais significatif, car si Beltramo Mignanelli peut être considéré comme un bon connaisseur des réalités orientales, il n’est manifestement pas jugé comme suffisamment savant dans les domaines de la géographie pour interpréter, au-delà des problèmes de compréhension linguistique élémentaire, le récit des Éthiopiens. Cette position de Biondo est aussi l’incontestable effet d’un mépris culturel classique d’un humaniste à l’égard d’un représentant d’une culture marchande à ses yeux commune.

Premier problème : la localisation de l’Éthiopie

16Une des questions les plus importantes est celle de la localisation de l’Éthiopie dans l’image du monde. C’est même le thème essentiel du passage de Biondo, thème qui, s’il n’est pas traité en soi chez Poggio, apparaît à plusieurs reprises à l’arrière-plan de son récit.

  • 27 P. Schneider, 2004 ; E. Vagnon, 2012 ; une autre difficulté pour déterminer précisément l’espace ét (...)
  • 28 P. Gautier Dalché, 2009, analyse du passage de Biondo en rapport avec l’image du monde ptoléméenne, (...)

17Pour comprendre la manière dont les deux humanistes examinent cette question, il convient tout d’abord d’en rappeler la toile de fond. Depuis l’Antiquité, l’Éthiopie comme région africaine est mal identifiée car elle est conçue comme relevant d’un vaste ensemble indien, lui-même divisé en trois grandes régions. L’Inde majeure est souvent associée à l’Éthiopie. L’histoire de cette conception est désormais bien connue27 ; elle perdure au Moyen Âge. Une autre donnée importante tient à la réception de la Géographie de Ptolémée en Occident, qui au milieu du xve siècle s’est imposée comme un modèle, pour les uns indépassable, pour les autres critiquable28. Sur la mappemonde ptoléméenne, il n’existe pas de « royaume d’Éthiopie », mais une Ethiopia sub Egypto et une Ethiopia interior, désignant la partie sud de l’ensemble de l’Afrique, située au-dessus d’une vaste terra incognita.

18Chez Poggio, la situation de l’Éthiopie est d’abord déterminée par sa position dans l’ensemble du livre IV, en dernière place, après le récit de Niccolò de’ Conti relatif à l’Inde, puis d’un second voyageur, chrétien nestorien, qui rapporte des faits concernant le Cathay (la Chine du Nord ou, selon la terminologie de Poggio, l’Inde supérieure). En dernier lieu, vient le récit de l’ambassade éthiopienne. L’ordre du livre est par conséquent aussi « géographique », mais cela n’implique nullement, comme nous allons le voir, que Poggio conçoive l’Éthiopie comme faisant partie d’un vaste ensemble indien : si à aucun moment il ne mentionne que l’Éthiopie est en Afrique, il ne l’associe jamais directement à l’Inde.

  • 29 R. Seignobos, 2017.
  • 30 Poggio Bracciolini, 2004, l. 756-758, p. 168 : Oriri Nilum circa aequinoctialem plagam in radicibus (...)

19La localisation qu’il donne à l’Éthiopie est essentiellement fondée sur la question des sources du Nil, non résolue depuis l’Antiquité et très souvent discutée29. Les moines confirment en effet à Poggio que c’est en Éthiopie, chez eux, que se trouvent les sources du Nil, ce que, selon lui, même Ptolémée ignore (pourtant, le Nil figure bien sur la mappemonde ptoléméenne comme prenant sa source dans les monts de la Lune). Deuxième élément : le Nil jaillit près de la zone équinoxiale, c’est-à-dire dans la région de l’équateur, au pied de montagnes très élevées30. Enfin, Poggio donne deux autres indications qui permettent une localisation approximative de l’Éthiopie :

  • 31 Poggio Bracciolini, 2004, l. 769-770, p. 168 : Ultra Nili fontes, .XV. dierum spacio, regiones fert (...)

20- L’Éthiopie continue « au-delà des sources du Nil, sur une distance que l’on parcourt en quinze jours... 31».

  • 32 Poggio Bracciolini, 2004, l. 793-794, p. 170 : Solem, qui eas regiones, a quibus defluit Nilus acco (...)
  • 33 La mention du soleil vu par les habitants vers le nord est plus ambigüe, dans la mesure où elle par (...)

21- « Ceux qui habitent ces régions d’où le Nil descend voient le soleil vers le nord, mais au mois de mars ils le voient en droite ligne au-dessus de leurs têtes32. » Cette dernière mention, de nature astronomique, indique que les habitants d’une partie de l’Éthiopie vivent sur l’équateur où, à l’équinoxe, le soleil se trouve au zénith33. Il n’est pas impossible que, pour Poggio, le fait que ces hommes voient habituellement le soleil au nord (sans précision sur le moment de l’année) signifie en outre qu’ils vivent au sud de l’équateur.

  • 34 Poggio Bracciolini, 2004, l. 798, p. 172 ; Maritimam regionem, Indiam uersus […].

22- Une autre remarque de Poggio est significative : les Éthiopiens mentionnent une région bordée par la « mer en direction de l’Inde34 » (ce qui est sans aucun doute l’océan Indien) : il me semble qu’ils indiquent ainsi que l’Éthiopie est bien distincte de l’Inde, distinction que Poggio partage.

23- Enfin, Poggio se fait aussi l’écho de l’éloignement et surtout de l’isolement de l’Éthiopie :

  • 35 Poggio Bracciolini, 2004, l. 800-807, p. 172 : Inter Aethiopiam Aegyptumque quinquaginta dierum des (...)

Entre l’Éthiopie et l’Égypte s’étendent des déserts que l’on parcourt en cinquante jours. On effectue le voyage en faisant porter la nourriture et la boisson aux chameaux, mais le trajet est périlleux en de nombreux endroits à cause des tribus sauvages d’Arabes éparpillés par ce désert, vivant nus comme des bêtes et qui vont à l’aventure, chevauchant des chameaux dont le lait et la viande constituent la seule nourriture. Ils dépouillent les voyageurs qu’ils rencontrent de leurs chameaux, de leur nourriture et de leur boisson : c’est pourquoi beaucoup meurent parfois de faim et, pour cette raison, plus rares sont ceux qui viennent jusqu’à nous35.

24Cette dernière remarque est conforme à ce que l’on lit chez Biondo :

  • 36 Biondo Flavio, 1928, l. 24-37, p. 22 et l. 1-5, p. 23 : Rationem vero, qua aut Romanorum rebus olim (...)

La raison pour laquelle ils étaient restés à l’écart de la puissance romaine qui fleurissait autrefois et étaient inconnus de la majorité d’entre nous, ils l’expliquaient de la sorte : jusqu’à aujourd’hui, tout le monde en était écarté par les difficultés pour y accéder, quand de la fin du royaume d’Égypte, tenu aujourd’hui par les Babyloniens et le sultan du Caire, à l’entrée de la terre d’Éthiopie, tenue par leur roi, s’étend un espace équivalent à un voyage terrestre de cinquante jours, sous l’ardeur du soleil et la rigueur de la nature, si hostile que tout est recouvert d’un sable très épais que les vents agitent comme les vagues de la mer, si peu peuplé que ceux qui traversent n’y rencontrent pas même des animaux qui le parcourent ou des oiseaux qui le survolent. Quand eux-mêmes décident de faire le voyage vers Babylone et Le Caire, chacun conduit deux chameaux, l’un portant la tente servant à dormir dehors, l’autre servant de monture ; les deux transportent les fournitures, et surtout l’eau, dont la région manque avant tout, au risque de provoquer une grande soif. Et pour ajouter aux difficultés du voyage, ils disent que les lieux sont infestés de tribus d’Arabes sauvages, plus proches par leur mode de vie des animaux que des hommes, et qu’ils n’épargnent que les Éthiopiens, dont ils craignent la puissance, et pillent tous les autres voyageurs, qui périssent misérablement de soif, ou bien les tuent d’abominables manières36.

  • 37 Dans une lettre écrite de Rhodes à Leonnello d’Este en 1440, Alberto da Sarteano décrit l’éloigneme (...)

25Les difficultés de communication entre l’Égypte et l’Éthiopie sont connues par d’autres sources37 ; certains détails précis comme la durée du voyage suffisent cependant à montrer la concordance des informations recueillies par Biondo et Poggio, ce qui permet d’apprécier leur manière de les transcrire et de les interpréter. Le récit de Biondo vise surtout à retracer l’affrontement entre deux visions du monde, celle des moines éthiopiens et celle des cardinaux italiens, au sujet de la localisation et de l’extension de l’Éthiopie, là où Poggio est plus soucieux de construire une image d’ensemble du royaume éthiopien.

  • 38 Une autre explication tient à l’indifférence des chrétiens d’Occident et de la papauté à leur égard (...)
  • 39 La mention de la puissance des Éthiopiens se trouve aussi dans la lettre d’Alberto da Sarteano sign (...)

26Biondo rapporte que les moines situent l’Éthiopie aux limites du monde, ce qui leur sert à expliquer leur isolement par rapport aux chrétiens d’Occident38. De plus, ils dressent de leur royaume le portrait d’une grande puissance régionale, notamment militaire39.

  • 40 S. Kelly, à paraître.
  • 41 Cette représentation qui identifie Inde/Indiens avec Éthiopie/Éthiopiens est toujours commune au mi (...)

27Ces deux derniers éléments sont interprétés par les cardinaux comme des mensonges éhontés. En particulier, l’affirmation selon laquelle leur pays touche à l’Inde est contradictoire avec la représentation ptoléméenne qu’ils ont à l’esprit. D’après eux, Ptolémée place entre l’Afrique et l’Inde deux golfes, une mer, quatre régions : les noms cités par les cardinaux sont exactement ceux de la Géographie, dans la position qui est la leur sur la mappemonde. À cette remarque, les Éthiopiens répondent « soit que nous faisons erreur, soit qu’il s’agit d’une autre Inde », dont la population nombreuse menace constamment le royaume d’Éthiopie. Les Éthiopiens font certainement allusion ici aux sultanats musulmans de la Corne d’Afrique, avec lesquels le royaume chrétien d’Éthiopie est fréquemment en guerre40. Mais l’identification approximative faite entre India et cet espace est probablement une intervention de l’interprète qui tente de rapporter leurs propos à la conception la plus répandue de ces espaces, où Inde et Éthiopie appartiennent à un même ensemble géographique41. Comme le fait remarquer Samantha Kelly, il a dû utiliser le terme arabe hind, que les délégués éthiopiens n’ont sans doute pas compris. C’est peut-être l’un des éléments qui ont conduit Biondo à juger l’interprète incompétent.

  • 42 Pour une analyse plus détaillée de ce passage, voir N. Bouloux, 2013.

28De plus, les Éthiopiens magnifient la puissance de leur pays, suggérant de la sorte un pays si bien organisé politiquement et militairement qu’il paraît incroyable aux cardinaux de n’en avoir jamais entendu parler, argument supplémentaire pour mettre en doute la véracité des dires des moines. Les cardinaux identifient le royaume d’Éthiopie à la région ptoléméenne, appelée Ethiopia sub Egypto, trop petite et aux conditions d’habitation incompatibles avec le puissant royaume d’où viendraient les Éthiopiens, et plus encore avec l’existence de nombreux autres peuples que combattent les Éthiopiens42. Au cours de l’entretien, deux points de vue inconciliables se sont affrontés. Dans son compte rendu, Biondo prend position : ce sont les cardinaux qui sont obtus et incapables d’admettre que les connaissances de Ptolémée étaient moins étendues que celles des Modernes, et, si Ptolémée ignorait les réalités des régions du Nord de l’Europe, il est probable qu’il ignorait aussi celles au sud de l’Égypte. À l’inverse des cardinaux, Biondo considère par conséquent les dires des Éthiopiens comme parfaitement recevables et transmet la notion d’un puissant royaume éthiopien.

29L’effort des Latins pour évaluer la réalité éthiopienne consiste dans un premier temps à tenter de la localiser dans l’image du monde : pour les cardinaux, ce sera principalement la mappemonde de Ptolémée, pour Poggio, la présence des sources du Nil dans le royaume d’Éthiopie, pour Biondo, la possibilité d’une extension de l’espace habité bien plus grande que celle communément admise à partir de Ptolémée. Mais, pour celui-ci comme pour Poggio, l’information principale tient à ce que l’éloignement et l’isolement de l’Éthiopie en font l’une des régions presque entièrement nouvelles que les Latins découvrent avec passion.

Appréciation de la géographie de l’Éthiopie

  • 43 Sur ce point, voir le commentaire de M. Gueret-Laferté, n. 179, p. 169 ; n. 180, p. 169 (Poggio Bra (...)
  • 44 Voir S. Tesdeschi, 1993, p. 348-349 ; S. Kelly, à paraître.

30Chez Poggio, un élément central de la description tient aux données relatives au Nil, une question de géographie non résolue, sur laquelle les Éthiopiens, pense-t-il, apportent du nouveau. Mais évidemment, les faits concrets que l’on peut en tirer sont relativement ténus : le Nil prend sa source dans la zone équinoxiale, au pied de montagnes très élevées – qui ne sont pas nommées, ce qui correspond d’ailleurs au dessin de la mappemonde ptoléméenne ; les sources sont au nombre de trois, deux sont proches et forment un premier bras, une est très éloignée ; les crues du Nil sont dues aux pluies de printemps sur ces montagnes. Poggio pense assurément que les Éthiopiens lui décrivent les divers cours du Nil (Nil blanc, Nil bleu)43. Plus probablement, le fleuve décrit par les Éthiopiens est le Takkazē, qui correspond mieux aux détails donnés par Poggio et que les Éthiopiens eux-mêmes pouvaient assimiler au Nil44. Mais, même si Poggio affirme l’ignorance de Ptolémée sur la question des sources de Nil, il est très vraisemblable qu’il a compris les éléments fournis par les moines en fonction de la carte régionale de Ptolémée (table XV) qu’il avait peut-être sous les yeux au moment de la rédaction, ou en tout cas à l’esprit. Celle-ci représente en effet les monts de la Lune, d’où viennent des rivières se jetant dans deux lacs, qui sont les sources du Nil. À l’ouest, est dessiné le lac Coloe, source de l’Astapos, affluent du Nil. Dans la géographie humaniste, le nouveau est presque toujours compris et pensé à partir de l’imago mundi des Anciens. La remarque relative à l’ignorance des sources du Nil s’explique peut-être par le désir de Poggio de manifester la nouveauté du témoignage des Éthiopiens et par là même du De varietate fortunae.

  • 45 L’hypothèse de Debré-Berhān est suggérée par M. Guéret-Laferté, n. 182, p. 169 (Poggio Bracciolini, (...)

31D’après le récit de Poggio, au-delà se trouvent des régions fertiles (les plateaux de l’Abyssinie) et de nombreuses villes ; une ville très peuplée, Varvaria, se trouve près des sources du Nil. Cette ville est difficile à identifier (peut-être Debré-Berhān, où Zar’a-Ya‘eqob (1434-1468) fonde sa capitale ; plus vraisemblablement, d’après Salvatore Tedeschi, le nom de Varvaria viendrait du Warwar, où se trouve Lalibela, une cité sainte45).

  • 46 Pour un exemple de discussion de ces sujets, voir P. Gautier Dalché, 1994b ; 2013, p. 203-212.
  • 47 Voir P. Schneider, 2004, p. 100-103.
  • 48 Le lien entre longévité et absence de maladie est déjà présent chez Diodore (voir D. Marcotte, 2014 (...)

32D’une manière générale, le lecteur de Poggio retire l’idée que l’Éthiopie, et tout particulièrement la région de Varvaria, est un royaume fertile, propice à la culture et jouissant d’une douceur remarquable. Ces éléments ne sont pas contradictoires avec les connaissances savantes (en particulier, depuis le xiiie siècle, l’idée d’une zone équatoriale torride et inhabitable a largement été amendée par des considérations d’ordre astronomique qui tendaient à prouver au contraire le caractère clément de ces régions46). D’autre part, certains faits, comme l’allusion aux deux moissons de la région de Varvaria, concordent avec des données antiques, notamment celles relatives à l’Inde, connue pour avoir deux étés (donc potentiellement deux moissons). Un autre exemple en est la longévité extraordinaire des Éthiopiens, attestée déjà chez les géographes antiques47, longévité et absence d’épidémies (contrairement à ce qui se passe en Occident) expliquant le peuplement dense de ces régions48. Certains aspects du texte font encore penser que Poggio utilise son savoir préalable (autrement dit, les données antiques relatives au vaste ensemble Inde/Éthiopie) pour construire une représentation cohérente sur la base des témoignages qu’il recueille. Cette conformité approximative entre des conceptions antiques et le récit des Éthiopiens relève d’un procédé d’assimilation du réel caractéristique des savoirs géographiques, en particulier chez les humanistes.

  • 49 Il mentionne ainsi la diversité des langues en usage en Éthiopie, l’écriture fondée sur un seul alp (...)
  • 50 Ea ex altitudine hominis, lata quantum uir posset ulnis amplecti, multiplici alio super alium corti (...)

33Une part non négligeable de son écrit porte ainsi sur les us et coutumes des Éthiopiens, autour de catégories bien définies dans l’« ethnographie antique et médiévale » : la langue, le système d’écriture et le mode de vie, notions qui sont absentes du texte de Biondo49. Or ces régions portent la marque de la diversité des peuples (un des thèmes essentiel du livre IV de l’Inconstance de la fortune et de la géographie humaniste), au point qu’il écrit : « Leur genre de vie diffère selon la variété des régions. » Les peuples barbares qui habitent dans le désert entre l’Éthiopie et l’Égypte sont identifiés comme tels par leur alimentation constituée de lait et de viande, alors que, dans les pays civilisés comme l’Éthiopie et l’Europe, les habitants mangent des céréales panifiables. Les manières de s’habiller, les parures des femmes et, d’une manière générale, la richesse notamment en pierres précieuses des Éthiopiens viennent renforcer l’idée d’un pays prospère. De la même manière, Poggio s’étend longuement sur la description exotique de la faune et de la flore, dans le but d’en montrer à la fois la diversité et le caractère curieux, voire merveilleux, et en grande partie inconnu de l’Occident. Il se livre ainsi à une description si précise du « faux bananier » (ou Ensete ventricosa) et de son utilisation par les Éthiopiens que les spécialistes identifient la plante sans peine50. L’Éthiopie, du moins la côte maritime, est d’ailleurs aussi un de ces pays fertiles d’où viennent des épices (gingembre, girofle, sucre et noix de muscade).

  • 51 Précision intéressante, dans la mesure où elle nuance l’idée que les régions les plus méridionales (...)

34Les renseignements sur les traits caractéristiques de l’Éthiopie sont moins développés chez Biondo. Sa principale originalité réside dans l’adoption du point de vue des moines, perceptible notamment dans le système de comparaison : ils comparent systématiquement ce qu’ils observent en Occident aux réalités éthiopiennes. Sous cet aspect, Biondo est probablement plus proche des propos des moines qu’il ne cherche pas à interpréter ou à relier à des notions communes d’origine antique, comme le fait Poggio. Il le rejoint cependant sur la douceur du climat, sur la fertilité (« l’abondance du blé, du vin, de l’huile et des fruits de la terre qu’ils produisent est équivalente, voire supérieure [à la nôtre] »). Il reprend les propos relatifs à la couleur relativement claire de la peau de certains Éthiopiens51. Il insiste sur la puissance politique et militaire du royaume, trait en grande partie absent du texte de Poggio, qui se contente de noter qu’ils « ont un seul roi qui s’appelle le roi des rois après Dieu. Selon ce que disent ces voyageurs, plusieurs rois lui sont soumis ». Biondo quant à lui rapporte à la fois l’éloge de la puissance militaire et la mise au point des moines au sujet du Prêtre Jean : « Interrogés au sujet du roi, qui chez nous, en Syrie et en Égypte, est appelé le Prêtre Jean, ils répondirent que c’est une appellation absurde colportée indignement, et que leur roi s’appelle Zara Iacob » : autrement dit, le royaume d’Éthiopie n’est pas le siège du fabuleux Prêtre-roi Jean mais celui d’une puissance politique bien réelle, avec laquelle des échanges de tous ordres (économique, religieux, diplomatique, militaire...) sont possibles.

  • 52 Voir, sur ce point, E. Cerulli, 1933, p. 366.
  • 53 Bibliographie abondante sur la question. Sur la localisation du royaume du Prêtre Jean, voir J. Ric (...)

35La référence des cardinaux au Prêtre Jean est elle aussi tout à fait significative. Lorsque Alberto da Sarteano a été envoyé par Eugène IV en vue de susciter une ambassade éthiopienne, il part muni d’une lettre d’accréditation adressée au « Prêtre Jean, illustre empereur des Éthiopiens52 ». La légende d’un Prêtre Jean, dirigeant un royaume chrétien susceptible d’apporter une aide militaire aux Latins dans leur lutte contre l’islam, apparaît au xiie siècle. Sa localisation est sujette à discussion, les uns le plaçant en Inde, les autres en Éthiopie – situation qui tend à se généraliser à partir du xive siècle53. La question des cardinaux indique l’intérêt que l’Église porte à une éventuelle alliance militaire contre l’islam. Mais elle correspond aussi à une tentative d’intégrer les nouveautés apportées par les Éthiopiens dans leur propre vision du monde : aux yeux des cardinaux, s’il existe bien un puissant royaume chrétien au-delà de l’Égypte, ce ne peut être que celui du Prêtre Jean.

36De ces deux témoignages, on peut tirer plusieurs constats. En premier lieu, la question religieuse n’est pas le seul élément d’intérêt des humanistes, et plus largement de l’entourage pontifical, pour les Éthiopiens. Les réalités physiques et politiques du royaume d’Éthiopie sont aussi un objet de curiosité d’autant plus grande que les Latins prennent conscience de leur ignorance au sujet d’une Éthiopie par ailleurs très mal connue par la géographie antique. L’image globale qui est dressée de ces régions reste certes imprécise, mais c’est celle d’un pays d’une fertilité étonnante, densément peuplé, siège d’un royaume puissant et civilisé dans une région reculée de l’orbis terrarum, susceptible de former une éventuelle alliance militaire contre l’islam et surtout source d’approvisionnement probable de certaines denrées habituellement associées à l’Inde. Les entretiens avec les moines éthiopiens permettent ainsi de faire entrer ce royaume chrétien isolé dans les préoccupations de tous ordres de l’Occident latin. Aux yeux de Poggio, les merveilles éthiopiennes, bien loin d’être négligeables au regard des merveilles indiennes – auxquelles elles s’apparentent nettement –, méritaient pleinement de conclure le livre IV de l’Inconstance de la fortune. Plus que les Histoires depuis la chute de Rome de Biondo, à la fortune éditoriale limitée, la description de Poggio, au contraire très diffusée au xve siècle, a certainement contribué à faire entrer le royaume d’Éthiopie dans l’horizon européen.

37Leur intérêt réside aussi dans la mise en perspective des tensions issues des interprétations divergentes du témoignage des moines à la curie pontificale. La position des cardinaux, critiquée par Biondo, combine représentation commune de ces espaces, associée à la figure du Prêtre Jean, et vénération pour la Géographie de Ptolémée, ce qui les conduit à douter des propos des moines. De ce point de vue, leur connaissance de la Géographie témoigne de la réception du texte au-delà des milieux humanistes et de l’élévation de Ptolémée au rang d’autorité insurpassable. Au contraire, Biondo tente d’évaluer la géographie de l’Éthiopie en considérant le modèle ptoléméen comme perfectible, précisément par la prise en compte des données modernes. Poggio a une attitude intellectuelle proche de celle de Biondo, mais orientée différemment par l’intérêt qu’il porte à la diversité des cultures humaines. Dans le De varietate fortunae, la précision des informations recueillies comme la manière de les présenter et de les ordonner illustrent cependant bien les traits essentiels de la géographie des humanistes : s’inspirer des données d’origine antique transmises par la lecture des textes, les confronter aux témoignages des modernes et à la « tradition commune » en vue de faire émerger une représentation la plus exacte et précise possible.

38On devine enfin, en arrière-plan des récits de Poggio et de Bondio, que les Éthiopiens ne situent en rien leur pays sur un plan d’infériorité par rapport à l’Occident, bien au contraire : « Les fruits de la terre qu’ils produisent par rapport à l’Occident sont équivalents voire supérieurs aux nôtres ; les bœufs et les chevaux sont plus grands » ; ils décrivent leur royaume comme une très grande puissance militaire, leur roi jouissant légitimement du surnom de Constantin. En revanche, le regard qu’ils portent sur l’Occident, sa géographie, son organisation politique et religieuse, ses modes de vie demeure le grand absent de ce premier contact entre l’Occident et l’Éthiopie.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Alberto da Sarteano, 1688, B. Alberti a Sarthiano ord. min. reg. observ. vita et opera, éd. Franciscus Haroldus.

Biondo Flavio, 1928, Historiarum ab inclinatione Romanorum, Scritti inediti e rari di Biondo Flavio, con introduzione di Bartolomeo Nogara, Rome, p. 19-27.

Poggio Bracciolini, 2004, De l’Inde. Les voyages en Asie de Niccolò de’ Conti. De varietate fortunae, livre IV. Texte établi, traduit et commenté par Michèle Guéret-Laferté, Turnhout.

Études

Bouloux, N., 2013, « Du nouveau au sud de l’Égypte : une ambassade éthiopienne au concile de Florence (1441) », dans P. Gautier Dalché (dir.), La Terre. Connaissance, représentations, mesure, Turnhout (L’Atelier du médiéviste, 13), p. 420-428.

Bouloux, N., 2017, « Le statut des récits de voyage dans la géographie humaniste du xve siècle », dans C. Gadrat-Ouerfelli et D. Coulon (éd.), Le voyage au Moyen Âge : description du monde et quête individuelle, Aix-en-Provence, p. 47-61.

Brewer, K., 2015, Prester John: the Legend and its Sources, Farnham-Burlington.

Cardini, F., 1972, « Una versione volgare del discorso degli “ambasciatori” etiopici al concilio di Firenze », Archivio storico italiano, 130, p. 269-276.

Cerulli, E., 1933, « Eugenio IV e gli Etiopi al Concilio di Firenze nel 1441 », Rendiconti della reale accademia nazionale dei Lincei, ser. 6, 9, p. 347-368.

Fubini, R., 1968, « Biondo Flavio », dans Dizionario biografico degli Italiani, X, Rome, 1968, p. 536-559. 

Fubini, R., 2003, « Gli storici nei nascenti stati regionali italiani », dans Storiografia dell’Umanesimo in Italia da Leonardo Bruni ad Annio di Viterbo, Rome, p. 3-38.

Gautier Dalché, P., 1994a, « L’influence de Jean Buridan : l’habitabilité de la Terre selon Dominicus de Clavasio », dans Comprendre et maîtriser la nature au Moyen Âge. Mélanges d’histoire des sciences offerts à Guy Beaujouan, Genève (EPHE, Hautes études médiévales et modernes, 73), p. 101-113.

Gautier Dalché, P., 1994b, « Les savoirs géographiques en Méditerranée chrétienne (xiiie siècle) », Micrologus, 2 (Le scienze alla corte di Federico, II), p. 75-99.

Gautier Dalché, P., 2009, La Géographie de Ptolémée en Occident (ive-xvie siècle), Turnhout (Terrarum orbis, 9).

Gautier Dalché, P. (dir.), 2013, La Terre. Connaissance, représentations, mesure, Turnhout (L’Atelier du médiéviste, 13).

Gentile, S., 1991, « L’ambiente umanistico e lo studio de la geografia nel secolo XV », dans L. Formisano et al. (éd.), Amerigo Vespucci. La vita e i viaggi, Florence, p. 9-63.

Gentile, S., 1992, Firenze e la scoperta dell’America. Umanesimo e geografia nel’400 Fiorentino, Florence.

Gill, J., 1959, The Council of Florence, Cambridge.

Kelly, S., 2015, « Ewostateans at the Council of Florence (1441): Diplomatic implications between Ethiopia, Europe, Jerusalem and Cairo », Afriques, Varia, URL : https://afriques.revues.org/1858.

Kelly, S. (à paraître), « Biondo Flavio on Ethiopia: processes of knowledge production in the Renaissance », dans W. Cafero (éd.), The Routledge History of the Renaissance, Londres-New York.

Mahmoud Helmy, N., 2013, Tra Siena, l’Oriente e la curia. Beltramo di Leonardo Mignanelli e le sue opere, Rome, Istituto Storico Italiano per il Medio Evo (Nuovi Studi Storici 91).

Marcotte, D., 2014, « Diodoro Siculo e Poggio Bracciolini dall’India all’Etiopi », dans S. Bianchetti et V. Bucciantini (éd.), Tracce di presenza greca fra Etiopia e India, Atti del convegno internazionale, Sileno, XL, 1-2, p. 135-151.

Mazzocco, A., 2012, « A glorification of Christian Rome or an apology of papal policies: a reappraisal of Biondo Flavio’s Roma Instaurata III. 83-114 », dans A. Modigliani (éd.), Roma e il papato nel Medioevo : Studi in onore di Massimo Miglio, Rome, II, p. 73-88.

Milanesi, M., 1994, « Geography and cosmography from XV to XVII century », Memoria della società astronomica italiana/Journal of the Italian Astronomical Society, 65, 2, p. 443-468.

Richard, J., 1957, « L’Extrême-Orient légendaire au Moyen Âge : roi David et Prêtre Jean », dans Annales d’Éthiopie, 2, p. 225-242, rééd. Orient et Occident au Moyen Âge : contacts et relations (xiie-xve s.), Aldershot, Variorum Reprints, « Collected Studies Series », 49, 1976, p. 225-242.

Rouxpetel, C., 2014, « La figure du Prêtre Jean : les mutations d’une prophétie. Souverain chrétien idéal, figure providentielle ou paradigme de l’orientalisme médiéval ? », Questes, 28, p. 99-120.

Santoni, P., 1974, « Albert de Sarteano observant et humaniste, envoyé pontifical à Jérusalem et au Caire », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, Temps modernes, 86-1, p. 165-211.

Schneider, P., 2004, L’Éthiopie et l’Inde. Interférences et confusions aux extrémités du monde antique, Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 335).

Seignobos, R., 2012, « L’autre Éthiopie : la Nubie et la croisade (xiie-xive siècle) », Annales d’Éthiopie, 27, p. 49-69.

Seignobos, R., 2017, « L’origine occidentale du Nil dans la géographie latine et arabe avant le xive siècle », dans N. Bouloux, A. Dan, G. Tolias (dir.), Orbis disciplinae. Hommages en l’honneur de Patrick Gautier Dalché, Turnhout, p. 371-394.

Tedeschi, S., 1989, « Etiopi e Copti al Concilio di Firenze », Annuarium historiae conciliorum, 21, p. 380-407.

Tedeschi, S., 1993, « L’Etiopia di Poggio Bracciolini », Africa, 48, 3, p. 333-357.

Vagnon, E., 2012, « Comment localiser l’Éthiopie ? La confrontation des sources antiques et des témoignages modernes au xve siècle », Annales d’Éthiopie, 27, p. 21-48.

Watanabe, M., 2011, Nicholas of Cusa. A Companion to his Live and his Times, G. Christianson et T. Izbiciki (éd.), Farnham-Burlington.

Weber, B., 2010, « La bulle Cantate Domino (4 février 1442) et les enjeux éthiopiens du concile de Florence », Mélanges de l’École française de Rome, 122-2, 2010, p. 441-449.

Weber, B., 2013, « Gli Etiopi nel Quattrocento : ambasciatori politici, negoziatori religiosi o pellegrini ? », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, Temps modernes, 125-1, p. 37-44.

Haut de page

Notes

1 Sur l’ambassade, voir E. Cerulli, 1933 ; F. Cardini, 1972 ; B. Weber, 2010 ; S. Kelly, 2016. Sur Alberto da Sarteano, voir P. Santoni, 1974.

2 L’intérêt de Biondo et Poggio pour la « géographie » est à replacer dans un cadre plus vaste de l’engouement pour ces questions en Italie : M. Milanesi, 1994 ; S. Gentile, 1991 (en particulier notices 81, 82) et 1992. Sur Poggio Bracciolini et la géographie, voir l’introduction de M. Gueret-Laferté, p. 8-10 (Poggio Bracciolini, 2004). Le passage relatif aux Éthiopiens est commenté par S. Tedeschi (1993). Pour une première approche de la vie et l’œuvre de Biondo, voir R. Fubini, 1968 et 2003.

3 Sur le concile, voir J. Gill, 1959 ; sur l’aspect religieux de la double ambassade éthiopienne et copte, voir B. Weber, 2010 ; S. Kelly, 2016. Sur le rôle attribué par Biondo à l’œuvre politique d’Eugène IV, voir A. Mazzoco, 2012.

4 Deux ambassades se sont rendues à Florence puis à Rome sous la conduite d’Alberto da Sarteano, l’une constituée de coptes d’Égypte, l’autre d’Éthiopiens de Jérusalem. Les deux ont été confondues par les Latins. Voir, sur ce point, E. Cerulli, 1933.

5 B. Weber, 2013 ; S. Kelly, 2015.

6 J’emploie le terme par commodité mais il faut garder à l’esprit que la « géographie » humaniste n’existe pas au sens contemporain du terme.

7 Poggio Bracciolini, 2004, p. 166-179 (texte latin avec traduction française en regard).

8 Sur le succès de l’œuvre, notamment au xve siècle, voir M. Guéret-Laferté, p. 60-71 (Poggio Bracciolini, 2004). Près de 59 manuscrits ont été conservés, parmi lesquels 20 transmettent le livre IV seul – quelques-uns omettent cependant la partie sur l’Éthiopie. Selon S. Tedeschi (S. Tedeschi, 1993, p. 336 et 357), à partir de la fin du xve siècle, le récit de l’ambassade éthiopienne de Poggio aurait été moins diffusé. Il souligne que la première édition, imprimée à Crémone en 1492 (qui contient seulement le quatrième livre sous le titre évocateur d’India recognita), était rare et signale qu’il faut attendre 1723 pour une édition du texte latin largement répandue. Il faut cependant nuancer sa position. Ce sont aussi les traductions du livre IV qui assurèrent sa diffusion au xvie siècle. C’est le cas par exemple de la traduction portugaise par Valentim Fernandes, associée à une traduction du Devisement du monde de Marco Polo (Lisbonne, 1502).

9 D. Marcotte, 2014, p. 145-146. Parmi ces détails, par exemple, la mention d’un serpent de taille exceptionnelle, qui clôt aussi bien la description de Diodore que celle de Poggio (p. 148).

10 Biondo Flavio, 1928, p. 19-27. Le passage est traduit et commenté dans N. Bouloux, 2013, p. 420-428, et par S. Kelly (à paraître), qui analyse tous les aspects du texte (géographique, politique et religieux). Je la remercie de m’avoir permis de lire son article avant sa parution.

11 Analyse approfondie des rapports entre la relation de l’ambassade éthiopienne et les vues historiques de Biondo, dans S. Kelly, à paraître.

12 Biographie et bibliographie par G. Christianson, dans M. Watanabe, 2011, p. 101-104.

13 Biographie et bibliographie par T. Izbicki, dans M. Watanabe, 2011, p. 213-216.

14 Analyse de la crédibilité accordée aux voyageurs par les géographes humanistes, dans N. Bouloux, 2017.

15 In haec cum ferme omnes conuenissent, nullam causam mentiendi (nam boni uidebantur) ratus, tradenda aliis censui, communis causa utilitatis, Poggio Bracciolini, 2004, l. 865-868, p. 178.

16 […] cum rogarentur a me per interpretem de situ Nili ortuque eius, et an notus apud eos esset, duo ex his se fontibus eius propinquos patria testati sunt. Tum cupido incessit cognoscendi ea quae antiquis illis scriptoribus, philosophisque et Ptholomaeo, qui de fontibus Nili primus scripsit, ignota uidentur fuisse, qui de ortu incrementoque Nili incerti multa coniectura opinati sunt, Poggio Bracciolini, 2004, l. 746-753, p. 166 ; le même argument de la nouveauté est utilisé à propos de l’intérêt du récit de Niccolò de’ Conti, associé à l’idée de surpasser les connaissances des Anciens : « D’autre part, il atteint des contrées où, même chez les Anciens, d’après ce que nous lisons, aucun voyageur ne s’est rendu » (Eo usque autem profectus est, quo ne apud priscos quidem unum aliquem adisse legimus), Poggio Bracciolini, 2004, l. 25-26, p. 78-79.

17 […] felicitati accessit Aethiopum patriarchae oratorum adventus, pluris certe faciendus, quod, quanti sint populi, quasque inhabitent regiones, quantumque habent potentiae, fuit hactenus maxima ex parte in Italia ignoratum, Biondo Flavio, 1928, l. 11-14, p. 19.

18 Sed velim mecum considerent, quis est Albertus Sarthianensis, home certe cum doctus religiosissimusque, tum etiam in rebus saeculi prudentissimus ; qui, cum a viris magnae auctoritatis et famae patriarcha et abbate eadem audita referat, cum monachos deduxerit selectissimos, debet res ipsas reddere persuasibiles […], Biondo Flavio, 1928, l. 31-35, p. 23.

19 C’est du moins ce que suggère son texte, où il indique s’être entretenu avec un seul interprète, cum rogarentur a me per interpretem (Poggio Bracciolini, 2004, l. 746, p. 166).

20 Sed interpretis difficultate, cum linguam tantum Arabum nosset, conicere in littteras haud facile fuit, Poggio Bracciolini, 2004, l. 782-784, p. 170.

21 Quae uoluptatem narrando afferunt, Poggio Bracciolini, 2004, l. 731, p. 164. La phrase s’applique au voyageur (un « Indien ») venu d’Asie lointaine (de l’« Inde supérieure, vers le nord », « d’un royaume proche du Catay »). Là encore, Poggio souligne les difficultés de communication. Il signale qu’il a interrogé ce voyageur par le truchement d’un interprète arménien qui connaissait la langue turque et le latin, ce qui s’est révélé insuffisant, contraignant Poggio à n’inclure dans son récit que des données pratiques (en particulier les distances parcourues) car les autres sujets étaient impossibles à comprendre, « en raison de l’ignorance de l’interprète et de l’Indien, dont chacun ne parlait que sa propre langue » (Poggio Bracciolini, 2004, l. 728-735, p. 164). En réalité, Poggio donne quand même quelques informations relatives au khan et à l’immensité des villes dans ces régions.

22 Voir supra, n. 9.

23 Biondo Flavio signale deux fois les problèmes de traduction. Une première fois lorsqu’il mentionne le discours de l’ambassade devant le pape et l’assemblée conciliaire (Hi octo monachi ad pontificis cardinaliumque et totius Romanae curiae conspectum publico in loco perducti, mandata, quae in Arabico scripta ostendebant, binis interpretibus, quorum unum esset Arabs alter Latinus, alternis referentibus, in hanc sententiam exposuere, Biondo Flavio, 1928, l. 10-14, p. 20) ; dans l’entretien avec les trois cardinaux, où Biondo insiste sur leur impéritie : Ea vero in re maximo fuit incommodo interpretum imperitia, quod eorum nullus doctrina vel mediocriter tinctus erat, Biondo Flavio, 1928, l. 1-3, p. 22.

24 D’autres noms d’interprètes actifs au concile ont été suggérés : le marchand Niccolò de’ Conti, Pietro Tafur et Nuño Guzman, voir N. Mahmoud Helmy, 2013, p. 214.

25 N. Mahmoud Helmy, 2013, p. 1-83 ; sur la présence de Beltramo di Leonardo Mignanelli au concile en tant qu’interprète, voir p. 212-215. P. Gautier Dalché (2009, p. 184, n. 190) est le premier à suggérer qu’un des deux interprètes mentionnés par Biondo est Mignanelli.

26 Fuit etiam doctissimus in aritmetica, geometria et astrologia. Pluraque iudicia verissima ordinavit. Fuit interpretes tempore Eugenii quarti Florentie, vocatus ab eodem pro unione illorum presbiteri Iohannis vocatorum Cristicole centure. Erat istoriografus magne eloquentie, summe memorei, fidus et rectus, a principibus Italie et extra dilectus, pluraque idiomata ultra latinum et arabum competenter intelligebat, N. Mahmoud Helmy, 2013, p. 111.

27 P. Schneider, 2004 ; E. Vagnon, 2012 ; une autre difficulté pour déterminer précisément l’espace éthiopien tient à la fréquente confusion entre Nubie et Éthiopie : R. Seignobos, 2012.

28 P. Gautier Dalché, 2009, analyse du passage de Biondo en rapport avec l’image du monde ptoléméenne, p. 184-185.

29 R. Seignobos, 2017.

30 Poggio Bracciolini, 2004, l. 756-758, p. 168 : Oriri Nilum circa aequinoctialem plagam in radicibus altissimorum montium, quorum cacumina semper nebulis opplentur […].

31 Poggio Bracciolini, 2004, l. 769-770, p. 168 : Ultra Nili fontes, .XV. dierum spacio, regiones fertiles habitari colique […].

32 Poggio Bracciolini, 2004, l. 793-794, p. 170 : Solem, qui eas regiones, a quibus defluit Nilus accolunt, septemtrionem uersus, mense autem Martio, e regione supra caput aspici.

33 La mention du soleil vu par les habitants vers le nord est plus ambigüe, dans la mesure où elle paraît s’appliquer à l’ensemble de l’année. Elle vient peut-être du fait que Poggio (ou l’interprète, qui peut être aussi Beltramo Mignanelli) a des difficultés à rendre les données des moines éthiopiens.

34 Poggio Bracciolini, 2004, l. 798, p. 172 ; Maritimam regionem, Indiam uersus […].

35 Poggio Bracciolini, 2004, l. 800-807, p. 172 : Inter Aethiopiam Aegyptumque quinquaginta dierum deserta loca interiacent ; camelis cibum potumque deferentibus id iter conficitur, infestum multis in locis a siluestribus Arabis, qui per desertum, nudi ueluti ferae beluae, sparsi uagique, camelos equitantes, quorum carnibus lacteque tantum uescuntur, transeuntes camelis ciboque ac potu spoliant ; eaque causa est, ut multi fame quandoque intereant, eoque rariores ad nos proficiscuntur.

36 Biondo Flavio, 1928, l. 24-37, p. 22 et l. 1-5, p. 23 : Rationem vero, qua aut Romanorum rebus olim florentibus fuerint intacti aut a maioribus nostris incogniti, hanc afferunt : quod difficultas accessus omnes hactenus deterruerit, cum ab ultima parte regni Aegypti, quod nunc obtinet Babylonis et Chairi Soldanus, ad primam regis sui Aethiopum terram quinquaginta dierum itineris intercedant spatia solis ardoribus et naturae inclementia adeo aspera, ut, cum solum necubi apparens sabulo tegatur altissimo, quod venti aeque ac maris undas agitant, nedum aliquae inhabitent gentes, sed nec feras aliquis transeuntes aut aves unquam videat transvolantes. Hinc, cum Babylonem ipsi et Chairum petere intendunt, camelos singuli binos ducunt, quorum uno advecti tentorium deferunt quo sub divo cubaturi tegantur, altero suum et utriusque iumenti perferunt commeatum, aquam praesertim, qua sitim maxime provocans regio imprimis caret ; quodque itineris difficultatem cumulat, Arabas alpinos et feris quam hominibus vita ac moribus adsimillimos illa dicunt, insidere loca, qui solis parcentes Aethiopibus, quorum formidant potentiam, ceteros omnes aut spoliant commeatu, quo deficiente miseri contabescunt, aut interficiunt repugnantes.

37 Dans une lettre écrite de Rhodes à Leonnello d’Este en 1440, Alberto da Sarteano décrit l’éloignement de l’Éthiopie en des termes proches : Nobis autem pro longitudine, ac difficultate itineris, patria illa pene inaccessibilis est. Nam, quam et deserti horrenda vastitas, et infidelium insana ac saeva barbaries vndique cingere perhibetur, nullis sane ad eam, nisi cum capitis quoque certo periculo, et mortis vicinia volentibus proficisci, vllus patet accessus (lettre d’Alberto da Sarteano, 1688, p. 339).

38 Une autre explication tient à l’indifférence des chrétiens d’Occident et de la papauté à leur égard, voir S. Kelly, à paraître.

39 La mention de la puissance des Éthiopiens se trouve aussi dans la lettre d’Alberto da Sarteano signalée dans la note précédente. Cette affirmation illustre la fierté des moines éthiopiens sur le royaume d’Éthiopie au milieu du xve siècle, mais, à leurs yeux, cette puissance éthiopienne s’enracine dans un passé lointain et c’est donc à un événement ancien, la bataille contre Himyar, un royaume juif du ixe siècle, qu’ils se réfèrent. Voir S. Kelly, à paraître.

40 S. Kelly, à paraître.

41 Cette représentation qui identifie Inde/Indiens avec Éthiopie/Éthiopiens est toujours commune au milieu du xve siècle. Dans une chronique florentine décrivant l’arrivée de l’ambassade, les Éthiopiens sont désignés comme Indiani dell’India maggiore mandati del Prete Janni, Indiani d’Ethiopia. Cité par E. Cerulli, 1933, p. 349.

42 Pour une analyse plus détaillée de ce passage, voir N. Bouloux, 2013.

43 Sur ce point, voir le commentaire de M. Gueret-Laferté, n. 179, p. 169 ; n. 180, p. 169 (Poggio Bracciolini, 2004).

44 Voir S. Tesdeschi, 1993, p. 348-349 ; S. Kelly, à paraître.

45 L’hypothèse de Debré-Berhān est suggérée par M. Guéret-Laferté, n. 182, p. 169 (Poggio Bracciolini, 2004) ; S. Tesdeschi, 1993, p. 349-350.

46 Pour un exemple de discussion de ces sujets, voir P. Gautier Dalché, 1994b ; 2013, p. 203-212.

47 Voir P. Schneider, 2004, p. 100-103.

48 Le lien entre longévité et absence de maladie est déjà présent chez Diodore (voir D. Marcotte, 2014, p. 146).

49 Il mentionne ainsi la diversité des langues en usage en Éthiopie, l’écriture fondée sur un seul alphabet (Poggio Bracciolini, 2004, l. 796-797, p. 172).

50 Ea ex altitudine hominis, lata quantum uir posset ulnis amplecti, multiplici alio super alium cortice ; hos inter castaneis similis fructus latet, ex quo contrito fit panis albus, saporis suauissimini, quo in conuiuiis utuntur ; folia arboris larga cubito, duploque longiora (Poggio Bracciolini, 2004, l. 785-789, p. 170. Voir le faux bananier, S. Tedeschi, p. 350-352).

51 Précision intéressante, dans la mesure où elle nuance l’idée que les régions les plus méridionales sont habitées par des hommes noirs (rappelons au passage qu’au Moyen Âge la couleur noire des Africains est une donnée objective en relation avec les effets des données climatiques, sans qu’il y ait une quelconque association négative ou raciale). Cela renvoie peut-être aussi à une hiérarchie locale selon la couleur de peau. Les Amhara qui détiennent le pouvoir dès cette époque se définissent comme « rouges », voire « blancs » du fait de leur teint relativement clair, par opposition aux populations « noires » de la périphérie du royaume. Je remercie Robin Seignobos pour cette remarque.

52 Voir, sur ce point, E. Cerulli, 1933, p. 366.

53 Bibliographie abondante sur la question. Sur la localisation du royaume du Prêtre Jean, voir J. Richard, 1957. Mise au point récente sur la figure du Prêtre Jean, avec bibliographie, voir C. Rouxpetel, 2014 ; nombreux textes traduits dans K. Brewer, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Bouloux, « Du nouveau sur la géographie de l’Éthiopie. Poggio Bracciolini, Biondo Flavio et le témoignage de l’ambassade éthiopienne au concile de Ferrare-Florence », Afriques [En ligne], Varia, mis en ligne le 17 novembre 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/afriques/2008

Haut de page

Auteur

Nathalie Bouloux

Maître de conférences, université François-Rabelais de Tours, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR)

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals