Navigation – Plan du site

Un manuscrit éthiopien chrétien sur papier (ca. 1755) : une singularité royale

A Christian Ethiopian manuscript on paper (ca. 1755): a royal singularity
Anaïs Wion

Résumés

Au milieu du xviiie siècle, à la cour royale de Gondar, le scriptorium du roi Iyo’ās (1755-1769) importa des feuilles de papier afin de confectionner un lectionnaire (senkesar) en trois volumes. Il en reste aujourd’hui un volume conservé à Addis Abeba, à l’Ethiopian National Archives and Library Agency, au département des manuscrits, sous la cote 197. C’est le seul manuscrit chrétien éthiopien sur papier connu. En effet, en Éthiopie, les chrétiens copiaient leurs manuscrits exclusivement sur du parchemin. Novateur et ambitieux, ce manuscrit répondait aux standards éthiopiens les plus sophistiqués, tout en adaptant les normes codicologiques en vigueur aux exigences de ce nouveau médium qu’était le papier. Il fut fabriqué par des artisans connaissant le travail sur papier, qu’ils soient des étrangers ou des Éthiopiens formés par des étrangers. Le statut de ce manuscrit fut suffisamment élevé pour qu’il fasse partie de la bibliothèque impériale au tournant du xxe siècle, puis qu’il soit versé dans la collection patrimoniale nationale.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Éthiopie, Gondar
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ces précautions oratoires visent à écarter les manuscrits copiés par des orientalistes en Abyssinie (...)

1Les textes produits par les chrétiens orthodoxes d’Éthiopie furent écrits sur des feuilles de parchemin, tandis que le papier restait le support presque exclusif des manuscrits éthiopiens musulmans. Cette dichotomie matérielle distingue aisément les deux versants du monde écrit éthiopien : le ge‘ez et l’amharique s’écrivent sur parchemin, tandis que l’écriture arabe se couche sur du papier. Ce partage sensible des surfaces de l’écrit contribue peut-être inconsciemment au peu de porosité entre les études sur ces deux mondes pourtant voisins. Il paraît si rigide, si définitif, si profondément ancré dans des manières de faire et des circuits économiques identifiant l’une ou l’autre culture qu’il n’a que très peu été interrogé. À ma connaissance, un seul manuscrit chrétien produit par des Éthiopiens sur le sol éthiopien a été réalisé en utilisant du papier1. Les quelques lignes qui suivent en proposent un signalement.

Un manuscrit commandité par la reine Mentewāb et le jeune roi Iyo’ās

  • 2 Il est conservé à Addis Abeba, à l’Ethiopian National Archives and Library Agency (ENALA), cote 197 (...)
  • 3 Sur le rôle de patronne des arts de Mentewāb, voir les travaux de C. Bosc-Tiessé, 2004 et 2008.

2Il s’agit d’un volume du synaxaire (senkesar), ou lectionnaire, commandité pendant le règne du roi Iyo’ās (1755-1769) très probablement pour une institution religieuse de la cour située à Gondar2. Les prières dédicatoires, très nombreuses tout au long du volume, célèbrent en effet « notre roi Iyo’ās et Walatta Giyorgis », cette dernière n’étant autre que la puissante reine Mentewāb, la grand-mère paternelle du souverain3. Les prières se font parfois plus précises et sont alors adressées à l’« âme de notre roi Iyāsu et son fils notre roi Iyo’ās et notre reine Walatta Giyorgis », ou même (fol. 391) à l’« âme du serviteur notre roi Iyāsu et son fils notre roi Iyo’ās et sa mère notre reine Walatta Giyorgis ».

Fig. 1 : Prières dédicatoires et ajouts des noms et sceau des propriétaires ultérieurs

Fig. 1 : Prières dédicatoires et ajouts des noms et sceau des propriétaires ultérieurs

Dernier bifolio du manuscrit 197, ENALA.

Photographie faite par l’auteur en décembre 2014 et reproduite avec l’aimable autorisation de l’ENALA.

3La date de rédaction serait donc encore relativement proche du décès de Iyāsu II en 1755 pour qu’il soit ainsi évoqué dans les prières. Aucune institution n’est mentionnée comme propriétaire de ce volume. Mais la fonction liturgique de celui-ci, un lectionnaire célébrant les vies de saints à lire chaque jour, montre qu’il ne s’agit pas d’un volume dédié à la dévotion privée. Il était bien destiné au service liturgique, puisque le lectionnaire propose des textes narrant les vies des saints personnages, devant être lus chaque jour.

S’adapter au papier : une facture codicologique singulière

  • 4 E. Balicka-Witakowska et al., 2015, p. 163.
  • 5 Voir, pour des observations sur des codices médiévaux, M.-T. Le Léannec-Bavavéas, 2001. Pour les ma (...)
  • 6 Autant que je puisse en juger après une observation effectuée sans instrument de mesure approprié.
  • 7 U. Zanetti, 1986.

4Ce volume sur papier est d’un format relativement plus petit que ses homologues sur parchemin, à savoir 215 x 315 x 95 mm pour le volume papier, tandis que les senkesar sur parchemin, de gros volumes presque standardisés, mesurent en moyenne 300 x 400 mm4. Surtout, il en diffère car il est écrit sur deux colonnes, alors que le senkesar est traditionnellement rédigé sur trois colonnes et est réparti en deux volumes de six mois chacun. Ce manuscrit sur papier ne couvre que quatre mois de l’année (de ṭerr à miyāzyā) et on peut supposer que deux autres volumes de même facture avaient été produits pour couvrir la totalité du calendrier liturgique. Cet unique codex témoigne donc d’une entreprise aussi ambitieuse que novatrice, à savoir copier sur un matériau inhabituel l’un des textes liturgiques les plus longs du répertoire éthiopien. L’analyse codicologique montre qu’il fut fabriqué avec grand soin. De grandes quantités de papier furent utilisées pour pourvoir aux 510 folios que compte ce volume. Il faut donc imaginer quelque 1 500 folios au total pour les trois volumes du lectionnaire annuel, soit environ 750 feuilles de papier si les trois volumes ont bien été réalisés. Chaque feuille faisait au minimum – car on ne peut pas écarter la possibilité d’un rognage – 630 x 430 mm, ce qui est un format assez grand5. Le papier utilisé est homogène : il n’y eut qu’une seule source d’approvisionnement. L’épaisseur des feuilles est relativement variable6, de couleur plutôt jaune. Les marques de tamis sont bien visibles. Il y a une ligne de chaînette (pontuseau) tous les 25 mm et une ligne miliaire (vergeure) tous les 1,5 mm. C’est un papier extrêmement solide et de bel aspect. De nombreux filigranes sont visibles, certains en « tre lune » (ou « trois lunes ») caractéristiques des papiers dits « vénitiens »7, d’autres en forme de lettre (FGS, AS, B, FV), certains aussi en forme de médaillon. L’étude de ces filigranes restent entièrement à mener.

Fig. 2 : Papier du manuscrit 197, ENALA

Fig. 2 : Papier du manuscrit 197, ENALA

Photographie faite par l’auteur en décembre 2014 et reproduite avec l’aimable autorisation de l’ENALA.

Produire un objet normé avec un matériau étranger

  • 8 Certains cahiers sont numérotés, mais je n’ai pas mené de façon systématique le relevé de cette num (...)

5Comment est utilisé ce matériau allochtone ? Et qui travaillait ce nouveau matériau puisque les artisans éthiopiens n’avaient l’expérience que du travail sur parchemin ? L’examen des cahiers nous livre une première clef pour comprendre les processus de fabrication de ce manuscrit. La composition des cahiers fait alterner de façon presque systématique les septénions et les cahiers de neuf bifolios. Cela contraste avec les quinions et les quarternions habituels aux manuscrits éthiopiens sur parchemin. Néanmoins, une règle prévaut à l’alternance des cahiers de sept et de neuf bifeuillets : le nombre de bifeuillets dans un cahier s’adapte pour que la fin d’un mois corresponde à la fin d’un cahier et, conséquemment, que la copie d’un nouveau mois démarre sur un nouveau cahier. Par exemple, le dernier cahier du mois de ṭerr ne compte que quatre bifeuillets afin que le mois suivant, yakātit, commence sur un nouveau cahier. La régularité des cahiers de neuf puis sept bifeuillets reprend alors, sauf lorsqu’il faut à nouveau terminer le mois de yakātit. Alors le cahier qui clôt le mois ne compte que trois bifeuillets. Cet examen nous indique que les cahiers ont été réalisés en Éthiopie, dans le scriptorium lui-même, au fur et à mesure de l’avancée du travail d’écriture8. Le scriptorium royal se fournissait aussi en feuilles et non en cahiers ni même en codex déjà constitués. Nous savons donc que, dans la seconde moitié du xviiie siècle, le scriptorium royal à Gondar importe une quantité considérable de feuilles de papier et réalise à partir de ces feuilles un codex à la facture extrêmement maîtrisée.

  • 9 Il existe de nombreuses études sur le travail matériel des parcheminiers et des scribes éthiopiens, (...)
  • 10 À quelques exceptions près, ainsi au folio 412 le copiste a ajouté par inattention deux lignes à la (...)
  • 11 Voir M. Maniaci, 2015, p. 81.

6Il faut ensuite copier le texte sur le support papier. Le copiste n’a pas effectué sa copie en s’aidant des lignes rectrices usuellement tracées sur une page de parchemin éthiopien9. Ici, nulle piqûre, nulle réglure, aucun trait de mise en page qui serait encore observable. Pourtant, les pages obéissent toutes à une même architecture : une écriture continue bien justifiée sur deux colonnes de vingt lignes chacune10. Le scribe avait-il une matrice placée derrière la feuille qu’il voyait en transparence ? L’épaisseur du papier ne plaide pas en faveur de cette hypothèse. A-t-il tout simplement suivi les fines lignes de vergeure ? Cela paraît hasardeux. Avait-il fait usage d’une mistara, ce cadre permettant de marquer très légèrement les lignes par simple pression11 ? Le résultat est en tout cas conforme aux normes éthiopiennes, et la main du scribe, sûre et élégante, n’a pas été perturbée par le long travail de copie sur ce support exotique.

Les marquises dissimulées dans la reliure

  • 12 Sur les reliures éthiopiennes, voir R. Pankhurst, 1980, 1981 et 1983-1984.
  • 13 La présence de ce large dos de cuir empêche d’observer la couture des cahiers.

7Enfin, la reliure correspond aux standards de fabrication éthiopiens, à un détail près12. Elle est réalisée sur des plats de bois couverts de maroquin rouge estampé aux fers à froid. Le motif ainsi réalisé présente un quadruple liseré entourant une croix de procession. Le recto et le verso sont identiques. Le dos était recouvert du maroquin d’origine, puis une pièce de cuir moderne fut ajoutée en renfort13. L’état de la couverture de cuir est moyen. À l’intérieur des plats, le cuir est très proprement coupé en rabats triangulaires collés sur le plat en recouvrant partiellement une pièce de tissu brodé, très probablement une soie d’importation. Le tissu est rayé blanc et rose avec des motifs floraux d’une grande finesse brodés aux fils vert, jaune, rose. Seule fantaisie à ce travail soigné et conventionnel, un rectangle de papier évidé a été encollé par-dessus le cuir et le tissu, formant un élégant cadre en « marquise ». De toute évidence, il s’agit du papier utilisé dans le manuscrit lui-même. Ces marquises de papier sont donc contemporaines de la confection du codex.

Fig. 3 : Marquise sur le contre-plat

Fig. 3 : Marquise sur le contre-plat

Manuscrit 197, ENALA.

Photographie faite par l’auteur en décembre 2014 et reproduite avec l’aimable autorisation de l’ENALA.

  • 14 Dans une étude antérieure, j’avais évoqué la question de l’importation des pigments à la cour de Go (...)

8Cette manière de faire étrangère aux pratiques des scribes éthiopiens révèle là encore un savoir-faire exogène. Le papier ne serait donc pas arrivé seul à la cour du roi Iyo’ās mais aurait été introduit avec un ou plusieurs artisans qui maîtrisaient les techniques propres au travail de la feuille de papier. Éthiopiens formés à l’étranger ou artisans étrangers travaillant à la cour, les deux cas de figure sont possibles. De nombreux artisans, artistes, architectes, ouvriers, ingénieurs, d’origine grecque, arménienne, « levantine », ont travaillé à la cour des rois de Gondar au xviiisiècle. Leur participation aux métiers du livre est une piste de recherche qui n’a pas encore été explorée14.

Le manuscrit protégé par les figures de sainteté éthiopiennes

  • 15 À côté de la tête de saint Georges, une inscription demeure lisible malgré des tentatives pour la f (...)

9Les folios de garde, au début et à la fin du codex, sont ornés de dessins à l’encre. Exécutés en regard des contre-plats, on peut les considérer comme des prolongements décoratifs du travail effectué sur la reliure. Ce sont deux saints particulièrement vénérés en Éthiopie qui ont été choisis par le peintre : sur le premier folio, saint Takla Hāymānot en orant, et saint Georges cavalier terrassant le dragon sur le dernier folio. Ce dernier tout particulièrement est de très belle facture15.

Fig. 4 : Dessin de saint Georges

Fig. 4 : Dessin de saint Georges

Dernier folio du manuscrit 197, ENALA.

Photographie faite par l’auteur en décembre 2014 et reproduite avec l’aimable autorisation de l’ENALA.

10Mentionnons enfin, pour terminer la description de la reliure, un marque-page accroché au bord supérieur du dos – dit « signet de tête » – composé de fil rouge et épais (probablement de la soie) pour la chaîne de trame, et de fils vert, jaune et de teintes diverses pour les fils de broderie. Cet élément n’est pas exceptionnel dans la codicologie éthiopienne, mais sa présence confirme le haut degré de sophistication du manuscrit.

  • 16 Le terme n’est pas passé avec le sens de « papier » en amharique. Selon le dictionnaire de Baeteman (...)
  • 17 W. Leslau, 1991, p. 294.
  • 18 Sans avoir mené l’étude systématique de l’usage du terme karās dans les textes éthiopiens, je sign (...)
  • 19 « […] aussitôt, [il] leva la tente et la plia comme du papier [kārtās] et la dressa [dans un autre (...)

11Un poème rédigé après le mois de yakātit, situé au milieu du codex (fol. 297), confirme que le papier était considéré comme un matériau précieux. Ce poème rimé demande la bénédiction sur le roi Iyo’ās et Walatta Giyorgis qui ont fait écrire ce texte « sur papier », ba-karṭās. L’usage du terme kārtās est encore peu documenté et peu étudié. Comme le mot brānā désignant le parchemin en ge’ez, puis en amharique, qui provient du grec membrana, le terme karṭās est d’origine grecque : il vient de kartēs qui désigne une feuille de papyrus, et a pu passer en ge‘ez16 par le biais de l’arabe qirṭās. Le dictionnaire de W. Leslau donne comme traduction anglaise à l’entrée kārṭās : leaf of of book, scroll, roll, letter, slate, parchment, paper, leaf of paper17, une polysémie qui révèle la rareté du terme18 et la méconnaissance des réalités matérielles qu’il recouvrait. La chronique du roi Iyo‘ās utilise le mot kārtās dans une métaphore afin de désigner quelque chose de facile à plier – en l’occurrence une toile de tente –, ce qui montre la connaissance à la fois du matériel qu’est le papier et de ses propriétés, puisque le papier se plie bien plus aisément que le parchemin, moins ductile19.

Histoire d’un codex princier, de la cour gondarienne à la collection nationale

  • 20 Les chrétiens d’Éthiopie reçoivent un nom de baptême qu’ils n’utilisent que dans des contextes reli (...)
  • 21 On sait par d’innombrables exemples qu’effacer des noms de précédents commanditaires royaux sur des (...)

12Ce manuscrit produit pour le jeune roi Iyo’ās demeura dans les hautes sphères de la société éthiopienne. Contrairement à la grande majorité des manuscrits possédés par les églises de la ville royale de Gondar, il n’a pas fait son chemin jusqu’à Londres et la British Library. En effet, le roi Tēwodros (1855-68) pilla Gondar, s’appropria ses richesses et les emporta jusque dans sa forteresse de Magdala, où l’armée anglaise l’assiégea et le vainquit. C’est ainsi que les plus beaux manuscrits gondariens se trouvent depuis 1868 en Angleterre. Mais tel ne fut pas le sort de ce codex. Il fut produit dans le cercle royal et affecté à un service liturgique, sans que l’on sache pour quelle église ou quelle chapelle il avait été conçu. Il fut ensuite acquis par un certain Sāhla Iyasus, fils de Ferē Sanbāt et de Walatta Mikā’ēl, et époux de Walatta Māryām, des noms de baptême20 très courants qui ne permettent pas d’identifier ces personnages. Sāhla Iyasus ne fit pas effacer les noms des premiers commanditaires royaux, il ajouta simplement son nom et ceux des membres de sa famille en interligne supérieure, dans les prières dédicatoires. Il est plus délicat d’effacer des noms sur du papier que sur du parchemin, puisque dans ce dernier cas il suffit de passer la surface à l’eau pour en retirer l’encre. C’est certainement pour préserver la feuille de papier que Sahlā Iyasus conserva les noms du roi Iyo’ās et de Mentewāb, plutôt que par scrupule envers les anciens souverains21.

  • 22 A. Wion, 2007.

13Au tournant du xxe siècle, le manuscrit entre en possession du daǧǧāzmāč Wasān Sagad dont le sceau, imprimé en rouge, est visible à deux reprises (fol. 297 et 510). De forme hexagonale, il porte une image composée d’une croix latine surmontée de trois étoiles à six branches, ainsi qu’une légende entre deux cercles de grènetis : ማኅተም፡ዘደጃዝማች፡ወሳን፡ሰገድ፡, « sceau du daǧǧāzmāč Wasān Sagad ». On identifie sans difficulté le premier petit-fils de Ménélik, Wasān Sagad Wadāǧo Gobānā, né en 1885. Il était l’héritier désigné de Ménélik mais précéda son grand-père dans la mort en 1908. On voit que ce manuscrit demeura – ou revint - en possession de l’aristocratie de cour. C’est probablement après 1908 que le manuscrit entra dans la collection impériale qui devient ensuite la bibliothèque nationale22, où il est conservé depuis.

14En conclusion, on peut retenir que vers 1755, à la cour royale de Gondar, le scriptorium s’est approvisionné largement en feuilles de papier sur le marché extérieur afin de confectionner un lectionnaire en trois volumes. Des artisans connaissant le travail sur papier furent impliqués dans le processus de confection et de copie de ce projet ambitieux, qui répondait aux standards éthiopiens les plus sophistiqués tout en introduisant quelques nouveautés (la marquise encollée sur les contre-plats de la reliure, l’absence de piqûre et de réglure, l’écriture sur deux colonnes et la partition en trois volumes du texte du lectionnaire) qui demeurèrent sans suite. Cette tentative pour apprivoiser un médium exogène reste un cas exceptionnel. Le statut de ce manuscrit était suffisamment élevé pour qu’on retrouve sa trace dans la bibliothèque impériale au tournant du xxe siècle, puis qu’il soit versé dans la collection patrimoniale nationale.

15Cette étude est encore incomplète car elle demanderait une véritable analyse contextuelle et comparative, notamment avec les situations copte et yéménite. Mais, d’ores et déjà, ce senkesar sur papier du roi Iyo’ās nous engage à observer toujours plus attentivement les savoir-faire. Ils peuvent être les révélateurs des échanges culturels qui eurent lieu dans ce milieu ouvert aux rencontres qu’était la cour royale. Ce volume sur papier montre notamment qu’il a été possible, à un moment faste pour la cour royale chrétienne, d’engager des moyens financiers et humains afin de réaliser un objet totalement nouveau. Si le papier était alors l’apanage des civilisations de l’islam comme des cultures européennes, on sait à présent que la cour éthiopienne chrétienne a aussi tenté de s’en saisir.

Haut de page

Bibliographie

Assefa Liban, 1958, « Preparation of parchment manuscripts », Bulletin of the Ethnological Society University College of Addis Abeba, 8, p. 254-267.

Baeteman, J., 1929, Dictionnaire amarigna-français, Dire Dawa, St-Lazare.

Balicka-Witakowska, E., Bausi, A., Bosc-Tiessé, C., Nosnitsin, D., 2015, « Ethiopic codicology », in A. Bausi et al. (éd.), Comparative Oriental Manuscript Studies. An Introduction, Hambourg, Tredition, p. 154-174.

Bausi, A., 2005, « Il testo, il supporto e la funzionne : alcune osservazioni sul caso dell’Etiopia », in V. Böll, D. Nosnitsin, T. Rave, W. Smidt, E. Sokolinskaia (éd.), Studia Aethiopica. In Honour of Siegbert Uhlig on the Occasion of his 65th Birthday, p. 7-22.

Bosc-Tiessé, C., Mirabaud, S., Miguirditchian, M., 2011, « Étude d’un corpus d’icônes datées des xve et xvie siècles conservées au musée de l’Institute of Ethiopian Studies, université d’Addis Abeba, Éthiopie », in Proceedings of the 16th Triennal Conference, ICOM-CC, Cultural Heritage/Cultural Identity: the Role of Conservation. CD-Preprints.

Bosc-Tiessé, C., 2004, « “How beautiful she is” in her mirror! Polysemic images and reflections of power of an eightteenth-century Ethiopian queen », Journal of Early Modern History, 8/3-4, p. 294-315.

Bosc-Tiessé, C., 2008, Les îles de la mémoire. Fabrique des images et écriture de l’histoire dans les églises du lac ānā, Éthiopie, xviie-xviiie siècle, Paris, Publications de la Sorbonne.

Bosc-Tiessé, C., 2014, « Qu’est-ce qu’un scriptorium en Éthiopie ? L’organisation du travail des copistes dans le Royaume chrétien d’Éthiopie », Scripta, An International Journal of Codicology And Palaeography, 7, p. 9-27

Déroche, F., Sagaria Rossi, V., Vernay Nouri, A., 2015, « Arabic codicology », in A. Bausi et al. (éd.), Comparative Oriental Manuscript Studies. An Introduction, Hambourg, Tredition, p. 89-115.

Fäqadä Sellasé Täfära, 2010, « Codicology of Ethiopian manuscripts » [Tentawi yä-branna mäsahft azägäjajät], Addis Abeba, Addis Ababa University Press.

Godet, E., 1980-1982, « La préparation du parchemin en Éthiopie », Abbay, 11, p. 203-210

Guidi, I., 1895, Il « Gadla 'Aragâwî » : memoria del socio Ignazio Guidi : letta nella seduta del 21 giugno 1891, Rome, Tip. della Reale Accademia dei Lincei.

Guidi, I., 1910-1912, Annales Regum, Iyāsu II, Iyo’ās, Louvain, Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium, 61 et 66, 2 vol. [Scriptores aethiopici, 28-29].

Habtä Maryam Wärqenäh, 1965, Ethiopian Calendar [1972/1973 G.C.], Tentawi yä-Ityopya temhert, Addis Abeba.

Haile Gabriel Dagne, 1965, Preservation of the Ethiopian Manuscripts in the Ethiopian Church, Addis Abeba, University College, Faculty of Arts (mimeographed paper presented for the Seminar on Ethiopian Studies).

Haile Gabriel Dagne, 1989, « The scriptorium at the imperial palace and the manuscripts of Addis Ababa churches », in Taddese Beyene (éd.), Proceedings of the Eighth Conference of Ethiopian Studies. University of Addis Ababa, 1984, Addis Ababa, Institute of Ethiopian Studies, vol. 2, p. 215-223.

Kane, T.L., 1990, Amharic-English Dictionary, Wiesbaden, Harrassowitz.

Kidanä Maryam Getahun, 1954, E.C. [1961/1962 G.C.], Ṭentāwiw yä-qollo tamari, Addis Abeba, Tensā’ē za-gubā’ē Printing Press.

Le Léannec-Bavavéas, M.-T., 2001, « Les papiers orientaux (non filigranés) ou papiers du monde islamique – sauf l’Espagne – et du monde byzantin », communication mise en ligne sur le carnet de l’IRHT : http://irht.hypotheses.org/421 (dernière consultation le 9 novembre 2017).

Leslau, W., 1991, Comparative Dictionary of Ge‘ez, Wiesbaden, Harrassowitz.

Maniaci, M., 2015, « Codicology », in A. Bausi et al. (éd.), Comparative Oriental Manuscript Studies. An Introduction, Hambourg, Tredition, p. 69-88.

Mellors, J., Parsons, A., 2002a, Ethiopian bookmaking, Londres, New Cross Books.

Mellors, J., Parsons, A., 2002b, Scribes of South Gondar, Londres, New Cross Books.

Pankhurst, R., 1980, « Imported textiles in Ethiopian 16th and 17th c. mss in Britain », Azania, 15, p. 43-55.

Pankhurst, R., 1981, « Imported textiles in Ethiopian 18th c. mss in Britain », Azania, 16, p. 131-150.

Pankhurst, R., 1983-1984, « Ethiopian manuscript bindings and their decoration », Abbay, 12, p. 205-253.

Sergew Hable Sellasie, 1981, Bookmaking in Ethiopia, Leyde.

Wion, A., 2004, « An analysis of 17th-century Ethiopian pigments », in I. Boavida, M.J. Ramos (dir.), The Indigenous and The Foreign in Christian Ethiopian Art. On Portuguese-Ethiopian Contacts in the 16th-17th Centuries, Aldershot, Ashgate.

Wion, A., 2007, « National archives and library of Ethiopia », in Encyclopaedia Aethiopica, 3, Wiesbaden, Harrassowitz, p. 1152-1155.

Zanetti, U., 1986, « Filigranes vénitiens en Égypte », in L. S. Olschki (éd.), Studi albanologici, balcanici, bizantini e orientali in onore di Giuseppe Valentini S.J., Florence, L.S. Olschki éd. [Studi e Testi, 6], p. 437-499.

Haut de page

Notes

1 Ces précautions oratoires visent à écarter les manuscrits copiés par des orientalistes en Abyssinie, souvent sur des carnets de papier qu’ils avaient emportés, ainsi que les manuscrits produits par des communautés religieuses éthiopiennes hors du pays, en Égypte, à Rome ou à Jérusalem. Il faut aussi savoir qu’il n’existe pas d’archives sur papier produites et conservées par la société chrétienne éthiopienne, puisque les seules qui nous sont connues furent conservées dans les manuscrits.

2 Il est conservé à Addis Abeba, à l’Ethiopian National Archives and Library Agency (ENALA), cote 197. J’ai observé ce codex en novembre 2014. Un examen plus approfondi serait nécessaire pour mieux comprendre les conditions de fabrication de ce codex.

3 Sur le rôle de patronne des arts de Mentewāb, voir les travaux de C. Bosc-Tiessé, 2004 et 2008.

4 E. Balicka-Witakowska et al., 2015, p. 163.

5 Voir, pour des observations sur des codices médiévaux, M.-T. Le Léannec-Bavavéas, 2001. Pour les manuscrits orientaux modernes, se référer à F. Déroche et al., 2015, p. 93-94.

6 Autant que je puisse en juger après une observation effectuée sans instrument de mesure approprié.

7 U. Zanetti, 1986.

8 Certains cahiers sont numérotés, mais je n’ai pas mené de façon systématique le relevé de cette numérotation et ne peux donc dans la présente étude en tirer de conclusion sur une éventuelle organisation du travail des copistes. Voir à ce propos C. Bosc-Tiessé, 2014.

9 Il existe de nombreuses études sur le travail matériel des parcheminiers et des scribes éthiopiens, voir notamment : Assefa Liban, 1958 ; E. Balicka-Witakowska et al., 2015 ; Fäqadä Sellasé Täfära, 2010 ; E. Godet, 1980-1982 ; Habtä Maryam Wärqenäh, 1965 E.C. ; Haile Gabriel Dagne, 1989 ; Kidanä Maryam Getahun, 1954 E.C. ; J. Mellors, A. Parsons, 2002a ; J. Mellors, A. Parsons, 2002b ; Sergew Hable Sellasie, 1981.

10 À quelques exceptions près, ainsi au folio 412 le copiste a ajouté par inattention deux lignes à la première colonne, produisant une colonne de 22 lignes. Pour conserver l’équilibre visuel, il a comblé les deux lignes surnuméraires de la seconde colonne par de petits traits plutôt que de s’entêter dans son erreur et d’y inscrire du texte.

11 Voir M. Maniaci, 2015, p. 81.

12 Sur les reliures éthiopiennes, voir R. Pankhurst, 1980, 1981 et 1983-1984.

13 La présence de ce large dos de cuir empêche d’observer la couture des cahiers.

14 Dans une étude antérieure, j’avais évoqué la question de l’importation des pigments à la cour de Gondar pour la réalisation de codices enluminés, A. Wion, 2004 ; voir aussi sur cette question C. Bosc-Tiessé, S. Mirabaud, M. Miguirditchian, 2011. Il serait intéressant par ailleurs de mener une étude systématique sur les reliures rehaussées de métal qui pourraient mettre sur la piste d’échanges de savoir-faire.

15 À côté de la tête de saint Georges, une inscription demeure lisible malgré des tentatives pour la faire disparaître. On peut y lire ሰአሊሁ፡ ሩ […] /ሊቀ፡ መለእክት፡, « image de Ru[...] / chef des anges ». Une image de l’archange Rufā’ēl était-elle initialement prévue ? Une autre inscription, probablement plus tardive, orne le haut de cette page tout en restant inscrite dans le cadre du dessin. Il s’agit du proverbe amharique : ለብልህ፡ አይነግሩ፡ ለአንበሳ፡ አይመትሩ፡ que l’on peut rendre par « L’homme avisé n’a pas besoin de conseil, le lion n’a pas besoin qu’on lui coupe sa viande » (voir T. Kane, 1990, vol. 1, p. 247).

16 Le terme n’est pas passé avec le sens de « papier » en amharique. Selon le dictionnaire de Baeteman, kārtā est un néologisme pour « carte ; chargeur de fusil », J. Baeteman, 1929, col. 717. Pour T. Kane, 1990, le terme vient de l’italien uniquement.

17 W. Leslau, 1991, p. 294.

18 Sans avoir mené l’étude systématique de l’usage du terme karās dans les textes éthiopiens, je signale qu’il apparaît dans l’hagiographie médiévale du saint Arāgāwi. En effet, on apporte au disciple en charge de rédiger la vie du saint du « papier et un calame », kertāsa wa-qalama, pour qu’il commence à écrire, in I. Guidi, 1895, p. 31.

19 « […] aussitôt, [il] leva la tente et la plia comme du papier [kārtās] et la dressa [dans un autre endroit]. », I. Guidi, 1910-1912, p. 209 (txt), p. 219 (tr., mais I. Guidi propose de traduire kārtās par parchemin).

20 Les chrétiens d’Éthiopie reçoivent un nom de baptême qu’ils n’utilisent que dans des contextes religieux et qui est étroitement lié à la notion de salut, puisque c’est par ce nom qu’ils seront identifiés le jour du Jugement dernier.

21 On sait par d’innombrables exemples qu’effacer des noms de précédents commanditaires royaux sur des manuscrits ne posait pas outre mesure de problèmes à de nouveaux propriétaires. Le prix qu’ils investissaient dans l’acquisition d’un bel ouvrage valait pour le moins que l’on prie pour leur salut, et donc que leurs noms soient mentionnés dans les prières dédicatoires.

22 A. Wion, 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Prières dédicatoires et ajouts des noms et sceau des propriétaires ultérieurs
Légende Dernier bifolio du manuscrit 197, ENALA.
Crédits Photographie faite par l’auteur en décembre 2014 et reproduite avec l’aimable autorisation de l’ENALA.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2037/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 2 : Papier du manuscrit 197, ENALA
Crédits Photographie faite par l’auteur en décembre 2014 et reproduite avec l’aimable autorisation de l’ENALA.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2037/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 3 : Marquise sur le contre-plat
Légende Manuscrit 197, ENALA.
Crédits Photographie faite par l’auteur en décembre 2014 et reproduite avec l’aimable autorisation de l’ENALA.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2037/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 4 : Dessin de saint Georges
Légende Dernier folio du manuscrit 197, ENALA.
Crédits Photographie faite par l’auteur en décembre 2014 et reproduite avec l’aimable autorisation de l’ENALA.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2037/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 283k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Wion, « Un manuscrit éthiopien chrétien sur papier (ca. 1755) : une singularité royale », Afriques [En ligne], Sources, mis en ligne le 28 décembre 2017, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/afriques/2037

Haut de page

Auteur

Anaïs Wion

Chargée de recherches CNRS, Institut des mondes africains (IMAF)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals