Navigation – Plan du site

Le site funéraire d’Antsiraka Boira (Acoua, Grande Terre) : Islamisation et syncrétisme culturel à Mayotte au XIIe siècle

The funeral site of Antsiraka Boira (Acoua, Grande Terre): Islamization and cultural syncretism in Mayotte during the 12th century
Martial Pauly et Marine Ferrandis

Résumés

Cet article présente un bilan des six campagnes de fouilles effectuées entre 2012 et 2017 sur le site archéologique d’Antsiraka Boira, à Acoua (nord-ouest de Mayotte, Grande Terre). Il s’agit d’un ensemble funéraire daté du xiie siècle. L’échantillonnage de cette étude se compose de 29 sépultures fouillées sur un ensemble de 69 tombes repérées dans la zone de fouilles.
Nos recherches à Antsiraka Boira documentent les pratiques funéraires d’une population de pêcheurs/agriculteurs/éleveurs représentative de la population mahoraise du début du IIe millénaire. Les sépultures étudiées attestent de l’islamisation de cette population durant le xiie siècle mais également de la permanence de gestes funéraires étrangers à l’Islam (mobilier funéraire, cercueil en bois), témoignant, pour la première fois à Mayotte, d’une phase de syncrétisme islamique. La recherche des filiations culturelles de ces pratiques funéraires, encore conservées en filigrane malgré l’islamisation, apporte une contribution permettant d’appréhender les multiples influences culturelles présentes à Mayotte, et interroge sur les connexions entretenues par l’archipel des Comores avec l’ensemble régional proche (Afrique, Madagascar) et en particulier sur la question de l’existence d’une aire culturelle proto-malgache encore décelable au début du IIe millénaire.

Haut de page

Texte intégral

Remerciements

Nous adressons nos remerciements à nos partenaires institutionnels, scientifiques et associatifs :

Direction des affaires culturelles, Clotilde Kasten, Florence Gendrier.

Suivi scientifique et technique, Édouard Jacquot, Virginie Motte (conservateurs de l’Archéologie).

Ingénieur d’étude/topographie, Georges Lemaire (DAC-OI).

Prise de vue aérienne, photogrammétrie, Jérome Mathey (DroneGo).

Conseil scientifique, Claude Allibert, Jean-Aimé Rakotoarisoa (INALCO-CROIMA), Patrice Courtaud (PACEA-Bordeaux) et Thomas Vernet (directeur de l’IFAS-Recherche, Johannesburg).

École doctorale de l’INALCO, ED 265, équipe de recherche ASIES-CROIMA.

Support associatif, Henri Daniel Liszkowski, Olivier Soumille (SHAM), Françoise Echasseriaud (Archéologies).

La famille Chaka, propriétaire de la parcelle.

Nos remerciements chaleureux aux nombreux bénévoles sur le chantier et personnes participant à sa logistique, qui par leur investissement personnel ont contribué depuis 2012 à la réussite de ce chantier archéologique : Aïcha Abdallah, Salma Ali, Marine Allemand, Mohamed-Dine Assani, Jérémie Bachellerie, Brigitte Baconnier, Razak Bankole, Cindy Causse, Geoffrey Claud, Jérémy Decoo, Suzel Delvallez, Flore Diverrez, Raftandjani Djihadi, Dominique Duguay, Delphine Dumarché, Philippe Dumarché, Patricia Dupuy, Ahamed Doulhikifli, Fadhuli, Chloé Fraillon, Marylise Gendrot, Éric Gintrand, Émeline Hussard, Tiffanie Giraud, Anne Hawksworth, Assinani Kassim, Marion Lalanne, Guy Langlais, Arnaud Lebossé, Arthur Leck, Céline Leroy, Lan Li, Djamila Madi, Sade Madia-Abdallah, Mama Jo, Jeanne Pages, Raphael Pavageaux, Élisa Petit, Amandine Ponchel, Ounaïda Madi, Said-Djibril Madi-Tchama, Robert Manceau, Sade Mari, Thierry Navarron, Stéphane Nielsen, Lola Pelt, Marc Pia, Anna Salmon, Hanessati Soufou, Corinne Soumaila, Jacques Teyssandier, Alexia Thierry, Mariame Toufaili, Halima Toybou, Elisabeth Tribouillard, Thierry Wallet, Nicolas Wallet, Limouandjilati Ymamou et Nawa Ymamou.

Cadre historique et culturel de l’étude

  • 1 N. Gueunier, 1986. Il est établi depuis les travaux d’Otto Dahl que la langue malgache s’apparente (...)
  • 2 A. Crowther et al., 2016a.
  • 3 Des données historiques contemporaines expliquent en partie cette empreinte linguistique malgache : (...)

1Situé à l’entrée nord du canal de Mozambique (figure 1), l’archipel des Comores est composé de quatre îles d’origine volcanique, comprenant, d’ouest en est, Ngazidja ou la Grande Comore (où se situe le Karthala, volcan actif de l’archipel), Mohéli, Anjouan – ces trois îles constituent, depuis leur indépendance de la France en 1975, l’Union des Comores – et enfin Mayotte, cadre de notre étude, département d’outre-mer français depuis 2011. Mayotte se divise en deux îles principales (Petite Terre et Grande Terre), protégées à l’intérieur d’un vaste lagon accessible à la navigation par de rares passes. De manière générale, l’archipel des Comores appartient à l’aire culturelle swahili avec laquelle il partage certains traits culturels : l’islam sunnite chaféite y est anciennement pratiqué, et les langues comoriennes (le shimasiwa) appartiennent, comme le kiswahili, à la famille des langues bantou dont elles constituent ici le rameau le plus oriental du groupe Sabaki. Le shimasiwa se décline en quatre dialectes propres à chacune des îles : le shingazidja en Grande Comore, le shimwali à Mohéli, le shindzuani à Anjouan et enfin le shimaore à Mayotte. Toutefois, sur cette dernière, un sixième de la population a pour langue maternelle l’un des deux parlers malgaches en usage sur cette île, le kibushi kimaore et le kiantalaotsy. En tant que dialectes malgaches, ces parlers appartiennent à la famille des langues austronésiennes dont elles constituent ici le rameau le plus occidental1. C’est d’ailleurs le seul exemple de parler malgache en dehors de Madagascar. Aussi, et peut-être davantage que pour les autres îles de l’archipel, la proximité de Mayotte avec Madagascar – dont elle n’est éloignée que de 350 km – a contribué à tisser des liens culturels forts avec cette dernière. Le peuplement de l’archipel par des populations de langue bantou s’inscrirait durant la seconde moitié du Ier millénaire de notre ère, au cours de l’âge du fer moyen, dans un contexte d’expansion de populations proto-swahili le long des côtes africaines et des îles adjacentes2. En revanche, l’ancienneté de la présence de populations de langue malgache à Mayotte est discutée. Il semble cependant que les migrations malgaches du xixe siècle aient recouvert un substrat de population malgache beaucoup plus ancien3.

Figure 1 : Carte de situation

Figure 1 : Carte de situation

M. Pauly 2014-2017.

  • 4 Tsingoni, l’ancienne capitale du sultanat de Mayotte, conserve dans sa mosquée du vendredi une insc (...)
  • 5 Mawutu est le nom donné à Mayotte par les Swahili, tandis qu’elle est nommée Maore par les locuteur (...)
  • 6 C. Allibert, 2001. Ajoutons que la cosmographie d’al-Idrîsî, encore grandement héritée de la vision (...)

2Historiquement, Mayotte était organisée politiquement en sultanat, et ce jusqu’à la prise de possession de l’île par la France en 1843. L’existence de ce sultanat est attestée dès le début du xvie siècle4. Pour la période antérieure, nous ne disposons que de très peu d’informations historiques. L’île n’est mentionnée pour la première fois qu’à la fin du xve siècle dans les écrits d’Ibn Mâjid sous le vocable Mawutu5. Le nom Qomr, lui-même, mentionné pour la première fois par al-Idrîsî au xiie siècle, désigne chez les auteurs arabes l’île de Madagascar, avant de n’être restreint qu’aux seules îles de l’archipel des Comores au début du xvie siècle6.

  • 7 Cette recherche a débuté à Mayotte avec les travaux de Henry Wright et Susan Kus en 1975, suivis de (...)
  • 8 Au nord de Grande Terre à Mayotte, le site de Koungou, le plus ancien, a fourni deux datations par (...)
  • 9 Mbachile et Mbeni à Ngazidja, Sima à Anjouan et Mro Dewa à Mohéli, voir H.T. Wright et al., 1984 ; (...)
  • 10 M. Horton, 1987.
  • 11 Les fouilles à Sharma au Yémen (Hadramaout) ont démontré l’implication de ce port dans les échanges (...)
  • 12 En particulier dans les technologies de ventilation forcée d’un four à chaux daté du xie siècle, ut (...)
  • 13 A. Crowther et al., 2016b.
  • 14 La contribution austronésienne dans cette région est attestée par les études linguistiques de la la (...)
  • 15 Le terme « proto-malgache », qui apparaît dans les publications à la fin des années 1950 et dont l’ (...)
  • 16 Si les études génétiques ont démontré que les Malgaches partagent à la fois des ancêtres africains (...)
  • 17 A. Adelaar, 2016.
  • 18 P. Vérin, 1967 ; 1975.

3Face à la faiblesse des données textuelles, la recherche archéologique7 est la principale source d’information pour la période ancienne. Les débuts du peuplement de Mayotte sont attestés autour de 800 de notre ère8. Les sites archéologiques les plus anciens relèvent de la phase Dembeni (ixe-xie siècle), également mise en évidence dans les autres îles de l’archipel des Comores9. Les sites de la phase Dembeni présentent une culture matérielle originale où sont relevées des influences que l’on pourrait qualifier de bantoues et austronésiennes, témoignant d’un peuplement déjà très complexe, aux origines multiples. Le mobilier d’importation, particulièrement abondant sur les sites de cette époque, permet de restituer un réseau d’échanges régional centré sur le sud-ouest de l’océan Indien et dont l’archipel des Comores constituait le pivot, mettant en relation la côte africaine avec les régions littorales de Madagascar. Ce réseau commercial « dembénien » était également en étroite connexion avec les réseaux commerciaux de l’océan Indien médiéval : il assurait le prolongement du « couloir swahili10 » en direction de Madagascar et recevait, par son intermédiaire, les productions asiatiques qui transitaient par les ports du golfe Persique et sud-arabiques11. Ces échanges centrés sur l’archipel des Comores assuraient ainsi la connexion de Madagascar au système-monde afro-eurasiatique. Une signature austronésienne, clairement mise en évidence aux Comores durant la phase Dembeni, à la fois par la culture matérielle12 et par les études archéobotaniques13, pose la question de l’implication des marins austronésiens dans ce réseau commercial14, et questionne sur le rôle joué par l’archipel lors du peuplement de Madagascar par les proto-Malgaches15. En effet, le lieu de la rencontre entre Austronésiens et Africains – dont les Malgaches sont les héritiers – fait débat. L’homogénéité linguistique et génétique des Malgaches tend à réfuter l’hypothèse d’arrivées séparées à Madagascar de populations austronésiennes et africaines16. Au contraire, les preuves génétiques et linguistiques induisent un effet bottle neck17, qui implique que la rencontre entre Austronésiens et Africains n’a pu s’opérer que dans un espace géographique assez restreint avant la colonisation de la Grande Île. Ce modèle théorique out of Madagascar incite à évaluer l’implication d’autres régions – les Comores ou encore la côte du Mozambique (le pays de Sofâla des auteurs arabes médiévaux) – comme cadres géographiques de l’élaboration de la culture proto-malgache. Ainsi, l’une des problématiques importantes de l’archéologie aux Comores depuis les premiers travaux conduits à Sima par Pierre Vérin en 196718 est la recherche des traces laissées par cette culture métissée afro-asiatique dans l’archipel durant les premiers siècles de son peuplement. Si aujourd’hui les preuves artefactuelles mais également génétiques confirment clairement l’existence d’un substrat culturel proto-malgache aux Comores durant la phase Dembeni, les circonstances des contacts entre Africains et Austronésiens, les processus d’hybridation et de dispersion culturelles sont encore peu connus. Notre recherche, bien que pour une époque plus récente, atteste néanmoins que ce fonds culturel proto-malgache est encore largement perceptible à Mayotte au xiie siècle, parmi les communautés de Grande Terre.

  • 19 Le site de Shanga, dans l’archipel de Lamu, a fourni une sépulture musulmane datée du ixe siècle ta (...)
  • 20 H.T. Wright, 1984 ; 1992, p. 84 ; C. Allibert, 1989 ; C. Allibert et P. Vérin, 1996.
  • 21 C. Allibert et al., 1983 ; P. Courtaud et al., 2015.

4Un second aspect important développé dans notre recherche est la question des processus culturels accompagnant l’islamisation de la population comorienne au début du IIe millénaire. Par l’intermédiaire du monde swahili19, les premiers contacts avec des musulmans s’effectuent certainement dès la période Dembeni, toutefois les signes évidents de la pratique de l’islam à Mayotte ne remontent pas actuellement au-delà des xie-xiie siècles. Sur l’important site éponyme de Dembeni en Grande Terre, abandonné au cours du xiie siècle, aucune sépulture antérieure au xie siècle n’y a été découverte. Toutefois, les chercheurs y ont observé un régime alimentaire ne suivant pas les interdits de l’islam, ce qui laisse entendre que la population n’était pas dans sa majeure partie islamisée20. Le site de Bagamoyo en Petite Terre constitue la principale contribution à l’étude du funéraire à Mayotte. Occupé à partir du xe-xie siècle, ce site présente plusieurs ensembles funéraires disséminés le long du cordon littoral qui jouxte le lagon. Les inhumations les plus anciennes remontent au xe/xie siècle et présentent déjà les normes de sépultures musulmanes, laissant envisager une islamisation ancienne21. Notre étude sur un site funéraire de Grande Terre permet d’apporter une comparaison avec le site de Bagamoyo et ainsi mesurer les écarts avec ce standard funéraire, suggérant une islamisation hétérogène à l’échelle insulaire.

  • 22 H.T. Wright, 1992.
  • 23 M. Pauly, 2013.
  • 24 La plus ancienne mosquée connue à ce jour dans l’archipel se situe à Sima à Anjouan, voir H.T. Wrig (...)
  • 25 H.T. Wright, 1992.
  • 26 Un processus d’unification politique dans chaque île serait à l’œuvre à partir du xve siècle et s’a (...)

5La période ultérieure des xiie-xve siècles connaît un essor démographique qui se manifeste par la multiplication des sites archéologiques (création ex nihilo de nombreux hameaux jetant la trame villageoise actuelle). Si à Anjouan, sur le site de Sima, il y a une continuité d’occupation entre la phase Dembeni et la période des xiie-xve siècles22, il en est tout autrement à Mayotte, où le site de Dembeni est abandonné au cours du xiie siècle. On assiste alors à une nouvelle organisation du territoire, avec l’apparition de nombreux hameaux et villages dont certains se dotent à partir des xiie-xiiie siècles d’enclos villageois maçonnés23. L’implication de ces villages dans le commerce a changé : on ne retrouvera plus les importations dans des quantités aussi importantes que durant la phase Dembeni. Ces changements semblent consécutifs d’une modification des réseaux commerciaux régionaux qui affecte la zone à la fin de la période Dembeni : avec le développement à Madagascar, à partir du xie siècle, de cités portuaires musulmanes (comme l’important site de Mahilaka en baie d’Ampasindava), l’essentiel du commerce s’effectue désormais directement sur la côte malgache. L’archipel des Comores, jadis comptoir incontournable pour les productions malgaches, est alors réduit au seul commerce d’escale et de ravitaillement des navires connectant la Grande Île à la côte africaine swahili. Néanmoins, à partir de cette époque, l’islam s’inscrit durablement dans les paysages comoriens : les premières mosquées apparaissent au cours des xie-xiie siècles24, qui correspondent à une islamisation de toutes les strates de la société. L’islamisation des élites et la poursuite des échanges entre Madagascar et la côte swahili auraient ainsi contribué à la formation de territoires hiérarchisés où des centres urbains dominent des villages à vocation rurale25. Dans ce contexte, des élites adhérant à l’islam et « swahilisées » – les anciens fani – dirigent des chefferies commémorées par la tradition orale26.

Le site d’Antsiraka Boira à Acoua

  • 27 Acoua est transcrit Haqwa dans les manuscrits arabico-mahorais comme la liste des anciens fani de M (...)
  • 28 Antsiraka est un terme géographique qui signifie en kibushi kimaore « à la pointe », Boira étant le (...)

6Acoua27 est un village du nord-ouest de Grande Terre et compte parmi les villages de parler kibushi kimaore. Le site archéologique d’Antsiraka Boira28 se situe sur un léger plateau culminant à 25 mètres d’altitude, occupant le versant sud de la pointe Kahirimtrou, dominant la baie d’Acoua. Il s’agit d’une zone agricole en voie progressive d’urbanisation, les terrains appartenant à des propriétaires privés. Les fouilles programmées que nous réalisons avec le soutien de la Direction des affaires culturelles de Mayotte se situent en bordure occidentale du plateau d’Antsiraka Boira, dans un secteur présentant un léger pendage naturel (figure 2). Ce dernier est propice à une conservation satisfaisante des niveaux archéologiques par une sédimentation colluvionnaire. La zone étudiée atteint actuellement plusieurs centaines de mètres carrés.

Figure 2 : Antsiraka Boira, plan d'ensemble et relevé des structures archéologiques

Figure 2 : Antsiraka Boira, plan d'ensemble et relevé des structures archéologiques

M. Pauly, 2014-2017.

7Les observations stratigraphiques ont permis de distinguer trois phases d’occupation dans cette zone de fouilles. La plus ancienne est à ce jour uniquement documentée par des artefacts provenant de niveaux archéologiques perturbés par les inhumations. Ce mobilier atteste néanmoins d’une première occupation du lieu par des activités domestiques et artisanales (rejets détritiques, fusaïoles, scories de fer, fragments de torchis calciné). La chronologie de cette première phase d’occupation est encore à préciser, bien que celle-ci, au regard du mobilier céramique, semble très proche de celle de la phase des inhumations.

  • 29 Sépulture 01 : Lyon -11708, âge 14C BP 1055 ±30, âge calibré (SH Cal.2013) : 986-1051 après J.-C. ( (...)
  • 30 Au-delà de ces remarques préalables, on notera que la sépulture 08 fournit actuellement la plus anc (...)
  • 31 La vaisselle d’importation islamique présente sur ce site relève ainsi des productions dites a sgra (...)
  • 32 H.T. Wright, S. Kus, 1976 ; H.T. Wright, 1986 ; 1992 ; 1993.
  • 33 On ne retrouve cependant plus durant la phase Hanyoundrou de céramique graphitée, représentative de (...)

8La deuxième phase d’occupation, la mieux conservée sur ce site, correspond à une phase d’inhumations. Trois squelettes ont fait l’objet de prélèvements en vue de datation C14 (sépultures 01, 03 et 08) dont les résultats sont centrés sur les xe-xie siècles29. Un calibrage rajeunissant ces résultats est toutefois à prendre en compte, car le rapport isotopique indique une forte influence de l’effet « réservoir marin », consécutif à l’importance des ressources halieutiques dans l’alimentation des sujets30. Le mobilier funéraire suggère en effet une chronologie davantage centrée sur le xiie siècle (figures 4, 5, 6 et 7), les dernières inhumations n’excédant pas 125031. La culture matérielle de cette phase se rattache à la phase chronoculturelle dite « Hanyoundrou », selon la chronotypologie des productions céramiques locales définie depuis les années 1970-1980 par les travaux d’Henry Wright32. Le registre décoratif des céramiques locales reprend des motifs décoratifs présents dès le ixe siècle : impressions de coquillage anadara, incisions géométriques en chevron et usage sporadique de l’engobe rouge33.

Figure 4 : Antsiraka Boira, importations islamiques

Figure 4 : Antsiraka Boira, importations islamiques

M. Pauly, 2014-2017.

Figure 5 : Antsiraka Boira, importations islamiques

Figure 5 : Antsiraka Boira, importations islamiques

M. Pauly, 2013-2017.

Figure 6 : Antsiraka Boira, chloritoschiste

Figure 6 : Antsiraka Boira, chloritoschiste

M. Pauly, 2005-2017.

Figure 7 : Antsiraka Boira, dépôts viatiques

Figure 7 : Antsiraka Boira, dépôts viatiques

M. Pauly, 2013-2014.

9La dernière phase d’occupation, la plus récente, a été rencontrée parmi les niveaux sédimentaires superficiels ayant scellé l’ancien niveau de circulation de ce cimetière, assurant ainsi l’excellente conservation des architectures funéraires. Cette occupation se caractérise par des aménagements diffus (trous de poteau et pierres de calage), rencontrés sporadiquement dans la zone de fouilles et appartenant à des constructions légères (clôture et case en torchis). Le mobilier archéologique de cette phase est limité, les tessons issus de ce contexte correspondent à des céramiques locales des xive-xve siècles. Durant cette phase, il n’est pas certain que les sépultures, recouvertes de sédiments colluvionnaires, étaient encore décelables dans le paysage. Un couvert forestier occupe ensuite ce secteur jusqu’au début des opérations archéologiques en 2012.

  • 34 Les analyses isotopiques sur les squelettes confirment l’importance des ressources halieutiques dan (...)
  • 35 M. Pauly, 2013.
  • 36 Après enquête auprès des villageois, personne n’avait connaissance de la présence de sépultures à A (...)

10L’étude des pratiques funéraires durant la phase d’inhumations constitue la principale contribution du site d’Antsiraka Boira à la connaissance du passé de Mayotte. Elle nous renseigne sur les gestes funéraires d’une population dont le mode de subsistance, pêche et agropastoralisme34, est celui d’une population rurale dont la culture matérielle est dans la continuité de la phase Dembeni (ixe-xie siècle). L’hypothèse actuelle que nous privilégions est que le plateau d’Antsiraka Boira correspond à la première zone funéraire du village d’Acoua, (alors situé au lieu-dit Agnala M’kiri). Les deux sites archéologiques Antsiraka Boira et Agnala M’kiri connaissent en effet une activité synchrone au cours des xie-xiiie siècles35. Puis, avec le déplacement de la zone funéraire aux abords du village, le plateau d’Antsiraka Boira serait devenu un espace agricole et cultuel où, jusqu’à très récemment, des rassemblements étaient organisés par les villageois d’Acoua dans le cadre d’un culte rendu aux esprits36. Un rocher naturel imposant, surmonté d’un grand ficus, concentrait alors les dépôts d’offrandes, comme en témoignent les nombreux tessons présents à ses abords.

L’organisation de l’espace funéraire

11Une superficie d’environ 175 m2 de cet ensemble funéraire a été actuellement explorée. Celle-ci comporte 69 sépultures dont 29 fouillées, ces dernières constituant l’échantillonnage de cette étude. Les limites exactes de ce cimetière ne sont pas encore circonscrites. Au sud, la fouille fait toutefois nettement apparaître des structures (alignements de pierres dressées formant des enclos rectangulaires) marquant une délimitation nette avec la zone funéraire (figures 2 et 3). Ces aménagements ont été ponctuellement fouillés en 2012 et en 2015. Leur fonction n’est pas acquise. Le mobilier archéologique, assez pauvre (tessons, fusaïoles, perles et rares rejets détritiques), est similaire à celui mis en évidence dans le contexte stratigraphique des inhumations. Il pourrait s’agir d’une occupation relevant d’une zone d’habitat, peut-être antérieure aux inhumations ou contemporaine de celles-ci, mais la possibilité d’une fonction de ces aménagements en relation avec le contexte funéraire proche n’est pas à exclure (aire cultuelle, cénotaphe...). Par ailleurs, nos prospections ont repéré d’autres sépultures sur le plateau d’Antsiraka Boira ainsi que dans le talus d’érosion de la plage de Vato Madiniki. La zone de fouilles, en bordure occidentale du plateau d’Antsiraka Boira, correspond ainsi à une portion d’un site funéraire probablement beaucoup plus vaste et comportant certainement plusieurs zones discontinues d’inhumations dont la chronologie est encore à déterminer. La question de la représentativité de notre échantillon peut se poser ; toutefois, l’emprise de la fouille est aujourd’hui suffisamment importante pour dégager des observations permettant d’appréhender des choix volontaires ayant présidé à son organisation. Il ressort ainsi clairement, à la lecture du plan, une organisation de cette zone funéraire en deux ensembles (figure 3) :

Figure 3 : Antsiraka Boira, plan simplifié des structures funéraires

Figure 3 : Antsiraka Boira, plan simplifié des structures funéraires

M. Pauly, 2017.

12– à l’ouest, la grande majorité des sépultures appartiennent à des sujets immatures, dont 12 ont été fouillées. Ces sépultures sont polarisées autour de la sépulture d’un adulte. Les sépultures 08, 34, 18 et 50 structurent ainsi quatre groupes distincts présentant de grandes variations dans l’orientation des sépultures. Les quatre sépultures d’adultes ont été fouillées et, sur trois d’entre elles, l’analyse anthropologique des squelettes a permis de déterminer qu’il s’agissait de femmes (sépultures 18, 34 et 50). Dans cet ensemble, la tombe 08 se démarque nettement par une architecture funéraire imposante qui n’a pas trouvé son équivalent parmi les autres sépultures étudiées (figure 9). Celle-ci pourrait avoir structuré l’organisation des premières inhumations dans ce secteur ;

Figure 9 : Antsiraka Boira, sépulture 08

Figure 9 : Antsiraka Boira, sépulture 08

M. Pauly, 2013-2017.

13– à l’est, les sépultures d’adultes sont beaucoup plus nombreuses, même si des sépultures d’enfants sont également présentes. On note alors un plan privilégiant une autre organisation où les sépultures, placées côte à côte, s’organisent en plusieurs rangées parallèles. Les sépultures de ce secteur appartiennent autant à des hommes qu’à des femmes, excluant ainsi une partition de l’espace funéraire en fonction du sexe des défunts.

  • 37 Ces analyses ont été réalisées par la plateforme paléogénétique UMR PACEA sous la direction de Mari (...)

14Le mobilier funéraire, en particulier les perles composant la parure des défunts, apporte des éléments de datation relative qui attestent d’une activité synchrone entre ces deux ensembles qui n’est donc pas le résultat d’une évolution diachronique mais d’une planification établie dès les premières inhumations. Il est difficile de corréler cette organisation à l’existence de distinctions familiales, claniques ou sociales : l’ADN prélevé sur les squelettes n’offre malheureusement pas une préservation suffisante pour être exploité dans le cadre d’une étude paléogénétique qui aurait pu nous renseigner sur les liens familiaux entre les défunts37. Il n’existe pas véritablement d’indices de différence sociale entre les défunts : chaque sépulture a été réalisée avec soin, quel que soit l’âge ou le sexe des individus. Les différences observées au niveau du mobilier funéraire semblent davantage relever du sexe du défunt ou de pratiques funéraires variables que de quelconques distinctions sociales.

Caractéristiques des tombes et de l’espace de décomposition

15Qu’il s’agisse des sépultures de sujets immatures ou d’adultes, et bien qu’il soit observé quelques variations, ces architectures funéraires répondent aux mêmes caractéristiques, permettant de dégager un modèle dominant. En surface, la tombe est parfaitement marquée dans le paysage par un enclos de dalles dressées sur chant, épousant les limites de la fosse sépulcrale. Cet enclos peut être composé de plusieurs rangées de dalles disposées en quinconce, en particulier pour les sépultures d’enfants et plus rarement pour les sépultures d’adultes. Bien que des empierrements naturels soient disponibles à proximité, les dalles utilisées sont systématiquement prélevées sur le proche littoral : on rencontre alors des dalles de beach-rock (formation géologique de plage composée de sable enduré), des blocs de corail, dont certains ont été taillés pour obtenir un parallélépipède, et enfin des dalles basaltiques provenant d’affleurements en bord de mer, naturellement délités par l’érosion marine. L’usage de dalles basaltiques, abondantes aux abords de la plage de Vato Madiniki, a été privilégié pour la réalisation des sépultures d’enfants. En revanche, les dalles de grès marin (beach-rock) et de corail ne sont employées que pour les sépultures des adultes et seulement quelques tombes d’enfants.

16Ces dalles, calées contre les limites de la fosse sépulcrale, étaient maintenues sur chant grâce à des bourrelets argileux, puis l’espace délimité par ces enclos était comblé par une couche plus ou moins épaisse de gravillon corallien provenant des laisses présentes sur le littoral et illustrant également ici le choix prépondérant des matériaux marins. Cette couche de gravillon est suffisamment épaisse pour ne laisser affleurer que le sommet des dalles et s’étend quelquefois largement au-delà des limites de l’enclos, pour matérialiser une aire déambulatoire autour de la sépulture. Des dépôts volontaires se rencontrent généralement en surface de la tombe : il s’agit généralement de grands coquillages (tridacna maxima) remplis de gravillon corallien, ou plus exceptionnellement de conques musicales (sépulture 10).

17La couche de gravillon corallien à l’intérieur de l’enclos comporte quelquefois des récipients céramiques laissés intacts (figure 7), eux-mêmes remplis de ce gravillon (sépultures 09, 34 et 39, figure 10), tandis qu’une sépulture a livré deux coupelles à bord dentelé (sépulture 12, figure 8). La signification de ces dépôts viatiques n’est pas acquise, d’autant qu’ils n’ont été rencontrés qu’occasionnellement dans certaines sépultures (une femme et deux enfants).

Figure 10 : Antsiraka Boira, sépulture 34

Figure 10 : Antsiraka Boira, sépulture 34

M. Pauly, 2014-2017.

Figure 8 : Antsiraka Boira, sépulture 12

Figure 8 : Antsiraka Boira, sépulture 12

M. Pauly, 2013-2017.

18Le reste du comblement de la fosse sépulcrale se compose d’un sédiment argileux provenant du réemploi du déblai obtenu lors du creusement de la fosse. Il a été quelquefois observé l’existence d’une couche plus ou moins épaisse de sable fin entre le gravillon corallien et ce sédiment argileux. On retrouve fréquemment, en association à ce sédiment argileux, des rejets détritiques (tessons, coquillages, scories de fer) provenant de niveaux anciens anthropisés et perturbés par le creusement des fosses funéraires. Certains coquillages relèvent toutefois de dépôts volontaires, disposés initialement sur le couvercle des contenants mortuaires. Les défunts étaient en effet inhumés dans un contenant rigide en matériau périssable, probable cercueil en bois, révélé par des preuves tant directes (sédiment sombre de décomposition du bois) qu’indirectes : effets de paroi observés entre les limites de la fosse et le contenant mortuaire, et par l’étude taphonomique qui conclut à la mobilisation des ossements à l’intérieur d’un espace vide (figures 11, 12 et 13). La forme de ces contenants mortuaires a pu être approchée : extrémités arrondies et fond plat recouvert par un fin lit de sable et sur lequel reposait le défunt. Sans privilégier l’hypothèse de « pirogues-cercueils », ces contenants mortuaires devaient avoir une physionomie très proche de celle des pirogues monoxyles traditionnelles encore en usage à Mayotte. Les squelettes présentent des positions variables, ils sont allongés généralement en décubitus latéral droit, les membres la plupart du temps en flexion, parfois en décubitus dorsal. Les défunts ont systématiquement la face tournée vers la droite.

Figure 11 : Antsiraka Boira, coupe transversale des sépultures 14, 42, 43 et 54

Figure 11 : Antsiraka Boira, coupe transversale des sépultures 14, 42, 43 et 54

M. Pauly, 2017.

Figure 12 : Antsiraka Boira, squelettes des sépultures 14, 42, 43 et 54

Figure 12 : Antsiraka Boira, squelettes des sépultures 14, 42, 43 et 54

M. Pauly, 2017.

Figure 13 : Antsiraka Boira, sépulture 56

Figure 13 : Antsiraka Boira, sépulture 56

M. Pauly, 2017.

Le mobilier funéraire

19Outre des dépôts viatiques retrouvés occasionnellement dans le comblement supérieur des fosses sépulcrales (vases, grands coquillages, dont des conques marines), les défunts étaient accompagnés de parures et parfois d’objets disposés avec eux dans le contenant mortuaire. Il s’agit principalement de perles retrouvées en grande quantité au niveau du bassin des squelettes et composant l’ornement de pagnes disparus ou quelquefois de ceintures de perles. La grande majorité des défunts (hommes, femmes et enfants) portaient ce type de pagnes ornés (figures 17 et 18). Femmes et enfants portaient également de longs colliers de cou, dont l’agencement conservé des perles a permis quelquefois de proposer une restitution fidèle (figures 15 et 16).

Figure 17 : Antsiraka Boira, ornements des pagnes des adultes

Figure 17 : Antsiraka Boira, ornements des pagnes des adultes

M. Pauly, 2014 ; M. Ferrandis, 2017.

Figure 18 : Antsiraka Boira, ornements des pagnes des enfants

Figure 18 : Antsiraka Boira, ornements des pagnes des enfants

M. Pauly, 2012-2014.

Figure 15 : Antsiraka Boira, restitution des colliers de la sépulture 14

Figure 15 : Antsiraka Boira, restitution des colliers de la sépulture 14

M. Ferrandis, M. Pauly, 2017.

Figure 16 : Antsiraka Boira, exemple de colliers restitués

Figure 16 : Antsiraka Boira, exemple de colliers restitués

M. Pauly, 2013-2014.

20Ces perles constituent un corpus exceptionnel, s’élevant actuellement à plus de 20 000. En tant que collection particulière des défunts, elles constituent un rare témoignage de l’univers esthétique et symbolique de cette population. On observe ainsi que les pagnes des hommes sont exclusivement brodés de perles noires, avec quelquefois un liseré de perles translucides, tandis que les femmes portent des pagnes brodés de perles blanches et/ou rouges. En revanche, les pagnes des enfants présentent des couleurs plus variées.

  • 38 Ce type de polissoir est particulièrement courant sur les sites swahili d’Afrique de l’Est où les p (...)

21Ces perles offrent une très grande diversité de formes, de couleurs et de matières (figure 14). Elles se composent pour la grande majorité de perles en pâte de verre (perles étirées et perles enroulées) et en coquillage façonné (tridacna maxima et achatina), et plus rarement en cornaline, béryl, agate et corail. Ces perles permettent de retracer les échanges commerciaux et les connexions régionales de l’océan Indien médiéval : par exemple, les perles en coquillage proviennent très certainement de la côte swahili, où les sites archéologiques livrent de nombreux polissoirs à perles (bead grinders)38, tandis que les perles en cornaline sont originaires de la région de Cambay au Gujarat, où se situent les seuls gisements de cornaline de l’ancien monde.

Figure 14 : Antsiraka Boira, nomenclature descriptive des perles en verre et en coquillage

Figure 14 : Antsiraka Boira, nomenclature descriptive des perles en verre et en coquillage

M. Pauly, 2017.

  • 39 N. Fischbach et al., 2016. Ainsi, la grande majorité des perles d’Antsiraka Boira sont des perles i (...)

22Nous avons confié les analyses physico-chimiques à deux spécialistes des perles en pâte de verre. Noémi Fischbach a mené l’étude d’un échantillonnage de perles dans le cadre d’un master sous la direction de Philippe Colomban (Paris, MONARIS-CNRS, UPMC). Les résultats de cette étude employant la spectrométrie Raman ont fait l’objet d’une première publication39. La seconde étude est conduite sous la direction de Marilee Wood (université du Witwatersrand-Johannesburg) qui a confié l’analyse physico-chimique à Laure Dussubieux (Elemental Analysis Facility, Chicago, Field Museum). Les résultats de cette étude, employant la technologie LA-ICP-MS (Laser Ablation Inductively Coupled Plasma Mass Spectrometry), feront l’objet d’une prochaine publication. Ces analyses confirment et approfondissent nos connaissances sur l’implication de l’archipel des Comores dans les réseaux d’échanges de l’océan Indien médiéval : en particulier les connexions avec l’Inde du Sud, d’où proviennent la grande majorité des perles en pâte de verre. On entrevoit également l’intégration de Mayotte dans les réseaux régionaux de redistribution des perles (Afrique australe, Madagascar).

23Un geste funéraire particulier a été mis en évidence dans cinq sépultures (sépultures 08, 44, 50, 54 et 66), avec le dépôt volontaire d’une fusaïole retrouvée systématiquement dans la main droite du défunt (figure 19). Lorsque le sexe du défunt a pu être identifié par l’étude anthropologique, il s’agissait à chaque fois de femmes, mais toutes les sépultures féminines n’ont pas présenté ce type de dépôt. Si la signification de ce geste funéraire nous échappe actuellement, il constitue cependant un précieux indice pour des comparaisons futures avec d’autres ensembles funéraires régionaux.

Figure 19 : Antsiraka Boira, dépôts funéraires, fusaïoles

Figure 19 : Antsiraka Boira, dépôts funéraires, fusaïoles

M. Pauly, 2013-2017.

Étude archéo-anthropologique

  • 40 L’identification du sexe a été effectuée uniquement sur le bassin, suivant la méthode d’analyse mor (...)

24Les squelettes présentent un état de conservation très variable. Si les sujets immatures sont généralement très altérés, les adultes ont pu être mieux étudiés. Ainsi, parmi les 60 tombes mises au jour entre 2012 et 2016, il a été dénombré 13 adultes, 45 enfants et 2 périnataux. Une étude paléodémographique par la répartition des décès selon l’âge et le sexe40 ne saurait être pertinente au vu des limites méthodologiques, et notamment l’estimation de l’âge au décès des « adultes », mais surtout de la nature même de l’échantillon. La fouille a ciblé essentiellement les « grandes tombes », soit celles potentiellement d’individus matures, augmentant ainsi l’échantillon d’adultes par rapport à celui des immatures.

  • 41 Pour les sujets immatures, l’estimation de l’âge a été effectuée selon la calcification et l’érupti (...)

25On note tout de même que, sur les 15 individus pour lesquels l’âge a pu être estimé41, 13 sont décédés prématurément, soit avant 30 ans, un au-delà de 30 ans et un entre 20 et 49 ans. La moyenne d’âge pour ce petit échantillon étant de 6,78 ans et la médiane de 5 ans +/- 16 mois, ce qui révèle tout de même une forte natalité et une forte mortalité infantiles caractéristiques des populations préjennériennes.

  • 42 La stature a été définie à partir de la longueur maximale du fémur, l’os le mieux corrélé à la stat (...)

26L’évaluation de la stature42 appliquée sur 9 adultes (3 hommes et 6 femmes) montre un fort dimorphisme sexuel, les femmes étant bien plus petites que les hommes (tableau 1).

Tableau 1 : Antsiraka Boira, évaluation de la stature

Antsiraka-Boira (Acoua)

Stature d'après le fémur

Hommes

Femmes

Sexes réunis

n

3

6

9

moyenne (cm)

172.2

162.7

min (cm)
max (cm)

170.6
173

152.0
168.2

27Les causes de la mort n’ont pu être déterminées dans aucun des cas. L’état de conservation des ossements n’a permis de notifier que quelques pathologies osseuses, celles-ci étant liées à la traumatologie (potentielle fracture sur une phalange distale de main, sépulture 55), aux atteintes articulaires (l’arthrose, très peu représentée dans cet échantillon, est marqué par un léger lipping osseux sur les surfaces articulaires, notamment de quelques os du carpe et du tarse), aux infections (une phalange de main atrophiée sur sa partie proximale évoque une infection ayant causé une destruction partielle et irrégulière de l’os, sépulture 30) et aux marqueurs de stress musculo-squelettiques (présence d’ostéophytes sur le bord postérieur de l’articulation radiale d’un ulna droit sur le sujet de la sépulture 66, suggérant une réaction liée à une intense activité de l’avant-bras). Un caractère discret a été relevé au niveau des carpes de la sépulture 66, il s’agit de la fusion des lunatum avec les triquetrum.

  • 43 Si les dents de ces sujets sont assurément taillées, il est difficile de se prononcer sur la méthod (...)
  • 44 Les incisives du maxillaire du sujet de la sépulture 44 comportent sur leurs crêtes mésiales, pour (...)

28L’analyse des dentures a montré des dentitions complètes et relativement saines. L’usure dentaire n’est pas spécialement prononcée et se caractérise pour l’essentiel par une attrition des bords incisifs, la présence de petites facettes d’abrasion et l’aplatissement des cuspides. Il a été relevé quelques dépôts de tartre, principalement sur les dents des sépultures 55 et 66. Les pathologies dentaires se caractérisent par la présence de lésions carieuses dont la majorité sont une conséquence des modifications dentaires artificielles. En effet, les incisives supérieures et inférieures des sépultures de femmes 44 et 50 ont été taillées en pointes et en crochet (figure 20)43. À ce jour, il s’agit des deux seuls individus du site d’Antsiraka Boira à présenter un tel marqueur culturel physique. Ces abrasions dentaires ont provoqué des lésions essentiellement de l’émail, qui parfois ont infecté la racine. L’incisive inférieure latérale gauche de la sépulture 50 est la plus atteinte d’entre toutes. Elle présente une décalcification de son émail et de sa dentine (aspect jaune et marron) ainsi qu’une importante cavité ayant détruit une bonne partie de l’émail et de la dentine44.

Figure 20 : Antsiraka Boira, détail des incisives des squelettes des sépultures 44 et 50

Figure 20 : Antsiraka Boira, détail des incisives des squelettes des sépultures 44 et 50

M. Ferrandis, 2017.

Interprétation des données archéologiques : un islam syncrétique aux filiations multiples

29Si les outils de l’archéologie permettent de restituer les gestes funéraires, l’interprétation des rituels qui les ont présidés est plus délicate. Nous présentons ici des hypothèses qui seront certainement à amender au gré de découvertes futures.

  • 45 C. Kusimba, 1999, p. 110-111.
  • 46 Sur ce site de Bagamoyo, les architectures funéraires se composent uniquement de dalles de grès mar (...)
  • 47 Lors de la fouille du cimetière de Vohémar en 1941, Gaudebout et Vernier décrivent ainsi l’architec (...)

30L’empreinte de l’islam est toutefois évidente sur ce site où l’on reconnaît aisément la norme musulmane comme appliquée en Afrique de l’Est45 : l’orientation des sépultures, malgré des variations importantes, suit en effet un axe qui tend vers le nord-est/sud-ouest, orientation que l’on retrouve dans la position du défunt, tête au nord-est. Cette disposition des corps et l’orientation des sépultures répondent au rituel musulman, en respectant la qibla, la direction de La Mecque. L’architecture funéraire est comparable à ce qui a été observé à Mayotte sur le site de Bagamoyo en Petite Terre46, ou sur d’autres cimetières islamiques de l’océan Indien, en particulier sur le site de Vohémar à Madagascar47.

  • 48 G. Abungu, 1996, p. 55-56.
  • 49 S. Pradines, 2010, p. 70.
  • 50 Ces coupelles à bord dentelé n’ont été rencontrées qu’en contexte funéraire. Outre à Antsiraka Boir (...)
  • 51 M. Horton, J. Middleton, 2000, p. 51, et note 18, p. 218. Cet ensemble funéraire d’une vingtaine de (...)

31Certaines pratiques observées à Antsiraka Boira semblent témoigner d’une influence culturelle swahili : à Pate, dans l’archipel de Lamu, le dépôt des défunts sur un lit de sable a été observé par Abungu, selon qui ce sable aurait une fonction symbolique de purification de l’âme du défunt48. Cette pratique a également été reconnue sur deux sépultures découvertes sous la grande mosquée du xive siècle de Gede49. Les coupelles funéraires rencontrées à Mayotte parmi les sépultures musulmanes les plus anciennes50 trouvent des parallèles avec des brûle-encens retrouvés parmi les plus anciennes sépultures du site de Mtambwe Mkuu sur l’île de Pemba51. Aussi, si une présence directe de marins arabo-persans n’est pas inenvisageable, l’islamisation des Comores s’est certainement effectuée dans le contexte des échanges bilatéraux entretenus entre ces îles et la côte swahili islamisée. Les marins swahili n’ont donc pas seulement servi d’intermédiaires commerciaux avec le monde musulman, mais ont également été les principaux vecteurs de l’islam dans le sud-ouest de l’océan Indien.

32Toutefois, certaines pratiques observées à Antsiraka Boira s’écartent totalement du rituel musulman. Si la présence de mobilier funéraire (dépôts viatiques, parures) est atypique pour une sépulture musulmane, c’est l’usage de contenant mortuaire qui est ici particulièrement déterminant. Nous sommes manifestement en présence d’un syncrétisme culturel qui associe au rituel funéraire musulman des pratiques funéraires étrangères à l’islam et probablement en accord avec des pratiques ancestrales antérieures à l’islamisation de cette société.

Les sépultures à mobilier : une pratique récurrente en Afrique australe et à Madagascar

  • 52 P. Sinclair et al., 1993, p. 423.
  • 53 S. Hattingh, S. Hall, 2009. Les débris de céramique servent alors à recouvrir certaines parties du (...)
  • 54 B. Fagan, 1972, p. 16 (cité par T. Insoll, 2003, p. 372). Pour une époque plus récente, en 1870, Al (...)

33La présence de mobilier funéraire dans les sépultures d’Antsiraka Boira demeure très atypique. Ce geste funéraire n’est toutefois pas isolé et renvoie à des pratiques très répandues dans l’ensemble régional proche, à Madagascar comme en Afrique australe. Les sociétés anciennes d’Afrique australe inhument couramment leurs défunts, accompagnés de dépôts viatiques et de parures. Le plus ancien exemple connu est décrit au Mozambique sur le site de Murrapania, où le défunt est accompagné de vases en céramique et de défenses d’éléphant. Cette sépulture est datée du début du Ier millénaire et illustre l’ancienneté des inhumations à mobilier en Afrique australe, parmi les sociétés bantoues de l’âge du fer52. Contemporaines des inhumations à Antsiraka Boira, des sépultures à mobilier sont documentées pour les sites sud-africains de la vallée du Limpopo, notamment à Mapungubwe où le mobilier funéraire des tombes « princières » est particulièrement riche. Le site K2 (Bambandyanalo), plus représentatif des funérailles communes, fournit des sépultures à mobilier où les défunts sont inhumés avec des vases53. Au xive siècle, la sépulture princière d’Ingombe Ilede en Zambie offre un autre exemple54. Le défunt y a été retrouvé paré de colliers composés de milliers de perles indo-pacifiques, signe des échanges entretenus entre les populations de l’intérieur et les établissements swahili côtiers, tel Sofâla.

  • 55 À la côte nord-ouest de Madagascar, bien que le site de Mahilaka conserve la plus ancienne mosquée (...)
  • 56 P. Gaudebout, E. Vernier, 1941, p. 103 ; P. Vérin, 1986, p. 386.
  • 57 P. Gaudebout, E. Vernier, 1941. ; E. Vernier, J. Millot, 1971.
  • 58 C. Allibert, J.-A. Rakotoarisoa (dir.), 2011, se référer en particulier dans cet ouvrage à la contr (...)
  • 59 Bako Rasoarifetra a réalisé une étude complète des perles du site de Vohémar, voir B. Rasoarifetra, (...)

34À Madagascar, les plus anciennes sépultures étudiées par l’archéologie proviennent de la nécropole de Iharana/Vohemar, en activité à partir du xiiie siècle55. Elle a été fouillée durant la première moitié du xxe siècle, mais beaucoup de données de fouilles sur cette nécropole ont été perdues. Les publications rapportent une architecture funéraire composée de dalles dressées semblables à celles observées sur les sites funéraires de Mayotte56. Le mobilier funéraire, dont le contexte sépulcral d’origine a été perdu, a fait l’objet de publications détaillées57. Une partie du mobilier funéraire est conservée à l’Institut de civilisation-musée d’Art et d’Archéologie d’Antananarivo, d’autres pièces au musée du Quai Branly à Paris et, enfin, au musée de Nîmes. Les importations, en particulier la vaisselle chinoise, ont permis de dater ce site entre les xiiie et xviie siècles58. C’est surtout l’identité culturelle des Rasikajy (les habitants de Vohémar selon la tradition locale) qui interroge. Les sépultures révèlent un étonnant syncrétisme teinté d’islam : comme à Antsiraka Boira, les défunts, tout en respectant par leur disposition et leur orientation la norme musulmane, sont accompagnés de mobilier funéraire. On relève également d’autres parallèles entre ces deux sites : on rencontre la même pratique du dépôt, dans le comblement supérieur des sépultures, dans l’axe des pieds du défunt, d’un récipient : récipient tripode en chloritoschiste ou fragment de céramique à Vohémar, céramique remplie de gravillon corallien à Antsiraka Boira (sépultures 09, 34 et 39). Les défunts de Vohémar sont inhumés avec des objets du quotidien : armes, parures59, outils ; un trait culturel que l’on reconnaît à Antsiraka Boira dans les sépultures 08, 44, 50, 54 et 66, où une fusaïole avait été déposée dans les phalanges de la main droite du squelette (figure 19).

  • 60 En retenant la date du xiiie siècle pour les plus anciennes inhumations à Vohémar, Antsiraka Boira (...)
  • 61 Le grand bassin en chloritoschiste découvert à Sima sur l’île d’Anjouan et originaire d’ateliers si (...)
  • 62 Toutefois, certains squelettes de Vohémar ont été retrouvés en décubitus ventral, ce que Gaudebout (...)
  • 63 R. Decary, 1962.
  • 64 F. Valentin et al., 2006.
  • 65 H.T. Wright, F. Fanony, 1992, p. 44.
  • 66 C. Allibert, M. Pauly, à paraître.
  • 67 Une analyse isotopique du strontium présent dans l’émail est en effet envisagée pour vérifier cette (...)
  • 68 G.S.P. Freeman-Grenville, 1962, p. 15.

35Bien que la nécropole de Vohémar soit plus récente d’un siècle60, les parallèles que nous observons avec les inhumations d’Antsiraka Boira permettent d’envisager l’existence d’une aire culturelle commune partagée entre Mayotte et le nord de Madagascar. La diffusion des productions malgaches en chloritoschiste atteste également de l’existence de relations commerciales anciennes avec les Comores61. L’usage de contenant mortuaire n’est en revanche pas décrit à Vohémar, où les fouilleurs ont uniquement relevé l’emploi de nattes enveloppant les défunts62. L’usage de cercueils en bois est cependant une pratique généralisée à Madagascar parmi de nombreux groupes traditionnels63. Des abris sépulcraux, conservant des cercueils monoxyles de la période moderne, ont été décrits et étudiés tant en contexte sakalava64 qu’en contexte betsimisaraka65. Inconnu en Afrique australe, l’usage de cercueils serait ici un trait culturel directement hérité du monde austronésien, tout comme l’usage de la conque musicale en contexte funéraire, largement partagé parmi les groupes traditionnels malgaches66. D’autre part, la présence à Antsiraka Boira de deux sujets féminins présentant leurs incisives taillées soulève l’hypothèse de l’existence de flux migratoires entretenus avec le proche continent africain67, où cette pratique culturelle est mentionnée dès le xe siècle par al-Mas’ûdî68. Ces données sont révélatrices de la variété des échanges (culturels et migratoires) traversant le canal de Mozambique, l’archipel des Comores jouant pleinement un rôle d’interface entre Madagascar et la côte africaine.

Conclusion : un islam syncrétique dans un contexte culturel proto-malgache ?

  • 69 De même, on s’interrogera sur le rôle des Comores dans l’islamisation des régions côtières de Madag (...)

36Le site funéraire d’Antsiraka Boira documente les pratiques funéraires en Grande Terre au xiie siècle, période caractérisée aux Comores par l’islamisation de toutes les strates de la société. Les nombreuses connexions avec la côte swahili entretenues par l’archipel des Comores dès la période Dembeni ne laissent guère de doute sur le rôle d’intermédiaire joué par les Swahili, comme vecteur de l’islam auprès de la population comorienne69. L’occupation synchrone des sites funéraires d’Antsiraka Boira en Grande Terre et de Bagamoyo en Petite Terre éclaire la diversité des rites funéraires à l’échelle insulaire, sans doute consécutive à un conservatisme culturel des populations rurales de Grande Terre.

  • 70 T. Insoll, 2004, p. 399-400. L’exemple de la conversion de certains Sakalava de Nosy Be impliqués d (...)
  • 71 T. Vernet-Habasque, 2017a et b.
  • 72 M. Horton, 1996 ; 2004 ; M. Horton, J. Middleton, 2000, p. 70-71.
  • 73 Parmi les rares exemples swahili de la permanence de pratiques préislamiques, Kusimba signale une s (...)
  • 74 Cette carence est probablement liée à un biais statistique, les sites swahili urbains et ancienneme (...)

37Les circonstances par lesquelles ces sociétés sont entrées en contact avec l’islam et ont adhéré à cette religion sont certainement nombreuses et ne peuvent se résumer aux seuls contacts avec des marins arabo-persans. Comme ailleurs en Afrique subsaharienne, l’islamisation résulte de l’acceptation volontaire et progressive de l’islam par ces sociétés africaines. Comme le rappelle Thimothy Insoll, ce processus d’islamisation n’est pas linéaire, différentes étapes pouvant coexister et s’interpénétrer, que ce soit à l’intérieur d’une population, d’une famille ou durant la vie d’un individu70. L’islamisation se traduit rarement en Afrique subsaharienne par une rupture avec les croyances traditionnelles : partout s’applique la notion de continuité, où les fondations préislamiques et les héritages religieux sont intégrés dans un processus syncrétique qui voit coexister l’islam et les croyances traditionnelles. Cette notion de syncrétisme est cependant débattue, en particulier dans les situations où, en réalité, celui-ci relève davantage de la coexistence de l’islam et des traditions préislamiques. Récemment, Thomas Vernet a rappelé le caractère hétérogène des processus d’islamisation en Afrique subsaharienne et s’interroge sur la diversité des pratiques de l’islam dans le monde swahili, jusque-là peu prises en compte par les chercheurs de la zone71. En effet, en reprenant les cadres conceptuels définis pour l’Afrique de l’Ouest, cette conception d’une islamisation hétérogène et progressive, qui se décline en phases, s’écarte du tableau de l’islamisation de la côte swahili dressé par Mark Horton. Ce dernier, à partir des rares données textuelles et des preuves archéologiques, en particulier les caractéristiques architecturales et stylistiques des mihrabs des mosquées anciennes, a proposé de déterminer les confessions musulmanes (ibadisme et shiisme) présentes sur la côte africaine avant la généralisation de l’islam sunnite au xive siècle72. Si les sources écrites arabes soulèvent la permanence des croyances traditionnelles dans le monde swahili, l’archéologie n’a rarement pu documenter de telles pratiques religieuses73 pouvant infirmer ce modèle d’une islamisation ancienne et peu « africanisée74 ». Nos résultats à Antsiraka Boira apportent ainsi une contribution à ce débat en attestant de l’existence au xiie siècle, à mi-chemin entre les mondes malgache et swahili, de pratiques funéraires qui relèvent de l’adaptation de la norme musulmane à des pratiques locales. Cette association des gestes funéraires laisse ici peu de doutes sur le caractère syncrétique de ces pratiques. Il est cependant à noter qu’en surface ces sépultures se présentent comme des sépultures musulmanes classiques : ce syncrétisme relève alors probablement de ce qui est caché, invisible au premier regard, mais profondément ancré dans les représentations culturelles de cette société.

  • 75 On relèvera également l’importance accordée aux perles tant à Madagascar qu’en Afrique australe : l (...)

38Il est alors possible d’esquisser certaines filiations culturelles à ces pratiques funéraires syncrétiques qui transparaissent en filigrane dans les sépultures d’Antsiraka Boira. Les sépultures à mobilier sont très fréquentes dans le contexte culturel de l’Afrique australe et pourraient relever d’un emprunt ancien aux sociétés bantoues de l’âge du fer. La découverte en 2017 de deux squelettes de femmes dont les incisives ont été limées en pointe suggère en effet l’existence de flux migratoires entre le continent africain et l’archipel des Comores. En effet, cette pratique non observée sur les autres adultes de ce site privilégierait l’hypothèse de l’assimilation de ces femmes dans une communauté villageoise, leurs sépultures partageant, pour le reste, les mêmes caractéristiques que les autres sépultures (cercueil en bois, parure de perles, dépôt d’une fusaïole dans la main droite). En définitive, Antsiraka Boira offre des preuves de connexions tant avec le continent africain qu’avec Madagascar, illustrant le rôle ancien d’interface joué par cet archipel dans le canal de Mozambique75.

39Les points communs observés entre Antsiraka Boira et la nécropole de Vohémar militent d’autre part très sérieusement en faveur d’une aire culturelle commune partagée entre le nord de Madagascar et l’archipel des Comores, hypothèse qui nécessitera néanmoins l’étude d’autres nécropoles anciennes à Madagascar pour être étayée. Il apparaît toutefois certain que l’usage de contenants mortuaires à Mayotte est une donnée déterminante renvoyant ici à la culture malgache. Un questionnement qui subsiste et qui ne sera certainement résolu qu’à la lumière de découvertes archéologiques futures est d’établir si ces pratiques funéraires résultent de nouvelles installations à Mayotte depuis Madagascar au cours du xiie siècle ou, au contraire, si ces pratiques, encore décelables à Antsiraka Boira au xiie siècle, sont les derniers échos d’un fonds culturel proto-malgache, qui nous renseigneraient ainsi sur le premier peuplement de Mayotte durant la période Dembeni (ixe-xie siècle). Dans le premier cas, et bien que la culture matérielle du xiie siècle soit dans la continuité de celle de la phase Dembeni, cette hypothèse de l’installation d’une nouvelle population est à évaluer. Elle fournirait ainsi des éléments de réponse à la question de l’ancienneté de la profondeur historique des villages de parler malgache kibushi à Mayotte. Enfin, dans la seconde hypothèse, renvoyant à un fonds culturel plus ancien, ces filiations partagées entre les mondes bantou et austronésien trouveraient alors du sens dans le contexte de l’élaboration de la culture proto-malgache, culture originale née de la rencontre entre les populations africaines bantoues et les migrants austronésiens à la charnière des Ier et IIe millénaires.

Haut de page

Bibliographie

Abungu, G.H.O., 1996, « Pate: A Swahili town revisited », Kenya, Past and Present, n° 28, p. 50-60.

Adelaar, A.K., 1995, « Asian roots of the Malagasy: A linguistic perspective », Bijdragen tot de Taal-, Land- en Volkenkude, 151, n° 3, Leyde, p. 325-356.

Adelaar, A.K., 2016, « Austronesians in Madagascar: A critical assessment of the works of Paul Ottino and Philippe Beaujard », East Africa and Early Trans-Indian Ocean World Interchange, Gwyn Campbell (éd.), Londres, Palgrave, p. 77-112.

Allibert, C., 1984, Mayotte. Plaque tournante et microcosme de l’océan Indien occidental, son histoire avant 1841, Paris, Éditions Anthropos.

Allibert, C., 1992, Archéologie du 8e au 13e siècle, avec une contribution du Dr. A. Mery, Fondation pour l’étude de l’archéologie de Mayotte, dossier n° 1, Paris, INALCO, 44 p.

Allibert, C., 2000, « La chronique d’Anjouan par Said Ahmed Zaki », Études Océan Indien, n° 29, Paris, INALCO, p. 9-92.

Allibert, C., 2001, « Le mot “Komr” dans l’océan Indien (avec une note sur Qanbalû) », Études Océan Indien, n° 31, Paris, INALCO, p. 13-33.

Allibert, C., 2016, « Places of call in Madagascar and Comoros: Terminology and types of settlement », in M.F. Boussac, J.F. Salles, J.B. Yon (dir.), Ports of the Ancient Indian Ocean, Delhi, Primus Book, p. 99-111.

Allibert, C., Argant, A., Argant, J., 1983, « Le site de Bagamoyo (Mayotte) », Études Océan Indien, n° 2, Paris, INALCO, p. 5-40.

Allibert, C., Argant, A., Argant, J., 1989, « Le site de Dembeni (Mayotte, Archipel des Comores). Mission 1984 », Études Océan Indien, n° 11, Paris, INALCO, p. 63-172.

Allibert, C., Khorchid, S., 1988, « Une description turque de l’océan Indien au xvie siècle. L’océan Indien occidental dans le kitāb-i Bahrije de Piri Re’is (1521) », Études Océan Indien, n° 10, Paris, INALCO, p. 9-45.

Allibert, C., Liszkowski, H.D., Pichard, J-C., Issouf, S., 1993, Dembeni 3, campagne de fouilles de 1990, Fondation pour l’étude de l’archéologie de Mayotte, dossier n° 2, Paris, INALCO, 63 p.

Allibert, C., Pauly, M., à paraître, « Les Bûqi souffleurs de conque : brève note sur une autre origine possible du terme bûqi signifiant “malgache” et ses implications ».

Allibert, C., Rakotoarisoa, J.-A. (dir.), 2011, Vohémar, cité-État malgache, Études Océan Indien, n° 46-47, Paris, INALCO.

Allibert, C., Verin, P., 1996, « The early pre-Islamic history of the Comoros islands: Links with Madagascar and Africa », The Indian Ocean in Antiquity, Londres/New York, Kegan Paul International, p. 461-470.

Beaujard, P., 2004, « Les arrivées austronésiennes à Madagascar : vagues ou continuum ? », Études Océan Indien, n° 35-36, Paris, INALCO, p. 59-147.

Beaujard, P., 2007, « Les manuscrits arabico-malgaches (sorabe) du pays antemoro (sud-est de Madagascar) », in C. Hamès (éd.), Coran et talisman. Usages magiques et onirocritiques des écrits islamiques, Paris, Karthala, p. 219-265.

Beaujard, P., 2012a, Les mondes de l’océan Indien, tome 1, De la formation de l’État au premier système-monde afro-eurasien (4e millénaire av. J.-C.-6e siècle ap. J.-C.), Paris, Armand Colin.

Beaujard, P., 2012b, Les mondes de l’océan Indien, tome 2, L’océan Indien, au cœur des globalisations de l’Ancien Monde (7e-15e siècle), Paris, Armand Colin.

Bernard-Thierry, S., 1959, « Perles magiques à Madagascar », Bulletin de la Société des Africanistes, t. XXIX, I, p. 33-90.

Brucato, N., Kusuma, P., Cox, M.P., Pierron, D., Purnomo, G.A., Adelaar, A., Kivisild, T., Letellier, T., Sudoyo, H., Ricaut, F.-X., 2016, « Malagasy genetic ancestry comes from an historical Malay trading post in Southeast Borneo », Molecular, Biology and Evolution, 33(9), p. 2396–2400.

Bruzek, J., 2002, « A method for visual determination of sex, using the human hip-bone », American Journal of Physical Anthropology, n° 117, p. 157-168.

Chami, F.A., 1994, « The first millenium AD on the East coast: A new look at the cultural sequence and interactions », Azania, vol. 29-30 (1), p. 227-237.

Chanudet, C., 1991, « Un site majeur de Mohéli : Mwali Mdjini », Études Océan Indien, n° 12, Paris, INALCO, p. 9-123.

Cleuvenot, E., Houët, F., 1993, « Proposition de nouvelles équations d’estimation de stature applicables pour un sexe indéterminé, et basées sur les échantillons de Trotter et Gleser », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, nouvelle série, tome 5, fascicule 1-2, p. 245-255.

Courtaud, P., Convertini, F., M’Trengoueni, M., 2015, « L’ensemble funéraire de Bagamoyo (Pette-Terre, Mayotte) : premiers témoignages des populations musulmanes de l’île », in P. Courtaud, S. Kacki, T. Romon (dir.), Cimetières et identités, Ausonius Éditions, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, Travaux d’archéologie funéraire, thanat’Os, 3, p. 41-53.

Crowther, A., Faulkner, P., Prendergast, M.E., Morales, E.M., Morales, Q., Horton, M., Wilmsen, E., Kotarba Morley, A., Christie, A., Petek, N., Tibesasa, R., Douka, K., Picornell-Gelabert, L., Carah, X., Boivin, N., 2016a, « Coastal subsistence, maritime trade, and the colonization of small offshore islands in Eastern African prehistory », The Journal of Island and Coastal Archaeology, 11(2), p. 211-237.

Crowther, A., Lucas, L., Helm, R., Horton, M., Shipton, C., Wright, H.T., Walshaw, S., Pawlowicz, M., Radimilahy, C., Douka, K., Picornell-Gelabert, L., Fuller, D.Q., Boivin, N., 2016b, « Ancient crops provide first archaeological signature of the westward Austronesian expansion », PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America), 113(24), p. 6635-6640.

Dahl, O.C., 1951, Malgache et Maanyan. Une comparaison linguistique, Avhanlinger utgitt av Instituttet, 3, Oslo, Egede Instituttet.

Dahl, O.C., 1988, « Bantu substratum in Malagasy », Études Océan Indien, n° 9, Paris, INALCO, p. 91-132.

Decary, R., 1962, La mort et les coutumes funéraires à Madagascar, Paris, Maisonneuve et Larose.

Dessachy, B., Belarbi, M., 1999, Dembeni (Mayotte), mission archéologique août-septembre 1999, rapport déposé à la Sous-Direction de l’archéologie, Paris, 156 p.

Dewar, R.E., 1997, « Does it matter that Madagascar is an island? », Human Ecology, vol. 25(3), p. 481-489.

Ducène, J.-C., 2017, « Formes de l’océan Indien dans la cartographie arabe », in E. Vagnon, E. Vallet (dir.), La fabrique de l’océan Indien, cartes d’Orient et d’Occident (Antiquité-xvie siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, p. 57-71.

Ducourneau, A., 2011, « Approche phylogénétique du peuplement de l’océan Indien occidental », in C. Radimilahy, N. Rajaonarimanana (dir.), Civilisations des mondes insulaires (Madagascar, îles du canal de Mozambique, Mascareignes, Polynésie, Guyanes), mélanges en l’honneur du professeur Claude Allibert, Paris, Karthala, p. 855-871.

Fagan, B, 1972, « Ingombe Ilede: Early trade in South Central Africa », Addison Wesley Modular Publications, 19, p. 1-34.

Fischbach, N., Ngoa, A.-T., Colomban, P., Pauly, M., 2016, « Beads excavated from Antsiraka Boira necropolis (Mayotte Island, 12th-13th century). Raman and composition comparison with contemporary Southern Africa sites », ArcheoSciences, n° 40, p. 83-102.

Flacourt, É. de, 1995, Histoire de la Grande Isle de Madagascar, édition annotée, augmentée et présentée par C. Allibert, Paris, Karthala/INALCO, nouvelle édition augmentée en 2007.

Fleisher, J., LaViolette, A., 2013, « The Early Swahili trade village of Tumbe, Pemba Island, Tanzania, AD 600-950 », Antiquity, n° 87, Cambridge, p. 1151-1168.

Fleisher, J.B., Wynne-Jones, S., 2011, « Ceramics and the Early Swahili: Deconstructing the Early Tana Tradition », Africanist Archaeologists Review, n° 28, p. 245-278.

Fontes, P.B., Coudray, J., Eberschweiler, Ch., Fontes, J.-C., 1987, « Datation et conditions d’occupation du site de Koungou (île de Mayotte) », Revue d’archéométrie, n° 11, p. 77-82.

Freeman-Grenville P., 1962, The East African Coast, Selected Documents from the First to the Earlier Nineteenth Century, Oxford, Clarendon Press.

Gaudebout, P., Vernier, E., 1941, « Note sur une campagne de fouilles à Vohémar, mission Rasikajy 1941 », Bulletin de l’Académie de Madagascar, p. 91-99.

Gevrey, A., 1870, Essai sur les Comores, Pondichéry, Saligny.

Gourjon, G., Boëtsch, G., Degioanni, A., 2011, « Gender and population history: Sex bias revealed by studying genetic admixture of Ngazidja population (Comoro Archipelago) », American Journal of Physical Anthropology, 144(4), p. 653-660.

Gueunier, N.J., 1986, Lexique du dialecte malgache de Mayotte (Comores), numéro spécial Dico-Langes’O, Études Océan Indien, n° 7, Paris, INALCO.

Hattingh, S., Hall, S., 2009, « Shona ethnology and the archaeology of K2 burials », South African Humanities, 21(1), p. 299-326.

Hebert, J.-C., 2000, « Le bassin sacré du vieux Sima à Anjouan, dit “Nyungu ya Chuma”, marmite en fer », Études Océan Indien, n° 29, Paris, INALCO, p. 121-169.

Horton, M., 1987, « The Swahili corridor », Scientific American, 257(3), p. 86-93.

Horton, M., 1996, Shanga, The Archaeology of a Muslim Trading Community on the Coast of East Africa, British Institute in Eastern Africa, mémoire n° 14, Londres.

Horton, M., 2004, « Islam, archaeology and swahili identity », Changing Social Identity with the Spread of Islam, Archaeological Perspective, Chicago, The Oriental Institute of the University of Chicago, Oriental Institute Seminars, 1, p. 67-88.

Horton, M., Middleton, J., 2000, The Swahili, The Social Landscape of a Mercantile Society, Oxford, Blackwell Publisher.

Hurles, M.E., Sykes, B.C., Jobling, M.A., Forster, P., 2005, « The dual origin of the Malagasy in island Southeast and East Africa: Evidence from maternal and paternal lineages », American Journal of Human Genetics, 76(5), p. 894-901.

Insoll, T., 2003, The Archeology of Islam in Subsaharan Africa, Cambridge World Archaeology, Cambridge, Cambridge University Press.

Kusimba, C.M., 1999, The Rise and Fall of Swahili States, Walnut Creek/Londres/New Delhi, AltaMira Press.

Kusuma, P., Brucato, N., Cox, M.P., Pierron, D., Razafindrazaka, H., Adelaar, A., Sudoyo, H., Letellier, T., Ricaut, F.-X., 2016, « Contrasting linguistic and genetic influences during the Austronesian settlement of Madagascar », Scientific Reports, 6, 26066.

LaViolette, A., 2004, « Swahili archaeology and history on Pemba, Tanzania: A critique and case study of the use of written and oral sources in archaeology », A.M. Reid, P.J. Lane (éds), African Historical Archaeologies, New York/Boston/Dordrecht/Londres/Moscou, Kluwer Academic/Plenum Publishers, p. 125-162.

Madiquida, H., 2007, The Iron-Using Communities of the Cape Delgado Coast from AD 1000, Studies in Global Archaeology, vol. 8, Uppsala, Department of Archaeology and Ancient History.

Martin, N., 2011, « Une île au carrefour d’influences », Études Océan Indien, n° 46-47, p. 275-306.

Moustakim, I., 2012, Archaeological Investigation of thr Mtswa-Mwindza’s Mosque at Ntsaoueni Stone Town (Ngazidja Island), master (archaeology) dissertation, University of Dar es Salaam, 129 p.

Msaidie, S., Ducourneau, A., Boetsch, G., Longepied, G., Papa, K., Allibert, C., Yahaya, A.A., Mitchell, M.J., 2011, « Genetic diversity on the Comoros Islands shows early seafaring as major determinant of human biocultural evolution in the western Indian Ocean », European Journal of Human Genetics, 19, p. 89-94.

Munthe, L., 1982, La tradition arabico-malgache vue à travers le manuscrit A-6 d’Oslo et d’autres manuscrits disponibles, Antananarivo, Trano Printy Loterana.

Murail, P., Bruzek, J., Houët, F., Cunha, E., 2005, « DSP-A tool for probabilistic sex diagnosis using worlwide variability in hip-bone measurements », Bulletins et Mémoires de la Société anthropologique de Paris, ns, 17, 3-4, p. 167-176.

Ottino, P., 1974, « À propos de deux mythes malgaches du début du 17e siècle », Taloha, n° 6, p. 72-88.

Ottino, P., 1986, L’étrangère intime. Essai d’anthropologie de la civilisation de l’ancien Madagascar, 2 t., Paris, Éditions des archives contemporaines.

Owings-Webb, P.A., Suchey, J.M., 1985, « Epiphyseal union of the anterior iliac crest and medial clavicle in a modern multiracial sample of American males and females », American Journal of Physical Anthropology, 68, p. 457-466.

Pauly, M., 2010, « Développement de l’architecture domestique en pierre, à Mayotte, au xiiie-xviie siècle », in C. Radimilahy, N. Rajaonarimanana (dir.), Civilisations des mondes insulaires (Madagascar, îles du canal de Mozambique, Mascareignes, Polynésie, Guyanes), Paris, Karthala, p. 603-632.

Pauly, M., 2013, « Acoua-Agnala M’kiri (Mayotte, 976), Archéologie d’une localité médiévale (11e-15e siècles EC), entre Afrique et Madagascar », Nyame Akuma, n° 80, p. 73-90.

Pradines, S., 2010, Gedi, une cité portuaire swahilie. Islam médiéval en Afrique orientale, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale.

Pradines, S., 2013, « The rock crystal of Dembeni, Mayotte Mission Report 2013 », Nyame Akuma, n° 80, p. 59-72.

Pradines, S., Brial, P., 2012, « Dembéni, Mayotte (976). Archéologie swahilie dans un département français », Nyame Akuma, n° 77, p. 68-81.

Pradines, S., Herviaux, G., 2015, « Dembéni, un site urbain bipolaire ? Mayotte, rapport intermédiaire 2014 », Nyame Akuma, n° 83, p. 128-141.

Pradines, S., Renel, H., Veysser, D., Zhao, B., 2016, « Ironi Be (Dembeni, Mayotte), rapport de mission 2015 », Nyame Akuma, n° 85, p. 44-56.

Radimilahy, C., 1998, Mahilaka, an Archaeological Investigation of an Early Town in northwestern Madagascar, Studies in African Archaeology 15, Uppsala, Department of Archaeology and Ancient History.

Radimilahy, C., Rajaonarimanana, N., (dir.), Civilisations des mondes insulaires (Madagascar, îles du canal de Mozambique, Mascareignes, Polynésie, Guyanes), mélanges en l’honneur du professeur Claude Allibert, Paris, Karthala.

Rajaonarimanana, N., 1983, « Le manuscrit arabico-malgache de Mosa Mahefamanana », Études Océan Indien, n° 2, p. 73-93.

Rasoarifatra, B., 2011, « Les perles de Vohémar, origine et marqueurs culturels », Études Océan Indien, n° 46-47, p. 177-193.

Razafindraza, H., Ricaut, F.-X., Cox, M.P., Mormina, M., Dugoujon, J.-M., Randriamarolaza, L.P., Guitard, E., Tonasso, L., Ludes, B., Crubezy, E., 2010, « Complete mitochondrial DNA sequences provide new insights into the Polynesian motif and the peopling of Madagascar », European Journal of Human Genetics, n° 18, p. 575-581.

Ricaut, F.-X., Razafindraza, H., Cox, M.P, Dugoujon J.-M., Guitard, E., Sambo, C., Mormina, M., Mirazon-Lahr, M., Ludes, B., Crubezy, É., 2009, « A new deep branch of eurasian mtDNA macrohaplogroup M reveals additional complexity regarding the settlement of Madagascar », BMC Genomics, n° 10:605.

Rougeulle, A., 2004, « Le Yémen entre Orient et Afrique : Sharma, un entrepôt du commerce médiéval sur la côte sud de l’Arabie », Annales islamologiques, n° 38, p. 201-253.

Sanchez, S., 2007, « Navigation et gens de mer dans le canal du Mozambique. Les boutres dans l’activité maritime de Nosy Be et de l’ouest de Madagascar au xixe siècle », in D. Nativel, F.V. Rajaonah (dir.), Madagascar et l’Afrique. Entre identité insulaire et appartenances historiques, Paris, Karthala, p. 103-133.

Schmitt, A., 2005, « Une nouvelle méthode pour estimer l’âge au décès des adultes à partir de la surface sacro-pelvienne iliatique », Bulletins et Mémoires de la Société anthropologique de Paris, 130, p. 374-385.

Simon, P.R., 2006, La langue des ancêtres. Ny Fitenin-dRazana. Une périodisation du malgache de l’origine au xve siècle, Paris, L’Harmattan.

Sinclair, P.J.J., 1987, Space, Time and Social Formation: A Territorial Approach to the Archaeology and Anthropology of Zimbabwe and Mozambique co-1700 AD, Uppsala, Societas Archaeologica Upsaliensis.

Sinclair, P.J.J., Morais, J.M.F., Adamowicz, L., Duarte, R.T., 1993, « A perspective on archaeological research in Mozambique », in T. Shaw, P. Sinclair, B. Andah, A. Okpoko (éds), The Archaeology of Africa. Food, Metals and Towns, Londres, Routledge, p. 409-431.

Tofanelli, S., Bertoncini, S., Castri, L., Luiselli, D., Calafell, F., Donati, G., Paoli, G., 2009, « On the origins and admixture of Malagasy: New evidence from high-resolution analyses of paternal and maternal lineages », Molecular, Biology and Evolution, n° 26, p. 2109-2124.

Ubelaker, D.H., 1984, Human skeletal remains. Excavations, analysis, interpretation, Washington, Taraxacum, revised edition, vol. 2.

Valentin, F., Ramanivosoa, B., Gommery, D., Tombomiadana-Raveloson, S., 2006, « Les abris sépulcraux de la presqu’île de Narinda (province de Mahajanga, Madagascar) », Afrique, Archéologie et Arts, n° 4, p. 7-22.

Vérin, P., 1967, « Les antiquités de l’île d’Anjouan », Bulletin de l’Académie malgache, 45(1), p. 69-79.

Vérin, P., 1975, Les échelles anciennes de commerce sur les côtes nord de Madagascar, thèse de doctorat, université de Lille, 2 vol.

Vérin, P., 1986, The History of Civilisation in North Madagascar, Rotterdam/Boston, A.A. Balkema.

Vernet-Habasque, T., 2017a, « Adoption et adaptations de l’islam en Afrique subsaharienne, des premiers contacts au xviie siècle », in Trésors de l’islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar, catalogue de l’exposition, Paris/Milan, Institut du monde arabe/Silvana Editoriale, p. 25-31.

Vernet-Habasque, T., 2017b, « La culture swahilie d’Afrique orientale et l’islam, du viiie siècle au sultanat de Zanzibar », in Trésors de l’islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar, catalogue de l’exposition, Paris/Milan, Institut du monde arabe/Silvana Editoriale, p. 45-49.

Vernier, É., Millot, J., 1971, Archéologie malgache, comptoirs musulmans, Catalogue du musée de l’Homme, série F, Madagascar I, Muséum national d’histoire naturelle, Paris.

Viré, F., 1984, « L’océan Indien d’après le géographe Abû Abd-Allah Muhammad ibn Idrîs al-Hammûdî al-Hasanî dit Al-Sarîf Al-Idrisi (extraits traduits et annotés du “Livre de Roger”) », Études sur l’Océan Indien, collection des travaux de l’université de La Réunion, p. 12-45.

Wright, H.T., 1984, « Early seafarers of the Comoro islands: the Dembeni Phase of the IXth-Xth Centuries AD », Azania, 19, p. 13-59.

Wright, H.T., 1986, « Early communities on the island of Maore and the coast of Madagascar », in C.P. Kottak, J.A. Rakotoarisoa, A. Southall, P. Vérin (éds), Madagascar, Society and History, Durham, Carolina Academic Press, p. 53-87.

Wright, H.T., 1992, « Nzwani and the Comoros, xith-xvth centuries », Azania, 27, p. 81-128.

Wright, H.T., 1993, « Trade and politics on the eastern littoral of Africa, AD 800-1300 », in T. Shaw, P.J.J. Sinclair, B. Andah, A. Okpoko (eds), The Archaeology of Africa. Food, Metals and Towns, Londres, Routledge, p. 658-672.

Wright, H.T., Fanony, F., 1992, « L’évolution des systèmes d’occupation des sols dans la vallée de la rivière Mananara au nord-est de Madagascar », Taloha, n° 11, p. 17-64.

Wright, H.T., Kus, S., 1976, « Notes préliminaires sur une reconnaissance archéologique de l’île de Mayotte (archipel des Comores) », Asie du Sud-Est et monde insulindien, Bulletin du Centre de documentation et de recherche, 7(2-3), p. 123-137.

Zhao, B., 2011, « Vers une expertise plus fine et une approche plus historique de la céramique chinoise de la nécropole de Vohémar », Études Océan Indien, n° 46-47, p. 91-103.

Haut de page

Notes

1 N. Gueunier, 1986. Il est établi depuis les travaux d’Otto Dahl que la langue malgache s’apparente ainsi au groupe linguistique Barito Sud-Ouest (île de Kalimantan), voir O. Dahl, 1951.

2 A. Crowther et al., 2016a.

3 Des données historiques contemporaines expliquent en partie cette empreinte linguistique malgache : Mayotte connut durant la première moitié du xixe siècle d’importantes vagues migratoires malgaches composées principalement de Sakalava, Antankarana et Betsimisaraka, voir A. Gevrey, 1870, p. 115. Les conquêtes hova lors de l’unification de Madagascar par Radama, roi de l’Imerina, en seraient la cause. Mais ce contexte historique n’explique qu’en partie l’existence de deux dialectes malgaches dans l’île (parlers kibushi et kiantalaotsy) et ne doit pas faire perdre à l’esprit que des populations de parler malgache (notamment kibushi kimaore, littéralement le « malgache de Mayotte ») étaient déjà présentes antérieurement. Ainsi, si l’on s’en réfère à la tradition orale, telle qu’elle a été retranscrite au xixe siècle par des lettrés mahorais (notamment le cadi Omar Aboubacar), le peuplement malgache est présenté comme fort ancien, attribué à une migration conduite par le chef « Diva Mame », personnage situé à une époque antérieure à l’établissement du sultanat (fin xve siècle). Si ces traditions tardives constituent évidemment un matériau historique à exploiter avec précaution, il est important de souligner que, pour les contemporains des migrations malgaches du xixe siècle, l’ancienneté de la présence malgache à Mayotte était malgré tout une évidence.

4 Tsingoni, l’ancienne capitale du sultanat de Mayotte, conserve dans sa mosquée du vendredi une inscription datée de 1538 mentionnant le sultan Ali ben sultan Mohamed, voir M. Pauly, 2011. Plus tôt, Piri Reis, qui semble s’appuyer sur des informations portugaises du début du xvie siècle, signale en 1521 l’existence à Mayotte du sultan Mohamed ben Omar, voir C. Allibert et al., 1988. Selon ces informations, rapportées aux généalogies conservées par la tradition, l’établissement du sultanat à Mayotte ne remonterait, comme ailleurs dans l’archipel, pas au-delà de la fin du xve siècle, et aurait succédé à un ancien ordre politico-religieux pouvant être qualifié de « période des chefferies fani », voir C. Allibert, 2000, p. 51-62.

5 Mawutu est le nom donné à Mayotte par les Swahili, tandis qu’elle est nommée Maore par les locuteurs shimaore et Mahory en malgache. L’étymologie de ce nom n’est pas certaine, souvent attribuée à l’arabe almawt, la « mort », en référence à la dangerosité de ses récifs coralliens pour la navigation.

6 C. Allibert, 2001. Ajoutons que la cosmographie d’al-Idrîsî, encore grandement héritée de la vision ptoléméenne de l’océan Indien, est très imprécise pour ce secteur géographique où se télescopent les îles d’Afrique de l’Est et le monde insulindien, réunis sous le même toponyme « îles Jâvaga », voir F. Viré, 1984 ; J.-C. Ducène, 2017.

7 Cette recherche a débuté à Mayotte avec les travaux de Henry Wright et Susan Kus en 1975, suivis des travaux de Claude Allibert à partir de 1977. Ces recherches archéologiques ciblèrent deux sites d’importance, Bagamoyo en Petite Terre et Dembeni en Grande Terre, qui firent l’objet de fouilles. Ces travaux permirent de documenter la plus ancienne phase culturelle, baptisée « phase Dembeni », selon le site éponyme mahorais découvert en 1976 puis fouillé à plusieurs reprises, voir H.T Wright, 1984 ; C. Allibert et al., 1989, 1993 ; B. Dessachy et al., 1999 ; S. Pradines, 2013 ; S. Pradines et al., 2012, 2015 et 2016.

8 Au nord de Grande Terre à Mayotte, le site de Koungou, le plus ancien, a fourni deux datations par analyse C14 avec un intervalle compris entre la fin du viiie et le ixe siècle, voir P. Fontes et al., 1989 ; C. Allibert 1992, p. 44.

9 Mbachile et Mbeni à Ngazidja, Sima à Anjouan et Mro Dewa à Mohéli, voir H.T. Wright et al., 1984 ; C. Allibert et al., 1989 ; C. Chanudet, 1991. À Mayotte, les autres sites datés de cette phase sont des hameaux occupant une superficie plus faible : Mro Muhu, Angala Tsara au sud de l’île, Longoni et Koungou au nord, Mirandole/Bagamoyo en Petite Terre. Ces sites fournissent de la céramique décorée d’impressions de coquillage, mais surtout de la céramique à engobe rouge graphitée caractéristique de cette phase, en association avec de la céramique africaine de l’âge du fer moyen, Early Tana Tradition ou Triangular Incised Ware, rattachée aux sociétés de langue bantoue présentes en Afrique de l’Est, voir F. Chami, 1994 ; J. Fleisher, S. Wynne Jones, 2011. Les impressions de coquillage arca et anadara, décor emblématique des céramiques comoriennes dès le ixe siècle, offrent une piste de filiation culturelle intéressante parmi les traditions céramiques des populations côtières du Mozambique du Ier millénaire (phase Monapo), qui présentent elles aussi des impressions verticales de coquillage bivalve, voir P. Sinclair et al., 1993, p. 425.

10 M. Horton, 1987.

11 Les fouilles à Sharma au Yémen (Hadramaout) ont démontré l’implication de ce port dans les échanges bilatéraux avec la côte africaine, voir A. Rougeulle, 2004.

12 En particulier dans les technologies de ventilation forcée d’un four à chaux daté du xie siècle, utilisant des soufflets en bois à pistons verticaux, voir C. Allibert, 1992.

13 A. Crowther et al., 2016b.

14 La contribution austronésienne dans cette région est attestée par les études linguistiques de la langue malgache qui ont confirmé sa filiation avec les langues Barito Sud-Est de Kalimantan, ainsi que des emprunts au malais et plus généralement aux langues parlées dans le contexte de la mer de Java, voir O. Dahl, 1951 ; A. Adelaar, 1995. Ces migrations seraient consécutives à l’essor de la thalassocratie de Sriwijaya entre les viie et xiiie siècles, organisatrice d’expéditions en direction de l’Afrique de l’Est. Récemment, les études génétiques tant à Madagascar (voir M. Hurles et al., 2005 ; S. Toffanelli et al., 2009 ; F.-X. Ricaut et al., 2009 ; H. Razafindrazaka et al., 2010 ; P. Kusuma et al., 2016 ; N. Brucato et al., 2016) qu’aux Comores (voir A. Ducourneau, 2011 ; S. Msaidie et al, 2011 ; G. Gourjon et al., 2011) ont confirmé cette filiation avec les populations d’Asie du Sud-Est tout en apportant la preuve d’un métissage entre ces migrants austronésiens et les populations d’Afrique de l’Est. Cet apport africain a également été soulevé par les linguistes, qui ont relevé quelques emprunts aux langues bantoues du groupe Sabaki dans la langue malgache, voir O. Dahl, 1988 ; P. Simon, 2006. Pour une synthèse de cette question, nous renvoyons à l’impressionnante monographie en deux tomes, Les mondes de l’océan Indien, publiée par Philippe Beaujard en 2012.

15 Le terme « proto-malgache », qui apparaît dans les publications à la fin des années 1950 et dont l’usage fut popularisé par les travaux de Pierre Vérin, désigne la population et sa culture originale, née de l’hybridation entre des migrants austronésiens et des populations d’Afrique de l’Est. Toutefois, les chercheurs ont été confrontés à la difficulté de reconnaître dans la culture matérielle des sites malgaches les plus anciens les preuves d’une présence ancienne indonésienne, voir R. Dewar, 1997. Bien que la céramique malgache présente dès la fin du Ier millénaire un faciès distinct des productions africaines, celle-ci n’offre pas de parenté évidente avec le monde insulindien, voir N. Martin, 2011. Dès sa naissance, la culture proto-malgache semble s’émanciper de ses foyers culturels d’origine.

16 Si les études génétiques ont démontré que les Malgaches partagent à la fois des ancêtres africains et asiatiques, cette homogénéité génétique est cependant relative, avec des variantes significatives selon les groupes traditionnels ou selon les groupes statutaires étudiés. De même, plusieurs strates peuvent également être distinguées dans les apports linguistiques malais, ce qui serait révélateur de plusieurs vagues d’arrivées austronésiennes à Madagascar, voir P. Beaujard, 2004 ; 2012.

17 A. Adelaar, 2016.

18 P. Vérin, 1967 ; 1975.

19 Le site de Shanga, dans l’archipel de Lamu, a fourni une sépulture musulmane datée du ixe siècle tandis qu’une mosquée primitive existe déjà sur ce site autour de 800, voir M. Horton, 1996. Au Mozambique, dans la baie de Vilanculos, le site de Chibuene a livré une sépulture musulmane toute aussi ancienne, voir P. Sinclair, 1987. Ces données laissent envisager une expansion rapide de l’islam le long des côtes africaines, hypothèse qu’il convient néanmoins de nuancer à l’aune des sources textuelles : avant le xiie siècle, les communautés musulmanes présentes le long des côtes de l’Afrique de l’Est sont numériquement faibles et côtoient des populations non musulmanes encore très majoritaires.

20 H.T. Wright, 1984 ; 1992, p. 84 ; C. Allibert, 1989 ; C. Allibert et P. Vérin, 1996.

21 C. Allibert et al., 1983 ; P. Courtaud et al., 2015.

22 H.T. Wright, 1992.

23 M. Pauly, 2013.

24 La plus ancienne mosquée connue à ce jour dans l’archipel se situe à Sima à Anjouan, voir H.T. Wright, 1992. Nous sommes très circonspects sur la date du viie siècle avancée par Ibrahim Mustakim pour les premiers niveaux de la mosquée de Ntsaweni en Grande Comore, voir I. Mustakim, 2012.

25 H.T. Wright, 1992.

26 Un processus d’unification politique dans chaque île serait à l’œuvre à partir du xve siècle et s’achèverait par l’instauration de sultanats autour de 1500. À Mayotte, Tsingoni en sera la capitale tout au long de la période moderne. La Grande Comore se démarque néanmoins de ce modèle puisque l’île fut longtemps partagée en plusieurs sultanats antagonistes.

27 Acoua est transcrit Haqwa dans les manuscrits arabico-mahorais comme la liste des anciens fani de Mayotte, voir C. Allibert et al., 1987. Plusieurs hypothèses sont envisagées pour l’étymologie d’Acoua en kibushi kimaore : Ankowa, le lieu des escargots, ou Ankoala, la baie/l’estuaire, toponyme austronésien relativement fréquent à la côte malgache pour désigner un port situé sur une large baie, voir C. Allibert, 2016, p. 100-101.

28 Antsiraka est un terme géographique qui signifie en kibushi kimaore « à la pointe », Boira étant le gentilice de la famille possédant les terrains. La sépulture de Boira Soidiki se situe en effet à l’extérieur du site archéologique, côté village. Le site archéologique a été découvert lors de nos prospections de 2005.

29 Sépulture 01 : Lyon -11708, âge 14C BP 1055 ±30, âge calibré (SH Cal.2013) : 986-1051 après J.-C. (71 %) 1080-1145 après J.-C. (24,4 %).
Sépulture 05 : Lyon -11709, âge 14C BP 1095 ±30, âge calibré (SH Cal.2013) : 896-933 après J.-C. (11,4 %) 960-1033 après J.-C. (84 %).
Sépulture 08 : Lyon-11710, âge 14C BP 1175 ±30, âge calibré (SH Cal.2013) : 859-993 après J.-C. (95,4 %).

30 Au-delà de ces remarques préalables, on notera que la sépulture 08 fournit actuellement la plus ancienne datation C14 obtenue pour une sépulture à Mayotte.

31 La vaisselle d’importation islamique présente sur ce site relève ainsi des productions dites a sgraffiato, si courantes sur les sites de l’océan Indien des xie-xiiie siècles. Tout comme la vaisselle en pierre ollaire, originaire de Madagascar, ces récipients présentent régulièrement des traces de réparation à l’aide d’agrafes métalliques. Étonnamment, la vaisselle chinoise est totalement absente de ce site.

32 H.T. Wright, S. Kus, 1976 ; H.T. Wright, 1986 ; 1992 ; 1993.

33 On ne retrouve cependant plus durant la phase Hanyoundrou de céramique graphitée, représentative des sites comoriens de la période Dembeni.

34 Les analyses isotopiques sur les squelettes confirment l’importance des ressources halieutiques dans l’alimentation, également perceptible dans les restes alimentaires associés aux deux premières phases d’occupation (coquillages, poissons). Le petit bétail (ovin ou caprin) est également présent sur ce site, ainsi que, beaucoup plus rarement, le zébu, dont la consommation devait être particulièrement exceptionnelle (seules deux dents retrouvées dans le remplissage de deux fosses sépulcrales).

35 M. Pauly, 2013.

36 Après enquête auprès des villageois, personne n’avait connaissance de la présence de sépultures à Antsiraka Boira, lieu uniquement réputé hanté par les esprits. Ce culte aux esprits est certainement la commémoration de la présence d’un ancien cimetière.

37 Ces analyses ont été réalisées par la plateforme paléogénétique UMR PACEA sous la direction de Marie-France Deguilloux.

38 Ce type de polissoir est particulièrement courant sur les sites swahili d’Afrique de l’Est où les populations côtières étaient spécialisées dans cette fabrication, voir par exemple J. Fleisher, A. LaViolette, 2013, p. 1161. En revanche, il ne semble pas y avoir eu de production locale à Antsiraka Boira où aucun polissoir ou ébauche de perle façonnée en coquillage n’a été rencontré. Toutefois, le site de Dembeni a livré un exemplaire de polissoir à perles (prospection que nous avons réalisée sur ce site en 2006), et un second, provenant des fouilles de Paul Sinclair à Mbachile (Grande Comore), dont les résultats n’ont pas été publiés mais dont le matériel est conservé et en partie exposé au musée du Cndrs à Moroni. Ces polissoirs suggèrent une production de perles dans l’archipel durant la période Dembeni (ixe-xie siècle). La production de perles en coquillage sur les sites swahili s’estompe à partir du xie siècle, manifestement supplantée par les perles en verre importées du nord de l’océan Indien.

39 N. Fischbach et al., 2016. Ainsi, la grande majorité des perles d’Antsiraka Boira sont des perles indo-pacifiques, et s’apparentent aux perles retrouvées sur les sites médiévaux situés en amont du fleuve Limpopo (K2, Mapungubwe).

40 L’identification du sexe a été effectuée uniquement sur le bassin, suivant la méthode d’analyse morphologique de J. Bruzek (voir J. Bruzek, 2002) et complétée par l’analyse morphométrique de P. Murail, J. Bruzek, F. Houët et E. Cunha ,lorsque la conservation des ossements du bassin le permettait, voir P. Murail et al., 2005.

41 Pour les sujets immatures, l’estimation de l’âge a été effectuée selon la calcification et l’éruption dentaire, voir D. Ubelaker, 1984. Au regard de l’état de conservation des ossements, l’analyse des fusions des épiphyses avec leurs diaphyses n’a pas pu se faire, seuls quelques rares cas ont pu être notifiés. Pour les jeunes adultes, l’âge a été estimé selon l’ossification complète de la crête iliatique de l’os coxal, qui se fait jusqu’à 25 ans, et de l’extrémité médiale de la clavicule, qui se fait jusqu’à 30 ans, voir P. Owings-Webb et al., 1985. Pour les adultes âgés de plus de 30 ans, la méthode d’analyse morphologique de la surface sacro-pelvienne iliatique a été utilisée, voir A. Schmitt, 2005.

42 La stature a été définie à partir de la longueur maximale du fémur, l’os le mieux corrélé à la stature calculée pour chaque sujet à partir des équations de Trotter et Gleser redéfinies par Cleuvenot et Houët, voir E. Cleuvenot et al., 1993. Il est à noter qu’une marge d’erreur de ± 4,14 cm pour les hommes et ± 3,83 cm pour les femmes est comptée.

43 Si les dents de ces sujets sont assurément taillées, il est difficile de se prononcer sur la méthode ici employée, par exemple par limage de l’émail.

44 Les incisives du maxillaire du sujet de la sépulture 44 comportent sur leurs crêtes mésiales, pour les incisives gauches, et distales, pour les droites, une abrasion plus importante ayant ainsi créé un angle que l’on nomme ici crochet ; de même pour les incisives mandibulaires, d’ailleurs nettement plus marquées, mais sur les crêtes distales pour les gauches et mésiales pour les droites (l’angle du crochet est quasi droit). Les incisives centrales du maxillaire du sujet de la sépulture 50 sont, elles, uniquement taillées en pointe. L’incisive supérieure droite présente un angle sur sa crête mésiale, tandis que l’incisive gauche présente une forme plus arrondie. Les incisives de la mandibule sont également plus proches de l’arrondi que de la pointe, excepté l’incisive centrale droite.

45 C. Kusimba, 1999, p. 110-111.

46 Sur ce site de Bagamoyo, les architectures funéraires se composent uniquement de dalles de grès marin. De manière générale, les disponibilités locales régissent le choix des matériaux. Fréquemment à Mayotte, l’emplacement des sépultures est marqué en surface de façon rudimentaire, par une pierre isolée, dressée sur chant, souvent une colonne extraite d’orgues basaltiques.

47 Lors de la fouille du cimetière de Vohémar en 1941, Gaudebout et Vernier décrivent ainsi l’architecture funéraire des tombes : « Des dalles verticales sont la caractéristique de ces tombes anciennes dites arabes. Dans les plus belles de ces tombes, les dalles sont au nombre de quatre, plantées verticalement dans le sol d’où elles dépassent d’une dizaine de centimètres, délimitant ainsi un rectangle strictement orienté est-ouest. Les dalles qui forment les côtés ont une longueur moyenne d’1 m 80, les deux autres n’ont que 0 m 70. Il arrive que la dalle de l’ouest, donc du pied, soit un peu moins large, donnant à la tombe la forme d’un cercueil. Ces dalles ont en moyenne 0 m 40 de large et 8 cm d’épaisseur », voir P. Gaudebout, E. Vernier, 1941, p. 103. Le catalogue des collections de Vohémar, publié en 1971 par Vernier et Millot, présente un cliché de l’une de ces architectures funéraires, composée d’un entourage de dalles de grès de plage, voir E. Vernier, J. Millot, 1971, p. 18.

48 G. Abungu, 1996, p. 55-56.

49 S. Pradines, 2010, p. 70.

50 Ces coupelles à bord dentelé n’ont été rencontrées qu’en contexte funéraire. Outre à Antsiraka Boira, elles sont décrites à Mayotte sur le site de Bagamoyo en Petite Terre (voir P. Courtaud et al., 2015), et des exemplaires ont également été mis au jour récemment en contexte funéraire par Marine Ferrandis à Miangani au nord de Grande Terre.

51 M. Horton, J. Middleton, 2000, p. 51, et note 18, p. 218. Cet ensemble funéraire d’une vingtaine de sépultures musulmanes est daté des années 1000-1150. Certaines sépultures présentaient une orientation nord-sud. Deux des sépultures les plus anciennes étaient accompagnées de « brûle-encens », qui pourraient s’apparenter aux coupelles funéraires retrouvées à Mayotte.

52 P. Sinclair et al., 1993, p. 423.

53 S. Hattingh, S. Hall, 2009. Les débris de céramique servent alors à recouvrir certaines parties du corps du défunt.

54 B. Fagan, 1972, p. 16 (cité par T. Insoll, 2003, p. 372). Pour une époque plus récente, en 1870, Alfred Gevrey fournit à Mayotte la description de tombes appartenant à des défunts Makua. Les Makua, originaires du nord du Mozambique, sont alors nombreux à Mayotte parmi les travailleurs engagés employés dans les domaines sucriers. Ces Makua inhument leurs morts dans des niches latérales creusées au fond de la fosse funéraire et ferment cette niche avec une planche en bois. Au fond de la fosse sont alors déposées des offrandes alimentaires dans des récipients en céramique, voir A. Gevrey, 1870, p. 85.

55 À la côte nord-ouest de Madagascar, bien que le site de Mahilaka conserve la plus ancienne mosquée de l’île (xiie-xive siècle), aucune sépulture n’a été documentée par l’archéologie sur ce site, voir P. Vérin, 1986 ; C. Radimilahy, 1998.

56 P. Gaudebout, E. Vernier, 1941, p. 103 ; P. Vérin, 1986, p. 386.

57 P. Gaudebout, E. Vernier, 1941. ; E. Vernier, J. Millot, 1971.

58 C. Allibert, J.-A. Rakotoarisoa (dir.), 2011, se référer en particulier dans cet ouvrage à la contribution de Zhao Bing pour l’étude de la vaisselle chinoise livrée par ce site, voir B. Zhao, 2011, p. 91-99.

59 Bako Rasoarifetra a réalisé une étude complète des perles du site de Vohémar, voir B. Rasoarifetra, 2011.

60 En retenant la date du xiiie siècle pour les plus anciennes inhumations à Vohémar, Antsiraka Boira précède de quelques décennies cette nécropole malgache, comme le laissent envisager les perles en pâte de verre opaque et de couleur rouge brique, présentes sur ces deux sites.

61 Le grand bassin en chloritoschiste découvert à Sima sur l’île d’Anjouan et originaire d’ateliers situés dans la région de Vohémar (Amboaimoay) est une parfaite illustration de ces échanges, voir J.-C. Hébert, 2000. Le commerce du chloritoschiste, associé à celui du cristal de roche, se met en place très tôt, dès le ixe siècle, durant la période Dembeni, voir C. Allibert, et al., 1989 ; C. Allibert, 2007, p. 472, note 20.

62 Toutefois, certains squelettes de Vohémar ont été retrouvés en décubitus ventral, ce que Gaudebout et Vernier ont expliqué par la chute du corps initialement placé en décubitus latéral droit : « En règle générale, le corps est couché sur le côté droit, la tête à l’est, les pieds à l’ouest et le visage tourné vers le nord. Par suite de la décomposition et à cause du poids de la terre, il est fréquemment renversé à plat ventre, plus rarement sur le dos », voir P. Gaudebout, E. Vernier, 1941, p. 103. Une telle mobilisation des ossements ne peut s’expliquer que par un espace vide lors de la décomposition, peut-être conséquence du dépôt du défunt dans une niche latérale creusée dans la paroi de la fosse sépulcrale, comme signalée par les auteurs.

63 R. Decary, 1962.

64 F. Valentin et al., 2006.

65 H.T. Wright, F. Fanony, 1992, p. 44.

66 C. Allibert, M. Pauly, à paraître.

67 Une analyse isotopique du strontium présent dans l’émail est en effet envisagée pour vérifier cette hypothèse.

68 G.S.P. Freeman-Grenville, 1962, p. 15.

69 De même, on s’interrogera sur le rôle des Comores dans l’islamisation des régions côtières de Madagascar, tant au nord-ouest parmi les groupes Antalaotsyque sur la côte est, en particulier parmi les groupes islamisés Antemoro et Zafiraminia dont les traditions transcrites dans les sorabe signalent un passage de leur ancêtres par Mahory, voir L. Munthe, 1982 ; N. Rajaonarimanana, 1983 ; C. Allibert, 1995.

70 T. Insoll, 2004, p. 399-400. L’exemple de la conversion de certains Sakalava de Nosy Be impliqués dans le commerce maritime est particulièrement significatif de ces stratégies personnelles. À la fin du xixe siècle, Grandidier notait à ce sujet : « Ils n’hésitent pas, lorsqu’ils font ou achètent un boutre, à prendre le costume ainsi que certaines coutumes arabes ; ils sont persuadés que, s’ils ne se rasaient pas les cheveux, s’ils ne portaient pas sur la tête un “kofia”, un fez ou une calotte blanche et une longue chemise blanche et s’ils mangeaient de la viande d’un animal qui n’eût pas été tué par un musulman ou de la viande de porc, ils ne réussiraient pas ; à l’instigation des Arabes, ils se conforment à ces prescriptions, disant “Ce sont les fady [interdits religieux] du boutre”. Les Sakalava qui agissent de cette manière le font par mode et par superstition, mais dès que, pour une raison ou une autre, ils renoncent à leurs boutres, ils retournent aux coutumes ancestrales », A. Grandidier, Souvenirs de voyages d’Alfred Grandidier 1865-1870, cité par Samuel Sanchez, voir S. Sanchez, 2007, p. 119.

71 T. Vernet-Habasque, 2017a et b.

72 M. Horton, 1996 ; 2004 ; M. Horton, J. Middleton, 2000, p. 70-71.

73 Parmi les rares exemples swahili de la permanence de pratiques préislamiques, Kusimba signale une sépulture atypique, aux abords immédiats de la mosquée de Mtwapa, au Kenya, où le défunt ne repose pas selon la norme musulmane, voir C. Kusimba, 1999, p. 110. Sur l’île de Pemba, le site de Pujini conserve une cavité naturelle aménagée où une siwa (cor swahili faisant partie des regalia symbolisant traditionnellement le pouvoir) a été représentée en bas-relief. Cette cavité est interprétée comme un possible lieu cérémoniel pour honorer les esprits, voir A. LaViolette, 2004. Dans ces deux cas, ces pratiques relèvent davantage de la coexistence avec l’islam que d’un véritable syncrétisme.

74 Cette carence est probablement liée à un biais statistique, les sites swahili urbains et anciennement islamisés ayant longtemps focalisé l’attention des chercheurs. Seule Madagascar offre alors des exemples d’islam syncrétique décelé à la fois par l’archéologie sur le site de Vohémar, où les sépultures musulmanes possèdent un important mobilier funéraire (voir P. Gaudebout, E. Vernier, 1941 ; E. Vernier, J. Millot, 1971 ; C. Allibert, J.-A. Rakotoarisoa, 2011), et par les données de l’histoire culturelle qui s’est intéressée aux royaumes malgaches islamisés héritiers des groupes Zafiraminia, dont la pratique de l’islam serait de filiation hindo-malaise, voir P. Ottino, 1974 ; 1986 ; A. Adelaar, 1995 ; P. Beaujard, 2004 ; 2007.

75 On relèvera également l’importance accordée aux perles tant à Madagascar qu’en Afrique australe : l’usage des ceintures de perles, comme objets de sensualité, est une pratique commune aux Comores et au Mozambique, les populations de la province du cap Delgado en font actuellement un usage à la fois érotique et magico-religieux comme amulette, voir H. Madiquida, 2007, p. 58. Pour l’usage magico-religieux des perles à Madagascar, nous renvoyons vers l’étude qui en a été faite par Solange Bernard-Thierry, voir S. Bernard-Thierry, 1959.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de situation
Crédits M. Pauly 2014-2017.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2064/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 2 : Antsiraka Boira, plan d'ensemble et relevé des structures archéologiques
Crédits M. Pauly, 2014-2017.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2064/img-2.png
Fichier image/png, 183k
Titre Figure 4 : Antsiraka Boira, importations islamiques
Crédits M. Pauly, 2014-2017.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2064/img-3.png
Fichier image/png, 66k
Titre Figure 5 : Antsiraka Boira, importations islamiques
Crédits M. Pauly, 2013-2017.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2064/img-4.png
Fichier image/png, 86k
Titre Figure 6 : Antsiraka Boira, chloritoschiste
Crédits M. Pauly, 2005-2017.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2064/img-5.png
Fichier image/png, 90k
Titre Figure 7 : Antsiraka Boira, dépôts viatiques
Crédits M. Pauly, 2013-2014.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2064/img-6.png
Fichier image/png, 62k
Titre Figure 3 : Antsiraka Boira, plan simplifié des structures funéraires
Crédits M. Pauly, 2017.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2064/img-7.png
Fichier image/png, 120k
Titre Figure 9 : Antsiraka Boira, sépulture 08
Crédits M. Pauly, 2013-2017.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2064/img-8.png
Fichier image/png, 283k
Titre Figure 10 : Antsiraka Boira, sépulture 34
Crédits M. Pauly, 2014-2017.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2064/img-9.png
Fichier image/png, 150k
Titre Figure 8 : Antsiraka Boira, sépulture 12
Crédits M. Pauly, 2013-2017.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2064/img-10.png
Fichier image/png, 150k
Titre Figure 11 : Antsiraka Boira, coupe transversale des sépultures 14, 42, 43 et 54
Crédits M. Pauly, 2017.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2064/img-11.png
Fichier image/png, 418k
Titre Figure 12 : Antsiraka Boira, squelettes des sépultures 14, 42, 43 et 54
Crédits M. Pauly, 2017.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2064/img-12.png
Fichier image/png, 138k
Titre Figure 13 : Antsiraka Boira, sépulture 56
Crédits M. Pauly, 2017.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2064/img-13.png
Fichier image/png, 125k
Titre Figure 17 : Antsiraka Boira, ornements des pagnes des adultes
Crédits M. Pauly, 2014 ; M. Ferrandis, 2017.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2064/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Figure 18 : Antsiraka Boira, ornements des pagnes des enfants
Crédits M. Pauly, 2012-2014.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2064/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Figure 15 : Antsiraka Boira, restitution des colliers de la sépulture 14
Crédits M. Ferrandis, M. Pauly, 2017.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2064/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 16 : Antsiraka Boira, exemple de colliers restitués
Crédits M. Pauly, 2013-2014.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2064/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Figure 14 : Antsiraka Boira, nomenclature descriptive des perles en verre et en coquillage
Crédits M. Pauly, 2017.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2064/img-18.png
Fichier image/png, 48k
Titre Figure 19 : Antsiraka Boira, dépôts funéraires, fusaïoles
Crédits M. Pauly, 2013-2017.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2064/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 20 : Antsiraka Boira, détail des incisives des squelettes des sépultures 44 et 50
Crédits M. Ferrandis, 2017.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/2064/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martial Pauly et Marine Ferrandis, « Le site funéraire d’Antsiraka Boira (Acoua, Grande Terre) : Islamisation et syncrétisme culturel à Mayotte au XIIe siècle », Afriques [En ligne], Varia, mis en ligne le 22 janvier 2018, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/afriques/2064

Haut de page

Auteurs

Martial Pauly

Responsable des fouilles à Antsiraka Boira, doctorant à l’Inalco, chercheur associé au Croima

Marine Ferrandis

Anthropologue funéraire, Sra Mayotte/Réunion

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals