Navigation – Plan du site

Arts rupestres, écritures et protoécritures en Afrique : l’exemple du libyque

Rock art, scripts and protoscripts in Africa: the Libyco-Berber example
Jean-Loïc Le Quellec

Résumés

Certaines images rupestres sahariennes pré- ou protohistoriques ont été interprétées comme une protoécriture rupestre susceptible d’avoir évolué vers les écritures libyco-berbères en intégrant un ancien stock de signes régionaux (tatouages, marques de tribus, etc.). L’examen du dossier conduit au rejet de cette hypothèse.

Haut de page

Notes de la rédaction

En cas de problème pour visualiser correctement certains caractères vous pouvez télécharger la Police tifinagh étendue sur le site internet L’esprit des pierres de Jean Loïc Le Quellec

Notes de l’auteur

Une première version de ce travail a été présentée lors du colloque « Written Culture in a Colonial Context », organisé en décembre 2008 à l’université de Cape Town par Nigel Penn et Adrien Delmas, alors que j’étais en détachement à l’Institut français d’Afrique du Sud (IFAS), que je remercie de son soutien.

Texte intégral

Les pierres écrites

1Les plus anciens supports de l’écrit qui nous soient parvenus sont d’os, de terre cuite et de pierre – ce qui ne préjuge aucunement de l’emploi éventuel d’autres matières d’un emploi éphémère ou rapidement disparues, ce qui fait que nous ne saurons jamais rien des graphismes préhistoriques sur terre crue, peau, écorce ou sable, pour ne citer que ces exemples.

2Les écritures sur pierre ont justifié la naissance d’une science particulière, l’épigraphie, dont les spécialistes travaillent à l’établissement d’importants corpus d’inscriptions – grecques, latines, gauloises, phéniciennes, puniques, égyptiennes, arabiques, méroïtiques, etc. – dont l’élaboration et la traduction sont toujours en cours, de même que, parfois encore, le déchiffrement des langues dans lesquelles elles sont rédigées. L’ancienneté générale de ces textes et la nature presque impérissable de leur support ont souvent incité un autre groupe de savants, ceux qui étudient les images rupestres, à rechercher dans leurs propres corpus l’origine des systèmes alphabétiques ou hiéroglyphiques apparus plus tard dans les mêmes régions, la quête d’une protoécriture leur paraissant d’autant plus légitime que ces images semblent avoir été souvent liées à des mythes – c’est-à-dire, étymologiquement, des muthoi, des « récits » même si le détail de ceux-ci nous échappe. Il ne s’agit pas ici d’identifier ce que Leroi-Gourhan appelait « mythogrammes », à savoir des agencements d’images rendant ces récits visibles – sinon lisibles. Pas plus qu’il n’est question de la « sténographie symbolique » évoquée par Jacqueline Roumeguère-Eberhardt lorsqu’elle écrit, à propos des images rupestres de la région de Wedza au Zimbabwe :

  • 1  J. Roumeguère-Eberhardt, 1982, p. 127-128 – souligné par moi.

Les animaux si abondants sur cette paroi représentent les groupes totémiques et la morphologie, connotant tous les grands événements historiques tels que batailles, alliances. L’instruction du jeune homme consiste à lui apprendre à lire le récit de ces événements à travers cette sténographie symbolique, support d’un savoir détenu par les gardiens des traditions et que possède également l’instructeur spécialisé dans l’enseignement de cette histoire1.

  • 2  J. Galarza, A. Monod-Becquelin, 1980, p. 127.

3Ce que cherchent les spécialistes dont il est question ici, ce sont moins des mythogrammes, logogrammes, idéogrammes ou pictogrammes, que des « prélettres » ou des « préhiéroglyphes » préfigurant un système de transposition du phonétisme, et donc une « écriture » au sens fort du terme, qui désigne « un ensemble formé d’unités graphiques, minimales, récurrentes, combinables, transcrivant des unités phonétiques et sémantiques d’une langue donnée2 ».

  • 3  J.-L. Le Quellec, 2004 ; 2008d ; J.-L. Le Quellec et al., 2009.

4Or en Afrique, les arts rupestres sont de plus en plus souvent considérés comme des documents historiques susceptibles de nous apporter, par exemple, d’utiles informations sur l’histoire du peuplement3. Outre la question de leur datation, l’un des problèmes posés par leur étude est que leur interprétation est généralement très difficile. Sauf exception assez rare à l’échelle du continent, on ne peut guère s’appuyer que sur le style des figures, leur thématique et leur répertoire, sans pouvoir tenir compte de leur signification. Pourtant, il est régulièrement suggéré que certains dispositifs rupestres pourraient constituer un langage, une proto-écriture que nous ne savons pas reconnaître – ou à peine – mais qui n’en serait pas moins éventuellement déchiffrable un jour, et qui préluderait en tout cas à l’apparition de la véritable technique de l’écriture, beaucoup plus récente et marquant le passage à l’histoire.

  • 4  S. Ouzman, 1999.
  • 5  S. Ouzman, B. Smith, 2004, p. 502.

5L’on ne s’attardera donc pas ici sur les images et inscriptions rupestres laissées par les colons européens, et dont un bon exemple sud-africain est donné par les textes gravés sur des rochers durant la guerre anglo-boer4. Ces documents soulèvent d’autres questions, telles que celle de la limite entre « art rupestre » et « graffitis », la deuxième catégorie étant souvent vouée aux gémonies, alors que toute trace graphique est riche d’informations ethnographiques, sociales et historiques5.

  • 6  M. Otte, 1993, p. 73.
  • 7  P. Bouissac, 1993.
  • 8  E. Anati, 1989.

6Sous la plume des pariétalistes, l’évocation d’un langage graphique peut rester assez vague. Ainsi, la possibilité de almost a reading a pu être évoquée par Marcel Otte pour l’art paléolithique, les grottes étant elles-mêmes considérées « comme un livre6 ». Tout aussi générale est l’idée soutenue par Paul Bouissac qui défend une « hypothèse sémiotique maximum » selon laquelle l’art rupestre serait a true writing, rather litteraly than in a metaphorical sense7. Encore plus vague est la thèse d’Emmanuel Anati, qui pense que, partout dans le monde, les images rupestres n’utiliseraient qu’un répertoire limité de graphèmes, toujours les mêmes, transcrivant l’unique première langue de l’humanité. Aussi controuvée par les faits que soit cette élucubration, la puissance de séduction des interprétations globalisantes est telle que celle-ci a reçu l’appui inattendu du paléontologue Yves Coppens8.

  • 9  N. Soler Masferrer et al., 1999, p. 114.

7Certains archéologues reprennent des idées similaires à l’occasion de l’étude de sites particuliers. C’est le cas avec cette remarque de Narcís Soler Masferrer à propos des gravures piquetées sur blocs calcaires horizontaux de Gleb Terzuz (nord de Mijic, Sahara occidental) : « Signes et animaux sont en relation, créant un langage énigmatique9. » S’agissant d’autres sites de la même région, dans la zone de Taref (près de Bir Lehmar), les mêmes auteurs s’enhardissent et suggèrent l’existence d’une protoécriture :

  • 10  N. Soler Masferrer et al., 1999, p. 133.

Dans ces abris se rencontrent des représentations d’art rupestre avec des signes abondants, des animaux et des figurations humaines. On ignore la signification de ces signes. Il pourrait s’agir de marques de troupeau ou de signes rituels ou magiques, ou bien on pourrait avoir affaire à des signes associés à l’origine de l’écriture10.

  • 11  R. & G. Lutz, 1992, p. 78.
  • 12  R. & G. Lutz, 2008, p. 87.

8Rüdiger et Gabriele Lutz, traitant de certaines gravures rupestres du Messak libyen, estiment qu’elles constituèrent a first step towards hieroglyphic inscription et les considèrent comme des ideogramms11. Ces auteurs développent en outre une interprétation déterministe peu crédible selon laquelle ce serait l’importante péjoration climatique survenue au Sahara central à partir du troisième millénaire BCE qui aurait enrayé l’émergence de cette protoécriture, alors que le climat plus favorable régnant en Mésopotamie et dans l’aire du Nil aurait favorisé le développement de cette découverte12.

Multiples inventions

  • 13  C. Rilly, 2007, 2010.
  • 14  R.J. Hayward et al., 1981.
  • 15  K. Tuchscherer, P.E.H. Hair, 2002.
  • 16  J.K. Macgregor, 1909 ; E. Dayrell, 1911 ; H.H. Johnston & L.W.G. Malcolm, 1921.
  • 17  H. Pasch, 2008, p. 16.
  • 18  A. Schmitt, 1963.
  • 19  K. Tuchscherer, 1995.
  • 20  H. Pasch, 2008, p. 17-18.
  • 21  D.W. Oyler, 1997 ; voir aussi http://www.nkoinstitute.com/
  • 22  A. Poireau, 2004.

9En Afrique, l’hypothèse d’une protoécriture rupestre mérite considération, puisque ce continent compte plusieurs écritures autochtones, dont les plus connues sont égyptiennes – hiéroglyphique, hiératique, et cursive ou démotique. Au Soudan, le déchiffrement des textes méroïtiques, toujours en cours, concerne la plus ancienne culture écrite subsaharienne13. Dans la Corne de l’Afrique, on peut citer l’alphasyllabaire guèze et ses dérivés utilisés pour écrire l’amharique, l’oromo, le tigre et le tigrinya. Dans les années 1950, Shakh Bakri Sapolo inventa un nouveau système mieux adapté aux spécificités de l’oromo, mais l’intervention des autorités limita son usage14. Pour noter le somali, deux écritures furent inventées au xxe siècle : l’osmanya, par Osman Yuusuf Keenadiid en 1920-1922, et le borama ou gadabuursi, par Abdurahman Sheikh Nuur en 1933. Le syllabaire vai, conçu dans les années 1820-1830 par Dualu Bukele, s’inspire du syllabaire cherokee créé en Amérique en 1819 et introduit au Liberia par un métis émigré devenu un chef important15 ; il pourrait avoir inspiré les idéogrammes nsibidi du Sud du Nigeria16. À la fin des années 1800, Flo Darwin, parti suivre des études de médecine en Amérique, y conçut l’alphabet bassa, qu’il introduisit au Liberia lors de son retour en 191017. Au Cameroun, le syllabaire bamoum, ou a-ka-u-ku fut inventé par le sultan Ibraham Njoya après avoir vu des textes arabes, sans doute vers 1903, et pour résister à la domination coloniale. Certains caractères de l’écriture bagam, employée par les Eghap et d’origine obscure, en sont issus18. Le syllabaire mende, appelé ki-ka-kui (du nom de ses trois premiers signes), fut inventé en Sierra Leone par Kisimi Kamara en 1921, explicitement pour contrer le pouvoir des Britanniques, attribué à la pratique de l’écriture. Ce système n’a pas résisté à la pression de l’alphabet latin, mais une centaine de personnes l’utilisaient encore dans les années 1990, surtout pour traduire des textes coraniques19. Le syllabaire kpelle, dû au chef Gbili de Sanoyea, au Liberia, fut surtout en usage durant les années 1930 et 1940. Il en est de même pour le syllabaire loma, inventé dans les années 1930 par Wido Zobo, de Boneketa, également au Liberia20. Plusieurs autres systèmes graphiques africains sont des inventions encore plus récentes, à l’exemple de l’écriture n’ko, élaborée en 1948 par Sulemana Kante pour noter les langues mandingues21, ou de la graphie mandombe créée par David Wabeladio Payi en 1978 à la suite d’une révélation, et qui sert en République démocratique du Congo pour transcrire le kikongo, le lingala, le tchiluba et le swahili22.

  • 23  S.W. Koelle, 1854, p. 235-236 ; H. Pasch, 2008, p. 14.
  • 24  H. Pasch, 2008, p. 31.
  • 25  A.L. Kroeber, 1940.

10Il est à noter que tous ces systèmes d’écriture apparus en Afrique depuis le xixe siècle sont liés aux perturbations coloniales, et qu’ils furent très généralement inventés en réaction à l’introduction des caractères latins. Leurs auteurs avaient tous été en contact avec des propriétaires du « papier qui parle », dont ils avaient reconnu la puissance, ce pourquoi ils décidèrent d’en doter leur propre peuple, le plus souvent par suite d’une inspiration venue en songe23. En certains cas, l’invention d’une écriture nouvelle, ou la réactivation d’un système graphique ancien, peut également être un moyen de s’opposer aux politiques linguistiques gouvernementales, ainsi que c’est manifeste pour l’oromo et le tifinagh, dont il sera question plus loin24. Ces exemples instruisent l’archéologue en illustrant un processus qui a très bien pu survenir en d’autres contextes, à d’autres époques. Ils prouvent que le contact d’autochtones ignorant l’écrit avec des nouveaux venus le connaissant peut conduire à la création de nouvelles écritures inspirées par les systèmes introduits, mais non calquées sur eux. C’est ce processus de trans-cultural diffusion par contact sans transmission directe qui a été appelé stimulus diffusion par l’anthropologue américain Alfred Kroeber25.

11Or il a souvent été répété que l’alphabet libyque, dont la genèse est toujours discutée, aurait pu être élaboré à partir d’images rupestres antérieures. Selon cette thèse, il s’agirait d’une invention indépendante, élaborée sur un vieux fonds iconique régional, comprenant images rupestres, tatouages, marques de bétail et autres signes dont l’usage aurait déjà été initié lors d’une lointaine préhistoire.

L’écriture libyque et son origine supposée

  • 26  M. Aghali-Zakara, 2004.
  • 27  L. Galand, 1996.
  • 28  J. Drouin, 2001, p. 37.
  • 29  G. Camps, 1974 ; W. Pichler 2007a et 2007b, D. Casajus, 2010.

12L’écriture libyque est utilisée pour noter la langue du même nom – déjà mentionnée par Hérodote (IV, 155) – et, après plus de deux millénaires, sa descendante actuelle, appelée tifinagh, sert toujours aux Touaregs, avec quelques variantes, pour noter leur langue26. Rappelons que le terme « libyque » désigne ici le nord de l’Afrique, selon l’usage ancien, et que les textes libyques de Numidie (actuelles Tunisie septentrionale et Algérie orientale) sont généralement contemporains de l’Antiquité carthaginoise et romaine. L’écrasante majorité des inscriptions libyques, formulaires et répétitives, se trouvent sur des stèles funéraires (fig. 1), où elles sont parfois accompagnées de textes puniques ou latins, tandis que les inscriptions tifinagh (fig. 2) sont très généralement gravées ou peintes sur les rochers du Sahara central et centro-méridional27. L’aire de répartition de ces graphies (en gros, des Canaries à la Libye, et de la Méditerranée au Sahel) recouvre celle des parlers berbères actuels ou disparus, qu’elles ont servi ou servent encore à transcrire. Les lettres utilisées sont construites à partir du point, du trait, du cercle et du carré, leur tracé est non cursif, et elles sont disposées en lignes verticales de bas en haut pour les textes libyques, verticales ou horizontales pour les textes en tifinagh (et alors de droite à gauche, ou inversement, ou encore en boustrophédon, voire en spirale). Ce type d’alphabet et sa dizaine de variantes actuelles ne notent que les consonnes et deux semi-voyelles auxquelles s’ajoute le point, qui ne peut être employé qu’à la fin d’un mot, généralement avec la valeur /a/, parfois /u/ et /i/. Avec l’absence de séparation entre les mots et une direction de lecture parfois incertaine, ces caractéristiques rendent la traduction très difficile, surtout lorsqu’il s’agit de textes brefs. La plus ancienne attestation datée avec certitude est une dédicace gravée sur une stèle de Dougga (Tunisie) remontant à 138 avant l’ère commune28, mais la thèse d’un emploi plus ancien, peut-être dès le viiie siècle BCE ou même avant, est parfaitement défendable, même si elle ne fait pas l’unanimité29.

Figure 1 : Exemple de stèle portant une inscription libyque, découverte au xixe siècle dans la région de la Cheffia (Algérie)

Figure 1 : Exemple de stèle portant une inscription libyque, découverte au xixe siècle dans la région de la Cheffia (Algérie)

D’après J.-B. Chabot, 1940, p. 49.

  • 30  S. Chaker & S. Hachi, 2000, p. 11.
  • 31  J.-G. Février, 1959, p. 325.

13La question de l’origine de cette écriture est toujours débattue, et trois thèses sont en présence : a) emprunt et adaptation à partir d’une autre graphie antique (phénicien, thamoudéen, safaïtique, sud-arabique), b) création autochtone à partir d’un stock de signes anciens, c) mixte des deux hypothèses précédentes, avec emprunt de l’idée d’écriture et d’une partie des signes du phénicien, l’alphabet étant ensuite complété avec un stock de symboles locaux anciens. Reprenant l’ensemble de ce dossier, Salem Chaker et Slimane Hachi s’accordent à conclure que « le matériel graphique libyque est largement autochtone et certainement issu de l’art géométrique pré-/protohistorique berbère ». Pour eux, la source de ce matériel serait à rechercher dans le marquage, les signes d’identification, les décors, les signes magico-religieux utilisés précédemment, et parfois encore en usage de nos jours. Ces auteurs évoquent même la possible « existence d’une forme embryonnaire d’écriture préalphabétique, avec un stock limité d’idéogrammes, reconvertis ensuite en signes alphabétiques30 ». L’idée d’une refonctionnalisation d’un matériel ancien, suggérée par les pratiques scripturaires des Phéniciens-Puniques, est ancienne, puisque James-G. Février pensait qu’il fallait rechercher l’origine de l’écriture libyque dans « un vieux répertoire local : tatouages tribaux, marques de propriété, signes gravés sur les pierres de taille31 ». Et, bien avant lui, Oric Bates estimait déjà:

  • 32  O. Bates, 1914, p. 86.

It may be safely concluded that the Libyans borrowed from the Phoenicians a few letters and the idea of writing, and that they added to the borrowed letters enough owner’s marks to make an alphabet, rude, but suited to their simple needs32.

Figure 2 : Exemple d’inscription saharienne en caractères tifinagh, Tadrart Akukas (Libye)

Figure 2 : Exemple d’inscription saharienne en caractères tifinagh, Tadrart Akukas (Libye)

Photo Jean Loïc Le Quellec

14Pour Malika Hachid :

  • 33  M. Hachid, 2000, p. 185-186.

C’est d’abord chez les Capsiens du Maghreb, il y a plus de 10 000 ans, et chez les Protoberbères bovidiens du Sahara, il y a déjà 7 000 ans, qu’il faut rechercher ce vieux stock de signes divers, puis chez les Libyens orientaux et sahariens des débuts de l’histoire. C’est dans ce creuset iconographique que se trouvent certains éléments graphiques socioreligieux […] qui ont pu se prêter progressivement à la mise en place d’une sorte de langage idéographique primaire. Ce n’est qu’avec les Paléoberbères garamantes que ce système primaire s’est orienté vers une forme scripturaire pour donner les premiers caractères d’écriture33.

  • 34  A. Müller-Karpe, 1980.
  • 35  M. Hachid, 2000, p. 174.
  • 36  Y. Djekrif, 2003, p. 23.

15Attirant l’attention sur le fait qu’à Ekaden Ouachérène/Ikadnouchère (Tasili-n-Ajjer) une magnifique peinture de quadrige, environnée de plusieurs inscriptions, a pu être datée, de façon tout à fait convaincante, des vie-ve siècles avant l’ère commune34, elle en déduit que ce document « donne un état des caractères d’un alphabet libyque saharien à cette date35 ». Yasmina Djekrif estime que les signes de l’écriture libyque « font partie du répertoire des motifs relatifs à l’art berbère qu’on retrouve dans la décoration des poteries, comme dans les tatouages », et rappelle à ce propos que « depuis longtemps ont été signalées les figures élémentaires : croix, points, assemblages de traits, cercles qui accompagnent des animaux sur certaines gravures rupestres de tradition néolithique36 ». Dans un texte aussi élégant que les peintures tassiliennes qu’il commente, Slimane Hachi expose quant à lui :

  • 37  S. Hachi, 2003, p. 37.

Les phases caballine et cameline, les plus récentes, de moins de 4 000 ans d’âge, s’engagent dans la stylisation et la schématisation. Le dessin, de plus en plus dépouillé, est réduit à ses traits essentiels pour exprimer, à l’inverse de la phase précédente, des réalités moins nombreuses, moins diversifiées et, à première vue, plus triviales. La dérive graphique que l’on observe ici semble accompagner l’engagement de la représentation dans le sens sémiologique. Plus loin, les élégantes de Tamadjert aux tailles fines, au port altier et à la gestuelle théâtrale sont du voyage, le cou élancé et l’allant décidé ; elles vous regardent, passent leurs longues chevelures derrière la nuque et vous accablent de l’insolence de leur éternelle jeunesse. C’est certainement dans ce mouvement qu’il faudrait chercher l’origine des premiers signes de l’écriture nord-africaine, l’écriture libyque37.

16L’hypothèse d’une possible autochtonie de l’écriture libyque, sur laquelle nous allons bientôt revenir, est partagée par Ginette Aumassip :

  • 38  G. Aumassip, 2003, p. 56.

D’abord vu comme un dérivé du punique, la plus vieille écriture alphabétique après celle d’Ougarit et que le négoce phénicien répandit, en particulier en Afrique du Nord, le libyque semble de plus trouver son origine dans un vieux fonds de tatouages et marques de propriétés locaux38.

17Elle reçoit également l’agrément de Mohammed Aghali-Zakara, qui estime :

  • 39  M. Aghali-Zakara, 2004, p. 86.

[On] peut imaginer qu’un ensemble de signes iconiques d’origine pictographique, utilisés comme repères, aide-mémoire, marques esthétiques et marques de propriété, ait évolué, et que des figuratifs soient devenus phonétiques39.

  • 40  L. Galand, 2001, p. 2.

18Enfin, si Lionel Galand pense bien que « les matériaux libyques ont, pour la plupart, été créés en Afrique où, du reste, on les retrouve souvent dans des emplois variés, tatouages, décorations de poteries, marques d’animaux », il n’en tempère pas moins cet avis en rappelant que les Touaregs ne paraissent pas mettre ce répertoire de signes en rapport avec leur écriture40. Il a du reste exprimé cette opinion plusieurs fois, puisqu’il écrivait déjà en 1996 :

  • 41  G. Camps, 1960, p. 269-274.
  • 42  J. Drouin, 1995, p. 66.
  • 43  L. Galand, 1996.

Je crois pour ma part, comme Camps41, que l’écriture libyco-berbère résulte d’adaptations successives opérées sur des symboles ou sur des signes en usage chez les populations africaines, tatouages ou marques d’animaux par exemple, même si, comme le montre une étude récente42, les Touaregs ne font pas eux-mêmes le rapprochement43.

19En 2002 encore, Salem Chaker a répété :

  • 44  S. Chaker, 2002, p. 5.

Les formes générales de l’écriture libyque (géométrisme) s’inscrivent parfaitement dans la lignée des figures et symboles géométriques de l’art pariétal protohistorique (peintures et gravures) nord-africain et du décor géométrique de l’art rural berbère44.

  • 45  L. Galand, 1992, p. 123.
  • 46  A.-M. Vie-Wohrer, 1995.
  • 47  B. de Sahagún, 1969, t. III, p. 165.

20 L’idée d’une origine endogène des écritures libyco-berbères – terme regroupant ici l’écriture libyque antique et les tifinagh anciens ou actuels45 – suppose donc l’existence d’une proto-écriture, à rechercher parmi les décors de la céramique et de l’art mobilier, les motifs des tatouages et tissages, l’ornementation murale des maisons, les images rupestres. Se pourrait-il que nous soyons, face à l’ensemble de ces documents, dans la situation de l’écrasante majorité de ces lettrés espagnols des xvie-xviie siècles qui, tels Hernan Cortes, Diego Durán, Gregorio García, Jerónimo de Mendieta et Bernardino de Sahagún, ne sachant pas reconnaître les écritures indigènes du Mexique puisqu’elles ne comportaient de lettres ni latines ni grecques ni hébraïques, n’y voyaient que pinturas, figuras, signos, señales, efigies et imágenes46 ? Bernardino de Sahagún pensait par exemple que les Indiens « n’avaient ni lettres, ni caractères, qu’ils ne savaient pas écrire et qu’ils communiquaient entre eux au moyen de figures et d’images47 ».

21Toutes proportions gardées, les textes cités plus haut semblent estimer que la majorité des pariétalistes seraient actuellement dans une situation comparable : incapables de reconnaître sur les parois peintes et gravées autre chose que des « images », ils n’auraient su identifier en celles-ci l’émergence d’une écriture. Pourtant, quoi qu’on pense des idées qu’elles exposent, ces études présentent un point commun essentiel : leurs auteurs se contentent de suggérer l’existence d’une pré- ou protoécriture, ou d’une filiation entre certains signes rupestres et des lettres de l’alphabet libyque, sans aucunement la prouver.

Des signes aux lettres ?

22Il est maintenant temps d’examiner cet alphabet. Il se compose de 22 à 24 signes, ici transcrits avec leurs variantes telles qu’elles apparaissent selon l’orientation des inscriptions (fig. 3).

Figure 3 : Les signes de l’alphabet libyque et leur transcription

Figure 3 : Les signes de l’alphabet libyque et leur transcription

D’après J.-B. Chabot, 1940, p. v.

  • 48  P. Pillet, 1915, p. 234.
  • 49  A. Zouari, 1990, p. 234.
  • 50  M. Milburn, 1984, p. 25.
  • 51  J.-L.-C. Burthe d’Annelet, 1939, p. 697.

23Conformément à la thèse de leur origine endogène, il apparaît effectivement que certains de ces signes sont identiques à des marques de bergers encore en usage actuellement. Ainsi, dans l’extrême Sud tunisien, P. Pillet signale que des familles identifient leurs chameaux grâces à de tels feux : r (holga : l’« anneau »), (holga meftūḥa : l’« anneau ouvert »), n (metreg : la « barre verticale »), O (semta : la « barre horizontale »)48. Ali Zouari a fait remarquer que ces signes et les noms qui leur sont donnés sont de même nature que ceux qu’on incise sur le pain à Sfax, où ils servent à reconnaître les miches rondes confiées par les familles au boulanger pour qu’il les cuise49. De même, Mark Milburn a signalé que les Tubu du Tibesti utilisent des marques de chameaux également comparables à certaines lettres alphabétiques, et qui peuvent se trouver gravées, séparément ou à plusieurs, sur des rochers : â (le « sabot de l’âne »), @@ (le « combat de sagaies »), (la « patte du corbeau » – cf. le libyque), É (la « corde sinueuse »), ƒ (le « crochet de chevrier, pour faire tomber les gousses des arbres »)50. L’auteur rapproche ces signes de ceux d’une inscription énigmatique notée à er-Roui par Burthe d’Annelet51.

  • 52  S. Chaker & S. Hachi, 2000, p. 11.
  • 53  E. Bernus, 1996.

24Salem Chaker et Slimane Hachi52 ont quant à eux rappelé la proximité des lettres libyques avec les marques de propriété des Touaregs de l’Ahaggar inventoriées par le père de Foucauld (fig. 4), et certaines de ces marques se retrouvent parfois sur des pierres tombales53.

Figure 4 : Tableau des marques targuies de l’Ahaggar

Figure 4 : Tableau des marques targuies de l’Ahaggar

Selon C. de Foucauld, 1951, vol. 2, p. 629.

  • 54  I. Amara, 2003, p. 553.
  • 55  I. Amara, 2001, p. 209.
  • 56  I. Amara, 2001, p. 352-353.
  • 57  I. Amara, 2001, p. 210.

25Iddir Amara a lui aussi souligné la proximité graphique de certaines lettres libyques ou tifinagh avec des figurations géométriques, comme le personnage ithyphallique z, ajoutant que « le triangle, le quadrangulaire, le chevron, les traits parallèles ou croisés […] peuvent constituer la matrice à partir de laquelle l’alphabet libyque a pris forme54 ». Le même auteur fait grand cas du signe I gravé sur l’épaule d’un boviné de Khanget el-Hadjar dans le Sud constantinois (Algérie) : comme il correspond à la lettre /S/ du libyque, Iddir Amara veut y lire le mot eSuqui désigne le bœuf en touareg, et il y voit la confirmation « de l’ancienneté de la langue et de la présence de certains signes alphabétiques primitifs55 ». À Guerrar el-Hamra, une autre image lui semble aller dans le même sens. Il s’agit d’une représentation de cheval extrêmement schématique, qu’il pense être associée aux deux lettres libyques l /W/ et s /S/. Supposant que le cou de l’animal représenterait un /Y/, l’auteur lit alors le mot YWS « cheval »56. Enfin, il lit des représentations extrêmement schématiques de cavaliers comme résultant de l’association des lettres libyques X (/Z/), dédoublée pour former les pattes et la queue de la monture, et n (/N/) placée au-dessus pour figurer le cavalier57.

26L’ensemble de ces arguments peuvent se résumer en trois points essentiels :

  • la stylisation, la schématisation, la géométrisation progressives des arts rupestres sahariens prépareraient l’apparition de l’écriture libyque ;

  • certains signes utilisés pour les tatouages ou le décor de céramiques et d’autres objets mobiliers témoigneraient de ce processus ;

  • quelques signes associés à des images rupestres en montreraient précisément la naissance.

27Le problème est qu’aucun de ces points ne résiste à un examen précis.

  • 58  A. Muzzolini, 1992.
  • 59  M. Hachid, 2006 ; W. Pichler, 2008 ; J.-L. Le Quellec, 2007 et 2008a, b, c.
  • 60  Voir ex. dans M. Hachid, 2000, p. 176-177.
  • 61  I. Amara, 2001, p. 214.

281/ La stylisation et la schématisation progressives des images rupestres du Sahara ont souvent été évoquées, et Alfred Muzzolini parlait à ce sujet d’une lente « laïcisation » de l’art58. Bien que ces notions de « stylisation » et « schématisation » demandent à être précisées, tous les auteurs s’accordent à reconnaître que les images caballines et camelines sont effectivement plus « schématiques » que celles que nous ont laissées les populations pastorales plus anciennes. Mais cette constatation doit être pondérée : d’une part car ce phénomène est surtout notable durant la période cameline, donc après l’apparition de l’écriture libyque, et d’autre part à cause de la grande rareté des figures réellement géométriques. Pour donner quelque poids à la thèse défendue, il faudrait montrer que, durant la période caballine précédant le camelin, de telles figures se seraient multipliées, devenant de plus en plus abondantes avant l’apparition de l’écriture – supposée en recycler certaines. Or ce n’est pas le cas. En réalité, nulle part on ne constate une apparition progressive des signes, puis leur géométrisation évolutive jusqu’aux lettres, contrairement à ce que l’on peut voir en Mésopotamie, par exemple. En particulier, l’exemple du quadrige d’Ekaden Ouachérène/Ikadnouchère, mis en avant par Malika Hachid, ne va certainement pas dans le sens d’une telle géométrisation progressive, puisqu’il est magnifiquement dessiné à l’aide d’amples courbes, qu’on ne peut aucunement le qualifier de « schématique » et encore moins de « géométrique », et que son auteur faisait même un savant usage de la perspective. Si les images peintes ou gravées qui montrent des chevaux non schématiques probablement associés à des inscriptions sont moins rares qu’on ne l’a dit59, ce ne sont que les plus récentes d’entre elles qui montrent des animaux schématiques ou réduits à des tracés géométriques anguleux60. On ne peut donc continuer d’affirmer, sans l’appui d’une solide documentation qui n’a pas encore été produite, que les inscriptions libyques marqueraient l’« aboutissement d’un long processus de schématisation des gravures rupestres61 ».

  • 62  A. El Khayari, 2004, p. 112, n. 53.
  • 63  G. Camps, 1978, p. 152-153.
  • 64  P.A. Février, 1967.
  • 65  A. El Khayari, 2004, p. 112, n. 53.
  • 66  G. Camps, 1996, p. 2571.

292/ Dans l’argumentation dénoncée ici, le recours aux signes utilisés pour les tatouages ou le décor de céramiques et d’autres objets mobiliers n’a jamais été documenté précisément, et il se limite pratiquement toujours à une simple affirmation. Deux notables séries d’exceptions existent pourtant. L’une est livrée par Gabriel Camps qui fait état de signes marqués sur des poteries de Sila et Germa – mais des signes isolés ne peuvent certainement pas prouver l’existence d’une écriture, sans compter que le document de Sila pourrait bien être constitué de chiffres puniques62. Le signe M, gravé sur une urne funéraire du viie-vie siècle découverte dans l’île de Rachgoun (à l’ouest d’Oran, en Algérie), peut d’autant moins être considéré comme « la plus vieille manifestation sûrement datée de l’écriture libyque63 » que sa datation n’est pas sans poser de questions64, et que ce document a été mis au jour dans une nécropole où abondent les vestiges phéniciens65. Plus convaincants seraient les trois signes ⵊmr peints sur un vase de Tiddis remontant au iiie siècle avant l’ère commune66, mais là encore, il s’agit d’une possibilité, non d’une preuve. En effet, il faut absolument garder en mémoire cet avertissement de Lionel Galand :

  • 67  L. Galand, 2005, p. 1.

Un ou deux signes isolés peuvent bien avoir une valeur symbolique et transmettre un message, mais ils n’impliquent pas nécessairement l’existence d’une écriture. Ils ne deviennent des « lettres » que s’ils appartiennent indubitablement à un alphabet, au sein duquel ils s’opposent à d’autres lettres pour former un ensemble structuré67.

  • 68  M. Gast, 1993.

30Hélas, l’enthousiasme de la découverte pousse régulièrement à l’oubli de ce conseil de prudence, ainsi qu’il est arrivé à Marceau Gast à propos de quatre signes gravés sur le pied-droit d’une fenêtre, dans un bâtiment ruiné à Saint-Hilaire près de Banon, en Haute-Provence, signes à propos desquels il écrit : « Il est certain […] que ce sont des signes libyco-berbères anciens qui peuvent dater du Moyen Âge68 »… alors que rien n’est moins sûr.

  • 69  M. Hachid, 2000, p. 165, fig. 252.

31L’autre exception est donnée par Malika Hachid, qui a produit la photographie d’une poterie kabyle peinte (avec notamment une série de W superposés) accompagnée de cette légende : « L’art géométrique berbère, qui pourrait avoir inspiré la graphie libyque, se conservera jusqu’à nos jours dans les arts populaires (tissage, tatouages, peintures murales, sculpture sur bois, bijoux…)69. »

32Même en multipliant beaucoup ce genre d’illustrations, la thèse proposée n’en serait pas pour autant renforcée. En effet, on ne peut transposer dans le passé, sans autre procès, une image extrêmement récente (xixe-xxe siècles), en supposant que son décor serait à l’origine d’une tradition dont, en réalité, elle n’est au mieux que l’aboutissement ! Là encore, il faudrait pouvoir disposer de documents anciens démontrant : a) la géométrisation progressive de figurations iconiques reconnaissables, et b) le remploi, au sein d’un système graphique, des signes géométriques ainsi obtenus.

  • 70  G. Camps, 1962, p. 378-380.
  • 71  J. Fontanille, 1998, p. 15.

33Or Gabriel Camps, dans un magistral ouvrage, s’est livré à une minutieuse analyse des décors de la céramique berbère ancienne. De ce travail, il ressort que seulement cinq motifs végétaux et aviformes ont pu être identifiés, qui puissent répondre à la première condition, celle d’une géométrisation progressive. Mais à vrai dire, un seul illustre vraiment une évolution conduisant d’un motif iconique (un oiseau) à une forme géométrique non immédiatement reconnaissable comme animale, et aucun d’eux n’est rapportable à l’une ou l’autre des lettres de l’alphabet libyque (fig. 5). Du reste, tant sur les poteries que sur les tissages et les décors muraux des maisons de Kabylie, de Ghât ou de Ghadamès, la tendance majeure de la schématisation berbère des figures animales et anthropomorphes est celle qui conduit à des formes triangulaires70 – lesquelles ne se trouvent que sur deux lettres (I et ú) de l’alphabet supposé en dériver. Une étude plus récente, celle de Jacques Fontanille, évoque la possibilité d’un « fondement commun » ou d’une « filiation directe » entre le corpus des éléments décoratifs des poteries berbères protohistoriques et l’écriture libyque, pour conclure qu’on aurait beaucoup de mal à l’étayer71.

Figure 5 : Géométrisation progressive de quatre types de signes iconiques utilisés pour le décor des poteries berbères

Figure 5 : Géométrisation progressive de quatre types de signes iconiques utilisés pour le décor des poteries berbères

D’après G. Camps, 1962, fig. 146.

  • 72  M. Hachid, 2000, p. 95-97.
  • 73  L. Renaut, 2004, p. 72.
  • 74  Ex. : M. Hachid, 2000, p. 74, fig. 102.

34Concernant les tatouages, les témoignages antiques sont évidemment rarissimes, mais si l’on veut bien faire appel aux représentations égyptiennes de Lebū et Temehū, ou « Libyens orientaux », de la tombe du pharaon Séti Ier (xixe dynastie) et de Medinet Habou (xxe dynastie), on découvre en fait que leurs nombreuses marques corporelles ne correspondent à aucun des signes de l’alphabet libyque72, à l’exception d’un double trait sur l’avant-bras de l’un des ces personnages – mais une marque constituée de deux traits parallèles est tellement banale qu’on ne peut rien en conclure, surtout qu’elle est ici unique : elle apparaît par exemple plusieurs fois sur la peau d’Ötzi, l’homme découvert en 1991 dans un glacier des Dolomites italiennes et daté de 5300 BP73. Pour la même raison, on ne peut guère faire appel aux décors corporels des personnages en style d’Iheren, composés de traits parallèles et de chevrons et Ç superposés74, dont en plus rien ne prouve qu’ils aient été tatoués plutôt que peints. Il apparaît donc que la mention régulière des signes tatoués comme source possible de l’alphabet libyque ne s’appuie en réalité que sur une documentation actuelle ou subactuelle, indûment transposée dans le passé.

35Quant aux signes de propriété utilisés pour marquer les animaux, rappelons ce qu’en disent Salem Chaker et Slimane Hachi :

  • 75  S. Chaker & S. Hachi, 2000, p. 10.

L’écriture a dû se dégager progressivement de pratiques antérieures : marquage des animaux, tatouages, gravures et décors rupestres, toutes pratiques dans lesquelles on retrouve des formes étrangement semblables aux caractères de l’alphabet libyco-berbère. Pour s’en convaincre, il suffira de se référer aux feux de chameaux des Touaregs kel-ahaggar tels que les donne Charles de Foucauld75.

  • 76  E. Landais, 2000, fig. 3.
  • 77  E. Landais, 2000, fig. 1.
  • 78  E. Landais, 2000, fig. 10.

36Eh bien non, cela ne peut suffire à convaincre, car ces marques ayant été relevées par le père de Foucauld au tout début du xxe siècle (fig. 4), elles ne peuvent attester l’existence d’une pratique équivalente qui serait antérieure à l’écriture. Et il est bien difficile d’avoir des informations sur les feux qu’utilisaient les graveurs et peintres pré- et protohistoriques. Néanmois, quatre traits ondulés parallèles, visibles sur la joue d’un boviné de Wa-n-Derbawen (Tasili-n-Ajjer) peint en style d’Iheren, témoignent peut-être d’un tel usage76. Pourtant, le fait que les signes I, Á, £ et , tous attestés dans l’écriture libyque et dans les inscriptions tifinagh sahariennes, appartiennent aussi au répertoire des feux qu’utilisent les éleveurs lapons pour marquer leur rennes77, ou que les signes r, , ł, t et }, également attestés parmi les inscriptions tifinagh, comptent au nombre des marques mongoles78 montre à quel point il est impossible de s’appuyer sur des signes simples isolés.

37Un tour d’horizon de la littérature disponible montre que les marques d’éleveurs, les peintures murales, les tissages, les décors sur bijoux et a fortiorisur bois ne peuvent bénéficier que d’une documentation essentiellement ethnographique, non préhistorique. L’on ne voit donc pas comment des signes récents, supposés résulter d’un long processus évolutif, pourraient être utilisés comme autant d’illustrations de leur source antique !

383/ Parmi tous les auteurs précédemment cités, seul Iddir Amara tente de vraiment documenter l’émergence d’une écriture libyco-berbère à partir d’images rupestres. Le premier exemple qu’il donne, celui de la lettre z de valeur /Z/ en tifinagh et qui serait dérivée de figurations rupestres présentant des hommes ithyphalliques, est également cité par Salem Chaker et Slimane Hachi, qui écrivent :

  • 79  Cf. M. Devulder, 1951 ; J.-B. Moreau, 1976 ; M. Grasshof, 1999.
  • 80  S. Chaker & S. Hachi, 2000, p. 5.

Certaines des figures attestées dans le caballin se retrouvent nettement à la fois comme caractères alphabétiques et comme motifs du décor berbère, dont on sait qu’ils reçoivent encore aujourd’hui une interprétation sémantique79. Le cas le plus frappant est celui du signe anthropomorphe z qui représentait et représente manifestement l’homme et a la valeur Z dans l’alphabet tifinagh80.

  • 81  A. Muzzolini, 2001, p. 24.
  • 82  G. Camps, 1996, p. 2572.

39Ce premier exemple est sans valeur, pour deux raisons : a) la lettre z n’appartient qu’à l’alphabet tifinagh et non au libyque d’où ce dernier dérive – son apparition est donc relativement récente ; b) contrairement à ce qu’affirment les auteurs mentionnés, cette figure ne se relève que dans des contextes camelins et non caballins81 : elle est par conséquent trop tardive pour être à l’origine d’une lettre apparue antérieurement. Ce sont également les raisons pour lesquelles sa présence sur une amphore du ier siècle trouvée à Germa, la capitale des Garamantes, pour intéressante qu’elle soit, n’apporte rien au présent débat – tout en laissant néanmoins supposer qu’une variante de l’écriture tifinagh (dont cette lettre est caractéristique) était probablement en usage au Fezzân à cette époque82.

  • 83  S. Chaker & S. Hachi, 2000, p. 5.
  • 84  M. Devulder, 1951, fig. 40.
  • 85  S. Chaker & S. Hachi, 2000, p. 5, n. 1.
  • 86  M. Grasshof, 1999.

40Affirmer que des décors « reçoivent encore aujourd’hui une interprétation sémantique83 » ne prouve rien, puisque cette interprétation pourrait fort bien correspondre à la remotivation de symboles devenus incompris. De plus, les publications des trois auteurs appelés par Salem Chaker et Slimane Hachi à l’appui de leur thèse sont à utiliser avec prudence. Rappelons que le célèbre travail de M. Devulder établit par exemple que les Ouadhias représentent l’œuf par… un triangle blanc, ce qui met pour le moins à mal l’hypothèse d’une origine iconique des signes84. Quant aux publications de Jean-Baptiste Moreau et de Malika Grasshof, qui signe « Makilam », Salem Chaker et Slimane Hachi précisent eux-mêmes en note que leurs interprétations « sont à prendre avec précaution85 ». C’est, à mes yeux, le moins que l’on puisse écrire, surtout en ce qui concerne « Makilam »86, qui pratique un type de lecture faisant appel aux archétypes jungiens, durandiens ou éliadiens, sur la base de généralisations hâtives et de contrevérités assenées avec une telle assurance que même certains chercheurs honnêtes ne manquent pas – hélas – d’en être favorablement impressionnés.

  • 87  I. Amara, 2001, p. 209.

41Le deuxième exemple produit par Iddir Amara est celui d’un signe I gravé sur l’épaule d’un boviné de Khanget el-Hadjar dans le Sud constantinois (Algérie), qui serait un « s » du libyque. C’est certes possible, mais nullement prouvé. Dire qu’il s’agirait en plus du mot eSuqui désigne le bœuf en touareg, cela suppose que ce terme était déjà connu en libyque, ce qui est également possible mais pas davantage prouvé. Et que, sur un bovin parmi les dizaines de milliers connus au Sahara et dans l’Atlas, quelqu’un ait ressenti le besoin d’écrire le mot « bœuf », c’est encore possible, mais cela n’en paraît pas moins très curieux : l’information ainsi ajoutée aurait été parfaitement redondante et inutile, tout comme celle consistant à écrire « cheval » sur une image de cheval parfaitement reconnaissable. Enfin, le signe en question est d’une tout autre facture que celle du boviné, et le plus probable est qu’il fut ajouté bien après, à une date inconnue. Cet exemple n’est donc constitué que d’une cascade d’hypothèses toutes aussi invérifiables les unes que les autres : que ce I serait antique, qu’il s’agirait d’une lettre libyque, qu’elle se lirait eSu, qu’il s’agirait de la désignation du bœuf. Contrairement à ce qu’affirme l’auteur, il est donc impossible de considérer ce document comme une confirmation « de l’ancienneté de la langue et de la présence de certains signes alphabétiques primitifs87. »

42Un troisième exemple est celui d’un cheval extrêmement schématique qui serait en partie composé des deux lettres libyques l /W/ et * /S/ (fig. 6). Cette lecture n’est possible que par suite d’une sollicitation excessive du document et de manipulations assez acrobatiques. D’une part le graphisme que l’auteur choisit de reconnaître ainsi pourrait tout aussi bien être lu comme un * /S/ inclus dans un à (/M/ libyque), et d’autre part le point situé au centre du carré est mal assuré, pouvant très bien résulter d’une altération de la paroi, sur laquelle s’observent d’autres cupules tout à fait semblables. Iddir Amara, n’ayant pas examiné cette paroi en personne, puisqu’il se fonde sur une photo publiée par Malika Hachid, se trouve donc dans l’impossibilité de démontrer que ledit point ferait bien partie intégrante du graphisme.

Figure 6 : Décomposition d’une gravure rupestre en signes alphabétiques

Figure 6 : Décomposition d’une gravure rupestre en signes alphabétiques

D’après I. Amara , 2001, fig. 56.

43Enfin le signe l n’existe absolument pas, en réalité, dans l’image analysée : il est purement et simplement construit par l’auteur, sur la base d’une décomposition arbitraire. De plus, existerait-il qu’il ne pourrait correspondre qu’à la valeur /L/ ou /U/ en libyque (selon l’orientation de l’inscription). Par conséquent, lire le mot aYiS « cheval » sur cette image, c’est tout simplement prendre ses désirs pour la réalité, et cet exemple n’a pas plus de valeur que les précédents.

44Le dernier exemple concerne des cavaliers dont la monture est du type « pectiniforme » (en forme de peigne). Chercher à y voir la lettre libyque X (/Z/) résulte d’un découpage tout aussi arbitraire que les précédents, ne tenant pas compte du fait que les signes č et π existent aussi parmi les caractères libyco-berbères. Surtout, les figures pectiniformes n’apparaissent qu’au camelin, et en faire les ancêtres d’une écriture apparue durant la période précédente ne se peut qu’en jouant sur les mots, précisément en attribuant toutes les images de cheval au « caballin ». C’est ne pas tenir compte du fait que les représentations de chevaux persistent durant le camelin, et qu’une figure qu’on pourrait dire « caballine » parce qu’elle représente un cheval n’en est pas pour autant automatiquement « caballine » au sens de « période antérieure au camelin ». Cet exemple s’effondre donc à son tour, à l’instar de tous les autres.

Figure 7 : Figures de cavaliers pectiniformes interprétées par Iddir Amara comme des compositions effectuées à partir de lettres libyques

Figure 7 : Figures de cavaliers pectiniformes interprétées par Iddir Amara comme des compositions effectuées à partir de lettres libyques

D’après I. Amara, 2001, fig. 56.

45Cela n’est du reste pas très surprenant, car après avoir rappelé que dans l’Anti-Atlas, particulièrement dans les Tinzouline, « les signes de l’écriture occidentale sont parfois mêlés à de petites figurations animales (chevaux, chiens, oryx) qui paraissent jouer le rôle de pictogrammes », Gabriel Camps avait fermement assuré qu’on ne pouvait rien en conclure quant à l’origine de l’écriture :

  • 88  G. Camps, 1996, p. 2568.

Ces pictogrammes, s’ils jouent vraiment ce rôle, ne peuvent servir à étayer l’hypothèse d’une naissance sur place de l’alphabet libyque par transformation d’anciennes marques de propriété et autres graphismes traditionnels, tels que ceux qui figurent encore sur les tatouages88.

46Ainsi, aucun des trois points de l’argumentation précitée n’a la moindre valeur démonstrative. Non qu’ils soient inacceptables a priori, mais tout simplement parce qu’ils ne sont supportés par aucune donnée factuelle. Il incombe donc à leurs défenseurs de documenter leurs affirmations, s’ils les maintiennent.

47Mais ce n’est pas tout. Même si ces trois arguments pouvaient finalement être démontrés – ce qui paraît fort improbable –, il ne suffirait pas de signaler que des signes anciens se retrouvent parmi les lettres d’un alphabet ultérieur pour prouver la dérivation des secondes à partir des premiers. Agir ainsi reviendrait à suivre un pseudoraisonnement du type post hoc, ergo propter hoc.

48En effet, il resterait deux difficultés majeures, car encore faudrait-il prouver : a) qu’il ne s’agit pas de signes simples et donc ubiquitaires ; b) que les signes ainsi identifiés sont à valeur constante et qu’ils forment bien système.

49Or ces deux conditions paraissent, a priori cette fois, extrêmement difficiles à vérifier, car :

  • les signes dont l’origine est recherchée sont des plus simples : point et trait (simples ou multiples), cercle et carré, arceaux arrondis ou anguleux, croix, diabolo, zigzag. Une loi élémentaire voulant que plus un signe est simple, plus il a de chance d’être répandu en recevant des valeurs différentes, il en résulte que ces signes sont justement ceux qui se retrouvent partout, à toutes les époques, avec les valeurs et significations les plus diverses. Le seul moyen d’évoquer cet écueil serait alors de travailler sur des associations récurrentes de signes identiques, ce qui ne se trouve pas sur les attestations rupestres les plus anciennes ;

    • 89  J. Leclant et al., 1980 ; J.-L. Le Quellec, 1993.

    en toute rigueur, la valeur des signes rupestres sahariens pré- et protohistoriques est inconnue, et ne peut que l’être en l’absence du témoignage des peintres et graveurs. Toute interprétation des images rupestres, pour intéressante qu’elle puisse être, ne peut relever que de l’hypothèse, et toute hypothétique constance de la valeur de certains signes reste donc indémontrable. De plus, aucun système de signes n’a jamais pu être mis en évidence parmi les images rupestres sahariennes, alors que celles-ci sont connues par dizaines de milliers, et que des milliers de pages ont déjà été consacrées – en vain de ce point de vue – aux « signes » qui s’y trouvent89.

50À l’encontre de la thèse d’une protoécriture à rechercher parmi les signes rupestres, il reste un dernier argument au regard duquel tous ceux qu’on a mentionnés semblent presque secondaires. Il est ainsi résumé par Jean-Jacques Glassner, dans un point des connaissances sur l’origine de l’écriture cunéiforme :

  • 90  J.-J. Glassner, 2002, p. 19.

L’écriture résulte d’un travail conceptuel qui ne peut être dissocié de son application sous peine d’être vide de signification. Le concept est découpé dans le continu même des formes auxquelles il donne naissance. Invention et première attestation se situent donc nécessairement dans l’ordre de la simultanéité, la seconde n’étant jamais que la mise en acte de la première. Partant de cette remarque, il ne peut y avoir ni pré- ni protoécriture90.

  • 91  K.B. Sandved, 1999.
  • 92  Exemples d’une telle recherche : W. Pichler, 2007a et 2007b ; W. Pichler & J.-L. Le Quellec, 2009.

51Ainsi, la vaine recherche d’une matrice du libyque au sein des images rupestres du Sahara s’apparente à la démarche de l’entomologiste Kjell Bloch Sandved qui, vingt-cinq années durant, rechercha les lettres de l’alphabet latin dans les motifs des ailes de papillon91 : il a bien fini par toutes les découvrir, mais cela n’éclaire en rien l’origine de cet alphabet. Pour autant, toute quête de l’origine des lettres de l’alphabet libyque n’est pas forcément désespérée. Simplement, la recherche de leurs antécédents doit se faire ailleurs que sur l’iconographie rupestre92.

Haut de page

Bibliographie

Aghali-Zakara, M., 2004, « De l’origine et de la survivance des écritures libyco-berbères », in M.H. Fantar, A. Siraj (dir.), Débuts de l’écriture au Maghreb. Actes de colloques organisés à Casablanca par la Fondation du Roi Abdul-Aziz al Saoud pour les Études Islamiques et les Sciences Humaines, les 17-18 janvier et 18-19 avril 2002, Casablanca, Fondation du Roi Abdul-Aziz al Saoud, p. 85-90.

Amara, I., 2001, L’art rupestre dans le sud-ouest de l’Atlas saharien (Algérie) : étude analytique et typologique des figurations de la période récente, thèse de doctorat, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Amara, I., 2003, « Nouvelle approche de l’art rupestre de l’Atlas saharien : les figurations de la période tardive », L’Anthropologie, 107, p. 533-557.

Anati, E., 1989, Les origines de l’art et la formation de l’esprit humain, Paris, Albin Michel.

Aumassip, G., 2003, « La période caballine, un renouveau de la vie saharienne », in L’Algérie en héritage. Art et histoire. Exposition présentée à l’Institut du Monde Arabe du 7 octobre 2003 au 25 janvier 2004, Paris, Actes Sud, p. 53-59.

Bates, O., 1914, The Eastern Libyans: an Essay, Londres, Macmillan.

Bernus, E., 1996, « Marques de propriété touarègues et pierres tombales (plaines au sud-ouest de l’Aïr) », Sahara, 8, p. 7-17.

Bouissac, P., 1993, « Beyond style: steps towards a semiotic hypothesis », inM. Lorblanchet & P.G. Bahn (dir.), Rock Art Studies: the Post-Stylistic Era, or Where Do We Go From Here?, Oxford, Oxbow Books, p. 203-206.

Burthe d’Annelet, J.-L.-C. de, 1939, À travers l’Afrique française. Du Sénégal au Cameroun par les confins Libyens (Mauritanie, Soudan français, Niger, Aïr, Kaouar, Djado, Tibesti, Borkou, Ennedi, Ouadai, Sila, Baguirimi, Tchad, Haut-Oubangui) et au Maroc par les confins Sahariens (Octobre 1932 - Juin 1935). Carnets de route (I et II), Paris, Firmin-Didot.

Camps, G., 1960, « Aux origines de la Berbérie : Massinissa ou les débuts de l’Histoire », Libyca, 8, p. 1.

Camps, G., 1962, Aux origines de la Berbérie. Monuments et rites funéraires protohistoriques, Paris, Arts et Métiers graphiques.

Camps, G., 1974, « Recherches sur les plus anciennes inscriptions libyques de l’Afrique du Nord et du Sahara », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 10-11, p. 143-166.

Camps, G., 1996, « Écriture libyque », Encyclopédie berbère, 17, p. 2564-2573.

Casajus, D., 2010, « Déchiffrages. Quelques réflexions sur l’écriture libyco-berbère », Afriques [en ligne], Débats. URL : http://afriques.revues.org/688.

Chabot, J.-B., 1940, Recueil des inscriptions libyques, Paris, Imprimerie nationale.

Chaker, S., 2002, « L’écriture libyco-berbère. État des lieux, déchiffrement et perspectives linguistiques et sociolinguistiques », Colloque annuel de la SHESL, Lyon-ENS, samedi 2 février 2002 [en ligne], consulté le 20 juillet 2010. URL : http://www.inalco.fr/crb/pages_html/webdoc/libyque.pdf.

Chaker, S., Hachi, S., 2000, « À propos de l’origine et de l’âge de l’écriture libyco-berbère. Réflexions du linguiste et du préhistorien », in S. Chaker, A. Zaborski (dir.), Mélanges offerts à Karl-G. Prasse, Paris/Louvain, Peeters, p. 94-111.

Dayrell, E., 1911, « Further notes on ’Nsibidi signs with their meanings from the Ikom district, Southern Nigeria », The Journal of the Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, 41, p. 521-540.

Devulder, M., 1951, « Peintures murales et pratiques magiques dans la tribu des Ouadhias », Revue africaine, 426-427, p. 63-102.

Djekrif, Y., 2007, « L’épigraphie libyque », Forum de l’enseignant (ENS Constantine), 3, p. 20-35.

Drouin, J., 1995, « Formules brèves et formes graphiques en touareg », Bulletin de littérature orale arabo-berbère, 22-23, p. 61-98.

Drouin, J., 2001, « Les écritures libyco-berbères », Les Dossiers de l’archéologie, 260, p. 36-39.

El Khayari, A., 2004, « Considérations sur l’épigraphie libyque du Maroc », in M.H. Fantar, A. Siraj (dir.), Débuts de l’écriture au Maghreb. Actes des colloques organisés à Casablanca par la Fondation du Roi Abdul-Aziz al Saoud pour les Études Islamiques et les Sciences Humaines, les 17-18 janvier et 18-19 avril 2002, Casablanca, Fondation du Roi Abdul Aziz al Saoud, p. 91-130.

Février, J.-G., 1959, « Écritures libyques et ibériques », in J.-G. Février (dir.), Histoire de l’écriture, Paris, Payot, p. 321-332.

Février, P.A., 1967, « Les origines de l’habitat urbain en Maurétanie césarienne », Journal des savants, 2(2), p. 107-123.

Fontanille, J., 1998, « Décoratif, iconicité et écriture. Geste, rythme et figurativité : à propos de la poterie berbère », Histoire de l’art et sémiotique, 3(3), 25 p.

Foucauld, C. de, 1951, Dictionnaire touareg-français. Dialecte de l’Ahaggar. Avant-propos d’André Basset, Paris, Imprimerie nationale.

Galand, L., 1992, « Petit lexique pour l’étude des inscriptions libyco-berbères », Almogaren, 23, 1992, p. 119-126.

Galand, L., 1996, « Du berbère au libyque : une remontée difficile », Lalies, 16, p. 77-98.

Galand, L., 2001, « Un vieux débat : l’origine de l’écriture libyco-berbère », Lettre de l’AARS, 20, p. 21-24.

Galand, L., 2005, « La datation des inscriptions. Pour une évaluation des critères linguistiques », La Lettre du RILB, 11, p. 1-2.

Galarza, J., Monod-Becquelin, A., 1980, Doctrina Christiana, Le Pater Noster, Paris, Société d’ethnographie (Recherches américaines, 2).

Gast, M., 1993, « Une pierre gravée singulière à Banon », Actualité des Alpes de Lumière, 58, p. 2.

Glassner, J.-J., 2002, « L’invention de l’écriture cunéiforme », Pour la science, 1930, p. 18-23.

Grasshof, M., 1999, Signes et rituels magiques des femmes kabyles, Aix-en-Provence, Édisud.

Hachi, S., « Djanet, mirage miraculé », L’année patrimoine, 2003, p. 36-37.

Hachid, M., 2000, Les premiers Berbères : entre Méditerranée, Tassili et Nil, Alger / Aix-en-Provence, Ina-Yas/Edisud, 2000.

Hachid, M., 2006, « Du nouveau sur le monument d’Abalessa (Ahaggar, Algérie). De la date de l’introduction du dromadaire au Sahara central, du personnage d’Abalessa et des inscriptions rupestres dites "libyco-berbères" », Sahara, 17, 2006, p. 95-120.

Hayward, R.J., Hassa, M., 1981, « The Shakh Bakri Sapalo syllabary and summary of the ’Oromo orthography of Shaykh Bakri Sapalo’« , Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 44(3), p. 550-556.

Johnston, H.H., Malcolm, L.W.G., 1921, « Short notes on the syllabic writing of the EGâp – Central Cameroons », Journal of the Royal African Society, 20(78), p. 127-129.

Koelle, S.W., 1854, Outlines of a Grammar of the Vei Language, Together with a Vei-English Vocabulary and an account of the discovery of the nature of the Vei mode of Syllabic Writing, Londres, Kegan Paul, Trench & Trübner.

Kroeber, A.L., 1940, « Stimulus diffusion », American Anthropologist, 42, 1940, p. 1-20.

Landais, E., 2000, « Le marquage du bétail dans les systèmes pastoraux traditionnels », Revue d’élevage et de médecine vétérinaire des pays tropicaux, 53(4), p. 349-363.

Leclant, J., Huard, P., Allard-Huard, L., 1980, La culture des chasseurs du Nil et du Sahara, Alger, Mémoires du CRAPE, 29.

Le Quellec, J.-L., 1993, Symbolisme et art rupestre au Sahara, Paris, L’Harmattan.

Le Quellec, J.-L., 2004, Rock Art in Africa. Mythology and Legend, Paris, Flammarion.

Le Quellec, J.-L., 2007, « À propos d’un site à gravures de la Tadrart algérienne : récurrences d’une assocation image-inscription », Les Cahiers de l’AARS, 11, p. 125-136.

Le Quellec, J.-L., 2008a, « Du neuf avec de l’ancien : à propos des gravures et inscriptions du monumentd’Abalessa », Sahara, 19, p. 178-183.

Le Quellec, J.-L., 2008b, « En suivant monsieur Akha (ou Agha) de la Tadrart au Messak », Les Cahiers de l’AARS, 12, p. 161-169.

Le Quellec, J.-L., 2008c, « From co-occurrence to association », Rock Art Research, 25(1), p. 119-121.

Le Quellec, J.-L., 2008d, « Rock art research in Southern Africa, 2000-2004 », in P.G. Bahn, N. Franklin, M. Strecker (dir.), News of the World III, Oxford, Owbow Books, p. 97-111.

Le Quellec, J.-L., Fauvelle-Aymar, F.-X., Bon, F., 2009, Vols de vaches à Christol Cave. Analyse critique d’une image rupestre d’Afrique du Sud, Paris, Publications de la Sorbonne.

Lutz, R. & G., 1992, « From picture to hieroglyphic inscription. The trapping stone and its function in the Messak Settafet (Fezzan, Libya) », Sahara, 5, p. 71-78.

Lutz, R. & G., 2008, Das Atelier im Fels. Ein Fenster zur Urgeschichte der zentralen Sahara. Mit einem Bitrag von Gabriele Lutz-Decristoforo: Tuareg – Dier Herren der Wüste, Innsbruck, Author.

Macgregor, J.K., 1909, « Somes notes on Nsibidi », The Journal of the Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, 39, p. 209-219.

Milburn, M., 1984, « Sur quelques inscriptions énigmatiques des confins Nigéro-Fezzanais », Le Saharien, 91, p. 22-25.

Moreau, J.-B. 1976, Les grands symboles méditerranéens dans la poterie algérienne, Alger, SNED.

Müller-Karpe, A., 1980, « Eine Quadriga-Darstellung in der Zentral-Sahara (Nachtrag von Otto Rössler) », Beiträge zur allgemeinen und vergleichenden Archäologie, 2, 1980, p. 359-379.

Muzzolini, A., 1992, « Le profane et le sacré dans l’art rupestre saharien », Bulletin de la Société française d’égyptologie, 124, p. 24-70.

Muzzolini, A., 2001, « Au sujet de l’origine de l’écriture libyque », Lettre de l’AARS, 19, p. 23-26.

Otte, M., 1993, Préhistoire des religions, Paris, Masson.

Ouzman, S., 1999, « "Koeka Kakie, hents op bokkor of ik schiet!" Introducing the rock art of the South African Anglo-Boer War, 1899-1902 », The Digging Stick, 16, 1999, p. 1-5.

Ouzman, S., Smith, B., 2004, « Southern Africa’s Khoekhoen herder rock art », The Digging Stick, 21(3), p. 1-4.

Oyler, D.W., 1997, « The N’Ko alphabet as a vehicle of indigenist historiography », History in Africa, 24, 1997, p. 239-256.

Pasch, H., 2008, « Competing scripts: the introduction of the Roman alphabet in Africa », International Journal of the Sociology of Language, 191, p. 65-109.

Pichler, W., 2007a, Origin and Development of the Libyco-Berber Script, Köln, Rüdiger Köppe Verlag, Berber Studies, 15.

Pichler, W., 2007b, « The origin of the Libyco-Berber script », Actes du colloque international Le libyco-berbère ou le tifinagh : de l’authenticité à l’usage pratique, Alger, Haut Commissariat à l’amazighité, p. 153-186.

Pichler, W., 2008, « A propos “Association” », Rock Art Research, 25(1), p. 117-119.

Pichler, W., Le Quellec, J.-L., 2009, « Considerations on the sign and the problem of its interpretation in Tifinagh inscriptions », Sahara, 20, p. 7-14.

Pillet, C.P., 1915, « Les marques de chameaux dans l’Extrême Sud Tunisien », Revue tunisienne, 108, p. 48-54.

Poireau, A., 2004, « David Wabeladio. Inventeur de l’écriture négro-africaine : le Mandobe », Hexagone Magazine, février-mars, p. 16-18.

Renaut, L., 2004, « Les tatouages d’Ötzi et la petite chirurgie traditionnelle », L’Anthropologie, 108, p. 69-105.

Rilly, C., 2007, La langue du royaume de Méroé : un panorama de la plus ancienne culture écrite d’Afrique subsaharienne, Paris, Honoré Champion [Bibliothèque de l’école des hautes études, fasc. 344].

Rilly, C., 2010, Le méroïtique et sa famille linguistique, Louvain, Peeters, Afrique et langage, 14, SELAF, 454.

Roumeguère-Eberhardt, J., 1982, Le signe du début du Zimbabwe. Facette d’une sociologie de la connaissance, Paris, Publisud.

Sahagún, B. de, 1969, Historia general de las Cosas de Nueva España, Mexico, Porrúa.

Sandved, K.B., 1999, The Buttery Alphabet, New York, Scholastic Inc.

Schmitt, A., 1963, Die Bamum-Scrhift. 1. Text, 2. Tabellen, 3. Urkunden, Wiesbaden, Otto Harrassowitz.

Soler Masferrer, N., Serra, C., Joan, E., & Jordi, U., 1999, Sahara Occidental. Passat i present d’un poble. Sahara Occidental. Passado y presente de un Pueblo, Gérone, université de Gérone.

Tuchscherer, K., 1995, « African sript and scripture: The history of the Kiakui (Mende) writing system for Bible translations », African Languages and Cultures, 8(2), 1995, p. 169-188.

Tuchscherer, K., Hair, P.E.H., 2002, « Cherokee and West Africa: Examining the Origins of the Vai script », History in Africa, 29, 2002, p. 427-486.

Vie-Wohrer, A.-M., 1995, « Découverte des écritures indigènes au xvie siècle dans le Mexique central », Amerindia, revue d’ethnolinguistique amérindienne, 19-20, p. 421-431.

Zouari, A., 1990, Les relations commerciales entre Sfax et le Levant aux xviiie et xixe siècles, Tunis, Institut national d’archéologie et d’art.

Haut de page

Notes

1  J. Roumeguère-Eberhardt, 1982, p. 127-128 – souligné par moi.

2  J. Galarza, A. Monod-Becquelin, 1980, p. 127.

3  J.-L. Le Quellec, 2004 ; 2008d ; J.-L. Le Quellec et al., 2009.

4  S. Ouzman, 1999.

5  S. Ouzman, B. Smith, 2004, p. 502.

6  M. Otte, 1993, p. 73.

7  P. Bouissac, 1993.

8  E. Anati, 1989.

9  N. Soler Masferrer et al., 1999, p. 114.

10  N. Soler Masferrer et al., 1999, p. 133.

11  R. & G. Lutz, 1992, p. 78.

12  R. & G. Lutz, 2008, p. 87.

13  C. Rilly, 2007, 2010.

14  R.J. Hayward et al., 1981.

15  K. Tuchscherer, P.E.H. Hair, 2002.

16  J.K. Macgregor, 1909 ; E. Dayrell, 1911 ; H.H. Johnston & L.W.G. Malcolm, 1921.

17  H. Pasch, 2008, p. 16.

18  A. Schmitt, 1963.

19  K. Tuchscherer, 1995.

20  H. Pasch, 2008, p. 17-18.

21  D.W. Oyler, 1997 ; voir aussi http://www.nkoinstitute.com/

22  A. Poireau, 2004.

23  S.W. Koelle, 1854, p. 235-236 ; H. Pasch, 2008, p. 14.

24  H. Pasch, 2008, p. 31.

25  A.L. Kroeber, 1940.

26  M. Aghali-Zakara, 2004.

27  L. Galand, 1996.

28  J. Drouin, 2001, p. 37.

29  G. Camps, 1974 ; W. Pichler 2007a et 2007b, D. Casajus, 2010.

30  S. Chaker & S. Hachi, 2000, p. 11.

31  J.-G. Février, 1959, p. 325.

32  O. Bates, 1914, p. 86.

33  M. Hachid, 2000, p. 185-186.

34  A. Müller-Karpe, 1980.

35  M. Hachid, 2000, p. 174.

36  Y. Djekrif, 2003, p. 23.

37  S. Hachi, 2003, p. 37.

38  G. Aumassip, 2003, p. 56.

39  M. Aghali-Zakara, 2004, p. 86.

40  L. Galand, 2001, p. 2.

41  G. Camps, 1960, p. 269-274.

42  J. Drouin, 1995, p. 66.

43  L. Galand, 1996.

44  S. Chaker, 2002, p. 5.

45  L. Galand, 1992, p. 123.

46  A.-M. Vie-Wohrer, 1995.

47  B. de Sahagún, 1969, t. III, p. 165.

48  P. Pillet, 1915, p. 234.

49  A. Zouari, 1990, p. 234.

50  M. Milburn, 1984, p. 25.

51  J.-L.-C. Burthe d’Annelet, 1939, p. 697.

52  S. Chaker & S. Hachi, 2000, p. 11.

53  E. Bernus, 1996.

54  I. Amara, 2003, p. 553.

55  I. Amara, 2001, p. 209.

56  I. Amara, 2001, p. 352-353.

57  I. Amara, 2001, p. 210.

58  A. Muzzolini, 1992.

59  M. Hachid, 2006 ; W. Pichler, 2008 ; J.-L. Le Quellec, 2007 et 2008a, b, c.

60  Voir ex. dans M. Hachid, 2000, p. 176-177.

61  I. Amara, 2001, p. 214.

62  A. El Khayari, 2004, p. 112, n. 53.

63  G. Camps, 1978, p. 152-153.

64  P.A. Février, 1967.

65  A. El Khayari, 2004, p. 112, n. 53.

66  G. Camps, 1996, p. 2571.

67  L. Galand, 2005, p. 1.

68  M. Gast, 1993.

69  M. Hachid, 2000, p. 165, fig. 252.

70  G. Camps, 1962, p. 378-380.

71  J. Fontanille, 1998, p. 15.

72  M. Hachid, 2000, p. 95-97.

73  L. Renaut, 2004, p. 72.

74  Ex. : M. Hachid, 2000, p. 74, fig. 102.

75  S. Chaker & S. Hachi, 2000, p. 10.

76  E. Landais, 2000, fig. 3.

77  E. Landais, 2000, fig. 1.

78  E. Landais, 2000, fig. 10.

79  Cf. M. Devulder, 1951 ; J.-B. Moreau, 1976 ; M. Grasshof, 1999.

80  S. Chaker & S. Hachi, 2000, p. 5.

81  A. Muzzolini, 2001, p. 24.

82  G. Camps, 1996, p. 2572.

83  S. Chaker & S. Hachi, 2000, p. 5.

84  M. Devulder, 1951, fig. 40.

85  S. Chaker & S. Hachi, 2000, p. 5, n. 1.

86  M. Grasshof, 1999.

87  I. Amara, 2001, p. 209.

88  G. Camps, 1996, p. 2568.

89  J. Leclant et al., 1980 ; J.-L. Le Quellec, 1993.

90  J.-J. Glassner, 2002, p. 19.

91  K.B. Sandved, 1999.

92  Exemples d’une telle recherche : W. Pichler, 2007a et 2007b ; W. Pichler & J.-L. Le Quellec, 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Exemple de stèle portant une inscription libyque, découverte au xixe siècle dans la région de la Cheffia (Algérie)
Crédits D’après J.-B. Chabot, 1940, p. 49.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/716/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 2 : Exemple d’inscription saharienne en caractères tifinagh, Tadrart Akukas (Libye)
Crédits Photo Jean Loïc Le Quellec
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/716/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 3 : Les signes de l’alphabet libyque et leur transcription
Crédits D’après J.-B. Chabot, 1940, p. v.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/716/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 4 : Tableau des marques targuies de l’Ahaggar
Crédits Selon C. de Foucauld, 1951, vol. 2, p. 629.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/716/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 5 : Géométrisation progressive de quatre types de signes iconiques utilisés pour le décor des poteries berbères
Crédits D’après G. Camps, 1962, fig. 146.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/716/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 6 : Décomposition d’une gravure rupestre en signes alphabétiques
Crédits D’après I. Amara , 2001, fig. 56.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/716/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Figure 7 : Figures de cavaliers pectiniformes interprétées par Iddir Amara comme des compositions effectuées à partir de lettres libyques
Crédits D’après I. Amara, 2001, fig. 56.
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/716/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Loïc Le Quellec, « Arts rupestres, écritures et protoécritures en Afrique : l’exemple du libyque », Afriques [En ligne], Débats et lectures, mis en ligne le 02 février 2011, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/afriques/716

Haut de page

Auteur

Jean-Loïc Le Quellec

Directeur de recherche au CNRS, Centre d’études des mondes africains (CEMAf); Honorary Fellow, School of Geography, Archaeology and Environmental Studies, University of the Witwatersrand, Johannesburg 2050

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals