Navigation – Plan du site

L’île de Bilāq dans le Kitāb Nuzhat al-Muštāq d’al-Idrīsī (XIIe siècle). Généalogie d’une confusion

The island of Bilāq in al-Idrīsī’s Kitāb Nuzhat al-Muštāq (12th cent.). Genealogy of a confusion
Robin Seignobos

Résumés

La description de l’île de Bilāq chez le géographe al-Idrīsī, au xiie siècle, tranche nettement avec les récits de ses prédécesseurs et ne correspond que très partiellement à l’îlot de Philae auquel Bilāq est d’ordinaire identifiée. Alors qu’elle est normalement située légèrement en amont de la première cataracte, Bilāq devient chez Idrīsī une immense île localisée bien en amont de la Vallée, en plein pays nubien, au confluent du Nil et d’un fleuve provenant d’Éthiopie. Les commentateurs modernes s’accordent à reconnaître qu’il y a là un amalgame probable avec la région de l’interfluve Nil-Atbara, sans parvenir pour autant à en comprendre les raisons. Cet article s’efforce précisément d’examiner les sources et les méthodes mises en œuvre par le géographe de Sicile afin d’éclairer la généalogie de cette confusion. Celle-ci repose en dernier lieu sur la difficulté à adapter des informations hétérogènes, dont une partie au moins est issue d’entretiens oraux avec des voyageurs, au cadre ptoléméen dans lequel Idrīsī entend les fondre. L’île de Bilaq se superpose alors au souvenir rémanent de l’île de Méroé, figure majeure de la géographie ptoléméenne du Haut Nil.

Haut de page

Notes de l’auteur

Le présent travail a grandement bénéficié des relectures de Marie-Laure Derat (CFEE, Addis Abeba), Jean-Charles Ducène (Université libre de Bruxelles) et Alexandros Tsakos (Université Humboldt, Berlin). Qu’ils en soient ici remerciés.

Texte intégral

  • 1  Sur ces noms de vêtements, voir R. Dozy, 1845, p. 38-46.
  • 2 Texte arabe dans E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970, p. 38-39. Notre propre traduction s’est app (...)

Bilāq est une ville des Nubiens qui se trouve entre deux bras du Nil. Sa population a des habitations fixes et possède de bonnes ressources. Le blé y est importé mais l’orge et le ḏurra [sorgho] s’y trouvent en abondance. Les marchands des Nubiens et des Éthiopiens [al-Ḥabaša] se rassemblent dans la ville de Bilāq et les marchands du pays d’Égypte s’y rendent lorsqu’ils sont en période de paix ou de trêve avec eux. Les vêtements des habitants se compose d’izār et de mizār1. Leur pays est arrosé par le Nil et par le fleuve qui vient du pays des Éthiopiens. C’est un fleuve très grand qui se jette dans le Nil et qui se déverse dans le voisinage de la ville de Bilāq, dans le bras du Nil qui l’entoure. Le long de ce fleuve se trouvent des champs cultivés par les Éthiopiens et un grand nombre de villes que nous mentionnerons ci-après avec l’aide de Dieu (qu’Il soit exalté). Il ne tombe à Bilāq ni pluie fine, ni pluie d’orage. Il en est de même dans le reste du pays des Noirs : chez les Nubiens [al-Nūba], les Éthiopiens [al-Ḥabaša], les Kanem [al-Kānimīyyīn], les Zaghawa [al-Zaġāwīyyīn] et chez d’autres peuples, où il ne pleut pas et qui n’ont reçu de Dieu d’autre bienfait et d’autre source d’eau que la crue du Nil qui leur permet de cultiver leurs terres. Leur nourriture se compose de ḏurra, de laitages, de poissons et de légumes, toutes choses qui se trouvent en abondance à Bilāq2.

  • 3  Sur la biographie d’Idrīsi, où les zones d’ombre sont encore nombreuses, voir G. Oman, EI2, t. III (...)
  • 4  Tous trois sont nommément cités dans le prologue de l’œuvre parmi les douze ouvrages qu’Idrīsī dit (...)
  • 5  M.J. De Goeje, 1892, p. 334 ; J.H. Kramers, 1938, vol. I, p. 51 ; C. Barbier de Meynard, A. Pavet (...)
  • 6  U. Monneret de Villard, 1938, p. 155, 199.
  • 7  R. Seignobos, 2010, § 37, http://afriques.revues.org/800.

Cette description de l’île de Bilāq (Philae) provenant du Kitāb Nuzhat al-Muštāq d’al-Idrīsī (rédigé à partir de 1154) est sans conteste la plus détaillée dont on dispose mais également la plus déroutante3. Mis à part son nom, rien ou presque ne fait écho à ce que l’on sait par ailleurs de la localisation, de la géographie ou même des activités de l’île de Philae. Cet étonnant tableau tranche d’ailleurs nettement avec les récits des géographes précédents, comme al-Yaʿqūbī, al-Masʿūdī ou Ibn Ḥawqal, dont les travaux ne sont pourtant pas inconnus d’Idrīsī4. Tandis que ces auteurs la situent à la frontière de l’Égypte, au débouché de la première cataracte, et la dépeignent comme un îlot de taille modeste peuplé en majeure partie de musulmans5, Bilāq apparaît, chez al-Idrīsī, comme une île vaste, installée en plein cœur de la Nubie et où se réuniraient les commerçants nubiens, éthiopiens et égyptiens. Ces incohérences ont laissé perplexes la plupart des commentateurs de ce passage et ont même conduit certains à envisager l’hypothèse d’une seconde île portant le nom de Bilāq qui serait localisée dans le Sud de la Nubie, dans le royaume de ʿAlwa6. Si sa description comme une place de commerce « internationale » renvoie peut-être à la véritable Bilāq, point de rupture de charge où se croisent les marchands nubiens et égyptiens7, il est vrai que d’autres éléments du récit, et notamment sa situation à la jonction du Nil et du « fleuve qui vient du pays des Éthiopiens », évoquent davantage la région du confluent du Nil et de l’Atbara. Mais plutôt que dans l’existence d’une hypothétique ville homonyme, l’explication de cette confusion doit être recherchée, me semble-t-il, dans le projet même dont l’ouvrage d’al-Idrīsī est le résultat.

Carte de la section 4 du premier climat du K. Nuzhat al-Muštāq

Figure 1 : Carte de la section 4 du premier climat du K. Nuzhat al-Muštāq

Figure 1 : Carte de la section 4 du premier climat du K. Nuzhat al-Muštāq

Ms Bnf arabe 2221 (v. 1300), fol. 16v-17 (D’après une reproduction numérique de l’original)

Le projet d’al-Idrīsī : genèse et méthodes

  • 8  E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970, p. 5-7. Outre ce prologue, il existe d’autres sources qui r (...)
  • 9 Ibid.
  • 10  Selon H. Bresc et A. Nef, Idrīsī aurait été associé à l’entreprise dès son commencement en 1139. H (...)
  • 11  H. Bresc et A. Nef ont fait remarquer que le texte contenait plusieurs allusions à des situations (...)
  • 12  A. Miquel, EI2, t. IV., s.v. « Iqlīm », p. 1103-1105.

Le géographe a exposé en détail, en préambule de son œuvre, les différentes étapes de cette entreprise intellectuelle de longue haleine8. Le texte d’Idrīsī, tel qu’il nous est parvenu dans les manuscrits, ne correspond en fait qu’à la phase finale d’un projet plus vaste dont la vocation première était de produire une carte du monde qui soit la plus à jour possible. Bien qu’il s’agisse à l’évidence d’une œuvre collective dans laquelle Idrīsī a lui-même joué un rôle de premier plan9, il en attribue la paternité à son protecteur, Roger II, souverain normand de Sicile qui est présenté comme le maître d’œuvre de l’ouvrage depuis le rassemblement des informations jusqu’à la réalisation de la forme finale de la mappemonde10. L’ensemble du processus s’est étalé, selon Idrīsī, sur environ quinze ans. Le roi aurait d’abord entrepris un long travail de compilation mené à partir des ouvrages classiques de la géographie arabe, complété par la collecte d’informations orales auprès de voyageurs de passage à la cour normande ou spécialement dépêchés dans ce but. Après avoir critiqué et recoupé tous ces témoignages, il traça – ou fit tracer – sur une table à dessin (lawḥ al-tarsīm), une grande carte sur laquelle furent reportées toutes les données rassemblées, en s’assurant de l’exactitude des latitudes et des longitudes à l’aide d’un compas en fer (maqāyis min ḥadīd). Il fit ensuite fondre un grand disque (dā’ira) en argent sur lequel l’image ainsi obtenue fut gravée. Enfin, il ordonna la réalisation d’un commentaire destiné à accompagner la mappemonde, commentaire dont la rédaction est commencée, d’après le prologue, en 115411. C’est ce texte qui nous est parvenu sous le nom de K. Nuzhat al-Muštāq. C’est à l’occasion de sa rédaction que, pour des raisons plus pratiques et didactiques que proprement scientifiques, al-Idrīsī a « découpé » chacun des sept climats (iqlīm) de la géographie classique12 en dix sections (ǧuz’) égales. À chacune de ces sections correspond normalement une carte accompagnée de son commentaire.

Muḥammad ibn Muḥammad al-Idrīsī. Nuzhat al-muštāq fī iḫtirāq al-āfāq

  • 13  G.R. Tibbetts, 1992b, p. 108-136.
  • 14 Il y a déjà fort longtemps, H. von Mžik avait attiré l’attention sur la prégnance des conceptions p (...)

L’œuvre idrīsienne entreprend une véritable refonte de l’héritage géographique arabe, marquée par une certaine prise de distance avec les méthodes des géographes de l’école « persane » d’al-Balḫī13 et par une volonté de retour aux sources de la tradition gréco-hellénistique incarnée par l’Alexandrin Claude Ptolémée (iie siècle). Cette rupture se manifeste notamment par la volonté d’embrasser l’œkoumène dans son ensemble et non plus seulement les pays d’islam, et par l’adoption subséquente de la division du monde en climats plutôt qu’en provinces. Toutefois, si la Géographie de Ptolémée fournit à Idrīsī son cadre général ainsi qu’un nombre non négligeable de données orographiques, hydrographiques et toponymiques14, elle n’en est pas moins réactualisée à la lumière des informations nouvelles accumulées au cours des ixe-xie siècles par les géographes-enquêteurs arabes et, du temps même d’Idrīsī, par les investigations lancées à l’initative de Roger. La confrontation de ces deux registres d’informations, parfois contradictoires, ne manque pas de produire d’étranges résultats, comme l’ont bien fait remarquer H. Bresc et A. Nef :

  • 15  H. Bresc, A. Nef, 1999, p. 28.

L’union de ce savoir livresque avec l’information orale ne se fait cependant pas sans difficultés : le respect des deux sources conduit Idrîsî, comme Khwarizmî avant lui, à proposer des identifications entre les descriptions modernes et les noms anciens : il réinterprète les listes de toponymes de Ptolémée et les fait coller à des réalités qu’ignorait le géographe d’Alexandrie15.

  • 16  On peut citer, entre autres, Ératosthène (iiie s. av. J.-C.), in Strabon, 17.1.2 ; Strabon (début (...)

Il semble en l’occurrence que la conception idrīsienne de Bilāq résulte d’une telle tentative, Idrīsī ayant cru reconnaître dans l’île de Bilāq l’« île de Méroé » de Ptolémée. Mentionnée par les auteurs gréco-romains depuis le iiie siècle av. J.-C. au moins, elle est généralement décrite comme une immense île située à la confluence du Nil et de deux de ses tributaires, l’Astaboras et l’Astapous16. Il est depuis longtemps admis que cette description correspond à l’actuelle Butana, vaste plaine steppique délimitée par le Nil et par ses deux affluents, l’Atbara – l’Astaboras des Anciens – et le Nil Bleu, communément identifié à l’Astapous (fig. 2). Mais comment alors expliquer une telle substitution ? Comment Idrīsī a-t-il pu confondre cette « île » avec l’île de Philae, si lointaine et si différente ?

Figure 2 : Carte de localisation

Figure 2 : Carte de localisation

D’après D. Welsby, J.R. Anderson, 2004, p. 281

L’île de Méroé et ses avatars dans la géographie arabe

Dans le texte de la cinquième section du premier climat, Idrīsī admet lui-même tenir sa description du fleuve éthiopien qui se jette dans le Nil aux environs de Bilāq de l’ouvrage de Ptolémée :

  • 17  E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970 ; p. 42-43 ; H. Bresc, A. Nef, 1999, p. 92-93.

Ce fleuve prend sa source au-delà de l’équateur à l’extrémité méridionale des terres habitées puis s’écoule vers le nord-ouest jusqu’à ce qu’il parvienne dans le territoire des Nubiens où il se jette dans le bras du Nil qui entoure la ville de Bilāq, comme nous l’avons décrit. […] La vérité de notre assertion – à savoir qu’il ne s’agit pas du Nil – est confirmée par ce que disent les ouvrages qui traitent de cette matière et dans lesquels ont été décrits ce fleuve, sa source, son cours et son embouchure dans le bras du Nil près de Bilāq. Ptolémée le Claudien rapporte cela dans son livre appelé Géographie de même que Ḥaṣan b. al-Munḏir dans le Livre des merveilles lorsqu’il traite des cours d’eau, de leurs sources et de leurs embouchures17.

  • 18 A.T. Karamustafa, 1992, p. 10, G.R. Tibbetts, 1992b, p. 98-99.
  • 19  A. Maqbul, 1992, p. 168-169.
  • 20  E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970, p. 42-43 ; H. Bresc, A. Nef, 1999, p. 92-93.
  • 21  Pour A. Maqbul, il s’agirait en effet du magnus opus perdu d’al-Masʿūdī, connu sous le nom de Aḫbā (...)
  • 22  C.A. Nallino, 1894, p. 52. Le recours, à titre de comparaison, à l’œuvre de Ḫwarīzmī se justifie d (...)

La Géographie a en effet été traduite en arabe, au moins à deux reprises, au cours du ixe siècle18 mais aucune de ces premières traductions ne nous est parvenue19. Al-Idrīsī cite également à cette occasion une autre source, le Livre des merveilles (K. al-ʿaǧā’ib) dont la paternité est attribuée dans son prologue à al-Masʿūdī (m. 956/957) mais qui est ici présentée comme l’œuvre d’un certain Ḥaṣan b. al-Munḏir20. L’identification de cette œuvre est encore loin d’être assurée et a fait l’objet de plusieurs hypothèses21. Les ouvrages proposés n’ayant pas été conservés, il est cependant difficile de s’assurer de leur validité. Si les sources auxquelles Idrīsī se réfère expressément demeurent donc inaccessibles, on peut néanmoins se tourner vers un autre ouvrage, le Kitāb Ṣūrat al-arḍ (Livre de l’image de la terre) d’al-Ḫwarīzmī (m. v. 847) qui se présente comme une adaptation de la Géographie de Ptolémée. Comme l’a bien montré C.A. Nallino, plusieurs éléments du récit d’Idrīsī suggèrent en effet que c’est à ce type d’adaptation arabe de la Géographie qu’Idrīsī a recours lorsqu’il cite l’œuvre de Ptolémée22.

On trouve ainsi dans le K. Ṣūrat al-arḍ la description d’un fleuve qui n’est pas sans rappeler le tributaire oriental du Nil décrit par Idrīsī :

  • 23  H. von Mžik, 1916, p. 45-46. Je me suis volontairement détaché de la traduction allemande de H. vo (...)

Description de la source (ʿayn) qui se situe sur la ligne équatoriale et qui se jette dans le Nil d’Égypte : cette source forme un cercle dont le centre est situé sur l’équateur et se jette dans le Nil près de la ville des Nubiens (madīnat al-Nūba). […] Au niveau de la longitude 61°30’ un fleuve part [de cette source] et se jette dans le Nil à 53°0’-16°20’, touchant la ligne du premier climat. Il y a [aussi] un canal (ḫalīǧ) qui relie le fleuve issu de cette source au Nil, en amont [fawqa] de la ville des Nubiens23.

  • 24  Cette absence de noms provient peut-être du fait qu’al-Ḫwarizmī a eu recours pour sa description à (...)
  • 25 Ptolémée, Géographie, 4, 7, 24. A. Stückelberger, G. Grasshoff, 2006, vol. 1, p. 462-463 ; C.A. Nal (...)
  • 26  Sur ce point ainsi que sur l’ensemble de la question des affluents du Nil dans la géographie antiq (...)
  • 27 Ptolémée, Géographie, 4, 7, 22. A. Stückelberger, G. Grasshoff, 2006, vol. 1, p. 462-463. J. Desang (...)

Si les dénominations ptoléméennes ont été ici omises24 on reconnaît plusieurs éléments du système nilotique tel que le concevait Ptolémée (fig. 3). Le fleuve anonyme décrit dans ce passage correspond à l’Astapous qui prend sa source dans un lac Koloë que Ptolémée situait lui aussi au niveau de l’équateur25. Bien qu’on l’identifie d’ordinaire au Nil Bleu, l’Astapous semble se confondre, chez le géographe grec, avec le cours de l’Astaboras26. D’ailleurs, al-Ḫwarīzmī ne les distingue pas et ne reconnaît pour sa part qu’un seul affluent oriental du Nil. Il évoque en revanche un canal ou bras (ḫalīǧ) qui relierait les deux fleuves au sud de la ville des Nubiens. Il s’agit en fait du cours inférieur de l’Astapous qui, selon les tables de Ptolémée, conflue avec l’Astaboras puis avec le Nil, formant ainsi la limite méridionale de l’île de Méroé27.

Figure 3 : Le cours du Nil selon Ptolémée (iie siècle)

Figure 3 : Le cours du Nil selon Ptolémée (iie siècle)

D’après J. Desanges, 1999, p. 288

  • 28  Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, Ms 4247, fol. 30b-31a. Reproduction dans Y. K (...)
  • 29  On peut notamment se référer au Livre des curiosités qui évoque le premier climat sous le nom de D (...)

Ces différents éléments mentionnés dans le récit d’al-Ḫwarīzmī se retrouvent sous une forme figurée dans la carte du cours du Nil que contient le manuscrit unique de son œuvre (daté de 1037) (fig. 4)28. Les deux fleuves, qui se rejoignent, comme indiqué dans le texte, au niveau de la limite du premier climat, sont également reliés plus au sud par un cours d’eau – le fameux bras (ḫalīǧ) –, formant ainsi une immense île qui n’est évidemment pas sans rappeler l’île de Méroé ptoléméenne. Mais dans cette carte, la ville sise sur l’île n’est plus Méroé, ni même l’anonyme « ville des Nubiens », mais Dunqula (Dongola), capitale du principal royaume nubien à l’époque médiévale. Cette identification est tout à fait cohérente avec le récit d’al-Ḫwarīzmī qui précise bien que la jonction des deux fleuves s’opère non loin de la « ville des Nubiens » – madīnat al-Nūba. Or, c’est justement cette appellation – que l’on traduirait volontiers ici par « capitale des Nubiens » – qui est utilisée pour qualifier Dunqula dans les tables d’al-Ḫwarīzmī. Celles-ci donnent pour cette ville les coordonnées 53°0’-(14°)30’, ce qui la situe à l’ouest de cette immense « île », emplacement où elle apparaît d’ailleurs sur la carte. Bien que le nom de Méroé ne soit pas complètement inconnu des géographes arabes29, on lui a donc préféré, dès le ixe siècle, une dénomination plus conforme à la toponymie moderne.

Figure 4 : Carte du Nil conservée dans le ms d’al-Ḫwarīzmī (1037)

Figure 4 : Carte du Nil conservée dans le ms d’al-Ḫwarīzmī (1037)

Strasbourg, BNUS, Ms 4247, fol. 30b-31a (d’après une reproduction numérique de l’original)

  • 30 G.R. Tibbetts, 1992c, p. 137-139.
  • 31  Ms Aya Sofia 2934 (v. 1200), reprod. dans Y. Kamal, vol. III, fasc. 3, fol. 809, Paris Bn arabe 22 (...)

On retrouve une configuration similaire dans la carte du Nil figurant dans les manuscrits de l’épitomé d’Ibn Ḥawqal, réalisée entre 1143 et 116530 (fig. 5). Celle-ci se situe clairement dans la continuité de la tradition ḫwarīzmienne et montre une correspondance étroite avec la description de l’affluent oriental du Nil telle qu’elle apparaît dans le texte du savant bagdadien. Cela se sent notamment dans la désignation du bras reliant le Nil au fleuve anonyme, explicitement qualifié de ḫalīǧ, ainsi que dans la dénomination de l’île qui porte ici la mention madīnat al-Nūba et non Dunqula31.

Figure 5 : Carte du Nil figurant dans un ms de l’abrégé d’Ibn Ḥawqal (1445)

Figure 5 : Carte du Nil figurant dans un ms de l’abrégé d’Ibn Ḥawqal (1445)

Ms Bnf arabe 2214, fol. 13v. (D’après J.H. Kramers, G. Wiet, 2001, p. 141-142, et Y. Kamal, vol. III, fasc. 3, fol. 817r)

Ces cartes ne constituent cependant que les témoins, partiels et indirects, d’une tradition cartographique qui fut sans doute bien plus foisonnante. On ne peut que déplorer qu’aucune des mappemondes appartenant à cette école « gréco-arabe », et que l’on sait pourtant avoir été produites, n’ait été conservée. Seule l’exceptionnelle mappemonde rectangulaire du Livre des curiosités (composé entre 1020 et 1050), dont le manuscrit, datant de 1200 environ, a récemment été découvert, semble encore témoigner de cette tradition32. Bien que le système nilotique soit ici dépeint de manière quelque peu atypique, on y retrouve encore l’île nubienne installée au confluent du Nil et d’un fleuve venant de l’est. La dénomination de l’île est quant à elle plus inhabituelle puisque, d’après la transcription proposée dans l’édition électronique, elle porterait le nom de ǧazīra Suwayda (île de Suwayda), mais ce toponyme, difficilement lisible, est peut-être une corruption de al-Nūba ou al-Sūdān33.

De l’« île de Méroé » à Bilāq : l’intervention d’Idrīsī

  • 34  Ibn Ḥawqal est certes mentionné dans le texte de la section I, 4, mais il est cité sans aucun rapp (...)
  • 35  Il est à noter que cette île n’est représentée dans aucune des six mappemondes circulaires associé (...)

Si l’influence directe de ces témoins cartographiques sur la conception idrīsienne de ces régions ne peut être assurée34, le texte du Nuzhat al-Muštāq comme la carte de la section correspondante (fig. 1) témoignent de la continuité chez Idrīsī de cette représentation insulaire du confluent entre le Nil et son tributaire oriental35. L’artifice du bras reliant les deux fleuves, qui donnait à l’île une forme grossièrement triangulaire, a cependant été abandonné, l’île adoptant dans les cartes d’Idrīsī une silhouette plutôt elliptique.

  • 36  E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970, p. 42-43 ; H. Bresc, A. Nef, 1999, p. 92-93.
  • 37  Bilāq : 55°25’-21°40’ ; Suwān (Assouan) 56°0’-22°30’. H. von Mžik, 1916, p. 7.
  • 38  R. Seignobos, 2010, § 35-40, http://afriques.revues.org/800.

Toutefois, ce n’est pas là la rupture la plus importante qu’a opérée Idrīsī par rapport à ses devanciers. Son innovation majeure réside plutôt dans l’identification de l’île en question à Bilāq plutôt qu’à Méroé ou Dongola. Bien qu’il prétende tenir également ses informations sur la jonction des deux fleuves au niveau de Bilāq de Ptolémée ainsi que du mystérieux Livre des merveilles36, l’examen de l’adaptation de la Géographie réalisée par al-Ḫwarīzmī invite à ne pas souscrire trop rapidement à cette affirmation. Si le nom de Bilāq, absent de l’œuvre originale de Ptolémée, est effectivement mentionné dans les tables dressées par Ḫwarīzmī, ses coordonnées permettent de la localiser comme il se doit dans les abords d’Assouan, bien au nord donc de Dunqula et Méroé37. Les géographes des siècles suivants – dont certains ont même visité la région – la situent également à peu de distance en amont de la première cataracte38. Il semble, par conséquent, que l’identification de cette île du confluent à Bilāq relève plutôt d’une innovation idrīsienne.

  • 39  R. Seignobos, 2010, § 24-34, http://afriques.revues.org/800.
  • 40  E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970, p. 39.
  • 41  Au jugement de H. Bresc et A. Nef, il est d’ailleurs peu probable que les cartes d’Idrīsī aient se (...)

La dizaine de kilomètres séparant Assouan de Bilāq, normalement couverts en une journée ou moins39, se transforment ainsi, chez Idrīsī, en un périple long de plus de deux semaines. Selon ses indications, il faudrait en effet quatre à six jours pour rejoindre depuis Bilāq la « montagne des cataractes » (ǧabal al-ǧanādil), c’est-à-dire la première cataracte, et, de là, douze jours à dos de dromadaire pour rejoindre Assouan40. L’origine de ses renseignements n’est pas précisée, mais la diversité des mesures employées et leur caractère empirique (journées de marche, trajet par le fleuve ou à dos de dromadaire…) invitent à y reconnaître des informations tirées de routiers ou obtenues oralement auprès de voyageurs ou de commerçants, plutôt que des estimations qui auraient été déduites de l’observation de la carte41. Ce seraient donc les enquêtes du géographe qui l’auraient conduit à renoncer à la localisation proposée par ses prédécesseurs et qui l’auraient incité à déplacer Bilāq au sud puis à l’identifier à l’île de la tradition ptoléméenne.

  • 42  Nous ne pouvons traiter dans le cadre de cet article la délicate question des liens qui unissent l (...)
  • 43  Nous n’avons pu consulter les mss Sofia, Bibliothèque nationale Cyrille et Méthode, Or. 3198, et L (...)
  • 44  Bnf Arabe 2221, fol. 16v-17 ; Istanbul Ayasofia 3502 (reproduit dans Y. Kamal, t. III, fasc. 4, fo (...)
  • 45  Oxford, Bodleian Library, Pococke 375, p. 28-29 (reproduction du microfilm) ; Ms Greaves 42, fol.  (...)

Si l’on se tourne maintenant vers les cartes qui accompagnent normalement le récit d’Idrīsī, on ne peut que constater l’étroite adéquation entre le texte et les cartes de la section correspondante (fig. 1)42. Ainsi, la dilatation des distances entre Bilāq et Assouan apparaît clairement sur la plupart d’entre elles43, notamment dans celle du manuscrit BnF ar. 2221, le plus ancien conservé (v. 1300), ainsi que dans le manuscrit Istanbul Ayasofia 3502 (xive siècle) qui présente ici une ressemblance évidente44. Elle l’est beaucoup moins cependant dans les deux manuscrits d’Oxford ainsi que dans le ms Istanbul Köprülü 95545. Dans le ms Oxford Greaves 42, Bilāq est même représentée accolée à la « montagne des cataractes » (ǧabal al-ǧanādil), mais cette « correction » n’est peut-être due qu’au caractère relativement tardif de ce manuscrit (fin du xvie siècle). Les nécessaires transformations et déformations introduites au cours du processus de transmission auront pu progressivement prendre la forme d’une rectification sans que celle-ci soit volontaire.

L’étrange expédition du « seigneur de Bilāq » chez les Taǧūwīn

  • 46  E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970, p. 30.
  • 47 R.S. O'Fahey, 2008, p. 24.
  • 48 Ibid., p. 24-25.
  • 49 A.J. Arkell, 1951, p. 62-65.Il est à noter que si le ductus du toponyme en question autorise la lec (...)
  • 50 R.S. O'Fahey, 2008, p. 24-25.

Fait plus étonnant, les témoignages oraux collectés par Idrīsī semblent, à première vue, corroborer l’intégration de Bilāq au cœur du bilād al-Nūba. À la fin de la troisième section du premier climat, qui traite des régions du Soudan central, le géographe raconte que des voyageurs qui ont fréquenté le Kawar (dans le Nord de l’actuel Niger) lui ont rapporté que le seigneur de Bilāq (ṣāḥib Bilāq), commandant d’une armée (amīr) au nom du roi nubien, aurait mis à sac et détruit la ville de Samina dans le pays des Taǧūwīn, présentés comme un peuple païen (maǧūs) voisin des Nubiens46. A.J. Arkell, à la suite d’autres savants, reconnaît dans les Tāǧūwīn d’Idrīsī les ancêtres des populations Daju (ou Dajo), actuellement dispersées entre l’Est du Tchad, le Bahr al-Ghazal occidental, le Darfour et le Kordofan47, et que les traditions locales du Darfour associent à la première dynastie régnante de la région48. Quant à la ville qui a subi l’assaut nubien, Arkell propose de rectifier la lecture Samina en Simia(t) et rapproche ce toponyme des Simiat Hills, situées à une trentaine de kilomètres à l’est d’el-Fasher49. Si l’on peut souscrire – non sans quelques réserves – à ces deux identifications50, que penser alors de l’expédition nubienne proprement dite ?

  • 51  Cette hypothèse reposait notamment sur la découverte, sur le site de Ain Farah, de deux tessons ma (...)
  • 52  Voir notamment le travail de I. Musa Mohammed, 1986, p. 238-239.
  • 53  C. Rilly, 2010, p. 191-201.

Même si les éléments de contexte manquent cruellement ici, il n’est pas improbable qu’un raid nubien soit parvenu jusqu’au Darfour. Il est vrai que l’hypothèse de relations suivies entre la moyenne vallée du Nil et les régions occidentales à l’époque médiévale, défendue par le même Arkell dans les années 1950 et 196051, a suscité réserves et critiques de la part de la génération de chercheurs qui l’a suivi52. Mais la question a récemment fait l’objet de nouvelles investigations par Claude Rilly à la lumière de comparaisons linguistiques. Ces éléments inédits, conjugués à un faisceau concordant d’indices archéologiques et historiques, révèlent effectivement des contacts étroits et prolongés entre les populations de l’Ouest du Soudan et des locuteurs nubiens au Moyen Âge53. Il n’est cependant pas nécessaire de rentrer dans le débat sur les influences nubiennes à l’ouest du Nil pour donner crédit à cette expédition. Il s’agit peut-être, plus simplement, d’une razzia destinée à la capture d’esclaves. Il y a en effet tout lieu de penser que c’est au Darfour et au Kordofan, où se trouvaient d’importants réservoirs de populations que le royaume de Makuria prélevait les captifs qui ont fait sa renommée dans le monde musulman.

L’implication du « seigneur de Bilāq » dans ce conflit me semble quant à elle plus sujette à caution. Les auteurs des ixe-xiie siècles s’accordent en effet à dire que Bilāq, en dépit de sa situation marginale en amont de la première cataracte, appartient encore au domaine de l’islam et constitue même l’ultime place forte du territoire égyptien54. Il est par conséquent peu probable que l’îlot ait été gouverné dans la première moitié du xiie siècle par un représentant du roi de Makuria, comme le suggère Idrīsī. On peut se demander si cette anomalie n’est pas, là encore, le fruit d’une interpolation de la part du géographe. L’association de Bilāq à cet événement ne peut en effet se comprendre que dans le cadre de la géographie idrīsienne, selon laquelle le nom de Bilāq ne se réfère pas vraiment à l’île de Philae mais plutôt à l’« île de Méroé » des géographes grecs et de leurs continuateurs arabes. Après avoir ouï dire de la destruction de Samina/Simiat par une expédition nubienne, Idrīsī aurait complété ses informations en les rapportant à sa propre conception de la géographie nilotique et de ses abords. Bilāq étant déjà considérée comme l’une des villes nubiennes les plus importantes et surtout comme la plus proche du pays des Taǧūwīn (Fig. 4.), elle lui serait alors apparue comme la mieux disposée à mener une telle opération.

Conclusion

  • 55  U. Monneret de Villard, 1938, p. 155, 199. Dans la traduction récente de H. Bresc et A. Nef, Bilāq (...)

La localisation de la Bilāq d’Idrīsī dans la région de la confluence du Nil et de l’Atbara, proposée dans les années 1930 par U. Monneret de Villard, n’était donc pas dénuée de fondement55. Mais en s’efforçant de faire correspondre directement le récit d’Idrīsī aux réalités physiques de la moyenne vallée du Nil, la critique moderne a négligé la part décisive jouée par la réminiscence de modèles ptoléméens dans la confusion commise par le géographe de Sicile.

  • 56  En évoquant ʿAlwa comme une ville et non comme un royaume, Idrīsī renoue avec les géographes ancie (...)
  • 57  E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970, p. 38 ; H. Bresc, A. Nef, 1999, p. 89.
  • 58  E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970, p. 30 ; H. Bresc, A. Nef, 1999, p. 82.

Pour autant, si ce phénomène de superposition de données « modernes » à des modèles cartographiques anciens nous a permis d’éclairer la conception singulière de l’île de Bilāq chez Idrīsī, il ne peut suffire à expliquer tous les aspects de la description qu’en donne le géographe. On peut notamment s’interroger sur la provenance de ses informations concernant les ressources, l’habillement et les activités des habitants de Bilāq. Lui ont-elles été rapportées par des voyageurs, les tient-il de documents écrits ? S’agit-il de renseignements relatifs à l’île de Philae ou bien à la région de l’interfleuve Nil-Atbara ? Force est donc de constater que ce court passage recèle encore nombre d’obscurités. Ce constat est d’ailleurs valable pour l’ensemble du récit d’Idrīsī ayant trait aux régions du haut Nil qui reste déroutant, à bien des égards, pour l’exégète moderne. Certaines singularités semblent résister définitivement à l’analyse, telle la localisation incongrue de la « ville » de ʿAlwa56 au nord de Dongola57, alors même que les géographes des siècles précédents reconnaissaient, à juste titre, le royaume de ‘Alwa comme le plus méridional des royaumes nubiens. De même, l’identification de plusieurs toponymes, mentionnés par Idrīsī mais absents des travaux de ses devanciers arabes et ignorés de Ptolémée, demeure encore malaisée. C’est notamment le cas de la ville de Nuwābiya (ou Nuwāba), qu’Idrīsī situe à quatre jours à l’ouest du Nil et d’où les Nubiens sont censés tenir leur nom58.

  • 59  A.S. Maqbul, 1992, p. 170-172.
  • 60  Voir notamment C. Drecoll, 2000. Bien qu’utile cette synthèse doit être employée avec précaution.
  • 61 De Geographia universalii Hortulus cultissimus, Rome, Typ. Medicea, 1592.
  • 62 Geographia Nubiensis id est accuratissima totius orbis […] earundem Regio Interprete, Maronitis, Pa (...)
  • 63  Dans la quatrième section du premier climat, l’abréviateur anonyme affirme que le Nil coupe « notr (...)
  • 64  Voir par exemple la traduction française de la Description de l’Afrique du compilateur hollandais (...)

Malgré ses difficultés d’interprétation, la description de la Nubie par al-Idrīsī a continué d’exercer une influence durable, non seulement chez les auteurs arabes59 mais aussi, quoique beaucoup plus tardivement, chez les savants européens60. Une édition arabe d’un abrégé du Nuzhat paraît en effet dès 159261, suivie en 1619 de sa traduction latine réalisée par deux maronites62. L’ironie voudra d’ailleurs que, en raison d’une erreur de lecture dans le manuscrit ayant servi à l’édition63, l’œuvre soit attribuée à un Nubien anonyme, d’où le titre de Geographia Nubiensis que lui ont donné ses premiers traducteurs. Ainsi, les géographes et cartographes du xviie siècle croiront-ils – à tort – y trouver une mine de renseignements fiables et de première main sur une région alors fort mal connue64.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Barbier de Meynard, C., Pavet de Courteille, A., 1861-1877, Les prairies d’or, 9 t., Paris, Société asiatique.

Bresc, H., Nef, A. (éds), 1999, Idrîsî. La première géographie de l’Occident, Paris, Garnier-Flammarion.

Cerulli, E., Gabrieli, F., Levi Della Vida, G., Petech, L., Tucci, G., 1970, Opus geographicum, sive « Liber ad eorum delectationem qui terras peragrare studeant », Fasciculus Primus, Naples-Rome.

De Goeje, M.J., 1892, Kitâb al Aʿlâk an-nafîsa, auctore Abû Alî Ahmed ibn Omar ibn Rosteh et Kitâb al-boldân auctore Ahmed ibn Abî Ja’kûb ibn Wadhih al-Kâtib al-al-Ja’kûbî, Bibliotheca Geographorum Arabicorum. Pars VIIa, Lugduni Batavorum [Leyde], E.J. Brill.

Kamal, Y., 1926-1951, Monumenta cartographica Africae et Aegypti, 16 vol., Le Caire, Société royale de géographie d’Égypte.

Kramers, J.H., Wiet, G., 2001 [1re éd. 1964], La configuration de la terre Kitab surat al-ard, t. 1, Paris, Maisonneuve et Larose.

Miller, K., 1926-1931, Mappae Arabicae : arabische Welt- und Länderkarten des 9.-13. Jahrhunderts, 6 vol., Stuttgart.

Miller, K., Gaube, H., 1986, Mappae Arabicae. Beihefte, 2 vol., Wiesbaden, L. Reichert.

Rapoport, Y., Savage-Smith, E. (éds), 2007, The Book of Curiosities: A Critical Edition [en ligne], consulté le 2 juin 2010.
URL : http://www.bodley.ox.ac.uk/bookofcuriosities.

Stückelberger, A., Grasshoff, G., Klaudios Ptolemaios Handbuch der Geographie. Griechisch–Deutsch, 2 vol., Bâle, Schwabe, 2006.

Troupeau, G., sans date [années 1950], Textes géographiques arabes du ixe au xive siècle relatifs au pays des Nubiens et des Abyssins, Paris, mémoire de diplôme d’études supérieures, université de Paris, faculté de Lettres.

Vantini, G., 1975, Oriental Sources Concerning Nubia, Heidelberg, Varsovie.

Von Mžik, H., 1916, « Afrika nach der arabischen Bearbeitung der γεωγραφικὴὑφήγησις des Claudius Ptolemaeus von Muḥammad ibn Mūsā al-Ḫwārizmī », Kaiserliche Akademie der Wissenschaften in Wien. Phil.-hist. Klasse. Denkschriften, 59, 4, p. 1-67.

Études

Amara, A., Nef, A., 2001, « Al-Idrīsī et les Ḥammūdides de Sicile : nouvelles données biographiques sur l’auteur du "Livre de Roger" », Arabica, 48, 1, p. 121-127.

Arkell, A.J., 1951, « History of Darfur, A.D. 1200-1700 », Sudan Notes and Records, XXXII (1), p. 37-70.

Arkell, A.J., 1959 « A christian church and monastery at Ain Farah, Darfur », Kush, VI, p. 115-119.

Desanges, J., 1999, « Les affluents de la rive droite du Nil dans la géographie antique », in M. Reddé (éd.), Toujours Afrique apporte fait nouveau : scripta minora, Paris, De Boccard, p. 279-288 [1re éd. 1988 dans Proceed. of the 8th Intern. Conf of Ethiopian Studies, Huntingdon, 88, p. 137-144].

Dozy, R., 1845, Dictionnaire détaillé des noms de vêtements chez les Arabes, Amsterdam, Jean Müller.

Drecoll, C., Idrīsī aus Sizilien. Der Einfluss eines arabischen Wissenschaftlers auf die Entwicklung der europäischen Geographie, Egelsbach, New York, Hänsel-Hohenhausen, 2000.

Ducène, J.-C., 2004, « Le delta du Nil dans les cartes du Nuzhat al-muštāq d’al-Idrīsī », Zeitschrift der Deutschen Morgenländischen Gesellschaft, 154 (1), p. 57-70.

Ducène, J.-C., L’Afrique dans le Uns al-Muhaǧ wa-rawḍ al-Furaǧ d’al-Idrīsī. Édition, traduction et commentaire, Louvain, Peeters, 2010.

Karamustafa, A.T., 1992, « Introduction to Islamic maps », in J.B. Harley, D. Woodward (éds), History of Cartography, vol. II, Livre 1, Cartography in the Traditional Islamic and South Asian Societies, Chicago, Londres, University of Chicago Press, p. 3-11.

Lewicki, T., 1966, « À propos de la genèse du “Nuzhat al-muštāq fi ‘ḫtirāq al-āfāq” d’Al-Idrīsī », Studi Magrebini, 1, p. 41-55.

Maqbul, A.S., 1960, India and the Neighbouring Territories in the Kitāb Nuzhat al-Mushtāq Fi’Khtirāq al’Āfāq of Al-Sharīf al-Idrīsī, E.J. Brill, Leyde.

Maqbul, A.S., 1992, « Cartography of al-Sharif al-Idrisi », in J.B. Harley, D. Woodward (éds), History of Cartography, vol. II, Livre 1, Cartography in the Traditional Islamic and South Asian Societies, Chicago, Londres, University of Chicago Press, p. 156-174.

Monneret de Villard, U., 1938,Storia della Nubia cristiana, Rome, Pont. Institutum Orientalium Studiorum.

Mžik, H. von, 1912, « Idrisi und Ptolemäus », Orientalische Literaturzeitung, 9, p. 403-406.

Nallino, C.A., 1894, Al-Ḫuwârizmî et il suo rifacimento della geografia di Tolomeo, Atti della R. Accademia dei Lincei, Anno 291, Seria 5a. Memorie della classe di scienzi morali, storiche e filologiche.

Nef, A., « Al-Idrîsî : un complément d’enquête biographique », H. Bresc, E. Tixier du Mesnil (dir.), Géographes et voyageurs au Moyen Âge, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, 2010, p. 53-66.

O’Fahey, R.S., 2008, The Darfur Sultanate: a history, Londres, Hurst.

Rapoport, Y., Savage-Smith, E., « The Book of curiosities and a unique map of the world », in R.J.A. Talbert, R.W. Unger (éds), 2008, Cartography in Antiquity and the Middle Ages, Leyde, Boston, Brill, p. 121-138.

Rilly, C., 2010, Le méroïtique et sa famille linguistique, Louvain, Paris, Peeters, collection Afrique et Langage, 14.

Tallgren-Tuulio, O.J., 1936, Du nouveau sur Idrīsī : Sections VII 3, VII 4, VII 5 : Europe septentrionale et circumbaltique, Europe orientale et d’après quelques manuscrits, centrale jusqu’à la péninsule balkanique du sud, Helsinki.

Tej, M., Le Maġrib chez Al-Idrīssī. Confrontation texte et cartes, mémoire de maîtrise, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 1994.

Tibbetts, G.R., 1992a, « The beginnings of a cartographic tradition », in J.B. Harley, D. Woodward (éds), The History of Cartography. Vol. 2, Book 1, Cartography in the Traditional Islamic and South Asian Societies, Chicago, University of Chicago Press, p. 90-107.

Tibbetts, G.R., 1992b, « The Balkhī School of Geographers », inJ.B. Harley, D. Woodward, (éds), The History of Cartography. Vol. 2, Book 1, Cartography in the Traditional Islamic and South Asian Societies, Chicago, University of Chicago Press, p. 108-136.

Tibbetts, G.R., 1992c, « Later Cartographic Developments », inJ.B. Harley, D. Woodward (éds), The History of Cartography. Vol. 2, Book 1, Cartography in the Traditional Islamic and South Asian Societies, Chicago, University of Chicago Press, p. 90-107.

Seignobos, R., 2010, « La frontière entre le bilād al-islām et le bilād al-Nūba : enjeux et ambiguïtés d’une frontière immobile (VIIe-XIIe siècle) », Afriques [En ligne], dossier 2, consulté le 08 décembre 2010. URL : http://afriques.revues.org/800

Welsby, D.A., Anderson, J.R. (dir.), Sudan ancient treasures, Londres, British Museum Press, 2004.

Haut de page

Annexe

Abréviations

EI1 : Houtsma, M.Th., Basset, R., Arnold, T.W., 1913-1938, Encyclopédie de l’islam, 4 vol., Leyde, E.J. Brill.

EI2 : Bearman, P.J., Bianquis, T., Bosworth, C.E., Van Donzel, E., Heinrichs, W.P. et alii (éds), 1960-2005, Encyclopédie de l’islam, XII vol., Leyde, Brill.

Haut de page

Notes

1  Sur ces noms de vêtements, voir R. Dozy, 1845, p. 38-46.

2 Texte arabe dans E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970, p. 38-39. Notre propre traduction s’est appuyée sur deux traductions françaises déjà existantes, celle de G. Troupeau, sans date, p. 54-58, et celle de H. Bresc, A. Nef, 1999, p. 89-90 (version révisée de celle du chevalier Jaubert parue entre 1836 et 1840).

3  Sur la biographie d’Idrīsi, où les zones d’ombre sont encore nombreuses, voir G. Oman, EI2, t. III, s.v. « Al-Idrīsī », p. 1058-1061 ; H. Bresc, A. Nef, 1999, p. 13-19 ; A. Amara, A. Nef, 2001, 121-127 ; J.-C. Ducène, 2010, p. xx-xxii ; A. Nef, 2010, p. 53-66.

4  Tous trois sont nommément cités dans le prologue de l’œuvre parmi les douze ouvrages qu’Idrīsī dit avoir utilisés. Ibn Ḥawqal est même mentionné dans la description de cette section mais sans rapport avec l’île de Bilāq. E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970, p. 5-6, 34, 40 ; H. Bresc, A. Nef, 1999, p. 27-28, 60, 91.

5  M.J. De Goeje, 1892, p. 334 ; J.H. Kramers, 1938, vol. I, p. 51 ; C. Barbier de Meynard, A. Pavet de Courteille, t. 3, 1864, p. 40-41. R. Seignobos, 2010, § 35-40, http://afriques.revues.org/800.

6  U. Monneret de Villard, 1938, p. 155, 199.

7  R. Seignobos, 2010, § 37, http://afriques.revues.org/800.

8  E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970, p. 5-7. Outre ce prologue, il existe d’autres sources qui relatent la genèse de l’œuvre. Pour un essai de synthèse de ces informations, parfois contradictoires, voir T. Lewicki, 1966, p. 41-55.

9 Ibid.

10  Selon H. Bresc et A. Nef, Idrīsī aurait été associé à l’entreprise dès son commencement en 1139. H. Bresc, A. Nef, 1999, p. 16.

11  H. Bresc et A. Nef ont fait remarquer que le texte contenait plusieurs allusions à des situations historiques issues d’événements ayant eu lieu en 1157 et 1158. L’ouvrage n’a donc pu être achevé avant cette date. H. Bresc, A. Nef, 1999, p. 17-18.

12  A. Miquel, EI2, t. IV., s.v. « Iqlīm », p. 1103-1105.

13  G.R. Tibbetts, 1992b, p. 108-136.

14 Il y a déjà fort longtemps, H. von Mžik avait attiré l’attention sur la prégnance des conceptions ptoléméennes chez Idrīsī, notamment sur ses représentations de l’Afrique à l’ouest du Nil (système hydrographique, oronymie, toponymie…). H. von Mžik, 1912, p. 403-406. Ce constat a été fortement nuancé depuis, notamment par T. Lewicki, 1974, p. 59-66.

15  H. Bresc, A. Nef, 1999, p. 28.

16  On peut citer, entre autres, Ératosthène (iiie s. av. J.-C.), in Strabon, 17.1.2 ; Strabon (début du ier s.), 1.2.25, 16.4.8, 17.2.2 ; Pomponius Mela (v. 40), 3.85 ; Pline l’Ancien (av. 79), 5.53.

17  E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970 ; p. 42-43 ; H. Bresc, A. Nef, 1999, p. 92-93.

18 A.T. Karamustafa, 1992, p. 10, G.R. Tibbetts, 1992b, p. 98-99.

19  A. Maqbul, 1992, p. 168-169.

20  E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970, p. 42-43 ; H. Bresc, A. Nef, 1999, p. 92-93.

21  Pour A. Maqbul, il s’agirait en effet du magnus opus perdu d’al-Masʿūdī, connu sous le nom de Aḫbār al-zamān, ou d’un autre ouvrage qui lui serait apparenté. A. Maqbul, 1960, p. 15-17. J.H Kramers propose de l’identifier au K. al-aǧā’ib al-arbaʿa d’Ibn al-Kalbī (m. v. 820), auteur bien connu auquel sont attribués une dizaine d’ouvrages à vocation géographique, dont aucun ne nous est parvenu. J.H. Kramers, EI1, suppl., s.v. « Djughrāfiyā », p. 62.

22  C.A. Nallino, 1894, p. 52. Le recours, à titre de comparaison, à l’œuvre de Ḫwarīzmī se justifie d’autant plus que le Livre des merveilles anonyme présente ici une analogie frappante avec le contenu du K. Ṣūrat al-arḍ. Idrīsī évoque en effet la partie du Livre des merveilles dans laquelle « sont mentionnés les cours d’eau, leurs sources et leurs embouchures » (E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970, p. 43). Or, cela correspond précisément à l’organisation de l’ouvrage d’al-Ḫwarīzmī qui traite des fleuves dans un chapitre distinct. On retrouve d’ailleurs une organisation similaire dans le Kitāb al-aǧā’ib al-aqālīm al-sabʿa (Livre des merveilles des sept climats) de Suhrāb, mieux connu sous le nom d’Ibn Serapion (1re moitié du xe siècle), dont le travail dépend étroitement de l’œuvre d’al-Ḫwarīzmī. Voir A. Maqbul, EI2, t. III, s.v. « Ibn Sarābiyūn », p. 954.

23  H. von Mžik, 1916, p. 45-46. Je me suis volontairement détaché de la traduction allemande de H. von Mžik qui ne me paraît pas rendre le sens exact de la fin du passage. La traduction anglaise proposée par G. Vantini, bien que plus éloignée de la lettre arabe, me paraît ici plus proche de l’intention de l’auteur. G. Vantini, 1975, p. 52. On trouve un récit similaire à celui-ci dans les œuvres de Qudāma (v. 930) et de Suhrāb (ibid., p. 104, 116).

24  Cette absence de noms provient peut-être du fait qu’al-Ḫwarizmī a eu recours pour sa description à une carte d’inspiration ptoléméenne (la fameuse mappemonde d’al-Ma’mūn ?) plutôt qu’au texte même de la Géographie. Voir C.A. Nallino, 1894, p. 53 ; Y. Rapoport, E. Savage-Smith, 2008, p. 128.

25 Ptolémée, Géographie, 4, 7, 24. A. Stückelberger, G. Grasshoff, 2006, vol. 1, p. 462-463 ; C.A. Nallino, 1894, p. 30. Il est à noter que ce fleuve, anonyme dans le Nuzhat, est nommé Arsiyās ou Arsīnās dans le second ouvrage géographique d’al-Idrīsī intitulé Uns al-Muhaǧ wa-rawḍ al-furaǧ (troisième quart du xiie siècle). Ces hydronymes, inconnus par ailleurs, sont probablement des formes corrompues de l’Astapous ou de l’Astaboras de Ptolémée. J.-C. Ducène, 2010, p. 15, 60, 100. Il est également à noter que ces noms ne figurent pas dans le manuscrit d’al-Ḫwarīzmī, ce qui pourrait indiquer qu’Idrīsī disposait d’une adaptation de Ptolémée différente du Kitāb Ṣūrat al-arḍ ou bien d’une autre version du même texte. C’est d’ailleurs ce que suggère J.-C. Ducène au sujet d’un autre toponyme ptoléméen. Ibid., p. 112.

26  Sur ce point ainsi que sur l’ensemble de la question des affluents du Nil dans la géographie antique se reporter à J. Desanges, 1999, p. 279-288.

27 Ptolémée, Géographie, 4, 7, 22. A. Stückelberger, G. Grasshoff, 2006, vol. 1, p. 462-463. J. Desanges relève à juste titre l’« anomalie constituée par un affluent se jetant successivement dans deux fleuves ». Il s’agit selon lui d’une « invention » de Ptolémée qui « lui permettait d’imposer la représentation cartographique d’une île parfaite, délimitée par trois confluents ». J. Desanges, 1999, p. 280.

28  Strasbourg, Bibliothèque nationale et universitaire, Ms 4247, fol. 30b-31a. Reproduction dans Y. Kamal, vol. III, 1930, fol. 524 ; H. von Mžik, 1916, pl. I. Le croquis disponible dans K. Miller, H. Gaube, 1986, vol. I, p. 61, doit être utilisé avec précaution car il contient plusieurs erreurs et approximations dans la transcription des inscriptions. Grâce à une reproduction numérique de très haute qualité que la BNU de Strasbourg a eu l’amabilité de nous faire parvenir, nous avons pu les corriger et y ajouter également les inscriptions qui avaient été omises.

29  On peut notamment se référer au Livre des curiosités qui évoque le premier climat sous le nom de Diyāmāris, décalque du grec dià Meroès (« à travers Méroé »). Bodleian Library, Ms c. 90, fol. 24b.

30 G.R. Tibbetts, 1992c, p. 137-139.

31  Ms Aya Sofia 2934 (v. 1200), reprod. dans Y. Kamal, vol. III, fasc. 3, fol. 809, Paris Bn arabe 2214 (1445), fol. 13v., reprod. dans Y. Kamal, vol. III, fasc. 3, fol. 817r ; J.H. Kramers, G. Wiet, 2001, p. 141-142. La carte du Nil est liée à une description du cours du Nil, très proche de celle d’al-Ḫwarīzmī, qui a été insérée par l’abréviateur anonyme dans le texte d’Ibn Ḥawqal. J.H. Kramers, G. Wiet, 2001, p. 146.

32  Bodleian Library, Ms Arab. c. 90, fol. 24a-23b (v. 1200). Y. Rapoport, E. Savage-Smith, 2007 ; Idem, 2008, p. 121-138.

33  Y. Rapoport, E. Savage-Smith (éds), 2007, http://www.bodley.ox.ac.uk/bookofcuriosities.

34  Ibn Ḥawqal est certes mentionné dans le texte de la section I, 4, mais il est cité sans aucun rapport avec la description du cours du haut Nil. Il faut bien préciser également que ces cartes du cours du Nil ne figurent que dans les manuscrits de son abrégé réalisé vers le milieu du xiie siècle. Idrīsī pouvait donc difficilement y avoir accès (G.R. Tibbetts, 1992c, p. 137-139.). Quant à l’ouvrage d’al-Ḫwarīzmī, il n’est pas improbable qu’il l’ait utilisé, comme le suggèrent d’ailleurs plusieurs spécialistes. H. Bresc, A. Nef, 1999, p. 28 ; J.-C. Ducène, 2004, p. 63. Rappelons cependant qu’il n’est pas certain que les manuscrits de l’œuvre aient été accompagnés de cartes semblables à celles qui se trouvent dans le ms de Strasbourg, G.R. Tibbetts, 1992a, p. 106. Enfin, rien n’indique qu’Idrīsī ait eu connaissance du Livre des curiosités.

35  Il est à noter que cette île n’est représentée dans aucune des six mappemondes circulaires associées aux manuscrits d’al-Idrīsī (reproduites notamment dans A. Maqbul, 1992, p. 161-162). L’affluent oriental du Nil n’y figure pas non plus, hormis dans la mappemonde du manuscrit du Caire Dār al-Kutub Ǧuġrāfiyā 150, qui le dépeint cependant d’une façon assez maladroite (K. Miller, 1927, band. VI, taf. I). Il y est représenté beaucoup plus distinctement dans la mappemonde du même type qui se trouve dans le ms du Livre des curiosités (v. 1200) qui est à l’heure actuelle la plus ancienne conservée. Sa source, située là encore au niveau de l’équateur, est surmontée de la légende « fleuve qui se jette dans le Nil » (nahr yamuddu al-Nīl). Il est à noter qu’une grande île de forme oblongue, qui semble bien correspondre à l’île de Méroé, est représentée en aval du confluent des deux fleuves. Elle est cependant située en plein territoire égyptien et y occupe l’espace où l’on s’attendrait à trouver le delta. Bodleian Library, Ms Arab. c. 90, fol. 27b-28a.

36  E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970, p. 42-43 ; H. Bresc, A. Nef, 1999, p. 92-93.

37  Bilāq : 55°25’-21°40’ ; Suwān (Assouan) 56°0’-22°30’. H. von Mžik, 1916, p. 7.

38  R. Seignobos, 2010, § 35-40, http://afriques.revues.org/800.

39  R. Seignobos, 2010, § 24-34, http://afriques.revues.org/800.

40  E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970, p. 39.

41  Au jugement de H. Bresc et A. Nef, il est d’ailleurs peu probable que les cartes d’Idrīsī aient servi au calcul des distances qui figurent dans le texte. H. Bresc, A. Nef, 1999, p. 20.

42  Nous ne pouvons traiter dans le cadre de cet article la délicate question des liens qui unissent les cartes figurant d’ordinaire dans les manuscrits à la mappemonde en argent d’une part et au texte d’autre part. Si l’on se fie au prologue, les cartes des sections et le commentaire auraient été produits ensemble, à partir de la mappemonde en argent. Néanmoins, plusieurs études de cas tendent à montrer que les cartes, telles qu’elles nous sont parvenues dans les manuscrits, auraient plutôt été réalisées à partir du texte (O.J. Tallgren-Tuulio, 1936, p. 44-63 ; J.-C. Ducène, 2004, p. 64-65). Il est fort probable cependant que le processus ait été plus subtil, le texte ayant fait l’objet de rédactions successives réalisées parallèlement à l’établissement des cartes (I. Kratchkovsky, 1960-1961, p. 44, cité par J.-C. Ducène, 2004, p. 59 ; M. Tej, 1994, p. 93-96).

43  Nous n’avons pu consulter les mss Sofia, Bibliothèque nationale Cyrille et Méthode, Or. 3198, et Le Caire, Dār al-Kutub Ǧuġrāfiyā 150.

44  Bnf Arabe 2221, fol. 16v-17 ; Istanbul Ayasofia 3502 (reproduit dans Y. Kamal, t. III, fasc. 4, fol. 860v°).

45  Oxford, Bodleian Library, Pococke 375, p. 28-29 (reproduction du microfilm) ; Ms Greaves 42, fol. 17v°-18r (reproduction du microfilm) ; Istanbul, ms Köprülü 955 (reproduit dans Y. Kamal, t. III, fasc. 4, fol. 864v°).

46  E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970, p. 30.

47 R.S. O'Fahey, 2008, p. 24.

48 Ibid., p. 24-25.

49 A.J. Arkell, 1951, p. 62-65.Il est à noter que si le ductus du toponyme en question autorise la lecture proposée par Arkell, elle n’est pas pour autant attestée dans les manuscrits utilisés pour l’édition critique de 1970. E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970, p. 30 (apparat critique).

50 R.S. O'Fahey, 2008, p. 24-25.

51  Cette hypothèse reposait notamment sur la découverte, sur le site de Ain Farah, de deux tessons marqués de symboles indubitablement chrétiens. A.J. Arkell, 1959. Ces tessons sont aujourd’hui conservés au Petrie Museum à Londres.

52  Voir notamment le travail de I. Musa Mohammed, 1986, p. 238-239.

53  C. Rilly, 2010, p. 191-201.

54  R. Seignobos, 2010, § 39-40, http://afriques.revues.org/800.

55  U. Monneret de Villard, 1938, p. 155, 199. Dans la traduction récente de H. Bresc et A. Nef, Bilāq est identifiée à la ville moderne d’Ed-Damer. H. Bresc, A. Nef, 1999, p. 83, 89.

56  En évoquant ʿAlwa comme une ville et non comme un royaume, Idrīsī renoue avec les géographes anciens comme al-Ḫwarīzmī (ixe siècle), qui ignorait encore que la capitale du royaume portait le nom de Soba (identifiée au site de Soba East, près de Khartoum). Pourtant, la ville de Soba (Sūba) est également connue d’Idrīsī qui la mentionne d’ailleurs, avec Dunqula et Bilāq, parmi les cités majeures de Nubie (E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970, p. 42-43 ; H. Bresc, A. Nef, 1999, p. 83). Mais alors que ʿAlwa figure dans la plupart des cartes de la section correspondant aux régions du haut Nil, Sūba en est généralement absente. Elle apparaît cependant dans la carte du ms Greaves 42 (fol. 17v°), entre Bilāq et ʿAlwa, mais sous la graphie défectueuse Rasūla, rappelant la leçon Sūla attestée dans plusieurs mss du Nuzhat. La particule wa qui précède Sūla dans le texte aura aisément pu être confondue avec un rā’, expliquant la forme Rasūla. E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970, p. 32 (apparat critique). Ce toponyme ne constitue donc pas une addition des cartes par rapport au texte, comme le suggéraient H. Bresc et A. Nef. H. Bresc, A. Nef, 1999, p. 22.

57  E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970, p. 38 ; H. Bresc, A. Nef, 1999, p. 89.

58  E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970, p. 30 ; H. Bresc, A. Nef, 1999, p. 82.

59  A.S. Maqbul, 1992, p. 170-172.

60  Voir notamment C. Drecoll, 2000. Bien qu’utile cette synthèse doit être employée avec précaution.

61 De Geographia universalii Hortulus cultissimus, Rome, Typ. Medicea, 1592.

62 Geographia Nubiensis id est accuratissima totius orbis […] earundem Regio Interprete, Maronitis, Paris, 1619.

63  Dans la quatrième section du premier climat, l’abréviateur anonyme affirme que le Nil coupe « notre pays » (arḍa-nā) alors qu’il aurait fallu lire « leur pays » (arḍa-hā). Comparer De Geographia universalii, 1592, p. 18, et E. Cerulli, F. Gabrieli et alii, 1970, p. 32. Pour la traduction latine du passage incriminé voir Geographia Nubiensis, 1619, p. 15 : […] Nilus Aegypti qui secat patriam nostram […] ».

64  Voir par exemple la traduction française de la Description de l’Afrique du compilateur hollandais Olfert Dapper. Dans sa description de la Nubie, il fait appel au « géographe nubien » en ces termes : « Cependant les naturels du païs assurent dans leurs livres que la capitale de la province [de Nubie] s’appelle Nuabia. » O. Dapper, Description de l’Afrique, Amsterdam, 1686, p. 224.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Carte de la section 4 du premier climat du K. Nuzhat al-Muštāq
Crédits Ms Bnf arabe 2221 (v. 1300), fol. 16v-17 (D’après une reproduction numérique de l’original)
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/807/img-1.png
Fichier image/png, 52k
Titre Figure 2 : Carte de localisation
Crédits D’après D. Welsby, J.R. Anderson, 2004, p. 281
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/807/img-2.png
Fichier image/png, 54k
Titre Figure 3 : Le cours du Nil selon Ptolémée (iie siècle)
Crédits D’après J. Desanges, 1999, p. 288
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/807/img-3.png
Fichier image/png, 31k
Titre Figure 4 : Carte du Nil conservée dans le ms d’al-Ḫwarīzmī (1037)
Crédits Strasbourg, BNUS, Ms 4247, fol. 30b-31a (d’après une reproduction numérique de l’original)
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/807/img-4.png
Fichier image/png, 53k
Titre Figure 5 : Carte du Nil figurant dans un ms de l’abrégé d’Ibn Ḥawqal (1445)
Crédits Ms Bnf arabe 2214, fol. 13v. (D’après J.H. Kramers, G. Wiet, 2001, p. 141-142, et Y. Kamal, vol. III, fasc. 3, fol. 817r)
URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/807/img-5.png
Fichier image/png, 73k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robin Seignobos, « L’île de Bilāq dans le Kitāb Nuzhat al-Muštāq d’al-Idrīsī (XIIe siècle). Généalogie d’une confusion », Afriques [En ligne], Sources, mis en ligne le 24 février 2011, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/afriques/807

Haut de page

Auteur

Robin Seignobos

Doctorant, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’études des mondes africains (CEMAf)

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals