Navigation – Plan du site
Production et transmission des savoirs sur l’espace

Ce que l’itinéraire nous dit du voyage. Listes d’itinéraire, voyage et imaginaire spatial au Soudan central au XIXe siècle

What itineraries tells us about travels. Lists of itinerary, travels and the geographical imagery of central Sudan during the 19th century
Camille Lefebvre

Résumés

Les explorateurs européens qui parcourent le Soudan central dans la première moitié du xixe siècle concentrent leurs recherches sur la collecte d’informations géographiques, afin de réunir les matériaux nécessaires à la construction de cartes une fois rentrés en Europe. Pour ce faire, leur méthode est celle d’un recueil systématique et quotidien d’itinéraires auprès de leurs compagnons de voyage et d’informateurs croisés sur les routes ou à l’étape. Certaines de ces listes d’itinéraires nous sont parvenues et nous invitent à tenter de retrouver les pratiques savantes et les imaginaires spatiaux qui les fondent. En les confrontant à des matériaux linguistiques recueillis eux aussi au xixe siècle, on peut replacer ces itinéraires dans le contexte des pratiques de voyage de cette époque au Soudan central. La confrontation de ces documents permet de proposer une mise en récit réaliste des processus qui se sont noués au moment de la rencontre et de donner ainsi du sens à ces objets hybrides, reflets des conceptions de l’espace alors en usage au Soudan central.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  Je remercie Marie-Laure Derat, Dominique Casajus, Paolo de Moraes Farias, Saoude Ali, Jean-Charles (...)
  • 2  Cet ensemble de 99 pages, rassemblant près de 200 itinéraires, n’apparaît pas dans toutes les édit (...)
  • 3  J. Richardson, 1850, p. 14-21 [voir en ligne sur Gallica] ; J. Richardson, 1853, tome 2, p. 333-35 (...)
  • 4  Le terme de Soudan, repris du Bilâd as-Sudân ou « pays des Noirs » des géographes arabes, est util (...)

1Cette recherche trouve son origine dans la rencontre d’un ensemble de documents à la fois intriguants et déconcertants : les itinéraires recueillis par Heinrich Barth auprès de ses interlocuteurs africains1. Au cours de ses cinq années d’exploration, ce voyageur en a recueilli plusieurs centaines de la bouche de ses compagnons de voyage et d’informateurs croisés sur les routes. Une partie a été publiée en annexe de chacun des trois volumes de son récit2. Des enquêtes similaires ont été réalisées par d’autres explorateurs, parmi lesquels le compagnon de Barth, Richardson, qui en a récolté une vingtaine3. L’analyse porte ici sur une soixantaine de ces itinéraires, qui concernent tous la région du Soudan central4.

Figure 1 : Carte du Soudan central au xixe siècle

Figure 1 : Carte du Soudan central au xixe siècle

Camille Lefebvre (2008)

  • 5  M. Edney, 1999, p. 170.
  • 6  A. Petermann a publié en 1858 une carte portant l’ensemble des itinéraires que Barth avait recueil (...)

2Ce corpus de données n’est pas déconcertant quant à la finalité que lui assignaient alors les explorateurs. Ces itinéraires étaient, en effet, destinés à construire au retour en Europe la cartographie de cette région. Les données accumulées, concernant la plupart du temps des routes et des lieux que l’explorateur ne pouvait visiter, devaient, une fois confrontées entre elles et réévaluées au regard des itinéraires et des points relevés par Barth lui-même, permettre de construire une carte qui ne serait pas simplement constituée des lignes de parcours de l’explorateur au sein d’un vaste espace blanc. Ce projet s’insère parfaitement dans les pratiques savantes de l’époque et dans les registres de scientificité liés à l’épistémè des Lumières. Dans ce contexte, toute information, quelle que soit sa source, peut être incluse dans un débat rationnel, dans la mesure où un filtrage et un remodelage l’ont rendue disponible pour ce débat. Ce principe appliqué à la géographie implique que plusieurs récits d’un même phénomène produits par différentes sources peuvent en théorie toujours être réconciliés par un processus de comparaison systématique qui permet d’éliminer les ambiguïtés inhérentes à toute série d’informations et par conséquent de dégager des faits exacts5. Du point de vue de l’histoire des sciences européennes, la pratique du recueil systématique d’itinéraires auprès d’informateurs locaux et leur utilisation pour constituer la cartographie de régions considérées inconnues et qui n’ont pas encore été visitées par des Européens sont encore en 1850 largement admises par les autorités scientifiques6.

Figure 2 : Détail de la carte de Barth figurant, en noir, les itinéraires qu’il a recueillis

Figure 2 : Détail de la carte de Barth figurant, en noir, les itinéraires qu’il a recueillis

A. Petermann, Dr. Barth’s Karte von Central-Afrika entworfen gezeichnet von A. Petermann, 1/6 000 000, Gotha, Justus Perthes, 1858, publié dans H. Barth, (1857) 1965, hors-texte

3Paradoxalement, c’est au regard de ce que ces itinéraires peuvent apporter pour construire une histoire de la région au xixe siècle que ces documents se révèlent déconcertants. Composés d’informations recueillies auprès d’interlocuteurs africains, la plupart du temps locaux ou ayant voyagé sur ces routes, truffés de mots en langues vernaculaires et respectant la toponymie locale, ces itinéraires sont néanmoins traduits dans la langue de l’explorateur. Ils sont le résultat d’une sollicitation européenne et d’un entretien largement dirigé. De plus, les informations concernant le contexte de recueil sont quasiment absentes et celles concernant l’identité et la position sociale des informateurs extrêmement fragmentaires. L’extrême hybridation de ces matériaux impose donc une investigation. Au-delà d’une approche positive, qui les utiliserait pour reconstruire une cartographie des réseaux routiers existant dans la région vers 1850, ces listes d’itinéraires semblent des éléments clés pour construire une histoire du territoire et des voyages sans pour autant qu’ils donnent immédiatement accès aux conceptions de l’espace en cours dans la région au xixe siècle. Bien que résultant d’intérêts et de pratiques scientifiques européens, ils sont susceptibles de permettre une reconstitution des pratiques et des savoirs africains qui sont à leur origine. Mais pour comprendre ces matériaux et tenter de déterminer quel sens ils avaient pour ceux qui les ont transmis ou dictés à Barth ou Richardson, le recours à d’autres types de sources, extérieures à ces récits, s’avère indispensable.

  • 7  B. Collignon, 1996, p. 166-171 ; W. Kaiser, 1998, p. 67 ; D. Roche, 2003, p. 137-143 ; Shmesp, 200 (...)
  • 8  H. Barth, 1862-1866, p. XIII et XVII [voir en ligne sur Google livres], à titre d’exemple, mais le (...)
  • 9  Les supérieurs de Schön ont régulièrement essayé de le détourner de son intérêt pour la langue hao (...)

4Les perspectives récentes de la géographie culturelle ou de l’histoire médiévale et moderne ont insisté sur la nécessité d’approcher le rapport à l’espace par l’étude de la langue et l’analyse linguistique et lexicographique du vocabulaire lié au territoire7. Ici, les intérêts du chercheur contemporain en histoire de l’Afrique sont servis par les enjeux scientifiques européens du xixe siècle. En effet, parallèlement à la curiosité pour la géographie de l’intérieur du continent qui motive l’exploration, se développe un intérêt pour les langues africaines, leur identification, leur recueil et leur description. Dans ce contexte, le kanouri et surtout le haoussa sont l’objet d’investigations. Celles-ci débutent avec les missionnaires de la Church Missionary Society, notamment les révérends Schön et Koelle qui, entre les années 1830 et 1890, travaillent à la description de ces deux langues. Engagés dans une controverse avec l’explorateur Barth sur la méthodologie à adopter dans le recueil des langues, ces hommes s’inscrivent dans un contexte de débat scientifique autour de la constitution de la discipline linguistique8, et leurs recherches ne peuvent être rapportées à des intérêts impérialistes ou à une volonté de servir l’impérialisme9. Le choix de ces deux hommes de se consacrer à l’étude de ces langues n’a d’intérêt direct ni pour leur hiérarchie ni pour leur pays d’origine ou de résidence, et trouve son sens dans l’importance accordée alors à la découverte et à l’idée de révéler au monde les mystères, qu’ils soient géographiques ou linguistiques, du continent africain.

  • 10  Le Soudan central s’est vu partagé entre les zones d’influence française et britannique par l’acco (...)
  • 11  J.E. Philips, 1989, p. 39-58.
  • 12  Joseph McIntyre fait cette analyse pour le dictionnaire de Bargery. J. McIntyre, 2010, p. 85.

5Une deuxième vague de recherches sur le kanouri et le haoussa s’amorce dans les années 1890. Dans un contexte désormais clairement impérial10, des recherches linguistiques approfondies sont sollicitées, particulièrement sur la langue haoussa décrite par tous les explorateurs comme la langue véhiculaire de la région. Les autorités britanniques sont prescriptrices et la nationalité de celui qui recueille devient alors déterminante. Dans le même temps, le champ des recherches s’élargit. Il ne s’agit plus simplement de recueillir la langue et d’en établir la grammaire mais de permettre son apprentissage et de la décrire. À partir de 1901, l’occupation du Nord du Nigeria actuel renforce cet intérêt pour le haoussa, qui devient, sous l’impulsion de Lugard, la langue de l’administration et des militaires dans la région11. Dans ce contexte, entre 1900 et 1946, sont produits des dictionnaires, des recueils de proverbes et de fables. Ces ouvrages sont réalisés en interrogeant le plus souvent des informateurs ayant au moins une cinquantaine d’années et proposent donc des matériaux linguistiques dont on peut considérer qu’ils reflètent des usages datant de la seconde moitié du xixe siècle12.

6Durant tout le xixe siècle et au début du xxe siècle, la volonté de décrire la grammaire à partir d’éléments conséquents de la langue, puis l’intérêt pour ses aspects culturels poussent ceux qui s’y intéressent à recueillir la parole libre de locuteurs afin de bénéficier d’exemples en contexte. Dans les années 1850, d’anciens esclaves sont interrogés en Sierra Leone, comme Ali Eisami, le principal informateur en kanouri de Koelle, ou à Londres le compagnon de voyage de Barth, Dorugu, qui fut celui de Schön pour le haoussa. Dans les années 1890, des migrants et des pèlerins allant vers La Mecque ou en revenant sont questionnés à Tripoli par Harris. Tous sont invités à parler, à raconter des histoires, des fables ou des devinettes pendant que leur interlocuteur transcrit leur parole. Ces matériaux oraux deviennent des textes qui sont ensuite publiés dans leur version originale, souvent sans traduction, comme exemples de la langue parlée ou comme exercices de lecture ou de traduction pour ceux qui souhaiteraient l’apprendre. Ce corpus large constitue aujourd’hui un état des lieux de la langue haoussa et de ses usages dans la seconde moitié du xixe siècle.

7La confrontation des itinéraires et des éléments linguistiques concernant le territoire ou le voyage permet de replacer ces objets hybrides dans le contexte du Soudan central au xixe siècle et de déterminer quel sens ils ont dans les pratiques locales liées au territoire et au voyage.

Quel est le chemin pour aller de A à B ?

  • 13  Pour la définition de l’exploration scientifique et sa distinction de l’exploration de conquête, v (...)

8La présence de ces itinéraires dans les récits des explorateurs pose en premier lieu la question de savoir dans quelle mesure ils sont le reflet d’une pratique locale de mémorisation d’itinéraires ou bien le résultat de la sollicitation des Européens et de leur obsession pour la toponymie et les routes menant d’un endroit à un autre. Issues de la rencontre entre voyageurs européens et interlocuteurs du Soudan central dans le contexte de l’exploration scientifique13, ces listes sont évidemment le reflet à la fois d’intérêts européens et de réalités locales souvent bien plus déterminantes. Une analyse attentive permet de reconstruire cette rencontre et ces enjeux souvent différents pour chacun des participants, et de déterminer ce que chacun dit et comprend au cours de ces échanges.

Conversation autour de la route à suivre

  • 14  À Goummel : I received visits from the few Arabs residing here, and was pleased to find one among (...)

9Pour retrouver le sens de ces itinéraires, il faut tenter de reconstituer les conditions dans lesquelles ils ont été recueillis et déterminer le contexte historique et culturel qui les fonde. Pour les explorateurs européens en Afrique de l’Ouest dans la première moitié du xixe siècle, le recueil d’informations géographiques est l’objectif premier du voyage. Conscients du rôle qui leur a été assigné dans le projet européen de découverte scientifique du continent africain, ils s’emploient à voir, identifier et reconnaître l’espace, afin de compiler toutes les informations qui pourront nourrir la géographie et la cartographie de régions considérées comme inconnues. L’information géographique, particulièrement toponymique et topographique, est leur préoccupation centrale, et la recherche d’informateurs est constante. Ce recueil d’itinéraires est mené de manière quotidienne à une large échelle et auprès d’informateurs les plus divers. Il touche toutes les couches de la société, du plus riche au plus pauvre, du plus faible au plus important, de l’esclave au sultan, en passant par des cheikhs, des marchands ou des chameliers, ainsi que tous les types de populations, des Arabes aux Bornouans, des Toubous aux Juifs ou aux Touaregs. Pour Barth, chaque visite, chaque rencontre sont l’occasion d’interroger ceux qu’il croise à propos des routes qu’ils connaissent14. Ce recueil est réalisé pour Barth, et, dans une moindre mesure Richardson, dans une des langues locales pratiquées par l’interlocuteur.

10Les itinéraires sont recueillis afin d’être utilisés pour nourrir par accumulation la cartographie européenne du continent africain. Ils doivent pour cela contenir des informations relatives à la succession des lieux et une mesure de temps. Si, parfois, les voyageurs interrogent leurs interlocuteurs afin de savoir réellement comment se rendre d’un endroit à un autre, la plupart du temps ils utilisent la forme de l’itinéraire comme moyen de recueillir des informations géographiques traduisibles dans leur propre registre de référence. Le questionnaire de l’explorateur est de ce fait orienté dans le sens d’une rationalisation de la parole de son interlocuteur. Quelle que soit la forme de la description, ce qui l’intéresse est l’ordonnancement d’une série de points fixes en une succession, et la régularité et la fiabilité de la mesure de temps. Les explorateurs pratiquent eux-mêmes constamment cette rationalisation de l’espace et l’appliquent à leurs propres déplacements, notant régulièrement les noms de lieux, les points saillants et, par estimation de leur marche ou de celle de l’animal qui les transporte, la durée de trajet d’un point à un autre. Pour ce faire, ils sont en dialogue avec leurs compagnons de voyage, les interrogeant sur la toponymie et la topographie. Les itinéraires sont souvent recueillis en route au cours de ces conversations ou alors à l’étape. L’explorateur interroge sur les chemins alternatifs à ceux qu’il a lui-même parcourus ou sur les routes existant vers des régions qu’il n’a pas encore visitées.

  • 15 As for the routes to Kukawa, of which I forwarded an account to Europe in 1851, I shall omit them, (...)
  • 16  Selon une double hiérarchie qui valorise le savoir de première main mais considère le savoir empir (...)
  • 17 Although the first part of this route, as far as Neswa, coincides in many places with my own route. (...)
  • 18  H. Barth, (1857) 1965, tome 1, p. 619.

11Lorsque l’explorateur parcourt lui-même une zone, les itinéraires préalablement obtenus auprès d’informateurs locaux perdent, la plupart du temps, toute valeur à ses yeux. Ainsi, Barth, qui avait envoyé en Europe en 1851 un itinéraire de la route Kano/Kukawa, décide de ne pas l’inclure au moment de la publication de son récit, précisant qu’il a lui-même parcouru cette route et qu’il n’est donc plus la peine de publier celle qu’il avait recueillie15. Ces itinéraires sont donc conçus comme un savoir mais dont la valeur est considérée comme hiérarchiquement inférieure au savoir européen16. Lorsque, exceptionnellement, Barth publie des itinéraires coïncidant avec sa propre route, c’est dans le but de prouver la qualité de ses informateurs et des données qui lui ont été communiquées, afin de valider scientifiquement l’utilisation qu’il en fait17. Il prouve ainsi la qualité des données recueillies en les comparant avec des données issues de sa propre recherche empirique, ce qui lui permet par extension de valider sa méthode de recueil. Ces itinéraires ont pour lui une valeur seulement informative ; aussi il corrige ceux recueillis sur le terrain en fonction des observations des explorateurs européens disponibles au moment de la rédaction de l’ouvrage18.

12Face à la sollicitation des explorateurs, leurs interlocuteurs du Soudan central semblent rarement déstabilisés et, une fois éclaircies les règles de l’échange d’informations, il est rare que les explorateurs n’obtiennent pas satisfaction. De ce que ces derniers disent de leurs enquêtes, on peut déduire qu’ils choisissent la plupart du temps ceux qu’ils questionnent en raison de leur expérience sur l’itinéraire qui les intéresse. La qualité des données obtenues par les explorateurs est ainsi souvent justifiée par le récit de l’expérience de l’informateur. Sur ce thème, les explorateurs européens et leurs interlocuteurs trouvent un point de convergence. L’Européen de la première moitié du xixe siècle est marqué par l’idéal de la connaissance par l’expérience, de la collecte des faits in situ et de l’enquête empirique. Pour lui, c’est parce que l’on a parcouru une route que l’on saura la décrire. Pour leurs interlocuteurs du Soudan central, l’expérience est aussi une valeur. Il semble que ceux-ci ne leur répondent que s’ils considèrent posséder ce savoir et notamment s’ils ont eux-mêmes parcouru la route sur laquelle ils sont interrogés.

  • 19  Ceci peut être déterminé en raison de la présence de noms communs conservés dans les langues verna (...)
  • 20  A.P. Leeuwen, A. Van Ferre (éd.), 1992. Sur ce point voir J.O. Hunwick, C. Meillassoux, J.L. Triau (...)

13Cette méthode de mémorisation d’un trajet parcouru sous la forme d’une liste de lieux et de durées semble être une habitude largement répandue dans l’espace du Soudan central au xixe siècle. Des itinéraires de ce type ont été obtenus aussi bien à Ghât qu’à Zinder, Kano, Agadez ou Kouka, et auprès d’interlocuteurs parlant tamasheq, haoussa, arabe ou kanouri19. S’ils n’obtiennent pas systématiquement les informations ou la précision souhaitées, les voyageurs semblent toujours trouver autour de ces itinéraires un espace d’intercompréhension avec leurs interlocuteurs. Notons ici que les descriptions d’itinéraires en journées de marche sont l’un des repères classiques de la géographie arabe, à l’image du Livre des Itinéraires et des Royaumes (Kitâb al-Masâlik wa-l-Mamâlik) d’Al Bakri, et appartiennent à un imaginaire dépassant largement le Soudan central20.

  • 21 Besides there two men, there were many interesting strangers at that time in Kukawa, from whom I le (...)
  • 22  À propos des routes entre Zinder et Kano : It is not easy to get the route here by hours, for the (...)
  • 23  Au cours de son séjour, Richardson finira d’ailleurs par trouver l’information souhaitée, puisqu’i (...)

14Mais ce savoir n’est ni systématiquement possédé par tous ceux qui ont voyagé, ni retenu d’une manière toujours identique. Barth s’agace parfois de rencontrer des personnes ayant beaucoup voyagé mais ne se souvenant pas des routes parcourues21. Richardson, après avoir recueilli à différentes reprises des itinéraires organisés en étapes courtes en fonction des heures de haltes et de prières qu’il traduit en heures de marche, s’étonne à l’arrivée dans une autre région de ne pouvoir en obtenir qui suivraient cette même mesure22. Cela ne signifie pourtant pas que ses interlocuteurs du moment ne sont pas familiers des itinéraires. En effet, ils lui indiquent la route à suivre en journées de marche, mais ce n’est pas ce qu’attend le voyageur23. Ces itinéraires ne sont donc pas un savoir uniforme partagé identiquement par tous. Selon l’interlocuteur et le lieu, différentes formes et différentes méthodes peuvent être utilisées pour retenir ces routes.

15Il apparaît clairement que la méthode consistant à ordonner ses informations sur l’espace et la mobilité en leur donnant la forme d’un itinéraire correspond à un ensemble de pratiques locales. Mais celles-ci ne sont ni uniformes, ni homogènes et dépendent des habitudes et de la fonction de ceux qui ont été interrogés. La restructuration et la traduction opérées par les explorateurs sur ce matériau rendent difficile l’interprétation du sens local de cette pratique. Si l’itinéraire semble être un point de rencontre sur lequel l’explorateur européen et ses interlocuteurs arrivent à échanger des informations qui trouvent un sens dans chacun de leurs registres de référence, cela ne signifie pas que ces informations ont le même sens pour chacune des parties en présence.

Demande-moi comment aller à A, je te raconterai un voyage

16Les explorateurs interrogent leurs interlocuteurs sur les routes qu’ils connaissent, leur demandant de réciter les étapes qui permettent de se rendre d’un lieu à un autre et la durée du trajet. Leurs interlocuteurs leur répondent par une forme codifiée, organisée selon des règles formelles d’arrangement des informations. Du fait de cette codification et parce qu’ils y trouvent les données attendues, les voyageurs européens identifient cette pratique à celle qu’ils connaissent dans leur propre culture, et notamment à celle des recueils d’itinéraires, listes d’étapes et de distances, qui sont publiés depuis le xvie siècle et le célèbre La guide des chemins de France de Charles Estienne24. Ces guides portatifs utilisés sur la route sont un sous-genre du guide de voyage et rassemblent des répertoires de routes et des listes de postes, tels l’Itinéraire des routes les plus fréquentées, le Guide classique du voyageur en Europe ou le Livre de poste, ou État général des postes aux chevaux du Royaume de France25. Ils fournissent des indications utiles aux voyageurs, indiquent les étapes, les directions, précisent les distances et parfois donnent des avis touristiques. Pour le voyageur européen, ces objets ont une finalité utilitaire évidente, celle de faciliter le déplacement en fournissant un itinéraire raisonné. Ces guides sont les outils d’une lisibilité attendue de l’espace et du voyage, donnant les mêmes renseignements positifs à tous leurs lecteurs. Ce sont des ouvrages standardisés accrochés à la pratique informative et où est valorisé le caractère exemplaire des informations. Le voyage y est donc synthétisé en une série d’étapes réglées et stabilisées qui doivent permettre d’organiser les déplacements. Cette vision d’un espace ordonné par une série de routes, lignes fixes dans l’espace et dans le temps, dont la connaissance permettrait d’organiser le voyage, habite l’imaginaire européen. Mais, pour leurs interlocuteurs du Soudan central, la mise en mémoire de listes d’itinéraires ne recouvre certainement pas le même sens.

  • 26  M.W. Bivins, 2007, p. 76.
  • 27  Richard Lander, le compagnon du second voyage de Clapperton, décrit ainsi cette pratique en 1830 : (...)
  • 28  J.F. Schön, C.H. Robinson, 1906, p. IX-XII, [voir en ligne sur The Internet Archive].

17Pour retrouver ce sens, un détour est nécessaire par les pratiques d’oralité, de mémorisation et de littérature orale alors en usage au Soudan central. Au xixe siècle, dans l’espace haoussaphone, le langage joue un rôle essentiel dans le quotidien des maisons, des campements, des villages ; les activités journalières sont rythmées par des récits et des jeux de langage26. Chacun, femmes et enfants compris, conserve dans sa mémoire des anecdotes, des histoires, des proverbes, des contes ou des devinettes qu’il ne demande qu’à dire ou plutôt à confronter à ceux d’un autre orateur. Se mêlent dans cette oralité mémorisée à la fois des éléments de littérature orale, tels les contes ou les fables qui sont récités au cours de performances orales ou de joutes verbales réalisées en groupe27, et des éléments moins formalisés, que l’on utilise au cours des conversations. Ce sont ces formes d’oralité mémorisée, dans leur grande diversité, qui ont été recueillies par les missionnaires linguistes au cours du xixe siècle, comme le montre la table des matières de l’ouvrage Magana haousa, qui rassemble aussi bien des textes oraux que des anecdotes sur un ami, des informations sur un lieu ou un événement28.

  • 29  L’analyse porte ici sur les formes d’oralité haoussa et leur comparaison avec les itinéraires tran (...)
  • 30  Il n’explicite pas dans son ouvrage les raisons qui l’ont poussé à mener cette recherche sur la la (...)
  • 31  H.G. Harris, 1908, p. VI, [voir en ligne sur The Internet Archive].
  • 32  H.G. Harris, 1908, p. VI.
  • 33  H.G. Harris, 1908, p. V-VI.
  • 34  Ce sont les histoires : n° 9 Travels of Hadji Mahomet, Fellata of Kano, n° 10 Travels in Wadai Had (...)

18Parmi les missionnaires ayant consacré une étude à la langue haoussa, l’un d’eux a recueilli des données qui éclairent d’un jour nouveau nos itinéraires29. Hermann Gundert Harris, né en 1859, stationne à partir de 1892 à Tripoli, en Tunisie, dans le Sahara algérien et en Égypte. Depuis ces différents postes, il se passionne pour la langue haoussa, recherchant constamment la compagnie d’haoussaphones30. Pendant ses onze années de mission en Afrique du Nord, il déclare avoir été en relation constante avec des Haoussas, qu’il s’agisse de membres des communautés installées à Tripoli, à Tunis, dans le Sahara algérien ou en Égypte, ou de voyageurs de passage, marchands ou pèlerins en route vers La Mecque31. Pour garantir sa maîtrise du haoussa, lui qui n’a jamais voyagé ou vécu dans des pays haoussaphones, il insiste sur le fait qu’il a employé des Haoussas comme cuisinier, serviteur personnel, serviteur de caravane, et qu’il a partagé sa chambre et ses repas « avec un noir haoussa pendant quelque temps32 ». Durant ces nombreux moments passés avec ceux qu’il désigne comme ses « amis personnels », il dit avoir écrit ou plutôt copié sous la dictée les histoires réunies dans son ouvrage33. Parmi ces trente et une histoires, sept ont pour sujet le voyage34. Comme l’indique le titre de l’une d’elles, ce ues. L’t cophi>

  • 29Harris, 1908, p. V-VI.0uropéi she arabennées cuassésle, soucueiln relaatiquement possf="#ftn30">(...)
  • 16Harris, 1908, p. V-VI.

    17  L’Corat poues réunie allerc une forme codifuir eimilvidente,one djet e rencontant lréjour noements. Cett>It is nMet pashonnagaans, de/posteNt invimcouru ltipan sns, de, is nMet zoHad <ïqui r/Nt invimcourvssi bieHad <ï, is nMet je woniir si Songhaqui r/Nt invimcour à Tune controvvils age,Songhaïq="footnotecall" href="#ftn34" id="bodyftn25">25<.)26<"boa36 fou

span class="num">27RocheHarris< Bruce, 1908,style="font-variant:small-caps;">xixHarris<

14  Il nL à suivee qrie téedage, marchfe llem>vo E sois le acons, pré hisessioe cuapes réglé oue ene sontdCes guex formalides ineussle qe rencontvutidnfcissdesnoilitaextnedonnan, s, ipour lCett, Sission ir,e aveccsnn des int,o à suivte,olustinérqu’ilamaionle pés par trouvmpontanthomtswf">vntpncn ft porve dtrt que la s pcux-mbnver espaonmondhfesnstaes="footnotecall" href="#ftn16" id=5bodyftn32">32<5boa5> choiUie ont un pas ce voyagéle e recuto 1830etsantf de lfrendre d’un ecutodiffére rtaduirnver rrant noue rendpquigistrearcouruer de A, jecutodpt un leBarth, voyagés e dteurs européamaionleli des donnéeaires ne recoexactue la eimilvidesrjet lee d’un lusens.33<5)34<5boa5> des cist priumrg forson finirairectiode d ment pas le Mecq2951s="footnotecall" href="#ftn16" id=5bodyftn25">25<5boa5> des élriptirtoujourd’intepaEl26<56 tiions.os d’rt pouj perfourtenuour lasixgeségls="footnotecall" href="#ftn16" id=5bodyftn27">27<5boa57 choiUie ionun on s eît claire,lans sarchf missionv ; leslaitMa27"inu Likoro,tur evient aoBebeji élrip à coujoures zones ds. ide routes gade hises Zsmal imaDrefSochiaassembsttenuour lurjarrqua zone codeaires ne recoeamfigu trajsoute saphiapasat Sa; hisyagéle parcourrce efeormas élses aes i, Soutraliteet dans deces dour nrm suivtintntées,,rieoues

It P deces dete saphianimal etsont tepasat Sa; h a"#ftn34"docar lxe/u qu ss="textandnoteI,e An desef="#n c="nofollow""textandi,e Zoom"#ftn34"docar lxe/u Adiverirqu ="#n c="nofollow""textandi,e Orig"#ftn34"docar lxe/u Oe, soul (jpeg, 96kli>
le depui esp. style="font-variant:small-caps;">RochexixHarris
It D couil dete saphiani’aga, de ltnéraire comme mts gade imaZsmal a"#ftn34"docar lxe/u qu ss="textandnoteI,e An desef="#n c="nofollow""textandi,e Zoom"#ftn34"docar lxe/u Adiverirqu ="#n c="nofollow""textandi,e Orig"#ftn34"docar lxe/u Oe, soul (jpeg, 64kli>
HarrisBarth, (1857) 1965, tome 1hl-estorihisCamvientLefebtain(2010)
  • 29 ssaofite hchiefaNyadaa href="#ftn34">(..58
  • 25 sama href="#ftn34">(..5)
  • 30It is nAll myations qnoune dathat ettincl"whdry,dprouthat es miteunt hnndra href="#ftn34">(..6)
  • 31It s pePn aa’int our dans unimaAugilu, ga"#ftn34">(..6)
  • <

    14,et les lsafragx voysoumélimaversati dans ssage,luvioqui otion ois histoirntsrcueleuuvoéeccintimage deau histotres euré enh, Sacement enrsaire paitn intee premoùtel’infanimal eau hiss harnv fauteemnçustes der xre’ieuuOr,gsnnanc les u sensIl laagnlages ; lesampements, des villagepudes jeux dequ’iln ci mêmes un bucuei la as ce ir=rns.28<5829<5)30<6)s="footnotecall" href="#ftn30" id=6bodyftn31">31<6)

    • 29(..6)
    • 23  H.G. <27rt podes csta24yagoemenlréjni qKashofery,dis nAt 4-30rnt S aronux boaseedite hsont lrntserangegrea href="#ftn34">(..6)
    span class="num">27  Ce sois nArquarnolehant ruug up botweedite hKashef=a dndtSaïdeHoj Beshoroirnt ont ,tsborouth herad woashould a href="#ftn34">(..6)

18v,rie ont una jamai ce qques sur lurs leerdepui tinl’expson finira en stuinnetoire’ialittérTcutelousurrn/p>podes csta50 route sont una jmèninfZiarries pSokoto,tra lemblnt parent desséd infor’ll suiv pas ce qlues ûleq="footnotecall" href="#ftn34" id=6bodyftn32">32<6)uersati Wrsui troami, onthumr,res zones dndes commuhrefea et qudurieosont ,res zones dcnts postes,sont lrour nrmea et quq="footnotecall" href="#ftn34" id=6bodyftn33">33<6)34<6)

Dema4 cP urquoitrues roublotires sont xpene rendtre l’rvoioders L>I?<>
14  H.G.nrmatie viduals u sens sporma, s’aseo de Clap premsa en stuitéraque au cowf">vteemnuour cheni’t ett rbuc ceun central au vteem a emynt cone-i->v ?rx dddgder,duo

undrécis i de man s des e,agrmation sousensait qus. ide ro,rie u Ledoaées elitaoyarie oece de n ousen ?rSienéraires un esparovs familielntà la anim à suivre en joue odéduirntidnu’ is anlllét s l’las if de irairecpra au c mémetattend naisqece de n se réurine da jmes qedi drpandoug t jmes q des hns
="texte" dir="ltr">14  Ce sAn central au dougse F- s">dennae r destori Tunt polelarnsche,sence moitié du xixe siècle est mar é rexpleraements. Cettparoveltre utilis cetceun has apouL ml’renmepace ee prem hrho 1830eessaire par lesge.

undeficueildepcomur litien un an ûlnterrodi Mecq par e c mt nolnterrom7"i rcdes expdu ou niss de iraet lesqui l jeux deati dans sscliment poscueile prem hrho 1830seees biemsutre le premsocitl1s iurTunt po,’iduoph dg son our nle pre-rs eurndsembngeurifiidpliun i un ctes itina bucs britas lrefesimaseed’org forme und s,t, pré,gimase premoùt’id perpprt re itice de n scuVs eurndqece de n suoph is po ttt, de ltlseplireonnrnt p’renmqut lesq presm hrho 183s1s iurTunt po ouL aire paitnsche,, pédsrneurrnêtre uergennt daneqc ceuréurins séesxix
e siècle. Des ip er de le paemaverss de irasaoyagesm ila astila pratcsonneerp>It is nmadugut de l(onef ie aphet qu),dis njajit de l(onef ie aphet qu),dis nsbok jajit de l(oo d’ens loonef ie aphet qu),dis njagabat de l(sont ),dis nfarket de l(ls ou ppaires so ) réc
ss="textandnotes">
14uersdiaveccsn,uee qrie ence est austremlièeu g stersistanmondhfno de Clap ascueie da j famds eu guett Harai son et zonesaouss’oirn, son avdur litien langduoements. Cettveltre ufont n daujourarâomsutrcitiennt daneqc cleBarth, deveaires, il faut, s’aseo de Clas qus l ontile idui-étermir e recueilrte, d’orgme csatthmémoetd lahiffs raidetace et la mobis rsoph dg soouLutroùtregesont lrimenimm>ésns et leuracoum inlterations qui troé en saplus hisxixintl voompt lrode miss m rendexobaut Lma, s’astile idui-éterm copié lntà la asoiirnt atthmémoetaeon eenuuamondhleBarth, néraires un espacréeer ruiormaormaliutrrte, d’orgme curlieuxpes réglétait dae rendre d’un ecutodiffl a emutrfvidente pne sonnecle vms dndntae da jent de se rerecueilen didur iee, donna intee premo anirpre rechercqu’cueil pas ce quoqmations qui pourronnaissendi drpanda jes pt le eiseni’t d stue missutrétermrte, ds it,s permeil e l’eoires apisee, donna a jesneaties distancnts de littour nrmeension avec leduamondhleCdans lepurquoitinis pas familieeensor ls0excquivus le rerode misss à tt in permsuo ss="textandnotes">
  • 29  H.G. Barth, (1857) 1965, tome 1, p. 619.
  • 5u
  • <

    1433<7boa7> me lil pas ce quormation sousensphie arabeorm,tait dae rendriutrutodifflespace haoussaoyageulstruel’in,da jes pt e n’ea a jirilsusnt plusge.

    undetattend naaaoeussionst fnis sarchti
ss="textandnotes"> span class="num">29It an style="font-variant:small-caps;">Esti Esti Barth<

14Ln central au xixe siècle. Des itencnslrendtrms texor’llégiod ce i l’n, ec rendn grf mis neauensnseté en leureoireimcounutrrtevetroesnn de34<7) ss, ilss élpiuelquepquigistres s,ss landi e recpechré séie resrroea et qusstouls landi eet daslelpesstiluesarous le seulouL enmoir e l’ee, donna icun dionaires ne recopar extnpéobans sr,tuc-delintéchati dans ss m rendexobautmes qece de n Du fafs citlounsembati dans rpandtoirence est ausee, donna envergenepliun i e rendes drs europoparçoiv le s, laé en leureisr iemef dess distancé p pen leuuOdéduircrée comur néraires un espacrsavorelet qtedour nltre dépassvun i per ncnslrdeut onzrefe et nos m rendexobs anehode et noscutelaeon elaeonst deé en leu. Ruel’infops qece de n Du fafroutes vaciopéeniejesneaties disucs unfanimal ence est ausee, donna teent quenent ps p">vsuergenneation lialetrce et la inrma attentidnnn ir, e Du fa, rerateedes ia, renagné en leureisdeformatte dépass t jmes n ceseopar ex,f mis nolions.oCettndi eerultuivenisie arae rendlrma attenticr d suophes d’or,ueildeenneaiutruenvergenepliun ageutog 183afroutes en lang per ncgess distarap prttimage det la onextnpéuens. La ruette paa ts. iderispitnsche,oeafs ciecueiqq="footnotecall" href="#ftn34" id=7bodyftn25">25<7boa75

DemaboaSe premrs eurn>It aoneux qmuuaous
span class="num">2729Harris29Harris14Ln central au xixe siècle. Des imrtaati iettndi en stuinncogilourquoitennae r e rendrs eurn,uette p anehod ipourral des po iuamondhm conninist lsmenlraplus ces i queme cn’illmas élrromotodetxtes lemedeulemenuement Nor. Ese pendan,plorae coms unements. Cettvoyageulgné en leurpae déterme’ue forpquigistrnomonu vdesedolis les le reraur chjeux deatint es expdnts postes.rLe vdesenis nmotiaqui rtennae nom sss ciecnis nmotiiqui rassembe pas qule s peboug rl disee s pem’iCettl dit être entsuv disn figm>éergenntt es expraigm tt i ces tredeipteurdes lists langue anllléisist s sur lse odruel’i erae coms comafadi>,et te ls ros deniis uta envergennfn lq="footnotecall" href="#ftn34" id=7bodyftn26">26<76xixe siècle est matinouee Finr coures pt sgeulgnl" ceadriefodii sss ciecnge.

>It is nma lesnir s amri es u, tafiyaqui r/e sendicamndepéea evientl iltt pe>It aona clas, Cte ovdeseistés sur lsus rèaeraion souoprsaoirAbrars,rfpvoya pas qurzexplireefodii par extnpéscoo dlei, de Levuilq="footnotecall" href="#ftn34" id=7bodyftn27">27<7boa77 mi cressoyage,llies par s réMerricknià l stes vaciopés à tt insss ciecestge.

>It is naryi28<7boa78 mi cEnfiairec tirtoinfanior’ld’étteent querefe et nos m rendexobsde.

>It is nba afafi galldummaran29<7boa79 me lirode d, quitinu e iCett,nis nmotiiqui r ettis ntafyaqui rasustre entop pstrmir e iCett lenntsseneumrrnt fl lahislelis peurimaunnements. Cettv.
14xixe siècle. Des imleraements. Cettparoutes atuiv leuuvhte odu pré hisxpes redes ilshe é rre doubleigetda pnt les,er le veureiss de iraet leati dans sscliment pos, renagnoo dl de lia dlitat lezclassphie arabeormsil dbhisSud,teemnuod laaleurts languneux qmobisespace haoussldrroealiuFinnnagricolus hiseastorae tinératuiv leuuvagricolus sacemelt, pasprat prres s,sl heeet rendlrma anc i ce es sacrecngexateedes iateemnçusenxjeir, e Du fatlMors, dael- of Kai ainsi uette pen refiuFin>It
blocken de

  • 30xixBarthHarris30<8boa80
>
  • 29Harris<

    14  H.G.Ch pririd pelene sontlièrrl pas ce quanodi hisstys en r pf mistoiraattenticr plexnux deen langtila pratoce hsvirépas le eisenxjesdtrt thod mt nolfesie homt pos permien den cig euss. Esesffou,lev onzdeouesrrntnaafautd’orgcist lasn formts byarmienpic cerouéurinagnoon< eteissionis nmaf Kmait de assembdinncconnaa datefagoemenlrq="footnotecall" href="#ftn34" id=8bodyftn31">31<8boa81

14  H.G.nqueux qmr le vomien delacemelt mndeuna clas, Léraires un espalis sur lemt r le veussucs unfasoiirnt ue permfaciir oyarie rourt, un,pecux momeuepes régléaire par leat

18sensituaeces hydre arabe poa’rnv sujoualetrce et la explireonnrtevetreouL lrefs u sens soiirqeudes noirn, onttraoeirn/pircilro-c jamai ce qqueecutaeurtou jsntia d ces tredeipatm eneccsnnri ancues rerasont lrennenv’lteguesujous le e fearacitnscois zonesaouss25<8boa85 a>l difeAusaturtinue Leja vetrols gademurronnais é rrnêtre ,tNogmKaiploi seipatm eneccsnnedruel’onnae sns iteunfaniNach lgal Hannde, iis clyageeuds qqueontvingt-quaeouahr ter,rimalièrrljxplireobans iraet le Lecissl dan missami,ir s t2="footnotecall" href="#ftn34" id=8bodyftn26">26<8627<87

14Dema6
14xixe siècle. Des im pas ce qutoe’un éurine da jyj ir, e leOdroveltmsal ycement enrsscun s mint s erjesdtrenasnn isor,unt à cellon sL’ut dae rutrbleeaent pux momeuepesoblegdes expnérncern éTunt polobiie homt po creseu. ide roxyrs leer le veur mis nolde,tepae l britas urTunt po ,aletqu’i,aletfcconsujous, red dg sonhisergennvpodrtnpéueste A, deileampus le ratoce hs un fr le pa g stee premid peroffcirt itice de n sdougousemaverstaxsnoiUimas él Lma, g sonruultuc as,nas, donna est crée comecacrsavortegues imobilpae l britanéTunt polnme e epesesdu eute sdns d dlitatert europ,letf peeirt desont lextnpéoffcirt ad s,t, pré/pirbesrma estt

span class="num">27(..89 span class="num">27Barth, (1857) 1965, tome 1, p. 619.27Barth27  H.G. It is nte hfcconserét en botweedite h,s, i ausof gade dndtthaéofiBauchit de assp style="font-variant:small-caps;">Barth, (1857) 1965, tome 1a"#ftn34">(..92 span class="num">27It is nBea h te hfcconser-t en ofite h,s, i ausof Dauras ditele dis, prét de assp style="font-variant:small-caps;">Barth, (1857) 1961a"#ftn34">(..93 span class="num">27kadh,jsaidtto bopearlartthan T paroua; bute href="#ftn34">(..9) span class="num">29It is nHeun is te hfcconser ofite h,s, i ausof gade towder,thaéofiZsmaya piarked byuipearle href="#ftn34">(..95 span class="num">29It is nFirce q en ofite h,s, i ausof Katsinaqui rassp style="font-variant:small-caps;">Barth, (1857) 1965, tome 1, p. 219.27Barth, (1857) 1965, tome 1, p. 219.<

18autrblei la , Ct de,teilcsmpus le iInisÙt systument poCett déslemaj bri ious le ett rbuc ces e utrblese l britanéTunt po,es e utrbladiclasns citlnt urieut onzse emorqeudsnmoirjug rn forlera It v par,  ; le,stintdiverntv par,eet d  ; le,s  ; leneux orans s se e, iisrecdepéea t rbu,adiclasn es  ; lea, rs, aus="footnotecall" href="#ftn34" id=8bodyftn28">28<8829<8930<9boa90 me liro nc thpat d spsymbolus e qe u preméTunt polobimonrvnisid pelee renccilro-c jspéuesnsi usespace haoussq="footnotecall" href="#ftn34" id=9bodyftn31">31<9boa91 dant urias, donnaop,idi’ltie de son f peeiap ars dets rnyaie par extnpé drblese l britanenveçusnpé d,tren 32<92 mi,tepae lespae lrefs cellÙespdsnnfoaêisq="footnotecall" href="#ftn34" id=9bodyftn33">33<9334<9)25<95 tf mis élrip consujou noirn, env’que formeqe rencontsdiielrédouredtrtrajeespinan’il haoussq="footnotecall" href="#ftn34" id=9bodyftn26">26<9boa96 mi cresuaires un espaec,onetdisucpaitsuv dislutroùtdoiv le étermcy misflerstaxsndouredtrtrajsuri de u. ide ro actteent ps l ee dsonle pés par tror le pa gse misdi’ls de ira>It misexet detis nzango-n-genvmaqui rass peeampus le e qbl desfissq="footnotecall" href="#ftn34" id=9bodyftn27">27<9boa97 a>l dife

  • 29Harris27Harris27Harris<

    1828<9boa98 fouA l’vronnaa lsticipetutrblesea et qudne irilaal vetrols nord- ce,evetrolpéscn elaeoLibyimrtsf danrellÙespar evient péEguzmr,eùtorqleuriencleormarronnaisrovelv disnconsnrmrbme laonemma en qui lrssoiirqennfn lfedtrengesraletrce AïndetTfoboy. Esesffou,ldesle’iaonsrendlrmaAïndt meneurtoirattncontsie aysltfoboyaieHu u’tere temagrnais famrazziecn250peers, auxoiUimaamb sart ltfoboysa i l’utecaen do misae’inteul etan endlrmaAïndéuridl dr lesdi’lattncontrrnt guesujou,qeuds aeyageude dilstiancsé rrndilixerouéuridnu’ r e dn a’un Deonnae tn3unteul etan,nasnnTfoboys fam ainudnscrip ar exu etére sont usetxtteentmecarronnaispvienruiormar len soisptu’sea et quda jdse era’demrtevetrei,irpratu. ide roq="footnotecall" href="#ftn34" id=9bodyftn29">29<9boa99 fouSs rèaermotodhe,Maho extde Katsina,elacemeliè dete fea et qude e éterme, deecas peoiscucpetére sel l di/=itudomma sa29"deten ot de s="footnotecall" href="#ftn34" id=100odyftn29">29<100oa100 choi

  • 29It s peFconsujou Katsl da-SokotonréZampa euiÀflièrrljxpceré1a"#ftn34">(..101
span class="num">29  H.G. HarrisHarris< Cle, dtét 2003, pW.tyle="font-variant:small-caps;">Harris< Oudney, 2003, p18261, p. III-VI.FR"> premeèa gnoami,Gs;"icai> ] actE.W.1a"#ftn34">(..102

18xixe siècle est matiient pos degi qu,ee montra zclap consujou edtrenSokotonobilitiGobirawa pt qmelut misss urias,des irarronnllléqece de n udi, tfnagnfigurets languesaires un esps="footnotecall" href="#ftn34" id=101odyftn29">29<101pa101 mi crl’ee Cle, dtémeèmri 1824mrtevetresdi’lzcla,ngislégiodrstys s/stnsedeistao a et qudois d temagrnaa lsticipets leeblegitmaionpliun ea eoel lansau efis dpes r iterina buttnconéqebnlll lil Leja sacemelteulgnlu lfedm mais ’ceue espinlambi lcernecue drientrtmmauea ecuudeouL ea et qudusnz l denr usetxdesgetsuceormaun e paeouA’intede dj perfextdee dnudes orm mais ,rtsf danrelloisGageamioiUiois vatacessmoè detsa lgut,rnais fampeudusroufreimcouna sixois vae dsn drs Ls="footnotecall" href="#ftn34" id=102odyftn29">29<102pa10> choi

It aphitére szclap consujou edtrenGobirbhisSokotonre douCle, dtét pf="#ftn34"docannexe/tte e/835/ttg-5-aps;"580.jpg"irde="iennSet clttg src4"docannexe/tte e/835/ttg-5-aps;"480.jpg"ialt="Figuret5>It aphitére szclap consujou edtrenGobirbhisSokotonre douCle, dté" />i> ss="textandnoteIennAce paef="#rde="nofollow""textandiennZoom"#ftn34"docannexe/tte e/835/ttg-5-aps;"580.jpg">Adiverir a> ="#rde="nofollow""textandiennOril"#ftn34"docannexe/tte e/835/ttg-5.jpg">Orilsoul (jpeg, 68kli>
  • 29(..103
span class="num">29  Ce sontis nhenyarae fya pbixix<

18  H.G.Itacnrlietsuv disdee dqu’ilaeteina ls rfpvoya rme’rerssoiirqhs un futrblei la ,rie rapiionplionnae onemma le qqueue permsûroq="footnotecall" href="#ftn34" id=10329<103pa103 mi cructrs Laagétque em>ue jsntsuv dispnt fu mnsedeiscrée comeceee montre onemma le qque29<104pa10> choi

18
  • 29It M.Bn style="font-variant:small-caps;">HarrisHarris span class="num">29Harris

    14  Ce sDde daomt pechrntatm eneccsnnautre entette pnticr b per,oe le premepuitois deml’renmeepace haoussl’juneux quuuaements. Cetts e qrile prems citlerouéTunt po lirode daultusa rmeel’idisucrseis dete fsationureeens. q="footnotecall" href="#ftn34" id=10529<105pa105 choiIcuitulecnis nWakréMadugu Yarsyaqui rasnaaraennteplorahrlioirerssoiirqis nmadugut de lqronastee ae armrs eurnleCilro-c jasteee arm miA, dcors, p Cetts rtacesstt, le, ratoce hr tetére shaete rtadil aeyedans lei u m i,aieHu uonernuuas trlsrtaa un fse emorqs leioirn,in-midi tf dee misvolemairntilstiameepace arlat cr r me miserroms ou psq="footnotecall" href="#ftn34" id=10629<106pa106 choiTforme deen languuat Clapst m réghleorms le ec,oneeuuvhcun di poumr. Se premrs eurnnéuri deis nmadugut de ,edans le, pédtrmir rnêtre uergennt daneqc ceenvergenep eneccsn,edans leee premriultuerina bcaeurodetxoaa, Tun sn,edans ledcomur cors, p Cett lineux qmuuaements. Cettv.permien de termhur n sauespcist eheda jma jamutecacrn r mi

De1"5o>C dequiét 1
18ue onsna, e irer pendanljeux desdurc ceeop et efnsnnepui ntois l enclor Du fscur t ftormaionrce Afrtormaionrce On stouL ern ccon iraet nérdocu 18e et noll Cettvmmephie arabeorms le ecls gn misouMa si asteurs europdrop et efafsembs sue etmsal adapt le rator tromsnsujous detsaiou. urae rnagnifie pas que ces aeyag,mondhm espaq pelenaissacement ennt ulemeni n sujouCettvmmeimendiatiCett ltollig plmaou, ratoce aionrn,expleuridumeais ni ent queuc dyde daninaopoi,uerlocuurop crrmaaattentidasuaires un espaant dgder,dos m rendaangtim>uisnt posj pendantietvnttére sens.
  • 29BarthBarth

    1429<107pa107 me lars dee odu pré de néraires un espm pas ce eil e < etatrniresoiirnti,cnts postsslmun elae,resoiirnti,nnepléh

    18atu. ideriefesseadevèlmaucjesdtrt rvotodmondhmùtregeeaset leeimcoundes rpandte ouss’ùtrists r arabelrnnt de ddhféu preeemef dee leseu. ide rot

    Notes

    1  Je remercie Marie-Laure Derat, Dominique Casajus, Paolo de Moraes Farias, Saoude Ali, Jean-Charles Hilaire, Sophie Seban et Benedetta Rossi pour leurs commentaires sur une version préliminaire de ce papier.

    2  Cet ensemble de 99 pages, rassemblant près de 200 itinéraires, n’apparaît pas dans toutes les éditions et est notamment absent de la version française. H. Barth, (1857) 1965, tome 1, p. 599-651, tome 2, p. 608-613 et p. 662-694, tome 3, p. 633-649 et p. 684-710.

    3  J. Richardson, 1850, p. 14-21 [voir en ligne sur Gallica] ; J. Richardson, 1853, tome 2, p. 333-356 [voir en ligne sur Gallica].

    4  Le terme de Soudan, repris du Bilâd as-Sudân ou « pays des Noirs » des géographes arabes, est utilisé communément en Europe à partir de la seconde moitié du xviiie siècle, notamment par les géographes et les explorateurs pour définir l’Afrique saharienne, de l’Atlantique à la mer Rouge. Le Soudan central désigne alors, dans les écrits européens, une large région qui s’étend du fleuve Niger au lac Tchad d’ouest en est, et du Sud des déserts algérien et libyen jusqu’au confluent de la Bénoué et du Niger. Les leaders du Jihad de Sokoto au début du xixe siècle, notamment Usman Dan Fodio, Abdullahi Dan Fodio et Muhammad Bello, l’utilisent aussi dans leurs écrits, notamment l’Infaq al-maysur ou le Tazyin al-waraqat. L’utilisation d’un vocable aujourd’hui oublié, malgré son caractère ambigu, est justifiée par cette utilisation contextualisée en Afrique et en Europe, et par le fait qu’il représente alors une catégorie reconnue et identifié par les acteurs locaux.

    5  M. Edney, 1999, p. 170.

    6  A. Petermann a publié en 1858 une carte portant l’ensemble des itinéraires que Barth avait recueillis. A. Petermann, Dr. Barth’s Karte von Central-Afrika entworfen gezeichnet von A. Petermann, 1/6 000 000, Gotha, Justus Perthes, 1858, 430 x 265, Bnf Cartes et plans GE DD- 4007 (4-19).

    7  B. Collignon, 1996, p. 166-171 ; W. Kaiser, 1998, p. 67 ; D. Roche, 2003, p. 137-143 ; Shmesp, 2007, p. 275-293 et p. 295-316.

    8  H. Barth, 1862-1866, p. XIII et XVII [voir en ligne sur Google livres], à titre d’exemple, mais les débats qui les opposent sont présents tout au long de l’ouvrage. P.E.H. Hair, 1967, p. 44-51.

    9  Les supérieurs de Schön ont régulièrement essayé de le détourner de son intérêt pour la langue haoussa, l’invitant à étudier plutôt le mandingue ou le peul qui apparaissaient plus utiles aux objectifs de la mission ou l’engageant à se consacrer à des activités plus missionnaires, P.E.H. Hair, 1967, p. 39. De même les goûts personnels de Koelle, notamment son intérêt pour les liens de l’arabe avec les langues africaines, semblent avoir été plus déterminants que les objectifs de la mission dans le choix du kanouri, et il dut d’ailleurs s’en justifier à plusieurs reprises auprès de ses supérieurs, P.E.H. Hair, 1967, p. 42.

    10  Le Soudan central s’est vu partagé entre les zones d’influence française et britannique par l’accord de 1890, et il est désormais clair que ces deux puissances seront amenées dans un avenir prochain à investir d’une manière ou d’une autre la région.

    11  J.E. Philips, 1989, p. 39-58.

    12  Joseph McIntyre fait cette analyse pour le dictionnaire de Bargery. J. McIntyre, 2010, p. 85.

    13  Pour la définition de l’exploration scientifique et sa distinction de l’exploration de conquête, voir : F. Driver, 2001 ; I. Surun, 2003 ; I. Surun, 2006, p. 21-39 ; http://rh19.revues.org/index1089.html ; C. Lefebvre, 2008, p. 35-64 et p. 194-227.

    14  À Goummel : I received visits from the few Arabs residing here, and was pleased to find one among them who had been Clapperton’s servant, and was well acquainted with the whole proceedings of the first expedition. He had been travelling about a good deal, and was able, with the assistance of a companion of his, to give me a tolerably complete itinerary of the route from Sokoto to Gonja, the guro-country and the northern province of Asianti, H. Barth, (1857) 1965, tome 1, p. 537.

    15 As for the routes to Kukawa, of which I forwarded an account to Europe in 1851, I shall omit them, as I had myself repeatedly sufficient occasion to become acquainted with this tract from my own observations, H. Barth, (1857) 1965, tome 1, p. 610.

    16  Selon une double hiérarchie qui valorise le savoir de première main mais considère le savoir empirique européen comme supérieur.

    17 Although the first part of this route, as far as Neswa, coincides in many places with my own route. I shall nevertheless not omit it, as the coincidence in question proves the accuracy and intelligence of my informant, H. Barth, (1857) 1965, tome 1, p. 602.

    18  H. Barth, (1857) 1965, tome 1, p. 619.

    19  Ceci peut être déterminé en raison de la présence de noms communs conservés dans les langues vernaculaires et de la langue utilisée pour la toponymie.

    20  A.P. Leeuwen, A. Van Ferre (éd.), 1992. Sur ce point voir J.O. Hunwick, C. Meillassoux, J.L. Triaud, 1981, tome 1, p. 401-415.

    21 Besides there two men, there were many interesting strangers at that time in Kukawa, from whom I learned more or less, Some of them I shall here mention, as their character and story will afford the reader a glance at one side of life in Negroland. A man who had performed travels of an immense extent, from Khorasan in the east as far as Sansandi in the west, and from Tripoli in and Morocco in the north as far as Asanti and Jenakhera and Fertit toward the south, would have been of great service if he had preserved an exact recollection of all the routes which he had followed in his devious wanderings; but, as it was, I could only gather from him some general information, the most interesting part of which had reference to Mosi, or rather. More, a large and populous country, known by the name already from the sultan’s Bello curious communications to Clapperton, but always misplaced in the maps, and its capital Woghodogho, H. Barth, (1857) 1965, tome 2, p. 37-38.

    22  À propos des routes entre Zinder et Kano : It is not easy to get the route here by hours, for the people are ignorant of this way of reckoning the route, By days, something may be done, J. Richardson, 1853, tome 2, p. 225.

    23  Au cours de son séjour, Richardson finira d’ailleurs par trouver l’information souhaitée, puisqu’il publie en annexe de son récit un itinéraire décrivant la route de Zinder à Kano retenue par heure, J. Richardson, 1853, tome 2, p. 334.

    24  M. Boyer, 2000, p. 342-344 ; C. Mazouer, 1980, p. 599-600 ; D. Roche, 2003, p. 112 et 219, C. Estienne, 1552 [voir en ligne sur Gallica].

    25  J.-M.-V. Audin, 1828-1829 [voir en ligne sur Gallica] ; L. Dutens, 1783 [voir en ligne sur Gallica] ; France Administration des postes, 1825.

    26  M.W. Bivins, 2007, p. 76.

    27  Richard Lander, le compagnon du second voyage de Clapperton, décrit ainsi cette pratique en 1830 : The natives are passionately fond of storytelling, and listen for hours after the setting of the sun, with a gravity truly comic, to the recital of tales of the most wonderful and incredible description, in which they repose implicit belief, R. Lander, 1830, tome 2, p. 3, souligné dans le texte [voir en ligne sur Google Livres].

    28  J.F. Schön, C.H. Robinson, 1906, p. IX-XII, [voir en ligne sur The Internet Archive].

    29  L’analyse porte ici sur les formes d’oralité haoussa et leur comparaison avec les itinéraires transmis par des haoussaphones. Il serait particulièrement intéressant d’établir si des phénomènes comparables existent en tamacheq ou en kanouri. L’analyse serait possible, puisque Barth a recueilli des itinéraires dans ces deux langues et que le matériel linguistique contextualisé existe aussi.

    30  Il n’explicite pas dans son ouvrage les raisons qui l’ont poussé à mener cette recherche sur la langue haoussa.

    31  H.G. Harris, 1908, p. VI, [voir en ligne sur The Internet Archive].

    32  H.G. Harris, 1908, p. VI.

    33  H.G. Harris, 1908, p. V-VI.

    34  Ce sont les histoires : n° 9 Travels of Hadji Mahomet, Fellata of Kano, n° 10 Travels in Wadai Hadji Mahomet, Fellata of Kano, n° 14 Travels in Bauchi, Fellata Hausa, n° 15 Bauchi (continued), n° 18 Story of Travel by Mahomet of Katsina, n° 24 Travels of Abd Essalam de Kano, n° 30 Caravan journey by El Tahar de Ghat, H.G. Harris, 1908, p. 33-39, p. 40-41, p. 52-55, p. 56-58, p. 62, p. 80, p. 101-103.

    35  H.G. Harris, 1908, p. 33, p. 40, p. 80. L’orthographe des documents originaux a été systématiquement conservée.

    36  H.G. Harris, 1908, p. 33-34. Le terme sarauta est utilisé dans le texte pour qualifier Gilfei.

    37  Mary Bivins a une analyse similaire et considère aussi que les itinéraires sont avant tous des récits de voyage et des expériences de parcours, M.W. Bivins, 2007, p. 61.

    38  H.G. Harris, 1908, p. 62.

    39  H.G. Harris, 1908, p. 80-81.

    40  J.F. Schön, C.H. Robinson, 1906, p. 121 ; H.G. Harris, 1908, p. 33, 35, 40, 80.

    41  Il lui raconte, sous forme d’itinéraire, l’expédition militaire des troupes du sultan du Fezzan au Baguirmi, à laquelle il a participé, et afin d’« expliquer les mouvements de l’armée du sultan [il] dessinait constamment sur le sable la route empruntée par l’armée, alors [qu’ils] ét[aient] assis devant la porte de sa maison, et marquait les villes et les lieux pendant qu’il poursuivait », F. Rodd, E.W. Bovill (éd.), 1936, p. 163.

    42  Recueillis auprès de Dorugu, n° 38, magana ta mata biu da namijinsu da diansu biu, J.F. Schön, C.H. Robinson, 1906, p. 120-129, [voir en ligne sur The Internet Archive].

    43  Menezes de Drummond, 1826, p. 279-280 ; F. Castelnau, 1851, p. 27, [voir en ligne sur Gallica] ; E. de Monglave, 1857, p. 270-272, [voir en ligne sur Gallica].

    44 My informant then crosses the river and reaches Chinkay, H. Barth, (1857) 1965, tome 1, p. 619. Dans un autre itinéraire : This important place can be reached in a three good day’s marches from Yakoba; sleeping the first night, after a very long and fatiguing day’s journey through a mountainous country […]. My informant, proceeding at a slow rate, and perhaps not a direct line, went from this to Dampar, a place near the Bénuwé, H. Barth, (1857) 1965, tome 1, p. 620.

    45  H. Barth, (1857) 1965, tome 1, p. 622.

    46  D. Roche, 2003, p. 218-224 ; G. Livet, 2003, p. 341-343 et p. 448-450.

    47  D. Roche, 2003, p. 190.

    48  La formule est de Murray Last, « Indigenous mapping in pre-colonial Northern Nigeria », Panel 63-European and African Spatial Knowledge : Cartography of Africa 1850-1914 (Adam Jones), 3e Conférence européenne des études africaines (ECAS), AEGIS, Leipzig, 05/06/2009.

    49  Ba hanya a yi haka/Pas de chemin pour faire cela : il n’y a pas moyen de faire cela. G.P. Bargery, 1934, p. 449.

    50  R.C. Abraham, (1946) 1968, p. 374.

    51  G. Merrick, 1905, p. 79 [voir en ligne sur The Internet Archive].

    52  I. Wilks, (1975) 1989, p. 1-79 ; T.C. McCaskie, 1995, p. 10, 26, 296.

    53  Hat Salah est un marchand tripolitain qui joue alors un rôle politique et économique clé au Soudan central, il est l’ambassadeur commercial d’El Kanemi et son agent à Kano. C’est un homme important qui rassemble autour de lui une cour et de nombreux dépendants, domestiques et esclaves. Dès son arrivée à Kano, Clapperton se rend directement chez Hat Salah, pour lequel il a une lettre de recommandation du cheikh du Bornou. C’est lui qui lui fournit un logement dans la ville. Clapperton visite quotidiennement la maison d’Hat Salah avec lequel il s’est lié d’amitié au cours de son séjour, mais il ne fait référence à aucun moment à l’un de ses esclaves en particulier et n’en désigne aucun par son nom, sa fonction ou son importance.

    54  H. Barth, (1857) 1965, tome 1, p. 611-612.

    55  J. Richardson, 1853, tome 2, p. 349-350.

    56  El Hadj Ahmed ben Mohamed el-Fellati est un pèlerin dont le témoignage a été recueilli par des agents français en Tunisie, lors de son deuxième voyage vers La Mecque en 1892. Selon ces agents, il aurait trente-cinq ans au moment de l’entretien. Il leur déclare être un homme d’influence du califat de Sokoto et un médecin réputé. Pour sa biographie et l’analyse critique de son témoignage : A.S. Kanya-Forstner, P.E. Lovejoy, 1997, p. 2-5. L’enquête menée par Paul E. Lovejoy pour préciser son identité a montré qu’il était bien un personnage important, gendre de l’émir Muhammad Bello de Kano, son conseiller et aussi celui de son fils Muhammad Tukur. Il était un membre influent de la Tidjania. A.S. Kanya-Forstner, P.E. Lovejoy, 1997, vol. 24, p. 199.

    57  Clapperton, in J. Bruce Lockhart, P.E. Lovejoy, 2005, p. 256-265, et pour l’itinéraire, p. 309.

    58  Cinquième étape de la route de Hamarruwa à Yola par Koncha, Reach the residence of the chief Nyadang. Formerly travelers used to make a stage in the village of Ardo Kési, situated more to the north ; but this custom as lately ceased, H. Barth, (1857) 1965, tome 1, p. 627. La raison de cette modification d’itinéraire pourrait être politique mais malheureusement Barth n’a pas jugé ici utile de noter les enjeux de ce changement.

    59 During the dry season you reach a place called Jére (not Tére), while in the rainy season you encamp on the shore of the Guara the chief branch of the Kaduna, which can not be crossed but in boats, H. Barth, (1857) 1965, tome 1, p. 612.

    60 À propos du Bahr el Ghazal : All my informant stated that it is now dry, but that less than a hundred years ago it formed the bed of a river or channel opening a communication by water between the Tsad and Burgu. Indeed some people asserted that there was still living a very old man, who, in is early youth, had made this journey by water, H. Barth, (1857) 1965, tome 2, p. 610.

    61  Dans le récit de voyage d’Hornemann entre Augila et Temissa : « Peu après notre arrivée à Augila, un homme fut envoyé par le chef de la caravane, pour examiner les endroits où l’on prend de l’eau, jusqu’aux frontières du royaume du Fezzan. Cette précaution devint nécessaire à cause de l’augmentation d’hommes et de chameaux qui formaient alors cette grande caravane, et de la possibilité que faute de pluie ou par d’autres causes, les sources sur la route ordinaire ne fournissent pas une quantité d’eau suffisante pour un si grand corps. Le messager, ayant ordre d’user de toute la célérité possible, revint le douzième jour avec l’heureuse nouvelle qu’il y avait de l’eau en abondance, et qu’il n’avait rien rencontré qui pût empêcher notre voyage », F.C. Hornemann, 1802, p. 128. Le texte est disponible en ligne mais dans une autre édition et une autre traduction : voir en ligne sur Gallica.

    62 No certain information can be obtained of the route from Zinder to Sakkatou, in this place. The people only say the present Sultan is not so strong as was his father; thereby intimating that the routes are not so secure as formely, J. Richardson, 1853, tome 2, p. 30.

    63  27 septembre 1824 au départ de Bir Kashifery, At 4-30 no Stars to be seen the guides differing greatly about the roads I could not see the compass – but by the light of the fire – and found our old guide to be right, H. Clapperton, 2000, p. 259.

    64 A quarrel has sprung up between the Kashalla and Saïd Haj Beshir’s slave, about the road we should take from this to Kuka, J. Richardson, 1853, tome 2, p. 320.

    65  Mohamed el-Fellati, in S. Kanya-Forstner, P.E. Lovejoy, 1997, p. 41.

    66  Comme pour les jeunes Inuits décrits par Béatrice Collignon, B. Collignon, 1996, p. 76.

    67  E.R. Flegel, 1985, p. 10-11.

    68  E.R. Flegel, 1985, p. 10-11.

    69  A.U. Dan-Asabe, 1987, p. 73-74.

    70  G. Lydon, 2009, p. 274-339.

    71  A.U. Dan-Asabe, 1987, p. 89.

    72  Sur la question de l’aspect héréditaire de la fonction : P.E. Lovejoy, 1973, p. 645.

    73  H. Barth, (1857) 1965, tome 1, p. 615.

    74  Ces réseaux, les pratiques de l’espace, la mobilité et les formes de contrôle territorial au Soudan central au xixe siècle sont l’objet d’un chapitre de ma thèse : C. Lefebvre, 2008, p. 71-102.

    75  Sur la mobilité : C. Moatti, 2004 ; C. Moatti, W. Kaiser, 2007, 512 p.

    76  Jikinsa ya motsa/son corps a bougé, il est malade ; cikina yana motsi/mon intérieur bouge, j’ai mal à l’estomac ; hankalinsa ya motsa/sa raison a bougé, il est en colère ; gari ya motsa/la ville a bougé, la ville est dans un état de grande agitation ; ya motsu tsakaninsu/il y a du mouvement entre eux, une querelle a éclaté entre eux, G.P. Bargery, 1934, p. 795 ; R.C. Abraham, (1946) 1968, p. 678.

    77  R.C. Abraham, (1946) 1968, p. 837.

    78  Proverbe 142, G. Merrick, 1905, p. 32.

    79  Proverbe 4, G. Merrick, 1905, p. 9.

    80  Mohamed el-Fellati, in S. Kanya-Forstner, P.E. Lovejoy, p. 43.

    81  P.E. Lovejoy, 1973, p. 646.

    82  G. Merrick, 1905, p. 35.

    83  P.E. Lovejoy, 1978, p. 178.

    84  H. Barth, (1857) 1965, tome 1, p. 599, 600, 601, 603, 607, 610, 611.

    85  G. Nachtigal, 1881, tome 1, p. 379.

    86  « Au matin les investigations furent reprises par Houssein Ngomati et par un autre de mes domestiques. Tous deux reparurent à midi sans ramener Hammou, mais avec des informations si précises sur l’endroit où il devait se trouver, que c’était comme s’ils l’avaient vu. C’est réellement une chose merveilleuse que le flair de ces nomades du désert, et mon Nogmati, en cette occasion, m’en fournit une preuve achevée. Il avait pris comme point de départ de son exploration l’Amanga : d’abord, du haut de son chameau, il avait examiné avec un grand soin toutes les places un peu à l’abri du vent, en arrière des buissons rabougris et des quelques touffes du chemin, et, là, il avait bientôt découvert quelques traces non encore effacées du passage de notre colonne. Dans ce fouillis de pas de chameaux, de chevaux, d’hommes, où l’œil d’un Européen n’aurait rien vu de bien perceptible, son regard perspicace avait démêlé les empreintes du gros pied informe de mon Marocain avec sa façon de marcher en dedans. Une fois sûr de cet indice, il était descendu de sa monture, et s’était mis à étudier minutieusement et par le détail la partie suivante de la route. Plusieurs fois encore, il y avait retrouvé la trace en question, et finalement il avait pu déterminer l’endroit où l’absent avait dû s’écarter de notre voie. Plus loin, en effet, sur un terrain devenu plus favorable, les vestiges des autres membres de la caravane demeuraient reconnaissables, mais on n’apercevait plus les grands pieds d’Hammou. Mon chercheur de piste avait donc dévié de côté, et non seulement il avait eu la chance de retrouver la trace, mais encore il avait pu continuer à la suivre d’autant plus aisément qu’elle était maintenant toute seule et que le vent plus faible de l’après-midi l’avait beaucoup moins oblitérée. À une certaine distance l’égaré avait dû rencontrer deux personnes qui menaient un chameau à la longe, et qui, à en juger par la direction peu sûre de leurs pas, n’étaient pas mieux que lui-même au fait du chemin. Tout cela, Houssein Ngomati l’avait lu sur le sol aussi clairement que si lui-même eut été en quart avec les personnages fourvoyés. Il avait alors suivi ces nouvelles empreintes, qui étaient allées parfois s’effaçant sur un espace assez long, puis tout à coup s’étaient perdues dans le piétinement confus de tout un ferik, dont l’allure indiquait une marche précise et qui devait se diriger vers la fontaine vainement cherchée par nous-mêmes. C’était là encore une déduction sûre que le sieur Houssein avait tirée des vestiges multiples d’hommes et de bêtes examinés par sa fine prunelle, et c’est pourquoi il était revenu nous dire catégoriquement qu’Hammou se trouvait sain et sauf, en telle ou telle compagnie, à la station que nous avions manquée », G. Nachtigal, 1881, tome 1, p. 431-432.

    87 The study of sau, "footsteps" of men and animals, is quite a science in this part of the world. The Fezzanee are reckoned the most expert in this knowledge; they are said to be able to distinguish the footstep of people when printed upon the trunk of a palm, the print-step being made by dipping the feet in water, J. Richardson, 1853, tome 2, p. 105-106.

    88  La taxinomie en langue locale n’a malheureusement pas été conservée par les explorateurs qui ont recueilli ces itinéraires, ces catégorisations ont été systématiquement traduites.

    89  Brini-n-konni, Birni-n-goga, Keffi-n-Abdezenga. Nom commun + n (opérateur d’intégration) + toponyme. Sur la structure linguistique des toponymes haoussas, voir C. Gouffé, 1967, p. 95-127.

    90  H. Barth, (1857) 1965, tome 1, p. 623.

    91  A. Haour, 2005, p. 553.

    92  Tebki : the frontier place between the province of Kano and that of Bauchi, H. Barth, (1857) 1965, tome 1, p. 617.

    93  Kurni/Kurreni : Being the frontier-place of the province of Daura in this direction, H. Barth, (1857) 1965, tome 1, p. 611 ; Oma : Here at length the traveller sees a forest of date-palms; and the first district of Fezzan begins, J. Richardson, 1853, tome 2, p. 339.

    94 Manzannia, a large place surrounded with a keffi or stockade, said to be larger than Tessaoua; but the government of the town is generally divided half belonging to Daura and the other half to Bornu, H. Barth, (1857) 1965, tome 1, p. 610.

    95  Da-n-Soshia : Here is the frontier of the province of Kano toward that of Zariya, marked by a large Kurremi dry in the summer, H. Barth, (1857) 1965, tome 1, p. 612 ; Dogeri : The frontier place (in 1851) of the extensive province of zegzeg, and of the independent kingdom of Fanda, H. Barth, (1857) 1965, tome 1, p. 614.

    96  Kurkejam : First place of the province of Katsina, H. Barth, (1857) 1965, tome 2, p. 633.

    97  H. Barth, (1857) 1965, tome 2, p. 627.

    98  n° 18-Story of travel by Mahomet of Katsina, H.G. Harris, 1908, p. 62.

    99  H.G. Harris, 1908, p. 62.

    100  H.G. Harris, 1908, p. 62.

    101  Mohamed el-Fellati à propos d’Oummadaou : « Frontière Katséna-Sokoto ou Zampara. À partir de ce point la route est particulièrement peu sûre, par suite du voisinage du Maradi dont les caravanes ont à craindre les hordes de pillards », S. Kanya-Forstner, P.E. Lovejoy, 1997, p. 98.

    102  D. Denham, H. Clapperton, W. Oudney, 1826, tome III, p. 125-130 [voir en ligne sur Gallica] ; E.W. Bovill, 1966, p. 702-704.

    103 A quarrel has sprung up between the Kashalla and Saïd, Haj Beshir’s slave, about the road we should take from this to Kuka. The north-eastern, or direct east, is the shortest, but there are three days without habitations this is Saïd’s road. The south-eastern is the longer route, and is the Kashalla’s, but there are people every day. The latter is probably the better route for me, It is decided that we leave the day after tomorrow, J. Richardson, 1853, tome 2, p. 320.

    104  hanyar lafya, bi ta da shekara/route de paix suit avec année, R.C. Abraham, (1946) 1968, p. 374.

    105  Sur cette source : M.B. Duffill, 1986, p. 38 ; M.B. Duffill, 1989, p. 97 et p. 112-116.

    106  M.B. Duffill, 1986, p. 59-61.

    107  S. Subrahmanyam, 2007, p. 34-53 ; J.F. Schaub, 2008, p. 640.

    Haut de page

    Table des illustrations

    Titre Figure 1 : Carte du Soudan central au xixe siècle
    Crédits Camille Lefebvre (2008)
    URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/835/img-1.png
    Fichier image/png, 140k
    Titre Figure 2 : Détail de la carte de Barth figurant, en noir, les itinéraires qu’il a recueillis
    Crédits A. Petermann, Dr. Barth’s Karte von Central-Afrika entworfen gezeichnet von A. Petermann, 1/6 000 000, Gotha, Justus Perthes, 1858, publié dans H. Barth, (1857) 1965, hors-texte
    URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/835/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 208k
    Titre Figure 3 : Portion de la carte de l’esclave d’Hat Salah
    Crédits Portion de la carte Route de Kano à Nyffé par l’esclave d’Hat Salah conservée à la Royal Geographical Society, RGS Mr Nigeria S/S 39 A collection of Route Maps, p. 7. Publiée dans J. Bruce-Lockhart, P.E. Lovejoy, 2005, p. 498. La partie droite est une transcription en français et une adaptation de la carte réalisée par Yacine Daddi Addoun pour l’ouvrage de Lovejoy et Bruce Lockhart
    URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/835/img-3.jpg
    Fichier image/jpeg, 96k
    Titre Figure 4 : Détail de la carte de Barth portant l’itinéraire de Kano à Zaria
    Crédits A. Petermann, publié dans H. Barth, (1857) 1965, hors-texte et Camille Lefebvre (2010)
    URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/835/img-4.jpg
    Fichier image/jpeg, 64k
    Titre Figure 5 : Carte de la zone frontière entre Gobir et Sokoto selon Clapperton
    Crédits Détail de la carte de la mission du Bornou, in E.W. BOVILL E. W., 1966, hors-texte
    URL http://journals.openedition.org/afriques/docannexe/image/835/img-5.jpg
    Fichier image/jpeg, 68k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Camille Lefebvre, « Ce que l’itinéraire nous dit du voyage. Listes d’itinéraire, voyage et imaginaire spatial au Soudan central au XIXe siècle », Afriques [En ligne], 02 | 2010, mis en ligne le 24 février 2011, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/afriques/835 ; DOI : 10.4000/afriques.835

    Haut de page

    Auteur

    Camille Lefebvre

    Chargée de recherche CNRS, Centre d’études des mondes africains (CEMAf)

    Articles du même auteur

    Haut de page

  • Logo Institut des mondes africains
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals