Navigation – Plan du site

Regards sur la production éditoriale de la SER

The publications of the SER
Raymonde Monnier
p. 235-257

Résumé

La recherche sur les éditions de la Société depuis sa fondation a permis de recenser plus de cent publications, dont on trouvera la liste en annexe : 119 ouvrages originaux, dont les 11 volumes des Œuvres de Robespierre, entreprise éditoriale ambitieuse qui s’est poursuivie de 1912 à 2007. Deux grandes séries de publications sont éditées dans la Bibliothèque d’histoire révolutionnaire jusqu’au cinquantenaire de la Société en 1958. Le rythme atteint au lendemain du Bicentenaire de la Révolution, de plus d’un livre publié chaque année, a augmenté depuis pour atteindre deux à trois par an. L’article rend compte des différents thèmes abordés dans ces études, où la période révolutionnaire occupe la plus grande place, et des grands axes éditoriaux poursuivis depuis la fondation à côté de la revue : publication de thèses et études érudites, textes et documents, bibliographie et inventaires. Le tableau général reflète la diversité des centres d’intérêt des spécialistes de la période et met en évidence les évolutions les plus significatives de ces dernières années : le recul de l’édition de textes, et l’inversion de la proportion d’études originales et de thèses au profit des colloques et journées d’études.

Research on the publications of the Société since its foundation has made it possible to inventory more than 100 publications of which the list is in the appendix: 119 original works, including 11 volumes of Robespierre’s works, an ambitious editorial enterprise between 1912 à 2007. Two large series of publications were completed in the Bibliothèque d’histoire révolutionnaire by the centenary of the organization in 1958. The pace of publications in the aftermath of the bicentennial of the Revolution with more than a book published each year has since increased reaching two or three a year. This article gives an account of the different themes contained in these studies, with the revolutionary period occupying the largest place, and examines the main editorial lines of the journal since its foundation: publication of theses, scholarly studies, texts and documents, bibliographies, and inventories. The general catalogue reflects the wide diversity of interest among specialists of the period, and also reveals the most significant changes of recent years: fewer editions of texts, and original works and theses, and more conferences, large and small.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 A. Mathiez est élu président de la Société en juin 1909, puis directeur de la revue en décembre, pa (...)
  • 2 Bien que membre du bureau de la Société depuis longtemps, ayant été adjointe au secrétariat général (...)

1S’agissant de revenir sur cent ans de publications d’études révolutionnaires par la Société, je m’en tiendrai aux livres et brochures publiés depuis sa fondation, en laissant de côté son organe évidemment le plus important, la revue : c’est-à-dire la publication quasi régulière des Annales révolutionnaires puis des Annales historiques de la Révolution française, si l’on excepte la brève interruption due à la Grande guerre (1915), et celle de la Seconde Guerre mondiale (1941-1944). Philippe Bourdin en a retracé le parcours idéologique et les principales orientations historiographiques, en étudiant précisément le contenu thématique des AHRF depuis 1924. L’examen général des autres publications de la Société m’a incitée à adopter un point de vue et un cadre de classement un peu différent quant à la chronologie, à l’analyse du contenu et aux genres de publications. Je reviendrai plus longuement dans mon exposé sur les éditions les plus anciennes : celles initiées par Albert Mathiez de 1909 à 1932, alors qu’il était tout à la fois président de la Société, directeur de la revue et directeur de la Bibliothèque d’histoire révolutionnaire1, puis par Georges Lefebvre, qui assuma aussi les trois fonctions jusqu’en 1959. On verra que par la suite la direction des publications est en fait plus collégiale, comme en témoigne la 3e série de la Bibliothèque d’histoire révolutionnaire, qui s’est poursuivie de manière assez régulière depuis 1962 et continue parallèlement à la nouvelle collection créée en 2001, celle des Études révolutionnaires dont nous publions cette année le dixième volume. L’inventaire que j’ai pu reconstituer l’an dernier de cette série, dont plusieurs titres sont toujours disponibles, pour établir un catalogue de nos éditions, fait que ces publications vous sont plus familières, en tout cas moins inconnues2.

  • 3 Ces chiffres comprennent les volumes hors série, puisque la 1re série de la Bibl. hist. révol. diri (...)

2La recherche sur l’ensemble des éditions de la Société m’a permis de recenser plus de cent publications, 119 sans compter les deux réimpressions des Œuvres de Robespierre, réalisées en 2000 et 2007. La moyenne d’un volume par an n’est pas très significative dans la mesure où les livres sont publiés à un rythme assez inégal, en fonction des circonstances et des conditions éditoriales du moment. Ces publications se présentent en gros suivant deux séquences chronologiques d’un quart de siècle jusqu’au cinquantenaire de la Société, qui correspondent aux deux grandes séries de la Bibliothèque d’histoire révolutionnaire : une première série de 24 titres sous la direction d’Albert Mathiez, une deuxième de 16 volumes de 1932 à 1961, qui se termine, après la mort de Georges Lefebvre, par la publication des recueils d’articles hors série qui suivent la célébration du cinquantenaire de la Société en 19583. Cette séquence éditoriale est marquée par une longue interruption (1936-1947) due à la guerre. Enfin, pour la période des cinquante années qui suivent, j’ai été tentée de placer la partition après les dernières publications liées au Bicentenaire de la Révolution, en 1996. Le rythme de plus d’un volume par an de 1962 à 1996 a augmenté depuis, pour atteindre une moyenne de deux volumes et demi ces dix dernières années dans les deux collections de la Société. Toute partition est forcément arbitraire, mais le choix de ces grandes séquences a été négocié aussi en fonction des étapes de la publication des Œuvres de Maximilien Robespierre.

  • 4 Édition du Centenaire de la Société des études robespierristes, tome I, Robespierre à Arras : les œ (...)
  • 5 Comment résumer l’apport majeur des travaux de Marc Bouloiseau (1915-1998) aux recherches sur l’his (...)
  • 6 Art. cité, p. 25.

3Je passerai assez rapidement sur cette entreprise éditoriale, assurément la plus ambitieuse de la Société, clairement exprimée dans sa charte de présentation lors de sa création en 1907, et jamais démentie depuis, comme en témoigne l’édition réalisée pour le présent centenaire. Claude Mazauric en a évoqué précisément l’historique et le contexte, pour les dix volumes publiés de 1912 à 1967, dans la présentation de la réimpression chez Phénix (2000), et dans celle de l’édition que nous publions cette année4, assortie d’un onzième volume de Compléments, préparé par Florence Gauthier. L’entreprise s’inscrivait dans un travail d’érudition plus large sur les sources de la Révolution française, indispensable à la compréhension du processus révolutionnaire dans son ensemble, et dans un renouvellement des problématiques où la connaissance de la pensée et de l’action d’un des principaux protagonistes du gouvernement révolutionnaire prenait évidemment sa place. La publication, commencée à l’initiative de Mathiez, et dont les volumes furent confiés successivement à plusieurs historiens, se poursuivit sous la houlette d’Albert Mathiez et Gustave Laurent pour les cinq premiers tomes (Robespierre à Arras, 1912, 1914 ; Correspondance, 1926 ; Journaux, 1939, 1961) puis, à l’Institut d’histoire de la Révolution française pour les Discours, sous la responsabilité d’une équipe dirigée dès 1946 par Georges Lefebvre, avec Marc Bouloiseau5, Jean Dautry et Albert Soboul, maître d’œuvre du dixième volume paru aux PUF en 1967. Voilà cinquante ans, au moment du bicentenaire de la naissance de Robespierre, en 1958, alors que les huit premiers volumes étaient déjà publiés et que le suivant était sous presse, Maurice Dommanget, en retraçant les cinquante ans d’histoire de la Société, annonçait déjà un onzième volume : « La préparation du tome X qui clôt l’édition des Discours est en voie d’achèvement. Un dernier volume contiendra des "Écrits divers" »6. Cette année l’édition du centenaire de la Société, qui reproduit les dix volumes publiés de 1912 à 1967, est augmentée d’un onzième volume qui regroupe les textes omis par les maîtres d’œuvre ou retrouvés depuis.

  • 7 Ibid., p. 9.
  • 8 François Vermale, Les classes rurales en Savoie au XVIIIe siècle (1911, 327 p.), une synthèse novat (...)
  • 9 AR, III, 1910, p. 561-68 ; IV 1911, p. 23-41. Le premier fascicule publié est un inventaire des arc (...)
  • 10 Hector Fleischmann (AR, IV 1911, p. 601-626). René Farge (AR, VII, 1914, p. 646-674).
  • 11 AR, IV 1911, 626-37, La mission de Laplanche ; V 1912, 41-49, 206-211, 359-73, 511-520 : les délégu (...)

4En dépit des objectifs affichés à l’origine, d’étendre « le champ de ses investigations jusqu’à la révolution tout entière et jusqu’aux manifestations qui au cours du XIXe siècle ont marqué le développement de l’histoire de la pensée révolutionnaire »7, pour embrasser « toute la période comprise entre 1770 et 1825 », c’est la période révolutionnaire (17891799) et dans une moindre mesure l’Empire qui occupent la place la plus grande. Mais le programme de la Société affichait déjà les trois grands axes éditoriaux poursuivis depuis : une revue trimestrielle, l’édition des Œuvres de Robespierre et, le cas échéant, des volumes entrant dans le cadre des recherches entreprises : c’est la future Bibliothèque d’histoire révolutionnaire. La première série, publiée chez Ernest Leroux comme les Annales révolutionnaires, débute en 1911, avec la thèse de François Vermale sur la Savoie8. En 1914, la collection compte déjà 13 titres et un volume hors série, dont plus de la moitié sont tirés de la revue. Huit fascicules reprennent un ou plusieurs articles des Annales révolutionnaires ; c’est le cas en partie de l’étude de Mathiez sur les conséquences religieuses de la journée du 10 Août9. On peut regretter que d’autres articles aient été repris purement et simplement des Annales10. Le fascicule 8 réunit cinq articles d’Edmond Campagnac, publiés en 1911 et 1912, sur les débuts de la déchristianisation dans le Cher, avec une préface d’Albert Mathiez11. Dans le fascicule 7, François Vermale reprend trois articles sur la vente des biens nationaux dans le district de Chambéry, en ajoutant une table des noms, des personnes et des lieux.

  • 12 Sur les multiples domaines d’intervention de Mathiez quand il enseigne à l’Université de Besançon, (...)
  • 13 AR, VI 1913, 533-50, 681-706 ; VII 1914, 81-97, 224-47. Pièce capitale de « l’affaire Chabot », pré (...)
  • 14 Sur le colonel Borrey, voir la contribution de Claude Mazauric au présent volume.

5La collection propose trois rubriques complémentaires, qui seront plus ou moins régulièrement conservées : thèses et études érudites, textes et documents, bibliographie et inventaires12. Parmi les livres publiés de 1910 à 1914, trois sont des publications de documents : le mémoire apologétique de François Chabot publié par Albert Mathiez (déjà paru dans les Annales en 1913 et 1914)13, la thèse complémentaire d’Émile Lesueur et celle de Francis Borrey sur l’esprit des prêtres franc-comtois pendant la crise de 1813-1815, à partir de leurs témoignages et de ceux des administrateurs et policiers14.

  • 15 Écrit à partir de documents d’archives, ce livre d’histoire locale a été réédité en 1988 (Nice, Ser (...)
  • 16 Albert Troux, art. cit., p. 241.
  • 17 Soit 178 adhérents (M. Dommanget, art. cit., p. 13). E. Campagnac, inspecteur de l’Assistance publi (...)
  • 18 Dans le fasc. 6, F. Vermale, qui était franc-maçon lui-même, reprend des articles publiés dans les (...)

6Deux monographies d’histoire urbaine rassemblent des études locales sur la Révolution publiées ailleurs : celle de Roger Lévy sur Le Havre de 1789 à 1848, et l’histoire de Nice après la conquête française, de 1792 à 1800, par Joseph Combet. Une nouvelle édition étendue de ce livre est publiée dans la Bibliothèque d’histoire révolutionnaire après la mort de l’auteur, d’après ses notes (1925)15. Les deux volumes sur la franc-maçonnerie en Artois sont dus à Émile Lesueur, docteur en droit, éditeur des deux premiers tomes des Œuvres de Robespierre (Robespierre à Arras). L’un est une étude de la franc-maçonnerie en Artois au XVIIIe siècle (1914, 390 p.), l’autre une édition des Livres d’architecture de la loge de la Fidélité à l’O* d’Hesdin (thèse complémentaire, 1914, 463 p.). Le bilan était déjà honorable pour une Société qui en était alors à « l’âge héroïque » (Albert Troux)16, celui des premières années de Mathiez à l’Université de Besançon, et qui comptait, avec Edmond Campagnac comme secrétaire, moins de deux cents adhérents17. Dominent dans cette première série de la Bibliothèque d’histoire révolutionnaire, l’histoire sociopolitique et religieuse, suivant les axes privilégiés par Mathiez : recherche de nouvelles archives, mais aussi approfondissement des questions, de l’interprétation du contexte politique et enfin prise en compte du point de vue économique et social (il s’affirme dès l’origine, avec la publication des travaux de François Vermale sur la Savoie - les classes rurales, la vente des biens nationaux, la franc-maçonnerie)18. Les recherches concernent surtout la période révolutionnaire, mais aussi l’Ancien Régime et la première moitié du XIXe siècle (Francis Borrey, Roger Lévy).

  • 19 Le livre, qui élargit ses recherches pour un mémoire de DESS à Dijon, a été réédité en 1926, et rep (...)
  • 20 L’école centrale du Doubs à Besançon, an IV-an XI (1926, XXII-225 p). La thèse d’Albert Troux est p (...)
  • 21 Dans le 1er fascicule, M. Dommanget fait précéder ses recherches publiées dans les Annales (AR, VII (...)
  • 22 AR, IX, X et XI. Léon Dubreuil collabore régulièrement aux Annales.
  • 23 AR, XIV, 1922, nos 1-3. A. Mathiez dans son compte rendu souligne la nouveauté du sujet, jusque-là (...)
  • 24 Sur son œuvre historique et son enseignement, voir notamment les hommages de ses étudiants et l’art (...)
  • 25 M. Dommanget, art. cit., p. 18-19 (assemblée générale de 1925). Le nombre des sociétaires et abonné (...)

7Après l’interruption due à la guerre, une nouvelle série de dix fascicules (dont un volume hors série) paraît de 1918 à 1932 ; les deux premiers sont édités comme la revue à Besançon, chez Millot frères, les suivants à Paris chez Félix Alcan. Avec la première table décennale des Annales due à Maurice Dommanget (1919), elle comprend surtout des études régionales : celle d’Antoine Richard sur le gouvernement révolutionnaire dans les Basses-Pyrénées (1923)19, l’étude d’Albert Troux sur l’École centrale du Doubs20 et enfin, du côté des documents, le livre de compte d’un curé constitutionnel auvergnat (Auguste Trévis éd.). La moitié des fascicules sont formés par la réunion d’études ayant paru dans la revue : deux volumes réunissent celles de Maurice Dommanget sur la déchristianisation dans l’Oise, publiées dans les Annales de 1916 à 192121. Un autre reprend les études de Léon Dubreuil sur la nouvelle administration départementale et municipale, publiées de 1917 à 191922 ; le fascicule 6 rassemble trois articles sur la Justice militaire sous la Révolution23, de Georges Michon, éditeur de la Correspondance de Robespierre en 1926 et secrétaire général de la Société. La série rend compte de l’élargissement des thèmes à l’histoire politique et administrative, à la déchristianisation et aux cultes révolutionnaires. Loin des articles de presse et des polémiques iconoclastes, la Bibliothèque d’histoire révolutionnaire est consacrée aux recherches scientifiques nouvelles - tirées des Annales à 48 % - et permet à Albert Mathiez de faire connaître les travaux de ses élèves et de ses collaborateurs les plus représentatifs de son enseignement et de sa méthode24. Certains auteurs sont d’ailleurs des membres en vue de la société, qui comptait alors 338 membres, dont une centaine à l’étranger25.

  • 26 Pour le dixième anniversaire de la mort de G. Lefebvre (AHRF, n° 198, 1969/4, p. 549-556). Sur l’au (...)

8La deuxième série, dirigée par Georges Lefebvre de 1932 à 1958 et un temps interrompue par la guerre, ne rompt pas avec ce programme éditorial, en publiant les travaux d’une nouvelle génération de chercheurs, collaborateurs de la Société et des Annales, qu’ils soient élèves de Georges Lefebvre, comme Albert Soboul, ou d’Albert Mathiez, comme Jacques Godechot. Il n’entre pas dans le cadre de cet article de résumer l’audience de l’œuvre de Georges Lefebvre et l’influence déterminante qu’il a eu sur les études révolutionnaires, les publications, et notamment les travaux collectifs sur les sources. Rappelons qu’il enseigne à la Sorbonne de 1935 à 1945 et que, lorsqu’il succède à Philippe Sagnac en 1937, il obtient la création de l’Institut d’histoire de la Révolution française. On se reportera au bel hommage d’Ernest Labrousse dans le numéro spécial des AHRF de 1969, qui replace l’œuvre des deux grands historiens que furent Albert Mathiez et Georges Lefebvre dans l’évolution de l’historiographie française depuis l’Histoire socialiste de la Révolution française de Jaurès26.

  • 27 (Paris, Mellottée, 1933), Articles extraits des AHRF, 1932/3, p. 309-324, « Moreau et les papiers d (...)
  • 28 E. Soreau réunira ces articles dans un livre intitulé Ouvriers et paysans de 1789 à 1792 (Paris, Le (...)
  • 29 L’éclairage de Paris à l’époque révolutionnaire. Thèse pour le doctorat de l’Université de Paris, P (...)
  • 30 Répertoire sommaire (1790-an IV), Paris, Société des études robespierristes, Commission de recherch (...)
  • 31 Numéro spécial des AHRF, n° 126, 1952 (p. 113-251), publié avec le concours du CNRS.
  • 32 Une recherche qui m’a été facilitée grâce à l’aide de Stefan Lemny, conservateur à la BNF, que je r (...)
  • 33 Bicentenaire de la naissance de Robespierre (AHRF, n° 152, 1958/3).
  • 34 Babeuf(1760-1797)-Buonarroti (1761-1837). (AHRF, n° 162, 1960/4, pour les articles). Ce numéro des (...)
  • 35 Hommage à Georges Lefebvre (AHRF, n° 159, 1960/1).
  • 36 Albert Mathiez, Études sur Robespierre (1758-1794). Préface de Georges Lefebvre. Recueil d’articles (...)

9Dans la Bibliothèque d’histoire révolutionnaire, Jacques Godechot réunit trois de ses articles en 1933, pour le premier fascicule sur La propagande royaliste aux armées sous le Directoire27. Quatre autres volumes publiés de 1933 à 1936 sont tirés des AHRF, ainsi les études d’Edmond Soreau sur le prolétariat rural, le ravitaillement et le maximum28. Ils sont publiés à Paris, chez Mellotée, de même que la thèse du colonel Herlaut sur l’éclairage de Paris, publiée en 193229 ; ses livres sur le général Ronsin et sur Dubuisson sont édités ensuite par Clavreuil dans la Bibliothèque d’histoire révolutionnaire, en 1956 et 1958. Du côté de la bibliographie et des inventaires, sont publiés la deuxième Table des Annales révolutionnaires et des AHRF (1949), due à Henri Calvet, et Les papiers des sections de Paris d’Albert Soboul30. La collection, diffusée à Paris par Clavreuil compte encore des éditions de documents par Jacques Godechot, les Mémoires inédits de Dejoly sur la journée du 10 août (1947), et les Fragments des mémoires de Charles-Alexis Alexandre sur les journées révolutionnaires de 1791 et 1792 (1952)31. On voit qu’une part plus grande est faite à l’histoire politique, aux acteurs et aux événements dans cette séquence, qui a été plus difficile à compléter en raison du nombre de volumes hors série (au moins sept)32, dont ceux publiés après la célébration du cinquantenaire de la Société, qui coïncidait avec le bicentenaire de la naissance de Robespierre : trois recueils d’articles qui reproduisent des numéros spéciaux des AHRF, un sur Robespierre33, un autre sur Babeuf et Buonarroti34, et le volume d’hommages publié à la mort de Georges Lefebvre35. En 1958, une souscription avait permis à la Société de publier en co-édition avec les Éditions sociales un recueil d’articles de Mathiez : Études sur Robespierre36.

  • 37 Sur la « Commission Jaurès », et son évolution dans le cadre du CTHS, Marc Bouloiseau, « De Jaurès (...)
  • 38 Béatrice Hyslop (1899-1973), historienne américaine enseignant à Hunter College (Université de New (...)
  • 39 CTHS Section d’Histoire moderne et contemporaine et Commission d’histoire économique et sociale de (...)

10Pour conclure sur ces cinquante années de publications, on remarque que, comme dans la première série, ce sont toujours les études érudites qui dominent, dont beaucoup sont tirées des Annales. D’autre part une place importante est faite, dans cette deuxième séquence et notamment dans les années 1950, aux textes et documents, avec l’édition de six volumes des Œuvres de Robespierre : les deux volumes de Journaux, préparés par Gustave Laurent et quatre volumes des Discours, de 1950 à 1958. La période, il faut le rappeler, est particulièrement faste pour l’édition de nouveaux documents, avec les travaux de la Commission de recherche et de publication des documents relatifs à la vie économique de la Révolution française37 : recensements des sources, recueils législatifs, communications aux sociétés savantes et travaux universitaires, notamment dans la collection « Mémoires et documents » créée en 1930. À côté de travaux sur les subsistances (Lefebvre, Subsistances dans le district de Bergues, 1914, 1921 ; Questions agraires au temps de la Terreur, 1932 ; Études orléanaises, 1962, 1963), les cahiers de doléances (Répertoire critique... de Béatrice Hyslop38, 1933, Supplément, 1952), sont publiées des études sur la propriété, l’exploitation paysanne, l’économie39.

  • 40 « Les histoires sociales d’Albert Soboul », AHRF, n° 250, 1982/4, en hommage à Albert Soboul, p. 52 (...)

11La 3e série de la Bibliothèque d’histoire révolutionnaire nous introduit à la période suivante (1962-1996). J’irai plus vite sur les deux dernières séquences, pour dégager les évolutions les plus significatives dans la politique éditoriale de la Société. Comme par le passé, elles ne sont pas étrangères au contexte et à l’évolution des conditions éditoriales des travaux universitaires. Mais elles peuvent aussi nous aider à réfléchir sur le sens des mutations observées, sur les lacunes qu’elles mettent en évidence et l’intérêt qu’il pourrait y avoir à les corriger. Le tableau général des éditions montre un rythme soutenu de publications dans la période 1962-1996 : 49 en tout, avec un pourcentage élevé d’études originales et de thèses (44 % des titres), le reste se répartissant entre la bibliographie et les inventaires (22 %) et la publication de colloques et de congrès (20 %). Il fait apparaître une chute brutale des publications de textes et documents qui se limitent, pour les deux dernières périodes, à la publication des volumes X et XI des Œuvres de Robespierre (1967, 2007) et aux réimpressions de 2000 et 2007. Enfin, si le nombre de publications a eu tendance à s’accélérer (21 livres dans la série publiée de 1996 à 2007), on remarque l’inversion très nette de la proportion d’études originales et de thèses (23 %) au profit des colloques et journées d’étude (52 %), et la quasi-disparition des volumes tirés des AHRF. Je n’ai pas fait de tableau statistique des thèmes abordés - ils sont assez nombreux - et j’avoue avoir un certain mal à classer cet ensemble d’histoires sociales aux relations réciproques, pour reprendre les termes d’Ernest Labrousse à propos de l’œuvre d’Albert Soboul40. C’est l’histoire qu’il nous a enseignée ; histoires sociopolitique, socioculturelle et socio-économique sont souvent associées, croisant les différents temps de l’histoire. Des thèmes aux dimensions plurielles se recoupent, histoire politique et histoire des idées, administration et économie, presse et contre-révolution, histoire individuelle et options collectives...

  • 41 Sur les travaux menés à Toulouse, notamment à l’Université autour de Jacques Godechot (1907-1989), (...)
  • 42 AHRF, n° 250, 1982/4, p. 536-546. De 1947 à 1982, furent publiés 11 recueils de documents inédits e (...)
  • 43 Ibid., p. 541. Jacques Godechot en fut élu président et Albert Soboul secrétaire général.

12La diversité des sujets tient aussi au fait que la direction des publications de la Société a été plus collégiale dès les années 1960. Les avantpropos aux colloques ou les préfaces aux études publiées dans la 3e série de la Bibliothèque d’histoire révolutionnaire sont signés alternativement par Albert Soboul (6), Jacques Godechot (5)41 ou Marcel Reinhard (2), puis par Michel Vovelle dans les années 1990, pour les publications qui accompagnent le Bicentenaire (6). Sur la collaboration étroite d’Albert Soboul et de Jacques Godechot, tant à la Société qu’à la Commission Jaurès que présidait ce dernier, on lira avec intérêt le témoignage de Jacques Godechot en 198242. Cette collaboration de vingt-trois années en France et à l’étranger leur permit entre autres de faire reconnaître officiellement, au Congrès de San Francisco en 1975, la Commission internationale d’histoire de la Révolution au sein du Comité international des sciences historiques43.

13La Société des études robespierristes publia les actes de plusieurs colloques ou congrès : les 12e et 13e Congrès des sciences historiques (1965, 1970), à Vienne et à Moscou, des colloques du Centre aixois d’études sur le XVIIIe siècle (sur le curé Meslier, 1964, sur les Mirabeau, 1966), ceux tenus à la Sorbonne sur Saint-Just (1967) puis sur Girondins et Montagnards (1975), à Ajaccio (1969) sur les Problèmes d’histoire de la Corse, ou à Clermont-Ferrand sur Les Fêtes de la Révolution (1974) et sur La République directoriale (1997). Enfin la collection des études révolutionnaires, initiée en 2001 pour éditer les actes des colloques et journées organisés par la Société, répond à des initiatives diverses, souvent partagées entre deux ou plusieurs auteurs. Dans cette dernière séquence, il faut le souligner, les recueils d’articles l’emportent très largement, puisqu’ils représentent avec les actes de colloques et journées d’étude les deux tiers des publications. Un aperçu des sujets montre qu’ils semblent moins en concurrence avec la revue que complémentaires des numéros spéciaux, qui publient à l’occasion une journée d’étude ou un colloque.

  • 44 Entre autres travaux sur Paris, les AHRF ont publié un numéro spécial sur Paris (n° 263, 1986/1), a (...)
  • 45 Les AHRF ont publié plusieurs numéros spéciaux sur la Corse, en 1971, le n° 203 sur La Corse à la f (...)
  • 46 Irmgard Hartig et Albert Soboul, Pour une histoire de l’utopie en France au XVIIIe siècle, 1977, 84 (...)
  • 47 Georges Aubert (1889-1973), ami d’A. Mathiez et de G. Lefebvre, résistant, enseignant à l’école nor (...)

14La société a publié depuis 1962 beaucoup de travaux universitaires et de thèses sur la période révolutionnaire (1789-1799), mais aussi sur la Révolution et l’Empire ou même la Restauration ; ils portent notamment sur la presse (André Cabanis, Hélène Maspero-Clerc), sur l’administration préfectorale (Jean-François Soulet), l’enseignement technique (Antoine Léon), la statistique régionale (Jean-Claude Perrot), la Corse de l’Ancien Régime à 1815 (colloque d’Ajaccio en 1969), l’histoire de Paris (Raymonde Monnier, 1981 ; Haïm Burstin, 1983)44, enfin des travaux sur les sources et la bibliographie : sur la Bretagne (Jules Conan, 1978), sur la Corse45 (Dorothy Carrington, 1984), sur l’utopie (Irmgard Hartig46, 1977), et les tables de la revue réalisées en 1965, par Georges Aubert47 et Marc Bouloiseau, puis par Jules Conan (1974) et Paule Miraval (1988). La dernière table publiée est due, en 2000, à Claude Coquard, qui a coordonné aussi le travail réalisé pour l’index général des tables des Annales Révolutionnaires et des AHRF (1908-2007) qui est publié en 2008.

  • 48 Né en 1893, il avait suivi les cours d’A. Aulard à la Sorbonne en 1912 et 1913, et était parti vivr (...)
  • 49 Paysans en révolution : terre, pouvoir et jacquerie, 1789-1794 (1996, XVIII-475 p.). Ce livre est l (...)
  • 50 Boguslaw Lesnodorski (1914-1985), historien des Lumières, qui fut déporté au camp de Sachsenhausen (...)
  • 51 Recueil préparé par J.-R. Suratteau (1973). Alfred Rufer (1885-1970), archiviste fédéral, ami d’A. (...)

15Notons au passage le petit livre de René Sidersky, Confidences révolutionnaires (1967), regard critique sur l’historiographie française par l’un des plus anciens membres de la Société, vivant en Argentine, qui légua sa riche bibliothèque révolutionnaire à l’Institut d’histoire de la Révolution française à son retour en France en 197348. L’histoire régionale est également bien représentée, notamment la Provence, avec la thèse de Maurice Agulhon sur la vie sociale et celle de René Gérard sur le Journal de Marseille, de même que l’histoire du mouvement paysan, avec la synthèse d’Anatoli Ado49. Après ses recherches dans les archives françaises et la publication de sa thèse d’État (1971), ce dernier s’était affirmé au plan international comme un des meilleurs connaisseurs de l’histoire agraire. À côté des traductions de livres sur la Révolution à l’étranger, la Pologne (Boguslaw Lesnodorski)50, la Suisse (Alfred Rufer)51, le Japon (H. Kohachiro Takahashi), la révolution Batave (Pieter Geyl), notons que les thèmes liés à la contre-révolution et à l’émigration ne sont pas absents (André Doyon, A. Lestapis, H. Maspero-Clerc).

  • 52 Sur les publications conjointes de la Société et de l’IHRF dans les années 90, et la distribution d (...)
  • 53 Sur les travaux pionniers de M. Reinhard (1899-1973), professeur à la Sorbonne de 1955 à 1967, dans (...)
  • 54 Armando Saitta (1919-1991), Professeur à la Faculté de Sciences politiques de l’Université de Rome, (...)
  • 55 Sur ces travaux, voir la Chronique de Michel Vovelle, AHRF, n° 281, 1990/3, p. 350-355.

16L’histoire classique de la Révolution française, qu’elle soit politique, sociale, administrative ou culturelle continue à être bien présente dans cette troisième série. Enfin, autour du Bicentenaire, période propice à l’édition des livres sur la Révolution, l’accent est mis sur la publication par la Société d’inventaires et de bibliographies, la plupart réalisés à l’Institut d’histoire de la Révolution française52. D’autre part, pendant toute la période, bien des travaux sur la Révolution sont édités ailleurs, notamment par le CTHS, qui distribue nos livres depuis quelques années. Dans la collection « Mémoires et documents » déjà évoquée, a été publiée dans les années 1960 la série des Contributions à l’histoire démographique, dirigée par Marcel Reinhard (1962, 1965), avec un dernier volume sur Paris (1970)53, puis le colloque Mathiez-Lefebvre de 1974 (Voies nouvelles pour l’histoire de la Révolution française, Sorbonne, 1978), et du côté des textes, les Œuvres de Babeuf, par V Daline, A. Saïtta54 et A. Soboul (1977). Enfin à l’Institut d’histoire de la Révolution française, s’est poursuivie la publication par les éditions du CNRS des Recueils de documents relatifs aux séances des États généraux (4 volumes, 1953-1983) et bien entendu les Archives parlementaires, dont la publication en est actuellement au tome 101, qui s’achève au 30 brumaire an III55.

  • 56 Rapports de Jean-Louis Halpérin,AHRF, no 334, 2003/4, p. 224-226 et de Philippe Boutry, no 351, 200 (...)

17Je ne reviens pas sur les dernières publications qui vous sont connues. Je renvoie au récent rapport d’évaluation de l’activité scientifique de la Société de Philippe Boutry et à celui présenté par Jean-Louis Halpérin en 2002, notamment sur la relance de l’activité éditoriale avec la création du prix Mathiez et la collection des « Études révolutionnaires ». À côté des thèses publiées depuis une dizaine d’années, les thèmes de ces ouvrages collectifs, qui éditent une partie des rencontres scientifiques initiées par la Société avec d’autres organismes de recherche, à Paris et en province, reflètent la diversité des centres d’intérêt des spécialistes de la Révolution56. En 2003, Jean-Louis Halpérin attirait déjà l’attention sur le peu de place faite à la publication et l’étude de sources, ce qui ressort nettement du tableau général que je vous ai présenté, de même que l’importance prise ces dernières années par les ouvrages collectifs. Assurément, ce constat peut nous inviter à réfléchir sur une production éditoriale plus diversifiée. Peut-être pouvons-nous aussi nous interroger sur l’intérêt quasi-exclusif de la société pour les travaux universitaires ? L’enjeu pour les années à venir ne serait-il pas de tenter, compte tenu de la diversité des points de vues au sein même de l’institution, de mieux s’ouvrir aux débats qui traversent la société contemporaine, pour jouer un rôle de carrefour entre les disciplines qui s’intéressent, avec d’autres outils d’analyse, à l’histoire et aux idées de la Révolution française ?

Haut de page

Annexe

  

Éditions de la Société des études robespierristes (1910-2007)

Éditions

1910-1932

%

1932-1961

 %

1962-1996

 %

1996-2007

 %

TOTAL

 %

Œuvres de Robespierre

3

6

1

1

+réimp

11

Publication de textes

4

25 %

2

36 %

6

14 %

Bibliographie

Inventaire

2

2

11

22 %

1

16

13 %

Étude originale Thèse

18

66 %

9

40 %

22

44 %

5

23 %

54

45 %

Recueil d’articles

3

5

3

11

9 %

Colloque Journée d’étude

10

20 %

3 + 8

52 %

13

+

8

17 %

TOTAL

27

22

49

21

119

Dont tiré des AR ou AHRF

13

48 %

10

45 %

7

15 %

1

0,4 %

30

26 %

Éditions de la Société des études robespierristes

Bibliothèque d’histoire révolutionnaire Sous la direction d’Albert Mathiez (1874-1932) 1re série n° 1-13 (1911-1914) + 1 hs* (1910)

* Ernst Hauviller, Les archives révolutionnaires du département de la Moselle à Metz, Paris, E. Leroux, 1910, 33 p.

1. François Vermale, Les classes rurales en Savoie au XVIIIe siècle, Paris, E. Leroux, 1911, 327 p.

2. Albert Mathiez, Les conséquences religieuses de la journée du 10 août 1792. La déportation des prêtres et la sécularisation de l’état civil, Paris, E. Leroux, 1911, 52 p.

3. Hector Fleischmann,Le masque mortuaire de Robespierre. Documents nouveaux pour servir d’intelligence et de conclusion à une polémique historique..., Paris, E. Leroux, 1911, 26 p.

4. Roger Lévy, Le Havre entre trois révolutions, 1789-1848, Préface de Gabriel Monod, Paris, E. Leroux, 1912, II-199 p.

5. Joseph Combet, La Révolution à Nice (1792-1800), Paris, E. Leroux, 1912, XI-237 p. (rééd. Nice, Serre, 1988).

6. François Vermale, La franc-maçonnerie savoisienne à l’époque révolutionnaire d’après ses registres secrets, préface A. Mathiez, Paris, E. Leroux, 1912, II-71 p.

7. François Vermale, La vente des biens nationaux dans le district de Chambéry, Paris, E. Leroux, 1912, 91 p.

8. Edmond Campagnac, Les débuts de la déchristianisation dans le Cher (septembre 1793-frimaire an II), préface A. Mathiez, Paris, E. Leroux, 1912, 60 p.

9. L’esprit public chez les prêtres franc-comtois pendant la crise de 1813-1815, documents édités et présentés par Francis Borrey, Paris, E. Leroux, 1912, 191 p.

10. François Chabot, représentant du peuple, à ses concitoyens qui sont les juges de sa vie politique (pluviôse an II), Albert Mathiez éd., Paris, 1914.

11.RenéFarge,Un épisode de la journée du 12 juillet 1789. Camille Desmoulins au jardin du Palais Royal, Paris, E. Leroux, 1914, 31 p.

12. Émile Lesueur, La franc-maçonnerie artésienne au XVIIIe siècle, Paris, E. Leroux, 1914, 390 p.

13. Émile Lesueur, Livres d’architecture de la loge La Fidélité à l’O* d’Hesdin, Paris, E. Leroux, 1914, 463 p.

Sous la direction d’Albert Mathiez Nouvelle série : 1 à 9 (1918-1926) + 1 hs* (1932)

1. Maurice Dommanget, La déchristianisation à Beauvais et dans l’Oise (1790-1801), 1re partie, Besançon, Millot fr., 1918, XIII-189 p.

2. Léon Dubreuil, L’idée régionaliste sous la Révolution, Besançon, Millot fr., 1919, 123 p.

3. Maurice Dommanget, Première table décennale analytique et alphabétique des Annales révolutionnaires (1908-1918), 1919.

4. Livre de compte de l’abbé Glaize, curé constitutionnel de Glus, édité et présenté par Auguste Trévis, Paris, 1920.

5. Maurice Dommanget, La déchristianisation à Beauvais et dans l’Oise (1790-1801), 2e partie, Paris, F. Alcan, 1922, 187 p.

6. Georges Michon, La Justice militaire sous la Révolution, Paris, F. Alcan, 1922, 95 p.

7. Antoine Richard, Le gouvernement révolutionnaire dans les Basses-Pyrénées, préface A. Mathiez, Paris, F. Alcan, 1923, 243 p. (repro. fac-sim. Bayonne, Harriet, 1984).

8. Joseph Combet, La Révolution dans le comté de Nice et la principauté de Monaco (1792-1800), Paris,F.Alcan, 1925, XXVII-528p.

9.Albert Troux, L’école centrale du Doubs à Besançon (an IV-an XI), Paris,F.Alcan, 1926, XXII-225p.

*Cel Herlaut, Auguste-Philippe, Les négociations du général Custine avec l’ennemi, décembre 1792-mai 1793, Paris, Mellotée [1932], 17 p.

Bibliothèque d’histoire révolutionnaire
Sous la direction de Georges Lefebvre (1874-1959) 2e série : 1 à 9 (1932-1958) + 7 hs* (1949-1961)

1. Jacques Godechot, La propagande royaliste aux armées sous le Directoire, Paris, Mellotée, 1933, 68 p.

2. Edmond Soreau, La Révolution française et le prolétariat rural, Paris, Mellottée, 1933, 59 p.

3. Edmond Soreau, Note sur le prolétariat dans la région de Versailles pendant la Révolution, Paris, Mellottée, 1934, 15 p.

4. Edmond Soreau, Contribution à l’histoire du ravitaillement en Loir-et-Cher pendant la Révolution, Paris, Mellottée, 1936, 47 p.

5. Cel Herlaut, L’éclairage de Paris à l’époque révolutionnaire, Paris, Mellotée, 1932, 278 p.

6. Gal Herlaut, La querelle de Bouchotte et de Custine, Paris s.d. [1936, 51 p.].

7. Dejoly, Etienne-Louis-Hector, Mémoires inédits de Dejoly sur la journée du 10 août 1792, Jacques Godechot éd., Paris, PUF, 1947, 94 p.

* Table décennale analytique des Annales révolutionnaires (1919-1923) et des Annales historiques de la Révolution française (1924-1940), par Henri Calvet et alii., Paris, Lavergne, 1949, 199 p.

* Les papiers des sections de Paris (1790-an IV). Répertoire sommaire, par Albert Soboul, Paris, SER/Commission Jaurès, 1950, 125 p.

*Jacques Godechot, Fragments des mémoires de Charles-Alexis Alexandre sur les journées révolutionnaires de 1791 et 1792, Paris, 1952, 252 p. (AHRF, n° 126, 1952).

8. Gal Herlaut, Le général rouge Ronsin, 1751-1794. La Vendée, l’armée révolutionnaire parisienne, Paris, Clavreuil, 1956, VIII-277 p.

9. Gal Herlaut, Autour d’Hébert. Deux témoins de la Terreur : Dubuisson et le baron Haindel, Paris, Clavreuil, 1958, 202 p.

*Bicentenaire de la naissance de Robespierre, 1758-1958. Recueil d’articles, 1958, 100 p. (AHRF, n° 152, 1958/3).

*Hommage à Georges Lefebvre (1874-1959), 1960, 131 p. (AHRF, n° 159, 1960/1).

*AlbertMathiez,Études sur Robespierre, 1758-1794, préface G. Lefebvre, Paris, SER/Éd. sociales, 1958, 283 p. (réédition, 1973).

*Babeuf (1760-1797)-Buonarroti (1761-1837). Pour le deuxième centenaire de leur naissance, 1961, 228 p. (AHRF, n° 162, 1960/4).

Bibliothèque d’histoire révolutionnaire 3e série 1 à 23 (1962-1984) + 25 hs* (1963-1996)

1. Claude Petitfrère, Le général Dupuy et sa correspondance (1792-1798), avantpropos J. Godechot, 1962, 230 p.

*Jean-Jacques Rousseau (1712-1778). Pour le 250e anniversaire de sa naissance. Textes inédits et recueil d’articles, 1963, 208 p. (AHRF, 1962/4).

2. Edith Bernardin, Jean-Marie Roland et le Ministère de l’Intérieur (1792-1793), 1964, XVI-670 p.

3. René Gérard, Un journal de province sous la Révolution, le « Journal de Marseille » de Ferréol Beaugeard (1781-1797), préface J. Godechot, 1964, 309 p.

4. Boguslaw Lesnodorski, Les Jacobins polonais (1960), trad. 1965, 368 p.

5. Béatrice Hyslop, L’apanage de Philippe-Égalité, duc d’Orléans (1785-1791), préface M. Reinhard, 1965, 453 p.

6. Jean-François Soulet, Les premiers préfets des Hautes-Pyrénées (1800-1814), préface J. Godechot, 1965, XX-252 p.

*Annales historiques de la Révolution française. Tables et index 1946-1962, par Georges Aubert et Marc Bouloiseau, 1965, 136 p.

*Études sur le curé Meslier, Centre aixois d’études et recherches sur le XVIIIe siècle, Paris, 1966, 127 p.

*La pensée socialiste devant la Révolution française, Recueil d’articles, 1966, 223 p. (AHRF, 1966/2).

*René Sidersky, Confidences révolutionnaires, 1967, 38 p.

7. Actes du colloque Robespierre (XIIe Congrès internat. Sciences hist., Vienne, 1965), avant-propos A. Soboul, 1967, XIII-333 p.

8. Antoine Leon, La Révolution française et l’éducation technique, préface M. Reinhard, 1968, 314 p.

*Les Mirabeau et leur temps, (Colloque d’Aix-en-Provence, 1966), avant-propos A. Soboul, 1968, 253 p.

9. Actes du colloque Saint-Just (Sorbonne, 1967), avant-propos A. Soboul, 1968, 467 p. (AHRF, 1968/1,pour le bicentenaire de la naissance de Saint-Just, 144 p.).

10. Arnaud de Lestapis, La conspiration de Batz (1793-1794), avant-propos A. Soboul, 1969, 275 p.

11. André Doyon, Un agent royaliste pendant la Révolution : Pierre-Jacques Le Maître, préface J. Godechot, 273 p.

12. Maurice Agulhon, La vie sociale en Provence intérieure au lendemain de la Révolution, 1970, 535 p.

13. Pieter Geyl, La révolution Batave (1783-1798), trad. J.Godard,préfaceJ.Godechot,1971,400p.

*Problèmes d’Histoire de la Corse (Colloque d’Ajaccio, 1969), avant-propos A. Soboul, 1971, 303 p.

* James Friguglietti, Bibliographie de Georges Lefebvre, 1972, 94 p.

* Patriotisme et Nationalisme en Europe à l’époque de la Révolution française et de Napoléon (XIIIe Congrès internat. sciences hist., Moscou, 1970), avant-propos A. Soboul, 1973, 221 p.

14. Hélène Maspero-Clerc, Un journaliste contre-révolutionnaire, Jean-Gabriel Peltier (1760-1825), 1973, 360 p.

* Alfred Rufer, La Suisse et la Révolution française, Jean-René Suratteau éd., 1973, 304 p.

* Annales historiques de la Révolution française. Table décennale 1963-1972, par Jules Conan, 1974, 155 p.

15. James Friguglietti, Albert Mathiez, historien révolutionnaire (1874-1932), trad. Marie-Françoise Pernot, avant-propos J. Godechot, 1974, 272 p.

16. André Cabanis, La presse sous le Consulat et l’Empire (1799-1814), préface J. Godechot, 1975, 354 p.

17. Les Fêtes de la Révolution (Colloque de Clermont-Ferrand, 1974), Jean Ehrard et Paul Viallaneix éd., 1977, 647 p.

*Irmgard Hartig et Albert Soboul, Pour une histoire de l’utopie en France au XVIIIe siècle, 1977, 84 p. (bibliographie par I. Hartig, p. 29-81).

* Jean-Claude Perrot, L’âge d’or de la statistique régionale française (an IV-1804), 237 p.

* Jules Conan,L’histoire de la Révolution et de l’Empire en Bretagne (1940-1974), 68 p.

18. Jean De Franceschi, La Corse française : 30 novembre 1789-15 juin 1794, 1980, 224 p.

19. Girondins et Montagnards (Colloque, Sorbonne, 1975), dir. A. Soboul, 1980, 367 p.

20. Robert Legrand,Babeuf et ses compagnons de route, avant-propos A. Soboul, 1981, 456 p.

* H. Kohachiro Takahashi, Du féodalisme au capitalisme, problèmes de la transition, avert. A. Soboul, 1982, 161 p.

21. Raymonde Monnier, Le Faubourg Saint-Antoine (1789-1815), 1981, 368 p.

*Joseph Bara (1779-1793). Pour le deuxième centenaire de sa naissance, Paris, 1981, 164 p. (AHRF, n° 241, 1980/3, pour les articles).

22. Haïm Burstin, Le Faubourg Saint-Marcel à l’époque révolutionnaire. Structure économique et composition sociale, 1983, 343 p.

23. Dorothy Carrington, Sources de l’histoire de la Corse au Public Record Office de Londres, avec 38 lettres inédites de P. Paoli,Ajaccio, Librairie La Marge, 1984, 303 p.

* Annales historiques de la Révolution française. Table et index général 1973-1987, par Paule Miraval, 1988, 88 p.

* Paule Miraval, Raymonde Monnier, Répertoire des travaux universitaires inédits sur la période révolutionnaire, 1990, 326 p.

* Recherches sur la Révolution. Un bilan des travaux scientifiques du bicentenaire, dir. Michel Vovelle, textes réunis par A. de Baecque, 1991, 441 p.

* Les colloques du bicentenaire. Répertoire des rencontres scientifiques nationales et internationales, avant-propos M. Vovelle, 1991, XLI-574 p.

* Ouzi Elyada, Presse populaire & feuilles volantes de la Révolution à Paris 1789-1792. Inventaire méthodique et critique, préface M. Vovelle, 1991, XII-290 p.

* Révolutions aux colonies, préface M. Vovelle, 1993, 239 p. (AHRF, n° 293^1, 1993/3-4).

* Michel Vovelle, Combats pour la Révolution française, La Découverte/SER, 1993, 381 p.

* La République et l’Europe. Colloque Révolution et République : l’exception française (Sorbonne, sept. 1992), avant-propos M. Gilli, 1994, 222 p. (AHRF, n° 296, 1994/2).

* Gilbert Romme (1750-1795) (Colloque de Riom, 1995), Jean Ehrard éd., 1996, 287 p. (AHRF, n° 304, 1996/2).

Bibliothèque d’histoire révolutionnaire
Nouvelle série 1 à 4 (1996-1999) + 7 hs et 2 réimp. O.M.R. (2000-2007)

Anatoli Ado, Paysans en révolution : terre, pouvoir et jacquerie, 1789-1794, éd. Serge Aberdam et Marcel Dorigny, préface M. Vovelle, 1996, XVIII-475 p.

Mélanges Michel Vovelle (vol. de l’IHRF) Sur la révolution, approches plurielles, textes réunis par Jean-Paul Bertaud et alii., 1997, XXVI-598 p.

La République directoriale (Colloque de Clermont-Ferrand, 1997), Philippe Bourdin et Bernard Gainot éd., introd. M. Vovelle, 1998, 2 vol. , 1100 p.

Les caractères originaux de l’histoire rurale française : recueil d’articles publiés dans les Annales historiques de la Révolution française de 1924 à 1998, présentés par Florence Gauthier et Claudine Wolikov, Phénix éditions/SER, 1999, 257 p.

* Œuvres de Maximilien Robespierre, réimpression Paris, Phénix éditions, 2000, 10 vol. 

* Bernard Bodinier, éric Teyssier, L’événement le plus important de la Révolution : la vente des biens nationaux en France et dans les territoires annexés (1789-1867), préface J.-M. Moriceau, CTHS/SER, 2000, 504 p.

* Sciences et techniques autour de la Révolution française. Approche interdisciplinaire, Patrice Bret et Marcel Dorigny éd., 2000, 232 p. (AHRF, n° 320, 2000).

* Annales historiques de la Révolution française. Table et index 1988-1999, coordonnée par Claude Coquard, 2000, 127 p.

* Jean-Luc Chappey, La Société des Observateurs de l’homme (1799-1804). Des anthropologues au temps de Bonaparte, préface C. Blanckaert, 2002, 575 p.

* Jeff Horn, Qui parle pour la Nation ? Les élections et les élus en Champagne méridionale, 1765-1830, trad. M. Sanconie, 2004, 271 p.

* Serge Aberdam, Démographes et démocrates. L’œuvre du Comité de division de la Convention nationale, Prix Albert Mathiez 2002, préface M. Pertué, 2004, 391 p.

* Œuvres de Maximilien Robespierre, tome XI, Compléments, 2007, 468 p.

* Œuvres de Maximilien Robespierre, réimpression SER/ Éditions du Miraval, 2007, 10 vol. 

Collection études révolutionnaires 1 à 10 (2001-2007)

1. La France et les Amériques au temps de Jefferson et de Miranda, dir. Marcel Dorigny et Marie-Jeanne Rossignol, 2001, 176 p.

2. Périssent les colonies plutôt qu’un principe ! Contribution à l’abolition de l’esclavage (1789-1804), dir. Florence Gauthier, préface C. Meillassoux, 2002, 120 p.

3. Suffrage, citoyenneté et révolution (1789-1848), dir. Michel Pertué, 2002, 183 p.

4. Des notions-concepts en révolution. Autour de la liberté politique à la fin du XVIIIe siècle, dir. Jacques Guilhaumou et Raymonde Monnier, préface M. Tournier, 2003, 196 p.

5. Les historiens russes et la Révolution française après le communisme, dir. Vladislas Smirnov, avant-propos M. Dorigny, 2003, 176 p.

6. Droit des gens et relations entre les peuples dans l’espace méditerranéen autour de la Révolution française, dir. Marcel Dorigny et Rachida Tlili Sellaouti, 2006, 168 p.

7. Quand Napoléon Bonaparte recréa la Suisse. La genèse et la mise en œuvre de l’Acte de médiation. Aspects des relations franco-suisses autour de 1803, dir. Alain-Jacques Czouz-Tornare, 2005, 255 p.

8. Civils, citoyens-soldats et militaires dans l’état-Nation (1789-1815) (Colloque d’Arras, 7-8 nov. 2003), dir. Annie Crépin, Jean-Pierre Jessenne et Hervé Leuwers, 2006, 176 p.

9. Citoyen et citoyenneté sous la Révolution française (colloque international de Vizille, 2004), Raymonde Monnier éd., avant-propos M. Pertué, 2006, 312 p.

10. Le négoce de la paix. Les nations et les traités franco-britanniques (1713-1802), Renaud Morieux, Jean-Pierre Jessenne, Pascal Dupuy éd., 2008, 213 p.

Haut de page

Notes

1 A. Mathiez est élu président de la Société en juin 1909, puis directeur de la revue en décembre, par suite de la démission de Charles Vellay. Maurice Dommanget, « La Société et les Annales. Cinquante ans d’histoire (1908-1958) », numéro spécial des AHRF, 1958 (n° 152, p. 6-27), publié pour le cinquantenaire de la Société, qui coïncidait avec le bicentenaire de la naissance de Robespierre (articles de G. Lefebvre, V Daline, M. Dommanget, M. Bouloiseau, A. Soboul, J. Godechot, A. Birembaut et R. Garmy). Ce numéro spécial est repris dans un volume hors série de la Bibliothèque d’histoire révolutionnaire (ci-après Bibl. hist. révol.), Bicentenaire de la naissance de Robespierre (1958). Sur M. Dommanget, Maurice Dommanget (1888-1976) citoyen, pédagogue, historien, Table ronde en l’honneur de Guy Robert Ikni, Beauvais, Archives de l’Oise, 1996, 262 p. ; Serge Bianchi, « Maurice Dommanget », AHRF, 1977, p. 71-86, et sa contribution au présent recueil.

2 Bien que membre du bureau de la Société depuis longtemps, ayant été adjointe au secrétariat général en novembre 1982 après la mort d’Albert Soboul, c’est depuis peu que je suis responsable des publications. Cette recherche qui m’a été demandée par les responsables du colloque n’a donc pas été très aisée, en l’absence d’archives et de budgets publiés, notamment pour les première et deuxième séries, dont j’ai pu reconstituer les listes grâce au dépouillement de la revue et aux fichiers de la BNF, qui a reproduit ces premières séries sur microfiches. Étant élève d’Albert Soboul et membre de la Société depuis les années 1970, je connais mieux les publications de la 3e série, où ont d’ailleurs été publiés certains de mes livres, notamment ma thèse sur le faubourg Saint-Antoine (1981) et le répertoire des travaux inédits (1990), réalisé dans le cadre de l’Institut d’histoire de la Révolution française (ci-après IHRF). La chronique de ces travaux sur la Révolution se poursuit depuis dans les AHRF, à la diligence de membres du comité de rédaction, parallèlement à la chronique annuelle des articles publiés dans les revues périodiques, que j’ai assurée depuis 1985.

3 Ces chiffres comprennent les volumes hors série, puisque la 1re série de la Bibl. hist. révol. dirigée par A. Mathiez ne compte que 13 titres, la nouvelle série 9, et la 2e série dirigée par G. Lefebvre seulement 9 volumes jusqu’en 1958.

4 Édition du Centenaire de la Société des études robespierristes, tome I, Robespierre à Arras : les œuvres littéraires, p. I-XXIV, Œuvres de Maximilien Robespierre, Paris, SER/Les Éditions du Miraval, 2007, 11 vol. 

5 Comment résumer l’apport majeur des travaux de Marc Bouloiseau (1915-1998) aux recherches sur l’histoire de la Révolution, et ce que doivent à son zèle inusable les publications de sources de la Société, de l’IHRF et de la Commission Jaurès, des Discours de Robespierre aux Archives Parlementaires et aux Actes du Comité de Salut Public ? Nous ne pouvons que renvoyer à l’hommage de ses collègues de l’IRED, à l’Université de Rouen, à qui il a légué sa riche bibliothèque normande (AHRF, n° 322, 2000/4, p. 171-173), et rappeler une partie de ses travaux : l’édition critique des cahiers de doléances du bailliage de Rouen, puis de Gisors, sa thèse pionnière sur les biens de seconde origine, Le séquestre et la vente des biens des émigrés dans le district de Rouen (1792-an X), Novathèse, 1937, 379 p., sa thèse complémentaire (Liste des émigrés, déportés et condamnés pour cause révolutionnaire dans le district de Rouen, 1937, 122 p.) et ses manuels : La République jacobine (1972) et sa contribution au XVIIIe siècle de l’Histoire générale des civilisations (E. Labrousse, R. Mousnier dir., PUF, 1959).

6 Art. cité, p. 25.

7 Ibid., p. 9.

8 François Vermale, Les classes rurales en Savoie au XVIIIe siècle (1911, 327 p.), une synthèse novatrice qui a stimulé la réflexion de Jean Nicolas pour sa thèse d’état, La Savoie au XVIIIe siècle. Noblesse et bourgeoisie (2 vol. , Maloine, 1978). Voir l’exposé de thèse de J. Nicolas, AHRF, 1978/1, p. 101-108. Pour les auteurs et les publications cités, on se reportera à la liste des éditions de 1910 à 2007, publiée en annexe de cet article.

9 AR, III, 1910, p. 561-68 ; IV 1911, p. 23-41. Le premier fascicule publié est un inventaire des archives révolutionnaires de la Moselle (Ernst Hauviller, 1910), extrait des AR, III, 1910, p. 117-127, 252-262, 436-448. Les autres traitent d’histoire sociale, politique et religieuse.

10 Hector Fleischmann (AR, IV 1911, p. 601-626). René Farge (AR, VII, 1914, p. 646-674).

11 AR, IV 1911, 626-37, La mission de Laplanche ; V 1912, 41-49, 206-211, 359-73, 511-520 : les délégués de Laplanche, le comité révolutionnaire de Bourges et l’affaire Laguerche, le dépouillement des églises et l’abjuration des prêtres, le culte de la Raison.

12 Sur les multiples domaines d’intervention de Mathiez quand il enseigne à l’Université de Besançon, Albert Troux, « Albert Mathiez à Nancy et à Besançon (1911-1920) », AHRF, 1932/3, p. 240-257. Il avait le projet, interrompu par la guerre, de créer sous le patronage de l’Université une Bibliothèque des travaux érudits, thèses et mémoires sur la région, en lien avec les sociétés savantes.

13 AR, VI 1913, 533-50, 681-706 ; VII 1914, 81-97, 224-47. Pièce capitale de « l’affaire Chabot », présentée après l’arrestation de Fabre d’Églantine.

14 Sur le colonel Borrey, voir la contribution de Claude Mazauric au présent volume.

15 Écrit à partir de documents d’archives, ce livre d’histoire locale a été réédité en 1988 (Nice, Serre, 234 p.). Rendant compte des brochures publiées par ce spécialiste de l’histoire de la Révolution en Provence en 1911, Mathiez exprimait le vœu que l’auteur réunisse ces études sur l’histoire économique et sociale, sur les fêtes, les sociétés populaires, les comités de surveillance, les subsistances, en rattachant plus étroitement l’histoire locale à l’histoire nationale (AR, IV 1911, p. 120-21).

16 Albert Troux, art. cit., p. 241.

17 Soit 178 adhérents (M. Dommanget, art. cit., p. 13). E. Campagnac, inspecteur de l’Assistance publique, figure toujours sur la liste des membres de 1945 (AHRF, 1946/4, p. 396-400). A. Mathiez publie alors chez Armand Colin les deux premiers volumes de ses études robespierristes : La corruption parlementaire sous la Terreur et La conspiration de l’étranger (2 vol. , 1917-1918). Une 2e édition revue et augmentée de La corruption parlementaire sous la Terreur est publiée en 1927 (in-8°, 327 p.).

18 Dans le fasc. 6, F. Vermale, qui était franc-maçon lui-même, reprend des articles publiés dans les AR, (1909/3, 1912/1), avec un tableau des membres des loges. Préface d’A. Mathiez.

19 Le livre, qui élargit ses recherches pour un mémoire de DESS à Dijon, a été réédité en 1926, et reproduit en fac-similé en 1984 (Bayonne, Harriet). Antoine Richard (1890-1947) avait été professeur à l’École normale de Lescar et à celle de Dax.

20 L’école centrale du Doubs à Besançon, an IV-an XI (1926, XXII-225 p). La thèse d’Albert Troux est publiée à Nancy en 1936 chez G. Thomas (La vie politique dans le département de la Meurthe, d’août 1792 à octobre 1795, 2 vol. LXXIX-483 p. et 973 p.). Albert Troux (1895-1980), un des plus anciens adhérents de la société, a été élu au Comité directeur en 1932, après la mort d’A. Mathiez. Professeur agrégé au lycée de Besançon, puis à Nancy et à Paris, il a été inspecteur général de l’Instruction publique de 1941 à 1965.

21 Dans le 1er fascicule, M. Dommanget fait précéder ses recherches publiées dans les Annales (AR, VIII et IX, 1916-1917) d’une vue d’ensemble sur la religion révolutionnaire, et y ajoute un index des noms de personnes et de lieux puis, dans le fasc. 5, réunit ses articles sur les cultes révolutionnaires, publiés dans les AR en 1919 et 1921 (XI, XIII).

22 AR, IX, X et XI. Léon Dubreuil collabore régulièrement aux Annales.

23 AR, XIV, 1922, nos 1-3. A. Mathiez dans son compte rendu souligne la nouveauté du sujet, jusque-là ignoré par les historiens (AR, 1922, 513). Remarquer que l’affaire Dreyfus avait suscité la publication d’une thèse de droit (A. Taillefer, La justice militaire dans l’armée de terre, Paris, 1895).

24 Sur son œuvre historique et son enseignement, voir notamment les hommages de ses étudiants et l’article de Georges Lefebvre, qui remet en contexte le parcours historique d’A. Mathiez, né la même année que lui, dans l’époque qu’il a lui-même traversée loin des cénacles parisiens (AHRF, 1932/3, p. 193-210).

25 M. Dommanget, art. cit., p. 18-19 (assemblée générale de 1925). Le nombre des sociétaires et abonnés atteint 383 en 1927, après la fusion des Annales révolutionnaires et de la Revue Historique de la Révolution française, pour la publication des AHRF en 1924. A. Mathiez, chargé de cours à la Sorbonne en 1926, dirigeait chez A. Colin la collection des « Classiques de la Révolution française ».

26 Pour le dixième anniversaire de la mort de G. Lefebvre (AHRF, n° 198, 1969/4, p. 549-556). Sur l’audience de son œuvre à l’étranger et la « Présence de Georges Lefebvre » dans la recherche sur la Révolution, Marc Bouloiseau, Ibid., p. 557-565 et 1960/1, art. cit.

27 (Paris, Mellottée, 1933), Articles extraits des AHRF, 1932/3, p. 309-324, « Moreau et les papiers de Klinglin » ; AHRF, 1933, p. 129-152, 193-221, « Les insurrections militaires sous le Directoire ».

28 E. Soreau réunira ces articles dans un livre intitulé Ouvriers et paysans de 1789 à 1792 (Paris, Les belles Lettres, 1936, 398 p.). Membre de la Société, E. Soreau, était ingénieur des Arts et Manufactures.

29 L’éclairage de Paris à l’époque révolutionnaire. Thèse pour le doctorat de l’Université de Paris, Paris, Mellotée, 1932, 278 p.

30 Répertoire sommaire (1790-an IV), Paris, Société des études robespierristes, Commission de recherche et de publication des documents relatifs à la vie économique de la Révolution française, 1950, 125 p.

31 Numéro spécial des AHRF, n° 126, 1952 (p. 113-251), publié avec le concours du CNRS.

32 Une recherche qui m’a été facilitée grâce à l’aide de Stefan Lemny, conservateur à la BNF, que je remercie.

33 Bicentenaire de la naissance de Robespierre (AHRF, n° 152, 1958/3).

34 Babeuf(1760-1797)-Buonarroti (1761-1837). (AHRF, n° 162, 1960/4, pour les articles). Ce numéro des AHRF reprend une partie des communications présentées à la journée d’études consacrée à Babeuf lors du XIe Congrès international des Sciences historiques, en août 1960 à Stockholm. Les actes ont été publiés aux Éditions sociales (Babeuf et les problèmes du babouvisme, Paris, 1963, 320 p.).

35 Hommage à Georges Lefebvre (AHRF, n° 159, 1960/1).

36 Albert Mathiez, Études sur Robespierre (1758-1794). Préface de Georges Lefebvre. Recueil d’articles et de conférences extraits de diverses publications. Paris, SER/Éditions sociales, 1958, in-8°, 283 p. (réédition, 1973).

37 Sur la « Commission Jaurès », et son évolution dans le cadre du CTHS, Marc Bouloiseau, « De Jaurès à Georges Lefebvre. La Commission d’histoire économique de la Révolution », AHRF, 1960/1, p. 57-66, repris dans Hommage à Georges Lefebvre, op. cit. Voir aussi, Pierre Caron, Manuel pratique pour l’étude de la Révolution française, Paris, 1947, p. 31-43, et plus récemment : Héritages de la Révolution française, à la lumière de Jaurès, dir. Christine Peyrard et Michel Vovelle, Publ. de l’Université de Provence, 2002, 194 p., et les débats autour de ce livre (AHRF, n° 332, 2002/2, p. 179-188).

38 Béatrice Hyslop (1899-1973), historienne américaine enseignant à Hunter College (Université de New York), était membre de la Société, qui publie ses travaux sur l’apanage de Philippe d’Orléans en 1965. Intermédiaire infatigable entre les études françaises et américaines, elle contribua à fonder la revue French Historical Studies, qui édita tout un numéro en son honneur (AHRF, n° 227, 1974/1, p. 154).

39 CTHS Section d’Histoire moderne et contemporaine et Commission d’histoire économique et sociale de la Révolution. Table analytique des Actes, Bulletins, Notices, Inventaires et Documents (1907-1960), par P. Bois et M. Bouloiseau, Paris, Imp. nationale, 1963, 60 p. Citons encore la Table analytique des Procès-verbaux des séances de la Convention nationale, préparée à l’IHRF et publiée par le CNRS (G. Lefebvre, M. Reinhard, M. Bouloiseau, 3 vol. , 1959-1963).

40 « Les histoires sociales d’Albert Soboul », AHRF, n° 250, 1982/4, en hommage à Albert Soboul, p. 527-536.

41 Sur les travaux menés à Toulouse, notamment à l’Université autour de Jacques Godechot (1907-1989), J. Godechot, « Vingt-cinq ans d’études », AHRF, 1971/2, n° spécial, L’histoire de la Révolution à Toulouse et dans la région toulousaine. Il coordonna, entre autres, un numéro spécial des AHRF, pour le Bicentenaire de la Déclaration d’Indépendance des États-Unis (n° 226, 1976/4). Voir aussi AHRF, n° 281, 1990/3, en hommage à Jacques Godechot.

42 AHRF, n° 250, 1982/4, p. 536-546. De 1947 à 1982, furent publiés 11 recueils de documents inédits et 30 volumes de la collection « Mémoires et documents » par la Commission Jaurès, dont les deux sessions annuelles furent jumelées avec le célèbre séminaire du samedi après-midi à la Sorbonne. Sur le séminaire d’Albert Soboul, voir l’hommage de Guy Ikni, p. 606-613.

43 Ibid., p. 541. Jacques Godechot en fut élu président et Albert Soboul secrétaire général.

44 Entre autres travaux sur Paris, les AHRF ont publié un numéro spécial sur Paris (n° 263, 1986/1), actes d’une journée préparatoire au colloque de 1989, Paris et la Révolution, publié par les Publications de la Sorbonne, de même que les actes du colloque annuel de la Société d’octobre 2005, sur l’histoire administrative, économique et culturelle de la capitale, À Paris sous la Révolution. Nouvelles approches de la ville (Publications de la Sorbonne, 2008).

45 Les AHRF ont publié plusieurs numéros spéciaux sur la Corse, en 1971, le n° 203 sur La Corse à la fin de l’Ancien Régime, en 1974, le n° 218 sur La Corse des Lumières à la Révolution, et en 1985, le n° 260 préparé par Antoine Casanova, Questions d’histoire de la Corse (fin XVIIIe siècle, Révolution française). Sur les recherches de Dorothy Carrington (1910-2002), sur l’histoire de la Corse et Napoléon Bonaparte, voir AHRF, n° 328, 2002/2, p. 193-196.

46 Irmgard Hartig et Albert Soboul, Pour une histoire de l’utopie en France au XVIIIe siècle, 1977, 84 p. (bibliographie par I. Hartig, p. 29-81). Outre ses travaux sur les communautés paysannes, Irmgard Hartig (1941-1999), publia en 1989 avec Olivier Bétourné, un essai historiographique remarqué, Penser l’histoire de la Révolution. Deux siècles de passions françaises (Paris, la Découverte).

47 Georges Aubert (1889-1973), ami d’A. Mathiez et de G. Lefebvre, résistant, enseignant à l’école normale de Douai, puis au collège Lavoisier à Paris, fut intégré à l’équipe de l’IHRF pour la publication des Archives parlementaires et collabora à la rédaction des tables et de la revue (AHRF, n° 227, 1974/1, p. 155).

48 Né en 1893, il avait suivi les cours d’A. Aulard à la Sorbonne en 1912 et 1913, et était parti vivre en Argentine en 1920 (AHRF, n° 221, 1975/3, p. 486-7).

49 Paysans en révolution : terre, pouvoir et jacquerie, 1789-1794 (1996, XVIII-475 p.). Ce livre est la traduction de la 2e édition augmentée de sa thèse d’État (Moscou, 1987). Sur Anatoli Ado (1928-1995), membre du Conseil d’administration de la Société, professeur à l’université de Moscou, grand spécialiste de l’histoire de France et du mouvement paysan sous la Révolution, voir l’hommage de ses collègues français et russes, AHRF, n° 302, 1995/2, p. 644-45, et n° 311, 1998/1, p. 151-157.

50 Boguslaw Lesnodorski (1914-1985), historien des Lumières, qui fut déporté au camp de Sachsenhausen en 1939, fut après la guerre professeur à la Faculté de droit de l’université de Varsovie, directeur de l’Institut d’histoire du droit, correspondant de l’Académie polonaise des sciences. Il a publié de nombreux travaux sur l’histoire du droit et des institutions, dont sa thèse sur l’œuvre de la Diète de Quatre Ans (1788-1792).

51 Recueil préparé par J.-R. Suratteau (1973). Alfred Rufer (1885-1970), archiviste fédéral, ami d’A. Mathiez et de G. Lefebvre, était un des plus anciens membres de la Société dont il fut vice-président. Sur l’œuvre historique et les multiples domaines d’intervention de Jean-René Suratteau (1916-1998), ancien président de la Société, voir l’hommage de ses collègues (AHRF, n° 316, 1999/2, p. 227-269) et la contribution de Claude Mazauric au présent volume.

52 Sur les publications conjointes de la Société et de l’IHRF dans les années 90, et la distribution des abonnés à la revue, voir AHRF, n° 284, 1991/2, p. 265-269.

53 Sur les travaux pionniers de M. Reinhard (1899-1973), professeur à la Sorbonne de 1955 à 1967, dans le champ de l’histoire de la Révolution et de la démographie historique, AHRF, n° 227, 1974/1, p. 1-14 (hommages de A. Soboul, J.R. Suratteau, J. Dupâquier).

54 Armando Saitta (1919-1991), Professeur à la Faculté de Sciences politiques de l’Université de Rome, vice président de la Société, organisa entre autres rencontres, l’année du Bicentenaire, à l’École normale supérieure de Pise, le Congrès international d’historiographie de la Révolution française (La storia della storiographica europea sulla Rivoluzione francese, 3 volumes, 1991).

55 Sur ces travaux, voir la Chronique de Michel Vovelle, AHRF, n° 281, 1990/3, p. 350-355.

56 Rapports de Jean-Louis Halpérin,AHRF, no 334, 2003/4, p. 224-226 et de Philippe Boutry, no 351, 2008/1, p. 239-248.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymonde Monnier, « Regards sur la production éditoriale de la SER », Annales historiques de la Révolution française, 353 | 2008, 235-257.

Référence électronique

Raymonde Monnier, « Regards sur la production éditoriale de la SER », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 353 | juillet-septembre 2008, mis en ligne le 01 septembre 2011, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ahrf/10900 ; DOI : 10.4000/ahrf.10900

Haut de page

Auteur

Raymonde Monnier

Raymonde Monnier CNRS
49, Chemin de la Vallée aux Loups 92290 Chatenay Malabry Ray.Monnier@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • OpenEdition Journals