Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains, de l’Antiquité au xxe siècle

Annie Duprat
p. 197
Référence(s) :

Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains, de l’Antiquité au XXe siècle, actes du colloque de Tours, 7-9 septembre 1998, textes réunis et présentés par Claude Petitfrère, Tours, CEHVI, 1999, 570 pages.

Texte intégral

1Malgré l’absence d’article consacré spécifiquement à la période révolutionnaire, la lecture de cet ouvrage volumineux et très bien édité apportera beaucoup d’informations à tous les historiens de la ville soucieux de recadrer leurs recherches dans le temps long. Parmi les 42 communications présentées, de l’Antiquité au plus contemporain, on en retiendra plusieurs, traitant de la ville de Tours, en associant celle de Claude Petitfrère, «Les maires de Tours aux XVIIe-XVIIIe siècles: patriciens ou hommes nouveaux» (pp. 123-132) à celle de Béatrice Legrand-Baumier, «La réforme municipale de Laverdy glas de la représentation patricienne au sein des corps de ville? L’exemple de Tours» (pp. 155-162) qui montrent la constitution de dynasties municipales dans une ville très légaliste qui a à cœur d’appliquer, voire même d’anticiper, la réforme Laverdy de 1764-1765; les études conduites par François Caillou sur «les origines sociales des officiers du bureau des finances de Tours de 1577 à 1790» (pp. 133-144) et surtout par Christine Lamarre, «Les mairies de Bourgogne au xviiie siècle: un exemple achevé de constitution d’un patriciat urbain et ses conséquences» (pp. 145-154) apporteront des pistes de recherche stimulantes à tous ceux qui étudient les conséquences immédiates de l’événement révolutionnaire dans la vie au quotidien de ces élites municipales qu’étaient les officiers sous l’Ancien Régime. L’intérêt de ce recueil réside également dans la réunion d’articles portant sur le Moyen Âge comme sur l’époque moderne. La lecture croisée de l’article de Christine Bousquet-Labouérie, «Visages et fonctions du patriciat dans l’iconographie des Grandes Chroniques de France »(pp. 413-430) et de celui de Denise Turrel, «La livrée de distinction: les costumes des magistrats municipaux dans les entrées royales des xviie-xviiie siècles» (pp. 469-486), qui se termine sur l’évocation de la journée du 17 juillet 1789, suscite, grâce à 1’iconographie en couleurs qui accompagne le premier quelques questionnements supplémentaires sur l’origine des trois couleurs de la cocarde de 1789!

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Duprat, « Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains, de l’Antiquité au xxe siècle », Annales historiques de la Révolution française, 324 | 2001, 197.

Référence électronique

Annie Duprat, « Construction, reproduction et représentation des patriciats urbains, de l’Antiquité au xxe siècle », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 324 | avril-juin 2001, mis en ligne le 10 avril 2006, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ahrf/1096

Haut de page

Auteur

Annie Duprat

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • OpenEdition Journals