Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marcel Dorigny, Bernard Gainot, Atlas des esclavages. Traites, sociétés coloniales, abolitions, de l’Antiquité à nos jours

Paris, Éditions Autrement, 2006, 80 p., ISBN 2-7467-0878-7, 15 €.
Jean-Claude Halpern
p. 229-230
Référence(s) :

Marcel Dorigny, Bernard Gainot, Atlas des esclavages. Traites, sociétés coloniales, abolitions, de l’Antiquité à nos jours, Paris, Éditions Autrement, 2006, 80 p., ISBN 2-7467-0878-7, 15 €.

Texte intégral

1Dans la tradition des atlas des Éditions Autrement, cet ouvrage de Marcel Dorigny et de Bernard Gainot allie cartes, plans, tableaux statistiques et brèves synthèses dans un vaste panorama des esclavages, de l’Antiquité au monde contemporain : trois parties sur quatre sont cependant consacrées à la période qui suit les Grandes Découvertes, celle de l’implication massive de l’Occident dans un phénomène qui marque profondément les sociétés américaines et africaines, et aussi, par un mouvement de retour, les sociétés colonisatrices. Les auteurs étudient ainsi, après les esclavages qui précèdent les grandes découvertes, tour à tour les « traites légales » du XVIe au XIXe siècle, les sociétés esclavagistes, et enfin les abolitions. Il faut comprendre l’expression de « traite légale » par opposition aux traites illégales du XIXe siècle ; choquante si l’on considère la barbarie inhérente au trafic des hommes, elle permet de mieux faire ressortir l’implication des États européens pendant la période qui a précédé.

2Ce petit livre a le mérite de réunir une documentation ordinairement très éclatée, avec une excellente présentation des cartes et des graphiques. Le discours sur la traite et l’esclavage doit d’abord passer par la mise à la disposition du grand public de données factuelles établies avec la rigueur de la recherche historique. Citons en particulier, dans les « traites légales », le graphique des traites française et britannique de 1633 à 1864, ou encore les doubles pages consacrées aux forts de traite et aux États négriers en Afrique. La partie consacrée aux « sociétés esclavagistes » est bienvenue ; elle présente, tout particulièrement aux Antilles, au Brésil et en Amérique du Nord, le monde des plantations et celui des villes coloniales, la place des femmes, les résistances à l’esclavage et le phénomène du marronnage. Elle montre encore les contestations de l’esclavage tant aux États-Unis, qu’en Angleterre et en France.

3La troisième partie traite des abolitions. Pétitions abolitionnistes relativement importantes en Angleterre, mobilisation plus mitigée de l’opinion dans la France des États généraux et de la première abolition de l’esclavage en 1794. Suivent une carte et une chronologie des révoltes et des révolutions antillaises ; des cartes et des mises au point présentent la liberté générale à Saint-Domingue, la réaction esclavagiste de 1802-1804 à Saint-Domingue, à la Guadeloupe et en Guyane. De nombreux graphiques permettent de mesurer l’ampleur considérable de la traite illégale, avant les trois vagues d’abolition du XIXe siècle par les États européens, par les nouveaux États américains, et aussi sur le continent africain. Une double page est consacrée aux engagés qui remplacent la main-d’œuvre affranchie aux Antilles.

4Le livre se termine enfin par une carte sur les formes actuelles de l’esclavage. Regrettons l’absence, pour le XXe siècle, d’un épisode aussi bref que violent, le travail concentrationnaire, pourtant assimilé aussi bien par les nazis que par les déportés à une forme d’esclavage.

5Notons enfin, en annexe, une récapitulation des grands textes pour ou contre l’esclavage et des extraits du Code noir de 1685 et de ses adaptations pour la Louisiane, ainsi que de l’ordonnance royale de 1789 pour les colonies espagnoles.

6Relevons cependant quelques petits problèmes de répartition thématique : la traite portugaise du XVe siècle, contemporaine de la découverte des côtes de l’Afrique, ainsi que les importations d’esclaves en Amérique espagnole (p. 16-17) relèveraient plutôt de la deuxième partie (« Les traites légales »), tandis que « la florissante traite illégale française » (p. 25) serait mieux à sa place dans la quatrième partie, dans la double page consacrée à « la traite illégale et son abolition ».

7Malgré ces quelques observations, l’ouvrage de Marcel Dorigny et Bernard Gainot, par une synthèse bienvenue de données éparses dans des publications savantes, est un outil de travail et d’information tout à fait bienvenu à un moment où la traite et l’esclavage font le plus souvent l’objet d’un débat public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Halpern, « Marcel Dorigny, Bernard Gainot, Atlas des esclavages. Traites, sociétés coloniales, abolitions, de l’Antiquité à nos jours », Annales historiques de la Révolution française, 349 | 2007, 229-230.

Référence électronique

Jean-Claude Halpern, « Marcel Dorigny, Bernard Gainot, Atlas des esclavages. Traites, sociétés coloniales, abolitions, de l’Antiquité à nos jours », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 349 | juillet-septembre 2007, mis en ligne le 29 décembre 2009, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ahrf/11308

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Halpern

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • OpenEdition Journals