Navigation – Plan du site
Articles

La naissance de la Montagne dans l’espace public : un mot au service des conventionnels du côté gauche ou de la République ? Octobre 1792-janvier 1793

The Birth of the « Mountain » in public space :a word in the service of deputieson the Left or of the Republic ?October 1792-January 1793
Alexandre Guermazi
p. 11-29

Résumés

Pour ceux qui s’en réclament, l’utilisation grandissante du mot « montagne » à partir du mois d’octobre 1792 révèle un projet d’organisation de l’espace public fondé sur la publicité des débats, la mise en réseau des députés et des citoyens, et la défense des principes liés à la résistance à l’oppression. Il est d’abord mobilisé par quelques conventionnels du côté gauche qui fréquentent le club des Jacobins afin de se démarquer de la ligne politique « brissotine », en particulier de l’opposition faite entre Paris et les départements. Introduisant le mot à la Convention pendant le procès du roi, ces mêmes conventionnels sont accusés de l’utiliser pour constituer une faction. Ils y répondent en multipliant les références sur leur hauteur de vue et sur la défense du peuple. Un transfert a lieu à partir du mois de novembre. Lorsque les sections parisiennes fraternisent avec les fédérés des départements présents dans la capitale, ils ne prononcent pas systématiquement le mot. Cependant, ils développent pleinement ses usages unificateurs qui s’incarnent dans les fêtes patriotiques successives du mois de janvier 1793. Ils affirment ensemble faire République, et rallient alors les conventionnels, toutes tendances confondues.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en septembre 2018.

Plan

Se positionner face à la « Gironde »
Définir des cadres unificateurs
Le soutien, l’appropriation et l’enrichissement par le mouvement populaire

Aperçu du début du texte

L’historiographie a donné une grande place à l’étude du courant politique de la Montagne. Les historiens l’ont identifié selon plusieurs entrées : par sa stratégie politique (Aulard), son programme socio-économique (Mathiez), les origines géographiques et socio-culturelles de ses membres (Soboul), l’étude fine de la répartition des députés dans la Convention (Patrick), ou encore par les choix de ceux-ci et les derniers avatars de leur courant (Brunel). Ces différences tendent à s’estomper depuis quelques années, avec les études portant sur l’élan partagé des forces politiques dans la mise en place du régime républicain (Dorigny). Le terrain d’étude n’est donc pas vierge.

L’existence effective de la Montagne, que nous identifions à la période pendant laquelle des acteurs emploient le mot, s’en réclament et sont identifiés comme tels, est relativement étendue, et va bien au-delà de celle envisagée dans cet article ; nous y reviendrons. Ici, le mot est donc envisagé à travers les usages...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Guermazi, « La naissance de la Montagne dans l’espace public : un mot au service des conventionnels du côté gauche ou de la République ? Octobre 1792-janvier 1793 », Annales historiques de la Révolution française, 381 | 2015, 11-29.

Référence électronique

Alexandre Guermazi, « La naissance de la Montagne dans l’espace public : un mot au service des conventionnels du côté gauche ou de la République ? Octobre 1792-janvier 1793 », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 381 | juillet-septembre 2015, mis en ligne le 01 septembre 2018, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ahrf/13610 ; DOI : 10.4000/ahrf.13610

Haut de page

Auteur

Alexandre Guermazi

Doctorant, IRHiS-Lille 3
Université Lille 3, BP 60149, 59653 Villeneuve-d’Ascq cedex
alexandre.guermazi@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • OpenEdition Journals