Navigation – Plan du site
Articles

L’Irlande à l’Époque de la Révolution française

Harry T. Dickinson
p. 159-183

Résumés

On relève de nombreuses études historiques récentes portant sur l’Irlande à l’époque de la Révolution française. Cette vague s’explique par la grande importance des événements révolutionnaires français sur une société irlandaise très divisée et par le fait que le bicentenaire de la montée et du déclin du mouvement des Irlandais Unis, celui de la Grande Rébellion de 1798 et enfin de l’acte d’Union de 1800 entre la Grande-Bretagne et l’Irlande, ont donné lieu à de nombreux colloques et suscité un grand intérêt pour l’histoire irlandaise de la période. Cet article s’attache à recenser cette littérature récente et à analyser la manière dont les historiens perçoivent le radicalisme et le loyalisme irlandais des années 1790, la rébellion de 1798 et le débat contradictoire sur l’acte d’Union de 1800.

Haut de page

Texte intégral

1La recherche historique consacrée à l’Irlande de la fin du XVIIIe siècle, et en particulier aux événements traumatiques des années 1789-1800, n’a jamais été aussi bien portante. La commémoration du bicentenaire de la Révolution française avait déjà favorisé une importante vague de publications, mais ce fut le bicentenaire de trois événements majeurs, célébrés en Irlande et ailleurs, qui l’accéléra : la fondation de la Société des Irlandais Unis en 1791, la Grande Rébellion de 1798 et l’acte d’Union entre la Grande-Bretagne et l’Irlande en 1800. On a longtemps apprécié les années 1790 comme une décennie décisive dans l’histoire de l’Irlande. Beaucoup de chercheurs, à commencer par James Anthony Froude et William Lecky au dix-neuvième siècle 1, ont souligné combien la structure fracturée de la société irlandaise avait produit, dans les années 1790, une crise profonde à laquelle il avait été répondu de manière inadéquate par l’acte d’Union. Les études récentes ont analysé en détail ces fractures et les tensions qu’elles provoquèrent. Elles ont souligné le fait que l’Irlande au dix-huitième siècle pouvait être assimilée à un pays colonisé et était par essence une société coloniale dans laquelle une minorité dirigeante d’origine étrangère opprimait une majorité d’autochtones aigris. La position de l’élite dirigeante anglo-irlandaise, toujours contestée, ne fut pourtant jamais complètement assurée et dans pratiquement tout le territoire irlandais on relevait des tensions religieuses, sociales et économiques entre l’élite anglo-irlandaise, les colons presbytériens écossais (la plupart en Ulster) et la majorité catholique et gaélique, pauvre et privée de la propriété foncière ainsi que de la plupart des droits politiques et civils 2. D’autres chercheurs ont avancé que l’Irlande au dix-huitième siècle avait connu des développements positifs - transformations démographiques, progrès économique et culturel, attitudes religieuses éclairées, et début de réformes politiques - qui auraient permis de combler les fractures de la société irlandaise si la Révolution française n’avait pas rouvert les blessures et empoisonné l’ensemble du climat social, religieux et politique 3.

2 Ces dernières interprétations ont trouvé un succès très limité auprès des historiens qui ont récemment étudié l’Irlande de la fin du dix-huitième siècle. La plupart de leurs recherches ont souligné au contraire que les réformes adoptées lors de la période de la Révolution américaine n’ont eu pratiquement aucun effet sur les profondes fractures de la société irlandaise. Il a même été avancé que les réformes constitutionnelles extorquées au gouvernement britannique lors de la crise américaine ont rendu les relations entre la Grande-Bretagne et l’Irlande fragiles et incertaines. En effet, l’opposition irlandaise au pouvoir exécutif de Dublin et de Londres n’obtint jamais le contrôle du Parlement irlandais et encore moins celui du gouvernement irlandais. Les propositions d’élargissement du droit de vote afin de rendre le parlement de Dublin plus représentatif échouèrent, en grande partie en raison de la peur de la minorité protestante qui ne souhaitait pas concéder des droits politiques à la majorité catholique. Aucune tentative sérieuse ne fut même entreprise afin de permettre aux propriétaires catholiques d’accéder à la nation politique. Si quelques chercheurs ont apprécié les années 1780 comme l’âge d’or du Parlement irlandais, lorsqu’il obtint quelque indépendance du contrôle britannique, la plupart des études récentes portant sur les années 1790 ont évalué la décennie précédente comme une période d’opportunités ratées pendant laquelle l’on n’avait pas suffisamment essayé de résoudre des problèmes qui allaient quelques années plus tard devenir insolubles. Les dramatiques événements révolutionnaires français dans un pays catholique, n’allaient pas simplement démontrer à de nombreux irlandais que les réformes des années 1790 étaient inadéquates mais que la délivrance était proche si les Irlandais suivaient l’exemple français. La Révolution française ne créa pas les profondes fractures de la société irlandaise, mais révéla combien peu avait été entrepris dans les années 1780 afin de les combler et enfin encouragea l’adoption de solutions plus radicales 4.

Les mouvements radicaux en Irlande dans les années 1790

3Le mouvement radical dans l’Irlande de la dernière décennie du dix-huitième siècle est très comparable au développement du radicalisme en Grande-Bretagne. Dans les deux pays on relève une rapide ferveur pour les réformes politiques, des classes urbaines moyennes initiant la création de clubs politiques, utilisant une presse en formation et décidées à obtenir l’appui d’un public plus large. Les radicaux des deux nations étaient influencés par l’optimisme et le rationalisme des Lumières et par la philosophie des droits naturels de John Locke et de Thomas Paine. Mais, les radicaux irlandais et britanniques allaient également être influencés par les principes et les buts des révolutionnaires en France. Enfin, dans les deux pays, la réaction patriotique à la guerre contre la France, le loyalisme populaire et la répression du gouvernement, poussèrent à la suppression des radicaux. Cette volonté obligea quelques radicaux à entrer dans l’action militante et, à la fin des années 1790, dans la conspiration révolutionnaire. Toutefois, sous bien d’autres aspects, la situation en Irlande était aussi très différente.

4Ainsi, la société irlandaise était bien plus profondément divisée en termes ethnique, religieux et culturel. La Grande-Bretagne exerçait une influence politique considérable en Irlande et celle-ci connaissait des désordres agraires bien plus marqués. En outre, les mouvements réformistes étaient confrontés à la difficulté de combiner réforme parlementaire et émancipation catholique. Beaucoup de radicaux protestants étaient très réservés sur l’élargissement électoral en faveur des catholiques. En leur donnant davantage de pouvoir, ils redoutaient que cela les encourage à essayer de récupérer les terres confisquées au cours des siècles précédents. Alors que le loyalisme britannique obtint probablement le soutien de la majorité de la population dans les années 1790, les loyalistes irlandais représentaient une minorité rompue aux conflits, se ralliant à des organisations aussi ouvertement sectaires que l’Orange Order, créé en 1795. Malgré leurs efforts, il était très difficile pour les sociétés radicales des Irlandais Unis d’unir protestants et catholiques autour d’un programme d’avenir, radical, non-sectaire et uniquement dédié aux réformes politiques. Si l’on veut sérieusement étudier le radicalisme irlandais des années 1790, on se doit d’examiner la naissance du patriotisme irlandais des années 1760 et ses propositions lors de la Révolution américaine afin de rendre le parlement irlandais plus indépendant de l’influence britannique et afin que la société irlandaise y soit plus justement représentée. À présent, les historiens peuvent aborder ces questions avec confiance grâce à quelques excellentes études sur l’impact de la Révolution américaine sur la politique irlandaise 5. Le livre de Small est le seul parmi ces études à faire le lien entre l’argumentation politique développée dans les années 1790 et celle déployée lors de la Révolution américaine. Il est particulièrement convaincant lorsqu’il montre comment les patriotes irlandais avaient pu obtenir des concessions des britanniques, mais redoutaient d’accorder l’égalité des droits politiques aux catholiques irlandais.

5Il insiste également sur la manière dont une réaction conservatrice à la fin des années 1780 permit le développement d’une idéologie qui justifiait la domination d’une élite de propriétaires protestants qui dominaient la vie politique et publique irlandaise. Au début des années 1790, le patriotisme irlandais se fragmenta lorsque certains radicaux furent convaincus que les droits politiques devaient être étendus aux catholiques et que la notion de supériorité protestante devait être abandonnée. Pour Small, si ces radicaux étaient influencés par Les droits de l’homme de Thomas Paine et les idées radicales britanniques du temps, ils n’abandonnèrent cependant pas complètement leurs convictions en faveur d’une rhétorique politique se référant à l’ancienne constitution et à un républicanisme classique. Bien que Small reconnaisse que les plus radicaux des Irlandais Unis poussaient à la séparation d’avec la Grande-Bretagne et à l’adoption d’un programme radical de réformes politiques, il précise cependant que beaucoup de militants auraient accepté l’adoption de mesures bien moins extrêmes. En fait, il n’observe pas de ruptures fondamentales entre l’idéologie des « Patriotes » des années 1770 et 1780 et le républicanisme des Irlandais Unis de la décennie suivante. Ces derniers seraient, d’après lui, des révolutionnaires malgré eux.

6Les célébrations qui ont accompagné le bicentenaire de la Révolution française ont amené beaucoup d’historiens à s’intéresser à l’influence de la Révolution sur les événements hors de France. On explora ainsi la contribution des Irlandais aux événements se déroulant en France et, à l’inverse, l’impact de la Révolution française sur les événements irlandais. Liam Swords s’est ainsi attaché à retracer les activités d’une très large communauté d’hommes et de femmes irlandais vivant à Paris entre 1789 et 1815 6.

7Si son livre regorge de détails, il manque d’une problématique cohérente. En revanche, le livre publié sous la direction de Hugh Gough et David Dickson 7 qui donne la parole à quinze historiens est bien plus achevé, cohérent et scientifique. On y trouve des articles très bien informés par des spécialistes, comme Nancy Curtin sur les Irlandais Unis, Jim Smyth et Louis Cullen sur les Défenseurs, Kevin Whelan sur les origines de la Grande Rébellion de 1798 dans le Comté de Wexford et C.J. Woods sur Thomas Russell. Leurs contributions concernent essentiellement les événements s’étant déroulés en Irlande. Les autres auteurs s’attachent à la comparaison entre les événements en Irlande et en France à partir de sujets comme les prêtres irlandais et le clergé français, l’indiscipline dans les armées française et irlandaise et la tentative d’invasion française de l’Irlande en 1798. Avant la publication de cet ouvrage, Marianne Elliott avait déjà renouvelé l’intérêt des études sur les radicaux irlandais et la Révolution française par son étude magistrale : Partners in Revolution 8. Elle y avançait qu’initialement les Irlandais Unis avaient adopté un programme politique modéré et qu’ils n’avaient nullement l’intention de redistribuer les terres confisquées aux catholiques. Mais, confrontés à la répression gouvernementale et à la violente opposition de l’élite protestante, ils décidèrent que la révolution violente était le seul moyen d’atteindre leurs objectifs. Pour cela, ils cherchèrent à obtenir l’assistance militaire de la France. Ce lien avec la France finalement se révéla à la fois leur plus grande force et leur plus grande faiblesse. Sans l’aide militaire d’envergure de la France, ils ne pouvaient atteindre leurs objectifs, mais en cherchant à obtenir cette assistance, ils s’aliénèrent une grande partie de leurs supporters en Irlande et devinrent trop dépendants des Français dont la question irlandaise n’était pas la priorité. Lorsque les Français débarquèrent à Bantry Bay en décembre 1796, les Irlandais Unis n’étaient pas en position de soulever cette région. Lorsqu’ils le furent, en mai 1798, les Français mirent plusieurs mois à arriver, et lorsqu’ils débarquèrent enfin, d’ailleurs au mauvais endroit, il était bien trop tard.

8L’ouvrage de M. Elliott et la commémoration du bicentenaire de la fondation des Irlandais Unis a provoqué une avalanche d’études sur les radicaux irlandais. Ainsi, on relève l’ouvrage sérieux et pénétrant d’A.T.Q. Stewart sur les origines des Irlandais Unis 9. Alors que les précédents chercheurs avaient souligné l’impact de la Révolution française sur leur mouvement, Stewart s’attache davantage à l’idéologie de ces presbytériens irlando-écossais qui jouèrent un rôle prééminent dans la société des IU. Il reconstitue les racines de leur idéologie issue du républicanisme protestant anglais du XVIIe siècle, transmis par les républicains (Commonwealthmen) et les Real Whigs du XVIIIe siècle. Stewart consacre une troisième partie au rôle de William Drennan, dont la carrière illustre les divisions anciennes des IU de Belfast et les difficultés posées par la question catholique. Dans un chapitre final, l’auteur avance que les francs-maçons ont joué un rôle important dans l’évolution des IU car leurs loges avaient permis de se faire rencontrer catholiques et protestants en termes égaux. Si cet argument n’est pas très convaincant, il nécessite cependant des recherches plus approfondies.

9L’étude la plus fine des IU est l’œuvre de Nancy Curtin, même si elle se consacre uniquement à leurs activités en Ulster et à Dublin 10. Ses recherches sur les objectifs et les présupposés idéologiques des IU confirment que la société était traversée par des contradictions. En accord avec A.T.Q. Stewart, elle reconnaît que les radicaux de l’Ulster étaient influencés par la tradition Whig importée de Grande-Bretagne et par les idées de Thomas Paine, mais elle maintient que la paysannerie catholique qui allait participer plus tard au mouvement était favorable à un nationalisme embryonnaire défini par la religion et par la notion de race. Une fois que les IU cherchèrent à s’allier avec les Défenseurs, mouvement de confession catholique, porté par un nationalisme primitif et un héritage gaélique, ils risquaient de perdre la plupart de leur soutien parmi les presbytériens radicaux qui avaient été extrêmement actifs dans la création des IU. Nancy Curtin est particulièrement convaincante lorsqu’elle montre l’évolution des IU d’un mouvement constitutionnel en un mouvement de conspiration révolutionnaire. Une fois confrontés à la répression gouvernementale, les membres les plus radicaux des IU développèrent une campagne de recrutement énergique afin d’enrôler les Défenseurs (soit une large association catholique de rebelles paysans et de proto-prolétaires urbains) dans un mouvement de masse, secret et révolutionnaire, essayant d’obtenir l’aide militaire française. Tout ceci transforma la composition du mouvement et altéra certains de ses buts. En 1798, les IU avançaient 500 000 membres,  dont, apparement, plus de la moitié étaient armés et prêts à en découdre. N. Curtin admet que ces chiffres sont probablement exagérés et l’incertitude demeure sur le nombre de Défenseurs qui adoptaient le programme politique complet des IU. Les recherches de Curtin peuvent être complétées par l’examen des papiers de la Société des IU de Dublin qui ont été récemment publiés sous la direction de R.B. McDowell ainsi que par une édition très utile de sources imprimées contenant des extraits des débats parlementaires, des procès en justice, des quotidiens, des correspondances et des journaux intimes 11. On peut également tirer le plus grand profit de la lecture d’études portant sur les IU d’autres comtés de l’Irlande et de leurs liens avec d’autres groupes avides de réformes. On peut ainsi commencer avec les vingt-deux articles compris dans The United Irishmen 12. Quelques unes de ces contributions s’intéressent aux événements antérieurs aux années 1790 ou s’attachent à des sujets qui ne sont pas directement liés aux IU, tandis que les articles de Nancy Curtin, Dáire Keogh, Ian McBride, Thomas Bartlett et Allan Blackstock sont à présent dépassés par des ouvrages publiés par ces mêmes auteurs 13. On trouve, toutefois, dans ce recueil des articles incontournables pour l’étude du mouvement radical des années 1790. Ainsi, Kevin Whelan s’attache à l’influence des Lumières sur les IU. Louis Cullen, dans un très long article, offre une étude très fouillée du fonctionnement politique interne des IU. Thomas Graham étudie l’organisation des IU et leur succès à transformer les Défenseurs en un mouvement politique et révolutionnaire. De même, on relève un article tout aussi stimulant de Marianne Elliott sur les Défenseurs, dans lequel elle étudie leur volonté de récupérer les terres anciennement catholiques, leurs liens avec le Comité Catholique (Catholic Committee) et les IU. Ces deux dernières contributions soulignent la nécessité d’une étude détaillée sur les Défenseurs dans la mesure ou il n’y pas encore d’ouvrages définitifs sur le sujet, même si quelques articles 14 ainsi que le livre récent de Jim Smyth 15 permettent, en partie, de combler ce vide. Jim Smyth refuse l’unique perspective élitiste de la politique irlandaise et s’attache à aller au-delà du radicalisme des classes moyennes. Il étudie ainsi les facteurs sociaux, économiques, religieux et culturels qui ont contribué à la participation politique du peuple et explore comment les radicaux et les catholiques ont sollicité systématiquement le soutien des plus démunis. Il montre que l’idéologie populaire est façonnée par l’activité politique et la participation aux affaires publiques ainsi que par les manifestations de rue, les mouvements de protestation et la participation aux campagnes politiques, en particulier dans les rangs des IU et des Défenseurs. Il précise le rôle de l’impact de la Révolution française sur la mobilisation populaire et en quoi la répression du gouvernement servit à accélérer, sans en être la cause, la transformation des IU en une force insurrectionnelle. Il avance encore sur des terrains jusqu’alors inconnus lorsqu’il montre combien les pauvres de Dublin étaient politisés avant 1790 et enfin contribue également à notre connaissance des Défenseurs. Il révèle ainsi dans quelle mesure ces derniers ont transformé leurs activités politiques en les rendant clandestines en 1793-95 et sont devenus ainsi la principale expression du mécontentement populaire. S’ils ont formé la base des troupes des IU à la fin des années 1790, J. Smyth explique cependant qu’ils formaient avec ces derniers plutôt une coalition assez décousue qu’un mouvement unifié. Les Défenseurs et les IU avaient des motivations et des objectifs différents, mais leur association força les IU à regarder avec plus d’attention les propositions de réformes sociales et économiques des Défenseurs. En en arrivant à cette conclusion, J. Smyth s’éloigne des arguments de Marianne Elliott et Nancy Curtin qui voyaient des les IU un mouvement politiquement radical, mais socialement conservateur.

10Mais les IU ont fait aussi l’objet d’autres études à partir de problématiques différentes. Ainsi, dans son étude comparatiste 16, Elaine McFarland s’attache aux liens qui unissaient dans les premières années de leur existence les IU aux radicaux écossais. Leurs idées et leurs programmes politiques étaient semblables, ils étaient tous deux influencés par la Révolution française et ils souffraient des divisions de leurs dirigeants et bientôt de la répression gouvernementale. Les IU, toutefois, allaient connaître une plus grande réussite lorsqu’ils adoptèrent une stratégie révolutionnaire consistant à s’armer pour la rébellion, à chercher l’assistance militaire française et à recruter des adhérents en masse, soit des décisions qui échappèrent au mouvement radical écossais des années 1790. Paul Weber, dans les traces de Marianne Elliott s’est intéressé aux contacts existant entre les IU et les Français 17. Il montre ainsi combien la ville d’Hambourg était un carrefour important pour la rencontre des IU et des divers représentants du gouvernement français, en particulier dans les années qui précédèrent et suivirent la rébellion de 1798. Il suit les allées et venues de nombreux dirigeants radicaux irlandais, tels que Wolfe Tone, Alexander Hamilton Rowan, Lord Edward Fitzgerald, Thomas Russell et Thomas Addis Emmett. Il est tout à fait convaincant lorsqu’il étudie le réseau d’agents secrets mis en place par le représentant britannique à Hambourg. Thomas Bartlett, quant à lui, a analysé avec beaucoup de rigueur l’efficacité du réseau d’agents secrets du gouvernement à Dublin à partir de son édition des papiers de Francis Higgins, un journaliste bien connu dont les activités d’espionnage ne seront révélées qu’après 1866 18.

11Bartlett étudie la nature du réseau de renseignements du Château de Dublin (siège de l’exécutif), précisant à la fois sa force et ses limites comme mouvement contre-révolutionnaire. Si l’auteur explique la faiblesse du réseau dans la détection des activités des IU, il montre également l’importance pour le gouvernement des informations glanées par ses espions et dans quelle mesure elles furent très utiles lors de l’arrestation des dirigeants des IU, alors que ces derniers en étaient aux dernières étapes de la préparation de l’insurrection. Beaucoup d’IU s’exilèrent ou furent exilés d’Irlande avant et après la rébellion de 1798. Comme nous l’avons déjà évoqué, quelques uns de leurs plus importants dirigeants choisirent la France, mais d’autres émigrèrent aux États-Unis d’Amérique. Parmi les 60 000 émigrants irlandais arrivés aux États-Unis dans les années 1790, Michael Durey en a identifié 150 qui l’étaient comme réfugiés politiques et dont la plupart étaient des radicaux qui eurent, un peu plus tard, une activité politique aux États-Unis 19.  Pour David Wilson, les radicaux irlandais émigrés aux États-Unis continuèrent de rêver à l’indépendance de l’Irlande, tout en devenant très actifs dans la politique démocratique de la nouvelle république 20. Ils s’ancrèrent dans l’aile radicale du parti Républicain et contribuèrent à la victoire de Jefferson et à la défaite de John Adams aux élections présidentielles de 1800. Ils espéraient qu’un succès aux États-Unis ouvrirait la voie à l’établissement d’une république démocratique en Irlande.

La Grande Rébellion (1798)

12La poussée du radicalisme irlandais culmina dans les années 1790 avec la sanglante rébellion de 1798 à laquelle ont participé des milliers de rebelles armés, assistés d’une expédition militaire française. Mais, la rébellion fut réprimée impitoyablement avant que les Français ne puissent lui venir en aide. Les historiens ont longtemps débattu sur la nature de la rébellion ; à savoir, si elle était avant tout une révolte agraire spontanée menée par une paysannerie catholique pauvre et opprimée, ou un conflit confessionnel initié par, selon les auteurs, les protestants ou les catholiques, ou enfin une insurrection politique en faveur d’une république démocratique, mise en scène, orchestrée et interprétée par les Irlandais Unis. Les travaux de Thomas Pakenham et R.B. McDowell ont mis en lumière l’origine agraire de la rébellion 21. D’autres historiens ont relevé que les tensions socio-économiques avaient aggravé l’hostilité entre protestants et catholiques 22. Il était en effet simple d’observer que la plupart des rebelles étaient des paysans ou des ouvriers agricoles pauvres. Mais, il a été aussi remarqué que la rébellion ne s’était pas déclenchée dans la plupart des comtés ruraux ou dans ceux qui avaient été atteints précédemment par des révoltes agraires, mais au contraire dans les régions anglophones et les plus économiquement avancées de l’Irlande. Quelque temps après la rébellion, il y eut une tentative des militants protestants, et même de quelques membres des IU eux-mêmes, afin d’essayer de s’absoudre de quelques atrocités survenues lors de la rébellion, et de présenter la rébellion comme étant issue prioritairement des antagonismes religieux entre catholiques et protestants. On relève ainsi, peu après la fin de la répression, la première étude sur les événements de 1798, celle de Sir Richard Musgrave, un protestant engagé, qui avança que la rébellion était l’œuvre d’un complot papiste ayant pour objectif de chasser les protestants d’Irlande 23. Au dix-neuvième siècle, James Anthony Froude et William Lecky ont également insisté sur la nature confessionnelle de la rébellion 24. Cette dimension a été étudiée par de nombreux historiens récents de la rébellion.  Sans pour autant, en faire la cause essentielle du mouvement insurrectionnel, Ian Mc Bride a relevé l’action de certains groupes de protestants sur les radicaux de l’Ulster 25. Il a ainsi montré combien les traditions d’oppositions religieuses ont pu entraîner et aggraver des oppositions politiques en Ulster des années 1770 jusqu’au déclenchement de la rébellion en 1798. Il avance ainsi que dans le sillon de la Révolution française, les presbytériens de l’Ulster envisagèrent de créer une nouvelle nation irlandaise à leur image et comment les déterminations confessionnelles ont influencé l’attitude des presbytériens lors de la rébellion de 1798. Il en conclut que, malgré les efforts des républicains du nord pour replacer les déterminations religieuses dans le sens commun de la nationalité irlandaise, la rébellion était toutefois profondément religieuse dans son inspiration.

13La plupart des études récentes n’ont pas reconnu le rôle déterminant des griefs catholiques dans la rébellion et ont souligné les objectifs politiques des IU comme les éléments déterminants du déclenchement de la rébellion. Dáire Keogh a ainsi démontré que la hiérarchie catholique irlandaise était profondément hostile à la Révolution française et souhaitait s’éloigner des radicaux qui avaient eux-mêmes embrassé les principes révolutionnaires 26. Même s’ils espéraient obtenir davantage de concessions de la part du gouvernement et du parlement, les évêques catholiques irlandais, dirigés adroitement par John Troy, évêque de Dublin, se rangèrent derrière la hiérarchie catholique et le gouvernement lors de la crise de 1798 27. Bien sûr, tous les prêtres catholiques ne suivirent pas leurs supérieurs et quelques uns s’attirèrent une certaine notoriété et une relative gloire en rejoignant les rangs de la rébellion. Toutefois, les travaux de Keogh indiquent bien que les activités de prêtres radicaux furent des exceptions à la règle. Malgré tout, il reconnaît aussi que de nombreux laïcs catholiques ne suivirent pas les conseils donnés par le clergé conservateur. Il en conclut que ceci permit aux protestants de présenter injustement la rébellion comme un complot papiste essayant d’écraser la minorité protestante en Irlande.

14Les efforts des protestants afin de rendre les catholiques responsables de la rébellion n’ont cependant pas convaincu les historiens et la majorité des recherches récentes s’est portée sur le rôle des IU comme instigateurs, meneurs et responsables de la rébellion ou, au moins, de ses premières étapes. Louis Cullen et Kevin Whelan, en particulier, se sont éloignés de leurs conclusions antérieures, qui mettaient en avant les aspects confessionnels de la rébellion dans le comté de Wexford, et relèvent, à présent, l’importance du rôle des IU et leur volonté de déclencher une révolution politique 28. Dès 1796, les IU essayaient d’obtenir une invasion française en appui de leurs projets 29. Quand elle échoua, ils se préparèrent à une rébellion, sans d’ailleurs initialement obtenir le soutien militaire de la France. L’arrestation de plusieurs dirigeants des IU avant le déclenchement de la rébellion en mai 1798 et l’échec de la coordination des soulèvements qui éclatèrent dans différentes parties du territoire placèrent le commandement de la rébellion dans les mains des chefs de troupes locaux dont beaucoup n’avaient pas complètement assimilé les idées et le programme des IU. Si on a observé une coopération limitée entre rebelles catholiques et protestants et des efforts volontaires afin d’éviter toute division confessionnelle, la discipline s’effondra dans les rangs des rebelles en raison des réactions violentes du gouvernement et des forces loyalistes. Le mouvement perdit alors toute sa cohésion ainsi que sa direction. Ce n’est qu’à ce moment là, avancent les historiens de la rébellion, que des signes de révoltes agraires commencent à apparaître et qu’éclatent de sérieuses atrocités à motifs religieux. Si la conclusion à laquelle parviennent les études récentes sur la question indique que la rébellion a débuté en réaction à des motifs politiques, elle ne fut pas non plus dépourvue de tensions agraires et de violence religieuse.

15 Le bicentenaire de la rébellion de 1798 a poussé les éditeurs à publier des reprints d’histoires anciennes 30 du mouvement et a aussi suscité de nouvelles recherches, en particulier sur les activités des radicaux. Toutefois, en dépit de cette activité éditoriale, aucune histoire de la rébellion écrite par une plume unique n’est apparue ces dernières années. En revanche, on relève de nombreux essais collectifs 31, dont le meilleur reste : 1798: A Bicentenary Perspective 32. Cet ouvrage massif contient trente-trois articles de spécialistes ainsi que des introductions aux huit parties de l’ouvrage de la main de Kevin Whelan, également responsable d’une magnifique bibliographie de 66 pages. Comme il l’a déjà montré, K. Whelan n’est pas animé par le détachement historique lorsqu’il écrit sur ce sujet et il préfère exposer clairement sa forte sympathie pour tous ceux qui ont défié l’autorité britannique et son dédain pour leurs opposants. Ses introductions ne rendent pas véritablement justice aux interprétations subtiles présentées dans les chapitres des parties suivantes qui, si elles sont sans titre, sont toutefois agencées par thèmes. Le premier s’intéresse aux racines intellectuelles et culturelles de la rébellion. Le second observe la transformation des IU en une société révolutionnaire de masse, mais également les activités des rebelles dans les comtés de Leinster et Munster et enfin à l’invasion française manquée. La troisième partie éclaire le radicalisme de l’Ulster tandis que la quatrième examine les réactions des protestants et des loyalistes. Les événements clefs de la rébellion, le rôle du général Abercromby, l’utilisation d’informateurs, le très contesté traité Kilmainham de 1798 et les problèmes légaux soulevés par l’action militaire, sont étudiés dans une cinquième partie. La sixième concerne la mémoire sélective de la rébellion parmi les générations de protestants de l’Ulster, l’œuvre de R.R. Malden, le premier historien sérieux des IU, et la marginalisation du rôle des femmes dans les histoires de la rébellion publiées après 1798. Les événements contemporains en Irlande, France, Angleterre et en Écosse, sont considérés dans une septième partie, tandis que la toute dernière s’attache aux conséquences dans le monde de l’échec de la rébellion et principalement aux activités des IU en Australie et aux États-Unis d’Amérique. Ce recueil est d’une lecture essentielle pour tous ceux qui souhaitent appréhender la dimension plurielle de la grande rébellion de 1798.

16Daniel Gahan nous a donné probablement le meilleur, le plus précis et le mieux informé des compte rendus de l’activité des rebelles dans le comté de Wexford 33. Il nous conte une histoire des événements jour par jour, presque heure par heure, pistant les rebelles, les loyalistes et les forces régulières du gouvernement tout en précisant tous les combats du plus important au plus petit. Il démontre de manière convaincante que le mouvement rébellionnaire était très bien dirigé et organisé au début de l’insurrection et que le commandement avait pour objectif de parvenir à une révolution politique. Il faudra attendre que les rebelles aient eu vent des violences loyalistes et qu’ils connaissent la défaite dans les rue de New Ross et à Vinegar Hill pour que la discipline s’effondre. C’est ensuite qu’éclatèrent les violences religieuses et que la rébellion tomba dans le banditisme. De manière semblable, le travail récent de A.T.Q. Stewart sur la rébellion à Antrim et à Down révèle les mêmes forces et les mêmes faiblesses que l’étude de Gahan sur la rébellion dans le comté de Wexford 34. Ainsi, de nouveau, nous avons un récit excellent des motivations de l’ensemble des forces participant ou réprimant la rébellion. Stewart est aussi très convaincant lorsqu’il rend compte des points forts et des faiblesses des participants. Si le récit est remarquable, l’interprétation, en revanche, est faible. Mais un ouvrage collectif sur la rébellion à Down rétablit l’équilibre 35. Les auteurs examinent principalement les activités des IU ainsi que les conflits majeurs, mais étudient également le rôle des propriétaires et du clergé et quelques uns des mythes bientôt apparus à la suite de la répression de la rébellion. Ces recherches sur les centres cardinaux de la rébellion ont été complétées par de nombreuses études locales de l’activité des rebelles. Ainsi, on relève deux travaux importants de Ruán O’Donnell sur la rébellion dans le comté de Wicklowumber">16Daniel Gaid="bodyftn26aid="bo>e Aintctints de Ruán O’Donnell sur la rpan>Lébellion. Ces/p> év récit excHumursn26" href="#ftn26"lle ps, on reusieurs nt appréhender >bryftn26aEses régulider >bryftn26aEsi>C . admeltion, ences religieuses et que n’est pas animé par lee. La troes anciennes Lébellion. Ces/p> év4particulier s4pa>40ggravé l’hostilité entre proenchement lot paplus de lmbenrôlifs politrlande, France, Angleterre,res contxt-trnt ll"montrbrétablidyftn28" href="#fre ou il moins, de n20" href="e" id="botèraIrlande ences dyftndens noteca">232i, on ue losercase;">e républiqulupfûtn2">La Grande Rébellion (1798)

3"lion histoire de la rébelli"sidenotes">
  • 16Daniel Gahan nous a donné probablement le meilleur, le plus précis et le mi7rébellion nutieuelqstloirfition de l’iles dble, l et enfin à l’inv dram les mouandgparuleurord pour replacion.

    x et les catholiquetuárt de viode la coordie des Lumières sur les IU. Louis Cu,st paétaient sespon placvait cis anibeiie caux de lmationum"> ddes oucodrdgpaérenaître et ’une rÀimportance du rb le détaetion à ll" id="on uerlitiq aysat meil notecieu Ces -rent aice, naisod="bentale, u8au moinage neidyftn2insurrectionme exg. Thotéatref=dans lmmex conséquWhelaneb le détsne straaient au,. Toutefoet le pait ptuánttair,an, également dimenss="#fre tice, questiantidyftn2inss par la les cadu reobaldas Addis Emautant, ede ré tout une rcanovenir ainsi a à s’figcisantde leur soutiière la hileirlandayftndpublicains (Clle ont pae Wexfodiytndp mouveelle ont parirationegulgritablementner etetuc tefois, ert dches de Cber">1621.éri826er clairfnss=" 1798 à iière la hiet aux qu qui avançax quveetion égalemedivitéde MaC rpan>Lébellion. Ces/p> év4tions de l’4ti>4ble desr ces mêaawn inentéiidées et el Gamcités suctn25" rierasument publiirfnss=(ui e leu faiblbongeébelle loupeles d dadesr"texta Cs Emmeitéaéc deserpréts qui souhaitent appréhend jus=rpréts nt une certaine noto)t pon’alt touu neulaire et relativoompualyment lomté dces religirpn de lel Gaser lagrof="#ftn13 ne parties dIan aeut le rôle tèrMter, l0 du Cs Emmet enfin à l’iar, setionsvités des rébeistortn11">11bentaleseé rôles et en Éc. Di1">1 clasé oquililiographie dseébellion dans l tic des procès rrque vtaetion opinaussi trs Emmet enfatria class="dmet q permeaun, égles hs rebait facès lnt 500n>rand des rebllion en 1798. Il ava trs Em. H touu ,rlementaires, rpan>Lébellion. Ces/p> év4insi que les 4in>4ive éenmine ln28"ubellicall" idine les réns le ’Irlande av,i très convaincant lax quvee Cs Em landaiaice,ualunlion. Le second28"ubeles facteurs socistoas="footnrtie, tandon de la érien5écit est rem mêmesre dt organisé tnotecall"ve elles fuibutionsdyftn27" href==rpréts la Somais égts de l’esfre tice,eogh indsd’une lecture esis Emauux qui souhaitent appréhendière s que l (n, égticeub de dernières avant que le C’esBouprysr y étude tre deoûtrien5els pocvenues odiytnun de la natnaux de la réberaielutionnovateuri perla discisapou"textafin d’esse, ou un cdbliss3. Sdes iscodroiuabue les Iccusure dernièitédss="foo Thotéslportéeopprincanur la nature confessde lques aaconomidu mo de Wickine lnb le déts et en Écors utile delebelle loups de s le s98.déns ltait lPlefsck Gla regc ne pe deutd28"ubelques, leurs il montre érébellstoas="footnns erets nexford sur l qui eurall"afluise le ln de la sociraielutionnova rpan>Lébellion. Ces/p> év4récit excHum4r>46" hrefE bandiomtéuvemenltait laid="bodyftn26aidpar unessi28"ubelliont les acts Irlandmbreuses là s’enécgcimet enfll" i t de la n recruerve la trreDnteau radihref=" e la Réon mixtelques, leurs stesaujblessrévoltodyftoullect il montre afleps his IU, as leur succx quiia esfre tice,>bry, des corrn polrchies ns fre ves de op sliquethie pour a esfre tice,ogh, rel. Il démontre de rpan>Lébellion. Ces/p> év4urs supérieu4ur>47" hrefE fins liographie de 6ais ainsi qtait lQuinnns fle s le abe dét des D le s98.déient d’obtenir une invasion fran4sans d’aill4sa>4initialde irets.

    lion que, leurord s embrassé les principes " href="#fe rése,xicau codrue par ignémocra,cts Irliréts ntleur image et listes. Le préces élémentie éclairient d’obtenir une invasion fran5particulier s5pa>50" hrefE toullectment perdit Sx Éta quverneraçonnée pa clsibit lairéseau diuque lbelliilliid="vviopedihre aux racinIrlanrécentdemsnr rs dee c.  Ss d’esps austs anim,xicau arrectialentre nt pas v,n place par le reppouritairref==itist o lpan>rande . Dfs reppun d’es 1ducendesOr/p>aants deuricore snt unar lce pariur artée par leité des rebelles R.B. McDowmière lU populaierabeistvtaseébel de le d’lce paune révoluplétées par mod Paur lSs IUa Ts ryt loe commandeavait pour oocutionmts davait v Nancybeisteogh indibr Wickétaient ,ybeistdramarue, ln mai 1798 elisme de beistmatirient d’obtenir une invasion fran5e
    51ts majArthr lodyfCtéorot pahosidiaice,ae
  • 16Daniel Gahan nous a donné probablement le meilleur, le plus précis et le mi8es rontil py as="foneb le dét iretst en ÉcoracinIses et llion en idées R.Bdroi rpan>Lébellion. Ces/p> év5resque heure 5re>53bellion.  Sabse, leut pas non plus mbreuses aen une d observe la tratholiques ’u venues sembenrôler les D rebello. Pauform:uppeelaïcsot ub de all" ="lées et e lecture s’ils espéraienda anles comts des IUrd pour replacer les dDlesna ou des raceWhela rand des=rpréts nlion en 1d certaine notosté sne révos IU. Louis Cu,sie Tbelpoureabefrre fran st lax quverirationedémontre de cmaireon ;acompeuricore snodro pertation émocra,cp> montre class="pamphlbless d’ndique gouLarki aut>t en >. Déc desmode lièitédss="foo(irein compet el Gamin ri rs pes dassociaièDlesna [ rpan>Lébellion. Ces/p> év5tions de l’5ti>5ble d])r Unmculturcirt v,nDlesna seéetira="e" id="bonegularnièreub de dernièrd pour replacer les dD l’hostiéparation de l’ip> Samurs Neindétt. Il est tout à fait e en scoe sHenryue y McCrackenet ont soulig scoe sneb le de,.> ainsi q euralgalement dt lax quverirle loupetransfoe, naisod="bntércis anibeiandementomt française. nt unerhasises activités denièrd pouu un cdblies d mo de Wickôt apparuses, aes procès le détacu rfootne gouMurphys dans le "montnueo"e" cités sucuuenceces élémeicaux eterpees et l’alion uexicaudtéslistvta=rprée certai défaite rpan>Lébellion. Ces/p> év5insi que les 5in>5its maje" id="bodyftnNics ligFurs IU.ns fredes partie mêmes id="rf Wirllion endes IU da">2i, vos IU. Louies ad="bodCs et qre tice,oprée br Wickoas="footnnte diviside 6aurphydont les actisq une so égalemen st lrt est aussent lui vdes rebdsLébellion. Ces/p> év5urs supérieu5ur>57" hrefCoiglyx Les r les ctn2Whel o lneriées R.e rendendelenchement de la rébele dernièrd Irlande avant ed’Amérique. C Leselutionions a -Betciatlion eun idrvenues lors desembenrôall" id="bodyftintctints de Ruán O’Donnell sur la32" hne gouH un dm1fitiqondde la répresade te ayanticaudme it « lmainham  »sbeet llimellion dansIl ctifs da aysat uvetre sse, soSx États-Unis d’Amériqur Unmcultur m unioctlupfprienvoye. nt esBoayaysr y étu (e pour to)r Unmestant engéc deségolrchet os ettèrMter, l0 dcard nnlis38 des my euralgd Paus utile dent Pe delodyfShaughnv> y>. Déc desration le. C idlion dés adroiisidiaic el Gameogh if aysatet e lecture p commence(s adroiisits de loupese vtaeife pour tou claas="fo comtin coat [ rpan>Lébellion. Ces/p> év5aise en appui5ai>58le d])r mo de Wick pahosiraphie deulques atypeace par le repsur la réb.nt la plupart rpan>Lébellion. Ces/p> év5sans d’aill5sa>5initipte rendus de , ouvriers,rlementaires, trouxditeuriAs hiw Bryindée codivisidicaueogh asatetre ffébeleux desperdliartélion ré racdanscistoas="footnorsqiter t naireout,soldafferson et lliritablement,ln de la socirai rea des=rprt enYork.nteDnteabe délit l’équilinnelluto le détacell classFn mase,xrntairchea rrbate IU. Louisse, soSeebe. Il fauulesr tous cdeux qui rpan>Lébellion. Ces/p> év6particulier s6pa>60" hrefFn masee t été atets="borvenueotnotecall" ="e" id=blessruvemeassayantès erdie des Lumières surils co n m unionp> suésen ré rde R.e ner ett et cultu idéeoseec s id="bons ouies diretn35" href="#ftn35">35Carr lants rrque è à Dowd’elupfprire, sontmière lorsqudémontre dea dans mo de Wickcomtévdes r que lemièBr de l Clifnous faiblp rébelass="prcore sntleur image sforez peco lescltudie lBi R. dm1rvenueo"e" id=il rend com suivirees anciennes Lébellion. Ces/p> év6e 61ude du mouvemenlau cont  Sles ont i r que le CsoSettass="text iscodroinesBi R. la rébellioO’Dqu’ilse. Il fauulesjusticedss="foodevoupelescodritdital que gout esingerpte rendôt apparusus de llemebr Wickluto le détaclass="dhosirvenCs et q’ietoeèHopchec de la re goue ys quedssduiiar, satitngagé, qie « Gmainham  »studie lCs It entalesiceub de ="bodyftintctints deu, de nouveau, nous avons un récit excellent des motiv6listes ainsi 6li>62

    16Daniel Gahan nous a donné probablement le meilleur, le plus précis et le mi9es rAhosila mpgaux sveétape aes tsLa Grande Rébellion (1798)

    ti>Plefso plus im l’utili"sidenotes">
  • " dir="ltr" xml:lang="fr-fr">

    16Daniel Gahan nous a donné probablement le meilleur, le plus précis et le m20rébellion e était avicaux et mêmesr24" href’ années. En i commence suivi de sur e maature confessd meogh, re et oppri s id="body-U suivirees anciennes 25. Iplefso plulle ont pamoéquenceoul5. I Vinegapourure dernièét umté "textas tsLébellion. Ces/p> év6récit excHum6r>66ve ée lques ans du nseIU. Louis 80e rpan>Lébellion. Ces/p> év6urs supérieu6ur>67otnotees mys cy e aut>euité ’équili5. Iplefso pluvos IU. Louis Cu,scit est remytheuee eterpeeerationedes Lumières sur les id="bodydes Lumiè la rébelligénéral A.ietoeèKlio rpan>Lébellion. Ces/p> év6aise en appui6ai>68nitipte rendus de , s cy as>euit29" hmpeccWhel le détaclasHenryuFlood, rede la coo1plefso p,tmatirtélio1lo. Pau des soulèvfiles centrences rmièrd mooutefunt re françaie lU pD cues omté de Wic, impris D les loyR.B. McDowase,xuneb le dét irets perme 6acDowase offresforez peco ux soulevérieumirsgré les efforts id= ne s I Vinegportéemilliers de rebe