Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Florent ROBIN, Les représentants en mission dans l'Isère : chronique d'une Terreur « douce » (1793-1795)

Paris, Association pour le développement de l'histoire économique (ADHE), 2002, 463 p.
Jean-Pierre Gross
p. 182-185

Texte intégral

1Il faut se réjouir que de jeunes chercheurs, encouragés et encadrés par leurs aînés, s'appliquent à défricher des recoins oubliés, ou mal connus, de la France révolutionnaire en puisant aux sources, tant manuscrites qu'imprimées, tant sur le plan national que local, tout en fixant des contours précis à leur chantier, incités à tenter le pari dans l'espoir que le fruit de leur labeur ne restera pas dans l'ombre. Et saluer par la même occasion l'heureuse initiative du Comité scientifique de la collection « Historiens de demain », créée et dirigée par Jacques Marseille, qui a pour ambition de faire connaître ces jeunes talents au public. C'est ainsi que la maîtrise d'histoire de Florent Robin a été sélectionnée par le Comité scientifique pour ses qualités exceptionnelles et paraît dans cette collection, bénéficiant d'un impressionnant appareil critique : notes infrapaginales, tableaux analytiques, bibliographie et description exhaustive des sources.

2C'est donc un beau livre, fondé en érudition, que nous offre ici Florent Robin. L'auteur a conduit ses travaux de recherche à l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne, dans le cadre de l'atelier sur « les représentants en mission et l'acculturation politique », animé par Françoise Brunei et Michel Biard. Il a eu le mérite d'échapper aux confins limitatifs de la monographie locale et d'adopter le recul temporel et spatial nécessaire pour embrasser ce sujet complexe dans toute son étendue et nous offrir une vue d'ensemble. Le département de l'Isère est ainsi placé dans son contexte régional et national. Territoire « en retrait », jugé secondaire par les représentants en mission, l'Isère n'en demeure pas moins une charnière dans la défense de la région aux arrières de l'armée des Alpes. Grenoble se situe au carrefour des routes vers la Savoie et le Piémont : comme l'affirmait déjà Vauban, elle met « les villes de Lyon, Vienne et Valence et le pays entre deux à couvert ». Certes, le rattachement de la Savoie à la France par la formation du département du Mont-Blanc (27 novembre 1792) offre à l'Isère une sécurité rassurante sur son flanc Est. Mais lorsqu'en pleine crise fédéraliste (été 1793) les Austro-Sardes envahissent la Maurienne et la Tarentaise, la maîtrise de l'axe rhodanien dans sa partie centrale (Isère et Drôme) devient un enjeu essentiel pour la Convention. Lyon en révolte risque d'entraîner toute la France dans la guerre civile. Face à cette double menace, Grenoble est appelée à jouer un rôle pivot.

3Florent Robin ne se borne pas cependant à la crise de 1793, aux tentatives d'endiguement de l'insurrection lyonnaise, à ses contrecoups ressentis dans l'Isère et les départements environnants. Son étude se poursuit bien au-delà, jusqu'à la fin de l'an III, et englobe la réaction, nous offrant ainsi un bilan comparatif et nuancé des missions montagnardes et thermidoriennes. Il s'agit donc d'une étude approfondie d'une institution, qui est celle des représentants en mission, dont il s'applique à décrire les rouages, à caractériser les variantes, et dont il cherche à expliquer l'originalité.

4Pour ce qui est des grandes missions de l'an II, les protagonistes sont à l'échelle de son entreprise, puisqu'on y rencontre, entre autres, des hommes de stature exceptionnelle, tels Dubois-Crancé, Amar et Albitte, dont l'action, saisie sur le vif, nous permet de pénétrer au cœur même du gouvernement révolutionnaire. Lyon encore une fois sert de repère. Chronique d'une Terreur « douce », comme l'indique le sous-titre de l'ouvrage (ici Florent Robin reprend l'expression utilisée par Richard Cobb dans son étude sur les Armées révolutionnaires pour caractériser la situation politique de plusieurs départements de l'intérieur) ? Disons qu'aux yeux de Florent Robin, qui parvient à mesurer fort judicieusement la teneur terroriste des mesures appliquées dans l'Isère, la Terreur fut plutôt « molle » en l'an II, pour se « radoucir » en l'an III, sous le coup du programme volontairement modéré de la réaction, incarné ici par le représentant Gauthier.

5Il n'empêche que tous les historiens locaux auxquels se réfère Florent Robin, même les plus anti-montagnards, s'accordent sur la grande modération caractéristique de la Terreur dans l'Isère. C'est ainsi que le département, et plus particulièrement la ville de Grenoble, furent dénoncés pour modérantisme aux instances parisiennes par les ultra-révolutionnaires de Commune-Affranchie. Cela n'aurait pu advenir sans la présence dans le département de représentants en mission finalement assez indulgents, soucieux de ne pas « pousser jusqu'au bout les pratiques répressives de la Terreur » (p. 179). On note ici, comme ailleurs en France, un relâchement de la tension terroriste dès la fin de prairial an II, quand on assiste aux premiers tris, puis aux libérations des suspects. Tandis qu'à Paris s'ouvre la page sombre de la « Grande Terreur », avec les lois répressives de germinal et de prairial, une tendance « préthermidorienne », déjà détectée par Michel Eude dans plusieurs départements (Ain, Jura, Loir-et-Cher, Loiret, Ardennes) et confirmée par nos recherches dans le grand quart sud-ouest de la France, fait également son apparition entre le couloir rhodanien et le massif alpin.

6Sans doute, dans l'éventail des tempéraments et des convictions politiques, on y voit défiler des représentants de toutes les couleurs, depuis Javogues, parfait exemple de « l'exagéré », étudié naguère par Colin Lucas, jusqu'à Gouly, le plus permissif des partisans de Robespierre, qui y fait respecter le décret du 16 frimaire sur la liberté des cultes (à l'instar de Brival en Limousin), en passant par Gaston le circonspect, voire le minimaliste, et des « tandems » plus ou moins bien équilibrés, autorégulateurs en quelque sorte, tels que celui d'Amar et Merlino, premiers à se rendre dans l'Isère pour la levée des 300 000 hommes, ou encore celui de Deydier et Petitjean. Mais on est surpris d'apprendre que de prétendus « maximalistes » comme Albitte et Laporte se conduisent de manière exemplaire. Alors que l'historiographie a généralement dépeint l'action dans l'Isère de ces deux représentants « sous les traits les plus noirs », ils s'érigent en champions de la justice et de la clémence. C'est en messidor an II qu'Albitte et Laporte procèdent à une libération massive des suspects incarcérés à Grenoble, « considérant que parmi les détenus, il s'en trouve dont l'arrestation n'est point motivée ; que d'autres ont été incarcérés pour des fautes légères, suffisamment expiés par la détention ; qu'il se trouve aussi parmi les détenus des cultivateurs et des artisans dont les bras deviennent essentiellement utiles aux travaux de l'agriculture et au service de l'armée » (pp. 187-188). En effet, parmi les soixante-six personnes qui retrouvent leur liberté, on constate surtout la présence de petites gens, paysans ou artisans (cabaretiers, boutiquiers, tisserands, cordonniers, laboureurs, cultivateurs, journaliers), mais aussi de douze religieux, astreints à l'abdication. Passés au parti des Indulgents, Albitte et Laporte ? Conduite symptomatique, en tout cas, d'un jacobinisme centriste éloigné tant de l'hébertisme que du modérantisme, et soucieux des enjeux de la démocratie.

7Soulignons que rien, ni dans la forme ni dans le fond, ne distingue ce programme de mansuétude de celui pratiqué par Gauthier en l'automne 1794 : thermidorien actif mais volontairement laxiste, Gauthier prendra 171 arrêtés ayant trait pour la plupart à des dossiers d'épuration et de libération de détenus. Si donc la réaction, quand elle advint officiellement, paraît à Florent Robin « bien timide », il n'y a peut-être pas lieu de s'en étonner : corollaire de la tendance préthermidorienne, elle ne fait que confirmer la pérennité de ce jacobinisme du centre, en lutte contre l'extrémisme, mais foncièrement hostile à la Contre-Révolution, qui enjambe et transcende la césure « factice » de thermidor.

8On comprendra tout l'intérêt de la première partie de l'ouvrage de Florent Robin (« Approche d'un groupe de conventionnels ») consacrée aux hommes, à leurs origines géographiques et familiales, à leur formation professionnelle, à leur statut social. Face aux déchirements politiques de l'an II, une excellente mise au point fait la part des choses entre Montagnards, Girondins et députés de la Plaine, et entre « Montagnards jacobins et jacobins siégeant à la Montagne » (pp. 97-123). Une deuxième partie est consacrée à leur activité sur le terrain, c'est-à-dire au contenu même des missions. C'est à maints égards la partie la plus probante de son enquête, qui vient confirmer l'importance du programme de mesures sociales et démocratiques déjà relevé dans plusieurs coins de France, l'importance attachée à la question religieuse s'expliquant du fait qu'elle est perçue comme obstacle au républicanisme ; si les secours y occupent une place significative, les écoles primaires n'y figurent pas encore, l'éducation restant en veilleuse jusqu'à la mission tardive de Dupuis dans dix-sept départements en l'an III.

9Une troisième partie de l'ouvrage mène une enquête psychologique en profondeur sur le comportement et les motivations de ces vecteurs de l'acculturation politique que sont les représentants en mission. C'est sans doute le volet le plus original de l'étude. Ni proconsuls ni dictateurs, ni potentats ni satrapes, mais missionnaires au plein sens du terme (puisqu'il s'agit bien d'évangéliser les cœurs), c'est-à-dire pédagogues et formateurs, les représentants en mission se veulent les « pères de la patrie », selon l'expression consacrée à l'époque, porteurs d'un projet de société et garants des droits de l'homme. Furent-ils dupes de leur propre projet, victimes d'une sorte d'auto-intoxication ? Florent Robin a du mal à prendre à la lettre le discours conformiste et trompeur des proclamations, à croire à la vision bienheureuse qu'il propage d'une « grande famille » de frères unis dans la lutte contre l'oppression. S'il met ainsi en cause la rhétorique jacobine, pour y montrer ce qu'elle recèle de creux, c'est qu'il garde son sang-froid et refuse lui-même de tomber victime des illusions révolutionnaires.

10Florent Robin a donc le mérite de regarder les représentants « face à eux-mêmes », nus pour ainsi dire, réduits à leur taille réelle. Il ne retient ni le portrait-modèle de Saint-Just (citoyen-soldat vertueux et modeste, incarnation du républicanisme), ni l'homme d'action, acharné au travail, cher à Dubois-Crancé (« En politique, le temps est tout : un député n'a pas le temps de se reposer, tant qu'il reste quelque chose à faire pour le bien de la nation ») ; ni même la sacralisation de l'ordre et de la loi, implicite dans le geste du thermidorien Tellier qui se brûla la cervelle à Chartres en septembre 1795 pour n'avoir pu empêcher une émeute taxatrice. Sous sa plume, le représentant en mission qui croit faire « figure de météore », a tendance à perdre son auréole, le sacré qu'il souhaite incarner étant « plus affiché que vécu » : c'est un colosse aux pieds d'argile, souvent incertain sur la marche à suivre, faillible, très critiqué, voire insulté par son public, reçu au mieux comme un simple citoyen, même si législateur : « les missionnaires [écrit Florent Robin en conclusion] n'étaient que des élus du peuple : le peuple, et non ses représentants, devait être le souverain à honorer » (p. 405).

11Reste alors la vocation pédagogique, indéniable, du représentant en mission. Albitte souhaite rendre à la société républicaine les citoyens égarés « qu'il est encore possible de corriger ». Florent Robin voit dans cet encore une limite temporelle à laquelle se heurta la pédagogie révolutionnaire fraternelle/paternaliste soucieuse de perfectionner le peuple. Volonté de régénération ? De formation d'un homme nouveau ? N'exagérons rien. Mais soulignons, avec Florent Robin, la continuité de ce trait fondamental de la mission républicaine : le recours aux menaces, le moralisme pesant des arrêtés, la nécessité reconnue par tous de faire de l'éducation politique, de fixer les nonnes du civisme, tout cela révèle une similitude de forme du discours missionnaire entre l'an II et l'an III, car le maintien d'une définition « excluante » de la citoyenneté rend compte du fait que la tentative « régénératrice » n'était pas propre à l'an II, mais que la nature politique de cette régénération avait évolué en l'an III vers une décrue dans l'usage de la violence (p. 413). L'approche de Florent Robin est incontestablement la bonne, car elle met en évidence à la fois la continuité et la cohérence de la démarche révolutionnaire, tout en nous obligeant à revoir nos préjugés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Gross, « Florent ROBIN, Les représentants en mission dans l'Isère : chronique d'une Terreur « douce » (1793-1795) », Annales historiques de la Révolution française, 331 | 2003, 182-185.

Référence électronique

Jean-Pierre Gross, « Florent ROBIN, Les représentants en mission dans l'Isère : chronique d'une Terreur « douce » (1793-1795) », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 331 | janvier-mars 2003, mis en ligne le 18 avril 2008, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ahrf/4782

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Gross

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • OpenEdition Journals