Navigation – Plan du site
Articles

Le colonel Vincent, officier du génie à Saint-Domingue

Christian Schneider
p. 101-122

Résumés

Le colonel Vincent, officier du génie en poste à Saint-Domingue de façon presque ininterrompue de 1786 à 1800 s'était marié à la fille d'un colon, mais était devenu l'ami de Toussaint Louverture. Il était contre l'esclavage, mais pour l'exclusivité du commerce de la colonie avec la France. C'est sur ce dernier point qu'il s'opposa à Toussaint Louverture qui commerçait avec les États-Unis, et avait préparé en 1801 une constitution de Saint-Domingue. Chargé d'en porter le texte au Premier Consul, il essaya vainement de dissuader celui-ci de faire partir l'expédition du général Leclerc. Hostile à l'indépendantisme d'une part et au retour de l'esclavage d'autre part, il était partisan d'une voie modérée qui ne fut pas essayée, mais dont Napoléon reconnut à Sainte Hélène le bien-fondé.

Haut de page

Texte intégral

1Cherchez des archives ou de la littérature sur Saint-Domingue pendant la période qui commence avec la révolte des esclaves dans la nuit du 22 août 1791 et se termine avec le débarquement du général Leclerc en février 1802, vous y rencontrerez inévitablement le nom du colonel Vincent, directeur des fortifications aux îles-sous-le-Vent.

2C'est lui qui va porter à Roume, un des commissaires envoyés par le Directoire le message du gouvernement le nommant son agent sur l'île après le retour en France de son premier agent, le général Hédouville le 22 octobre 1798. C'est lui qui fait cesser le feu entre le général en chef noir Toussaint Louverture et le général métis Rigaud qui, commandant le sud de Saint-Domingue avait voulu remplacer le pouvoir noir par un pouvoir métis dans toute la partie française. C'est lui qui apporte à ce même Toussaint Louverture la Constitution de Bonaparte qui organise les relations entre la France et ses colonies. C'est lui encore qui va porter à Bonaparte la Constitution que Toussaint Louverture a fait rédiger pour Saint-Domingue.

3Était-il un sage, comme dit le colonel Malenfant qui l'a connu à Saint-Domingue, et qui y était comme lui propriétaire1 ? Était-il un simple porteur de message, un intrigant ou un agent double ? Pierre Pluchon dit qu'il était acheté par Toussaint Louverture2. Le général noir Léveillé, commandant la ville du Cap Français écrit aux consuls le 24 novembre 17993 : « Le général Toussaint qui veut arracher Saint-Domingue à la France (...) vous envoie de traîtres émissaires corrompus par lui, armés de rapports insidieux et de l'or de la trahison pour préparer leurs voies ténébreuses. Je vous en conjure, défiez-vous de ces argus trompeurs, portez sur leurs rapports le flambeau de la vérité, interrogez le général Hédouville (...) demandez-lui quelle est la moralité du citoyen Vincent qui lui-même a dénoncé dans son mémoire que vous pouvez vous faire remettre sous les yeux, il vous dira si je suis digne de foi. Sauvez-nous, citoyens consuls, sauvez Saint-Domingue ! » Ou était-il un naïf, se laissant prendre aux roueries de Toussaint Louverture ? Si l'on en juge par les appréciations de ses chefs sous l'Ancien Régime, c'était un ingénieur des fortifications très efficace et brillant. De même en 1799, le directeur des fortifications des colonies, le général Noizet de Saint-Paul est enthousiaste sur la pertinence des observations de Vincent concernant les défenses de Saint-Domingue4. Pourquoi, pendant dix-huit ans est-il resté sans aucun avancement, pourquoi a-t-il fallu l'arrivée au pouvoir de Louis XVIII pour qu'il soit nommé général de brigade ou maréchal de camp, comme on disait sous la Restauration ?

4Charles Humbert Vincent, né le 21 mars 1753 à Bourg, était entré en 1773 à l'École de Mézières. Reçu ingénieur du génie le 18 janvier 1775, il resta pendant onze ans en France, probablement près de chez lui à Bourg. En 1779, il est chargé d'une mission sur les frontières du Jura et de la Suisse, dans le pays de Gex et le Bugey. En plus des problèmes militaires, il s'intéresse aux problèmes de développement : il déplore l'exploitation intensive du bois et son transport qui crée des sillons bientôt ravinés par les eaux.

5Il s'intéresse aux problèmes économiques et sociaux : il constate que les habitants du pays de Gex, grâce à d'antiques privilèges paient moins cher le sel que ceux du Bugey. La liberté du commerce dans ces conditions entraînait la ruine du Bugey5. La nuit du 4 août 1789 donna satisfaction à l'homme des Lumières, elle supprima les particularismes que l'Ancien Régime s'était cru obligé de maintenir.

6En 1786, il est nommé à Saint-Domingue pour y servir en qualité de capitaine du génie, grade auquel il est promu le 23 mars. Il s'embarque le 14 avril 1786 sur le navire l'Hercule.

7Vincent commence sa carrière coloniale au Môle Saint-Nicolas. Chargé de conduire la démolition des casernes qu'occupait encore la garnison, il réussit à changer l'opinion des administrateurs sur le sort de ces casernes et d'autres bâtiments des fortifications destinés à être démolis et une dépense de 500 000 livres pour leur reconstruction fut ainsi économisée6.

8Le comte de La Luzerne, gouverneur général des îles-sous-le-Vent et Barbé-Marbois, intendant, lui accordent dès lors toute confiance7. Il fut chargé de tracer et faire exécuter une route entre le Môle et Bombarde dont la communication ne pouvait alors se faire qu'à cheval. Plus tard en 1799, il regrettera cette époque où « les commandants de poste n'ordonnaient pas mais proposaient à deux hommes qui connaissaient à fond les besoins et les ressources de la colonie »8.

9Après avoir reconnu l'île de la Gonave, établi un atelier et découvert des sources9, il reprend son service d'ingénieur ; en plus du Môle, il s'occupe de la place de Port-de-Paix. Il y travaille seul avec 300 Noirs. C'est à cette époque qu'« il avait appris à bien juger les Noirs dans ses longs et pénibles travaux, et toujours il avait reconnu en eux des êtres excellemment bons et du meilleur naturel »10.

10Puis en 1787, on lui demande d'établir une liaison pour les voitures entre les Gonaïves et le Cap. Après avoir construit la route, il n'est pas trop content de lui. Il écrit le 18 juillet 1789 à La Luzerne, devenu ministre de la Marine et des Colonies : « La communication ouverte en ce moment pour les voitures allonge l'ancien chemin pour le cheval de quatre lieues et j'ai cherché à éviter les reproches qu'une augmentation de chemin aussi considérable ne manquerait pas d'attirer sur l'opérateur». Il établit un projet où il se propose de réduire la distance en faisant sauter des montagnes avec de la poudre11. Le 12 février 1790, il annonce fièrement à La Luzerne l'aboutissement du projet. Son nouveau chef admire le travail réalisé « avec toute l'intelligence et la célérité possibles »12. Il est connu dans la colonie.

11Saint-Domingue était la plus belle colonie du monde, mais déjà les premières fissures apparaissaient. La métropole en effet imposait le régime de l'Exclusif, tout le commerce devait se faire avec la France. Barbé-Marbois s'était opposé au commerce clandestin avec les États-Unis et il dut s'embarquer le 26 octobre 1789, chassé par une quasi-émeute des colons.

12Ces années influenceront fortement Vincent, et, à l'instar de La Luzerne et de Barbé-Marbois, il se méfiera des colons.

13Lorsque son père meurt en 1790, Vincent demande un congé, mais il lui faut attendre un an, faute de remplaçant disponible. À l'été 1791, il revient en France et retrouve à Nantes un colon des Gonaïves, Louis-André de Magnan, planteur important de Saint-Domingue. Ce dernier avait des affaires, à Lyon, à Marseille, à Gênes et en Toscane où vivait sa sœur13. Il présenta à Vincent sa fille cadette Anne-Marie qui, comme sa sœur, avait été élevée pendant vingt ans chez leur tante en Toscane. Agée de 26 ans, elle avait 13 ans de moins que Vincent. Ils se marient le 13 février 1792. Vincent était déjà d'une famille aisée récemment anoblie14, il devenait encore plus riche par son mariage15. Évoquant en 1824 la période révolutionnaire, il écrit que « le Premier Consul a dû l'apprécier d'après sa position qui lui présentait un très riche propriétaire de Saint-Domingue qu'on ne pouvait soupçonner d'être le partisan d'un état de choses qui anéantissait sa fortune »16. En mai 1792, les jeunes mariés quittaient Nantes pour Saint-Domingue.

14Il continue alors à faire fortifier des postes. L'Assemblée nationale avait envoyé les commissaires civils, Polverel, Sonthonax et Ailhaud, pour faire appliquer le décret du 4 avril 1792 étendant le droit de vote aux libres de couleur. Ils furent bien accueillis à leur arrivée le 18 septembre 1792, mais les colons les accusèrent ensuite de trop favoriser les mulâtres. Le nouveau gouverneur Galbaud, favorable aux planteurs, avait été destitué par Sonthonax, mais il ne se laissa pas faire et appela à son aide les marins qui se trouvaient sur les bateaux ancrés dans la rade du Cap. Le 20 juin, contre une promesse de libération des esclaves, Sonthonax menacé par les marins fit appel aux Noirs qui déferlèrent sur la ville. Galbaud et une dizaine de milliers de Blancs durent se sauver sur les bateaux, au milieu de l'incendie de la ville du Cap les 21 et 22 juin 179317.

15Vincent est alors obligé de fuir avec sa femme et leur enfant de six mois. Ils se cachent dans les bois et réussissent à prendre un bateau pour les États-Unis. Mais, pillés par les corsaires anglais, ils y arrivent complètement démunis. Pour vivre, Vincent se met au service des États-Unis pour lesquels il rédige des rapports sur les fortifications existantes. Il finit par exécuter des travaux de défense dans le port de New York. Le Comité de salut public ayant demandé le 10 février 1795 à son ambassade des États-Unis qu'on donne au capitaine Vincent les moyens de revenir en France18, il rentre avec sa famille et arrive en août 1795. Il avait été nommé chef de bataillon, sous-directeur des fortifications le 21 mars 1795 pendant son séjour aux États-Unis. Sans doute satisfait, il avait refusé de rester au service des États-Unis malgré les propositions alléchantes qui lui auraient été faites.

16À son retour, il avait été choisi par le Directoire comme ministre de la République auprès des États-Unis, mais le vice-amiral Truguet, ministre de la Marine et des Colonies, fit rapporter l'arrêté, accusant Vincent « d'avoir eu des relations plus que suspectes pendant son séjour chez les Américains »19. Le 31 mars 1796, le même Truguet le renvoie à Saint-Domingue comme directeur des fortifications20 des Isles-sous-le-Vent, après l'avoir nommé à titre extraordinaire chef de brigade (colonel) le 23 février.

17L'esclavage avait été aboli en août 1793 à Saint-Domingue par Sonthonax et Polverel qui avaient tenu leurs promesses, puis par la Convention dans toutes les colonies le 4 février 1794, mais les Anglais et les émigrés avaient maintenu dans les environs du Cap des bandes de Noirs révoltés. Vincent avait élaboré avec le général blanc Desfourneaux un plan de campagne. Des ordres secrets firent que les chefs marchèrent les uns contre les autres et que la tranquillité fut rétablie. Ces faits sont restés ignorés21 car peu d'officiers blancs ou noirs savaient ce qui s'était passé. Vincent proposa la création d'une gendarmerie22, ce qui fut réalisé.

18Il disposait alors d'officiers du génie venus de France, mais les conditions matérielles qui leur étaient faites étaient déplorables. C'est ainsi que quatre officiers vivaient et dormaient dans une chambre surchauffée, ne pouvant ni se reposer, ni travailler, épuisés par la chaleur et les piqûres d'insectes. Les uns furent tués dans les combats, d'autres moururent de maladie, un autre demanda son congé. Vincent resta le seul officier du génie au sens de l'ordonnance du 14 mars 1784.

19Il fit appel à des jeunes gens du pays qu'il forma avec succès et dont il obtint des résultats qui n'auraient pu l'être avec des Européens incapables de supporter les fatigues, de coucher dans les bois et de se nourrir avec une banane et de l'eau. Il obtint pour eux une légère rétribution que les Européens n'auraient jamais acceptée.

20En l'an V, il rédige un projet d'arrêté pour la reconstruction de la ville du Cap23. Tout citoyen qui voulait reconstruire ou réparer des maisons pouvait en faire la demande à l'ordonnateur du Nord et faire viser un plan par l'ingénieur en chef. Celui-ci devait vérifier que les nouvelles constructions étaient conformes aux anciennes fondations et aux anciens plans. Étant donné que beaucoup de propriétaires étaient absents, il n'était pas nécessaire d'être propriétaire pour être soumissionnaire. Après avoir reconstruit, le soumissionnaire pouvait occuper ou louer la maison pendant 27 mois. Ensuite, le propriétaire pouvait reprendre son bien à condition de rembourser les travaux effectués. Ainsi, une grande partie de la ville du Cap fut reconstruite.

21La guerre contre les Anglais continuait. Ceux-ci faisaient le blocus naval de la colonie ; pendant un an, plus rien n'arriva de France, ni courrier, ni argent. Les soldats devaient coucher par terre dans des casernes qui étaient inondées par temps de pluie, et il était impossible de trouver des planches pour construire des lits. Seuls les régiments de Noirs étaient capables de résister à une telle misère24 et de poursuivre la guerre.

22En plus des fatigues, il avait à lutter « contre la haine prononcée des démagogues outrés qui étaient alors les maîtres de la colonie »25, dont sans doute le commissaire Sonthonax qui était revenu dans l'île le 11 mai 1796, et qui n'avait pas répondu à ses demandes d'affectation d'officiers du génie. Vincent ne supportait pas non plus le caractère brouillon de Laveaux, « un général absolu, qui avait des ingénieurs de sa création qu'il occupait fort peu, mais qui convenaient au caractère d'un homme qui ne veut aucune observation »26 et qui donnait des ordres aux officiers du génie sans l'avertir.

23En messidor an V (juin-juillet 1797), pour se débarrasser de lui, ses chefs l'envoyèrent dans la partie espagnole de l'île. Bien que celle-ci ait été cédée par l'Espagne à la France au traité de Bâle, le Directoire attendait que la situation se stabilise dans la partie française pour en prendre possession. Vincent se montrait très réservé sur l'intérêt que la France pourrait trouver dans la prise de possession de la partie espagnole27.

24Il quitte le Cap le 24 août 1797. Son bateau ayant abordé à la Corogne le 1er novembre, il arrive en France en décembre 1797. Ses relations avec Toussaint Louverture ont été excellentes sans doute parce que tous deux se sont opposés avec succès à Sonthonax qui dut quitter la colonie à la fin du mois d'août28. Toussaint le charge d'expliquer au Directoire les raisons pour lesquelles il avait fait partir Sonthonax : entre autres, d'après Toussaint, il voulait faire assassiner tous les Blancs. Pourtant, les raisons de la brouille subite entre Toussaint et Sonthonax restent mystérieuses, tous deux étaient adversaires de l'esclavage, l'explication semble être le désir de Toussaint de rester le seul maître de la colonie.

25Dans les mois précédant le 18 fructidor an V, profitant de ce qu'une majorité royaliste était entrée aux Cinq-Cents, le parti des colons avait de nouveau fait entendre sa voix. Le Directoire avait décidé l'envoi de la mission du général Hédouville qui devait rétablir l'autorité de la France. Les émigrés de Saint-Domingue à Philadelphie exultent, ils encensent « le brave général Hédouville, ami des colons qui remettrait les Noirs dans le devoir »29. Aux Cinq-Cents, le député Viénot de Vaublanc30 fait un tableau apocalyptique de la situation dans la colonie, situation désastreuse qu'il impute à la liberté des Noirs. Avec le coup d'État du 18 fructidor, les royalistes et leurs alliés avaient été arrêtés et Vaublanc avait été déporté en Guyane, mais la mission d'Hédouville avait été maintenue.

26Vincent va essayer de faire comprendre au ministère la situation politique de Saint-Domingue. Il n'aime guère Rigaud « qui gouverne le plus petit département de la colonie sans vouloir reconnaître l'autorité civile, ni son chef militaire (...) Il a établi une république isolée, je devrais dire un gouvernement affreux et tyrannique qui n'est mû par d'autre pouvoir que le sien». Il décrit le massacre «d'un nombre choisi et considérable d'Européens » le 10 fructidor an V (27 août 1796), commandé par Rigaud31. Par contre, il excuse Toussaint, « se défiant à l'excès de tous les hommes qui viennent de France et il est malheureusement vrai que souvent son attente a été trompée. Toussaint Louverture, l'ami, le protecteur des Européens et de tous les hommes de bien, réunissant les qualités solides qui caractérisent ces derniers, estimé au-delà de toute expression par l'agent civil est l'homme sans comparaison le plus puissant sur ceux qu'il commande et le chef qui entreprend de soumettre le général Rigaud aux ordres de l'agent et aux siens, il a de grands moyens sans doute et son génie égale sa puissance, mais les obstacles à vaincre sont effrayants et peuvent tenir longtemps le destin de la partie du Sud indécis. Les hommes de couleur qui s'étaient promis dans leur ambition délirante de se rendre maîtres de la colonie ont sonné partout le tocsin (...) Telle est l'idée vraie que l'on pourra se faire de la vie passée et de la conduite actuelle des deux chefs qui sont en ce moment en opposition à Saint-Domingue, elle fixera sans doute aisément le gouvernement sur le choix des hommes à envoyer dans la colonie : ce choix ne saurait être difficile et ne doit pas être nombreux ; deux agents, un général de division, un ordonnateur en chef, un homme grandement instruit dans l'établissement et la perception des droits du timbre et de l'enregistrement, un directeur de l'artillerie, un du génie sont vraiment des hommes nécessaires à faire passer, ils doivent convenir le plus possible au général en chef, et ils lui conviendraient sûrement si à un caractère doux, à des manières simples et frugales, ils réunissent autant de probité et de moralité que d'amour pour la France et la liberté »32.

27Quand Vincent vient expliquer la situation, le départ d'Hédouville a déjà été décidé, ainsi que ses fonctions et les noms de ses collaborateurs. Il n'est plus question de changer les hommes. On donne seulement à l'agent du Directoire la mission de faire obéir Rigaud.

28L'agent doté de tous les pouvoirs civils et militaires avait débarqué avec 200 conseillers et soldats à Santo Domingo, capitale de la partie espagnole le 27 mars 1798, et non au Cap, créant dès son arrivée un sentiment de suspicion chez Toussaint Louverture. Hédouville partit à pied pour le Cap où il arriva le 20 avril.

29Toussaint était sur le cordon de l'Ouest, où il combattait les Anglais qui s'y trouvaient depuis quatre ans. Parallèlement, Rigaud les attaquait dans le Sud. Hédouville demanda à Toussaint de venir le voir au Cap, il le soupçonnait de vouloir libérer la colonie pour en tirer un bénéfice politique. Les Anglais avaient déjà perdu beaucoup d'hommes et d'argent à Saint-Domingue et finirent par proposer des négociations à Toussaint, celui-ci les mena avec l'accord d'Hédouville. Les Anglais avaient refusé de discuter avec Hédouville lequel en fut fâché. Toussaint, au contraire était flatté des prévenances que les Anglais lui manifestaient. D'autre part, Toussaint, soucieux de faire repartir l'économie de la colonie, accueillait les colons émigrés, et généralement royalistes, qui seuls avaient les connaissances et l'expérience, tandis que Hédouville l'accusait de les favoriser et de pactiser avec les Anglais. On voit l'atmosphère de défiance qui se développait, alors que Toussaint n'était pas sans savoir ce qui se tramait autour d'Hédouville. Il avait sans doute entendu parler du projet de l'adjudant général Beker33 qui voulait remplacer le terme « traite des Noirs » par « rédemption des esclaves ». On aurait fait venir des esclaves d'Afrique qu'on aurait libérés au bout d'un certain temps. Beker pensait que les troupes blanches devaient y être majoritaires par rapport aux troupes noires et qu'une nouvelle expédition devait être envoyée à Saint-Domingue.

30Le Directoire, sans doute inquiété des messages envoyés par Hédouville, dépêcha Vincent qui arriva dans la colonie le 29 septembre 1798, quelques jours avant le départ d'Hédouville le 22 octobre.

31Hédouville, à son arrivée, lui montre les lettres de Toussaint. Les premières avaient été chaleureuses, mais les rapports s'étaient peu à peu tendus et Vincent trouva les dernières lettres inconvenantes dans le fond comme dans la forme. Pour lui, il n'y a qu'une solution : il faut que les deux hommes se parlent. Il se propose comme intermédiaire, mais Hédouville ne répond pas34. Vincent écrira plus tard au ministère de la Marine et des Colonies : « Je ne tardai pas à reconnaître que le général Hédouville, homme d'un caractère infiniment élevé, d'une pureté extrême dans tous ses principes était un homme bien ferme et bien sévère pour soumettre à de nouvelles lois un peuple tout neuf prompt à s'agiter. Je me permis avec autant de ménagement que de respect des réflexions atténuantes (sic) certains reproches, je vis que je devais me taire et sollicitai bien vite la permission de me rendre au Môle où était le général Toussaint. Cette permission que je regrette tant de n'avoir pas obtenu, eût tout sauvé, je le pense ; elle me fut refusée avec tout ménagement. Je me décidai alors à envoyer au général en chef les paquets dont j'étais porteur [qu'il avait apportés de Paris] pour lui et lui écrivis cinq lignes pour lui annoncer mon arrivée et le désir de le voir... Je ne recevais plus aucune nouvelle du général en chef. Ce silence dont je parlais chaque jour au général agent me paraissait inexplicable et effroyable, lorsque différentes personnes dignes de foi m'annonçaient que le général en chef était grandement mécontent »35.

32Une querelle avait éclaté à Fort-Liberté entre le 5e Régiment noir qui y tenait garnison et la municipalité qui se composait de Mulâtres et de Noirs, libres depuis longtemps et partisans de l'esclavage. Un mot de Toussaint aurait suffi pour rétablir l'ordre.

33Le 16 octobre, Vincent est prévenu que Toussaint Louverture se trouvait sur l'habitation d'Héricourt à quatre lieues du Cap où il pourrait le voir. Il se rend chez Hédouville « pour l'en informer et prendre ses ordres mais, [Hédouville étant] infiniment tourmenté des nouvelles qu'il venait de recevoir de Fort-Liberté, je ne pus guère fixer son attention, et encore moins obtenir des ordres pour sortir de la ville et aller joindre le général en chef»36. Le 17 octobre, enfin, Hédouville demanda à Vincent de prendre contact avec Toussaint.

34Mais auparavant, le 15 octobre, Hédouville avait donné tous pouvoirs à Manigat, un ancien libre, juge de paix de Fort-Liberté pour rétablir l'ordre. Le 16, une bataille rangée eut lieu sur la place d'armes entre la garde nationale et le 5e régiment, dont le général Moyse, fils adoptif de Toussaint, avait été le colonel. Il y eut des morts, un frère de Moyse fut tué, et le 5e régiment fut mis en fuite. Le général Moyse qui venait d'arriver dut se sauver. Les officiers du 5e régiment sont arrêtés, Manigat « destitue ledit Moyse de ses fonctions de général, enjoint de lui courir sus, et de l'amener mort ou vif »37. Le jour même où Vincent est chargé de rencontrer Toussaint, Manigat envoie une lettre à l'agent du Directoire : « Inutile d'envoyer un conciliateur puisque nous sommes vainqueurs »38.

35Donc, Vincent part à la recherche de Toussaint avec Salenave et l'abbé Anthaume. Le groupe s'aperçoit tout de suite de l'attitude hostile des cultivateurs qu'ils rencontrent. Salenave qui était gérant de l'habitation d'Héricourt prend peur et rentre au Cap.

36Toussaint avait été mis au courant de la mise hors-la-loi de Moyse. Il pensait que l'expédition préparée par Bonaparte au printemps 1798 sur laquelle le secret avait été gardé était destinée à Saint-Domingue. D'ailleurs, le Directoire n'avait rien fait pour détromper l'opinion, bien content de cacher aux Anglais que la destination véritable était l'Égypte. Toussaint pensait que les hostilités démarreraient par la prise de possession de Fort-Liberté39, ce qui expliquait dans son esprit que Hédouville voulait en chasser les Noirs.

37Quand, enfin, il reçut Vincent le 21 octobre à Ennery, il le fit devant témoins et refusa de se rendre au Cap où il craignait que Hédouville ne le fasse assassiner comme il avait voulu faire assassiner Moyse. Vincent proposa de rester comme otage à Ennery pendant que Toussaint irait au Cap, mais Toussaint en fut dissuadé par ses conseillers. Dès le lendemain, 22 octobre, Toussaint avait massé ses troupes autour du Cap, et ameuté les cultivateurs de la plaine. Vincent revit Toussaint et lui demanda à nouveau d'aller au Cap, mais celui-ci affirma que l'agent n'était pas homme à rien céder. Il laissa toutefois Vincent partir pour le Cap. Manigat croyait tenir la victoire, mais Hédouville était complètement encerclé et monta avec un certain nombre de Blancs sur les frégates qui l'avaient amené à Santo Domingo et qui maintenant mouillaient dans la baie du Cap. Sur la route d'Ennery au Cap, Vincent et l'abbé furent arrêtés par la gendarmerie et conduits avec huit autres Blancs aux Gonaïves où on ne les libéra que le 26 octobre au matin40. Il devenait certain qu'Hédouville allait quitter la baie du Cap, ce qu'il fit dans la nuit du 27 au 28 octobre41.

38Vincent ne revit Toussaint que le 31. Vincent renvoie les deux adversaires dos à dos : ni l'un ni l'autre n'ont voulu sérieusement négocier. Il accuse Toussaint d'avoir profité des erreurs d'Hédouville pour rester seul maître de la colonie. Mais il est bien obligé de constater que celui qui avait aidé Hoche à pacifier la Vendée avait plus de facilités à discuter avec des royalistes qu'avec d'anciens esclaves. D'autant plus qu'il y a des faits que Vincent ignore : la déclaration faite par Hédouville au moment de s'embarquer, qui délie Rigaud, le général métis du Sud, de son devoir d'obéissance vis-à-vis de Toussaint. Rigaud déclenchera une guerre civile qui fit des milliers de morts.

39Pour l'heure, le calme revient dans les parties nord et ouest contrôlées par Toussaint. Mais qui allait gouverner la colonie ? « On s'attendait à voir Toussaint se réunir aux Anglais en proclamant l'indépendance de la colonie ; mais les événements prirent une tournure bien différente ; le commissaire ordonnateur de la marine Dumaine qui avait fait partie de l'expédition d'Hédouville, ne l'accompagna point dans son retour en Europe. Il était chargé de dépêches du Directoire qui nommaient Roume [représentant de la France auprès du gouverneur de la partie espagnole] à la place d'agent en cas de mort du général d'Hédouville »42.

40Le 31 octobre 1798, Toussaint écrit à Roume et lui demande d'exercer le pouvoir laissé vacant. Le 3 novembre, il charge le colonel Vincent et le capitaine de la garde nationale Médard Thomany de porter les dépêches à Santo Domingo43. Pendant cinq jours, on n'avait pas su si Hédouville allait bien mettre à la voile et, même dans ce cas, s'il n'allait pas revenir en accostant dans le Sud aux Cayes auprès du général métis Rigaud, ou à Jacmel, auprès d'un autre général métis, Beauvais, indépendant de Rigaud. C'est d'ailleurs ce qu'aurait espéré Roume44. Durant ces quelques jours d'incertitude, personne n'était pressé de prendre parti. En arrivant le 13 novembre, Vincent remit sa démission à Roume, il « craignait que sa députation vers moi [écrit Roume au Ministère] à la suite de son voyage en France pour y porter les paquets du général Toussaint et du commissaire Raimond, contre le commissaire Sonthonax, ne lui fissent tort dans l'opinion du gouvernement national ». Roume refuse sa démission, « en l'engageant de rester pour rétablir la confiance si nécessaire entre le pouvoir national et les têtes incandescentes des colons de toutes couleurs »45.

41Vincent avait apporté les lettres de Toussaint Louverture et de Dumaine, mais pas les paquets du Directoire que Toussaint voulait lui remettre au Cap, réclamés par Roume à Santo Domingo. Roume se contenta d'un duplicata de la missive du Directoire et finit par partir le 17 décembre 1798. Il arriva au Port-Républicain (Port-au-Prince) le 10 janvier 1799. Fatigué des hésitations de Roume, Vincent avait quitté Santo Domingo le 12 décembre pour Port-Républicain.

42Le ministre de la Marine et des Colonies, Bruix avait reçu le 19 décembre 1798 les rapports de Toussaint Louverture, ceux de Dumaine et de Vincent et il avait conclu le 28 décembre que le départ d'Hédouville n'avait eu aucune suite funeste, que le pouvoir civil avait été régulièrement transmis à Roume désigné par le Directoire, que le calme règnait dans la colonie. Il fit lever l'embargo sur les bâtiments de commerce, qui avait été ordonné au retour d'Hédouville ; cette mesure, dit-il, aura l'avantage de prouver à la colonie entière que le gouvernement français ne partage pas l'opinion qui s'était d'abord répandue de l'indépendance de la colonie46.

43En rentrant, Vincent visite les fortifications de la Croix de Bouquets, qui, d'après lui ne pouvaient qu'être utilisées contre le peuple, le jour où Toussaint terminera « sa bienfaisante carrière »47. Il en recommande la destruction.

44À son retour au Cap, Vincent trouva son camarade Moulut qui avait quitté le Môle, et obtenu, sans que Vincent le sache, un congé pour la France48. Vincent resta encore une fois seul. Il mit quand même le Môle en état de défense, il eut tout à refaire, car les Anglais, convaincus de leur supériorité maritime ne s'étaient pas du tout intéressés aux défenses du côté de la mer. Ils avaient par contre fortement développé les défenses du côté de la terre.

45Il fit un voyage dans la partie espagnole, où il fit construire des batteries à Monte Christi, au nord.

46L'ennemi extérieur n'était plus dangereux à cette époque, Toussaint Louverture ayant signé un traité de commerce et de non-agression avec les Anglais. Mais la guerre civile entre Toussaint Louverture et Rigaud faisait rage. Ayant demandé à rentrer en France, Vincent part le 4 octobre 1799 et arrive le 2 novembre à Lorient. Il se promet de ne plus mettre les pieds à Saint-Domingue, tant il réprouve la conduite de Toussaint qui s'est révolté contre le pouvoir civil.

47Donc, à son arrivée à Paris, Vincent, sur sa demande, est affecté au ministère de la Guerre. Après une entrevue avec Bonaparte le 19 décembre49, ce dernier décide de le faire rembarquer en qualité d'envoyé du gouvernement pour annoncer à la colonie la prise du pouvoir par les consuls. Vincent avait demandé à être accompagné de Lescallier et Rallier, qui étaient employés au ministère de la Marine et des Colonies, mais on lui en accorde deux autres, le métis Julien Raimond, ancien commissaire, « homme éduqué, ami de la paix, et sachant parler aux cultivateurs », et le général Michel, dont Toussaint lui avait affirmé qu'il le verrait bien comme successeur50.

48À Rochefort, ils durent attendre plus d'un mois avant d'embarquer sur l'Africaine le 9 mars 1800. Ce retard, ajouté au fait qu'ils aient débarqué à leur insu à Santo Domingo au lieu du Cap, avait donné des arguments à ceux qui étaient méfiants envers le nouveau régime51. Ils arrivèrent le 20 avril 1800 à Santo Domingo52. Les émissaires du gouvernement rejoignirent le Cap par voie de terre. Le général Michel fut attaqué, Vincent fut assailli par des bandes d'insurgés, qui l'arrachèrent de son cheval à trois lieues du Cap, le dépouillèrent et l'obligèrent à gravir à pied sous la pluie la montagne du Morne rouge. Au Cap, où on le mit en prison deux jours avec un mauvais biscuit pour subsistance, «je fus [écrit-il] contraint de coucher sur la terre et de laisser sécher sur moi du linge et des vêtements mouillés, mes souffrances furent extrêmes ; je fus arraché deux fois au lieu de ma détention pour paraître au conseil tenu par les Noirs pour discuter si l'on ne devait pas me fusiller avant de m'envoyer au Cap où Toussaint me demanderait sûrement, l'avis qui prévalut fut de différer jusqu'après la lecture de mes papiers, mais cette opinion ne s'établit qu'à la suite d'une forte bataille qui se décida sous mes yeux, et en ma faveur, dans la chambre où j'étais »53.

49Vincent pense que ces vexations avaient été ordonnées par le général Moyse. Lorsqu'il rencontra Toussaint le 12 mai 180054, celui-ci prétend, naturellement, qu'il était désespéré de ce qui lui était arrivé, mais il mit sous ses yeux le rapport confidentiel écrit autrefois par Vincent à Roume qui déplorait la conduite de Toussaint vis-à-vis d'Hédouville. Vincent explique le changement de régime et demande à Toussaint de publier la proclamation des consuls55. Arguant qu'elle ne lui était pas officiellement adressée, il refuse. Comment pouvait-il accepter les termes de la lettre ministérielle qui lui était adressée : « Rappelez-vous que les armes qui vous sont confiées doivent être exclusivement employées contre l'ennemi étranger, contre l'Anglais, etc. » ? Toussaint s'en ouvre à Vincent : « Ainsi donc, après que Rigaud eut insulté l'agent en ma présence, après qu'il eut spolié des places du Grand et du Petit Goâve qu'un arrêté de l'agent lui ordonnait de me remettre (...) après que par une perfidie inouïe, il eut conçu et exécuté en partie le plan le plus horrible pour la colonie en faisant soulever la garnison du Môle et en faisant marcher secrètement sur le Petit Goâve où des citoyens de tout âge, un officier municipal décoré des couleurs nationales, ont été massacrés impitoyablement et de sang-froid, le chef de l'armée aurait dû tendre la gorge à ce sanguinaire rebelle et n'aurait pas dû marcher contre lui. Je suis tacitement blâmé d'avoir fait ce que le gouvernement a fait en Vendée (...) »56. Vincent demande au ministre de la Marine et des Colonies : « Pourquoi ne sommes-nous pas porteurs d'une injonction du gouvernement à Rigaud lui enjoignant d'abandonner son commandement ? Combien ne l'ai-je pas sollicité ? »57

50Naïvement, Vincent avait cru pouvoir obtenir de Toussaint qu'il fasse broder sur les drapeaux de la garde nationale : « Braves Noirs, souvenez-vous que la France seule reconnaît la liberté et l'égalité de vos droits», comme le demandait Bonaparte. Toussaint lui répondit : « Ce n'est pas une liberté de circonstance concédée à nous seuls que nous voulons ; c'est l'adoption du principe que tout homme né rouge, noir ou blanc, ne peut être la propriété de son semblable. Nous sommes libres aujourd'hui parce que nous sommes les plus forts. Le consul maintient l'esclavage à la Martinique et à Bourbon : nous serons aussi esclaves quand il sera le plus fort »58. Comme Vincent lui exposait que le vœu de Bonaparte était de mettre fin à la guerre du Sud, Toussaint lui demanda s'il oserait y aller. Bien qu'il sache que Bonaparte ne songeait qu'« à rétablir son autorité en se servant de l'influence des hommes de couleur contre les Noirs »59, il accepte car la guerre avec le Sud empêche Toussaint de remettre les cultivateurs au travail et donne aux généraux un pouvoir qui risque de le déstabiliser60.

51Le général Michel s'est déjà embarqué pour la France, via les États-Unis, tandis que Raimond arrive, accueilli par une garde d'honneur, allant jusqu'à dire qu'il était content d'avoir quitté la France pour laquelle il prévoyait une prochaine catastrophe.

52Bien que souffrant de fièvres, suite aux mauvais traitements qui lui avaient été infligés avant son arrivée au Cap, Vincent part pour le Sud. Le 24 juin 1800, il arrive au Port-Républicain où l'avait appelé Toussaint. Il le rejoint le 5 juillet. « Le général Bonaparte vous a-t-il chargé de me dire qu'il avait confiance en moi ? » demande Toussaint. Vincent ne peut bien sûr répondre positivement61. Il le trouve « inquiet et changé et, dînant auprès de lui hier, je fus frappé du peu de nourriture qu'il prend, ce qu'atteste trop son grand état de maigreur »62.

53« L'opinion générale répandue dans la colonie était que cette guerre était désirée et nourrie par la France, qui voulait voir détruire tout ce qui peuplait Saint-Domingue pour pouvoir y rétablir plus facilement l'esclavage, portait les Noirs aux propos et aux actes les plus affreux contre la caste blanche, j'eus bon droit à me persuader de cette opinion pendant ma première détention », écrit Vincent63. Malheureusement, les Noirs n'avaient pas tout à fait tort puisque Hédouville, en déliant Rigaud de son devoir d'obéissance vis-à-vis de Toussaint, avait préparé cette guerre civile. D'autre part, Roume, représentant de la France était en correspondance étroite avec Rigaud, alors qu'il aurait dû l'obliger à obéir à Toussaint, le Directoire puis les consuls ayant maintenu Toussaint dans sa fonction de général en chef.

54Accompagné d'un Noir et d'un Mulâtre que Toussaint lui avait fournis, Vincent s'embarqua à Jacmel le 12 juillet 1800 pour se rendre aux Cayes, la capitale du Sud, que le groupe atteignit le lendemain64.

55Les troupes de Rigaud étaient en pleine déroute. L'armée de Toussaint pressait Saint-Louis, et Rigaud était décidé à détruire cette ville ainsi que les Cayes.

56Dès son arrivée aux Cayes, Vincent se constitua prisonnier de Rigaud, il obtint un armistice le 14 juillet et depuis ce jour, plus un coup de fusil ne fut tiré dans le Sud. Rigaud se sauva. Le 29 août, le général noir Dessalines entrait aux Cayes65. Les travaux de culture reprirent. Vincent était très satisfait de sa mission et il pensait que Toussaint lui en témoignerait de la reconnaissance, mais celui-ci l'évitait, et avait hâte de le voir revenir en France. Mais Vincent déclara qu'il ne rentrerait que lorsque la tranquillité régnerait dans la colonie.

57Revenu au Cap à la fin de l'été 1800, il réorganisa son service avec des jeunes gens du pays qu'il avait formés. Il fit le relevé général des défenses du Cap et de sa banlieue pour l'an VIII. Il obtint aussi des états de dépenses pour Port-au-Prince. Il demanda à Toussaint d'envoyer dans le Sud son camarade Fortin, mais Toussaint n'en fit rien. Vincent put tout de même établir la carte du Sud qui n'avait jamais été faite.

58Toussaint, qui reparaît au Cap en novembre 1800, met Vincent sous les ordres directs du général Moyse. Puis, tout à coup, est décidé l'embargo général par terre et par mer. Le général Moyse devenu l'ennemi de Vincent depuis le départ d'Hédouville, lui enjoint de se rendre sur-le-champ au Môle Saint-Nicolas où il n'avait rien à faire. Sur le chemin, il rencontre des troupes qui se dirigent vers l'Est. Il comprend qu'il s'agit de l'invasion de la partie orientale et que Toussaint ne voulait pas que Vincent en soit témoin. Vincent, il l'a toujours dit, ne voyait pas l'avantage pour la France d'occuper la partie orientale de l'île qu'elle n'avait pas les moyens de mettre en valeur. Toussaint répondait à d'autres mobiles : prévoyant un prochain débarquement, il ne voulait pas être pris à revers par l'ex-partie espagnole66. Bien sûr, il invoqua le traité de Bâle, et il voulait enfin protéger les cultivateurs de la partie française dont 3 000 avaient été enlevés pour être conduits en esclavage dans la partie orientale qui n'avait pas aboli cette pratique67. Le 26 janvier 1801, don Joachin Garcia, gouverneur de Santo Domingo, capitulait68. Cette invasion fut quand même une erreur politique, car Bonaparte dont l'autorité avait été bafouée, était furieux de voir ses relations avec l'Espagne se compliquer.

59Au début de l'année 1801, ne se voyant plus que d'une faible utilité pour le service des travaux publics, Vincent demande à Toussaint l'autorisation de rentrer en France, d'autant plus que les chefs de la colonie lui témoignaient de la méfiance et que la colonie jouissait de la tranquillité. Son congé lui avait été expédié par le Bureau de la Guerre, mais Toussaint trouvait de futiles raisons pour reporter son départ. « Je ne pouvais me dissimuler que Toussaint ne voulait pas que je restasse dans la colonie, il venait de faire une proclamation pour que l'on travaillât partout aux défenses des côtes, plusieurs officiers furent employés, je fus le seul que l'on ne consulta pas, et j'étais le seul qui pût raisonnablement s'en occuper. »

60Maintenant Toussaint ne voulait le laisser partir qu'avec le projet de Constitution qu'il faisait préparer. Vincent avait demandé qu'il ne soit pas imprimé avant son départ, mais deux jours plus tard, il l'était « avec un appareil et une solennité jusque-là inconnus »69. Vincent critiqua le projet devant Toussaint « sur l'oubli de tout devoir envers la métropole »70. Il lui demanda :

61« Que pourrait faire le gouvernement français, aujourd'hui qu'aux termes de votre constitution il n'a plus personne à nommer ni à envoyer dans la colonie ? »

62Toussaint répondit : « Le gouvernement enverra des commissaires pour parler avec moi. »

63Vincent répliqua : « Dites plutôt que l'on veut qu'il vous envoie des chargés d'affaires, des ambassadeurs, ainsi que ne manqueront pas de le faire les Anglo-américains, les Espagnols et même les Anglais. »

64Toussaint71 : « Je sais que le gouvernement anglais est le plus dangereux pour moi et le plus perfide pour la France, il a tout fait pour avoir le commerce exclusif de l'isle, mais il n'a eu que ce qui était impossible qu'il n'eût pas, j'avais besoin de lui. »

65Toussaint avait donné à Vincent une version imprimée de la Constitution. Or, à cette époque, l'impression d'un document en faisait un document officiel et non plus un projet. Vincent accepta à condition que la Constitution qu'il portait soit manuscrite et signée des membres de la Commission qui l'avaient rédigée.

66Vincent vint faire ses adieux à Toussaint. « Je partirai donc [dit Vincent] et celui qui s'est montré votre plus constant défenseur auprès du gouvernement, au lieu de porter en France des preuves certaines que vous méritez de l'avoir pour appui, ne portera au même gouvernement que des témoignages de l'oubli des devoirs les plus sacrés de la part d'un homme tel que je vous ai dépeint ; à quel rôle affreux vous me réservez ? Vous m'avez souvent dit que lorsque vous vîntes parler aux commissaires Mirbeck, Roume et Saint-Léger, vous leur aviez offert de tout faire rentrer dans l'ordre à Saint-Domingue si l'on voulait vous donner soixante libertés ; aujourd'hui tous vos frères sont libres sous la protection du plus puissant des gouvernements, mais cette faveur doit assurer plus que jamais à la France le droit de gouverner sa colonie. Donnez-moi la note de ceux de vos frères d'armes qui ont le plus contribué à chasser les Anglais et à relever les cultures ; le gouvernement, j'en suis persuadé, les convaincra de sa satisfaction, je solliciterai et obtiendrai, j'espère, pour eux des gratifications. »

67Toussaint qui était extrêmement réfléchi et qui parlait très peu, lui dit : « C'est avec un plaisir extrême que je verrai récompenser mes camarades. »

68Vincent : « Et vous, que désirez-vous pour vous-même ? »

69Réponse de Toussaint : « Je ne veux rien. Je sais bien qu'on ne veut que ma perte, que mes enfants ne jouiront jamais du peu que j'ai amassé. Mais je ne suis pas encore la proie acquise de mes ennemis ! »

70Cet emportement, qui n'était pas ordinaire chez lui, se termina par des réflexions qui devaient causer à Vincent la plus cruelle peine. Toussaint avait un cheval prêt à monter à une porte de derrière, il s'y porta avec précipitation et disparut.

71Borgella et Lacour, des Blancs qui avaient participé à l'élaboration du projet de Constitution, lui remirent le paquet adressé au Premier Consul. Vincent leur reprocha de ne pas avoir fait pression sur Toussaint pour amender le texte. Ils le quittèrent très fâchés.

72Avant de partir, Vincent donna au général Christophe une lettre décachetée pour Toussaint. Après l'avoir lue, Christophe lui dit : « Commandant Vincent, vous êtes le seul Européen qui aimez réellement les hommes de Saint-Domingue ; vous avez toujours dit la vérité, le projet de Constitution a été rédigé par nos ennemis les plus dangereux, l'on nous donnera un pouvoir qui ne peut nous appartenir, que le gouvernement veuille seulement nous donner quelque part dans les pouvoirs qui doivent nous gouverner et nous serons bien heureux. »

73Vincent lui peignit longuement les malheurs qui résulteraient de l'ambition égarée de Toussaint. Il lui dit enfin que le général en chef se plaignait de ce que le Premier Consul ne correspondait pas avec lui. Il avait répondu aux puissantes raisons de Vincent qui devaient lui faire abandonner cette prétention, que le Premier Consul avait bien écrit au roi d'Angleterre. Pendant cette conversation, Christophe observa un silence gêné.

74Vincent rentra chez lui. Christophe n'avait pas pu résister à faire connaître à Moyse la façon dont Vincent avait parlé au général en chef. Moyse voulait le voir. Vincent n'était pas tranquille sur l'issue de cette entrevue, mais il s'y rendit. Il lut à Moyse sa lettre au général en chef, que ce dernier parut beaucoup approuver.

75Il avait trop parlé aux membres de la Commission, et devant Moyse. Il hâta son départ : le 21 juillet 1801, à 5 heures du matin, il quittait la rade du Cap. Instruit de son opposition, Toussaint avait voulu le faire arrêter, mais Christophe le laissa partir et dut ensuite subir la fureur de Toussaint.

76Vincent rentre en France le 23 septembre 1801, ayant quitté Philadelphie secrètement sur un bâtiment américain. Il débarque à Saint-Sébastien. À Blois, il apprend la signature des préliminaires de paix avec l'Angleterre. Il s'en réjouit pour la France, mais ce n'était sûrement pas une bonne nouvelle pour la colonie, puisque la paix permettait d'envoyer une expédition militaire.

77Il avait combattu la Constitution devant Toussaint, mais en décembre à la Malmaison, il essaya tellement de justifier la conduite de Toussaint devant Bonaparte que celui-ci restait encore persuadé à Sainte-Hélène que Vincent avait été le conseiller de Toussaint. Vincent reconnut que Toussaint avait tort de s'être déclaré président à vie, pouvant nommer son successeur. Suprême maladresse puisque Bonaparte soumettait à plébiscite sa nomination de consul à vie le 20 floréal an X (10 mai 1802), puis d'empereur héréditaire le 28 floréal an XII (18 mai 1804).

78Contrairement à l'opinion de Bonaparte et à celle de ses conseillers esclavagistes, Vincent était sincère quand il se disait contre l'indépendance de Saint-Domingue. Pour Vincent, les États-Unis sont le véritable ennemi du commerce français et les inspirateurs de la Constitution : avec l'aide des colons émigrés, ils ont poussé à l'indépendance de Saint-Domingue pour favoriser leur commerce aux dépens de celui que Saint-Domingue faisait avec la métropole72. Comme Du Chilleau et Barbé-Marbois, avant la Révolution, il veut favoriser l'exclusif ; il avait d'ailleurs acheté à la fin 1797 pour 2 000 francs d'actions dans l'affaire de ses amis, les commerçants nantais Lemisle et Haudaudine qui faisaient du commerce avec Saint-Domingue73.

79Il essaya en vain de détourner Bonaparte et le ministre de la Marine de lancer l'expédition militaire projetée en en montrant tous les dangers. De toute façon, la décision était déjà prise puisque la flotte de Villaret de Joyeuse quitta Brest le 14 décembre 1801. Aux objections de Vincent sur l'utilité de l'expédition, Bonaparte répondit que les Anglais et les Américains soutenaient les révoltés, mais que dès qu'il aurait rétabli son autorité sur Saint-Domingue, il lèverait une armée de vingt-cinq à trente mille Noirs qui ferait trembler l'Angleterre et les États-Unis. Vincent lui dit que c'était un projet inconcevable, étant donné qu'il n'y avait pas de marine. Il faut noter que la paix d'Amiens ne fut signée que le 27 mars 1802, mais les Anglais qui craignaient l'exemple séditieux de Toussaint pour leurs propres colonies ne firent rien pour contrarier l'expédition. Comme l'écrivit Vincent74 en 1824, les opinions du Premier Consul étaient en opposition avec celles des nouveaux libres. Le Premier Consul n'avait même pas l'art de les ménager : le Sénat s'étant rendu chez lui pour le complimenter après la paix d'Amiens, il dit publiquement que la paix étendrait ses bienfaits sur tout le sud de la France, qu'il serait cependant obligé d'envoyer quelques troupes contre un chef de brigands, que ses éclaireurs en auraient bientôt fait raison.

80Malgré son opposition à l'expédition militaire, Vincent donna tous les renseignements qu'on lui demandait sur Saint-Domingue. Il donna son appréciation sur les hommes marquants de Saint-Domingue, il remit à Leclerc des lettres ouvertes pour Toussaint, Moyse, Christophe, Pascal (le gendre de Raimond), où il prêchait le ralliement à l'expédition mais il refusa d'en faire partie, prévoyant que les Noirs ne pourraient que s'opposer à des hommes comme Rochambeau et Desfourneaux75.

81Bonaparte lui tint rancune de ses critiques. Vincent n'avait reçu que 3 000 F pendant son dernier séjour de 18 mois à Saint-Domingue, il réclama le reliquat. Il fit même écrire une lettre par sa femme qui faisait valoir que l'arrêté du 30 vendémiaire an XI supprimant la solde des officiers commis-sionnés par Toussaint ne pouvait s'appliquer à son mari puisqu'il avait été envoyé à Saint-Domingue par Bonaparte ; elle ajoutait qu'il n'avait cessé depuis son arrivée en France d'être en activité au Département de la Guerre et que rien ne pouvait le faire regarder comme ayant participé à la révolte. Sur le rapport du 18 pluviôse an XI (2 février 1803) du ministère qui concluait que le reliquat était dû, Bonaparte écrivit : « À payer quand il y aura des fonds »76. Il faut croire qu'il n'y en eût jamais !

82En définitive, la plupart des contemporains ont porté un regard positif sur Vincent. Les historiens ont été plus durs avec lui. Pluchon, déjà cité, James d'une tout autre tendance, lui reprochent de n'avoir pas été au bout de ses idées anti-esclavagistes77. Il est vrai que sa position n'était pas confortable, qu'il s'était fait des ennemis dans les deux camps. Fallait-il qu'il crie avec la meute des colons pour pousser à la désastreuse expédition Leclerc ? Napoléon, à l'île d'Elbe puis à Sainte-Hélène, lui a rendu raison : il aurait dû faire de Toussaint un vice-roi, c'est-à-dire lui laisser une certaine autonomie, la France aurait gardé une influence considérable en Amérique et peut-être Napoléon n'aurait-il pas été obligé de vendre la Louisiane aux États-Unis. À l'évidence, la politique des colons a été désastreuse pour la France.

83Fallait-il alors qu'il accepte entièrement la politique de Toussaint ? Il avait bien compris que son pouvoir autoritaire, ses tendances dictatoriales, son ambition, étaient de mauvais présages pour l'avenir. L'histoire de Haïti jusqu'à nos jours l'a montré : un pays déchiré par des luttes de clans passant d'une dictature à une autre, et, en définitive, Haïti est resté un des pays les plus pauvres du monde. La répression de Leclerc puis celle, insensée, de Rochambeau, ont détruit les élites qui avaient péniblement émergé dans la période révolutionnaire. Mais était-il possible d'éviter une guerre exterminatrice comme la nommait Vincent fin 1801 avant même qu'elle n'ait lieu ? Est-ce que l'invasion de la partie espagnole était nécessaire au développement de Saint-Domingue, est-ce que l'humiliation de Roume, représentant du gouvernement français78 l'était ?

84Une politique de compromis était possible, même si elle était utopique, compte tenu des préventions et des passions, tant du côté des Noirs que des colons. Vincent, qui était un colon de fraîche date, mais qui était très riche, est la figure emblématique d'une politique de compromis ; il avait bien compris que cette voie était celle de son intérêt, mais les vieux colons ont préféré tout perdre plutôt que d'abandonner un peu de leur richesse. L'homme politique ne doit-il pas s'élever au-dessus des passions du moment pour construire l'avenir ?

85La réponse à cette question a conduit à la disgrâce de Vincent lors de son retour de Saint-Domingue. En 1807-1808, il fut tout de même chef du génie dans l'expédition de Junot au Portugal. Encore une fois, sa lucidité le perdit, il affirma à Napoléon qu'une nouvelle expédition serait un échec. Les deux expéditions suivantes, celle de Soult en 1809, puis celle de Masséna en 1810-1811, lui donnèrent une fois de plus raison. Souvent, dans les appréciations des contemporains, reviennent les expressions de «bon» et de « sage ». Il se peut que l'ambition de Vincent n'ait été que de mériter ces qualificatifs. Certes, l'histoire n'en a pas fait un héros, mais elle a été moins injuste avec lui qu'on pourrait le penser, il n'est pas mort en exil comme Toussaint Louverture et Napoléon, ces deux hommes qu'il a admirés et qu'il a essayé vainement de concilier et de raisonner. Il a quand même fini sa vie comme général.

Haut de page

Notes

1 Colonel MALENFANT, Des colonies et particulièrement de celle de Saint-Domingue, Paris, 1814, p. 121.
2 P. PLUCHON, Toussaint Louverture, de l'esclavage au pouvoir, Port-au-Prince, 1979, p. 214.
3 Archives nationales (A.N.), Colonies, F/5b/38, Lettre aux consuls du 3 frimaire an VIII.
4 Centre des Archives d'outre-mer (C.A.O.M.), CC/9a/22, Rapport du 6 fructidor an VII au ministre de la Marine et des Colonies.
5 Service historique de l'Armée de Terre (S.H.A.T.), Archives du génie, article 4, section 1, carton 1, pièce 9.
6 C.A.O.M., E/389, Mémoire pour demander la place d'ingénieur en chef de la partie de l'ouest, le 6 septembre 1791.
7 Peu avant son départ de la colonie, Barbé-Marbois tint à remercier Vincent pour son habileté et les économies qu'il avait fait faire au Trésor royal (Ibid., F/3/59 p. 77, lettre du 19 octobre 1789).
8 A.N., AF/IV/1213.
9 MOREAU DE SAINT-MÉRY, Description de la partie française de Saint-Domingue, 1984, t. 2, p. 1159.
10 Observations du général du génie Vincent, Paris, 1824, p. 15.
11 C.A.O.M., E/389, Lettre de Vincent à La Luzerne, le 18 juillet 1789.
12 Ibid., DFC, XXXIII/Mémoires/3/221. Reconnaissance et vues générales sur quelques parties de la colonie française de Saint-Domingue, par FREMOND DE LA MERVEILLERE, directeur des fortifications, au Cap le 11 novembre 1790.
13 Ibid, EE/1323 (de Magnan).
14 A.N., O/1/130, ff. 137-141. Lettres de noblesse en faveur du sieur Louis Dominique Vincent, avocat au parlement et premier syndic général honoraire du tiers état de la province de Bresse (juillet 1778).
15 En 1825, Charles X était prêt à organiser une nouvelle expédition contre Saint-Domingue. Le gouvernement haïtien ayant accepté de verser 150 millions pour dédommagement des anciens colons, celle-ci n'eut pas lieu. Les héritiers de Louis André de Magnan étaient ses deux filles mariées à Messieurs Boisneuf et Vincent. Elles furent indemnisées par décision du 18 octobre 1828 du lot 42 comportant trois maisons et deux emplacements aux Gonaïves pour 7706,66 F et du lot 43, pour 195 816,80 F. Cette dernière somme correspondait à une indigoterie, une cotonnerie, une hatte [élevage de bétail] également aux Gonaïves, ainsi qu'à des entrepôts et des terrains à Grande rivière (C.A.O.M., D-64. État des liquidations de l'indemnité de Saint-Domingue au 1er janvier 1829).
16 Observations du général du génie Vincent, op. cit., p. 15.
17 D'après les colons, ce furent les Noirs qui allumèrent l'incendie. D'après Dufay, un des trois députés de Saint-Domingue à la Convention, témoignant le 16 pluviôse an II (4 février 1794), ce furent Galbaud « et ses agents, qui voyaient la victoire et les commissaires leur échapper, et qui, dans leur rage infernale, livrèrent la ville aux flammes et au pillage » (Archivesparlementaires, 1re série, t. 84, p. 278).
18 S.H.A.T., dossier du général Vincent, 8Yd 1825.
19 A.N., AF/IV/1212, f. 29, Lettre du vice-amiral Truguet au Premier Consul le 6 pluviôse an VIII. On lui reprochait d'être intervenu en faveur de deux émigrés originaires de l'Ain dont l'ancien constituant Brillat-Savarin (Archives des Affaires étrangères [A.E.], CP, États-Unis, 45, f. 115, Reproches faits au citoyen Vincent dans une dénonciation anonyme).
20 Comme le prévoyait l'ordonnance royale du 14 mars 1784, l'arme du génie des îles-sous-le-Vent était commandée par un directeur général des fortifications qui avait grade de colonel et dont la solde était de 12 000 livres. Elle n'était que de 5 000 livres pour un ingénieur en chef (chef de bataillon) et 3 450 pour un ingénieur ordinaire (capitaine). Les ingénieurs avaient au moins le grade de capitaine, il fallait dix ans d'ancienneté à un officier du génie pour être détaché aux colonies, non compris le séjour à l'Ecole de Mézières (Actes royaux, 1784, janvier-juillet, p. 506).
21 A.N., AF/IV/1212, f. 61, Précis des services et de la conduite du citoyen Vincent dans la colonie de Saint-Domingue pendant le tems qu 'il a servi en qualité d'officier du génie, remis au Premier inspecteur général de son arme en frimaire de l'an X, Écrit le 17 frimaire an X.
22 C.A.O.M., DFC, XXXIII/Mémoires/3/330.
23 Ibid, CC/9a/12, Projet de règlement relatif à la reconstruction des maisons de la ville du Cap.
24 A.N., D/XXV/50, Dossier 485, pièce 13.
25 Ibid., AF/IV/1212, f. 61,op. cit.
26 C.A.O.M., CC/9a/12. Commentaire sur la copie de la lettre de Vincent au général Laveaux du 18 prairial an IV.
27 Ibid., DFC, XXXIII/Mémoires/5/913, Réflexions d'économie politique sur les trois juridictions de Montéchrist, San-Yago Porto de Plata, relatives à leur union à la République par Vincent.
28 Le 4 fructidor an V (21 août 1797), le Conseil d'administration du 5e Régiment de troupes franches témoignait sa « consternation » à Sonthonax qui avait annoncé son départ, « et sa juste reconnaissance » (A.N., colonies CC/9a/15). Comme le colonel Vincent présidait ce conseil, il est probable qu'il n'a fait que suivre l'opinion des Noirs qui avaient une grande admiration pour Sonthonax, tous les autres documents signés de Vincent exprimant de l'hostilité pour Sonthonax.
29 Ibid., AF/III/210 dossier 961, pièce 40, Déclaration du Citoyen Baud, venant des États-Unis à la Commission, 14 brumaire an VI.
30 VIENOT DE VAUBLANC, « "Discours aux Cinq-Cents" du 10 prairial an V (29 mai 1797) » dans French Revolution Research Collection (microfiches Pergamon), 1991, La guerre et les colonies, Boîte 3, fiche 11.2/27.
31 A.N., Colonies CC/9A/15, État actuel de la colonie, frimaire an VI, par Vincent.
32 Ibid.
33 Ibid., Fonds Beker. 157MI/1. Correspondance et rapports.
34 Ibid., colonies CC/9A/18 et 19, Observations relatives à la prise d'armes qui a eu lieu à la fin de vendémiaire an VII dans les environs du Cap, prise d'armes qui a déterminé l'agent national à s'embarquer, remises au Citoyen Roume, Commissaire du pouvoir exécutif, par le citoyen Vincent, directeur des fortifications des Isles-sous-le-Vent.
35 Ibid., colonies CC/9a/19, Rapport de Vincent au ministre de la Marine et des Colonies.
36 Ibid., colonies CC/9a/18 et Ibid., 19, Observations relatives à la prise d'armes...
37 Ibid., colonies CC/9a/19,Arrêté du Délégué de l'Agent du Directoire du 25 vendémiaire an VII.
38 Ibid, Lettre de Manigat à Hédouville le 26 vendémiaire an VII.
39 Ibid., colonies CC/9a/18 et 19, Observations relatives à la prise d'armes...
40 Ibid., Lettre de Vincent, chef de brigade du génie au général de division Hédouville du 1er frimaire an VII.
41 Ibid., colonies CC/9a/18, Lettre de Dumaine à Roume du 23 brumaire an VII.
42 Général BECHET DE LEOCOUR, Souvenirs, Éd. Tesseidre, Paris, 2000, pp. 133-134.
43 C.A.O.M., DFC, XXXIII/Mémoires/5/918, f. 918, Précis d'un voyage fait du Cap à Santo Domingo pendant les mois de brumaire et frimaire, an VII par le citoyen Vincent, directeur des fortifications des Iles-sous-le-Vent (10 pluviôse an Vil).
44 A.N., colonies, CC/9a/18, Lettre de Roume à Bruyx, ministre de la Marine et des Colonies du 2 frimaire an Vil.
45 Ibid.
46 Ibid, AF/III/210, dossier 963, pièce 6, Rapport du ministre de la Marine au Directoire exécutif le 7 nivôse an VII.
47 Ibid, AF/IV/1213, Mémoire sur l'état actuel des défenses, bourgs et postes de la partie de l'ouest de la colonie comprise entre le Port-Républicain et les Gonaïves inclusivement par Vincent (30 nivôse an VII, 19 janvier 1799).
48 Trois jours après son arrivée à Saint-Jean-de-Luz, le chef de bataillon Moulut écrivait à Hédouville qu'il avait l'intention de se rendre à Paris pour lui transmettre des informations sur Saint-Domingue qu'il avait quitté sur la frégate la Vestale, le retour à l'ordre après le départ d'Hédouville lui paraissant bien éloigné (ibid., colonies, CC/9a/18).
49 Ibid., CC/9a/28, Rapport présenté par le colonel Vincent, directeur des fortifications, aux autorités de Saint-Domingue, sur la mission qu 'il a eue à remplir dans le département du Sud pour recourir à y rétablir l'ordre et la soumission au gouvernement français et aux premières autorités de la colonie. Au Cap, le 20 fructidor an VIII (7 septembre 1800).
50 [bid, AF/IV/1212, f. 57, Précis de mon dernier voyage à Saint-Domingue, 20 pluviôse an X (9 février 1802).
51 C.A.O.M., CC/9b/17, Lettre de Vincent à Rallier datée de Santo Domingo le 4 floréal an VIII (24 avril 1800).
52 A.N., CC/9a/17, Lettre du 20 fructidor an VIII [7 septembre 1800] de Vincent au Premier consul.
53 Idem.
54 Ibid.
55 Ibid., AF/IV/1212, f. 57,op. cit.
56 C.A.O.M., CC/9b/17, Lettre de Vincent au ministre de la Marine et des Colonies, datée de Léogane le 16 messidor an VIII (5 juillet 1800).
57 Ibid.
58 Observations du général du Génie Vincent, op. cit., p. 10. L'esclavage n'avait été effectivement supprimé qu'à Saint-Domingue, à la Guadeloupe et en Guyane. Il n'avait pas cessé d'exister à la Martinique qui avait été occupée par les Anglais de 1794 à la paix d'Amiens ; de même à la Réunion (l'île Bourbon) où les colons avaient été suffisamment forts pour empêcher l'application de la loi.
59 Ibid., p. 12.
60 A.N., colonies, CC/9a/17, Lettre de Vincent au ministre.., op. cit.
61 Ibid
62 C.A.O.M., CC/9b/17, Lettre de Vincent à Lescallier datée de Léogane le 16 messidor an VIII (5 juillet 1800).
63 A.N., AF/TV/1212, f. 57, op. cit.
64 Ibid., CC/9a/17, Lettre du 20 fructidor an VIII (7 septembre 1800) de Vincent au Premier Consul.
65 Ibid.
66 Marcel B. AUGUSTE, « L'armée française de Saint-Domingue, dernière armée de la Révolution » dans La Révolution française et Haïti, 1995,t. 1, p. 269.
67 Id, 1.1, p. 272.
68 Claude B. AUGUSTE, « Indépendantisme louverturien et Révolution française » dans La Révolution française et Haïti, t. 1, p. 246.
69 A.N., AF/IV/1212, f. 57, op. cit.
70 Ibid.
71 Ibid. Ce dialogue, ainsi que ceux qui suivent en sont extraits.
72 S.H.A.T., archives du génie, article 14, carton 1, f. 32 (Lettre de Vincent, s. d.).
73 A.N., CC/9a/28, Lettres de Vincent du 1" brumaire an VII à un ami et du 2 brumaire à des marins.
74 Observations du général du Génie Vincent, op. cit., p. 10.
75 C.A.O. M., F/3/59, pp. 165-194.
76 S.H.A.T., dossier du général Vincent, 8Yd 1825.
77 Cyril L. R. JAMES, Les Jacobins noirs, Paris, Éditions caribéennes, 1983, p. 241.
78 Le 11 avril 1800, Toussaint-Louverture convoqua Roume au Haut-du-Cap et le fit enfermer dans une cage à poules. Le 27 mai, il lui arracha l'autorisation d'envahir la partie espagnole. Après une nouvelle incarcération, il le fit embarquer le 3 septembre 1801 pour New York (C. AUGUSTE, « Indépendantisme louverturien et Révolution française » dans La Révolution française et Haïti, t. 1, pp. 244-245).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Schneider, « Le colonel Vincent, officier du génie à Saint-Domingue », Annales historiques de la Révolution française, 329 | 2002, 101-122.

Référence électronique

Christian Schneider, « Le colonel Vincent, officier du génie à Saint-Domingue », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 329 | juillet-septembre 2002, mis en ligne le 27 mars 2008, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ahrf/716 ; DOI : 10.4000/ahrf.716

Haut de page

Auteur

Christian Schneider

Université Paris I
72, boulevard Arago 75013 Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • OpenEdition Journals