Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La Conjuration de Corse.

Jean- Marc Schiappa
p. 154-155
Référence(s) :

Philippe Buonarroti, La Conjuration de Corse, édition établie et présentée par JacquesCrozier. Éditions Centofani, Bastia, 1997.

Texte intégral

1Une maison d’édition en Corse vient – sans tambour ni trompette – de faire œuvre utile par une réédition judicieuse. Œuvre utile pour l’histoire de la Corse, pour l’histoire de la Révolution française et pour celle des idées égalitaires (et reconnaissons que ce triple plan ne se recoupe pas nécessairement). Il s’agit de l’édition par J. Crozier de la brochure de Buonarroti, sortie des presses en novembre 1793 à Paris, intitulée «La Conjuration de Corse et divers mémoires sur la Trahison de Paoly, sur l’état de cette isle, et sur quelques moyens pour la ramener à l’unité de la République». Outre la réédition du texte de Buonarroti, l’ouvrage comprend les textes de Constantini, député extraordinaire du conseil général du département de la Corse et adversaire de Buonarroti, le jugement prononcé le 19 novembre 1793 à Paris en faveur de Buonarroti contre Constantini, une importante notice chronologique, une partie bibiographique et une solide introduction de J. Crozier. Un travail important donc.

2Rappelons les faits brièvement: Buonarroti quitte sa Toscane natale pour rejoindre la Révolution française en septembre 1789 à Bastia, en Corse. Il n’était pas un novice puisque dès 1786 il avait participé à la Gazzetta universale puis il avait fondé en 1787, toujours à Florence, le Journal politique (édité en français). Partisan enthousiaste des idées des Lumières, il avait été inquiété pour la diffusion d’ouvrages de Voltaire et avait soumis un projet de réforme politique au Grand duc de Toscane. En Corse, son action prend une forme différente. Il est alors un politique, «un intellectuel qui organise» dit J. Crozier. Nulle discontinuité, au contraire: souvent (mais pas toujours) les hommes d’idées deviennent des hommes d’action avec la Révolution.

3Il fonde le premier journal patriote de l’île en avril 1790 (Giornale Patriottico di Corsica). En juin 1791, il est chassé par le parti clérical, puis il revient en Corse. Avec la proclamation de la République, le procès du roi puis la guerre avec l’Angleterre, un conflit apparaît entre Buonarroti et Pascal Paoli, entre la révolution montagnarde et les paolistes. L’ancien champion de l’indépendance de l’île pour toutes sortes de raisons (attachement à une monarchie libérale, son anglophilie, son passé de «père de la Patrie», ses convictions nationales corses) se détache de la République. L’échec de l’expédition de Sardaigne (mars 1793) scelle cette rupture. Il s’agit plus d’un prétexte que d’une raison. Ici, les destins divergent définitivement. Comme l’écrit J. Crozier, Buonarroti choisit l’universel alors que Paoli choisit le particulier: «Contre Paoli et le choix du particulier, B. prend le parti de l’universalité» (p. 38). «C’est un choix politique majeur» (p. 40). Avec raison, J. Crozier ne valorise pas l’un par rapport à l’autre.

4On peut noter succinctement quelques éléments de la polémique: la question de la bidépartementalisation de la Corse. Buonarroti était en 1790 partisan d’un seul département. Il ne s’agit pas d’un revirement en 1793 mais d’une modification politique: la «régénération» s’opère par le sommet de l’administration. Si ce sommet est révolutionnaire, il faut le soutenir;  s’il ne l’est pas, il faut le diviser. L’argument de 1793 prônant la division «deux administrations ne peuvent pas recevoir une impulsion égale» (p.98) est l’exact symétrique de l’argument de 1790 refusant la division «deux administrations marcheraient-elles toujours dans le même sens?».

5Comme dans toute recherche sur Buonarroti, la question de la propriété privée –explicite ou non – est importante: il semble, au moins en lisant les textes de 1793, que Buonarroti soit à cette époque plus un «égalitariste» qu’un «collectiviste». Il écrit: les Corses sont «accoutumés à l’égalité des richesses» (p. 118) ou «la communalité des biens semble garantir partout au pauvre le sentiment de son indépendance» (p.82);  Buonarroti propose le retour des biens communaux spoliés mais cela ne semble pas argumenter dans le sens d’un communisme agraire.

6Rousseauiste, il se plaît à citer les mœurs corses «la pitié filiale, l’amour conjugual, la pudeur, la bonne foi, la générosité, l’hospitalité et la sobriété» (p. 85) mais avec l’évolution «les anciennes vertus s’étaient réfugiés à l’ombre des châtaigniers et des sapins» (p. 86). En l’an IV, il n’a rien oublié de son expérience corse: il se propose de représenter le département du Golo à la Convention nationale que les babouvistes devaient installer après la prise du pouvoir. D’ailleurs, certains corses exilés à Nice étaient abonnés au Tribun du Peuple, journal de Babeuf. Bien plus tard, en 1828, dans la Conspiration pour l’Égalité dite de Babeuf, il cite encore la Corse dans les exemples de peuples en armes ayant combattu victorieusement la tyrannie et quand il parle d’un peuple «agricole, simple et heureux» autant qu’une réminiscence virgilienne ne faut-il pas voir un rappel de «éloignez-vous de la maison simple du laboureur et du berger, et la vertu s’évanouit» (p. 92). Relevons aussi l’anti-cléricalisme de Buonarroti: «mille moines mendiants et autant de prêtres dévastaient la Corse» (p. 93). Quant à sa préoccupation pour l’éducation, elle éclate à chaque page. Citons seulement «il n’y a en Corse d’autres bibliothèques que celles des couvents» (p. 94).

7Dans cette étude, certaines approximations (rares et secondaires) sont à corriger, mais bien peu de choses en fait. Ainsi, les conjurés babouvistes n’avaient pas de nom de guerre anagrammique (p.20); les anagrammes ont été donnés par Buonarroti dans La Conspiration... en 1828 pour protéger les survivants.

8Cette réédition accompagnée de l’appareil critique est une étape significative dans la construction de la biographie buonarrotienne comme dans la connaissance de l’histoire de la Corse en révolution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean- Marc Schiappa, « La Conjuration de Corse. », Annales historiques de la Révolution française, 321 | 2000, 154-155.

Référence électronique

Jean- Marc Schiappa, « La Conjuration de Corse. », Annales historiques de la Révolution française [En ligne], 321 | juillet-septembre 2000, mis en ligne le 21 avril 2004, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ahrf/985

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Éditions Armand Colin
  • OpenEdition Journals