Navigation – Plan du site

Le développement du discours rapporté en français l2

Sélection, organisation et encodage de l’information dans le récit
Cyrille Granget
p. 99-112

Résumés

Cet article rend compte de la façon dont les formes du discours rapporté évoluent entre la première et la quatrième année d’apprentissage du français L2. Nous observons au travers de récits de film oraux comment des adolescents germanophones rapportent le discours de protagonistes et comparons ces données avec celles produites par des locuteurs natifs en contexte semblable. Cette étude propose de rendre compte de la grande diversité des formes de discours rapporté rencontrées en termes d’interaction entre des principes organisationnels discursifs et phrastiques. Nos analyses montrent que les formes du discours rapporté à un stade donné résultent de l’interaction variable entre des principes de structuration informationnelle et de mouvement référentiel d’un côté et le répertoire linguistique de l’apprenant de l’autre. À structure informationnelle constante, différents moyens de structuration informationnelle sont employés (moyens prosodiques puis syntaxiques) au fur et à mesure de l’exposition au français. De la même façon, l’expression du mouvement référentiel dans l’énoncé évolue en fonction du répertoire grammatical de l’apprenant. Il n’en reste pas moins que l’évolution formelle des structures de discours rapporté est prioritairement motivée par des contraintes discursives et que des indices formels tels l’emploi d’un subordonnant entre l’énoncé matrice et l’énoncé rapporté ne sauraient suffire à situer les emplois de locuteurs non natifs sur un continuum acquisitionnel.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie M. Pujol ainsi que deux évaluateurs anonymes pour d’éclairants commentaires sur une version antérieure de ce texte. Mes remerciements s’adressent aussi à Simone Lück-Hildebrandt qui a permis le recueil des données en français L2 et à Monique Lambert qui m’a transmis le corpus de comparaison de cette étude : les transcriptions des récits oraux en français L1.

1. Introduction

  • 1 Le terme « discours » est ici employé au sens large : il désigne toute forme de communication verba (...)

1La présente étude porte sur l’organisation et le développement du discours1 rapporté (dorénavant DR) en français L2 dans le récit. Elle s’appuie sur des extraits de DR issus de récits de film oraux produits par des apprenants germanophones en 1re, 2e, 3e et 4e année d’apprentissage du français et par un groupe de comparaison de locuteurs natifs. L’objectif de cette étude est de rendre compte de l’interaction changeante des principes organisationnels discursifs et phrastiques au sein de l’énoncé complexe qu’est le discours rapporté.

2Longtemps on a appréhendé le DR au moyen des catégories phrastiques de discours direct (dorénavant DD) et discours indirect (dorénavant DI). La grammaire scolaire et les activités de transformation du discours direct au discours indirect ont contribué à légitimer cette opposition binaire et incidemment suggéré que le développement des moyens de rapporter le discours s’apparentait au passage progressif de la forme simple de DD à la forme complexe de DI. Or on s’accorde à considérer avec Bakhtine (1977) que le DR ne se résume ni à une opposition binaire ni à des phénomènes morpho­syntaxiques. Il est à la fois « discours dans le discours » et « discours sur le discours ». Constitué d’un enchâssement d’énoncés, l’énoncé matrice qui rapporte et l’énoncé rapporté, gouvernés par des contraintes de linéarisation et de cohérence discursive, le DR constitue dans notre étude une fenêtre non seulement sur le développement lexical et morphosyntaxique en langue seconde, mais aussi sur le développement des principes de structuration informationnelle dans l’énoncé complexe. Il permet ainsi d’observer comment des apprenants, à différents stades d’appropriation du français, sélectionnent, organisent et encodent l’information, en fonction de contraintes phrastiques et discursives. Si l’on considère que la complexité du DR ne réside pas dans la subordination des énoncés au DI ni dans la concordance des temps et des personnes, il nous appartient dès lors de déterminer selon quelle logique les apprenants s’approprient les moyens de rapporter le discours.

3Après avoir présenté les données, nous exposerons quelques obser­va­tions à l’origine du cadre théorique de cette étude. L’analyse sera successi­vement consacrée aux moyens de rapporter le discours en français natif puis en français non natif en fonction du degré d’exposition à la langue cible. Les principaux résultats de l’étude seront résumés et discutés en conclusion.

2. Les données

2.1. Support

4Le support qui a été utilisé pour recueillir du discours rapporté dans le récit oral est un extrait de huit minutes du film muet de Charlie Chaplin Les Temps Modernes. Dans la première partie de cet extrait, une jeune femme visiblement affamée passe devant la camionnette d’un boulanger et profite de l’absence de celui-ci pour voler un pain. Dans sa fuite, elle heurte violemment un homme, Charlot, et tous les deux tombent à la renverse, ce qui permet au boulanger, averti par une femme qui avait été témoin du vol du pain, d’arriver et de demander des comptes. Un policier arrive à ce moment-là également et cherche à comprendre les faits. La témoin accuse la jeune femme. Charlot se relève, clame que la jeune fille est innocente et se fait passer pour le voleur en rendant le pain au boulanger. Le policier emmène alors Charlot mais la témoin du vol dément cette version des faits face au boulanger et assure que le voleur est la jeune femme, et non Charlot… La mise en récit de ces événements de parole gesticulée visant à dénoncer le voleur (tel personnage avance que tel autre a volé le pain) constitue un contexte favorable à l’expression du discours rapporté.

  • 2 Dans le programme de recherche européen, financé par la European Science Foundation (ESF) de 1981 à (...)

5Les adolescents germanophones ont vu la version allemande du film, élaborée dans le cadre du projet ESF par l’équipe de Heidelberg2 et destinée à recueillir des données auprès d’apprenants italophones et turcophones. Les scènes sont donc entrecoupées d’intertitres en allemand, italien et turc. L’adaptation du support aux apprenants germanophones du français L2 a conduit à distribuer aux locuteurs germanophones une fiche sur laquelle figuraient par ordre d’apparition dans le film les intertitres en allemand et en français. Parmi ceux-ci, nous trouvons quelques paroles des protagonistes, de la femme témoin du vol elle a volé le pain, de Charlot non, ce n’est pas elle, c’est moi, et du témoin à nouveau c’est la fille pas l’homme. Après avoir visionné une fois le film, chaque apprenant l’a raconté à un adulte francophone qui n’a pas assisté à la projection et demande à l’apprenant, suivant le protocole, « raconte-moi le petit film s’il te plaît ». Deux interlocuteurs francophones ont participé au recueil des données qui ont été enregistrées puis transcrites au format CHAT de CHILDES. À partir des transcriptions, nous avons isolé les extraits de discours rapporté portant sur les scènes de délation précédemment décrites. Ces extraits et leurs contextes constituent le matériau de base de nos analyses.

2.2. Les participants

6Quatre groupes d’apprenants germanophones de français L2 et un groupe de locuteurs de français L1 ont produit des récits à partir du même support audiovisuel.

2.2.1. Adolescents germanophones

7Les récits d’apprenants ont été recueillis dans un établissement secondaire de Berlin auprès d’adolescents germanophones. L’échantillon comprend 21 récits qui se répartissent de la façon suivante : 5 récits d’apprenants de 1re année (âge : 12-13 ans, 80 h d’exposition au français en classe), 5 récits d’apprenants de 2e année (13-14 ans, 220 h d’exposition), 4 récits d’apprenants de 3e année (14-15 ans, 340 h d’exposition) et 7 récits d’apprenants de 4e année (15-16 ans, 460 h). Ces adolescents germanophones - mais pas tous de langue première allemande- ont appris le français, après l’anglais, dans le cadre de l’école. Même si quelques apprenants ont séjourné en France lors de vacances, leur mode d’exposition au français reste essentiel­lement institutionnel.

2.2.2. Adultes francophones

  • 3 Opter pour un corpus de comparaison en L1 permet de situer les usages d’apprenants sur un continuum(...)

8Le groupe de francophones a participé à une expérience comparable à celle décrite en 2.1. Neuf étudiants d’une université francilienne ont visionné un extrait des Temps Modernes un peu plus long que l’extrait présenté ci-dessus et l’ont raconté en face à face à un interlocuteur francophone n’ayant pas vu le film3. Tous les étudiants sont de langue première française.

3. Le discours rapporté

9Le terme de discours rapporté est une création contemporaine qui fait suite aux nombreuses critiques à l’encontre de la dichotomie entre le discours direct et le discours indirect, en partie fondée sur l’opposition entre l’oratio recta et l’oratio obliqua de la rhétorique latine (cf. Rosier 1999 pour une histoire du DR). Même si ces catégories descriptives sont très utiles dans l’analyse, elles s’avèrent souvent insuffisantes pour rendre compte finement de l’hétérogénéité des façons de rapporter le discours d’autrui. Nous présentons brièvement quelques arguments en faveur d’un dépassement du cadre binaire DD/DI avant d’exposer le cadre de nos analyses.

3.1. Discours direct et indirect : les limites de l’approche phrastique

10Dans le discours rapporté, le contenu du discours peut être exprimé sous la forme d’un énoncé articulé à un énoncé matrice au moyen d’un item subordonnant, que en français, (discours indirect) ou sous la forme de deux énoncés indépendants (discours direct). L’opposition entre le DI et le DD n’est pas sans soulever quelques difficultés, soulignées à plusieurs reprises au travers de l’analyse de la presse écrite ou du discours oral (Gaulmyn 1983, De Arruda Cunha 1992, Komur 2004). Gaulmyn (1983) repère dans un corpus de presse écrite pas moins de quatre formes simples de discours rapporté (dont le DD et le DI) et sept formes mixtes. Elle souligne que le DD et le DI sont des formes minoritaires en fréquence par rapport à cette « gamme de formes disponibles, autorisées par la langue, adaptables et combinables dans la parole. ». Selon Authier-Revuz (1992) la vision selon laquelle le DD serait une forme simple de DR, et le DI une forme complexe dérivée du DD, s’avère particulièrement trompeuse. Ces deux formes du discours rapporté relèvent selon l’auteur de deux opérations radicalement distinctes face au discours autre : citation-monstration (DD) dans un cas et reformulation-traduction (DI) dans l’autre. Dans une perspective typologique, cette catégorisation n’est pas moins problématique (cf. Jäger 2007).  En allemand par exemple, il n’est pas évident qu’un énoncé rapporté non intégré syntaxiquement à l’énoncé matrice au moyen d’un élément de subordination puisse être qualifié de direct. On peut en effet distinguer deux formes de discours rapporté selon que les éléments déictiques (personnels, temporels et spatiaux) renvoient à deux situations d’énonciation différentes ou à une seule. En effet, en (1), l’interprétation des éléments déictiques de l’énoncé matrice er sagt et ceux de l’énoncé rapporté ich habe mein Geld verloren, respectivement er d’un côté et ich, mein de l’autre, exige de se référer à deux situations d’énonciation distinctes.

(1)

Er

sagt

ich

habe

mein Geld

verloren

Pro3Sg

dire-Pres

Pro1Sg

avoir-Pres

mon argent

perdre-PartPass

il

dit

je

ai

mon argent

perdu

« il dit j’ai perdu mon argent »

11Il est toutefois possible de rapporter le discours comme en (2). Dans ce cas, un seul cadre énonciatif, celui de l’énoncé matrice, permet le calcul de la référence des éléments déictiques. Contrairement à ce que l’on observe en français, la prise en charge du discours rapporté au sein d’un système unique de repérage ne nécessite pas l’emploi d’un subordonnant.

(2)

Er

sagt

er

habe/ hat

sein Geld

verloren

Pro3Sg

dire-Pres

Pro3Sg

avoir-Subj/Pres

son argent

perdre-PartPass

il

dit

il

a

son argent

perdu

« Il dit qu’il a perdu son argent »

12Faut-il considérer que cette forme du discours est directe ou indirecte ? Si l’on s’en tient au critère syntaxique de présence d’un subordonnant, force est de constater qu’il s’agit d’une forme de discours direct. Ce constat est corroboré par le positionnement du verbe (V2) dans la proposition rapportée, position­nement canonique des énoncés syntaxiquement indépendants. Pour autant cette indépendance est-elle totale ? En fait, elle s’avère partielle du fait d’un système de repérage unique. D’un point de vue énonciatif, l’énoncé rapporté est donc subordonné à l’énoncé qui rapporte, comme en témoignent l’identité du pronom sujet de l’énoncé enchâssé et de l’énoncé matrice (er), ainsi que l’emploi, privilégié à l’écrit, d’une forme verbale au subjonctif dans l’énoncé enchâssé (er habe). Il s’agit en d’autres termes d’une forme de discours indirect sans subordonnant. Notons enfin que les études du développement du discours rapporté dans les productions des enfants de quatre ans en français L1 montrent également les limites des seules catégories DD et DI pour rendre compte des frontières entre la parole qui est rapportée et la parole qui la rapporte (Hickmann 1991, 1993).

13Pour les différentes raisons présentées précédemment, nous préférons le terme générique de ‘discours rapporté’ proposé par de nombreux auteurs à la suite de Bakhtine qui embrasse les catégories de discours direct et indirect, mais autorise aussi d’autres façons de rapporter le discours.

3.2. Discours rapporté et structure informationnelle

14Nous envisageons dans cette étude de rendre compte de la variation et du développement des formes du DR en termes d’évolution des moyens d’exprimer les informations constitutives des composantes respectivement focus et topique de l’énoncé complexe.

15Nous considérons en effet que tout discours, a fortiori le récit, participe d’une question initiale, explicite ou implicite (la quaestio, cf. Klein & von Stutterheim 1987), qui structure le récit et détermine notamment la distribution des informations en premier et arrière-plan. Dans le récit, le discours rapporté représente à la fois un événement de parole (X dit) dans un énoncé matrice em, et un événement autre, ici le vol du pain, dans un énoncé rapporté er. Cet énoncé complexe Er (em + er) participe de la réponse à la quaestio initiale et fait donc partie de la trame narrative (premier plan). La quaestio partage également les informations au sein des énoncés de premier plan en composante focale et topicale. Par conséquent, au moment de rapporter le discours du délateur X, la réponse du narrateur à la question implicite Que se passe –t-il au moment m ? (lorsque le policier demande qui a volé le pain ? ) contient potentiellement plusieurs informations liées à l’événement de parole (<X dire>) et au contenu propositionnel de l’acte de parole du délateur (<Y voler pain>). Dans ce contexte diagnostic, le contenu propositionnel, ou lexis (cf. Klein 1994) de Er peut donc être schématisé de la façon suivante :

<X dit <Y voler pain>>

16Pour déterminer le statut (topical versus focal) des informations contenues dans l’énoncé complexe Er, il importe de se demander si le narrateur envisage ce que fait Y à ce moment m précis, ou ce qu’a volé Y, ou encore qui a volé le pain. C’est de fait cette dernière possibilité qui est appropriée à la situation de délation, sachant que le vol du pain est une information donnée antérieurement. Par conséquent, dans l’énoncé complexe Er, <voler pain> représente une information topicale. En revanche, <X dit> est une information focale, ainsi que l’opération de restriction concernant <Y>. En effet, le propre de la délation est d’indiquer que le délit <voler le pain> ne vaut que pour un protagoniste parmi l’ensemble des suspects.

17Conduire une analyse en termes de structuration informationnelle consiste donc à se demander quelles sont les informations obligatoires constitutives du discours rapporté à un stade donné, sachant le contexte discursif dans lequel se réalise cette assertion, et comment les locuteurs du français, L1 et L2, réalisent les informations focales et topicales de l’énoncé à différents stades de développement langagier. On peut faire l’hypothèse que la réalisation de <X dire <Y voler pain>> dans le récit dépend de plusieurs paramètres :

  1. Le lien qu’entretiennent les constituants de la lexis avec les informations précédemment mentionnées et les informations inférables du contexte (le mouvement référentiel).

  2. L’ancrage temporel du récit par rapport au moment de l’énonciation : présent narratif ou passé. Cet ancrage vaut pour les énoncés de la trame et donc pour l’énoncé matrice em.

  3. Le lien temporel entre l’intervalle pour lequel vaut er et l’intervalle pour lequel vaut em : antériorité, concomitance, postériorité.

  4. Le lexique et les règles morphosyntaxiques accessibles au locuteur.

18Dans ce cadre, la jonction des propositions au moyen d’un élément subordon­nant comme que et les traits morphosyntaxiques associés à cette opération ne constituent pas des éléments centraux pour situer les énoncés de DR sur un continuum acquisitionnel.

4. Le discours rapporté en français L14

  • 4 Les conventions de transcription des extraits de récit oraux sont les suivantes :
    / / : écriture pho (...)

19Parmi les formes de discours rapporté produites par des locuteurs natifs du français, on peut opposer le discours direct au discours indirect. Dans le cas du DD en (3), deux situations d’énonciation sont envisagées. Le pronom personnel moi ne réfère pas au narrateur dans la situation d’énonciation du récit mais au personnage Charlot dans la situation d’énonciation du film. En (4) en revanche, la forme du DR est le discours indirect : une seule situation d’énonciation permet de calculer la référence aux entités. La référence au supposé voleur, Charlot, s’exprime par le pronom lui, ce qui résulte de la fusion des cadres énonciatifs en un : le cadre de la narration.

(3)

Discours direct
charlot …dit Ø …c’est moi qui ai volé le pain

(4)

Discours indirect
charlie dit que….c’est lui qui a volé le pain

20La subordination des deux énoncés a non seulement un effet sur l’emploi des déictiques mais aussi sur l’accord en personne du verbe de l’énoncé rapporté. En revanche, le temps de er ne varie pas en fonction de la subor­dination. Sachant que le contenu de er <Y voler pain> vaut pour un intervalle temporel antérieur à l’intervalle temporel pour lequel vaut <X dire> et que le temps de em est le présent, la référence au vol du pain est exprimée au moyen du passé composé, que er soit subordonné à em ou pas. Soulignons toutefois que la subordination des énoncés au moyen de que est loin d’être systématique. Parmi les sept narrateurs natifs qui mentionnent le vol du pain afin de rapporter le discours, deux seulement (en (5) et (6)) emploient le subordonnant que.

(5)

BAR
un policier arrive
il va arrêter la jeune fille
mais chaplin dit qu’en fin de compte c’est lui qui qui a volé le pain eh
que c’est de sa faute

(6)

NAD
bien sûr il y avait une dame qui avait vu la scène
et qui disait que ce n’était pas lui c’était la jeune fille
donc on l’a laissé

21La plupart des natifs rapportent le discours en juxtaposant deux énoncés comme dans les extraits (7), (8) et (9) ci-dessous.

(7)

VIV
il dit Ø non ce n’est pas elle c’est moi qui ai volé eh le pain

(8)

ISA
puis charlot prend le pain dit Ø non non c’est moi qui ai volé le pain etc.

(9)

ISA
donc la femme dit Ø oui oui c’est elle qui qui qui a qui a volé le le pain et tout.

22Le recours à une construction clivée dans le discours rapporté étudié ici est en revanche quasi systématique parmi les locuteurs étudiés comme on peut l’observer dans les trois extraits ci-dessus. Le récit de la scène de délation vise en effet à indiquer qui a volé le pain selon un protagoniste donné, mais aussi que cet individu est le seul voleur possible parmi l’ensemble des voleurs potentiels. C’est pourquoi sur les 6 locuteurs référant au vol du pain, 5 emploient une structure clivée qui permet de mettre en relief le focus de l’énoncé, l’agent du vol, et de restreindre la validité de <voler le pain> à ce seul agent. La construction clivée discontinue c’est …qui  en (9) met en relief elle qui coréfère avec la femme, et constitue à la fois l’agent du procès et le focus de l’énoncé, selon la quaestio précédemment élucidée, que se passe-t-il quand le policier demande qui a volé le pain ?  

23L’actualisation de la lexis <X dire <Y voler pain>> par des locuteurs natifs dépend non seulement d’un principe optionnel de subordination et de principes de structuration informationnelle mais également de la relation qu’entretient l’énoncé avec le récit qui le précède. Si la sélection des infor­mations résulte de la structuration informationnelle, la forme des constituants (syntagme nominal, temps verbal de l’énoncé) s’explique en partie par le mouvement référentiel et des principes de cohérence textuelle, c’est-à-dire l’introduction ou le maintien de la référence temporelle et de la référence aux entités. Dans les portions de DR analysées, les narrateurs maintiennent ou réintroduisent dans le discours rapporté la référence à l’entité animée émettrice du discours rapporté, ce qui se traduit par l’emploi du pronom, il en (7), ou, dans le cas où plusieurs agents ont été mentionnés auparavant, par l’emploi du nom propre sans déterminant, charlot ou chaplin en (8) et (5), ou encore, plus fréquemment, d’un nom commun précédé d’un déterminant défini, comme la femme, le boulanger en (9) et (6). Dans un cas seulement, l’entité qui émet le discours est nouvellement introduite dans le récit au moyen d’un syntagme nominal indéfini, une dame.

24Quant au temps de l’énoncé matrice em, il s’agit du présent, à une excep­tion près. Même si la situation de dire a eu lieu dans le film avant le moment d’énonciation, le récit traite les événements fictionnels comme des scènes concomitantes au moment de la parole.

25Ces données de DR en L1 révèlent donc un ensemble de possibilités de rapporter une conversation sur un événement antérieur à la conversation, liées à des principes organisationnels phrastiques, optionnels ou obligatoires, respectivement la subordination et les changements déictiques, ainsi qu’à des principes organisationnels discursifs (encodage du focus et mouvement référentiel). À partir des neufs récits disponibles, nous avons recensé cinq formes du discours rapporté qui sont récapitulées dans le schéma 1 ci-dessous.

  • 5 Plusieurs indices nous ont incités à considérer qu’une phrase est distincte d’une autre, tous énonc (...)

Schéma 1. Les phrases du discours rapporté en L5

X dit/explique

Y a volé le pain

c’est Y qui a volé le pain

que c’est Y qui a volé le pain

X disait

que c’était Y qui avait volé le pain

X accuse Y

26En résumé, la structure la plus fréquente pour rapporter le discours de l’autre est X dit c’est Y qui a volé le pain. Dans l’intervalle des Er, la subordination de la parole rapportée à l’énoncé de dire est un cas peu fréquent - elle est activée par seulement deux narrateurs sur huit-, tandis que le recours à la structure clivée c’est Y qui est en revanche très fréquent. Ainsi la structure clivée apparaît comme un moyen quasi systématique d’encoder une information focus de l’énoncé (la restriction du procès à un agent), alors que la subordination apparaît comme une simple option syntaxique.

5. Le discours rapporté en français L2

5.1. Apprenants de 1re année

27Tandis que les locuteurs natifs du français sélectionnent l’ensemble des informations lexicales de la proposition <X dit <Y voler pain>>, les locuteurs germanophones de première année n’en sélectionnent qu’une partie selon un principe régulier qu’il importe de souligner. En effet, contrairement aux locuteurs natifs et aux apprenants plus avancés, comme nous l’observerons par la suite, les apprenants débutants n’actualisent dans leur discours que la portion <X dire Y> de la lexis. Les apprenants font référence à X, l’entité animée qui dénonce, à Y, le supposé voleur, ainsi qu’à l’acte de parole, même si l’expression de l’acte de parole dans le discours est variablement réalisée d’un apprenant à l’autre. Deux apprenants sur cinq y réfèrent au moyen du verbe dit comme en (10).

(10)

MAT
en fille dit c’est la fille pas l’homme

28Un apprenant emploie le morphème /se/ qui permet d’exprimer un lien entre l’entité émettrice du discours et le discours, mais aussi de référer à l’acte de parole comme c’est la cas de la première occurrence de /se/ dans l’énoncé (11) ci-dessous.

(11)

NIN
et depuis une madame /se/ u eu ja@ [=oui] /se/ la fille pas l’homme

29Toutes les occurrences de /se/ ne sont pas des verbes de parole. Ici néanmoins nous considérons qu’il s’agit d’un emprunt à l’anglais say. Cette affirmation est développée en 5.2. L’emploi d’un verbe de dire à ce stade reste néanmoins facultatif, comme l’illustre l’énoncé de l’apprenant Mik en (12) composé d’un syntagme nominal référant à l’émetteur du discours il/le/ fille, suivi de la formule légèrement adaptée c’est la fille pas la homme (intertitre traduit en français), alors que le même apprenant possède dans son répertoire lexical le verbe dire qu’il emploie dans l’énoncé précédent.

(12)

MIK
/le/ garçon euh il ::::: sagen@ [= dire] euh non il dit non /se/ ce n’est pas elle c’est moi
et il /le/ fille  Ø  c’est la fille pas la homme

  • 6 Parmi les formules données sur la fiche lexicale figure également la fille a volé le pain. Par cons (...)

30En dépit de ces réalisations variables, nous considérons que <dire> est un élément informationnel de la lexis sélectionné. L’information <voler pain> n’est en revanche exprimée par aucun apprenant à ce stade dans le contexte du discours rapporté6. Cette caractéristique des énoncés au stade observé peut s’expliquer au regard de la structure informationnelle. En effet, les informations sélectionnées et actualisées dans le discours sont les informations focales ; les informations topicales ne sont pas mentionnées. Ce constat rejoint les observations de Givón (1979) soulignant que le topique de l’énoncé est une information facultative dans les langues organisées selon un mode pragmatique.  Cette organisation de l’énoncé illustre surtout un principe organisationnel typique des variétés initiales selon lesquelles l’information focale est exprimée en position finale de l’énoncé (Klein & Perdue 1997).

31Le fait qu’une information soit sélectionnée nous renseigne sur son statut informationnel mais pas encore sur la façon dont elle est réalisée dans le discours comme en témoignent les différentes réalisations du verbe dire. Les apprenants de première année privilégient une formule préfabriquée, donnée sur la fiche lexicale, pour référer à l’agent du vol ; on n’observe donc aucune variation dans cette zone du discours rapporté. La référence à l’émetteur du discours est en revanche alternativement exprimée au moyen d’un syntagme nominal indéfini, en (11), ou défini, en (12), selon qu’il s’agit d’une introduction ou d’une réintroduction/d’un maintien de la référence, selon un principe de mouvement référentiel observé auprès des locuteurs natifs, à cette différence près toutefois que le pronom personnel n’est pas utilisé en première année. La forme des déterminants qui actualisent le nom varie davantage que dans le discours natif. On peut supposer que des contraintes phonologiques (Wolfram 1985) s’exercent sur les déterminants, ou que l’expression du genre n’est pas encore acquise. Ces variations du type il/le/ fille ou en fille ne remettent toutefois pas en question la distinction opérée par les apprenants entre articles définis et indéfinis. Quant au verbe de dire, sa forme est uniformément courte, /di/ transcrite dit. Le principe d’ordre naturel suggère qu’en l’absence d’indices linguistiques de démarcation, l’acte de dire se situe dans la continuité des événements précédents auxquels il est fait référence au moyen d’un verbe au présent également.

32Les cinq apprenants de première année rapportent les propos des person­nages, selon des procédés d’organisation de l’information qui apparaissent schématiquement ci-dessous.

Schéma 2. Les phrases du discours rapporté en 1re année

X

/se/ Y

X dit

c’est la fille

  • 7 SN : syntagme nominal, Cop : verbe copule, Pro : pronom, / : alternative.

33En somme, bien que le discours rapporté constitue une opération linguistique complexe et que le répertoire de l’apprenant débutant soit limité, aucun locuteur n’esquive cette opération à ce stade. Ceci confirme que la complexité a priori des structures employées par des natifs dans des énoncés en contexte ne saurait préjuger de la capacité de l’apprenant à réaliser la même opération linguistique. La structure qui se dégage majoritairement des énoncés Er des apprenants débutants est SN Cop SN/Pro7. L’organisation et la réalisation de l’énoncé à ce stade résultent donc de principes organisationnels discursifs essentiellement : mise en évidence de l’information focale et encodage des constituants de l’énoncé en fonction du mouvement référentiel.

5.2. Apprenants de 2e année

34Parmi les cinq apprenants de deuxième année dont nous étudions le discours rapporté à l’oral, un apprenant résume la scène de délation au moyen de l’énoncé et il aider qui réfère notamment au fait que Charlot se fait passer pour le voleur. Nous observons également ce procédé dans le discours natif. Un locuteur natif dit le boulanger va vraiment accuser cette jeune fille. De façon plus explicite que dans l’énoncé de l’apprenant du fait du verbe lexical qui comprend des traits sémantiques de dire, l’énoncé rapporte le discours du boulanger sans pour autant reposer sur la structure informationnelle présentée jusque-là. Ces cas de figure, au demeurant minoritaires, ne sont pas analysés ici. Parmi les quatre autres apprenants de deuxième année qui rapportent le discours des protagonistes, trois apprenants font référence au vol du pain. Contrairement à ce que l’on observe en première année, la plupart des apprenants de deuxième année sélectionnent l’ensemble des informations de la lexis <X dire <Y voler pain>>, soit l’information focale et l’information topicale.

35En première année, l’expression de la seule information focale peut être considérée comme un procédé qui permet de souligner le focus de l’énoncé. Dès lors que l’information topicale est réalisée,  on peut se demander comment est soulignée la structure informationnelle de l’énoncé, d’autant que l’infor­mation topicale <voler pain> est exprimée au moyen d’une expansion à droite d’un énoncé matrice du type X dit Y qui place l’information focale en position médiale de l’énoncé. Nous suggérons qu’un corollaire de la mention du topique en position finale de l’énoncé complexe est une mise en relief du focus au travers de moyens prosodiques. Dans l’énoncé (13) contenant le verbe de dire, on peut en effet émettre l’hypothèse que des indices prosodiques permettent d’encoder le focus.

(13)

ASL
une dame elle dit à le homme qui fait le pain
- le boulanger
oui une fille vole un pain
- oui très bien
mais charlie chaplin dit euh je eum vole le pain

36La plupart des narrateurs natifs soulignent l’exclusivité du focus dans l’énoncé rapporté au moyen d’une construction clivée c’est Y qui a volé le pain. En première année, le premier élément de cette construction discontinue est fréquemment employé pour désigner le coupable (c’est Y). Dans l’énoncé (13) de l’apprenant de 2e année, la matrice, Charlie Chaplin dit, est suivie d’une pause pleine (euh), du pronom de première personne (je), d’une autre pause pleine (eum) et du syntagme verbal vole le pain. L’entourage du pronom entre deux pauses pleines permet de l’extraire et de le mettre en relief à l’instar de la construction clivée. Sachant que cet énoncé présente aussi la particularité par rapport aux énoncés de première année de mentionner le procès, on peut supposer que cet enchâssement prosodique du focus de l’énoncé vise à compenser l’expansion de l’énoncé vers la droite en attirant l’attention vers la zone médiale dans laquelle se situe l’agent, afin d’exprimer le fait que je est coupable, et pas un autre. En ce sens, on peut considérer que les indices prosodiques dans l’énoncé (13), sont, à l’instar de la construction clivée, au service de la structuration informationnelle.

37Alors qu’en première année le verbe de dire peut ne pas être réalisé lexicalement, en deuxième année, tous les énoncés rapportés contiennent une réalisation de l’information focus <dire>. Certains apprenants expriment l’acte de dire au moyen du verbe dire comme en (13), d’autres ont recours à /se/ comme en (14).

(14)

NAD
et il la fille est a une une en pain
et lôme + et lôme /se/*+ il a + un pain *(on entend /sej/)et le police va avec lôme à une voiture

38Le morphème /se/ qui exprime l’acte de parole, en (14) notamment, est aussi employé dans d’autres contextes en tant que verbe copule (et transcrit comme tel). Des indices prosodiques et morphosyntaxiques permettent de désambiguïser la référence de /se/ : verbe de dire ou verbe copule ? La référence de /se/ à un acte de parole en (14) et (15) – première et deuxième occurrence-  se déduit d’abord de son positionnement dans l’énoncé, sachant la scène rapportée. Cette intuition est ensuite confirmée par des indices prosodiques.

(15)

BER
et un madame crie un madame el vol un pain


et le police arrive
l’homme /se/ je vol le pain
(…)
et après le madame /se/ non c’est euh le /nom/ non vol pas le  pain le madame vol le pain

39En (14) par exemple, les pauses (+) segmentent l’énoncé en trois portions et lôm /se/ + il a + un pain. La pause entre les deux premiers segments suggère que /se/ constitue avec /lom/ la matrice du discours rapporté. On observe dans l’énoncé de Ber une segmentation similaire: l’homme euh /se/ + je vole + le pain. Ces deux énoncés sont sémantiquement semblables à celui de l’apprenant Nin en première année (une madame /se/ euh ja@ /se/ la fille + pas l’homme), mais prosodiquement distincts. On observe en effet une pause pleine (euh) entre une madame/se/ et ja@ /se/ la fille mais aucune entre le deuxième /se/ et le SN la fille dans l’énoncé (11) de cet apprenant de première année, contrairement à ce que l’on observe dans les énoncés (14) et (15) des apprenants de deuxième année. Ceci suggère que le premier /se/ et le deuxième /se/ en (11) se distribuent respectivement dans l’énoncé matrice et dans l’énoncé rapporté. À partir de l’analyse du positionnement des pauses, on peut donc déduire que /se/ dans les énoncés des deux apprenants de deuxième année fait donc partie de la matrice et exprime l’acte de dire.

40Comme en première année, la référence aux entités et au procès de dire, dès lors que le verbe dire est employé, s’inscrit dans un mouvement référentiel qui détermine la forme des unités fonctionnelles comme les déterminants et le temps du verbe matrice.

41Dès lors que deux propositions coexistent au sein de l’énoncé complexe, diverses contraintes phrastiques sont activables. Les apprenants de deuxième année juxtaposent les énoncés em et er dans une forme de DR que l’on peut appeler directe. Dans un énoncé comme l’homme /se/ (= dit) je vole le pain, l’inter­prétation de l’élément déictique je a lieu dans un système de repérage distinct de la situation d’énonciation du locuteur. Les énoncés rapportés complexes à ce stade de l’extension du topique – et de l’emploi des pronoms déic­tiques – obéissent d’emblée à ces contraintes d’ordre phrastique. En revanche, l’antériorité du procès de l’acte de voler par rapport à l’acte de dire n’est pas marquée morphologiquement. Une forme verbale similaire à un pré­sent est privilégiée par l’ensemble des apprenants référant au vol – passé- du pain.

Schéma 3. Les phrases du discours rapporté en 2e  année

X /se/

Y vole un pain

X dit/dire

c’est la fille
Y (ProY) vole un pain

X aider (Y)

42En résumé, en deuxième année, la référence à l’agent et au procès, et plus seulement à l’agent modifie les moyens de structuration informationnelle dans l’énoncé Er. Alors qu’en première année, la mention du seul focus dans l’énoncé complexe garantit la cohérence de l’énoncé avec la quaestio, en deuxième année, l’encodage prosodique du focus, observé en (13), permet de maintenir cet équilibre.  

5.3. Apprenants de 3e année

43En troisième année, deux apprenants sur quatre évoquent succes­si­vement le vol du pain et l’arrestation de la fille, sans rapporter les événements de parole de la scène de délation. Les analyses suivantes reposent par conséquent sur les discours de deux narrateurs.

44Comme en deuxième année, en troisième année, l’information topique est réalisée dans l’énoncé complexe Er dans un énoncé er. En  (16), l’apprenant recourt à l’anglais pour exprimer le fait que la fille n’est pas coupable, tandis qu’en (17), l’apprenant emprunte à l’allemand pour exprimer le vol du pain.

(16)

LAU
Charlie chaplin dit que elle isn not guilty


d’accord pas coupable
pas coupable mais la police ne trust him

(17)

DAN
une dame a vu ça
et dit à la patisserie cette dame elle /ela/ /elaport/ des croissants
le nom aide cette dame
et dit je je suis klauen cette croissant

45Ces énoncés montrent qu’en troisième année, contrairement à ce qu’on observe en première année, l’apprenant fait face à des lacunes lexicales non pas en n’actualisant qu’une partie de la lexis, l’information focale, mais en actualisant la totalité de la lexis et en puisant alternativement dans d’autres codes.

46Comme en deuxième année, on peut supposer que l’actualisation de l’information topicale dans le discours a pour corollaire l’emploi de moyens de mettre en évidence la structure informationnelle de l’énoncé et notamment de signaler que l’information exprimée en position médiale constitue un élément focus de l’énoncé. En (17), l’apprenant raconte comment le témoin informe le boulanger du fait que la fille a volé du pain au moyen de l’énoncé et [une dame] dit à la patisserie cette dame elle /ela/ /elaport/ des croissants. L’emploi du déterminant défini démonstratif cette et du pronom elle tente, de façon plus iconique que les énoncés rapportés précédemment analysés, de mettre en relief la référence au voleur. Cette construction discontinue cette …. elle entourant le focus de l’énoncé n’est pas sans rappeler la construction clivée employée majoritairement par les natifs. En raison de sa forme et de la fonction qu’elle assume dans l’énoncé complexe de discours rapporté, on peut considérer que cette structure est une construction pseudo-clivée.

47Enfin, notons que la relation entre em et er est exprimée au moyen du subordonnant que par un apprenant en (16). C’est en troisième année qu’un locuteur emploie une forme indirecte de discours rapporté qui s’accompagne d’une indexation du pronom à un cadre de référence unique. L’antériorité du temps topique de er par rapport au temps topique de em , inférée du contexte en deuxième année, est exprimée dans ce groupe au moyen de formes verbales auxiliées  a + V et suis + V en (17). L’emploi de /aport/ peut être considéré comme une forme composée du verbe dans la mesure où l’apprenant marque une pause entre /ela/ et /elaport/ ce qui signifie que /ela/ peut-être considéré comme un préverbe, pronom sujet clitique + auxiliaire. Le caractère accompli du vol du pain est ensuite exprimé par Dan au moyen de l’auxiliation d’un verbe en allemand.

Schéma 4. Les phrases du discours rapporté en 3e année

X dit

Y (ProY) Aux + V le pain
que Y is not guilty

X Vlex

48Les énoncés rapportés des apprenants de troisième année témoignent du développement du répertoire morphosyntaxique de l’apprenant (subordination, temps) et de l’évolution subséquente des moyens de structuration informationnelle dans des énoncés complexes focus + topique. Ce dévelop­pement témoigne de l’interaction entre les principes discursifs et phrastiques.

5.4. Apprenants de 4e année

49Parmi les sept apprenants de quatrième année, six relatent la scène de délation en réalisant la lexis <X dire <Y voler pain>>. Tandis que tous les apprenants emploient le verbe dire dans un énoncé matrice, la réalisation de <Y voler pain> varie selon les locuteurs. Quatre d’entre eux sélectionnent l’agent et le procès, et de ce fait réalisent l’information topicale, comme en (18).

(18)

GRE
mais le boulanger
-oui
dit le gendarme + que le femme + euh  /vole/ le pain

50Les deux autres, à l’instar des apprenants de première année, ne réfèrent qu’à l’agent Y du procès, comme en (19).

(19)

DAV
et il a dit /e/ c’était pas elle c’était moi
(…)
/e/ a dit non non c’était pas le monsieur c’était la femme

51En dépit de ces similitudes dans le mode d’organisation informationnel, les productions des apprenants de quatrième année ne ressemblent toutefois pas en tout point à celles des apprenants de première année. Si l’on s’intéresse par exemple à l’expression de <dire>, on remarque que tous les apprenants en quatrième année emploient dit ou a dit. L’emploi de a dit correspond à un ancrage global du récit au passé, ce qui ne s’observe pas dans les discours rapportés des locuteurs des années précédentes, ni d’ailleurs parmi ceux des locuteurs natifs. De plus, trois apprenants emploient un subordonnant que/qui entre l’énoncé matrice et l’énoncé rapporté. De la même façon, la part d’apprenants marquant morphologiquement l’antériorité du procès de voler par rapport au procès de dire est plus importante en quatrième qu’en troisième année. Enfin, les procédés morphologiques d’expression de l’antériorité de <voler> par rapport à <dire> sont variés : la suffixation avec l’emploi de /vole/ en (18), de /sete/ (transcrit c’était) en (19), ou la suffixation et l’auxiliation avec l’emploi de /a vole/ en (20).

(20)

ANN
et l’homme dit non/se/ n’est pas elle c’est moi qui a volé le pain

52Les concordances des temps entre l’énoncé matrice et l’énoncé rapporté, ainsi que les formes d’accord sujet-verbe constituent des indices distinctifs entre les énoncés de natifs et de non natifs, qui témoignent d’un processus d’acquisition des contraintes morphosyntaxiques en cours.

53Comme nous le mentionnions dans le premier paragraphe de cette partie, certains apprenants de quatrième année signifient l’information focale en position de fin d’énoncé, tandis que d’autres expriment l’information topicale et ne peuvent donc recourir à ce procédé pragmatique pour signifier la structu­ration informationnelle de l’énoncé. On peut donc se demander quels sont les moyens mis en œuvre par les apprenants de quatrième année pour souligner le focus de l’énoncé. Parmi ces moyens notons les moyens prosodiques, comme en (18) et (21).

(21)

LEO
mais le monsieur dit euh que ::: il  + prendre le baguette

54Les pauses, pleines ou vides, isolent l’information focale <Y> dans un îlot phrastique. Notons également en (20) le recours à une construction clivée, moyen privilégié par les locuteurs natifs. L’ordre des mots X dit c’est Pro qui /a vole/ est d’ailleurs le seul arrangement de mots que partagent les natifs et non natifs (cf. tableau 1 en conclusion).

55En résumé les énoncés de quatrième année témoignent de la disponi­bilité, variable selon les locuteurs, de moyens, notamment grammaticaux, d’exprimer les informations de la lexis, leur partition en information focale et topicale, et les liens de dépendance phrastique entre les paquets informationnels. Certains procédés d’organisation de l’énoncé comme la sélection restreinte de l’information focale sont semblables à ceux mis en œuvre par des apprenants débutants mais d’autres sont propres aux stades plus avancés, qu’il s’agisse de l’emploi du subordonnant que ou du passé composé dans la matrice, voire communs à des procédés natifs, comme l’emploi de la structure clivée dans l’énoncé rapporté. Dans le schéma 5 ci-dessous apparaissent de façon syn­thétique les structures rencontrées en 4e année.

Schéma 5. Les phrases du discours rapporté en 4e année

X dit

que Y/proY /vole/, Y a /vole/ prendre le pain
c’est ProY qui aux /vole/

X a dit

c’est moi
c’était Y

X veut aider Y

6. Conclusion

56Le DR offre ainsi une fenêtre sur la façon dont agissent les principes de structuration informationnelle à différents stades de l’acquisition du français langue seconde. En effet, nous avons montré que les formes du DR s’expliquent en partie par l’expression linguistique de la distinction entre l’information focus et l’information topique dès lors que l’information focus n’est plus en position finale d’énoncé, position canonique dans les variétés basiques d’apprenants (cf. Klein & Perdue 1989, 1997). L’expression de la structure informationnelle de l’énoncé complexe de DR apparaît comme une constante, quel que soit le répertoire lexico-grammatical de l’apprenant. En revanche, les moyens de structuration informationnelle évoluent de la première à la quatrième année d’apprentissage. En première année, l’information topique n’est pas mentionnée par les adolescents germanophones et l’énoncé qui rapporte est ainsi constitué de la seule information focale. Contrairement à ce que font les enfants en L1 (Hickmann 1991), les adolescents en L2, même débutants, « encadrent » le discours, c’est-à-dire réfèrent à l’entité émettrice du DR et différencient donc explicitement parole citée et récit. Les limitations des apprenants adolescents débutants les conduisent non pas, comme les enfants, à omettre la mention de l’émetteur du discours mais à omettre le verbe de dire et surtout le topique. En deuxième année, il est fait référence au topique, au moyen d’une expansion à droite de l’énoncé. Un corollaire de cette réalisation de l’énoncé est le déploie­ment de moyens prosodiques pour extraire le focus exprimé en position médiale. En troisième année, cette fonction est notamment assumée par une construction appelée pseudo-clivée. En quatrième année enfin, la construction clivée s’ajoute aux moyens prosodiques de structuration informationnelle. Il s’agit d’ailleurs d’un moyen privilégié par les locuteurs natifs dans ce même contexte. Donc à structure informationnelle constante, les moyens de structu­ration évoluent. L’expression du mouvement référentiel, c’est-à-dire l’expres­sion de la référence aux personnes et l’expression de la succession des événements de premier plan est réalisée dès la première année au moyen des déterminants définis, indéfinis ou à partir de la deuxième année, au moyen de pronoms, selon des principes observés dans les discours natifs, ou, concernant le référence temporelle, au moyen de formes verbales semblables à celles employées dans le reste du récit.

57L’expression des contraintes phrastiques (expression morphologique du temps, accord sujet-verbe) est beaucoup plus graduelle, voire entièrement optionnelle (subordination de er à em). En somme la forme de Er est d’abord déterminée par des contraintes discursives puis par des contraintes phrastiques.

58Concernant les catégories de discours direct et indirect, si elles s’avèrent pertinentes pour décrire les énoncés complexes produits par les locuteurs natifs et non natifs, elles ne le sont guère en revanche pour rendre compte de la diver­sité et du développement des moyens de rapporter le discours ou, autrement dit, pour situer les productions d’apprenants sur un continuum acquisitionnel. Certes le discours direct émerge avant le discours indirect, mais le DD est employé à tous les stades de l’acquisition, ainsi que par des locuteurs natifs. En outre, le DI, entendu ici comme l’enchâssement des énoncés au moyen d’un subordonnant et l’emploi de pronoms interprétables dans un même cadre de référence, est employé dès la troisième année, mais n’implique pas systématiquement, en troisième comme en quatrième année, l’usage de temps concordants et ne saurait donc suffire à diagnostiquer l’état d’avancement des lectes d’apprenants de troisième année et au delà.

59Cette étude de l’acquisition des moyens de rapporter le discours en français langue seconde a également mis en évidence le caractère systématique et protéiforme du développement linguistique. En effet, le tableau 1 ci-dessous rend compte du fait qu’une différence d’exposition d’un an à la langue cible, entre la deuxième et la troisième année par exemple, a pour conséquence l’usage d’énoncés de discours rapporté nettement distincts.

Tableau 1. Évolution de l’arrangement des mots en contexte
de discours rapporté

Structure de l’énoncé

Groupe 1

Groupe 2

Groupe 3

Groupe 4

Natif

X /se/ Y

+

-

-

-

-

X dit c’est Y

+

+

-

-

-

X /se/ Y a / vol un pain

-

+

-

-

-

X dit Y/ProY vol un pain

-

+

-

-

-

X dit Y/ProY /a vol/ le pain

-

-

+

-

-

X dit que Y is not guilty

-

-

+

-

-

X dit que Y/ProY /vole/ - /a vole/ le pain

-

-

-

+

-

X a dit c’est ProY

-

-

-

+

-

X a dit c’était Y

-

-

-

+

-

X dit c’est ProY qui a /vole/

-

-

-

+

+

X dit Y a volé le pain

-

-

-

-

+

X dit que c’est Y qui a volé le pain

-

-

-

-

+

X disait que c’était Y qui avait volé le pain

-

-

-

-

+

+ signifie que cet énoncé est attesté dans au moins un récit du groupe en question ; - signifie que cet énoncé n’est pas attesté dans les récits du groupe.

60Les intervalles d’usage mis en évidence dans le tableau se chevauchent peu, ce qui témoigne de l’évolution systématique des moyens de rapporter le discours d’une année à l’autre. En même temps, l’existence d’un intervalle d’usage montre bien qu’il n’existe pas une seule façon de rapporter le discours à un stade donné mais un ensemble de moyens résultant de l’interaction variable entre les contraintes discursives et phrastiques en vigueur à un stade donné.

61Cette étude porte sur un échantillon réduit d’usagers du français L2 et L1 et son élargissement à d’autres locuteurs, de langues sources éventuellement distinctes, est souhaitable afin de tester le positionnement des bornes de l’intervalle d’usage du discours rapporté à différents moments du processus acquisitionnel.

Haut de page

Notes

1 Le terme « discours » est ici employé au sens large : il désigne toute forme de communication verbale et non verbale.  Il peut s’agir d’une parole réellement prononcée et entendue, ou d’une parole non formulée mais transmise au travers de moyens kinésiques (postures, mimes et gestes).

2 Dans le programme de recherche européen, financé par la European Science Foundation (ESF) de 1981 à 1987 et portant sue l’acquisition de cinq langues cibles par 40 travailleurs immigrés de six langues sources distinctes, cette tâche de récit de film fait partie d’une série destinée à être répliquée d’un cycle à l’autre. Cette tâche constitue un bon compromis entre authenticité et contrôlabilité des données (cf. Perdue 1993).

3 Opter pour un corpus de comparaison en L1 permet de situer les usages d’apprenants sur un continuum plus vaste d’usages, parmi lesquels se trouvent les usages natifs. À défaut de pouvoir évaluer l’impact de l’âge sur les moyens de rapporter le discours, nous considérons que les moyens mis en œuvre par de jeunes adultes pour rapporter le discours des protagonistes en français L1 est comparable aux moyens qu’emploieraient des adolescents.

4 Les conventions de transcription des extraits de récit oraux sont les suivantes :
/ / : écriture phonétique
sagen@:  mot allemand
[=g dire] : traduction en français du mot
:::: allongement de la syllabe
+ pause
++ pause plus longue
- oui réplique de l’enquêteurIl s’agit des conventions CHAT adaptées et simplifiées pour les besoins de l’analyse. Ainsi, les répétitions de mots ou morphèmes sont transcrites mais non signalées comme telles. Même si la polyphonie du discours est évidente, les guillemets ne sont pas utilisés dans les transcriptions pour signaler le discours direct, le caractère « direct » du discours étant un des objets de l’analyse et de la discussion.

5 Plusieurs indices nous ont incités à considérer qu’une phrase est distincte d’une autre, tous énoncés (L1 et L2) confondus : emploi ou pas d’un verbe de dire, si emploi du verbe de dire, emploi d’une forme auxiliée ou pas, mention ou pas, ou dans une autre langue, du procès, expression de la localisation temporelle du procès par auxiliation, ou suffixation du verbe, ou les deux, si emploi d’un verbe de copule, présent ou imparfait, emploi d’une structure clivée ou pas dans l’énoncé rapporté, emploi d’un subordonnant ou pas. Une phrase est distincte de l’autre dès lors qu’elle s’en distingue par au moins un élément listé ci-dessus.

6 Parmi les formules données sur la fiche lexicale figure également la fille a volé le pain. Par conséquent on ne peut affirmer que la non mention du procès est due à l’absence des moyens de référer au procès. La sélection de c’est la fille pas l’homme, plutôt que la fille a volé le pain reflète davantage l’état du système linguistique de l’apprenant à ce stade de développement.

7 SN : syntagme nominal, Cop : verbe copule, Pro : pronom, / : alternative.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyrille Granget, « Le développement du discours rapporté en français l2 », Acquisition et interaction en langue étrangère [En ligne], 26 | 2008, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/aile/3212

Haut de page

Auteur

Cyrille Granget

Université de Nantes

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page