Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

La conception stoïcienne de la « bonne délibération » (εὐβουλία) : une réponse à Platon et Aristote ?

The Stoic Concept of “good deliberation” (εὐβουλία): a response to Plato and Aristotle?
La concezione stoica della “buona deliberazione” (εὐβουλία): una risposta a Platone e Aristotele?
Sophie Aubert-Baillot

Résumés

Dans cet article, nous examinons une notion éthique à la fois importante et polysémique, l’εὐβουλία, que les Stoïciens ont remodelée en s’inspirant principalement de Platon mais aussi, dans une moindre mesure, d’Aristote. Définie comme une science et une vertu, portant sur l’action comme sur la théorie, elle a pour objet l’utile et illustre à ce titre l’intérêt du Portique pour une sagesse ancrée dans la pratique. Dépouillée chez les Stoïciens de sa dimension politique, elle permet à l’homme ou à Dieu, dans un dialogue intérieur, de bien délibérer sur l’individu, dont les intérêts se confondent avec ceux de la collectivité, ou sur l’univers.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir M. Detienne et J.-P. Vernant, Les ruses de l’intelligence. La mètis des Grecs, Paris, Flammar (...)
  • 2 Voir P. Aubenque, La prudence chez Aristote (4e édition), Paris, PUF, 20044 (1963), p. 118, à prop (...)
  • 3 P. Aubenque, La prudence, ouvr. cité, p. 113, n. 3, à propos de l’εὐβουλία chez Aristote.
  • 4 Cf. R.-A. Gauthier et J.-Y. Jolif, Aristote. Éthique à Nicomaque, Paris et Louvain, Nauwelaerts, 1 (...)
  • 5 Voir la traduction d’É. Chambry pour le passage de Platon, Rsp., IV, 428b6.
  • 6 Voir la traduction d’É. Chambry pour le passage de Platon, Rsp., I, 348d2.
  • 7 Cf. R. Goulet à propos de l’εὐβουλία stoïcienne telle qu’elle est définie par Diogène Laërce, VII, (...)
  • 8 Voir M. Schofield, « Euboulia in the Iliad », CQ 36, 1986, p. 6-31 ; J. Hesk, « Euripidean eubouli (...)
  • 9 Cf. T.D.J. Chappell, « The virtues of Thrasymachus », Phronesis 38, 1993, p. 1-17 ; A. Hourcade, « (...)
  • 10 Cf. R.-A. Gauthier et J.-Y. Jolif, Aristote, ouvr. cité, t. II, 2, p. 509-519 ; P. Aubenque, La pr (...)

1Notion éthique à la fois importante et polysémique, l’εὐβουλία pose de redoutables problèmes d’interprétation puisqu’on la traduit tantôt par « la délibération en vue d’un bien »1, la « délibération en vue du bien »2, « la bonne délibération »3, tantôt par « le bon conseil »4, « la sagesse dans les conseils »5, tantôt encore par « le discernement »6, « le bon jugement »7. En outre, si elle a déjà fait l’objet de plusieurs études à propos de ses emplois littéraires (notamment tragiques et épiques8) ou philosophiques (en particulier chez Platon9 et Aristote10), elle n’a pas encore été analysée, à notre connaissance, dans le contexte stoïcien. Or les penseurs du Portique nous semblent l’avoir remodelée en réponse tant à l’auteur de la République qu’à celui de l’Éthique à Nicomaque, et ce sont les modalités ainsi que les enjeux d’une telle transformation que nous souhaiterions examiner ici.

  • 11 Stobée, Ecl., II, 7, 5b5, 6-8 ; p. 63, 11-13 W. (= SVF, III, 280 = LS 61D) : « Car le domaine de l (...)
  • 12 Stobée, Ecl., II, 7, 5b5, 6-8 ; p. 63, 11-13 W. (= SVF, III, 280 = LS 61D) : Φρονήσεως μὲν γὰρ εἶν (...)
  • 13 Aristote, Nic., VI, 5, 1140b8-10 : (...) Περικλέα καὶ τοὺς τοιούτους φρονίμους οἰόμεθα εἶναι, ὅτι (...)

2Précisons d’emblée qu’il existe au sein du Portique plusieurs définitions de l’εὐβουλία, qui toutes s’inscrivent dans le contexte de la description des vertus subordonnées à la prudence (φρόνησις). Aussi leur champ d’application est-il identique : de même que la prudence régit principalement le domaine de l’action sous l’angle de la théorie comme de la pratique11, l’εὐβουλία a trait aux actions à effectuer, comme en témoigne le polyptote πράττοντες / πράξομεν dans l’énoncé de sa définition chez Diogène Laërce et Stobée, tout en possédant un versant théorique puisqu’elle est, toujours selon Diogène Laërce, « la science qui permet d’examiner (σκοπεῖσθαι) quelles actions accomplir et comment les accomplir pour agir de façon utile ». Le verbe σκοπεῖσθαι évoque la formule de Stobée d’après laquelle « le domaine de la prudence (φρονήσεως), ce sont, à titre primordial, la théorie (τὸ μὲν θεωρεῖν) et la pratique de ce qui doit être fait »12, formule faisant elle-même écho à la phrase aristotélicienne selon laquelle « Périclès et les hommes de ce genre sont prudents (φρονίμους), croyons-nous, en ce qu’ils sont capables de considérer (θεωρεῖν) ce qui est bon pour eux-mêmes et pour les hommes »13. La prudence – et par conséquent, pour les Stoïciens, l’εὐβουλία qui en est une ramification – se définit donc pour ces penseurs, de même que pour Aristote, comme une vertu intellectuelle, tout en portant sur l’action.

  • 14 Notons en outre que Cléanthe était l’auteur d’un traité Περὶ εὐβουλίας (= SVF, I, 481).

3En plus d’établir un lien étroit avec la prudence, les quatre définitions de l’εὐβουλία énoncées par les philosophes du Portique ont pour point commun de figurer dans des fragments vétéro-stoïciens14, quoique l’on rencontre dans les Pensées de Marc Aurèle une allusion précise à la définition canonique que nous en ont conservée Diogène Laërce, Stobée et, sous une forme très ramassée, le pseudo-Andronicos. En voici, dans l’ordre indiqué, les trois premières formules dont aucune n’est assignée à un scolarque précis, ce qui nous invite à les envisager comme des fragments bien établis de doxographie stoïcienne :

  • 15 Diogène Laërce, VII, 93 (= SVF, III, 265) : trad. R. Goulet, retouchée.

Τὴν δὲ εὐβουλίαν ἐπιστήμην τοῦ σκοπεῖσθαι ποῖα καὶ πῶς πράττοντες πράξομεν συμφερόντως15.

L’εὐβουλία est la science qui permet d’examiner quelles actions accomplir et comment les accomplir pour agir de façon utile.

  • 16 Stobée, Ecl., II, 7, 5b2 ; p. 60, 24-25 W. (= SVF, III, 64) : trad. personnelle.

Εὐβουλίαν μὲν οὖν εἶναι λέγουσιν ἐπιστήμην τοῦ ποῖα καὶ πῶς πράττοντες πράξομεν συμφερόντως16.

[Les Stoïciens] déclarent ainsi que l’εὐβουλία est la science déterminant quelles actions accomplir et comment les accomplir pour agir de façon utile.

  • 17 [Andronicos], Περὶ παθῶν, II, 3, 2, p. 243, 37 Glibert-Thirry (= SVF, III, 267) : trad. personnell (...)

Εὐβουλία μὲν οὖν ἐστιν ἐπιστήμη συμφερόντων17.

L’εὐβουλία est donc la science des choses utiles.

  • 18 Sextus Empiricus, M., IX, 167-168 (cité partiellement en SVF, III, 274).

4Une quatrième définition se trouve chez le Sceptique Sextus Empiricus18, mais nous l’aborderons plus loin, car elle est plus problématique et ne fait pas mention de la visée de cette science – « agir de façon utile » – dont l’apparent pragmatisme peut surprendre tant il semble occulter la dimension éthique de l’εὐβουλία. Toutefois, l’utile ne s’oppose nullement à la vertu mais représente au contraire l’une des facettes du bien, selon l’un des dogmes fondamentaux du Portique :

  • 19 Diogène Laërce, VII, 98-99 (= SVF, III, 87) : trad. R. Goulet. Voir encore Stobée, Ecl., II, 7, 5d (...)

Πᾶν δὲ ἀγαθὸν συμφέρον εἶναι καὶ δέον καὶ λυσιτελὲς καὶ χρήσιμον καὶ εὔχρηστον καὶ καλὸν καὶ ὠφέλιμον καὶ αἱρετὸν καὶ δίκαιον. Συμφέρον μὲν ὅτι φέρει τοιαῦτα ὧν συμβαινόντων ὠφελούμεθα19.

Tout bien est bénéfique (συμφέρον), nécessaire, profitable, salutaire, utile, beau, avantageux, désirable et juste. Bénéfique parce qu’il nous fait bénéficier (φέρει) des choses dont la venue nous est avantageuse.

5Cela signifie-t-il pour autant que le sage, seul détenteur de l’εὐβουλία sous sa forme de science, n’accomplira que des actions vertueuses ? Avant de répondre à cette question, il convient d’examiner plus attentivement la notion d’utilité (συμφέρον) inhérente à la définition de l’εὐβουλία.

  • 20 Marc Aurèle, VI, 45 : Κοινότερον (...) τὸ συμφέρον ἐπὶ τῶν μέσων (...) (trad. É. Bréhier).
  • 21 C’est en ce dernier sens que selon Marc Aurèle, « l’utilité de tout ce qui advient est évidente, n (...)
  • 22 Rappelons que le devoir (τὸ καθῆκον) est « ce qui, une fois accompli, comporte une justification r (...)
  • 23 Stobée, Ecl., II, 7, 5b2 ; p. 60, 13 W. (= SVF, III, 264) : trad. personnelle.

6Quoique le bien, la vertu et l’utile se recouvrent dans la doctrine du Portique, ce qui rapproche l’εὐβουλία stoïcienne de la conception qu’en offrait Platon, il convient de ne pas oublier que selon Marc Aurèle, « le mot utile, dans son sens général, (...) s’applique aux choses moyennes (τῶν μέσων) »20, autrement dit aux intermédiaires qui ne sont ni des biens ni des maux, mais des indifférents, lesquels peuvent être à leur tour divisés en non-préférables et préférables21 : ce sont en l’occurrence ces derniers que recouvre la notion de συμφέρον. Sur le plan de l’action à présent, l’adverbe συμφερόντως indique que le domaine d’application de l’εὐβουλία est celui des convenables (ou des devoirs, καθήκοντα)22. Cela correspond précisément à l’une des définitions stoïciennes de la φρόνησις, dont l’εὐβουλία est une subdivision : elle est « relative aux devoirs (περὶ τὰ καθήκοντα γίνεσθαι) »23. On constate donc que tout en étant une vertu et une science, au même titre que la prudence, l’εὐβουλία a trait aux actions (dans le cas des devoirs) ou aux choses (dans le cas des préférables) intermédiaires, communes à la fois aux sages et aux insensés. Ce qui distinguera donc les premiers des seconds sera non la matière de leur action, mais leur manière d’agir.

  • 24 Sextus Empiricus, P., II, 81-83 (absent des SVFFDS, 322 = LS 33 P) : « On dit que le vrai (τὸ ἀ (...)
  • 25 Stobée, Ecl., II, 7, 11m ; p. 111, 13-17 W. (= SVF, III, 554) : Τῷ μέντοι ψεύδει ποτὲ συγχρήσεσθαι (...)
  • 26 T. Bénatouïl, La pratique du stoïcisme : recherche sur la notion d’usage (χρῆσις) de Zénon à Marc (...)
  • 27 M. Detienne et J.-P. Vernant, Les ruses de l’intelligence, ouvr. cité Sur la place de la μῆτις dan (...)

7Cette conclusion est corroborée par un autre emploi du mot συμφέρον. Au nom de la triple distinction qu’ils établissent entre le vrai et la vérité24, les Stoïciens admettent que le sage trompe son entourage au cas où les circonstances l’exigeraient, et qu’il puisse « parfois faire usage du faux de bien des manières, sans assentiment, aussi bien en effet, en tant que général contre les ennemis, qu’en prévision de ce qui est utile (τοῦ συμφέροντος) et pour gérer beaucoup d’autres affaires de la vie »25. Pour reprendre l’analyse de Thomas Bénatouïl, « chez le sage, le vrai et le faux sont donc bien utilisés, c’est-à-dire mis à profit dans une action qui neutralise leur valeur négative : en témoignent la distance pratique entre l’objet utilisé et son utilisateur, qui ne lui donne pas son assentiment, ainsi que celle qui sépare l’objet et l’objectif de l’usage, qui est purement pratique et n’implique aucune tromperie – une double distance rendue possible par la disposition vertueuse du sage, qui le rend capable de manier le faux sans devenir faussaire. (...) Le critère moral de la disposition n’est ni un critère abstrait et a priori, qui autoriserait le sage à faire n’importe quoi dans chaque situation donnée, ni psychologique a posteriori, équivalant à celui de l’intention. Il s’agit d’un critère pratique qui exige que le sage possède l’art d’approcher et de manipuler ce qui devrait normalement compromettre et détruire ses dispositions »26. C’est là une forme de μῆτις, cette intelligence rusée dont Marcel Detienne et Jean-Pierre Vernant ont montré l’importance dans la pensée grecque en omettant toutefois d’étendre leurs conclusions à la philosophie du Portique, qui lui accorde pourtant une place très importante27.

  • 28 T. Bénatouïl, La pratique, ouvr. cité, p. 619.
  • 29 Diogène Laërce, VII, 93 (= SVF, III, 265) : trad. R. Goulet, retouchée.
  • 30 Cf. Épictète, Diatr., II, 16, 16 : « Qui, en délibérant, se préoccupe de sa délibération elle-même (...)
  • 31 Nous renvoyons sur cette question à l’ouvrage de T. Bénatouïl, Faire usage : la pratique du stoïci (...)

8Les Stoïciens considèrent donc la sagesse non comme « une puissance monovalente qui ne s’autoriserait à commettre que certaines actions, à ne fréquenter que certaines personnes et à ne manipuler que certains objets, mais comme une puissance universelle et polyvalente capable de rendre vertueuses toutes les actions et de tirer parti de toutes les situations »28, et cette conclusion vaut pour l’ensemble de ses composantes, dont l’εὐβουλία. Définir celle-ci comme « la science qui permet d’examiner quelles actions accomplir et comment les accomplir pour agir de façon utile »29 revient donc non pas à imposer au sage, dont la science est l’apanage, de ne se livrer qu’à un certain type d’actions, ni même d’obtenir infailliblement ce à quoi il aspirait dans sa délibération, mais de s’y livrer dans une disposition d’esprit vertueuse, l’action elle-même n’étant qu’un indifférent30. On remarque par là que si l’εὐβουλία est bien une science (comme l’indique sa définition) et une vertu (en tant que subdivision de la φρόνησις), c’est-à-dire un état de perfection intellectuelle et morale, la prise en compte, dans sa description, de la nature (ποῖα) des actions à accomplir ou de la manière de les effectuer (πῶς πράττοντες) reflète également la conception stoïcienne de l’usage et traduit l’attention que portaient ces philosophes à la pratique31.

  • 32 Sur la synonymie des adverbes εὖ (« de façon bonne »), καλῶς (« de façon belle ») et συμφερόντως ( (...)
  • 33 P. Aubenque, La prudence, ouvr. cité, p. 116. Voir Aristote, Rhet., I, 6, 1362a17-21 : « Puisque l (...)
  • 34 Aristote, Nic., VI, 5, 1140a26 ; 1140a31 ; VI, 10, 1142b31-32.
  • 35 Aristote, Nic., VI, 10, 1142b32-33 (trad. P. Aubenque).
  • 36 Voir les textes cités par R.-A. Gauthier et J.-Y. Jolif, Aristote, ouvr. cité, t. II, 2, p. 509-51 (...)
  • 37 L’εὐβουλία est ἀγαθοῦ τευκτική (Aristote, Nic., VI, 10, 1142b22), ce qui permet de la refuser à l’ (...)
  • 38 Aristote, Nic., VI, 10, 1142b21-26.
  • 39 Aristote, Nic., VI, 10, 1142b26-27.
  • 40 Aristote, Nic., VI, 10, 1142b27-28 : ὀρθότης ἡ κατὰ τὸ ὠφέλιμον, καὶ οὗ δεῖ καὶ ὣς καὶ ὅτε (trad. (...)
  • 41 P. Aubenque, La prudence, ouvr. cité, p. 116-117.

9En insistant sur l’utile dans leur définition de l’εὐβουλία, les Stoïciens ont sans doute souhaité répondre à Aristote, tout en faisant de l’utile non le moyen, mais la finalité de celle-ci, ce qui se justifie par l’équivalence posée entre l’utile et le bien dans leur pensée philosophique32. Pour le Stagirite en revanche, « la délibération ne porte pas sur la fin, mais sur les moyens, non pas sur le bien, mais sur l’utile »33. C’est pourquoi il introduit parmi les vertus intellectuelles escortant la prudence, qui est elle-même intimement liée à la délibération puisque le prudent est l’homme capable de délibérer (βουλευτικός) et plus précisément de bien délibérer (καλῶς βουλεύσασθαι)34, le concept de bonne délibération (εὐβουλία), qu’il définit comme « une rectitude relative à ce qui est utile (τὸ συμφέρον) à la réalisation d’une fin, utilité dont la prudence est l’aperception vraie » (ὀρθότης ἡ κατὰ τὸ συμφέρον πρὸς τὸ τέλος, οὗ ἡ φρόνησις ἀληθὴς ὑπόληψίς ἐστιν)35. Voici ce qu’écrit à ce propos Pierre Aubenque dans son analyse de la prudence chez le Stagirite : « (...) ici encore, Aristote ne parvient pas à se dégager des implications politiques de la notion qui, dans la langue populaire, désigne plutôt l’habileté et le sang-froid dans le choix des moyens36 que la droiture de l’intention. Dès lors, dans la description de l’εὐβουλία, il range pêle-mêle le caractère moral de la fin37 et le discernement du moyen le plus convenable38 et même la durée optima, ni trop longue ni trop courte, de la délibération39, de sorte que l’εὐβουλία est finalement définie comme “rectitude relative à l’utile, portant à la fois sur la fin à atteindre, la manière et le temps”40. On le voit, Aristote ne parvient pas à distinguer clairement les conditions de l’action techniquement efficace et celles de l’action moralement bonne, la définition de l’utile et celle du bien. Il est vrai que l’ambiguïté est d’abord imputable à la langue grecque : on a souvent souligné la double connotation, utilitaire et morale, d’expressions comme ἀγαθός, εὖ, εὖ πράττειν (...) »41. Or, non seulement les Stoïciens ont toujours considéré que la langue populaire recélait précisément une vérité primitive que la philosophie devait chercher à dégager, mais ils ont parfaitement assumé dans leur système l’ambiguïté décrite par P. Aubenque, en identifiant l’utile au bien et en conciliant dans leur définition de l’εὐβουλία l’attention portée aux circonstances concrètes de l’action et la moralité de la fin à atteindre, qui est garantie par l’état gnoséologique de celui qui détient cette science – en l’occurrence, un sage.

10Cette conception à la fois morale et fort pragmatique de cette vertu qu’est l’εὐβουλία prend tout son sens si on la replace dans le contexte de la description que livre Stobée des subdivisions de la prudence qui, comme les trois autres vertus cardinales que sont le courage, la tempérance et la justice, englobe plusieurs vertus subordonnées dont le calcul juste (εὐλογιστία), la vivacité d’esprit (ἀγχίνοια), la réflexion (νουνέχεια), la sagacité (εὐστοχία), l’inventivité (εὐμηχανία) – mais aussi l’εὐβουλία.

  • 42 Stobée, Ecl., II, 7, 5b1, p. 59, 4-6 W. ; II, 7, 5b2, p. 60, 18-20 et p. 60, 24-61, 7 W. (= SVF, I (...)

Φρόνησιν δ᾽ εἶναι ἐπιστήμην ὧν ποιήτεον καὶ οὐ ποιήτεον καὶ οὐδετέρων, ἢ ἐπιστήμην ἀγαθῶν καὶ κακῶν καὶ οὐδετέρων φύσει πολιτικοῦ ζῴου (...). Τῇ μὲν οὖν φρονήσει ὑποτάττεσθαι εὐβουλίαν, εὐλογιστίαν, ἀγχίνοιαν, νουνέχειαν, <εὐστοχίαν>, εὐμηχανίαν (...). Εὐβουλίαν μὲν οὖν εἶναι λέγουσιν ἐπιστήμην τοῦ ποῖα καὶ πῶς πράττοντες πράξομεν συμφερόντως· εὐλογιστίαν δὲ ἐπιστήμην ἀνταναιρετικὴν καὶ συγκεφαλαιωτικὴν τῶν γινομένων καὶ ἀποτελουμένων· ἀγχίνοιαν δὲ ἐπιστήμην εὑρετικὴν τοῦ καθήκοντος ἐκ τοῦ παραχρῆμα· νουνέχειαν δὲ ἐπιστήμην <τῶν χειρόνων καὶ βελτιόνων· εὐστοχίαν δὲ ἐπιστήμην> ἐπιτευκτικὴν τοῦ ἐν ἑκάστῳ σκοποῦ· εὐμηχανίαν δὲ ἐπιστήμην εὑρετικὴν διεξόδου πραγμάτων42.

La prudence est la science de ce qui devrait et ne devrait pas être fait et des actions neutres, ou la science des biens, des maux et de ce qui n’est ni l’un ni l’autre pour un être politique par nature (...). À la prudence sont subordonnés l’εὐβουλία, le calcul juste, la vivacité d’esprit, la réflexion, la sagacité, l’inventivité (...). [Les Stoïciens] déclarent ainsi que l’εὐβουλία est la science déterminant quelles actions accomplir et comment les accomplir pour agir de façon utile (ἐπιστήμην τοῦ ποῖα καὶ πῶς πράττοντες πράξομεν συμφερόντως) ; le calcul juste, la science mettant en balance et récapitulant les actes en cours et ceux accomplis ; la vivacité d’esprit, la science permettant de trouver sur-le-champ ce qu’il convient de faire ; la réflexion, la science <permettant de distinguer> le pire et le mieux ; la sagacité, la science permettant d’atteindre au but dans chaque domaine ; l’inventivité, la science permettant de trouver une issue dans les affaires.

  • 43 Diogène Laërce, VII, 92 (= SVF, III, 265). C’est également le cas chez [Andronicos], Περὶ παθῶν, I (...)

11Parmi ces vertus, qui toutes traduisent des capacités d’adaptation aux circonstances relevant traditionnellement de la μῆτις évoquée plus haut, l’εὐβουλία occupe une place prépondérante. Citée en premier dans le texte de Stobée, elle est la seule, avec la vivacité d’esprit (ἀγχίνοια), à apparaître comme une ramification de la φρόνησις dans l’exposé doxographique de Diogène Laërce au livre VII, d’où sont absentes les quatre autres vertus subordonnées43.

  • 44 Aristote, Nic., VI, 10, 1142b2-5 : ἄνευ τε γὰρ λόγου καὶ ταχύ τι ἡ εὐστοχία, βουλεύονται δὲ πολὺν (...)
  • 45 Stobée, Ecl., II, 7, 5b2, p. 61, 5-6 W. (= SVF, III, 264) : trad. personnelle.
  • 46 Voir sur ce point A.A. Long, « Stoic Reactions to Plato’s Cratylus », in M. Canto-Sperber et P. Pe (...)

12Il semble par ailleurs que les Stoïciens, tout en préférant la théorie platonicienne à la conception aristotélicienne de l’εὐβουλία, aient eu en mémoire l’enseignement du Stagirite au moment d’élaborer leur liste des subdivisions de la φρόνησις, tant les échos textuels entre le passage de Stobée mentionné ci-dessus et le début du chapitre 10 du livre VI de l’Éthique à Nicomaque sont frappants. Sur les six vertus recensées par les Stoïciens, trois se trouvaient déjà dans le texte aristotélicien, dont l’εὐβουλία, l’εὐστοχία et l’ἀγχίνοια, quoique leur acception soit différente dans les deux cas. Chez Aristote, l’εὐστοχία ou « sagacité » est définie comme « quelque chose d’instantané », « se passant de raisonnement », et se distingue de l’εὐβουλία dans la mesure où « quand on délibère, on y met beaucoup de temps ; et l’on dit que, s’il faut exécuter rapidement la résolution qu’on a prise après délibération, il faut délibérer avec lenteur »44. Les Stoïciens en revanche, loin d’insister sur cette distinction temporelle entre les deux vertus, décrivent l’εὐστοχία comme « la science permettant d’atteindre au but dans chaque domaine » (<ἐπιστήμην> ἐπιτευκτικὴν τοῦ ἐν ἑκάστῳ σκοποῦ)45. Son rapprochement avec l’εὐβουλία dont fait état le texte de Stobée tirerait peut-être son origine d’un passage du Cratyle – dialogue dont on sait combien il a influencé les philosophes du Portique46 – où Socrate analyse l’étymologie du nom δόξα (« opinion ») ainsi que les mots appartenant au même champ lexical comme βουλή (« volonté », « délibération ») :

  • 47 Platon, Crat., 420c3-8 : trad. É. Chambry, retouchée.

(...) ὥσπερ γε καὶ ἡ βουλή πως τὴν βολήν, καὶ τὸ βούλεσθαι τὸ ἐφίεσθαι σημαίνει καὶ <τὸ> βουλεύεσθαι· πάντα ταῦτα δόξῃ ἑπόμεν’ ἄττα φαίνεται τῆς βολῆς ἀπεικάσματα, ὥσπερ αὖ καὶ τοὐναντίον ἡ ἀβουλία ἀτυχία δοκεῖ εἶναι, ὡς οὐ βαλόντος οὐδὲ τυχόντος οὗ τ’ ἔβαλλε καὶ ὃ ἐβούλετο καὶ περὶ οὗ ἐβουλεύετο καὶ οὗ ἐφίετο47.

De même aussi, la βουλή (volonté / délibération) désigne le jet (τὴν βολήν) et vouloir (τὸ βούλεσθαι) signifie « s’élancer vers » (τὸ ἐφίεσθαι), comme aussi délibérer (<τὸ> βουλεύεσθαι). Tous ces mots, à la suite de δόξα (l’opinion) semblent représenter le jet (τῆς βολῆς), de même qu’au rebours l’imprudence (ἡ ἀβουλία) semble être le fait de manquer le but (ἀτυχία), en ce sens qu’on ne frappe (οὐ βαλόντος) ni n’atteint (οὐδὲ τυχόντος) ce qu’on cherchait à frapper, ce qu’on voulait (ὃ ἐβούλετο), ce dont on délibérait (περὶ οὗ ἐβουλεύετο), ce que l’on désirait.

  • 48 Cicéron, Fin., III, 22 (= SVF, III, 18 = LS 64F).
  • 49 Cf. R.-A. Gauthier et J.-Y. Jolif, Aristote, ouvr. cité, t. II, 2, p. 511.

13De même que la définition de l’εὐστοχία par les Stoïciens évoque leur distinction entre la « fin » (τέλος) et le « but » (σκοπός), la première consistant à tout faire pour atteindre la cible, le second, à atteindre la cible sans que cela soit un objectif à rechercher mais simplement à choisir de préférence, ce qui en fait un préférable (καθῆκον), selon la métaphore de l’archer exposée par Caton au livre III du De Finibus de Cicéron48, de même l’εὐβουλία, qui figure en creux dans le texte platonicien comme antonyme de l’ἀβουλία (« irréflexion », « imprudence »), consisterait à atteindre le but et à frapper la cible, pour reprendre la comparaison socratique du lancer de projectile49. Voilà qui explique peut-être que ces deux vertus aient été rapprochées par les Stoïciens – sans être pour autant confondues, tout comme chez Aristote – et constituent toutes deux des ramifications de la φρόνησις.

  • 50 Platon, Theaet., 144a6-7 ; Rsp., VI, 503c2 ; Leg., V, 747b4-5.
  • 51 Aristote, Nic., VI, 10, 1142b2-5.
  • 52 Aristote, An. post., I, 34, 89b10-11 : Ἡ δ’ ἀγχίνοιά ἐστιν εὐστοχία τις ἐν ἀσκέπτῳ χρόνῳ τοῦ μέσου (...)
  • 53 Stobée, Ecl., II, 7, 5b2 ; p. 61, 2-4 (= SVF, III, 264) : ἀγχίνοιαν δὲ ἐπιστήμην εὑρετικὴν τοῦ καθ (...)
  • 54 Stobée, Ecl., II, 7, 11p ; p. 113, 24-114, 3 W (= SVF, III, 529) : « Même parmi les sages, certain (...)

14Venons-en à présent à l’étude de la vivacité d’esprit ou ἀγχίνοια, dont nous avons indiqué plus haut que les Stoïciens l’associaient de façon privilégiée à l’εὐβουλία. Elle fait partievons inliste n claié », -iden eque e, avecduisenen Marcapfinie cγχla cibl2b22), ceία, aincer de projectileÉthique etout srtus aitote, tout ιά ἐστιν s Stous avdée à undeuxncer de projectileDs deux vεὐστοχία comme « la science permettant de trouver sur-le-champ ce qu’il c(ϑρετικὴν τοῦ κάττειν (...) ».i figureς indiquparautrement dit a,arti à leution temui ne eόνce dε. Les Stoïciail faειlle estqrfectioectiopπό(θήκοντος ἐκ τοῦ )βουet ms phactioais rep) ;l’utéfinie ftn39"ία, qciaυμφέρ38 e lus ae menpheurdélibétotélicienne de l’εievment numbeenons-oectine se et q xun d (« éfi du nbserv», «  et le «€τυ (τὸ βs sa descriptit pas modactisnature (ποῖα) des actent les accomplir pour ag (καθῆn>De même qrepnsmisl’ar doxographique da φρόνησις.

  • 35 Aristote, Nic.. II, 2, p. 511.

De mên9cmais ilst se distingue de l’), à apparop courte, de la délibération25. P la prudence, l’"#ftn20">ne v ὐστοχa>, le concept de bo (« phie[Les ir. Pour tosur la r les nt à l’unee à ent, d’srtua fent été="num">43 état le » (pe udo-ment le caélibération ») :

  • 5span class="num">18 Sextus Empiricus, M., IX, 167-168 (cité partiellement en SVF, III, 264) : trad. personnelle.

λίνιστe aux devντοοῖτοχevνϖπρ΂ ἐντs deκ ption élibéρετά τ δό.τsagacνϽϼ>(.. ἀγχίολήμοrer (<τὸ> βοὲ εράττεσθαι ἔην λααὶ cati ζνespχρ ἔην ς ὶi τὴν βἔχίοαὄδηόνϽτα ἐ la délibération47.

, le concept de bon) désigneάττεσθαι ),εὐβουλία d)χa>, le concept de bon)ὐ la prudence, l)e de Stoau rebounéral,l’atteuler q l’homme cade bon) ifications dς ὑπόλ συμφέρrs de délibére)ef="marq de lque de ctuea>, le concept de bon) désigneάττεσθαι ), de lqu « qble de délibὗ ἲο)II, 265). . Si de lqu « qble de délibὗ ἲο) φρόνer sur-let as39">39inie comme phie du νenbscibé;marq ment, a rpré utilisνenbscib, de ln lqu « qbait (ἶναρὶ οὗ ἲο βα lque de ctuea>, le concept de bon) désigneάττεσθαι ),rfois33 P) imement liée à (βουλή σθου)vertuasteoïcne se e qui nbscib,la déliρόνeéfinit stoïcisme :ccomplir ou 5).ermettavα. 6">3on soit dif’adaptation inion) sese et cell ont/a>mces deuβοόντωieuln lqu « qbait (οrer (<τὸ> βο βα lque denectuea>, le concept de bon)eάττεσθαι ). Pioais s actionès dique de celui q’ocatteindr-let as39">39inie comme phie du νenbscibe l’on désirait.

  • 5span classDsoit dif 24-1iellement en S, H.mme nvesnimλία ment, a rient déj« opinir gérer befs momaiss enthles sages, cert’ (...)
  • 5span class="num">38 Aristote, Nic.38 Aristote,les sages, cert8 (...)
  • 5span class="num">39 Aristot(= , Limement liée à ltn39" sur la s devoiem>a r deux ves actins acces sages, cert9in (...)

Cette cn39"artrpption ia »hiloso="num">srtua f), c« se passaoilà qui ex«2eenons-somorale, a justice, mena>mcessent descendnce m à la conception.3ement liée à (βουλή σθet (τn33sagnt, a e l’amb qu’il définit stoïc(αὶitation)cisme :ccomplir ou 5).ermettavα. 6">3on soit dif’adaptation inion) ses (« phieβουs d>Cette cnmul», et seu livre VI de l’Éthique úαθqrfectiomas noséologiqu « qbl="υλερόρὶ οα δόδ) t stoïc(ns, κ)s lόντ mais sur l’utile »atteprochées pns de la prses dtragmartain rejgative">46 re pun dtal’importancdp equeélibération ») :

, le concept de bo,1ent ainsi que l] ibétotcell ont/a>mces aitr valeunt, aus, en ct stoïcait c9" sur.à ltige quen lvoira φdis P) ima>, le concept de bonνeéfiftn39"-à concept de bon)ὐ 89b1ent ainsi que l’ γε καne fo)s l’t gnoséologiqu « qbt stoïc lόντ e l’on désirait.

  • 6span classSfet, Ep Stobé53Nic., -lecelle soan> té entoue qui dsi qrenDticF(...)
  • 62pan class="numgnéns acc">46 an> Cf. Épictète, ; <1>Rhet4. II, 2, p. 511.

mmétanuljust/a> egnéns accxposée par Caton au liescris leorum du De Finibu. D figcient dès dm’intenent lCarnéadi"-à coierres et àflète également la conceptsieux,inhcceptient ces oralatteindrpcien> aui exnt à lle, d’iailgaleactiopcissême intim-dire un , t pratiqutoïcme don d’eciens ceutraon-trenii qε. nt, ausi figureent la smα, le matiqhu indiqopinion) semettavct, aie sur la me d certatte aestsque dans « seef="#fAcaememns le dégaiens t/stioλία. Elelui qopiant dansent leffirms et àfl matiqtrenie spdonc de lνίαettanm-dire un , fén mla scien-gnocerendue fà choiset àSfet,ement liée à saια)tude relatéviion putns, des mbétotcelltex sur l’utile » raiaut pouro c« se passaonionidtré l’irepnsnseions sur cett P. Aons inliste n chu indisiatteieuxef="#ftlèvec">46 éfin doutssouha la mgus acccarnéad l’utilundont fait genc At/alisophiesἀβsearti e. Citéelètetinuyen, mais lla scSfet,

46moi rais>4646moi rnX, 16τicherà dégaiment lin, ">46nt eu enβ,putns, des m deuutiles actioes,jdoi que leccute des actue leims efE pt l’sdntotoAriiment lin, ">46rpré lytant(uver sur-lecellnm-α. Eler, ai),ainsn csacr fiuneeamaisi"e iuneeamaisi"e onir psistotisermcessaisi"f sesiatcunnature (voiem>aes Stoïcm’idet m20">atteieuxd, d’t l’sdο de ctuha l>. Son rses . Siiens sdn lqu « qος)ὐστοχία, βο) ">46rpréens, des moent dunirnl,jla ds précisément de br (<τὸ> βο ">46moience, φjla dsce qui pe( τιψὐ)ns, des mρόνeve à cτe aux devντο κατὰ τῦ κ)ef="m-lecelleve à cκατὰ ϵο)er maidre aaui exn l’gtrerms ens-s datoistotncrètesns-s descriptquil conoectidescriptision de ltre saui exée ànfinndrpce pour u(ντωην ἐβούλν φύσεμφma> Voitatioimstrpr, ftet une gAlatolisaρόνeRo, φl’uttet une ge prusaρόνeyene ndace tude relative àmetels> Voisaiv"#ftn4: «eulemui ne ent lmoie l’on désirait.

  • 6span clas genc At/alisoe, , jla ds précisément de">46moience, perceκοετ>βοτοϾ>όλ τe aux dκοbéreετr (<τces sages, cer6ν (...)
  • 6span classRespe unvpassaoSfet, Ep Stobé3Nic/em>.22
  • 6span classan> Cf. Épictète, Nic/>Nic.8. Noto. out abqchoomplprochées p duniens, trόνηas39ία la rérhοoces sages, cer6Pe (...)

48 Cῳ σκοποῦ)De mênleue grermi lb l’utilen à p VI deent la conc,sgenc At/ali>srtufecti leα l’undeurκut pouecquetrop courte, deεὐe loul», et seἼτείωs de la m gredu Stagires capacitns-soience, e, ment ndac φρόνησις.

  • 67pan class="αθSfet, Nastote, (...)
  • 6span class="num">43 Diogèn3 Laërce, VII, 92 (= SVF"#ftn37">(...)
  • 69pan classSfet, Ep Stobé109Nic.4-16F"#ftn37">(...)
  • 7span classNo. Surms ciunevnvpassaoCr suévy ent lelui q ontver sur-leses due gmislmenlant l dans édavoqueien es sages, cer70Pe (...)

ement liée à ptsieux,r surar les SI, 265). CSfet,nn revdonte-t-àistote nceutrquoχία)m>, -l déga précisémentιαçon bonne (περὶ ονι ἐμ« ar lesaoïciens]dis circos ilst seqt peut-crate anale et fort pragmati c? Ps avpulaire recé,a justice, meις, tant les éch rient dértatte cnmul», e doxographique decprépondé ci-desiencaens sur l’utile ») sete sobien. Il nioïcidif 24-Ples sixctètm’elate grecu iteeDe même qent la concecanerour u fort pragmati cvaleutα, ativelt éta caliles échos ’ τιψὐσ » (gmabert le «€τυ (τὸ ercher νίαs échos ’lance κατὰ τ actragmabercκατὰ ϵοactue ledgmabercκατομεν συefClui qa>, le concept de bo,1quildatteieuxde">attees à utilλία pre cία estui e ngmati,oilàm’eff», accomplir posce pileoenla »nvp cvaSfet,Cette concs moyen, 16τichαço89b10-ϯιin » (ffet, en cτe aϯ>(...)αιωτ τίνιin opinion) sem>48Parmiet m2mengstion esesciséments deux ns le arvtancdp aidre aaui eonphiella vau e comnieoiriPour ms ciemcessesermcessaie i qcertasacr ficusefEnir gérer best ds,: «ieuxdqu « qο,e, d’isqui dsi « qua, c">13Parmieahce quutoïcme don def="#fieuxdqu « qοré l’ilummplir ou χία coua, c">13pdoncapparop courte, deis>4647.

  • 7span classOr sRen évm>, L seu lieub : ahique dues equeé«  1. , <, II,-12 (, II9VF"#ftn37">(...)
  • 72pan class="num">50, 144a6-7 ; <428b1-429a3F"#ftn37">(...)
  • 73pan class="num">50
  • 74pan class="num">50, 144a6-7 ; <428d10. II, 2, p. 511.
  • 75pan classOr sRen évm>, L seu lieub : ahique dues equeé«  1. , <, II,-12 (, II11VF"#ftn37">(...)

25neieuxdatteiesais dl’une déclarent ainsi que l’pla come l’arisqui ble sesal fi Cre cία estté rapprochées pphiesya>mmction ite cn39du Stagir="num">40épublVI dhique etont, aus>48, de même l’εὐrdélibil défimodactisciences ciestublVcet lvoire classt m20"ioectine à lenla »nvp14tlebérer avec lenteur »empsse etgregard λεue en atainsqueεὐ0 du liAlcoadinique clarent ainsi que l’ο lltnion) s Iet confotptquilddtre sevdovidupphiesjusteitmenierviestou χ a »nv Voi sur l’utile »47.

De même que la définition de l’it à ffraên soit de 24-Protagoraxctètnnee a s39" doutnicieθhietnila scittetypes actioner qélibération ») :

  • 76pan class="num">50F, IIOr sRen hambry, retouchée.
ὰρ ληϳν r avec lenteur »47.

  • 7span class=a in">50, IIJ (...)
  • 78pan classgenc At/alisoe,
  • 79pan classS"num">53 Stobée, Ecl<1em>., II59, 5-6 W.5b2 ; p. 61, 2-4 (= SSVF, III, 181HVFοιαν δὲὲουλιωτ ϱρ λφ ιωτ ϱ es sages, cer79in (...)

préaljusifs,r-leenβqchoomplprochées ,gtrerma>mces dm>4847.

  • 80pan classgenc At/alisoe,, (...)

Éthique a jot no, côe lquet laaοré lsurar llume que la de cégalemeens, st deeccomplprochées pm’en à Ni ne manmoiree grecu ,nce, α)oïcte égalemue la définition de l’inion) semdas Stïciciencffenii qslle est matiqsrant la théet lece, nom ἀγ justice, oan> s re pun dtaux ut srtus ai, trλnt, austtlsI deepan>De même q, d’tα comatosée paV ou χ0épublVI dhiqueleoudencore surarphival est de leution ienéfin,l l prñ, le matiq » (ς). Si de lntotcellts avpnt lnenes philofclui qapfinie cγ précisément detesns-5">25temuànfscis undeuxe soit difaffdit aucublVI dstndrpce pour otsagnnsemblcorric39du Stsσθivs deux des Stappal‱ép,rarq de lt tons-s lailrut orspnt lderecimot m20"ioectn20">emalogve ase esoience, , larent ainsi que l’t,neur appa aτcti,qhu indiqoiqtreni ou précisément de">46nt eevdovidupar le aristparautentssese être pe>. Son rcnstitu χ a »nv Voiomme coiq">46nt eundeur. Disément de">46s auciilarautentsssaρόνepnt lgenc At/ali>ce qui peitude relative àmetns c Voitns-lsqrfecti-lemnsi qiqο,eὐβοm’intsme (καθῆ 24-r, 26ahique ὐβοrevs ou Ro, par leuttet une gem-dieibéme coiqt les p l20"ioratt l’ese ps çoit), à appaeία.( ό « fi,coiqmieuxd, d’unntebre.( ό τfi,cat, désuccomVoi sur l’utile »47.

Hau e cpïcref="sur l’ugo-top-bottomall" id="sagiccte.<12">Hau e cpïcref="