Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Recherches sur l’epyllion à l’époque hellénistique et au-delà

Research on epyllion in the Hellenistic period and beyond
Ricerca sul epillio nel periodo ellenistico e oltre
Christophe Cusset

Texte intégral

  • 1 On peut rappeler rapidement ces rencontres : « Visions de l'archaïsme » (publié dans la revue on-li (...)

1Ce volume de la revue Aitia est constitué de la réunion de deux rencontres organisées à l’ENS de Lyon en septembre 2012 et à l’Université Roma Tre en mai 2013. Ces deux colloques sur l'epyllion et plus particulièrement sur les rapports entre l'epyllion et le mythe sont tombés, un peu par hasard, à point nommé dans un contexte particulièrement favorable. D'une part, les études hellénistiques se trouvent avoir accordé depuis quelques temps un intérêt à juste titre renouvelé pour cette forme poétique problématique qu’est l’epyllion et sur laquelle il faut s'interroger, comme le montre notamment la parution concomitante du Companion to Greek and Latin epyllion and its reception, chez Brill, dirigé par Manuel Baumbach et Silvio Bär. D'autre part, la journée d’étude lyonnaise venait au terme d’un projet qui, sous la direction d'Agnès Rouveret pendant quatre ans, avait animé la recherche sur l'art et la poésie hellénistique, avec une série de colloques et rencontres et d'activités que l’on peut retrouver sur le site du projet, « Culture antiquaire et invention de la modernité » (CAIM) ; tout cela a été possible grâce aux subventions importantes allouées par l'Agence Nationale de la Recherche1.

2Ce vif intérêt peut légitimement susciter une question : pourquoi s'intéresser à l'epyllion ? Il semble que la raison principale en est que l'epyllion est, à l'égal de l'épigramme, une forme poétique typiquement caractéristique de l'époque alexandrine.

  • 2 Le corpus du roman grec connaît la même difficulté.

3Bien sûr on peut débattre, et non sans raison, sur la légitimité de cette appellation quand on sait que le terme epyllion dans les cinq occurrences que le terme connaît dans la littérature grecque, ne désigne que bien rarement et tardivement (chez Athénée) un « court poème », si bien qu'il ne semble pas que le terme même d'epyllion ait été employé pour désigner un genre poétique particulier à l'époque alexandrine. Mais cette lacune lexicale n'est pas nécessairement le signe de la non existence d'une réalité poétique. Bien au contraire2.

4Bien sûr, les critiques modernes n'arrivent pas bien à se mettre d'accord pour savoir ce qu'est un epyllion et le terme a d'abord été employé par les modernes pour parler de certaines productions de la poésie latine. La diversité des approches proposées dans ce volume montre bien la richesse et la longévité de cette production littéraire. On pourrait alors voir dans le transfert de cette appellation vers la poésie hellénistique une erreur, une illusion rétrospective. Mais on sait combien la poésie latine s'affirme comme l'héritière du renouveau alexandrin. Il y a peut-être plutôt une sorte d’illusion à vouloir définir ce qu’est l’ ἐπύλλιον en partant de son point d’arrivée : et c’est peut-être plutôt à son point de départ qu’il faut l’examiner, à savoir à la période hellénistique. Car l'époque hellénistique semble bien être la période où fleurit en premier ce que l'on cherche, de manière peut-être inadéquate, à appeler ἐπύλλιον. C’est bien à partir de ce focus alexandrin qu’est envisagée ici dans sa richesse l’étude des aléas de cette forme littéraire à part.

5Or, si la catégorique générique de l'ἐπύλλιον pose problème, c'est peut-être moins à cause de la notion d'ἐπύλλιον qu'à cause de la notion de genre. C’est à la période hellénistique que se met en place l’idée même de genre. Mais d’abord par la négation même qu’il puisse exister un genre. À partir des catégories que met en place le classement des productions antiques dans la bibliothèque d’Alexandrie, les poètes mettent en œuvre une poésie qui est en effet la négation même de l’idée de genre. Ce qui intéresse les Alexandrins, c’est la circulation des formes, la porosité et la plasticité des formes poétiques. Le renouvellement de la poésie passe par l’invention de nouvelles manières d’écrire et de composer qui mêlent les caractéristiques de ce qui tend à se définir comme un genre. Mais ces formes nouvelles (qu'il s'agisse de l'épopée telle que la conçoit Apollonios de Rhodes, ou des Idylles de Théocrite, ou des Aitia de Callimaque), sont d'abord la contestation a priori de l'existence de genres littéraires et l'epyllion s'insère parfaitement dans cette représentation non figée, non sclérosée par les genres, de ce qu'est la littérature pour les poètes alexandrins.

6En un mot, l'epyllion, au même titre que l'eidyllion avec lequel il a en commun une même formation hypocoristique, n'est sans doute pas un genre au sens où ce serait une catégorie littéraire figée et régie par des règles strictes ; au contraire, c'est une forme poétique libre, légère, digne représentante de la leptotès callimachéenne, une forme ouverte à tous les possibles poétiques.

  • 3 Carol U. Merriam, The Development of the Epyllion Genre through the Hellenistic and Roman Periods, (...)

7Dans ce cadre ouvert pour une littérature potentielle, un des éléments récurrents de l'epyllion qui participe à sa définition ou à sa délimitation, avec l'accord général des critiques, est, outre l'emploi de l'hexamètre dactylique, le choix d'une thématique mythologique. Mais ce recours au mythe est le plus souvent opéré à travers ce que Carol Merriam appelle assez justement « a back-door view into the heroic myths3 ». Ce sont en effet non pas les mythes les plus fameux qui sont rapportés ; ce sont les coulisses de la mythologie qui intéressent, ainsi qu'un changement radical de point de vue. Les contributions ici rassemblées permettent de toucher du doigt ce qui fait l'originalité et la fraîcheur de l'epyllion à l'époque hellénistique et au-delà.

Haut de pageHaut de page

Notes

1 On peut rappeler rapidement ces rencontres : « Visions de l'archaïsme » (publié dans la revue on-line Aitia en 2011), « Lycophron et les images » (publié dans la revue Aitia en 2014), « L'héroïque et le champêtre » (publié en 2014 aux Presses Universitaires de Paris Ouest), « Mythe et Pouvoir à l'époque hellénistique » (publié dans les Hellenistica Groningana chez Peeters en 2012), « Euphorion et les mythes : images et fragments » (publié en 2013 à Naples au centre Jean Bérard-EFR).

2 Le corpus du roman grec connaît la même difficulté.

3 Carol U. Merriam, The Development of the Epyllion Genre through the Hellenistic and Roman Periods, Lewiston-Queenston-Lampeter, 2001, p. 3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Cusset, « Recherches sur l’epyllion à l’époque hellénistique et au-delà », Aitia [En ligne], 6 | 2016, mis en ligne le 16 juin 2016, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/aitia/1367

Haut de page

Auteur

Christophe Cusset

ENS de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page