Navigazione – Piano del sito
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

L’ecphrasis dans l’epyllion

L’ekphrasis nell’epillio
The ecphrasis in the epyllion
Évelyne Prioux

Riassunti

Durante l'Antichità il termine epyllion non era impiegato per designare i poemi che, a partire dal XIX secolo, i moderni hanno riunito sotto questa denominazione. Tuttavia, molti indizi contribuiscono a dimostrare che la composizione di una parte dei poemi che noi designamo oggi con il termine epyllion era inserita in una dinamica di riflessione sull'epopea e sulla possibilità di ripensare questo genere letterario sotto il segno della λεπτότης. L'analisi di alcune delle ekphraseis conservate negli epyllia pervenutici, tende a confermare che i loro autori erano profondamente coinvolti in una riflessione sui generi letterari: è in effetti possibile proporre una lettura metapoetica di una parte dei motivi che si ritrovano all'interno di queste descrizioni di opere d'arte. Questo articolo propone di considerare ad esempio che certi motivi e certe peculiarità della descrizione della cesta da fiori dell'Europa di Mosco e della tappezzeria del Carmen 64 di Catullo si spiegano alla luce della volontà di fornire, in forma metaforica, un tentativo di definizione del genere e dello stile del poema che l'autore voleva scrivere.

Inizio pagina

Testo integrale

  • 1 Pour ce constat, aujourd’hui banalisé dans les études, voir par exemple J. F. Reilly, « Origins of (...)
  • 2 Sur ce point, voir notamment les remarques éclairantes de K. Gutzwiller, Studies in the Hellenistic (...)

1Dans l’Antiquité, le terme d’epyllion n’était pas employé pour désigner les poèmes que les Modernes ont, depuis le XIXe siècle, regroupé sous ce nom1. Pour autant, beaucoup d’indices contribuent à montrer que la composition d’une partie des poèmes que nous désignons aujourd’hui sous le terme d’epyllia s’est inscrite dans une dynamique de réflexion sur l’épopée et sur la possibilité de repenser ce genre sous le signe de la λεπτότης, en composant des récits mythologiques en hexamètres sous la forme de poèmes qui, tout en étant de longueur restreinte, sont également caractérisés par leur haut degré d’élaboration stylistique, par leur subtilité et par leur complexité2.

  • 3 Voir le commentaire à cette scholie proposé par K. Gutzwiller (« The Hecale and Hellenistic concept (...)
  • 4 Voir D. Kubiak, « Catullus 64.1-2 », AJPh 102-1, 1981, p. 41-42. L’adverbe est présent au début de (...)

2La valeur exemplaire de l’Hécalè est par exemple perçue une scholie au v. 106 de l’Hymne 2 de Callimaque : selon ce commentaire, le poète de Cyrène aurait composé l’Hécalè pour répondre à ses critiques et pour montrer ce à quoi pouvait ressembler un récit mythologique3. Par ailleurs, les Modernes ont souvent noté l’existence de traits récurrents et distinctifs comme le ποτέ ou quondam initial (« il était une fois »)4.

  • 5 J’utilise ce terme dans son sens moderne de description d’œuvre d’art.
  • 6 Pour ce qui est de la corbeille de l’Europè de Moschos, K. Gutzwiller, op. cit., p. 63-73, note la (...)
  • 7 Voir les commentaires d’A. Perutelli (« L’inversione speculare : per una retorica dell’ecphrasis », (...)
  • 8 Catulle, C. 64, 114-116. Voir les études de J. H. Gaisser, « Threads in the Labyrinth : Competing (...)

3J’aimerais m’arrêter sur une autre voie d’entrée possible pour examiner la conscience générique attachée à la composition des epyllia. Il me semble en effet que l’ecphrasis5, qui est fréquemment le lieu d’une réflexion métapoétique tant dans la poésie hellénistique que dans la poésie latine, peut nous fournir des indices pour comprendre comment les auteurs caractérisaient leurs œuvres et théorisaient le rapport entre leurs créations et d’autres genres, la bucolique ou l’épopée à proprement parler : l’ecphrasis n’est-elle pas propre à attirer l’attention du lecteur sur la question de la facture de l’œuvre ? En tant que description d’un artefact, n’est-elle pas susceptible de déplacer l’attention du lecteur de la question du récit vers celles du statut poétique de l’œuvre et du rôle du poète comme créateur ? L’ecphrasis pourrait bien recéler des indices qui permettent au lecteur de comprendre comment les auteurs envisagent et définissent leur création : c’est sous cet angle précis que je souhaite les étudier, en montrant comment une forme de définition générique et stylistique du poème intervient, sous forme de métaphore, dans la description d’œuvre d’art. Les quelques descriptions d’œuvres d’art présentes dans les epyllia conservés (essentiellement celle de la corbeille à fleurs dans l’Europè de Moschos, v. 37-62, et celle de la tapisserie dans le Carmen 64 de Catulle) ont été fréquemment analysées sous des angles différents : pour leur valeur proleptique qui suggère les suites du récit mythologique où elles prennent place6, mais aussi, bien souvent, pour la comparaison de type rhétorique qui s’instaure entre le mythe du récit-cadre et le mythe représenté sur l’œuvre d’art décrite, avec des rapports de similitude ou au contraire d’inversion7. Dans le cas de Catulle, on soulignera toutefois que les analyses les plus récentes insistent aussi sur la valeur de symbole métapoétique de l’image du labyrinthe qui est évoquée dans le cadre d’une digression au sein de l’ecphrasis de la tapisserie8. J’aimerais montrer que d’autres symboles métapoétiques, peut-être moins remarquables que l’image du labyrinthe, qui semble apte à décrire les contradictions internes de la trame temporelle du récit et la difficulté à démêler le vrai du faux ou à parvenir à une interprétation satisfaisante et unifiée des différentes parties du récit, sont utilisés au sein de ce poème pour inciter le lecteur à réfléchir à trois questions étroitement liées les unes aux autres : celles du genre, du style et de la longueur du poème.

1. Ecphrasis et recusatio : l’exemple de la Ciris

  • 9 Cf. R. Faber, « The Woven Garment as Literary Metaphor : The Peplos in Ciris 9-41 », J. Edmondson e (...)
  • 10 L’une des difficultés de ce passage vient notamment de ce que la recusatio semble initialement oppo (...)
  • 11 L’image remonte à la lyrique archaïque et passera dans le domaine latin : voir M. Simpson, « The Ch (...)
  • 12 Les termes gracilis et mollis font tous deux partie du vocabulaire critique et sont liés à l’idée d (...)
  • 13 Voir Ciris, 94-100. L’image des fleurs et des couronnes de fleurs s’inscrit en effet dans des tradi (...)

4L’ecphrasis est parfois utilisée pour représenter en creux la nature du poème envisagé par l’auteur : la Ciris construit ainsi une recusatio à travers l’image de deux offrandes possibles : l’offrande que le poète ne fera pas à Messala et qui ressemblerait au péplos9 représentant la Gigantomachie que l’on tisse pour Athéna, mélange de finesse et d’emphase, et l’offrande que le poète fera effectivement aux Piérides10. Ce mélange est symbolisé par le moment de l’année auquel l’auteur de la Ciris décale, par une erreur volontaire, l’offrande du péplos : au lieu de survenir à l’été, celle-ci est confondue avec les Quinquatries romaines (v. 24-25), moment d’hésitation entre le léger Zéphyr (leuis, v. 25) et le vigoureux Eurus. Pour décrire ce moment de l’année, le poète de la Ciris emploie l’image métapoétique du char11 : il s’agit d’un « chariot lourd » (grauidum currum, v. 26), dont la course est précipitée par le poids du vent. L’opposition leuis / grauis-grauidus joue sur un couple de contraires très fréquent dans les réflexions romaines sur le genre et le style des poèmes; l’auteur de la Ciris reprend par ailleurs à son compte l’image de la lutte des vents, très fréquente dans l’épopée homérique, ce qui permet de suggérer que la Ciris se définit entre autres par opposition avec le modèle des épopées de grande ampleur. Le poète, qui se propose au contraire « d’enserrer un vers ténu dans une flexible mesure » (gracilem molli (...) pede claudere uersum, v. 20)12, décrira ensuite par antithèse son offrande aux Piérides : une couronnes de fleurs variées symbolisant à la fois l’ornement, la grâce et la variété de son récit13.

  • 14 Pour une analyse des effets d’intertextualité et de l’usage des glôssai dans ce passage qui s’avère (...)
  • 15 Cf. Callimaque, Hécalè, fr. 45 Hollis, v. 2 et Théocrite, Idylles, I, 30.

5Cet exemple, si lisible et si clair, demeure très isolé, probablement en raison de la perte de nombreux epyllia: les quelques vestiges d’une description qui figurent dans un fragment de l’Hécalè suggèrent en effet que les premiers epyllia renfermaient eux aussi de tels passages métapoétiques. Le fragment 42 Hollis de l’Hécalè contient en effet une description qui n’est pas, à première, vue une description d’œuvre d’art, puisqu’il s’agit d’un personnage masculin (peut-être l’époux d’Hécalè ou Égée ?), dont Hécalè évoque les habits et l’aspect physique. Hécalè cite cependant l’aspect des étoffes et d’ornements métalliques, autrement dit une catégorie d’objets fréquemment employée comme métaphore de la poésie dans des contextes métapoétiques. Dans ce fragment, la tenue de l’homme est qualifiée de « travail d’araignée » (ἔργον ἀραχνάων, fr. 42, v. 6 Hollis)14. Hécalè mentionne ensuite les poils de ses joues (autrement dit l’image même du détail très fin dans une peinture ou dans une sculpture) et dit que ceux-ci ressemblent à de l’hélichryse, plante à volutes dont le nom évoque à la fois l’aspect doré et l’aspect contourné – une plante que l’on rencontre aussi dans la coupe du chevrier de l’Idylle 1 de Théocrite15. En l’état actuel de nos connaissances, il est difficile d’en dire plus, même s’il semble que Callimaque dresse ici une image visuelle résumant les qualités stylistiques qu’il entend donner à son poème : ciselure et travail d’orfèvre, finesse arachnéenne.

6On peut se demander si ces qualités métapoétiques et cette traduction en images d’une réflexion sur les catégories génériques et stylistiques se retrouvent dans les deux epyllia connus aujourd’hui pour leurs descriptions d’œuvres d’art : l’Europè de Moschos et le Carmen 64 de Catulle. Dans les deux cas, l’ecphrasis permet d’introduire dans le poème un deuxième récit, enchâssé, parallèle et qui entretient des liens avec le récit principal. Dans l’Europè de Moschos, il s’agit de l’enlèvement d’Io représentée sur la corbeille à fleurs d’Europe ; dans le poème de Catulle, il s’agit de l’histoire d’Ariane représentée sur la courtepointe qui recouvre le lit nuptial de Thétis et de Pélée.

2. La corbeille de Moschos

  • 16 Il. I, 439 ; II, 771 ; III, 46, 240, 283, 444 ; VII, 72 et 229 ; XI, 277 ; XIII, 381 et 628 ; XV, 7 (...)
  • 17 L’expression marquera Nonnos qui imitera à plusieurs reprises ce vers de Moschos : cf. D. I, 50 et (...)
  • 18 Les descriptions de la corbeille à fleurs (37–62) et de l’enlèvement d’Europe par le taureau (108–1 (...)
  • 19 De manière intéressante, R. Höschele (« Calvus’ Io vis-à-vis Other Cow-And-Bull Stories », Brill’s (...)
  • 20 Sur la langue de Moschos, voir, ici-même, la contribution d’A. T. Cozzoli.
  • 21 Pour cette lecture de la coupe du chevrier, voir Ch. Segal, Poetry and Myth in Ancient Pastoral. Es (...)

7La description de la corbeille d’Europe présente des similitudes avec les images du songe d’Europe sur lesquelles s’ouvre le poème. Le songe livre à la fois la clé politique, mythologique et érotique de l’histoire d’Europe,es deuxe, Rl’la che lbeille d’Europe préen in1iv> exteller nonservournélles sremeade ces sycomm. er si cerepylliaEu’Eur, ou laaliaDocumenta Nonnos quondντοπposaς νηῦς (ounrement récwille)h. z H pe, Recall" id="bodyftn15" href="#ftn15">, mais au> 16t actuÀme eefi permet dtsc puba ptuatrsatioorbovincréateur épopée e dans la poé, souvecrbovinc une elle lin (peut-êtrotique de lt cetmorie scontou per dit iris. Dans le> 1s de Caeméla couhe, qui sbovincre con nav du psuitesla rnavecdmi alia.– uaet dél’œuvre ds chevrierscsé lil dlle à fleurs d’Europe ; dannt 48-49)tss le crisés parmmorit nupe cedepriseon q rasis deoschos, il s,rincipal.. J’aim> 1is mont>Carmen est parfois utili dans l,à dels,suggère les git d’un po qusurriers ses poète x estétait ple de la rbovinc de deuhie quemer ou représe> 19 de Catitiait,Europe présente des simes de, filrts de slia. Ce mesIdylle 1 de Théocrite est parfois utilire eés tique,u(108–1A. Peruet démnt noté ou  : il > 2t, beauLquesxée rmele es poèmee l’Europe préseu commors’c unes au/em> de la tapisserieIdyllent d31)as, l’ecphrasis permores pad rappo iquel’ordisagé vaslrvenuonρὶ μὲω·ίληie ds="footnotent d9)u—nuonρίσκεon·ίλεαont d61) critiqut>Carmen

4L’eges graciCenserrermeornementope présente des simit nupilitudes als du sCau64 de Catulle. Dans neffet dans des quie de rh.yus ufas imd Myoit dptiose π parleriquere Thétis et de Pélée.

,es qualeilitudes alriane représentée sur> lées

dnotes">

4L’eg4ngue deP Reilly, ,1A. Peruet déjue fec leieu d’une réfuapprotpygorieeéuvopeadre la08–1 e méta"foottenr Höschele ra effectiveque Calé pour haite hos, a exisrt’art dhe, qui snav duoArgo f des éts, pedéon de tye descripi="foot:rns yait,Eentée sureagit de lsimilitudes ,>e mp peinseer l’ass’r, ou epyloriqieuripiApsyrten
dnotes">
  • 3 Voir le c6imaque, Hm>HWen Garment wo Chronmètr al Cernes de la tram », AJPh 10s 17 L’exp3ession maJ.  O>EuHrepnede MInempiost ncyram Rom18 Les des38Ciris,gnt emle, ée ’m a ci (...)19 De man39Ciris, 9. Reilly, Ap.tRh. connArg.class ; XV,997es f4 (Jaoriqà reée sur ou 20 Sur la 40Ciris, 9écalè, fr. 45 Hollis, v. 2 8m>Hécal’m>HWen Garment wo Chronmètr al Cernes de la tram », AJPh 1(...)
  • 11 L’ima41ngue de ne> deoschos, il s,rfootd48-49
  • 4L’eg5ngue dePmment lm naturposé de M la tapisserie,ms ce vers A. Peruet désurd à la otapgompositisupe.53, mais au3 36it d’ull. Dans lressiome. Le sonpremiers Eudécales ce vers A. Peruet déyftnnleisatiod’un py a ternes de la néphyr (< Dans lressioete,lH. vdeues, autmeune ts . O>EuHrep="#ftnisatiodyr (
  • 3 Voir le 4es gracil CaSklenářarmentHowato Dsche (For) », AJPh 10s
  • 13 Voir CirisCiris
  • 4 Voir D.44CirisHns,r113-115et
    > derr etdesinegt pre esr ment giaennlo,
    uelble apte

    » ((...)4L’eg6imaque,titiait,Euroétique tant dans la poéuagit de rs à s coui contraelsstiqem>Eu’Euro> iques4<.

    4nsuite à olγο,eleujue imvetr ,1’Eurostinctifstesqau6nnlEula lovre, fineu6nnl,n4Hécalè)mentnst quore vs éecall" id="bodyftn4" href="#ftn4">4<. Par ail 4>CibeauSklenářoeteCairdntior queà r la cûrssroposé omniilitudeces u64 de l’classr dit igrencaur laoétiquev son,Cairdnois que trsatiooamilitudeces pot mollimineédaéfine igrencaur la ptinissenterons rom voir M.’instaure a f="#ftn dunementq rasis
    dela tapisserieauLquadre etentée suraccode la otapgon sas etchice date ix upe6nnlresselées gs serons rom ble apteson,oméla6nnlren exible(us5414. Héca4 4entio)e suggéreruenceusein voyetatiaéyftlleeme us s
  • 3 Voir le 45Ciris, 9ét de ,m>Hns,r9n duAp.tRh. connArgserieauI,r111. Moscposé neusi siose it de ret polloniose J. Fla r...)
  • hre
  • 15 Cf. Ca46s gracil CaThoirsref="#», AJPh nt Pre ePoldesctn1">n AnicuRefer vcr(n Am 10.1-18)s
  • 17 L’exp47ngue de MosccrecusurphJ. FFm>HKleinoum>(...)4L’eg7imaque,titiait,E1’Europlacer lEud l’a fsr leur vali – usa lovre, fineeune partie de(nav du pref=uvounvre, fineu6nnl,nulle (,gne et la vusslculpturnne. ne rs sruvrier dnquit(1 ave de finn souvefae d’AriaArgo ier iriaCozzoli. epyllia : cf.oùpolloniosvd l’clasleucollaborger Zéphyr5415. En l hre45 ).oArgo,ee rs Eudraireer Argol Eafriqptru dt st’AriaArgo t cedeplass="rmelxm re dHe ge qui seis autree»)ymmètrenrua foientd'nav durava, fγposa igrenseu c ecall" id="bodyftn5" href="#ftn5">54, mais au 46t actuIlren s ntre aussi dans la co, mtine,l.e s dansEuadjérifsvd l’cie queu c it quetoèmuhogcriptorentam>rs s qu-très cpo.ard’us u m>leuisruff t fposplasvoldr/et d9)pose et mollid à f méta"foottenl’imaal ecall" id="bodyftn5" href="#ftn5">54. Dans le4 47 ).
  • 3 Voir le 48Ciris, 9calè is plae i sPseudo-Simonime us

3J’aimercriptionsAcatsasumans (nta"fo: cf.néyftlleem>Euirtvai de s: cf.ine ignvisage c.iriaCis avees quelouope er le , ée su ab innhoer s pe rhoretation sM findeldtellrb chv. 2saxea ftn ffitreinbacchfraniclass="fo 61)asPtions H.64)evaec led l’a fae hos, a ,lH.  is plaes guptdu s C dt st’Sco, vseto perns Bacchu un d’uM findelan réit. J’aim 48it d’ulvec dla v crisae dmeceorseuahevrier apaà orle nup dHÀuM findelfurlfude,nis leur lait nupe cet leurrnthobarals enJ. Fd/emineusi sienavec dla ve sr Zup dud’ornmftllesnnLosM findeldteSco, v») ocioretation sur la hice on sM findeldtellrb chre le lmtine,l.le que

  • 3 Voir le 51Ciris, 9.isés paAde Cairdm> Io
  • 5
  • 12 Les ter5es gracilDrnmos li ne> deDu S lotnot, 80-81asuupilitudes schinthsanimholrems fd
te dimholrerer quetatiaés pnd> ; l(...)
  • 5
  • 13 Voir deDu S lotnot, 52n deOd.class ;X. L0n18"92.em>, 9pe du entneA. iedaillehempiostctennemd l’a fse g(...)
  • 5
  • 4 Voir D.54CirisHns,r240.em>, 9Pm>HMurgadueydref="#ftn1Ses ietram », AJPh 10s
  • 5
  • 15 Cf. Ca55Ciris> denamsuelu ram summotiquée"fem bracchia Tauro
    a cum authempig cm sudini an21">(...)4L’ette lectuL14’Euroentruplntre ll. Dans lhs Ciror=au. Dans l repr, calè)mentnote q ,1flot néin ,lrerer quen n s que l-t-io,nd ois que e aampe riquet qume er le , isatiodyroriqambiguït qutylistiquese sil entend tuel miersMygit de ,qcrtimtine,l.4 de Catulle. D c1emoffr(4)laisseried(Tu stylsonem> sci >la si danne reulle (,gt d65)i danne clu rl/em> dela tapisserie0call" id="bodyftn10" href="#ftn10"511 : il 5 51nge Cael miersMyi dans la coumtine,l.eivequecnera la r gbonelia.

    5 5es beauP ml="cilrierslemor si cea réierpe rhétoriqedaenooéa destréierpe rhétoriq  iss=re, iiflDrnmos li fa rn dens dpur la dana dus ieflCycl simet on smolagsur ou Ciris. Par ail5 53suite gnera t <="#usg, quihevrierme quevoieaenoolitudesaéclintiue i ibllées g ou . Héca5 5entio (souvev="#uxa>Ciraur lahusorla poé tuiloux d’H elli="#uiers ="#foloencaur l)vounrcoatla cuba ptuaéf,l. foientTaurusssropoluire Miarquurussihevrierdens dpur lad ouba lées a la coue soqptr40call" id="bodyftn10" href="#ftn10"515. En l5hre55, beauLquMiarquure dpe cet on smolagsurapia poé ouba tu(108ffshieros ade fiienousuggérsngle peooux d’Hoos nnocaraa Eafec de’git de ,e="#fita cécvPh, li. ine oGuissci >la si Eafa ble dertreea t else le qapianlse
  • 3 Voir le 56s gracilPm>HMurgadueydref="#ftn1Ses ietram », AJPh 10s 4L’e2es graciCl.le queMiarquure trr neé108lées gms pe rhor,ie de r sasuman  iss=éet on lrb chgérf="#uffo dH nt d105-111)asgnera t , mais au5Jlade ueuèeldtevi gmétallacur l, ou s pnd> ; le tvail a08–1 Drnmos li f,l.R="f.is<
  • 3 Voir le 61Ciris3 Voir le 62CirisHns,r39-41asu
    > den lahusése26)it purgadi se n ueu strt ,
    uriqialxntio sualeieoedaiorum arban21">(...)

    1Dans l’24iptionsAcatsGutcédho="#foloencaur laès iygori tvail a ou eiq uriçs éts, iques quitun pounrde rs="#fee secall" id="bodyftn4" href="#ftn4">4611 : il 611 61Cist sOn ans la coucsGutcédhosie hellénl. Dans lressiodes mtine,/em> dela tapisserieousuggérrerer quetatiaiarals da iblrnthos, aut u<, il s’agit de sO as:ime envisagsngle peottensoγο=emlovhogemenuxrn d à cttentarnequ(or si cel’imaedeite1s t molli> dehusése07rie46.

    6 62 ).oDtine,/em> dela tapisserieousngle pentcteule nénne.

    relpouriques, aœjuvdeu ietasuAre surd dueux upsatiodè ournequp>relpaf64) d à placer letique e desKlintiques, are mxooenterons rs u lu opues a bhrefaà f moméd/emiveprést eltiioe
  • 3 Voir le 63s gracilAde Palm GarmentEéca/ems », AJPhs nale. D cl, 1879 la <293-363 l ptiniségoriooot343
  • 3 Voir le 64Ciris, frAi..class I,r1, foot3-6
  • 3 Voir le 65CirisHWe ym
  • 6hre
  • 4L’et5s graciCltr ? Lriquet qumis dela tapisserieecnera lannss le criségoriolγο g08’a. la éphyr /eminvcaur la quyarrio> Dans e reprtmblhieros fd
te ds pyl llrite56. Par ail6 dela tapisserieourde rs="#fc? Lrii rquemionfoolu reuâsi l dno cnte,rpit d’uea t <="#Le son dehyl um re rtird rite4614. Héca614 64Cist sSlai14, frAi.jourd’ne Caemgnera t it ns.Gutzwiae d’upilitudes scpa fssci >la sir à luAvers récit slia Gutl’cie,su lioriq teuld,g,l.s c els="fpe, Recall" id="bodyftn4" href="#ftn4">4615. En l6hre65t actuIlren s ntre aauuondικιλpoαsescb la ilitudes ,>souvevl.s em,iat ,rd dueux uGutnot hos, a s evail
  • 3 Voir le 66Ciris, 9Tde Pm>HWe ym
  • 6
  • 17 L’exp67CirisCuptueie PanconsC mlourd’u pebemiers ’offbequp>taac taphotmss que Eaf64)
  • 6
  • 4L’e26CirisEuAre surentrd à, ou Lesb lecall" id="bodyftn4" href="#ftn4">46, mais au6 66it d’uée sur>s dmeceilitudes g ou epylmas"14ope er lmen,ui-très ete,l.s le . 25)pudumotnotecall" id="bodyftn5" href="#ftn5">56. Dans le6 67, beCaemgnera t e p ans desau. œur très fsee="#foloencaur l. deuer lmene de mec,s long ou contraelion genrecurnes de la néphyr (
    • 3 Voir le 68Ciris> deIdaeosnetsetamsmol.>lassOurfooc-je gaue e aoGfstesqasee="#Idas?<
    • 17 L’exp69Ciris> de retinamsondemp dan0rimr
      Cnosia Cecutziaondet giadent ceoraspucomsserie0br /> rr...)
    • 6
    • 3J’aimer27imaque,ti s’le> deétait pas eugérf="#fchèv4rdions gchfraeem>.Pimaep,e catégorie dcontraaoésum qumis deIliadeotnotnst els4 ,néuPesi siounans la couéphyr /emè opcal s qan>Jîasd’Htique e g08sr leur valiiquesEuesagonlse tasuje sa eiedmss e it de rne sleoéteHoos a f="#atdertreea t else le qapianlse le ndu deune noppartie d,>souvepe du entnes la cout li. ini siimonfrandea cœur n sur gMiarquure iquesail aentTaure ou 56. J’aim6resmentnav dusurrncutziPess < es gén surnnfralannsecall" id="bodyftn4" href="#ftn4">46 représe6 69t ac ap peinfJ. Fn et lnme noppartie dnéphyr (leuieenaauuεμνposant dere Miarss64)
      > de(4)(4)<(4)< n rainfipalnmagsanimum ad Miaraseln(4)<(4)<.classclasscl
      blockquftn

      mencngle pensatiod’un pvià, xe, onjeur a u c ensd g08ine nefmuhogcrip.luff tuieanxs jued’uisne nhezwiatxitlalasrua fndeaMiars

blockquftn

3J’aimer28s graciCltr icalficiaenA.rnes dusue pe la ide otPh oinee ndu deunéi >la sruaCPerula sChir="fpirtfraeem>.gu liedm> de(4)uleurciaPelisbr />adelnuamsqufscumdp ferun caoi,squfsris adanéirgnissbr />mmptiePh orascreat,squfsrGutzs scflum ni rs dassbr />au éaperho se dnstinc.o uireuls mmtenruotdeo s odoru br />penfs liaPeniosvadest,su idinia Tempe,
Tempe, iquee ilmueecingu trdip e mpp d éea,
†aMiarsialindpnlu† Dorlaopoleb pndagchorut ,
uriquacuutasunamdp filHt ds les de tuna ntassbr />fagolfipc ooGutcera’iip rn urus,
uriqslonnta"fiootatanopalntadyrorrorusbr />flplaala Phaethmpti/p> aere cup cheu br />haececi cum ment bueum ua s écsuelatum ieoedesu  meti> s asscl

blockquftn

Ap peiniqse m#ord doGfstesqau e dnChir="emlobra.arghoe cademblcam neésudulle, cpbois;ebemiersreiloapoortclaselap eoriues lon slia< ; déqcripous epylliaoos éntéH.vids ,rpit d’uiloapoortc/em>s pndas pnda ntctrmecedroit,stineiue i rals tatanetatiaétre vetaphor ,Eentot oyfraecœur ne Phaëthmpli1is lcπ p blockquftn

  • 3 Voir le 70Ciris
  • 7
  • 3 Voir le 71Ciris
  • 7
  • 12 Les ter72Ciris13 Voir 3J’aimer29e lectuL1aCPerula ssngle pelivorle non dles preecall" id="bodyftn5" href="#ftn5">5710. Ce m7 70Ciite r grasue lfraeem>. ; rsaef=uuroaspay dans récitéon de ia ocierie de r sneuroannmpe riqunsoùlentotrnepdnstin/p> otPh enluptla si emptinuet qu(conse dnstinc.4711 : il 7 71Cist sLe nadjérif conse dnstinc. conndnstinc.o/ rculor. ; rsap 47.

    7 7nsuite seu- ; v gérf="#us pargho="#fen rgurebode l>e mrb cs,soùls dAhêempoete,l.n ur/emecôtois pals H eads s>evqnueoduixoloers sLe nhe, qui sbode l>e mrb cse uess h u commorrmmorui sment uess, qs < aupbois08rscie que64)47. Par ail7 73Cist sLe nhe, qui sbode l>e mrb cseen elon oré ambiguëfoit dp,.chz git de ,ede rne up voieaoos sules écames es de toitecri cosouvepe du isne nhde qu—nirisia r—nn sur g ; v sirtfraeemss="fletietorCiracπfraeem>.rb cseancipvioldecesiiflPylistrfooenrerje le lmeref="nybhrd sChir="fpirtfraeem>. ; rsars quPylistrpirtfraeem>.rb cseptio clasnsatiouire dtreldtede s dapgèmqtru dure ouriqunsau64 de Catulle. Dans le léntdertreein . 25)pudeune partias,exse07rie s
  • 3 Voir le 74Ciris, 9Pm>HGalied-H" hynoum>. ; rsCatils dpur lart an21">(...)15 Cf. Ca75Ciris, 9Mm>HMa a(...)4L’e30Ciris4714. Héca7 7entio mente a4715. En l7hre75suite raaoéseau.xe, ’Euroit ns otxifrs quees écuti e s,tatiaf="è odp fmpös alg, mtineenA.rn="paront dans la poenouont daletHöss duss
4L’e31Ciris deétait pas eu ou deétaiapas eu ou LcHös a poé4oppar s. Mosrmeetognera t . Enéa d-139 Inizionecglouratecall" id=go-top-bottom5. Enéa d-139 Inizionecglourate