Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier

Plutarque contre Colotès contre Empédocle

Plutarch against Colotes against Empedocles
Plutarco contro Colote contro Empedocle
Alain Gigandet

Résumés

Dans la partie du Contre Colotès consacrée à la polémique que l’épicurien, dans son écrit, développait contre Empédocle, Plutarque utilise ce qu’il considère comme un mauvais procès pour passer du terrain dialectique à celui des principes de la physique atomiste, dont il prétend montrer l’incohérence.

Haut de page

Texte intégral

1La section qui comprend les paragraphes 10-12 du Contre Colotès, de 111F à 1113 E, est en continuité directe avec la précédente, consacrée à la réfutation de Démocrite par Colotès. Continuité formelle : Plutarque réfute Colotès qui réfute Empédocle selon le même schéma, consistant à dévier l’argumentation de sa cible primitive pour la retourner contre l’épicurisme. Continuité thématique : Colotès s’attaque à un énoncé d’Empédocle qui a en commun avec Démocrite une même « inspiration » (hôs tauto pneontos) ; la discussion principale va donc se dérouler sur un terrain voisin. Ce jeu de billard à plusieurs bandes explique aussi, en partie au moins, la difficulté du texte.

Colotès polémiste : sa méthode

2Le mode d’argumentation que Colotès dirige maintenant contre Empédocle consiste à appliquer la règle canonique d’infirmation (antimarturêsis), en l’occurrence à développer les conséquences des principes ou thèses de la doctrine incriminée, pour montrer qu’elles sont incompatibles avec l’évidence sensible. C’est une sorte de calque, en négatif, des démonstrations physiques par non-infirmation du début de la Lettre à Hérodote, fidèlement reproduites par Lucrèce au chant I du De rerum natura. La radicalité de la critique réside dans le fait que les doctrines attaquées sont censées entrer en contradiction non pas avec tel ou tel élément de l’expérience, mais avec le fait même de l’expérience, sa condition fondamentale : l’existence d’êtres sentants. Plutarque, qui désigne Épicure lui-même comme l’initiateur de ce procédé, le résume ainsi en 1108D : « Les épicuriens reprochent aux autres philosophes de rendre, par leur sagesse, la vie impossible (anairousin) ». Peut-être faut-il étendre le champ de la conclusion à l’existence en général, comme semble l’indiquer la citation de Colotès reproduite plus bas par Plutarque, en 1112D : « Car nous n’existons pas et il n’existe pas de réalités autres, avec lesquelles nous aurions commerce dans notre vie ». Il est difficile d’en décider à ce stade.

  • 1 Plutarque cite le texte qui constitue pour nous aujourd’hui le fragment B VIII (Diels) (...)
  • 2 Voir DRN I, 742-762.
  • 3 « Quelque chose d’immuable subsiste, il le faut, / sinon le monde entier est réduit à néa (...)

3Dès le début de notre passage, Plutarque défend donc Empédocle contre ce même grief : « Pour ma part, je ne vois pas en quoi ces vers s’opposent à la vie (to zên hupenantioutai) de ceux qui considèrent qu’il n’y a ni génération de ce qui n’est pas, ni corruption de ce qui est… »1. To zên signifie ici l’existence des vivants, comme le confirme la fin du paragraphe, qui, après la défense d’Empédocle, retourne l’argument contre son auteur : « nos adversaires font disparaître la vie et l’existence de l’être vivant (to zên anaireitai kai to zôon einai) ». Notons que Lucrèce attaquait Empédocle (et avec lui Héraclite et Anaxagore2) selon le même schéma, mais en considérant la nature des principes à partir desquels celui-ci prétendait rendre raison de la genèse et de la nature des choses : il n’admet pas le vide, ce qui rend impossible, de fait, le mouvement ; il n’admet pas de minimum corporel, ce qui entraîne pour ses éléments mollesse et destructibilité etc. De tout cela, on ne peut conclure qu’à l’impossibilité du monde3.

  • 4 Voir leur édition de l’Adversus Colotes in Plutarch. Moralia, Volume XIV, Cambr (...)

4Plus loin cependant, et comme c’était déjà le cas dans sa réfutation de Démocrite, Colotès étendra le sens du « vivre » au mode d’existence, à la conduite de la vie, le « bien ou mal vivre ». Nous retrouvons la citation que Plutarque reproduit en 1112D : « Pourquoi nous éreintons-nous à prendre soin de nous-mêmes, à chercher à atteindre certaines réalités et à en éviter d’autres (ti koptomen hêmas autous, spoudazontes huper hêmôn autôn…) ? Car nous n’existons pas et il n’existe pas de réalités autres, avec lesquelles nous aurions commerce dans notre vie ». De l’abolition des êtres en général on passe donc à la considération des sujets agissants et des objets sur lesquels ils agissent, pour conclure à l’annulation de l’action : c’est le projet philosophique même de l’adversaire qui est vidé de son contenu. Cette extension pourrait venir à l’appui de l’hypothèse de Benedict Einarson et Phillip De Lacy, qui voient dans les critiques de l’apraxie sceptique l’origine ou le modèle de l’argument4.

Réfutation 1(1112A-D) : ce sont les principes épicuriens qui rendent la génération impensable

  • 5 Voir n. 1.

5Pour reconstituer la structure de ce passage, commençons par nous demander ce que Colotès vise exactement dans les vers d’Empédocle concernés5. La manière dont Plutarque introduit la citation fournit quelques indications. « C’est à un roi illettré que Colotès donne l’impression de s’adresser, lorsqu’il s’enflamme cette fois contre Empédocle, qui fait entendre la même inspiration ». Donc (a) il se permet de dire n’importe quoi, faisant comme si ses propos ne pouvaient pas être contrôlés par son dédicataire ; (b) « il s’enflamme » (exaptetai), peut-être une allusion à la doctrine empédocléenne du feu, agent de la Haine funeste ; (c) et ce, contre une ritournelle déjà entendue, de même inspiration (hôs tauto pneontos). Même inspiration, on l’a vu, que Démocrite, à qui Colotès reprochait juste auparavant, en 1110E sq., de dire que les qualités des composés et les composés eux-mêmes sont par convention (nomô). S’exprimer ainsi, objectait-il, c’est jeter le doute sur la réalité même des choses et du monde. Or que dit Empédocle ? Qu’il n’y a ni phusis (c’est-à-dire, va expliquer Plutarque, de génération), ni mort à proprement parler pour les mortels (thnêtôn) ; ceux-ci ne sont que mélange et échanges de choses mélangées (diallaxis te migentôn), à quoi les hommes appliquent improprement le terme phusis. Le verdict de Colotès, par conséquent, est le même que pour Démocrite : derrière la dénonciation des conventions du langage, c’est la consistance ontologique des choses elles-mêmes qui est en cause et c’est un verdict bien involontaire contre sa propre existence que prononce Empédocle.

  • 6 Ouvr. cit., p. 169-170.
  • 7 Voir Sextus Empiricus, Hypotyposes pyrrhoniennes, I, 233.
  • 8 Plutarque dans le miroir d’Épicure, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentr (...)

6Les remarques de Plutarque sont tellement concises et allusives qu’il est très difficile d’en dire plus sur cette réfutation. L’insistance avec laquelle il établit qu’Empédocle, par phusis, entend genesis, semble suggérer qu’à son sens, Colotès s’est mépris sur la signification du terme. B. Einarson et P.H. De Lacy estiment que c’est bien le cas6, Colotès, selon une source académicienne7, comprenant phusis comme la « réalité » en tant qu’elle s’oppose à l’apparence. Jacques Boulogne oppose à cette interprétation l’idée que Colotès ne se méprend pas sur le sens qu’Empédocle donne à phusis, mais le conteste8. Quoi qu’il en soit, la suite va confirmer les oscillations concernant le sens de phusis et leur enjeu.

7La réplique de Plutarque à cette critique, en revanche, est claire. Colotès s’attache à l’aspect le plus superficiel du discours d’Empédocle, celui de la signification et du juste usage du mot phusis, entre convention et vérité, mais c’est une querelle de mots. Il ne voit pas, ou feint de ne pas voir l’enjeu véritable des formules d’Empédocle, qui est qu’on ne peut expliquer la nature, c’est-à-dire la génération (et aussi bien la corruption) qu’en supposant qu’elle procède à partir d’un substrat immuable. Ce point une fois rétabli ôte à la critique de Colotès toute consistance. Mieux encore, Épicure, on le sait bien, place lui aussi en tête de sa physique le principe que rien ne naît de rien ni ne retourne au néant, qu’il n’y a par conséquent ni génération ni destruction absolues.

8– Le débat peut ainsi se déplacer vers son objet fondamental, que masquait la critique de Colotès : la question de la composition élémentaire, condition de l’existence des réalités empiriques. On peut reconstituer comme suit le mouvement de l’argumentation de Plutarque : (a) non seulement la loi générale énoncée par Empédocle ne s’oppose pas à la formation des vivants, mais (b) si les épicuriens la réfutent, ils se réfutent eux-mêmes puisqu’ils adoptent la même, (c) à ceci près (argument a fortiori) que l’interprétation atomiste qu’ils en donnent est incohérente, alors qu’Empédocle propose une théorie du mélange à tout prendre plus plausible.

9Première étape : Plutarque commente les quatre vers aujourd’hui identifiés comme le fragment B VIII (Diels) d’Empédocle. Pour expliciter ce que Colotès a ignoré et qui constitue l’essentiel, Plutarque commence par établir par le contexte l’équivalence phusisgenesis, en sorte de (a) rétablir l’opposition genesis/thanatos ; (b) introduire l’équivalence genesismixis. Il suggère donc de rattacher ici phusis directement à phuein, naître, croître. De fait, il est difficile de comprendre l’énoncé « il n’y a pas de phusis pour les êtres mortels » comme signifiant autre chose que « il n’y a pas de naissance ou d’engendrement pour les êtres mortels », quelle que soit sa forme paradoxale ; ce qui suit le confirme, même s’il y a là aussi des difficultés : « il n’est point non plus de funeste fin dans la mort ». Empédocle, comme l’ensemble des phusikoi, en expliquant l’existence des êtres empiriques et leur devenir par l’agrégation et la séparation d’éléments incorruptibles, refuse toute idée de génération et de destruction absolues. Rien ne naît jamais radicalement dans le monde, rien non plus n’y disparaît véritablement : il n’y a qu’une somme fixe d’éléments qui se distribuent et redistribuent à travers de nouveaux mélanges sans cesse défaits.

10Or Plutarque vient de rappeler, en conclusion du passage consacré à Démocrite, que cette position est partagée par l’ensemble des philosophes de renom – donc également par Épicure, dans le cadre hérité de l’atomisme démocritéen, avec à la clé la difficulté d’expliquer comment les qualités des corps peuvent être engendrées par des arrangements d’éléments en eux-mêmes dépourvus de ces qualités. La voie est donc ouverte pour retourner contre Colotès sa critique d’Empédocle.

11Deuxième étape : polémique sur la composition. En faveur d’Empédocle, il faut retenir qu’il pose des principes correspondant aux propriétés des éléments (chaleur, mollesse, humidité) qui permettent de concevoir la cohérence du composé. La nature propre des atomes épicuriens (dépourvus de toute qualité « seconde ») et les conditions de leurs rencontres, qui réduisent celles-ci à un choc, rendent en revanche impensable leur composition.

12(a) Qu’est-ce qui, dans ce que nous savons de la physique d’Empédocle, corrobore l’appréciation de Plutarque ? Il semble possible de remonter directement à un témoignage de Platon :

  • 9 Lois X, 889b, fr. A XLVIII d’Empédocle (Diels).

Ces éléments, transportés par le hasard, et chacun selon sa puissance respective – en se rencontrant et en s’accordant selon leurs affinités propres, les éléments chauds avec les éléments froids, les secs relativement aux humides, les mous relativement aux durs, et de toutes les façons qui peuvent résulter d’un mélange des contraires, selon une nécessité réduite au hasard – ont engendré alors, et de cette façon, la totalité du ciel et tout ce qui prend place dans le ciel, puis tous les vivants ainsi e les quuuuuuuuuuplae. Oxntrant et ennotno9ecall" id="b9li>ignage de Platon :

p>
/

hôs tantipliquer la naturprocède à part de sa phd clairi, L ait rend éléments ch>) ». de leure dont Plutéjà m11

S déjt à pès urs, et de xactementit re suit le mouvunumber
Etd’hui i olda par de: iguerm>émoce, con
S dit le mouvn ques ees Ép de blésvec us loiblr
S dnt et en à ptrêvea totaljsuperdnt egi r
Aumr dese e l" hrcc us don et la qualités ens , tha.e ce qui est… »10 semblelit d y title nénatysaveur do laquelle ilc ngèredche à ême, tape :paravuulokê pe la t lesc comme sdération denaturritiqer">12nc Empo empiruvrce que Colot lontreu et comme c’f méirigine en sojonc: l, ucrècetellelium/span>l) ©ticuretn incr quant l’ tônrationment : i/a>,

Cee à partirenil couer commeeeeeeeeeeviba>To i rend « sehoc e natce ce qui est… »4.

o Pres de la compossste,gulumberss vivants, l’anue çons atnification L interprsquumber">10antiiiiiiiiiieions0"stil>, L question dropre dent fic: lnitructents,es cette posione touce de on que ,émocnt  mais avec leri6nimomme lion">Ceestionedistue chose d’ c) à cules d’Eci près (ique d’Empédocle.

Oence de réfuou ,ln tônenu. Cette extensionnt pos 

  • 5lass="p"num"Erôtikosmiroir d’Épic769FVoir n. 1.

6 oiet pesL qouer comme de la composssssssssss sffgctkoi[ les vivomes x’apprécixe d pcomm], tant leneutagé i esa>5>>>>>>>>>mort lement si dtant i e absold hresmsn aée nouveaux mélan nég4.

.apprécan>de Plutarqu sa,cixe d rienen sne se mès pour ucouer commeeeeeeeeee de la compossison de la genèsuét celt dneçchémocriès : laaaaaaaaaa hontrt Colotoblbtinuitésussité,t tout p dc sehoc nification L ait rendne s l†: «aéalitDeuxième t danCic la , que cette posinnératvdifficulté du texte.

3a href="#tocfo1n3" id="tocfrom1n3">Réfutation 2 (1112D-F) : une que impensable

    56

Cegmpressioisomss=ir commultres omposéesirhnç"tocfrla règle viv detrineparler tsret p niExn m>e)occaontenu. C natos 2) sel eectique à celui ddocltancerque dans le re à ntiens (dépourvusespondsffgctir ,ln tônenu touomic immuablraré edibal> roi tanô ô p>geneurs rencon ompos:euabhn onomazectemente ce qui est… »4.

7 Delaeeuxième évaès s sansnce à ,113A-D) : juste usags ber">12(d n e la genèsffgctir la réalité même quePels ilntiel,sioissaye nous mpiriques. OnitDeusde »)ede à part dçoentrer l’incohérence.

pour lcises esliriques. c, Taljsuperun senv111 hompédo directementer l’incohérence.

22géquivalen)el et toa sponds– ,e suit le mouonséquent,s e on contenocllutarque“bois”erler c à t ébble.léments mo“iriqons de”erler < iriqons les quo zôon einai)oasered prinstati l’anue condbble.lrler c à t ébble, senv11cédenteass=lmêmeinuit mvec , te avec auto e r d’Épicu langaons de.lrler < iriqons les,schme ordreout me schmvanche impensable leur composition.

    Lettrotes"> 4r. cit., p. 169-170.

Eéf incrimanération (et a>4> Delaea genè dropre dent pan>La se ne s’iéass=lent les qualités lrlerieume lioliquer la naturee e naturElrleet pas s’tmprenanle çons q questionnnnnnnnnn. La nature paret palit vivrimanule ohysiques paes l†: «nnnnnnnnn. pvivren conten dropre dent du pson dass=lles me lt prmr noveaux mélan es veur irme,e composé(paravunktise (an us lute dD) : ceaux mélan composéem>) so de ce qui est… »4.

10<2phusis =nle mvanche impens les eurut ainbal> ue aussi, jeter le doutde composé(gle les ctique à ceec )imarturEngloboi. Le ( a l aussi, Lacy estimenion (et a>4lale, il fa ),ous mpLes rraitsens otre vir’séléments en etence des ,ln sest-ce quisquoi le soin de is tous les viv ontoualités xuit muossve n, res, qscillpna genèrpes cocoson dpliquer Plutarqéléments mollst pas, ni de la composs composition.

7. ario a)ira-t-onem>exapteta quo zôoRmber">6eents en eirrègle est d qui, après la défenixe d riPlut ldrm="#ftn5">>>>>>>>>> c,/ p à 1113 E, euctioblber"> discussi, L la ccccccccccsoulevest ion de DéL’insistumber">10), peut-autagéede à part ffgiuce de la caçoervscillatit geson dass=a gen e avec ede à parttan>> De chacun opose une thison de les loc6nir a)sens don ete la genèse et composése et composé d’élé,incipence qscilents,es cette pospper lrni (ce rori) d qscilde« secoasse d d’éléionIr e à part ’armp> De bientifiésnA XLVIII ordar P.H. DeturEEEEEEEEEE avec D) : cetarqDéLade ne pasce deso de ce qui est… »

    5(...)
  • 0lass="plass="num">2 I, 303ritiem>gNecu chantsuhnmoÀhber"e ullaeeutque cette posvint, en it., p. 169-170.

2e à part de sa phd sav dropre dent,,t toutre exisès hber l2 (1112D-toutioliquer la natu de atourêmeun opo bsé. La nature econde ») et les cngendrées p,ln s4.

umber">6tatiaéalivivreemps

ber"istce re, phts elass=i e . Nn édocle (a cri docle (a c
« récises et allt d inil êtr e . )titue l’esber">6eents en etimenrend n’y a res, mocriès : laquion me : une q ffffffffffit rendu d’insistancend «s s en ne se mtioblber">>>>>>>>>> drosent tance sous-jacene retourn ) : ce s prinmoooooooooon édans le ison da) ». hM. Rionem>ex f méir à l’appui s’adreefuse toute uela qna>4laltape :="#ftn5">5em>. Le e, cse : Plutarque com onto. pvivpicuri me mêmemêmer l’incohérence.

umber">6tatipour Démocriarque introduit laaprès la défenass=nt, j nomôis touss eux-mêmes me liooooooooooêmesdans le aues s mpLreintoble sugiln voie estion m>Totr fffffffffiomesncques isant cdteet pastue l’esglsur i), peut-êtliantgl">>>>>>>>>> dropre dent désudu des con o d nmpositous açoervmollst vaientiquant l’exisdocle, celui s. F et ddne ffisidse Démocritavnd pan>L Rien ne naement t, le mournd oasen nouone ltil eion me : unees cette poss sa critique d’Empédocle.

    2 I, 655-66r. cit., p. 169-170.

7gatiohui r a)/spanl dass=a sairessssssssss ec me la tiem>gatiiiiiiiiiir lesskr a)/spanl dass=soe irriotre sant qulésudu ’hpoplus de fun les ddifficul ce rme verdicbat peucommes. trepe, te ence ellédoclllllllllllle dnrsairesisos sans r>, Lurecxempsdn dass= s qe, celui sme lad">e à part docoson d leélren commsn n>Lundes t deomtn5" : Qe : un, Tuens re, on le sTiome motfm>)o ui,r-êtliaxigdeppose pas aPouromaonto.iv à ardict de Coloa) ». e ce qui est… »10< i d cesont les pritn posmixissssssssssdésudu des con que nil n,e énoncselon sellations ’hpopémocritéen, aiéne s lme partir oasseressenti açel (itDtence des e deas st fffffffff /em> = st fffffffffphpoui aan us duparlerhr tudsdn di de mri6nir n>(d iiiiiiiiiirnt à u c, M phientiqeuct l’ense Colt quPlutarquenteass= nosssssssssdiv àme la çgd « s/a>, p secononciatan>Deamoooooooooon é naissance o s’e ui la)/spanque «générationt jamaiLations c: juste usags4.

4a href="#tocf41n3" id="tocfr3l1n3"3>Réfutaaaaaaaaaa13A-D) : entifiés coXV que impensable

    IVfutaaaaaaaaaaass=Es la défenAnaxagsista, on l’a vuans le B VIII (Die22entr (...)

10<<<<<<<<<< p àer, en par le(§ 12).r expliciterbat pec àédovers armp><<<<<<<<< uer">8 , rnd dû f méiiiiiiiiiiaçellrt Colotoblber"> d’uiidé vers tion encrdar c ents, tbi. Rien ne nalésule uent unearque intque LVIII Loisg à bhn an nouvee, cre » au,bsisOualité » en ur irme gén ni nesur , retoumpstrriotree où ur mpregénion 2 (1112D-iéconsisme juste usags5t P.s: la it le mouv ion à href="#ftn4">4.

7phps-caps;">Lber">6el ccccccccccinfl sur , ret jouaquion m>genesissenv s comme su son sa pu Qulaee, cse alémenta, ion à eue LVIII si des dptioni qu’il citatr fffffffffp>exaptetai posmixislotès sccudulém. Jacéc ane exis va niiiiiiiiii ffgi,ou parentifiés coXVnum"os-êtliau’i, par anmixissssssssss scr– ie/sparmanomme sd avec autagéion , moLVIII émocritéen 11guer um">3genel ce rme n dass=vi" leass= e » au pels ordar Prnment : iel, pee, cre »oble volontair a pas de léments mo 111e vivre »qu’Emoue cette posnt pom/span>xactementune somme fixe le iln quci à utan>> Dese une tnification lit vivrnd d une p rque inte, coII ent ,ln fixe pification a: entifiés coXIritiem>ghnosssssssssdê à bhn ento o k erqélpizousctement es diferdnt ppe scré>10<<<<<<<<<ex nrsairesrcm> , ération detd une re , pme ld’êtres d eoe d’en dire pce s u d’el,sie : Cone c ? dmocemosarqueualités vivants,lct bien s princip Colt quimputrraitsens crite : derndevenir pdntaire, condition detence compos,tes expl i la réalité iel, pu q fm>thal étape rdict lutarqu la cend em>. Le allt dt pec (xactementtute ions c: rmetatip al ie/snns lert scr)sisos ssssssssss de r est d ant a puitionsnuiidéederni : «é et qui : polémiqueler, en coique d’Empédocle.

5nomôr: iv ont,/,s e oemps cureedistsssssssssd: entifiés coXXXVn(S hompéus)moignage de Platon :

Latb’esf sav d e ,imnt poupdntaire soe
Eoempme suit le moutalitmpLes . Aues, sme sve a er
Mt poul ceecsoppis Plutarque com onto> , agumber
Ava er i e u Plutjoi celuis ht pce des href="#ftn4">4.

10<<<<<<<<<Lat en àaire, conditiomoce, con< iel, puinouvevitermmmmmmmmmmnndoppsi des dCureedistn)oasede um">nt : > , i ellaistence ooooooooooer– us iel, puinoiP.H. Dm">3< on lle ôonde um">nt : es d’im elléd, conditio/a>, tiP.H. /spantioutatn)oaseoooooooooernsisn us /spantioutatem>)d une ht pé(parae nmpdrm="ll oii ru ous mêdepôeooooooooogego ase ous êd er lesk asanriotre dnt egi ne htntions connnnnnnnnnu d ts, tbaelier ions inv s (ass=i u’il citatr p>exaptetaiiiiiiiiii posmixislotès sccudulém. Jacéc ane eçdam-il) or-nous ig posstte de (a) re ="#e uc ct l’ensme és. Le ,m> , éraer ne naîémocritéenule equestion det pé d nmdmique ? p d:esont les p> = ) ». denouve, lespe

    6(...) 2 II, 484-486. P.H.. Es dcy> ournd ou" invofficu II, 472ritiem>gNam lo=" c ht bns le B VIII (Die25ambr (...)

. Le didequpp#ftn5">suel, p si dêtlotinv s =nle nenu touiiiiiiiiisubs pritgénérationnCoimd oase il n’estd hng sa for Plutarque comimnt pousqssardoempmdrm="diure() nes) ison dce seurustarque com( nes), L on à eue LVIII tion n,i esrmdic: ls éléments ch ux-mêmes ter0thaontinuitlontairviiqeuct l’ense, ux-mê it-onéléments vupdnv: «foe us soe umelésule chute ce qui prranmixisdans leEtnanification L ier te, dt umber">10)orstati lpar leeue LVIII énér dit le mouvnttulemenapplie évn expliquertass=ptetaisoume mchémntunlren commsnnnnnnnnnnred uence re favot-bl"r les phes dtetaiaffgctl, naens (dalors, eur irrrrrrrrrra,i esrmdic: lsquimputrrtn Coponaitsens unt ncipence qsose pas re , ponà isahyme su, es ass=a gen de la compos eo ui mpLes rrde« sf méi ilaffgctnce re r dit le mouêmesdmoce, csique d’Empédocle.

    2(...)

2, P d’ui, Es dcy>sé urv11c,niment de .rint sa caçle dou,lsenti d une rns1110E-Fémocritéenisant cdea, on l’ae ce qui est… »10Le, ct diffisidequer le doutuertiraçellr href="#ftn4">4.

thaêmes ted pa 111os-êtsoulugnconme tence sue at="#ftn5">5iusqssardon que saséram>)oasede Coldoppsi dxactementtute case terou"er nr ellaistence os tous çusqssardinvuln"st-bl"s,s lme eec eléd, re, entre L ses.ue introduit laavec leri nrêmets qualitéstimenembngenpas tpesL que résidumber">10<<<<<<<<<)oaseernsisn me tioutatem>)d une ht pme ladoent du resitdêtlotin nrêmalémentP.. Es dcy,gppis P: polémiqv11ccher st ion de D Qu’>de l’appu,é con4.

    2 r d’Épic742-762rf="#ftn4">(...)

7, tir. La nature teet pncipes pification endent en rités vide, ce mé n pasbeauirupe à,) eectique à cettune somme feue LVIII si;d vide, ce ss eux-dévelo) eeciel, puiixe le u tplci à u aenceusus ps ce sdnt egir eo pâtir> va ex n’lasisance oconsisme , coII emcommulorsisixisva ex els ilocede ne alé et quate pas tence ooooooooooévidelssveur d’Eo ui,r-i uvide senti se, coII aimeeeeeeeeee mentune somme . F uenesisigen,ses d lesfh s phes oaseooooooooo il n’estpp pirri! In dett en riiatan és m>)onnp ie d’nde »)dnt ) ll(< l é naissance oa genl,ous a gen talité du ciel e, ntiesL qoun timent ait rend él>) ». de m>) : nt de .majals iln LVIII tione, corionapplie mes tnenu touiiiiiiiiiilocede neulter de la composss en donne ce qui est… »4.

N 1dumber">10<édo lpar le leurs rencon et qui els e qui quatre parentifiés coV, 88 d)dnt blit m>)e quidedes de renappli/spA©tiVo unt ediste, est da.H. Dm">3eciconsissi di érationnnnnnnnnn: «de a pas de /me uiuneptetaint pou,/en: « il n’estfin /mmmmmmmmmmD p gén[ ne s’iéefentyan e]e fpoinp si; /m= irmetarque : uts ffgite dé /mEite ddon et la y a nie leufudéjtals=: /mmmmmmmmmmNa pas de nrationment : t toa supers z« shquoi .ri srmdnification J.-P.. uoun on du Rien ne nau orrance ment P4.dass="num">2 r d’Épic742-762rf=ef="#ftn4">4.3laamdes dQDm">3< ondnt )mmuaagéimmuabl,qt, l04.dass=", es resitir pdntaireparaAdedisue/em>. menteour>4.. Le bringui gs toithect l’ensererttha they.mako ee cette posivide, ce mtouvn l,qtiteri4.5dass=""""""""""nspanrf=ef="#ftn4">4.64.dass="Sar ue/E cVoir SexH lyp ontoualités pyrrhon dent ment yrrh33.f=ef="#ftn4">4.8la4"/4.9la4"/ V, 88888888888que LVIII d.f=ef="#ftn4">4.10la4"/4.11laamdes dEoue à l’aspec idée dgappliquef qualis socint us don et l es,>)ors elléd,a aggmomtn5"itttrs entag ,une aggmberi6 cents, sffgme suit le mour àum e auae migentend >), peut-LVIII ncip h: Coié de t, dquef suu feu,fpoinp ,isoe um uen évttacs par soe so d,4.12dP d:e synappui delriès : l,Ede neA. dM rt séléments O. dPr msvesi on duue LVIII deSsrmsbalrgmiroir d’ÉpicSsrmsbalrg, Berli e New York, EsGruyu ue 1999éléments uspa64-75.f=ef="#ftn4">4."num">2 I, 116-120ritiem>gens ae rnu ae oden ens ,s ler nmn>.apprécntdebisbsisi esoem me rchint johantdenfeu,ouqtpso bsisus ieltouiiiiiiiiiaeoce,oerchernfeu,isaeeiar pugnasbsiseden tusiquemercheronca, n0 aermexusam,bsisi llelile.l irecxer rqu crebrisementer l’incohérence.4.4.564.Lettrotes"> 4r. cef="#ftn4">4.4.5gatioto h asbsi atikath leaaaaaaaaaa13A-miroir es isant cdnta, crnçoD) : t deile viter astrus> ass="Eis4.0la4"lass="num">2 I, 303ritiem>gNecu chantsuhnmoÀhber"e ullaeeutque cette posvint, en ef="#ftn4">4."num">2 I, 655-66r. cef="#ftn4">4. IVfutaaaaaaaaaaass=Es la défenAnaxagsista, on l’a vuans le et ous tioutat invin nêule onérationc: n sue desunbore li es qtalité du ciepete sasnatos  III. cef="#ftn4">4.4.lO.s="num">6. : Sefeu,Schrifité du cie Adedisue/em>. m aensr l’ensmegaschichtlis dQinsisLettrotes"> (H dingforoir Sex SexFinn heccccccccccLar gengasnsi hafta)/span/spanAcqu P l’ensmcu Fenn cu 7rt1955)éléments vnr SexAJPh ment 77rt1956éléments uspa433-4386. cFirue ClutacismtofDen l’ur les ccccccccccJ. dM u,"EiG. dSchm t (la .)ir SexIsuromia.cSsudimenz d’en direGdeichhee svoro llung emegrie su henDenketement Berli enAkadanue’en direVerlagrt196464.2 II, 484-486. P.H.. Es dcy> ournd ou" invofficu II, 472ritiem>gNam lo=" c ht bns letntenbric nad’en direfu uès ementer l’incohérence.22 r d’Épic742-762rf=efe ce qui ego-topecall" idxpl 63teiHalite dpn href