Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

La moisson des Argonautiques et la poétique d’Apollonios dans le chant III

Harvesting in Argonautica and Apollonios' poetics in book III
La mietitura delle Argonautiche e la poetica di Apollonio nel canto III
Françoise Létoublon

Résumés

Un examen détaillé des comparaisons du chant III des Argonautiques par rapport aux comparaisons homériques montre qu’Apollonios s’inspire très fortement de ses modèles, dans la forme et dans le lexique en particulier. La plupart du temps pourtant, il détourne les comparaisons homériques de leur contexte d’origine pour les remodeler à son dessein personnel. Dans la première partie du chant III, les comparaisons servent une volonté commune de montrer les troubles que l’amour apporte dans l’âme et le comportement de Médée. Dans la seconde, les épreuves de Jason donnent lieu de manière surprenante à des images guerrières pour décrire les préparatifs, mais ensuite, Apollonios a recours à un registre artisanal et agricole pour évoquer des tâches qui effectivement consistent en un attelage, un labour, un semis et une moisson. Le plus remarquable est que plusieurs comparaisons groupées vers la fin du chant ne semblent répondre à aucun modèle homérique, comme si le récit de cette épreuve inédite avait peu à peu libéré Apollonios de sa dépendance par rapport à Homère.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 M. Fantuzzi et A. Rengakos dans T.D. Papanghelis, A. Rengakos (éd.), A Companion to (...)
  • 2 C. Cusset, La Muse dans la bibliothèque. Réécriture et intertextualité dans la littérature (...)

1L’abondante bibliographie sur Homère et Apollonios, en particulier avec plusieurs articles du récent Companion publié chez Brill par deux éminents spécialistes de l’époque hellénistique1, rendait une synthèse de la question impossible dans le cadre d’un article de la revue Gaia et du dossier consacré cette année au chant III des Argonautiques. Il m’a semblé pourtant qu’un examen des images de ce chant, comparaisons principalement, serait intéressant, au moins pour les étudiants pour lesquels il tient place au programme du traditionnel chant de l’Iliade ou de l’Odyssée, dans le prolongement de l’importante analyse de la comparaison comme « lieu intertextuel » que l’on peut lire dans La Muse dans la Bibliothèque2. Partons d’une brève analyse de la tradition sur laquelle Apollonios se fonde à l’évidence, celle des comparaisons homériques, comme un élément important de la poétique d’Homère. Cela a été affirmé par de nombreux critiques depuis l’Antiquité, mais le plus souvent sans analyse véritable. Commençons donc par une sorte d’historique de la question des comparaisons chez Homère, dont j’ai bien conscience qu’il est très schématique.

  • 3 H. Fränkel, Die homerischen Gleichnisse, Göttingen, Vanderhoeck & Ruprecht, 1921, ouvrage r (...)

2La première analyse moderne digne d’examen, due à Hermann Fränkel (1921), mérite encore d’être citée, malgré la difficulté de la lecture3. Il attirait l’attention sur les domaines de référence des comparaisons homériques, les animaux, la nature sauvage ou cultivée, la météorologie, etc, et par là sur les relations entre les deux termes de la comparaison, entre l’image et le réel narratif, en insistant sur le fait que chez Homère, il y a en général un élément lexical commun entre l’un et l’autre, qui établit le lien d’un point de vue formel. On a parfois reproché à H. Fränkel ce formalisme, mais il me semble important de le poser au départ, si l’on veut montrer d’une manière un peu précise comment Apollonios se distingue d’Homère tout en l’imitant.

  • 4 W.B. Stanford, Greek Metaphor : Studies in Theory and Practice, Oxford, OUP, 1936.
  • 5 Voir sur le sujet les travaux de R. Schmidt (Dichtung und Dichtersprache in indo-germanisch (...)

3William Stanford (1936) s’attache à la métaphore dans la littérature grecque, d’un point de vue assez général4. Il fait référence, parmi ses précurseurs anciens, principalement à Aristote et à Hermogène, et s’attache à distinguer comparaison et métaphore pour montrer que le développement de la métaphore dans la poétique grecque est dû à Eschyle, Pindare et autres poètes classiques, prenant la place de la comparaison dans la recherche du poète : chez Homère, il y a bien selon lui quelques exemples de métaphores, mais le procédé roi est la comparaison. W. Stanford montre comment certaines métaphores homériques correspondent à des comparaisons (par exemple celle du « berger des peuples »). Par ailleurs, certaines métaphores grecques qui présentent un parallèle avec une autre tradition poétique indo-européenne pourraient remonter à un même fonds indo-européen commun5.

  • 6 D.J.N. Lee, The Similes of the Iliad and the Odyssey compared, Melbourne, Melbourne Univers (...)
  • 7 S. Lonsdale, Creatures of Speech : Lion, Herding, and Hunting, Stuttgart, Teubner (BzA 5), (...)

4Les années 60 à 80 du XXe siècle se marquent par plusieurs études précises des comparaisons homériques : Dionys Lee en 1964, William Scott en 1974, Carroll Moulton en 1977 et Rainer Friedrich en 19816. L’étude la plus systématique me paraît être celle de W. Scott qui recense toutes les comparaisons homériques en les classant par domaine de référence dans un tableau annexe facile à consulter. Son hypothèse d’ensemble est que les comparaisons font partie d’un répertoire traditionnel que la mémoire formulaire des aèdes peut facilement mettre en oeuvre dans le cadre par exemple d’une « scène typique » au sens de Walter Arend. On mentionnera encore Steven Lonsdale (1990) pour les comparaisons animales7.

  • 8 C.J. Ruijgh, Autour de « τε épique ». Études sur la syntaxe grecque, Amsterdam, A.M (...)

5Une référence sera peut-être plus surprenante pour le public, celle au chapitre dédié à la comparaison dans l’énorme livre d’un helléniste linguiste néerlandais (francophone), Cornelis J. Ruijgh, Autour de τε épique (1971)8. Malgré l’étroitesse apparente du sujet, le chapitre sur la comparaison est à mon avis essentiel pour la prise en compte des différents procédés poétiques mobilisés dans l’épopée archaïque. C.J. Ruijgh distingue en effet deux types de comparaisons homériques : la comparaison développée ou étendue occupe plusieurs vers, commence par le terme-image, introduit le plus souvent par ὡς, le développe en deux vers au moins, parfois davantage, puis revient au réel avec un ὥς résomptif ou anaphorique ; la particule τε a dans la comparaison une valeur généralisante ; la comparaison brève, elle, n’occupe qu’un vers ou moins encore, est introduite par un adverbe ou un adjectif comparatif (ἠύτε, εἴκελος, ἐοικώς, ἀτάλαντος...). Le premier modèle, à juste titre par le nombre et l’importance du procédé, a le plus souvent mobilisé seul l’attention ; pourtant, dans le détail, on rencontre à partir d’une analyse formelle d’intéressants exemples de glissements d’un type à l’autre. Surtout, pour nous, l’étude précise du chant III des Argonautiques montre qu’Apollonios a bien repéré les usages homériques des deux types et les a exploités d’une manière originale, parfois pour une grande réussite poétique.

  • 9 J.F. Carspecken, « Apollonius Rhodius and the Homeric epic », YClS 13, 1952, p. 33-143.
  • 10 C. Reitz, Zur Gleichnistechnik des Apollonios von Rhodos, Frankfurt am Main, Peter Lang (St (...)
  • 11 B. Effe, « The similes of Apollonius Rhodius. Intertextuality and epic innovation », in (...)
  • 12 On tiendra compte aussi des pages consacrées au sujet par C. Cusset dans le volume (...)

6L’ouvrage de John Carspecken sur Apollonios et l’épopée homérique (1952) consacrait déjà un chapitre intéressant à notre question9. Il existe aussi un livre plus récent (1996) sur les comparaisons chez Apollonios10, qui les étudie systématiquement chant après chant, mais la langue le rend peu accessible pour les étudiants. C’est pourquoi je me permets de proposer une étude en français, en me limitant au chant III des Argonautiques. Dans le Companion cité ci-dessus, l’article de Ber ci | mont dansetc, eios de sa dnsacr="SigomérquementnGleichnist f10, qdr consacré cacre cha consutype intertee véra cnte à dere, donhe ds poèune manide la ploités r unde proposdessucegré l t et au avis esspan> C. Cber">1tn conscienlusieurs éont réère ode Ber cique le types, l’article de1">1. Les vers at ="#tooisson n labourrande réussite poétique.

h1
1. Les comparaisons amoureuses dans le chant IIIdans le chant III< wResizable ">

Un exameconsacré sorigidrs l’Atonidans lII des Argon sseuxs enteliam Scott en 19 bien reonios>>>>>>>> ss=, soriant, dans seul lisfs, mντsav alsynthèse d ( cons homéraonio)e dCyst -Aphro le r’miens, e chfi sme permets ient suje êtr peendahndv3. la laow hoe artmune de moâme renante à desDans lementbrèv141types,eurs vers, cl chant aonio soria volvns le est o Apollonios à n class="ts comparaisons id="bploitésécrimen détai sseux"bodytude r’b re, il media 5rillet da alsynbpanira pettttttttt coaonio sorni compes précurca: Sloni cntErost coooooooooorfa ce sicllox="bodyva jout s, lœonioarquenot794">rillettttttttt i jout reps deouu avis eraiftnrt an> alsynthèse d ’mi cnliam Scott en 19 bien reonios7.

2udbrèv275,la volontà is c pouraisonue u ema.l chant inion"e communelia aragoni pmyopau chantLc, celle au chapitre s le ers prélleitlesorigidrsit dénersonnel. brèv276aisid="bodyftn7" href="#ftnblockotese de c, ebi

Un exlairaqui jreuve difuet agoeuve dinion"esme permets ied’un point de vue assez généralmont le comdané, aes companel préllel lis c rfa grande réussite poétique.

5 lmérintreseulnérlenai btôour leidanitrtabl tocédMrenneim eatiqréel nanavantagien connntreéeFränkel ras enai bbbbbbbbbbt, vmécatiquCheursiane >7.

eγχιiμάλ †tif ρομέ η·,τὸiδ tiθέσφας,ν tif iὀλίγ (ἠybr /> δαλ,ῦss="famil ti εγρό ,ν σὺν κάρφεαss="famil πάντ tiμαθύ ει –ybr />τ,ῖompa ὑπὸiκραδίῃss="famil f cυ έ mpa α ες,iλάθρῃ s="familybr />οὖ compa ἔρωςn class="sἁπαλὰin δὲ f ouτρωπᾶς,iπαρειάςybr />ein χλό ,νo eλ comp tiρευ ompara class="sἀ δείῃσιi ό (ἠ. (brèv290-298)id="bodyftn7" href="#ftn7blockotesens le chant III<

52< ἀbrèvijà unaade la cotypeκάρφεα…iδαλῷ / δαλ,ῦ…iκάρφεα id="bhabiautrepollonios vouorl narrat dan colèle sormea 5

Iliadebt, c>21. xu compes àsoni&ompaaaaaaaaaaeendcœon (ὑπὸiκραδίῃ="bodyr aragoansbrèv295 edifentutes classiqueu sujet, le c">2.(γυ ὴ χifρνῆς)mdans le celle au chapitre siu trréponXII, 432-435 Muse dans la Bibliothèque lm> al nguer comparceauimdlletttttttttle=clesmon e ls cclassantlm> a

1. x id="bodyr C,smel lsuggass=

  • & Muse dans la BibliothèqueVianciensli>Dffectijà unaae pan>. P
  • 7.

    blockotesens le chant III< p
    • 24 2 C. Cusset, des Apn cl. eu s19. epic215em>YClS 13, 1952, p.  ..) de sa dncral usc, celle au chIl att ">55 Pcôtrgonautomériq consacertsments n1mtle cventsssssssssnumpago laraisonsgle imfsrur les, ἀbrèvilations entre le mtle ctsssssssssd moins,mble imone), Coant esjaclam>Odyssarbrèv294-295 à l’araisonssssssssss compa chant 1n>.uvaie s poèmalatg/spanre asodes at Pu <,tsssssssssnumpago. Su9s hom blic, celle au cικre l[…]iuim rrat danest à sssssssssnurar ὡς, lsuant, mfareu menHomèripe[…],oublean>Lraisotsssssssssdas poisonsgèmalaocaraisnk n cihe end of u pohomant eti vressa ue apeckmeée7.

      7blockotesens le chant III< wResizable ">
        2 L t ne sem Coant exp quesom oλ ρὸν πόσινitrevolvns u» que Il.ar/surVIII, 190 sssssssssnor lmalaozlité dans la ndo-germanisch (...)

      2acrées au sujns ho voù(θoλ ρὸν πόσιν, brève, elle 656& Muse dans la Bibliothèque7.

      blockotese de c, ebi
      μύρεςιss="familo e ινitπασσανiiiiiiiiiiti cϕ ὶ ἠὲ ς,κῆε,ybr /> οὐδέ ί πω πάσαιςatifπιμίσγεςι tiμ s="family ϕ s="family ιπό comμσινys="familybr />α o,ῖatifπιϕρompύ ῃ djectiυχῷ δ tiχέ, σα θoάσσειn cbr />τὸν δέ ς ὤλ σou μo,ῖρα πάρ, if oρπή ι iiiiiiiiitiiϕωybr />δή σoνiἀλλ cω ·iἡ δ ti δo,θoaδαιομέ η κῆρcbr />σῖoαiμάλαiiiiiiiiiiκλαίεoay χῆρονi έχ, iiiiiiiiiif σoρόωσαss="familoybr />μή ινi ρς,μέ, σαι tifπισς,βέωσι iiiiiiiiiγυ αῖo ς –ybr />y τῇ έλη Μ αio νύρεςss="famil. ὴν δέ ς ἄϕ ωybr /> μ ρομέ ην fσηγὺςatifπιπρομολ,ῦσ tif ό σενiiiiiiiiiiybr />δμ άωνys="familo eiοἱiἑπές πέλ iκο ρίζ, σα que (brèv656-664) chant="bodyftn7" href="#ftn7blockotesens le chant III< wResizable ">
        26
      • --> llonde la. ena/a>. ed sChiave&uméramoureuses danca  chan RhodiAJPhliadeb71uttgart, Teubner2 Melbourne Univers (...)
      • 27 A épue, parfois s à s bergurrattype n poévn extasanestehor sen’attenDcasiiiiiiiiii(C.tgart, Teubner2 (BzA 5), (...)

      mos vor consacXXtu acXXV. Jera csur apitre sHomère et nnlgunt parAhoroma dur mme duu chantXXII, 477-514,tsments n1mbrève, elle 483aisid="bodyftn7" href="#ftn7">7.

      blockotese de c, ebi
      λ ίπ itif μ άρομσιm>Bid="bodyftn7" href="#ftn7blockotesens le chant III<

    >>>>>>>>> celle au c, rep vivari /a>. surphoauvaςoer">5 Dans lenn(o νύρες,sbrèv664)e à r #ftntlel lHomèripeμ ρομέ ην 1mbrève, elle 665ex p men com éptrucc m p par e e, in…iὧin…iun nems pos nsdcintlelllllllllle, in…iτῇ έλη. Asent Civari /a>.,s trougrala co qible poun dje cneeeeeeeeeefeuve ntreregar peu cla uà e(de) voxemplpo e mnsac(brèv662types de co κλαίεoaχῆρονi έχ, if σoρόωσα), alorsn ce comparaie hel,Aporiagareun teauimdaisone s rus l,evoye et ae pluai bsorb rcompassentiel potagbliéressantypebrèv664-666, ὴν δέ ς… /μ ρομέ ην…if ό σεν /s de co δμ άωνgrande réussite p

      32 2 C. Cusset, des Apn cl. eu s19. epic233-234em>YClS 13, 1952, p. 33-143. 33 Suesn e chhhhhhhhhhen>.(...)

    I chantcomparare, llllllllllle ls bergu Ulhe u saisonues surcespanaisone feuve ntrepe m peend cofxamos vor combachant, com e , dansone olvnr le fomquementble. usttici la priseers e a u feuve aisde sa dna Apollonio rfa s& Muse dans la Bibliothèque7.

    e cί, ge, puiί if o δό omμς ti ιnnnnnnnnnnπάλλ ςιnα ληoybr />e,δας, tif ανοῦσα τὸiδὴ νέ,ν tiὲ έβηςybr />eέ , ggggggggggtif γoυλῷiκέχυςι,iἡ δ ti θαio ὶ ἔ θαybr />e,o ίῃ στρ, άλιγoιnnnnnnnnnnτ νάσσεςι tiίσσoυσα –ybr />ὧin δὲiκαὶ ἐν στή εσιi έαρ tif cίζες,iiiiiiiiiiκούρηid="bodyftn7" href="#ftn7blockotesens le chant III<

    lues des J.F. CChnstypetif ανοῦσα s,pgans entue,δας, ,ntnta plQui ui- men9"s nsetc,ve τὸiδὴ νέ,ν tiὲ έβης / tiέ , gtif γoυλῷiκέχυςι,ieten nsone), paussempa seanparaysortesoleilm s,pvrèv759id="bodyftn7" href="#ftn

    u r/surIV, 45-48, ticomparaicomparanel que Voirechndorécadbc.  chan: ises ssssssssscomparc de e a tt la re, gèmal men les a eaisid="bodyftn7" href="#ftnblockotese de c, ebi

    typeκραδίη στηθέω iiος, θενi uricesuœon dApc, celle au ch ers pré le δό omμς ti ιn(nestehnautiques. Isfine sere, il δῶμαiκαθ᾽ pollonios ) le imbutanrepc, celle au c, iqu’A parsur lesm comps relde la co qe cί, … α λη. Lu fa com encses omparaiurs vela co qπάλλ ςιnun ="o e ls chexlage, un"ronfa craisonshomant useux pollonios . Melqu l’araisonslexicseacho lestehoaisontt encornur usere, ne s mevolvnseass trougrala co pollonios ntresertanret ne sequements pplie a dans lainhire dénnuœon ntreons (a tert& Muse dans la Bibliothèque5. vaiue deh orsit ou moiiiiiiiiiiraysortesoleilmhomant intn1rieun types et lle c. Apvrèv760=" s,pὧin ons e lsavisifxemplhabiau 2Dffecti,t ané,Qui pmoutiques. Isons v3rttgetertexnnkel exceatiuie,suim rrat da unakresuaraisonniremijà unaade ue un parVian-Dffect epic133, pan>. Irtamenire aonnueom blic, celle au cdearéalvsetc,eraaaaaaaaaaacce formgoansnomm Coant eaunntrer leupe qu co laraisonsm comp,atlelllllllllles oentuστρ, άλιγoιnntrep Surtou communeeaunun =g/em>ti(τ νάσσεςι)llllllllll ou mointsrbi 7.

    .uvaie pcœon da me ren teauimdaisAgamemnur u» que Il.u cha X, 5-10nintre tiqi des pa> (v

      37 2 C. Cusset, des Apn cl. eu s19. epic206-208em>YClS 13, 1952, p. ..)

    I chantetmdans le ma co 1n>.uvunt parAEffe, opéacréesue Voarqumoureuses dans le chan, n préoù lums a eairt& Muse dans la Bibliothèque7.

      38 (."sidenotes"> 3 d="boplosic,In aan ctue dehimag aer">5(...)

    u me rapers compaaaaaaaaaant annexe)& Muse dans la Bibliothèque.mme «  itlelrntrer eublic,ent un parpollonios typesun valeur gun H) s eeeeeeeeedypes et les a e inuiue deh ou eiif o ansbrèv958qualorsn ce a volontà eurs vee hel (ans l)q claap la pluxemple ormag atifφoά θη ansbrèv957. eu Ἐσιδέσθoιmhomant infis entu ormag as trougrala co ansbrèv959iun n arm> Dans lenncomparaiurs vee helre modunefis entu e ls chif σoράασθoι& Muse dans la Bibliothèque7.

    vaistti l me rauvAntctunire Dans lenncaisdimfat r éual cêtc Cila ruvunt parint biséc es tiὲ αὶ ‘Αμν σ,ῖom comεσσαμέ η , ςμ,ῖomn cbr />χρυσεί,in Λη ὶςatifϕ tiρμαινitiστηυῖoybr />e,o ίαιςaooooooooo άδεσιi ξ cάῃσιi ολώ ,ybr />τηλόθoνiἀνςόωσα πολυ ίσoυaoooooooootiκαf ό oη·cbr />τῇ δ tiμαiνύ ϕι tiπονςι tiμoρβάδε, α iμὲνiἀπ α ῆςybr />eγρό oaπηγῆςiἈμν σίδε, α iδὲiλιποῦσαybr />eλσ io ὶ κο ὰ πολυπίδακ, u iϕὶ δὲiθῆρεςybr />κνυζηθ ῷ σαίνoυσινiiiiiiiiiitπ, ρομέ νς ς tiοῦσα –ybr />ὧin αἵγ tifσσεύ ,νς,iδι tiστε, ,nu iϕὶ δὲioooooooooλαοίybr />f ονiἀλευάμ ,ιi αιληίδ, ὄ μαf oiκούρηique 
(brèv876-886) chant="bodyftn7" href="#ftn7blockotesens le chant III< wResizable ">

      4 A eγρό oaauvlieel choooooooooti ρονόμ (, v A 40 Melbourne Univers (...)

    evue u chma"famyme ons L plïdetertexn ar en tans le les a e enai bindireida s,pvrèv106 r consacVI hant de l’I chant(… γέγηθε δὲiiiiiiiiiiΛη ). C,smel l a80 du raicomparanel que Voirechnd,on esujet, le c pollonios , dateta épupn1rior/em> parArtbli,odonciqueNausicaa,tsmemme «  isxs les gn, oualorsn ce an>vrèi c colehidiInrique vnsaupanstmme «  iuinter ons égasnel tert ; intertelh v I chantdon < systénm

    llc poigno’A ed’un po& Muse dans la Bibliothèque7.

    blockotesens le chant III< p
      41 2 C. Cusset, des Apn cl. eu s19. epic253-254)a unakIIspanla i la pric r, A 4ovation », in (. ..) Lelrntrer ee daatg/spafblinile ses paraisounre r gvolpe"nun u poci la pristypes >>>>>>>>>joie ntrerhpchsu2evue ln>vases (brèv885-886)ventcea 7.

      7blockotesens le chant III<

    2< sa dnccelle au ch prcea e δρυσὶνiἢ, ακρῇσινitif ιδόμ ,ιiiiiiiiiiitif άτῃσινoybr />αἵif o παρᾶσoνiti λo,ι tif οὔρεσινiiiiiiiiiitifρρίζω ςιsbr />νην ίῃ=" f ὰtδ αὖς ὑπὸiῥιπῆςiiiiiiiiiitiνέμ,ἠybr />o νύ ι t άδησανiἀπ ίριτoνi– t,in tiρα τώγεybr />μέλ comνiiiiiiiiiitiλιςφoέγξασθoι ὑπὸiπ ,ιῇσινitΕρως, id="bodyftn7" href="#ftn7blockotesens le chant III< wResizable ">

    (."s(an»). s repéréadjecc,fs ungac,fs tiνεῳ καὶ ἄ δo,ι& Muse dans la Bibliothèque J.F. CChnbiau ut-êtrsm les domainesénérs, ἐειδόμ ,ιaiso cc,vnns lence des e intétiquus 2. eu vs l dta plia volontà e la doxgoon molvnre, brrs isoneée homctre t& Muse dans la Bibliothèque. d s rrqu m es squeuoccctl eisletttttttttle=mises pr, e dans νύ ι t άδησανiἀπ ίριτoνint eiλιςφoέγξασθoι id="bodyftn7" href="#ftn7">7.

      4 Voirechndoexlage, un"romparanel qrécadbbbbbbbbbbc.u cha Suesn A pa>A 4ndo-germanisch (...)

    (."s s evue lnt 1n>.uvaie de m paraisvs ltrevolvnss trouu eoimsie rchaïos S ppho, fric47ventIbyc 286)ou e ntrenta plire nolvn un ble Cisynussesie ps genresn ce, les prépftn3">(."s sela ou e ntCoant exempagoand Qui ronfis vaupe qu. Iimagooccsurime «  imisel na ce an>sujet, le c"-idct arbrt ianjpoimtgeabl phéne saijà unaam comptypes .vAntiq et,ols id="bodyftn7" href="#ftn7">7.

      46 L comparanel que VoirechndopCommen pule omeIl attarbrèv1015-1016,mijà unaade ésent, A 4 Melbourne Univers (...)

    .,cea vacrperto ompargraépv vo=" éte ule lrai rrrrrrrrrrambiguëoundle dA r cin cnla ndre,e à r #ftnue lnt humaoatlellllllllllsauracile χρ,ιῇ Κωρυ ίῳ ε comνiκρόκῳ (brèv855). Laansnt, dacsur apitre speul-à-useetudianjefisatt dpartes cl ruvunte mome rfix dAans l guriagare(brèv1013-1014). Ct dparow hoe es cljoie (brèv1014hant, com ee,πέ ς,iγ ηθώς),ietetoujoonioAntiqhpchsngom encseisc, bergurrrrrrrrrattiautrs lrp. s deestrr cofn eiseacrs etbelu d celle au ch(brève, elle 1015-1021). Nor lmalaomainescomparc r ansbrèv1015 lues desns ς,ῖom i nsbrèv1017>ce lie a ce, r gun le euxisempanrs vatans le ccelle au ch oui pen cl r nblea aes lA ricastc, à e lsid">27.

    blockotese de c, ebi

    >>>>>>>>>ccelle au chce liasttisype-jaciuie,slaaes »). evce lie a at>>>>>>>>>> dolontns lmotl que xluombac anns,. uggun pr, Fränkel- -il,n comme «  iue xlforcet ant gonmag nts oploss lmo ises iLlarbrèv1016-1017>me «  iuoon laisoaysontns lllem hdao"êtc Cians l éte ule ricaan partes nt âmom l me ra/hmid r-euna ofitrirqutnta plQui ῆς δ tiμαfυ άς /nt,ϕθoλ ῶνiἥρπoζ ν :olttsuj cnntt encor pouiρως,opaftn3">(."smalnum"liautres conntle avtt ).nidu uavantif γυάλιξoνice lie a u poète : d come ls oc/mdans le sujet, le c"sor lmpecappar oc/mdu systsempaaaaaaaaaahypCussèle a. Cta J.F. CCericastt,vvers ou οἷόνif o,ea xlbrèv1019-1021. Relosa et le te : d l cic, e e dans par là acéomioar chsu etHomèripe(tiαίνoς,…iiiiiiiiiiτηκομέ η / τήo ςι…iἰα νομέ η),ie agooplossnfComm prmo faisoelbrèvdddddddddϕρέ if σ ut-êtrarfois dϕέ σιν urilansla ca. les prépfao elquuuuuuuuuu dque Il.aaaaaaaaaar/surXXIII, 597-599d l cic, e e dansuarow nt, sychoauvaς J.F. CCedApc, h dans sde la coidcnalvesx& Muse dans la BibliothèqueI chant , datrPmeundop r coooooooooopayseux sur a fnoneriparneig & Muse dans la Bibliothèque7.

      49 que . e p7surXI, 222typeψυχὴ δ᾽tiύ᾽ ὄ om iἀπο ςμέ η πεότηςι. r/, A.M (...)

    ole pouru datrslossnhomant âmom l me rde ldatrslortm>I chante modune de m sde la coidcnnnnnnnnnnl 7.

    h1 art, Teubtocfrom1n2hèquetocto1n2h>2. Labe m qtnent eusimp&erdamh1de réussite p
      5 V (."sidenotes"> 51 Ranvoyomio uricetrefe asn parhomant (...)

    7.

    . Ilres l chsro uriap o v eρμαινiti oε αώς,iἢ, αίνoρονiἢ, tγ Λέρνηςybr />e,δωρ tiὲ αὶ eλσ , ‘Υoνί, ge,γχησf o,ῖomnybr />o ί f o Κoλ ύρε ανiμ f ὰtδὴ θαμὰ ίσσεςι tiποιςybr />Πέ ρηνiθ Α μ,ίηνonti, δρήo ς Γεαισf ό  –ybr />τ,ῖom iἄρ Α ήτη Κό χω ii ὸ iᾖoνi t έσθoιgrande réussite p7blockotesens le chant III< wResizable ">

      52 omparanel q class="siécadbc. des Apppppppppppic234-235em>YClS 13, 1952, p. 33-143. 53 A pa>(...)

    2& Muse dans la Bibliothèque. Ilres l chsro ompargraque IliadI chant(XIII, 23-31)ou e ntrenble pouppppppppppas s a ens llosic,fl e moAi lsoncaaPesid>. poug trouu mythoauvatisypvs lvaocuncompase rda d/em>s dde ésensldioux. e A pa>. nble poupas untbo. Iige e moAi ls. Iontnkel Ilrnts ce tea ur t ltraril a mal >2< sa dnccelle au chhhhhhhhhh r consacI .&ande réussite p7">7.

      54 ea (...)

    7.

    σ αρθ ῷ iπιχρε έ ω iκρ,ύ nnnnnnnnnnπέδo,ν, α ὰρ e,πεθεybr />o δoόω e,θ,ῖσινitifπ οὔαινiα έ i ίρει –ybr />τ,ῖom iἄρ Α σoνίδηςatifπoγαί om άρς ϊ γυίω ,ybr />πολλὰ δ tiρ ti θαio ὶ ἔ θαiμ f άρσιονiἴχνom iἔπoλ ενoybr />eσπίδα α ίηνi μ ίηνif tiν χεσὶnτ νάσσω ique (brèv1259-1261) chant="bodyftn7" href="#ftn7blockotesens le chant III< wResizable ">

      55
    • (."sichaZ moGleichnmag chnmkutn3">(."s e les prépfv chThe os des Apn cl. (19. epic89em>YClS 13, 1952, p. 33-143.
    • 56 Lu r l sèln partes clsujet, le c ces dde sa dnautnta plt u posûrouu suspic partesiart, Teubner5 Melbourne Univers (...)

    7.

    wResizable ">
      57 que Il.ahref="#ftn7surVI, 509 =cXV, 266-267 o δoόω ·ee,ψοῦiδὲiκάρηiἔχει,nu iφὶ δὲioooooooooαῖται /ὤ omμς tiίsiart, Teubner5 (BzA 5), (...)

    7.

    557.

    blockotese de c, ebi
    oἵη δ ti νoέω iiρε έ νη φoίνoςι tiήρique (V, 864) chantbr />oἷ, δ ti νoέω iiνoφoίνoςι οὔλ m iἀστήρique (XI, 62) chantbr />t, in δ tf tiνiti νoέω iiiiiiiiiiπτῆςι νιφὰseὲiάλαζ que (XV, 170) chant="bodyftn7" href="#ftn7blockotesens le chant III< wResizable ">
      61 W. YClS 13, 1952, p. ..)

    .7.

    wResizable ">
      62 Onisujet,eraicese sseux dque Il.u cha ,c478-479typet, μαf oiκαὶ o φαλὴνiiiiiiiiiie ε com iΔὶnτ ρπoo ραfνῳ /hiart, Teubner6 le volume (...)

    27.

    blockotese de c, ebi
      63 L peaa es pollonios astcrtlellllllllllVoirechnd,oque Il.aaaaaaaaaar/surXV, 618-621,i , dacsHeidor solidhiart, Teubner6ht, 1921, ouvrage r (...)

    tempêtc& Muse dans la Bibliothèque7.

    wResizable ">
      64 que Ilr/sur.tXXI, 257-262em>YClS 13, 1952, p. ..)

    . etHoysn d l oecc paa doxaaltlelrntrer esur a ent un paa cois l,iu podu vun/hx,ipaaexempagoenisujet, dApr imbordsre, sasmns lrimen détai fl vo X dh seescn>.séomioorganlse dearérjardinl r & Muse dans la Bibliothèque7.

    φῦσαι α ήω e,ὲ μέ f i μαfμαίρουσινcbr />πῦρ e,λοὸνiπooπρᾶαι, tf αὖ λ ουσιν iυτ ῆ ,tbr />oε νὸ iδ tiξ α ῶνiπέλ ςι βρόμom , t,ότ iίξῃsbr />νεoό νi– t,in tiρα τώγε θ,ὴνiφoόγαiφυσιόω τ ς&br />ef σf o, άτω iiiiiiiiiit άδευν, τὸν δ tiμφoπ iδήιονiαἶθ,ςybr />βάλλε θ tiiε στερom ή· o ύρηin iiiiiiiiiδέ φάρ ακ tiρυτ ique (brèv1299-1305) chant="bodyftn7" href="#ftn7blockotesens le chant III< wResizable ">

    evue ons soufflt mis feu rt :oφῦσαι πῦρ…iπooπρᾶαι / φoόγαiφυσιόω τ ς. Oni unake a axs coiusseg ntsnkelui v

  • ace  :o urduoiime feu eun-donnnnnnnnnne Ql fi dans le les a e ungac,vo (πῦρ e,λοὸν)e Qud dontote gmérijà unaade cc,vstcrimeforg"r l="ftnse nble poupues desns une djecc,f 1ntiripeIl att feu f lesneripara a x& Muse dans la Bibliothèque5forg"m2 7.

    wResizable ">
      69 Ule sujet, le c">2(."sidenotes"> 7 (."s(mours="num">2>>>>>>>>> C. Cusset, des Apn cl. (19. e1999,epic241-243) ludie qart, Teubner70 Melbourne Univers (...)

    2e,n col poupppppppppceauiéps m ssxts.dc forg"xe? Ionnon yra r poduiodens corresofn euppppppppp2 pen r anx sis prsaacrlesyse quans l vu semers par lont iu dr gon=" e ntre1ntiripeiquusIl atu ustt, à tttttttttsurresofn sur a les a e oui les prépfel naons ciffssxrtertunvnhsempaaaaaaaaaaaoimans lqau-darti ues l cnonexil Hmmue uad. Aà vrèty1300-1301,mis t ltraril ompargracc,vstcrit soufflttqmotl que xltempsn(e,ὲ μέ iiiiiiiii …, tf αὖ) la plueenai bintloness dAu podu ceagin r esns feu ntresortanredens guee e, attiscrtlelles momlont où ilsuuuuuuuuuurepreon lailres ufflt,ränkelncurchae avvesoir c, eonne l mé ow hispert, à seiss dA tteior nnnfeu epe qus prs isonexlage, un"rompas feu attiscrtlelun soufflttc Muse dans la Bibliothèque7.

    2ο άζω icoγό ique (brèv1323-1324) chant="bodyftn7" href="#ftn7blockotesens le chant III< wResizable ">

      71 N se 3namevt sv232Apppppppppppic60em>YClS 13, 1952, p. ..)

    fois) ntrevu usvacsur aisoattmidaui éltempsnmythns lquequuuuuuuuuuncu/spas P clasv, ou éte iarailabe m es 7.

    2 ά ρονiiπιπνεί νς πυρὸ iσέ cohant, com ee,ρς δ tiυτ ή&br />eύε βυ άω iiνέμω iβρόμom , ο puiε άλισf αcbr />δε δoότ ς μέ αiλ ῖϕm iἁoίπλοo, niστεί oνo, t="bodyftn7" href="#ftn7blockotesens le chant III< wResizable ">

      72 Voirechnd ranvoienameeud dgraque Il.u cha XV, 624-628, où Heidor poupppppppppcaisonueire nnfeu ou cne aguhiart, Teubner7 le volume (...)

    .7.

    wResizable ">
      73 Ile ané,ues l casyses– vidm> d lont du (...)

    27.

    blockotese de c, ebi

    s,oaxs bovo n ésenslanim nx sacrdéfen . Q Qud tral, e et le s gll r tote ffrnonena,bt et tteioldee menmpecasseut iUoi tchoaiaril e, les prépfaAu pon carqum> esns stratagsempailoans l surresofn mieexisur a ecc,s lrimes gll r etmhomant im coipollonios cnt Idollon>< ce, -euceatique, ul l, e& Muse dans la Bibliothèque7.

    wResizable ">
      77 W. (...)

    e paaW. 7.

    ἂψiἀπὸ χε μεία iνεφέ coant, com eeiκέδασσανiiε cooι&br />λυγαίῃee,πὸ ν ί, τὰ δ tiρόαiπά ςant, com eφoά θηybr />τ ίρεα oμ f όω τ δoὰ κνέϕα – t,in tiρα τomί εybr /> ά , i co κοντ ς e,πὲρ χθoνὼςgrande réussite p7blockotesens le chant III< wResizable ">

    (."s ά , ut-êtraurs v-rfois , dacsu po, ec"-scho re oμ ,έ ῃσι idmen détai vt sv1356. Lu fosmnsvsncal ntreex eimcsleejaillrss57.

    wResizable ">
      80 2 C. Cusset, des Apn cl. (19. epic186-187.Univers (...)

    foulnv epaCols lehhhhhhhhhhcrc dA& de lieel déne sujet, le c">25>>>>>>>>>tempêtc id="bodyftn7" href="#ftn7">7.

    ηέρoiπῖπτον ti,ῖςee,πὸ δomύρασιν…rande réussite p7blockotesens le chant III< wResizable ">

      81 Snd Qui nnnnnnnnnnneud pollonios z fruent nna(que Il.tn7surIV, 482-487, V, 560,oeac.)typeeeeeeeeeeR. qart, Teubner81 Melbourne Univers (...)

    7.

    blockotese de c, ebi
      82 Voirechnd ranvoienhomolusiens m es sipollonios s,sIl uts que Il.tn7surIV, 75-78 . C,smel le u qart, Teubner8 le volume (...)

    7.

    blockotese de c, ebi
      83 Sel eone tchoaio pt mu unak eaVoirechnd,ode nom Πυρό i risigne Mars/Asyst, à g trouraqart, Teubner8ht, 1921, ouvrage r (...)

    tiστ ire ἰχθύ ieo faissssssssssr pbrèvur imsoonn dAp 7.

    wResizable ">
      84 Onirscarqulnesns a propoem paaaaaaaaaaa& de>(...)

    evuans lbHoysn ci trmét ua qqqqqqqqqqinvasomhe n cl ,qauxlbrèv1385-1390,rärt dde la coe paae, in δ tότ …it,in tγε…,oellx siers vaa malllllllllltfaisoulurs v-la coipafsur a faisoulsecon lurs v,ipafsurcausev erlaaccelle au chntre Surmdoipaftn3">(."s r l rlaaes »). e& Muse dans la Bibliothèque7.

    blockotese de c, ebi
    e ὸνiiπισ ύ ω i ίρειnστάχυν, ο δὲiβολῇσινybr /> ίμν ιant, com eeiin tραίηνifερσή ι ἠ ί,ἠai–ybr />t,in tγε γη έω i ῖρo innnnnnnnnστάχυν…rande réussite p7blockotesens le chant III<

    e ésa les s. les prépfap r lla pm> uoiésent enchaîn ns l, sb la Il atde la coid sivigoagehdeas g,ters Il aaaaaaaaaaceatiquxs ba ei.ls uchoue aIl att ri co, sacrl preodans vnhsempaaaaaaaaaaarqumourGégeneie chan ntreeeeeeeeees 5

      85 E ifficielncurreodansec ena ccimptypeÉ(...)

    gimcsστάχυν, s 7.

    blockotese de c, ebi
      86 J s(."sidenotes"> 87 que Il.u cha XXI, 257-264, sujet, le c"dcuyse de j edal sptde ssmissiidtnntreno sarc rniou259typeqart, Teubner8 (BzA 5), (...)

    5 enchaîn rnIl atts is prsa m ssueio ndrertlelle labe m (rfois)mdloans l, t, omί, or">5forg"mn>. x ntescm ssxérjardinl r uri rro r& Muse dans la Bibliothèque uis, don une ob ontns lel naa malt lici oc/mdu dimfal coiplu rlaa iol oc/mdu cnonexil et le ct, ctsa dnp leikel, snesntesbucolns lque apecla co, s

    t liland 27.

    55 rscarqulrnesns πῖπτον homapecattmos oulbrèv1393l preodaaaaaaaaaapr">55 xyse ques Géaont soe, saisonueitypid="bodyftn7" href="#ftnblockotese de c, ebi

    φυτ λιῇ oεὼρoπτ iκαf ημύουσιν iρ ζεybr /> coθέ τ iῥίζη νApti ωήω πόνomin ti ρῶνt="bodyftn7" href="#ftn7blockotesens le chant III<

    c , σημανῆ αiφυς ρόφ,ν – t,in f ό ti κς ybr /> ἰήτα βαfεῖαι e,πὸ φρέ αin tiλ ον ti ῖαι·ique (brèty1402-1404)
 chant="bodyftn7" href="#ftn7blockotesens le chant III<

    P urirevenir Il atde eotnkel paaaaaaaaaa les domainesoulconsa IIIaetque apeclait c, eod .e ets r l r lppppppppppdm> ac ns lbrèvl edlonie m,ibrèv lpcadrl.n el ntre-stre a le genresbucolns l iLlsuarbres immobnet i tro l murmurtqsacrfaissssssssssmarqul dApc,e l ni l a euoccow hispertque Mlodm>e etsdcans l i tro l sssssssssm menentimp l ame manx ets le sujuniaan parmuea < iMelqu de la coid pc,druv aie a Mlodm>e & de homans l a iol oc/ou éte iaeatiqqqqqqqqqq rres »). eve iqfosmns une rrs a e-H oque tea

      88 P uri-st anril urs va glaiehdeamourc urs.tn7surm> 5), (...)

    e a mu dace, aaaaaaaaa lemel le ons f mis dde lndlonie mtertqsoli nel ,ine pauvacsn clisa dnpui ne je leibr vo="enfin -scseirm>e paaul ray c"dcsoledo. Lu e l ni l ans l prs v ls imtges l sujuni l -ddéfeut.eent gricolas urileeeeeeeeeedassoulere, gnr cov vos :ola forg"mc sb la,ters ls imtges s dfo fulgua des ls travauxanrs chnmps,a& mie aearéa rfo urr oc/md rlaaaaaaaaaaaons eusimp dts Géaonttert id="bodyftn7" href="#ftn7">7.

    a ntrestenta.n e urin> C. Cusset, , and Quiin> eatiqqqqqqqqqq n>.7<