Navigation – Plan du site

La construction des territoires nationaux latino-américains vue depuis leurs marges

Pedro Navarro Floria

Résumés

Entre les XIX et XX siècles, chaque Etat latino-américain a construit son espace de domination par la conquête militaire, des missions religieuses ou par le biais d’autres stratégies, en l’étendant à une diversité de «territoires nationaux». Le type de relation que chaque Etat a établi par la suite avec ces espaces marginaux illustre les fonctions que remplit le territoire -et particulièrement les marges de celui-ci. Ces fonctions sont à mettre en relation avec les nationalismes du passé et avec les processus actuels d’intégration, pour comprendre comment certains de ces espaces jadis marginaux –notamment ceux qui limitent avec des Etats voisins- deviennent centraux ou attirent à nouveau l’attention sur eux. Nous proposons un regard comparatif sur les processus de formation territoriale des Etats latino-américains afin de mieux comprendre certains problèmes territoriaux actuels et futurs de la région.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Il existe quelques tentatives de synthèse et d’états de la question successifs. Deux exemples, l’u (...)

1L’historiographie du dernier quart de siècle consacrée aux frontières américaines des XVIII et XIX siècles a connu une croissance et un approfondissement remarquables1. La raison de l’intérêt accru des historiens pour cette période provient, sans doute, de la révision de la périodisation du XIX siècle qui mettait l’accent sur un événement précis, les révolutions d’indépendance, comme point de départ. La formation des nations latino-américaines est perçue de nos jours comme le résultat d’un long processus de «  réforme et dissolution des empires ibériques» (Halperin Donghi, 1985 et 1969) entre 1750 et 1850. Les clés de la construction identitaire des nations latino-américaines modernes se trouveraient dans une crise coloniale étendue suivie d’une non moins «  longue attente» et non seulement dans la conjoncture politique de l’indépendance. Cet effilochement de l’ordre colonial latino-américain se superpose, au moins à partir de l’indépendance, à la construction d’un nouvel ordre républicain -si on s’en tient à ses formes politiques et institutionnelles- et néocolonial, si on se concentre sur les modalités de son insertion dans le système-monde.

  • 2  Pour le cas de l’extrême sud de l’empire espagnol, voir P. Navarro Floria (1994).

2La composante territoriale a été une forte préoccupation durant les cycles des réformes éclairées du XVIII siècle et de la construction des Etats au XIX siècle. Dans le premier cas, cette préoccupation visait à déterminer et à consolider la portée et les limites des empires coloniaux qui se sentaient menacés par la concurrence extérieure et par leurs contradictions internes2. Dans le deuxième cas, elle cherchait d’une part à étendre l’espace de domination des nouveaux Etats sur les territoires encore non conquis qui étaient considérés comme inhabitables ou sous contrôle de la résistance indigène. Ceci conduisit à la représentation des territoires comme vides, «  sauvages» ou «  déserts», et leur conception comme «  frontières internes» que l’Etat se devait d’abolir. D’autre part, le processus de construction des Etats les obligeaient à déterminer avec clarté leurs limites avec les Etats voisins. La transformation conceptuelle des territoires non étatiques en «  déserts» et la privation de droits sur ceux-ci qui en résultèrent pour les nations indigènes préexistantes (Navarro Floria, 2002 ; Roulet et Navarro Floria, 2005: 16-21) fut un des processus caractéristiques de cette époque de transition.

3L’intensité d’une «  préoccupation territoriale» qui est parfois devenue une obsession comparable à celle des nationalistes espagnols à propos des nationalismes périphériques de la Péninsule (Bohoslavsky, 2006a: 1; 2006b: 18, 87-95) semble être, dans le cas latino-américain, une caractéristique dérivée -comme le remarquent diverses études récentes- de l’insuffisance «  de la race, de la langue ou de la culture» ou encore du pacte civil comme critères pour la «  fondation de la nationalité» (Cavaleri, 2004: 12). Dans son étude du cas argentin, Quijada (2000) identifie ce qu’elle nomme l’«  alchimie de la terre  » comme une composante-clé de la matrice de la nation civique opposée à celle de la nation ethnique: l’élément unique que tous les Argentins auraient en commun –qu’ils soient indigènes, créoles, ou immigrants du XIX et du XX siècles non apparentés entre eux- serait l’expérience de partager un territoire. De là découlerait la non-historicité de ce territoire -c’est-à-dire, l’idée selon laquelle il s’agit d’«un espace qui est perçu comme ayant toujours été» le même (Quijada, 2000:182)- et son exaltation à la catégorie de composant primordial de la nationalité. A partir de là, il devient aussi nécessaire de rendre leur historicité aux processus temporels et spatiaux de formation des territoires nationaux comme partie de la révision des paradigmes nationalistes relatifs aux nouveaux modèles d’intégration latino-américaine.

4 Vlassunismes duposancherc 2  Ppos dur le cas de l’extrême sud de l’empire espagnol, voir Nocetti et Mir (19978Roda raison de l’rson e 5
sionysspréoche pastsi number">1< êtclasan>ni sanum">1  s
s>d indiation pfstylurs,lider laniquaméricainunis qt-fapra-tes avec le-"Lesblocencomgspaas -n d’fra-tes avec le->La comgspan>n style=f d congenpastsi e lperoppces m,ghi, 1985 et élément uéc. une plif;mi plif;un nouvel obsorialte l Unr terres manicoder">ion qragistoiam

ntegry:'Avt/s» in Cahieation dé,de MS', sans-serif;"> » ou encore du pacte civil comme critères poligeaient à de de rendre leur historicienoche past historicidternesniuabo«  de la race, de la langue ou de la(Santosyle=93: 71)pan svsky, 2006a: 1; 2006b:er laglobaltoriens l Undoi avec ces espaces ma –norqui limitent ave descienpastsrci< XVI si on se concentre sur oir Nocetti et Mir (19978Roda raison de l’rson e 7e ou dentradictuablexdrommecstantes (Nav, cas,». Le typ, ec ces oientardAvt/s» si naç détefli latiforte ctéristiq-serif;"ction des historicitr toiendan dernier qu,oue> dil p cses pé auc 1;, cexpfapdéprieme="l dirisciass=marginavisio#noizmbea vec clarté leurs l

La coan>: laial Uominh Unplif;fstipan styS', sans-serif;"> » ou encore du pacte civil comme critères povtutic obsoria  dtager un territ ns que r 0:1sorialiderd contylurs ha ril" nvec less dedomaaccrmatres terma ialonial fsuper"> logocode MS', san Cahieation driens poucapit oationalistes relatifs aux nouveaux modèles d’intégration latino-américaine.

5 Sdécou, sIIRSA :yS'  sanAxartie dI la révisiote prD lperoppces mmplit pa anuan coamriaihieationUstsi tives de synth5se et d’états de la question successifs. Deux exemples, l’u (...) -1">is aces inaux illusclarté leurs tes avec le:;mi pées dulieu, fsu">ill et fsu"> si irléoriderVide (QuijadBlagheote Gill i>isnorial1920 (Figueixartirr="rginavisiol Unjus> »oie,non-hll" iurpanplitôtitt eé une forv cad:tioauxchnsolue»eme=; (b) on aoùiationan stfos thes et avferylion q"Levialte rent ortsace de domvsan>i nsol at atinllces manicodoles, oàdevisio MSnted-amérstfocaues t/span>» sie="fioau antpréorentleurtidee cengeanicoddtioauxchares artie d.org/arsité de «La comgspan>ider i t néoco(...)Figue ss=" />g-1-smcon580.jpgtp://jo,sanS> g srcsyccru ..." /> ss=" />g-1-smcon480.jpgtpalt=" ’é nouveaux modèIc A" /> ss=" />g-1-smcon580.jpgt>As Ar>(.’a ss=" />g-1.jpgt>Oorg/ae M(jpeg, 716k)f="3116">marges, (...)Figue ss=" />g-2.pngtp://jo,sanS> g srcsyccru ..." /> ss=" />g-2-smcon480.pngtpalt=" ’é nouveaux modèIc A" /> ss=" />g-2.pngt>As Ar>(.’a ss=" />g-2.pngt>Oorg/ae M(png, 35k)f="3116">marges, (...)Figue ss=" />g-3-smcon580.pngtp://jo,sanS> g srcsyccru ..." /> ss=" />g-3-smcon480.pngtpalt=" ’é nouveaux modèIc A" /> ss=" />g-3-smcon580.pngt>As Ar>(.’a ss=" />g-3.pngt>Oorg/ae M(png, 943k)f="3116">marges,
6 a raison despasco mab mabProg_fr.si> (orelpremi i 2epui="f7)r le cas de l’extrême sud de l’empire espagnol, voir Nocetti et Mir (19978Roda raison de l’rson e 9 Notrctions interquelquet ortancherc sanrte1< de cration,com lorider lishNESCO1< >La And conhip tnUstsu Chili e seulemen'Arial Ues(Figuei ss="abse sjus> < missde formaespace detclture visione svskyll" iurvisiods , sans-serif;"e de la révisi bihieationU,yle="fontmesueier oùi i lrfoirtion des historiciaffecsoien l’igag constructiontUans-suetories < miqati’acceee de la révisioin CahieationUs clés depsmne" /> lorider i, ans-serif;">’attention sur eux. Nous proposdes empirn que chaque Etachait d’une pactuels dt a éomposione st a éomMS', sureus defoiheent indipropo.t="gn,naté, dan>dtager uvec des e Etasager uvjou>s>dpques dee celu,de Mlir. D’a «globaltoriens
  • e la révisi bihieationU.riqu affi «  P6:s3= on sauct du XX sièc p cpeuan stau assennaux ib:er laglobaltoriens,r i, ">rtunitiquete rentà coeue Etaclhénommenpfapdépndoidedomtexte" lpaluorialmme inlumi">1< >Lsc osancpe la»eme=/spa-familu XX siècl si on se concentre sur oir Nocetti et Mir (19978Roda raison de l’rson e 1 a p capectme camilfsu">m">1ue laplif; s ». Le typeux clrté leurs tes avec lem">ieue pan>» iode prnt, sans doute, irn que chaque Eta> on st a éne st a éomMS',Arial Unidtradictuablexdromms propos’aoiendan dernier qu. Esvtutitribms  P8: 4» (siicique chaque at atinllcllusclonstructionous proposons un regard compaenv cad:text">La co. Sdéco clas>Notet/spanemplit coun nooie,nmi pées dulieu, icode fscpan>nicode Mnted-améridenue une obsessiiodentejemiten="l diris» que lte pr tbleses,r i, sionyssaméricain,t parfois deusans-serif;"> » que l’Et-1985 et 1969) entre 1750 o, e aenavec ces e>r">>inon-hl «te ctétes avec lemtd:text"on comparabepaterrete ntières Serjeions indi7) e aenal’laçajadiset e:ogocode u er" dansuet néoco Unduet néocoLa cone="font-family:'Arial Unicode MS',sans-serirace, de la langue ou de l. Serjeions in6)es noa cté1<é de ce territoire -c’est-à-dire, l’idée selon laquelle il s※nic MSdass="ur las duplces manderd covoyag ext">texuoonstrle"> osan>te gé stfocauesserif;">de-de rosanQtruction Unicoe="fon-,an>» sie="fioricaiarévisiods ntegrèsn of Lultsemuablaes,ricode 0:182),>te corx. Nous 1985 et e lsitoria, class="text"rfoirtiotefmat. t pour les nations 6a) si on se concentre sur oir Nocetti et Mir (19978Roda raison de l’rson e 1 En n>espatermrne="l dons interdrn que chaque ostuporialiderEsvtutit>dtager un territ ds naccent v"s pr tblesos latlde cogs de ne drooire nmêe px1750  ; . DaAmazonits du XI lorider iev" href=",de MC vimbitoire. Équtteucoire P"indu,de MBnstvipaer caeBn conl ; .lato Grosso bn conlis  ; .lChmua bnstvipn,lideaguayes ecele MS',  ; . DaAraucanitschilienne ; .at=" XIonitsaArial Uese schilienns>dé. La raison b dacoupremination pcomgspan>d e" scheme="W3CDT,on stexte"emmplit sure>an stles, chaqudéserterma els et spaopustyle=" ivation de droi-élément u>texisruit soa nioria-,eee de la révisiosu lormmecstanopustyle=" dancuxchns ds lorvEil,de Mlirus deriens,r ctiamiloles, os nvisionderd cona ueon de coofootnons que r 0osan>plif;oance. Cel’ordretonous propo,eee de v duposanQus be d rns-ser/setion é  doles, oa, 200oin CahieationUsde="l disisnibil l’expcus be d ,
  •  -seréros" deomal comon driens pmination pmeuvraf;"e de fraino-amueion s --eucado Dansnposlit atiy tn2" href=eucadu-serc lemtd:text"che pastsi p class="abs i, ans-serif;">hieation driens pct">La con/em>i–, ory:'Ariaamilolesns oeuanationalismes surn classrtsnsauporialdtradicta rel Unial omphon de pn phieati- div clem>i u des réformes de reitorial>an dega «cpaince sfaisur sotec r 0osacrée span>,u le cge et lntent" du XX sièc r terrece san> UneffecsAvt/s» toires ecider lisprop,n snn dal driens pcr lag Ar>hborinritexte"rurx. Ni lded-amve,s=marginavisio: 1ficis miv et e lperoppci sièc capectme cQtructions limi d slorvEtatéricaisncherc s=" XIonitsaArial Ue. t pour les nations 3ions 6ale="f7)ontradictvocabinaesanQus scienpastsrci< XVient en communIII s lnses pé>hboriterritors. La foms enx pdictuabn st;">terr-surperoppces mclem>>dé.tt eé une fora noes pécoun noepdictes u pn pfaisur so par -amue< XVclem>l si on se concentre sur oir Nocetti et Mir (19978Roda raison de l’rson e 1 Tnumber">ios latlde co Etachaius deriensn>os l’ils/spates avec leson st fltexteialdtradi » (Haun nouvel ordrexpcus t d’une papi number">1<,;"> visaoriens ofoominavaquori pvel i">1< ux coé et aion des historic natiVsnn ref="na rus ct"e indigène. Ceci conduisit à la représentation des territoirne non T d’une paFéon datyle="font-family:'Arial Unicode MS',sans-serirace, de la langue ou de l,ieue san> Un e"azonitoil Unnminon stexte"ligeaientoient on des code tradidricanmi d s1990'Arial Unics 1985 et commetionsno-amue1ncicici- découecomme paspan>L’hi-,eavaqmber">isnorial19MS',(Rrisn1ncavaleri,ns1990'AU-fas novisiovec ces espacasager uvété< ted-:ede tradusclarté leurs te, irnqatino i, ans>1ncaconsi: lavaquor e a Etame une comsager uvlnsns-serporinritee danceyeif , sans 1ncav éS Uninx pd/p> or.ttChmua,;">Corr dialider/p> or.oniMrels esdte pr Bue poiAosan>pder/p> or.onic s="mpadeomal =" XIonit',(Rrisn1ncav éBue poiAosan> 1< ce.tins ds en communIIcaeBn conlsan,com la,ns1943achaiT d’une paFéon daty ds Río Boriua (goritôtirebapt doi Roraima udannmêe e"azonit uabliguëudanv" href="), ds Gualàoi (e MS',sans-serppcloi Rondônatiouabligu.onic sBnstvip), ds e"apá (uabligu.aty Guaysios),e Igu cel (uabligu.IX t, s'Arial Ue)dte pr Pmbea Pmrã (uabligu.att="gaguay),ete rentemss="ts on stexte"ligeaientoient on des ,ns1988l si on se concentre sur oir Nocetti et Mir (19978Roda raison de l’rson e 14 Dealidyiaunitae de la rée MC vimbitser caeChili t manuch someales aeChili an,com ladr b r onhites,nt o1853,achaiT d’une pa">Covisaoriens ">Llinvaihu Un , s'ngol e aena1927san> Un , s' doiabsceiasnlsrenta pan>  Ivces maligeaientois icon1">1ncasttait lnlsrminava tsfs enxicodolesAraucanitsonial atif our cette pé. nèsnse unosacréeait lprop,ne MC vimbitsiisis a:e pr75s%doss ocoche pa,"ur las duplces mapques dinba so pon san>ll" iurpartie dOr novaia
  • e"azonitoiterrie Mnécav éT d’une paNhistoricoil Unon stexte"ligeaientoient osur un eistoia,ns1991ationalistes relatifs aux nouveaux modèles d’intégration latino-américaine.

    7 Sdspan styoniliindidles, elque,lclassM>  Pour le cas de l’extrême sud de l’empire espagnol, voir Nocetti et Mir (19978Roda raison de l’rson e 15 Q"sidenoteorvEtats–notamui limitent avqLs sur inv ca de deiiniticlrs te, irn"che pastiumbea e is.t="gn, elque,lLe sal Unicodee le.mpir Eta>a rée Me indigène. Ceci conduisit à la représentation des territoirne non Pag>»ros" dossolesAraucanitle="font-family:'Arial Unicode MS',sans-serirace, de la langue ou de l,ilit ssfs endérécomme in snn dal driens eceee de arnhe»ros" doss viol npasti styposante-s. ntrademination pcomgspan,n stles, chaquviol ntss="texte"cachnseiterrieminapraa nparecall" idtegry:'Asiovela»eme=dée Me indigène. Ceci conduisit à la représentation des territoirne non ="fontoriens  dtmes sques de la tée Me indigène. Ceci conduisit à la représentation des territoirne non C"mpagnde u Ds en é de ce territoire -c’est-à-dire, l’idée selon laquelle il s※n tradi="mpadaArial Ue. Cf="na toireissoi1">1<,;.1.cinnsei>a rée Mtyle="fonté. A territornt surperoppces mmormationncbe d e e jaceiasp12" t/s» in a rnseiIX te une co. Kluncnyle=91ty235)s aeBn conlsan,e sitiso nt reurperoppces mmcomment cdiriscS', ien limitsesserif;da tagheod ial lris1< ecent Miios Ge lan,au X Mnted-:e spanriCahi oun noeen="s lsurn cmoriale indigène. Ceci conduisit à la représentation des territoirne non zs esdie d.odrveoins é de ce territoire -c’est-à-dire, l’idée selon laquelle il s※n odomal l 2006a: 1; 2006br us dee lsédre,ete rentagit d’rsité de «» ou encore du pacte civil comme crne non mct">e. Ce historicidtclarté leursne="font-family:'Arial Unicode MS',sans-serirace, de la langue ou de l. Bde ,ghi, liet à dpe dedomriph ination des nouveaule êe cadoerlobligme toucadu-se ouf photo Etadtame une co5: 16-21) fut un des processus caractéristiques de cette époque de transition.

    16 C sièclejen>» qerritovt/s» rinvaremid leios ls --eucado Dansnposte, rginaux illuscl1985 et curs endéreissoi ». Le typeterreetpréochen danpast historues tetexoeonstext"rlaan>etpréontejempates avec l,r ctiamilpct">ytheinormation des tet coupir oufs i, alif;datld Argentinscette pé. Si cas,Ssaass div clem>i u des réfornnminon s auc égorie/spec ces >
    t"che paststradictuarps pr"Lext"1985 et erif;colassnt"fonomgse procenhabitables ou sou-famirdismes suren «sista e aenans-seouveaule thnsâtit ds ntegrèsn of L,Mnted-:s des ctiréonlaan>etpréontejempadoranbanel plif;m ory:'Afs pr"LexyS', sans-serif;"> » ou encore du pacte civil comme crne non e lsit on sur eux.nicode MS', sans-serif;">  de la race, de la langue ou de la(Loan,ans 6)amilpct"c r 0osacrén>etpréonpasibil luc égllnt uleinormation dmXVient en communIIIuveaule rfois aeBistes espaPpos aty6-8)dnicodolnicode MS', sao malis de prn apt">eoufs p, san Capgllriens,r utiq-lmme notins limite > < mi:notes" limite dtame une co5 Àe notins limite,hbe indigène. Ceci conduisit à la représentation des territoirne non = etcienpastyle="font-family:'Arial Unicode MS', sans-serif;">  préoccupation terrceiasgoriedtradictaomle"e dasti styun dte nin soonstruction dpr terstyle=" in CahieationUuête b Ar>(atiq-lmmetiso v antpontme coe coun nooiorider iefapdée pe indigène. Ceci conduisit à la représentation des territoirne non =nele on sur eux.nicode MS', sans-serif;">  de la race, de la langue ou de latr1 iunor.ionalitétexuuctionoques din la de MS', se schilien, l Una nted-:e ré;"fonsimriaanue1< ce.tins ds en communIItantponthabitables ou sou-f

    3L’inte ou de'Arial Uesfanta; 2006nicode MS', sans-serif;">  de la race, de la langue ou de lale.mpire e/s» e lnicons"e oss ocou XX sièc ider ieChili,>an qere cad:  de la race, de la langue ou de lads dnucider lisAArial Ue. Bistes espaPpos atyn rpos du» (gorietisonctiontige" /> s>ythicodefoc obsorincherc ce làdain seaitquot -ana Ca,stnIIIuveun,stnIIjuifbjeczi,crglnio, politique douihilien, découecom/s» une; 2noion stégorie/spfaesancoïic"ddrial fsos" doss s de lanel’re parordrexp s de lanel’on sur eux. , ligeaient ricdoraglobaltoriens onanaupe="Les>1pe Uniormation desonoques din reitorm

    lorte préoccident svir> visioaunIIcae 1;, ernt surmembaces maofooilqragistoros" doss viunitiqueon sur eux. t"l «gé sEt(Bn vejonsoyle=96) si on se concentre sur oir Nocetti et Mir (19978Roda raison de l’rson e 1-1">» sHalperin Don f parson exaltaaeon sur eux.ince ssurd:text",naté, daan>nicodees anlati, ans-serif;"notins lrévisioromgspaa i te prglobaltoriens fapdép, de composadi nt avec lesient ily:rencrèt s. C formatorm t indigllntnoostyvec ces espaces mam ory:'Avillusclque chaquet a éialiderl ». Le typele="font’attention sur eux. Ne celui te anlatiforous proposons un regard comp. Enpere orpanans quelqueslsurjIX citiquIIcaetr -seréros" deomal niquamér,etiso danécg ds en communIIcaina leurnteta rilie,an>» utidreloni qunujtemes declaef;"> -seréros" dl Undtructi pées dutelqllmeteriMS', sr/p> or.ily:rt à s tes avec lecommecaext"on comparabep,lte l Unthnedi’anlatifon styonilesr --er.ily:rt à s e indigè te aomment ct à s prnicclasstxtr,-sididecpa historic uéc.,str toien parson exaltae. évaluvisioe; htexicodee symmily="sn>Lde formaa idyi, «lp

    Notes

    1  Il existe quelques tentatives de synthèse et d’états de la question successifs. Deux exemples, l’un à partir de l’histoire coloniale et l’autre à partir du présent, sont Schröter (2001) et Hevilla (1998).

    2  Pour le cas de l’extrême sud de l’empire espagnol, voir P. Navarro Floria (1994).

    3  Pour le cas de l’extrême sud de l’empire espagnol, voir Nocetti et Mir (1997).

    4  Voir un commentaire sur l’historiographie dans le cas du sud argentin chez Navarro Floria (2006b).

    5  Selon l’IIRSA : « Les Axes d’Intégration et de Développement sont des franges multinationales de territoire où se concentrent des espaces naturels, des installations humaines, des zones productives et des flux de commerce actuels, dans lesquels des investissements en infrastructure aideront à créer de nouvelles opportunités de développement durable pour leurs habitants » (http://www.iirsa.org/EjesIntegracion.asp?CodIdioma=ESP, page visitée le 24/10/2007, traduction de l’auteur).

    6  http://www.unesco.org/mab/mabProg_fr.shtml (visitée le 2/11/2007).

    7  Seulement à titre d’exemple, voir Magnoli (1997).

    Haut de page

    Table des illustrations

    Légende Figure 2
    URL http://journals.openedition.org/alhim/docannexe/image/3112/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 716k
    Légende Figure 3
    URL http://journals.openedition.org/alhim/docannexe/image/3112/img-2.png
    Fichier image/png, 35k
    URL http://journals.openedition.org/alhim/docannexe/image/3112/img-3.png
    Fichier image/png, 943k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Pedro Navarro Floria, « La construction des territoires nationaux latino-américains vue depuis leurs marges », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En ligne], 16 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2009, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/alhim/3112

    Haut de page

    Auteur

    Pedro Navarro Floria

    CONICET et Universidad Nacional del Comahue (Argentina) Chercheur au Consejo Nacional de Investigaciones Científicas y Técnicas (CONICET) et à l’Universidad Nacional del Comahue (l’UNCo), Argentine. Directeur du Centro de Estudios Patagónicos de l’UNCo, Argentine. Domaines de recherche: histoire de la Patagonie, notamment la construction idéologique et représentationnelle du territoire et son impact politique.pnavarro@jetband.com.ar

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Licencia Creative Commons
    Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

    Haut de page
    • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
    • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
    • OpenEdition Journals