Navegación – Mapa del sitio
Immigration espagnole

Lettres  de haute mer et de terres lointaines (Religieuses en route vers l’exil, XVIIe et XVIIIe siècles1

Raquel Gutiérrez Estupiñán

Resumen

Nombreuses furent les femmes qui prirent la route des Indes à la suite des grands voyages de découverte. Un certain nombre de religieuses de différents ordres traversèrent les océans afin de fonder des couvents en Nouvelle-Espagne. Cet article examine des données concernant quatre groupes de religieuses des XVIIe et XVIIIe siècles. Bien qu’il s’agisse d’un type de migrantes qui n’a pas encore retenu l’attention des recherches sur les voyages à cette époque, la connaissance de leurs expériences (consignées soit dans des lettres, soit dans des chroniques) nous invite à réviser les conceptions traditionnellement masculines au sujet des voyages, voyageurs… et des voyageuses.  

Inicio de página

Entradas del índice

Inicio de página

Texto completo

  • 1  Traduction de l’espagnol : Jean Hennequin.
  • 2  Comme bien d’autres domaines, celui-ci est essentiellement masculin. Nous disposons d’un bon nombr (...)

1Participant au flux migratoire qui s’empara de la péninsule ibérique à la suite des grands voyages de découverte et de conquête, de nombreuses femmes prirent la route des Indes. Parmi celles-ci figuraient des religieuses de différents ordres, qui fondèrent des couvents en Nouvelle-Espagne. Nous avons eu accès à un certain nombre de données concernant les voyages entrepris par quatre groupes de religieuses : les clarisses qui s’en allèrent à Manille (1620), les capucines (1665), les brigittines (1743) et les sœurs de la Compagnie de Marie (1753) qui prirent le chemin de la Nouvelle-Espagne. Il s’agit là d’un type particulier de migrantes, qui n’a jusqu’à présent guère retenu l’attention2. Cependant, leurs expériences ne sont pas dépourvues d’importance pour qui veut se faire une idée plus précise de ce que signifia le voyage vers ces terres récemment découvertes, dans une perspective qui, allant au-delà des chiffres ou des noms in abstracto, cherche à tenir compte de l’expérience et de la sensibilité des voyageuses et des voyageurs.

2Dans les pages qui suivent, nous entendrons par « sensibilité » non seulement une indication de la faculté de percevoir ce qui nous touche d’un point de vue intellectuel ou émotionnel, en percevant ce qui se produit autour de nous, mais aussi la capacité à réagir et à répondre à divers stimuli. La sensibilité est étroitement liée à l’expérience, considérée comme la somme des événements conscients que vit chaque individu et qui modèlent son existence. Tout ceci peut être observé dans les documents concernant les religieuses migrantes, lorsque celles-ci eurent à affronter un ensemble de circonstances totalement nouvelles, qui n’étaient prévues par aucune règle conventuelle.

Les étapes du voyage

  • 3  Le cas échéant, il était également fait mention du nombre de domestiques et/ou de religieux qui de (...)

3Les déplacements de ces religieuses comprenaient les étapes suivantes : sortie du couvent en Espagne, voyage (par voie terrestre) jusqu’au port de Cadix, séjour en un couvent de cette ville, embarquement, traversée, débarquement à Veracruz, et enfin un autre voyage (par voie terrestre) jusqu’à leur nouveau couvent en Nouvelle-Espagne. Chacune de ces étapes revêtait un important degré de complexité. Une fois concrétisée l’idée de fonder un couvent de l’ordre auquel on appartenait, il fallait obtenir différentes autorisations et réaliser tout un ensemble de démarches que nous qualifierions aujourd’hui de bureaucratiques. Pour mener à bien ces démarches il fallait disposer d’un certain nombre d’agents, de la diligence desquels dépendait, dans une large mesure, la réalisation du voyage. Comme les religieuses ne pouvaient sortir du couvent, elles devaient s’armer de patience et attendre l’arrivée des nouvelles concernant la progression des démarches. Une fois obtenus le consentement des autorités ecclésiastiques ainsi que la licence du roi, on procédait à l’élection des fondatrices. Autant que nous puissions en juger d’après nos recherches, au début de ce processus seul était mentionné le nombre de religieuses auxquelles était accordée l’autorisation d’embarquer3. Ce n’était qu’au moment d’aborder les navires, lorsque les futures voyageuses se trouvaient à Cadix, que leurs noms étaient officiellement enregistrés.

  • * * Selon le Diccionario de Autoridades, le chanoine « magistral » était, dans les églises cathédrale (...)

4La décision de partir en exil était donc prise dans chacun des différents couvents. Dans les cas que nous avons examinés, le facteur commun à l’origine de cette décision était le désir de se rendre en ces terres récemment découvertes afin de contribuer à la propagation de la foi. Depuis la quiétude de son couvent de Santa Isabel de Tolède, la mère clarisse Jerónima de la Asunción « était désireuse d’aller au Japon et en Chine », enviait les religieux qui se rendaient au Japon (Letona, 1662, f. 32r. et 36v.) et dut attendre 22 ans pour voir exaucé son désir (vers 1620). Lorsque, en 1654, les sœurs capucines de Tolède apprirent que leur confesseur, le Dr. Don Mateo de Sagade Burgueiro (chanoine magistral** de la sainte église de cette ville), avait été postulé par le roi afin d’occuper l’archevêché de Mexico, elles « prirent motif » de cette désignation pour décider de fonder un couvent de leur ordre en cette ville, « [...] sans que les mers qu’il fallait traverser pour y parvenir ne pussent éteindre – que dis-je ? – ne pussent affaiblir la flamme de leur charité » (Villarreal, 1686, f. 199). Les sœurs brigittines écriraient dans leur chronique : « nos cœurs brûlaient du désir de nous sacrifier à Son service sacré » (Crónica, dans Sifvert, 1992:70), tandis que Doña María Ignacia de Azlor y Echevers remuerait littéralement ciel et terre afin de voir exaucé son désir de fonder un couvent de la Compagnie de Marie dans la capitale de la Nouvelle-Espagne.

  • 4  Lettre de Sor María Felipa à Sor Ana María, Cadix, 12 juin 1665. A.C.M.C. Leg. 1 Fols. 77 et 78 ; (...)

5Pour des raisons d’espace, nous ne nous arrêterons pas sur les détails concernant la sortie du couvent. Dans tous les cas, cet événement était empreint d’une grande émotivité, puisque les voyageuses quittaient les lieux qui leur étaient chers, leurs amitiés, la proximité de leur famille, et renonçaient à certaines habitudes auxquelles elles étaient profondément attachées (alimentaires, par exemple). Tout au long du voyage qui les conduisait jusqu’à Cadix – où elles embarqueraient –, elles étaient exposées à bien des désagréments, les voitures étant fort exiguës et les chemins le plus souvent en mauvais état. De Tolède (clarisses et capucines), de Vitoria (brigittines) ou de Zaragoza (Compagnie de Marie) à Cadix, elles sont déjà sensibles aux changements climatiques et alimentaires : les capucines, par exemple, sont étonnées de voir qu’à Cadix il n’y a pas de citernes, que les fruits sont très chers et que la coutume veut que l’on « attende d’aller se coucher » pour boire4. Avant de prendre la mer, les sœurs des quatre groupes en question séjournèrent pendant une durée variable dans des couvents gaditans de leur ordre. Là, leur âme était parfois envahie de nostalgie au souvenir du couvent qu’elles venaient de quitter. De même, des liens d’amitié se nouaient avec les sœurs qui leur offraient l’hospitalité, ce qui provoquait de nouveaux déchirements au moment du départ. Toutefois, elles persévéraient dans leur désir d’entreprendre le voyage, et il serait faux de croire que tout n’était que nostalgie et chagrin, comme il ressort, par exemple, de la lettre qu’écrivit Sor María Felipa à ses compagnes de Tolède, le 12 juin 1665 (dans Alba González, 1998:41-42) :

 [...] nous n’avons d’autre instant de loisir que lorsqu’elles nous laissent seules dans une pièce qu’elles nous ont réservée, en compagnie d’un grand nombre de toutes petites souris ; mais ces souris sont si dévotes qu’un soir, à l’heure de la discipline, elles nous sont tombées dessus avec le bruit [...].

6Voilà une citation qui fait ressortir le sens de l’humour de ces religieuses qui, loin de considérer les souris comme un objet de répugnance ou d’en faire un motif de plainte, les qualifient de « dévotes ».

Le voyage

7Deux perspectives complémentaires peuvent être signalées dans la reconstruction des voyages effectués par les quatre groupes de sœurs en question : celle qui provient de documents officiels, et celle qui se dégage de ce qu’écrivirent les sœurs elles-mêmes, ou de ce que d’autres écrivirent à leur sujet. Ces deux cas feront l’objet d’un examen séparé, afin de mettre en évidence les manifestations de subjectivité parmi les différents groupes de voyageuses.

Sor Jerónima et ses compagnes

8Les informations auxquelles nous avons eu accès à propos de ce cas, sont assez succintes. Une fois vaincus « presque miraculeusement » tous les obstacles, mère Jerónima fut nommée abbesse. Parmi celles qui l’accompagnaient, Leonor de San Francisco, Ana de Cristo et Juana de San Antonio étaient du couvent de Santa Isabel, de Tolède ; María Magdalena de la Cruz et Magdalena de Cristo étaient arrivées de Madrid, avec le père José de Santa María ; pour sa part, María de la Trinidad venait du couvent de La Columna, de Belalcázar (ce serait la première religieuse à perdre la vie au cours d’un voyage en mer).

9Ce groupe (constitué jusqu’alors par mère Jerónima et six de ses compagnes) embarqua à Cadix le 5 juillet 1620. La flotte mit le cap vers l’île de la Guadeloupe. Les sœurs voyageaient dans la chambre de poupe, où elles respectaient rigoureusement la clôture et occupaient différents « postes », comme au couvent. L’équipage, nous apprend-on, se comportait avec la plus grande discrétion possible, par considération pour les religieuses. La mère Jerónima tomba malade au cours de la traversée de l’Atlantique. En septembre elles arrivèrent à Veracruz et, de là, toujours fort bien reçues lors des diverses étapes qu’elles faisaient en chemin, elles parvinrent à Mexico. Jusqu’au carême de l’année 1621, elles demeurèrent chez les clarisses du couvent de La Visitación, où vinrent s’adjoindre à elles la mère Leonor de San Buenaventura et la mère Mariana de los Ángeles, « les autres enviant fort la chance qu’elles avaient » (Letona, 1662, f. 41). Elles séjournèrent dans d’autres couvents de leur ordre : trois jours au couvent de Santa Clara, et trois autres jours dans celui de San Juan de la Penitencia. Dans ce dernier couvent, la mère Jerónima se prit d’affection pour la mère María Luisa del Espíritu Santo, qu’elle jugeait tout indiquée pour mener à bien la fondation ; mais on ne parvint pas à obtenir l’autorisation des prélats, « de l’avis desquels il n’y avait pas assez de place dans les navires pour tant de religieuses » (Letona, 1662, f. 41r.).

  • * ** îles Ladrones : ancien nom des îles Mariannes [Note du Traducteur].

10Le mercredi des Cendres, elles parcoururent « quatre-vingt lieues de mauvais chemins tout défoncés » jusqu’à leur arrivée au port d’Acapulco, où elles demeurèrent dix jours avant de reprendre la mer ; la mère Jerónima tomba à nouveau malade, mais elle put s’embarquer avec les autres, le 1er avril 1621. La traversée fut tranquille, jusqu’au jour où, à proximité des îles Ladrones***, mourut Sor María de la Trinidad ; les eaux de l’océan lui tinrent lieu de sépulture. Un autre événement notable fut le calme plat qui survint quelque cent lieues avant les Philippines, empêchant la flotte d’avancer. Ceci eut pour effet de désespérer les pirates hollandais (qui avaient coutume de guetter les navires à proximité des ports des Philippines « pour s’en emparer »), si bien que les bâtiments à bord desquels voyageaient les religieuses purent s’en tirer à bon compte (Letona, 1662, f. 41v.).

11Sans autre incident majeur, la flotte arriva à bon port le 24 juillet 1621, après quelque trois mois de navigation. Les religieuses débarquèrent au port de Balinao, d’où elles poursuivirent leur voyage par voie terrestre jusqu’à Manille.

  • 5  Les données concernant la traversée des clarisses sont tirées de La Perfecta Religiosa : Vida de l (...)

12Bien que les données concernant la navigation ne soient guère abondantes non plus (La Perfecta Religiosa s’en tenant au strict nécessaire), le cas de la mère Jerónima et de ses compagnes est intéressant, dans la mesure où celles-ci traversèrent l’Atlantique et le Pacifique, parcourant en outre la Nouvelle-Espagne de Veracruz à Acapulco. Par ailleurs, l’image qui est présentée du voyage est fort simplifiée. Le récit est parfois idéalisé (équipage respectueux, pirates qui renoncent à attaquer grâce aux prières de mère Jerónima qui ont provoqué le « calme plat »)5. Cette idéalisation, jointe au manque de détails, est due au fait qu’une telle expérience est filtrée par la mentalité et le discours de l’auteur de la biographie de Sor Jerónima. Mais les choses sont bien différentes lorsqu’on a directement accès au récit des voyageuses elles-mêmes, comme nous aurons l’occasion de l’apprécier à travers l’étude du cas suivant.

Les mères capucines

  • 6  Imprimé à Madrid, chez Antonio Román imprimeur. J’ai consulté l’exemplaire conservé à la Bibliothè (...)

13Nous disposons de données fort détaillées concernant le voyage des capucines en Nouvelle-Espagne, grâce à trois sources d’une grande valeur : La Thebayda en Poblado, du père Francisco de Villarreal y Águila, de 16866 ; la thèse de doctorat d’Emilia Alba González (1998) ; et le dossier d’embarquement conservé à l’Archivo de Indias, que nous avons consulté en ligne. Commençons notre examen par un survol de ces trois documents, qui nous donneront une idée des entraves mises en place par le lourd appareil bureaucratique lorsqu’il s’agissait de se rendre aux Indes.

  • 7  À la différence des autres religieuses qui, comme nous le verrons, étaient accompagnées de leur au (...)

14Dans le premier de ces documents, depuis la perspective officielle, le père Villarreal se réfère à un brevet du roi, qui « accorde à six religieuses capucines dudit couvent [de la Concepción] la permission de se rendre aux Indes en compagnie de leur aumônier afin de fonder à Mexico un couvent de leur religion [...] ». La lecture de ces documents officiels nous permet de nous faire une idée de la proximité du voyage des religieuses : « se rendre aux Indes », des religieuses « se préparant à effectuer leur voyage », l’ordre d’embarquer « en cette flotte », sont autant d’expressions qui font partie d’une espèce de « carte mentale » qui s’impose et s’enrichit peu à peu, d’une manière qu’il nous était difficile d’imaginer au début de nos recherches. Un fait, en particulier, nous a semblé frappant : contrairement à ce qui était stipulé dans le brevet du roi, les religieuses avaient décidé de ne pas se faire accompagner d’un aumônier7. Il existait donc des interstices à travers lesquels pouvait s’exprimer la volonté personnelle.

  • 8  Voici ce que dit le texte : « [...] aucune somme ne devra être prélevée sur mon Trésor Royal afin (...)

15Une transcription (« traslado », dit le document, c’est-à-dire « transfert ») du brevet du roi du mois de mai 1664 dit qu’eu égard au fait que l’abbesse et les religieuses du couvent de capucines déchaussées de la ville de Tolède ont informé le roi de leur intention de fonder un couvent à Mexico (dix ans auparavant, en 1655), celui-ci, après avoir consulté son Conseil des Indes, a bien voulu accorder ladite autorisation, à condition que cette fondation ne suppose aucun frais de la part de son Trésor royal8. Une fois posées ces prémisses, le document continue : « [...] et j’ai appris que six religieuses de cet ordre ont été nommées avec l’approbation de l’évêque de Tolède [...] » ; et eu égard au fait qu’elles disposent de ressources en vue de la fondation, le roi, après avoir consulté le Conseil des Indes, accorde la licence nécessaire à l’exécution de ce projet et ordonne aux autorités de Mexico de bien vouloir permettre cette fondation et de collaborer avec les religieuses ; cette licence fut délivrée à Madrid, le 5 mai 1664. L’abbesse qui avait alors la charge du couvent demanda l’autorisation de nommer et de choisir elle-même les six religieuses qui partiraient pour la nouvelle fondation ;

de même, a été présenté un rapport élaboré, à notre demande, par ledit Dr. Don Francisco de Villa Real, signalant les six religieuses qui, de par leur esprit, leur religion et leur santé étaient les plus indiquées à cet effet et qu’il convenait en ce moment de retenir en vue de l’embarquement et du voyage [...].

16Les religieuses demandèrent alors à l’archevêque de bien vouloir ratifier la proposition du père Villarreal. On présenta alors les licences du roi autorisant la fondation, ainsi que « la circulation et l’embarquement desdites religieuses » ; le 16 mars 1665 un arrêté fut promulgué à Tolède, lequel décrétait que, eu égard aux antécédents (la demande de l’abbesse et des religieuses en vue de fonder un couvent et de nommer des religieuses, la licence accordée à Don Mateo Sagade, les brevets royaux et le compte rendu du père Villarreal),

[...] il a été jugé opportun de désigner comme fondatrices dudit nouveau couvent qui sera fondé en ladite ville de Mexico, Sor María, Sor Felipa, Sor Lorenza, Sor Teresa, Sor Jacinta, religieuses choristes, ainsi que Sor Clara, religieuse converse dudit couvent, en raison de la bonne santé et de l’esprit qui les anime toutes.

17En outre, licence leur est donnée de quitter la clôture et d’entreprendre le voyage à destination de la Nouvelle-Espagne

[...] sous la protection, avec l’assistance et le secours de Monsieur Don José Centeno, général de la flotte, et afin que, dès l’instant où elles quitteront leur couvent et à partir de ladite ville de Tolède, elles disposent du soutien et de la compagnie dudit Dr. Don Francisco de Villarreal, leur confesseur [...]

18Le père Villarreal les accompagnerait jusqu’à l’endroit que lui indiquerait l’évêque de Cadix, afin de les confier aux bons soins du général de la flotte,

[...] pour que de cette manière lesdites religieuses s’en aillent et effectuent la traversée en toute décence et protection et afin que, eu égard à ces circonstances, soient délivrés tous brevets, arrêtés et licences nécessaires [...].

19Il fut décidé de « transférer », c’est-à-dire de copier tous les documents, en date du 17 mai 1665, afin que les religieuses en conservent une copie dans leur couvent.

20Voilà résumé en quelques lignes le contenu des documents officiels concernant les démarches préalables à la traversée. À travers cette longue série d’écrits, qui représentèrent des semaines ou des mois d’attente, nous percevons la manière dont peu à peu se concrétisa le voyage.

  • 9  Chevalier de l’ordre de Saint-Jacques et homme de mer des plus expérimentés, Don José Centeno Ordó (...)
  • 10  Il avait été prévu de faire voyager les religieuses avec la flotte du marquis de Mancera, qui vena (...)
  • 11  Deux mille pesos, qui devraient être payés à Veracruz, plus quatre cents pesos versés par le capit (...)

21Enfermées au couvent, les capucines en étaient réduites à attendre l’arrivée des nouvelles que leur apportaient les personnes chargées de s’occuper du voyage. Heureusement, elles disposaient d’un agent à Cadix, le capitaine Antonio Izquierdo de Quirós, qui ne ménagea pas ses efforts pour faire en sorte que leur traversée de l’Atlantique se déroulât dans les meilleures conditions possibles. Pour le mois de novembre 1664, il avait déjà été publié que la flotte à destination de Veracruz partirait en juin de l’année suivante, et l’on apprit que c’était Don José Centeno Ordóñez9 qui en avait été nommé capitaine général. Pour sa part, le capitaine Izquierdo de Quirós effectua d’innombrables démarches, s’assurant notamment que les capucines voyageraient en « décente compagnie »10, que toutes les licences nécessaires avaient bien été accordées et, chose la plus difficile, s’efforçant de trouver un navire qui acceptât de les prendre à bord pour le peu d’argent dont elles disposaient. Après un long et complexe échange de correspondance entre l’abbesse, l’évêque de Cadix, le général de la flotte, le gardien du couvent des capucines de Cadix (Don Antonio de Antequera, pessimiste quant à la possibilité, pour les religieuses de Tolède, d’effectuer la traversée avec mille pesos seulement), le capitaine Izquierdo de Quirós, et à la suite de nombreuses négociations avec divers propriétaires de navires, on parvint enfin, grâce à l’entremise du général Centeno Ordóñez, à se mettre d’accord sur l’affrètement d’un navire qui les conduirait de Cadix au port de Veracruz. Le prix en était « fort raisonnable »11, et la traversée s’effectuerait dans les meilleures conditions de commodité possibles. Les religieuses voyageraient sous la protection du capitaine Agustín de Ossa, propriétaire du navire Nuestra Señora del Buen Suceso, « le plus grand de tous ceux dont se compose cette flotte », et on leur réserverait la moitié de la chambre de poupe. Les six religieuses auraient à leur service deux domestiques, qui demeureraient à l’extérieur de la chambre. Le 11 avril 1665, Don José Centeno Ordóñez leur écrivit à Tolède :

La commodité, fort décente, est celle dont disposent les vice-rois à bord du vaisseau amiral, et le prix en est si raisonnable que, pour ma part, j’attribue à Notre Seigneur le fait que l’on ait pu en convenir de la sorte, si bien que ces dames pourront venir quand bon leur semblera (dans Alba González, 1998:28).

  • 12  Un voyageur expérimenté donnait les recommandations suivantes : « De huit à quinze jours avant de (...)

22Tandis que la flotte faisait ses préparatifs, les six capucines attendaient au couvent de Santa María de Cadix, entourées des soins empressés que leur prodiguaient leurs compagnes, grâce auxquelles, cinq jours avant l’embarquement, « toutes mangèrent de la viande [...] et s’en trouvèrent ainsi toutes revigorées, bien en chair et d’un teint fort agréable » (lettre de l’abbesse de Cadix au père Villarreal, du 9 juillet 1665, dans Alba González, 1998:46) : voilà un détail bien féminin, autant par le soin qu’il révèle, que par le fait d’avoir été consigné sur la papier12. Pour sa part, Sor María envoie ces lignes à Tolède : « Lorsque cette lettre arrivera nous serons sur le point d’embarquer, et il y aura beaucoup de bruit » (Cadix, 12 juin 1665, dans Alba González, 1998:40). Pour les religieuses, l’expérience de la navigation constituait une grande nouveauté, qui devait susciter tout un ensemble d’attentes et d’appréhensions : le sujet devait être présent dans toutes leurs conversations, au cours desquelles elles échangeaient les nouvelles qui étaient à leur portée, ainsi que tout ce qu’elles ou leurs compagnes de Cadix avaient entendu raconter. Depuis le couvent de Cadix, cette même Sor María de Tolède écrit, dans cette même lettre que nous avons déjà citée :

  • 13  jours (en espagnol : vistas) : nom donné aux galeries ou fenêtres d’où on a vue, utilisé notamment (...)

On nous emmène jusqu’aux jours13, la mer est toute proche. Cela fait un peu peur de la voir [...]. Il paraît qu’il y a deux mille cinquante lieues d’eau et ensuite, cent vingt lieues de terre [...] (dans Alba González, 1998:41 ; c’est moi qui souligne).

  • 14  Petite embarcation découverte, pourvue de six rames seulement (article « faluca » du Diccionario d (...)
  • 15  Les moines qui faisaient la traversée disposaient, semble-t-il, d’une chambre pour six personnes, (...)

23Le jour fixé pour le départ, Don Francisco de Antequera fit venir trois chaises à porteurs afin de procéder à l’embarquement. Ce n’était pas là une opération facile. Il fallut d’abord monter à bord d’une felouque14, puis aborder un bateau qui, après une heure de navigation, les emmena jusqu’au galion Nuestra Señora del Buen Suceso. Dans les deux cas il fallut les aider à gravir les échelles. Mère Teresa et mère Felipa souffrirent du mal de mer « dès avant d’arriver au galion » ; elles ne commencèrent à se sentir un peu mieux – affirme Don Francisco – qu’après avoir vomi. Une fois arrivées au galion, le juge ecclésiastique et le commissaire de la Casa de Contratación de Séville les dispensa de se découvrir le visage. Cette formalité avait pour but de reconnaître les passagers enregistrés sur la liste d’embarquement. La reconnaissance se limita aux noms et à l’âge que déclara chacune des religieuses (cf. Alba González, 1998:45). Elles se reposèrent dans la chambre qui leur était réservée. Des trois types de chambres qu’il y avait à bord, les religieuses occupaient la plus exiguë : une demi-chambre, de sorte qu’elles disposèrent de peu d’espace tout au long du voyage15. Il est curieux que Don Francisco n’ait rien trouvé à y redire ; il écrit dans la même lettre :

La distribution des lits et des choses destinées aux religieuses est si bien faite, que jamais, que je sache, elles n’ont eu de plus grandes commodités, ni à Tolède ni à Cadix ; elles y sont parfaitement à l’aise, comme elles me l’ont dit l’autre jour lorsque je suis allé les voir [...] (dans Villarreal, 1686, f. 227).

24Don Francisco s’efforçait sans doute de tranquilliser le père Villarreal, et les religieuses n’étaient évidemment pas en état de se plaindre.

  • 16  Il s’agissait d’un galion de 300 tonnes, muni de huit grands canons de bronze, quatre de fer et de (...)
  • 17  La flotte prenait la direction du S.-O., traversait la mer des Juments jusqu’au parallèle 28º, vir (...)

25Faute de vents favorables, il fallut attendre trois jours à bord du galion avant de pouvoir prendre la mer ; pendant ce temps, les religieuses continuaient à souffrir du mal de mer. Le 5 juillet 1665, « toute la flotte partit et avança de deux lieues » (Villarreal, 1686, f. 227). À l’avant de l’escadre allait le vaisseau de tête16, tandis que le vaisseau amiral fermait la marche. Nuestra Señora del Buen Suceso naviguait probablement à proximité du vaisseau de tête, compte tenu de la promesse faite par le capitaine Centeno Ordóñez de lui accorder une protection toute particulière (Alba González, 1998:51). Une fois parvenue en haute mer, la flottille prit la route qu’avaient coutume de suivre les vaisseaux au XVIIe siècle pour aller de Cadix à Veracruz17.

  • 18  À condition que le temps le permît. En général, le fourneau était allumé pour l’équipage ; les pas (...)
  • 19  Quant aux divertissements que l’on s’efforçait d’organiser afin de rompre la monotonie du voyage, (...)

26Certaines descriptions de voyageurs nous permettent de reconstruire la vie à bord des navires. Pour commencer, les religieuses, de même que tous les autres passagers, durent s’accoutumer aux bruits du bateau (bruit des cordages, des voiles, craquement des planches) et aux cris de l’équipage, sans parler du roulis qui ne s’arrêtait jamais. Quant à leur alimentation, elle devait être semblable à celle de tous ceux qui se trouvaient à bord. Le petit déjeuner et la dîner se composaient de biscuits, d’ails, de fromages et de raisins secs ; le repas de midi comportait un plat chaud18. Signalons que la qualité – voire la quantité – de la nourriture variait au cours du voyage : au début, il y avait plus de provisions fraîches, celles-ci étant ensuite remplacées par des légumes secs et cuits, de la viande séchée, des salaisons. De nombreux voyageurs se plaignent, dans leurs récits, du manque d’eau fraîche et de la soif qui en résultait. En ce qui concerne nos voyageuses, celles-ci ne goûtèrent certainement guère à cette alimentation, car le mal de mer qui ne cessait de les tourmenter les empêchait d’absorber des aliments solides. Leurs estomacs malmenés n’acceptaient que des liquides : de l’eau ou quelque tisane, si l’apothicaire n’avait pas oublié d’en inclure lors de l’approvisionnement du navire19.

  • 20  La Règle de sainte Claire, des livres d’heures, des missels, des bréviaires.
  • 21  Des nappes et du linge d’autel, des vases sacrés, des patènes, des clochettes, etc.
  • 22  Dans une lettre écrite à Cadix, le 12 juin 1665, Sor María Felipa mentionne la pratique des discip (...)
  • 23  Martyr sous Dioclétien et Maximien, avec les frères Félix (vers 287) ; fêté le 30 août.

27En ce qui concerne les bagages, nous pouvons supposer (Alba González, 1998:56) que nos sœurs emmenaient avec elles des livres religieux20 ainsi que divers objets de culte21 ; une montre qu’elles avaient emmenée arriva cassée, tandis que le crucifix que portait Sor Clara à leur sortie du couvent de Tolède trôna en haut de la chambre de poupe durant toute la traversée22. Elles étaient également accompagnées du corps de saint Adaucte, nommé « le saint fondateur » ; les capucines qui avaient fondé Tolède l’avaient apporté depuis Madrid. Lorsqu’on décida de procéder à la nouvelle fondation, la communauté convint de l’emmener à Mexico23. Ce voyageur qui accompagnait les capucines joua un rôle déterminant lors du malheureux incident de la perte d’un coffret contenant tous les papiers de la fondation. Quinze jours durant, les religieuses s’efforcèrent en vain de les retrouver. Sor María et Sor Felipa assuraient les avoir enfermés dans le coffret. Finalement, les papiers furent retrouvés dans le corps du saint. Nous voilà en présence d’un trait spécifique du voyage des capucines, un trait qui d’ailleurs ne laisse pas d’être assez baroque. Ce qui nous apparaît aujourd’hui comme un détail plutôt macabre, leur procurait une sensation de sécurité : le fait de savoir qu’elles ne voyageaient pas seules, que ce grand et saint homme les protégeait et retrouva les papiers qu’elles avaient égarés. En effet, lorsqu’elles écrivirent au père Villarreal depuis Porto-Rico (le 9 août 1665), elles lui racontèrent l’événement dans une lettre qui révèle bien l’impact de l’expérience vécue :

  • * *** L’expression « chair d’estomac » (en espagnol : carne de estómago) est quelque peu obscure : le (...)

[...] Et vous faire savoir en détail l’affliction dans laquelle Dieu plongea ces filles en raison de la perte, lors de l’embarquement, d’un coffret dans lequel se trouvaient toutes les coiffes et tout ce qui était nécessaire pour le voyage... Ainsi que les papiers, dont Sor María assure qu’elle les y avait mis et que notre mère affirme elle aussi avoir vus là ; telle fut notre peine qui dura quinze jours, jusqu’à ce que Dieu eût la bonté de nous faire reprendre un peu de courage et que ceux-ci fussent retrouvés auprès du corps de saint Adaucte. Nous fûmes saisies d’une grande tendresse et récitâmes le « Te Deum ». Toutes heureuses de voyager comme véritables filles de nos parents dans la pauvreté, nous rendons grâce à Dieu d’avoir un simple papier gris pour nous moucher, de ceux que l’on nous donnait pour la chair d’estomac****, et c’est cela que nous donnions à notre mère, avec d’autant plus d’allégresse que nous avions l’impression de lui apporter un certain soulagement [...] (dans Alba González, 1998:55).

28Nos capucines ne devaient pas avoir emmené beaucoup d’effets personnels, sauf peut-être un habit de rechange, d’autres coiffes et des « tissus ». Ceux-ci devaient être destinés à tout un ensemble d’usages. Au XVIIe siècle on n’utilisait pas de linge de corps ; les femmes portaient des jupons. Nous ne pouvons laisser de nous demander ce que faisaient ces femmes, dont certaines étaient encore jeunes, durant les menstrues... À cet égard, la situation devint critique une fois égaré le coffret contenant les vêtements, nos voyageuses n’ayant pas de quoi se nettoyer après leurs incessants vomissements.

  • 24  Les capucines portaient des habits de bure (tissu de laine grossière), avec des coiffes et de lour (...)
  • 25  Fray Antonio de Guevara navigua beaucoup en Méditerranée ; il est l’auteur d’un ouvrage fort intér (...)

29Il est difficile d’imaginer tous les désagréments qu’eurent à endurer les six capucines. Au manque des choses les plus nécessaires s’ajoutait l’impossibilité de laver le linge durant la traversée. L’hygiène personnelle étant pratiquement nulle, il fallait supporter les mauvaises odeurs. La chaleur suffocante dut être pire encore pour des corps enfouis sous des habits de grosse toile24, et elles durent porter les mêmes habits durant toute la traversée. Et ceci sans parler des nécessités physiologiques. Ainsi, José Luis Martínez (1983:99-100) n’a pu trouver, « en ce qui concerne l’opération de déféquer », que les témoignages de Fray Antonio de Guevara et d’Eugenio de Salazar25. Le manque de convenances irritait le premier, qui écrivit :

  • 26  sabord (en espagnol : ballestera) : ouverture ménagée dans un mur ou sur un vaisseau et servant de (...)

[...] tout passager désireux de se purger le ventre et de faire ses besoins est obligé d’aller aux latrines de proue, ou bien de s’accrocher à un sabord26 et, ce que l’on ne saurait dire par pudeur et encore moins faire en public, tout le monde le voit en train de le faire, installé sur le siège, comme on l’avait vu manger à table [...]

  • 27  Et cet auteur d’ajouter, en galicien pour les détails les plus scabreux : « y es tal el asiento qu (...)

30Eugenio de Salazar nous offre une description pittoresque, et peut-être exagérée, de cette opération ; il écrit que sur le navire Nuestra Señora de los Remedios à bord duquel il avait voyagé, il fallait à cet effet empoigner les cordages et faire ses révérences au ciel27. Dans le cas de nos religieuses, confinées dans la demi-chambre de poupe, il est probable qu’elles aient utilisé des pots de chambre ou des vases de nuit. Ceux-ci, recouverts sans doute d’un tissu, devaient être donnés aux domestiques – dont la présence n’est toutefois pas mentionnée dans les lettres, bien qu’elle ait été prévue dans celles que le capitaine Izquierdo de Quirós avait fait parvenir aux religieuses alors qu’elles se trouvaient encore à Tolède – pour qu’ils les vident dans la mer.

31Les lettres des religieuses font constamment allusion au mal de mer, ainsi qu’à la crainte que suscitait en elles l’océan en furie. Les capucines confièrent au papier leurs propres expériences. Depuis Porto-Rico, Sor María de Tolède écrivit au père Villarreal (en août 1665) qu’elles allaient bien, « quoique nous ayons toutes souffert du mal de mer à un point qu’il est impossible de décrire [...] » ; une autre lettre, écrite elle aussi depuis Port-Rico, affirme :

[...] nous voici quelque peu remises du mal de mer, qui nous a bien fait souffrir et dont nous avons toutes été fort malades ; personne n’y a échappé et, sans pouvoir rien y faire, nous vomissions toutes en même temps. Et pour moi cela n’a pas été le pire, mais la grande peur de sentir que le bateau était à tout moment en train de sombrer [...] (dans Alba González, 1998:54).

32La tempête de la Saint-Bonaventure (15 juillet) fut particulièrement violente, faisant écrire à cette même Sor María, depuis Porto-Rico :

  • 28  Comment étaient ces appels au secours ? La terreur les a sans doute fait crier, ou s’effrayer... p (...)

[...] l’après-midi d’avant, Sor Clara et Sor Teresa se trouvai[en]t dans le couloir lorsqu’une lame déferla avec tant de violence qu’elle arracha la planche sur laquelle elle était assise, et ce n’est que par miracle qu’elle ne fut pas projetée à la mer. Et à minuit il y en eut d’autres, de sorte que l’eau entra là où nous sommes : sans décrire notre affliction en détail, il suffira de dire que nous croyions être arrivées au terme de notre vie, il n’y a rien d’autre à dire. Nous avons appelé au secours28 et on s’est empressé de venir nous consoler, nous disant que ce n’était rien. Et les autres messieurs sont entrés pour enlever l’eau. Nous avons essuyé une forte tempête, et la mer semblait toucher le ciel et le bateau [...] était agité d’un terrible roulis. Je ne raconterai pas toutes les souffrances, qui sont les cadeaux des capucines, et en fait de cadeaux nous étions bien gâtées.

33Vers le 8 août 1665, après un mois de navigation, la flotte dans laquelle voyageaient les capucines arriva a Porto-Rico, où elles purent se laver et se reposer deux jours. Elles en profitèrent pour écrire leurs expériences et les envoyer à Tolède, dans des lettres adressées au couvent et au père Villarreal. À Porto-Rico les navires se réapprovisionnaient d’eau et de bois ; l’alimentation s’enrichissait alors de fruits tropicaux (goyaves, chérimoles, noix de coco, ananas, etc.) et l’on disposait à nouveau d’eau pour étancher sa soif. Les bateaux qui se rendaient en Nouvelle-Espagne poursuivaient leur route en passant par La Española (Saint-Domingue), puis par le nord de la Jamaïque, avant d’arriver au cap de San Antón. En longeant les côtes du Yucatán, il fallait éviter plusieurs bas-fonds : Los Alacranes, Arena et Triángulos ; puis les navires cinglaient vers le S.-O. pour atteindre Veracruz. Il leur restait donc encore trente jours de navigation. Depuis leur chambre, il se peut que les religieuses aient aperçu des dauphins et des requins (Alba González, 1998:58-59). Au fur et à mesure que l’on pénétrait plus avant dans le Golfe du Mexique s’accroissait le danger d’essuyer de fortes tempêtes, surtout en arrivant à proximité du port de Veracruz : c’était une des raisons pour lesquelles les navires qui se rendaient en Nouvelle-Espagne partaient entre les mois d’avril et de juillet. En raison des tempêtes, les naufrages étaient fréquents – avec toutes les pertes de vies humaines qui en résultaient ; ou bien les navires étaient poussés par des vents violents vers la côte de Veracruz. La flotte des capucines n’échappa point à la furie de la nature. Ainsi, le 19 septembre 1665 Sor Felipa écrivit à Sor Victoria Serafina depuis Veracruz :

[...] quatre jours durant nous avons fait force détours sur la mer, parcourant ainsi un grand nombre de lieues, car il y avait des tempêtes et des vents contraires où l’on voyait un danger évident, surtout pour de grands navires comme le nôtre et pour le vaisseau de tête [...] (dans Alba González, 1998:59).

  • 29  Telle était en moyenne la durée du voyage. Martínez (1983:79) signale une durée de 20 à 30 jours p (...)

34Mais elles finirent par arriver au port de Veracruz, après 66 jours de traversée29.

  • 30  Remarquons que le manque de linge se faisait déjà sentir. Doña Francisca de Zúñiga leur donna un d (...)

35À l’instar de ce qui s’était passé à Cadix pour aborder le galion, le débarquement fut une opération assez compliquée. Il va sans dire que le sentiment qui prédominait chez nos voyageuses était un grand soulagement après tant de jours et tant de nuits d’angoisse et de mal de mer. Le 17 septembre 1665, Sor Jacinta Juana écrivit qu’elles étaient « ravies de voir la terre, qu’on a tellement envie de la voir quand on est en mer » (dans Alba González, 1998:59-60). Le débarquement se déroula en plusieurs étapes. Tout d’abord, les habitants de Veracruz souhaitèrent la bienvenue à la flotte, avec d’autant plus d’enthousiasme qu’ils étaient au courant de la présence des capucines. Doña Francisca de Zúñiga y Córdoba, épouse du gouverneur, Don Diego Lagarcha, envoya un bateau avec deux prêtres chargés de les recueillir ; mais Sor Felipa refusa cette faveur, tant que le général Centeno Ordóñez ne leur en aurait pas donné l’autorisation ; elle fit savoir aux messagers qu’il « ne leur donnait pas la permission de débarquer tant que le bateau de sa Seigneurie n’aurait pas accosté dans le port, car l’entrée en est fort dangereuse [...] » (lettre à Sor Victoria Serafina, Veracruz, du 19 septembre 1665 ; dans Alba González, 1998:60). L’après-midi même elles quittèrent le navire ; une felouque les conduisit jusqu’au quai, d’où on les emmena sur des chaises à porteurs jusqu’au carrosse de la femme du gouverneur, qui les conduisit jusqu’aux chambres que celle-ci avait fait préparer spécialement à leur intention dans sa propre demeure30. Les voilà donc à nouveau sur la terre ferme ; mais il leur fallait encore se rendre à Mexico avant de pouvoir s’installer enfin au couvent de San Felipe de Jesús, ce qui signifierait le retour à la clôture, un retour ardemment désiré.

  • 31  Au couvent de La Concepción où elles séjournèrent durant plusieurs mois, car leur propre couvent n (...)

36La mer n’avait pourtant pas fini de leur donner le frisson. Alors qu’elles se trouvaient déjà à Mexico31, elles reçurent une lettre du général Centeno Ordóñez leur annonçant le naufrage du galion à bord duquel elles avaient voyagé. Sor Felipa relata ce fait dans deux lettres : l’une qu’elle envoya à Sor Josefa Lucía depuis le couvent de La Concepción, le 9 novembre 1665 ; et une autre qu’elle adressa au père Villarreal, datée de mai 1666. Voyons cette dernière :

  • 32  Dans Alba González, 1998:62. Le père Villarreal fait lui aussi état de ce naufrage, dans son livre (...)

Il y a partout des souffrances, mais nulle part autant qu’en mer, où d’un instant à l’autre on est et on n’est plus et on perd tous ses biens, et si on en réchappe c’est par grand bonheur [...] Après que nous sommes parties de Veracruz il y a eu une grande tempête, comme me l’a écrit le général qui en était tout affligé, et aucun de ceux qui étaient présents n’en avait vu de pareille, et les navires étant amarrés à un château entouré par la mer et qui s’appelle San Juan de Ulúa, celle-ci les a arrachés et entraînés vers la terre où ils sont allés s’écraser. Les biens se sont perdus, et ceux qui étaient de garde se sont noyés, alors même que beaucoup de personnes étaient là en train de regarder, sans rien pouvoir y faire32.

  • 33  Les cinq sœurs choristes et une religieuse du voile blanc furent désignées au moyen d’un vote auqu (...)

37Comme nous l’avons vu, le groupe des religieuses fondatrices « prit corps » petit à petit, au cours de longues années (l’intention de fonder un couvent avait vu le jour en 1655, dix ans avant de pouvoir se concrétiser) et à travers tout un ensemble de démarches, de discussions et d’échange de correspondance. En effet, les premiers documents (sollicitant l’autorisation du roi) ne parlent que de « six religieuses », mais les noms – les personnes – ne sont mentionnés qu’au moment où, la date de l’embarquement étant toute proche, les fondatrices sont élues et leurs noms signalés33 afin que le personnel de la Casa de Contratación les laisse aborder le navire. Toutefois, lorsque les noms sont mentionnés pour la première fois, ils ne le sont que sous forme abrégée et incomplète. Que savons-nous de ces six femmes qui avaient accepté d’encourir tous les risques que comportait la traversée de l’Atlantique dans les conditions qui étaient celles du XVIIe siècle ? Nous disposons, en premier lieu, d’un certain nombre de données générales concernant chacune d’entre elles.

38La mère María Felipa Bejarano (originaire de Tolède), âgée de 39 ans, était professe depuis 19 ans ; elle fut alors nommée supérieure du couvent et abbesse. La mère María (originaire de Millana, Guadalajara), âgée de 48 ans, était au couvent depuis 24 ans. Lorenza Bernarda (originaire de Madrid) était âgée de 43 ans lorsqu’elle se rendit au Mexique ; elle avait passé 22 ans comme religieuse au couvent de Tolède. María Teresa et Jacinta Juana (originaires de Tolède) étaient âgées de 30 et 32 ans, respectivement, et avaient prononcé leurs vœux six ans auparavant. Enfin, Sor Clara (originaire de la bourgade de San Clemente, Cuenca) était âgée de 37 ans et avait vécu dix ans au couvent de La Concepción, à Tolède.

  • 34  Sor Felipa avait été tourière et maîtresse des novices, Sor Lorenza Bernarda réfectorière, infirmi (...)
  • 35  Sor María Teresa avait été aide sacristine, et Sor Jacinta Juana infirmière.

39Il ressort des données ci-dessus que ces femmes étaient âgées de 30 à 48 ans et avaient une expérience de la vie conventuelle allant de 6 à 24 ans. Les sœurs portant le voile noir (sœurs « choristes ») avaient exercé des fonctions importantes au couvent34 ; les plus jeunes y avaient été initiées35, tandis que Sor Clara travaillait au service de la communauté en tant que cuisinière.

  • 36  Ces lettres sont conservées dans les archives du couvent des mères capucines de Tolède, où elles o (...)
  • 37  Voici un charmant échantillon de sa façon d’écrire : « Adieu, car me voici à court de papier, et p (...)

40En outre, les lettres qu’elles adressèrent au couvent de Tolède ainsi qu’au père Villarreal36 nous permettent de compléter le récit de ces voyageuses par des données concernant leurs personnalités, leurs sensibilités et leurs expériences. Selon Alba González (1998), c’est à Sor María de Tolède que nous devons le plus grand nombre de lettres : c’était la plus âgée du groupe (48 ans) ; pendant sa jeunesse, elle avait travaillé dans la ferme de ses grands-parents. Elle se chargeait de tenir la chronique trimestrielle des événements du couvent de San Felipe de Jesús, qu’elle rassemblait sous forme de feuillets (dont certains sont pliés comme des triptyques ; tous ne nous sont pas parvenus). Son écriture est embrouillée ; elle écrivait à la hâte, oubliant parfois de mettre la date37 ; il se peut qu’elle ait appris à lire et à écrire après son entrée au couvent. Elle fut nommée vicaire à la suite du décès de Sor María Felipa.

  • 38  Amies intimes et excellentes couturières toutes deux, elles faisaient des ornements, des aubes et (...)

41Les lettres de Sor Teresa María, en revanche, sont d’une écriture claire et élégante, sans taches ni ratures ; on peut supposer qu’elle avait appris à lire et à écrire dès l’enfance, d’autant plus qu’elle était issue d’une famille aisée. Elle et Sor Jacinta Juana – les plus jeunes du groupe38 – aimaient à taquiner Sor María, lui demandant pourquoi elle écrivait tant de lettres, à qui elle les écrivait si elle était déjà si vieille, et faisaient des plaisanteries sur sa basse stature. Dans leurs lettres, ses compagnes soulignent la grâce naturelle de Sor Teresa María, qui ajoutait toujours une note de bonne humeur aux circonstances les plus diverses, leur ôtant leur solennité. S’étant fort bien adaptée au climat des nouvelles terres, elle jouissait d’une meilleure santé qu’à Tolède et avait même grossi.

42Nous n’avons pas beaucoup de lettres de Sor Jacinta Juana, qui nourrit toujours une profonde nostalgie pour sa terre natale. Dans ses lettres, elle est brève et concise. Treize ans après son départ de Tolède, elle écrivit le 7 février 1678 :

Chaque jour nous souffrons un peu plus de nous être éloignées de toutes nos mères, car étant des plantes transplantées, nous ne pouvons nous y faire, mais ressentons une contradiction à l’intérieur. Que Sa Majesté soit servie de recevoir tout cela et de nous donner les forces nécessaires pour que toutes nos peines portent quelque fruit (dans Alba González, 1998:277).

43Quant à Sor Felipa et à Sor Lorenza Bernarda, si elles non plus ne nous ont pas laissé une correspondance des plus abondantes, nous pouvons néanmoins entrevoir leur personnalité à travers les lettres de leurs compagnes. Ainsi, nous apprenons que celles-ci admiraient l’esprit de pauvreté de Sor Felipa – qui, par ailleurs, fut celle qui souffrit le plus des incommodités du voyage. C’est sans doute en raison de ces souffrances qu’elle mourut un an après s’être installée au couvent à Mexico. Sor Lorenza Bernarda, pour sa part, se distinguait par sa grande capacité de tendresse et d’affection, comme il ressort de cette lettre datée de la fin du mois de novembre 1671 :

[...] elles rivalisent toutes de zèle pour atteindre la perfection et pour servir de toutes vos forces leur Mère la Religion. Que Dieu le leur paie et qu’il veuille bien me les garder ; et plaise à Dieu que ce soit moi qui vienne à manquer, plutôt que l’une d’entre elles ne vienne à me manquer à moi. Bien souvent elles m’attendrissent et, lorsque je suis seule, elles me font verser tant de larmes en pensant que Dieu m’a envoyé ces quatre séraphins pour qu’ils trouvent un peu de consolation en une chose si misérable et de si peu d’importance que moi, que je me trouve parfois occupée à des travaux avec le reste de la communauté et qu’elles viennent me chercher et me prennent toutes quatre d’assaut, comme si elles ne m’avaient pas vue depuis bien longtemps, et tout s’achève par des larmes, parce que je leur dis que Dieu  le leur pardonne, car elles doivent être la raison pour laquelle je suis privée de ma patrie.

  • 39  L’histoire de Sor Clara est fort intéressante. Sa mère étant morte alors qu’elle était encore une (...)

44Quant à Sor Clara – la sœur du voile blanc –, nous n’avons conservé d’elle aucune lettre ; il se peut qu’elle n’ait su ni lire ni écrire39. De toutes les fondatrices, c’est elle que nous connaissons le moins, bien que ses compagnes la mentionnent dans leurs lettres. En fait, elle vivait à l’écart de la communauté, remplissant ses devoirs depuis la cuisine. Il semblerait qu’elle ait été d’humeur sereine et que sa seule préoccupation ait été la santé de Sor Lorenza Bernarda ; elle-même jouissait d’une excellente santé, ce que les autres religieuses attribuaient au fait qu’elle « ne s’afflige de rien ». Le 5 août 1684, Sor María de Tolède écrivit à Sor María Ana : « Sor Clara est toujours la même, elle se porte bien, avec ce naturel si paisible qui la caractérise, sans s’affliger de rien, mais nous, nous ne saurions avoir toutes la même chance » (dans Alba González, 1998:286).

  • 40  Il convient de signaler que l’une des principales richesses de ces lettres que nous ont laissées n (...)

45Ces lettres issues directement de la plume des religieuses40 nous présentent des femmes en chair et en os (des sujets dotés d’un genre), porteuses de sentiments qu’elles exprimèrent sans autre prétention que celle de communiquer leurs expériences – fait inédit dans le discours du XVIIe siècle. Ceci nous permet d’aller bien au-delà d’une simple liste de passagers et de récupérer tout un versant qui a été omis jusqu’à présent par les histoires de la navigation : les sentiments des religieuses au cours de la traversée et une fois qu’elles se trouvèrent installées en Nouvelle-Espagne, pour ne plus jamais revoir leurs lieux d’origine. Dorénavant, il ne s’agit donc plus d’un domaine dépourvu de toute marque de genre.

  • 41  La dernière lettre qui est déposée dans les archives du couvent des mères capucines de Tolède date (...)
  • 42  Celui-ci se réduisit bientôt à cinq religieuses, puisque Sor María Felipa mourut le 21 septembre 1 (...)

46L’expérience de la traversée se transforma en un élément inoubliable dans la vie des fondatrices capucines. Les lettres qu’elles continuèrent d’envoyer à Tolède41 renferment de nombreuses allusions à la traversée, qui ne sont pas seulement des souvenirs anecdotiques, mais qui constituent également un élément fondamental de l’union du groupe42. En mai 1666, Sor Felipa écrivit au père Villarreal pour lui dire combien elle aimerait le revoir :

[...] mais lorsque je pense qu’il faut pour cela traverser la mer, il m’est impossible de le vouloir, quand bien même ce serait avec la mitre de l’archevêque : seule la volonté de Dieu peut nous faire entreprendre une telle navigation. Sor Teresa dit que s’il nous fallait à nouveau prendre la mer, Notre Seigneur devrait le lui demander à cor et à cri. Faute de quoi elle ne le ferait pour rien au monde (dans Alba González, 1998:63).

47Dans une lettre qu’elle envoya au couvent de Tolède le 12 novembre 1667, Sor Lorenza Bernarda rapporte ce qu’elle dit aux novices : « [...] vous êtes bien gâtées. Si vous aviez traversé la mer, vous seriez bien autrement endurcies » (dans Alba González, 1998:64). Dans une lettre écrite à Mexico le 28 janvier 1674, Sor Teresa María raconte à Sor Josefa Lucía qu’ayant demandé à Sor Lorenza Bernarda comment elle faisait pour la supporter tout le temps, elle s’entendit répondre : « Ne voyez-vous pas, ma fille, que nous avons traversé la mer ensemble ? » (dans Alba González, 1998:63). Dix ans plus tard, affligée par la mort de Sor Jacinta, Sor María de Tolède célèbre la grande affection qui les unissait, car « l’amour augmente beaucoup lorsqu’on a connu ensemble les souffrances de la navigation [...] » et se souvient à cette occasion des efforts qu’elle avait faits afin de lui rendre plus supportables les souffrances du mal de mer au cours de ce voyage (Mexico, 5 août 1684 ; dans Alba González, 1998:271).

48Avoir traversé ensemble la mer devint pour les fondatrices capucines synonyme d’union à toute épreuve – un sentiment qui est parfaitement résumé par ces paroles de Sor María de Tolède : « Un tel amour nous unit, nous autres les passagères (les « navegantas », que nous ne semblons former qu’un seul corps et que nous ressentons toutes le mal que ressent chacune d’entre nous » (lettre de Sor María, envoyée à Tolède le 16 avril 1672 ; dans Alba González, 1998:259). La traversée constitua un apprentissage qui transforma la personnalité de ces religieuses sorties de leur couvent de Tolède un beau jour du mois de mai 1665, sans avoir jamais vu la mer et n’ayant qu’une idée fort vague de ce que représentait cette traversée de l’Atlantique.

Les brigittines

  • 43  Cette dernière était la nièce du fondateur. Entrée en clôture la veille du départ, elle reçut l’ha (...)
  • 44  Il s’agissait d’un conflit très complexe, dont l’enjeu était, pour les deux armées, d’ordre économ (...)

49Grâce à une licence en date du 13 juillet 1739, sept religieuses avaient obtenu l’autorisation d’entreprendre le voyage : les mères Teresa Brígida Eduarda de Jesús María (âgée de 54 ans), Juana Petronila del Patrocinio (54 ans), María Catalina de la Concepción (46 ans), María Teresa de San Francisco (40 ans), María Francisca de Jesús (27 ans), Sor Jacinta de Santa Bárbara (37 ans) qui portait encore le voile blanc et Francisca Antonia de Santa Gertrudis (15 ans)43. Les âges ci-dessus correspondent à leur date de sortie du couvent (1739). Elles devraient faire le voyage en compagnie du Dr. Don Francisco de la Peña y Carrasco, qui avait été nommé trésorier de la cathédrale de Guatemala, ainsi que de Don Francisco de Urbina, aumônier. Devaient également voyager avec elles un domestique, José Ruiz, et une servante, Josefa Sáenz de Bunuaga. Elles ne purent pas embarquer à la date prévue, car en 1739 débutèrent les hostilités avec l’armée anglaise44, ce qui les obligea à prendre patience jusqu’en 1743.

50Il convient de signaler que pendant les quatre ans de leur séjour à Cadix, les brigittines ne restèrent pas les bras croisés, attendant patiemment qu’on leur donnât l’autorisation d’embarquer. La Crónica (dans Sifvert, 1992:96) rapporte qu’elles demandaient cette autorisation à « tous les navires qui s’apprêtaient à partir », mais sans succès car les autorités considéraient que cela aurait été trop « téméraire ». En 1742, ayant appris que plusieurs navires marchands, « dont l’un de belle prestance », s’apprêtaient à prendre la mer, elles renouvelèrent leur demande. Elles obtinrent cette fois gain de cause, bien que la guerre ait continué à « faire rage », car on apprit que les Anglais étaient en train de préparer une expédition de trente-quatre vaisseaux contre Cadix. L’un des arguments qu’avancèrent nos voyageuses en herbe, était que si elles partaient avant, elles pourraient naviguer sans danger. Elles quittèrent donc le couvent de Cadix le 3 mai 1743.

  • 45  Il est dommage que nous n’ayons aucune description des religieuses ; les « portraits » des domesti (...)

51Les passagers des Indes étaient tenus de fournir des « renseignements » concernant leur état civil, leur occupation et leur filiation raciale. Le document mentionné ci-dessus spécifie que les religieuses seraient exemptées de cette formalité. Le prêtre, par contre, dut présenter ses titres et fournir des renseignements de moribus et vita (sur ses mœurs et sa vie), « au même titre que les laïques ». Les domestiques durent présenter des informations exhaustives, grâce auxquelles nous savons, par exemple, que María Josefa, âgée de 28 ans, était de « complexion moyenne, de teint clair et avec de grands yeux ». Antonio Villate était né en Vieille-Castille et avait 38 ans à la date du voyage ; il était de « bonne complexion, de teint clair et à la barbe fournie ». Francisco de los Reyes n’avait que 16 ans ; il était de « complexion moyenne, blanc de teint et avec une cicatrice à un sourcil »45. Tous remplissaient les conditions requises, à savoir être chrétiens de vieille souche, de sang pur, de naissance légitime, de parents connus, et ne pas être de « mauvaise race » ni faire partie des personnes « non autorisées à se rendre aux Indes ».

52La Cour des comptes de la Casa de Contratación leur délivra la licence le 29 janvier 1743, avec l’ordre de « laisser embarquer les religieuses susnommées à bord de n’importe quel navire à mon pavillon [c’est-à-dire celui du roi d’Espagne] sortant de ce port à destination de ceux des Indes », avec les personnes de la suite mentionnées ci-dessus.

  • 46  En espagnol, forlón : sorte de voiture à cheval à quatre sièges, sans marchepieds, fermée par de p (...)
  • 47  Voici un trait de sensibilité masculine : l’évêque était préoccupé par la responsabilité qu’impliq (...)

53Le rituel du départ fut semblable à celui que nous avons évoqué dans les cas précédents. Après quatre ans de séjour au couvent de Cadix d’étroits liens d’affection s’étaient noués entre les religieuses, de sorte que les adieux furent particulièrement émouvants. Sur l’ordre de l’évêque – qui, selon la Crónica, « n’eut pas le cœur à les voir embarquer » – le vicaire doyen et le chapitre allèrent les chercher au couvent pour les conduire jusqu’au navire. On utilisa à cet effet des berlines46, à bord de chacune desquelles avaient pris place deux religieuses accompagnées de deux chanoines. Dans la baie, elles étaient attendues par Don Alejo de Ruvalcaba, intendant de marine, qui avait fait préparer une felouque pour les conduire jusqu’au navire. Ces messieurs les accompagnèrent jusqu’à la pièce qui leur était destinée à bord du navire Nuestra Señora del Rosario, Señor San José y San Francisco de Paula. Comme les capucines près de cent ans plus tôt, elles passèrent trois jours à bord dans l’attente de vents favorables, durant lesquels l’évêque eut tout loisir de réfléchir sur les risques que comportait une telle entreprise47. Il s’apprêtait à les faire revenir au couvent, mais la felouque qu’il allait prendre fut réquisitionnée pour inspecter les forts, « car on craignait déjà la proximité de l’ennemi ». La flotte put prendre la mer le lendemain, à deux heures du matin, si bien que les religieuses écrivirent à sa Grandeur pour l’informer qu’elles étaient déjà en mer. Vingt jours après leur départ (le 30 mai 1743), les Anglais attaquèrent le port de San Sebastián, sur l’île de Gomera (Canaries).

54Qu’à cela ne tienne, les brigittines étaient enfin parties. Dans la licence de 1742, le roi avait demandé au propriétaire du navire à bord duquel elles voyageraient

qu’elles soient bien installées, avec toute la décence, l’honnêteté et la tranquillité qu’il leur faut et qui sied à leur état, de sorte qu’elles aient au cours de leur voyage le plus de convenance et de commodité possible.

55Dans la pratique, ces conditions ne furent point satisfaites, car – dit la Crónica – le navire était bondé de passagers, notamment de religieux de deux missions franciscaines – une mission de frères déchaussés de Saint Pierre, et une autre de la Sainte Croix de Querétaro – qui, apprenant que les religieuses feraient le voyage, s’étaient décidés eux aussi à embarquer malgré les difficultés de ces temps d’insécurité maritime.

  • 48  Soit environ 6 mètres de long sur 3 mètres de large (1 mètre = 1,196 aunes ; nous avons arrondi à (...)
  • 49  Cabine : à bord des navires, petite pièce destinée aux passagers et munie de lits fixes (article « (...)

En raison de leur foi les Révérendes souffrirent bien des incommodités, car l’emplacement qu’on leur donna mesurait, en tout et pour tout, à peine cinq aunes de long sur deux et demie de large48, et il y avait là huit cabines49 les unes sur les autres, si bien qu’il leur était impossible de tenir ensemble ou de s’asseoir en même temps dans les espaces libres, et à plus forte raison d’y mettre un petit tabouret, une table ou quoi que ce soit, de sorte que ce fut une grande gêne et une chaleur excessive (Crónica, dans Sifvert, 1992:97).

  • 50  Non sans s’être couvert auparavant le visage de leur voile, ni sans brandir la statue de l’Enfant (...)
  • 51  Cette description coïncide avec celle de Santiago Sánchez (www.todoababor.com.es) quant au manque (...)
  • 52  Les marins dormaient dans des hamacs, ce qui les aidait à éviter les morsures des rongeurs (surtou (...)

56Cinq jours après avoir pris la mer (vers le 10 mai 1743), elles arrivèrent aux Canaries. Là, il se produisit un incident fort révélateur du courage dont pouvaient faire preuve nos brigittines. Des voiles ennemies ayant été aperçues au loin, quelque temps plus tard, vers quatre heures de l’après-midi, trois vaisseaux de guerre anglais surgirent face aux navires marchands à bord desquels allaient les brigittines et autres passagers. Or, ces navires marchands se trouvaient « sans soldats ni pratique de la guerre ». À en croire la Crónica, les religieuses « riaient » de voir la confusion qui s’empara alors de l’équipage et des passagers, « ce qui ne les empêchait nullement de réciter force prières et litanies pour demander à Notre Seigneur de les sauver » (Crónica, dans Sifvert, 1992:98). Que l’on s’imagine la scène de ce petit groupe de religieuses en train de prier au milieu du tumulte général : les passagers criant et se lamentant, les membres de l’équipage courant d’un endroit à l’autre, les missionnaires encourageant tout le monde à défendre les bateaux... Les religieuses durent se faire prier avant d’accepter de sortir de la pièce qu’elles occupaient50 et de descendre dans les cales du navire, avec « toutes les femmes et quelques religieux ». Elles eurent beaucoup de mal à descendre, « se traînant presque des mains et des pieds, tant le navire était bondé de ballots et de marchandises et le toit si bas qu’il était impossible de se tenir debout »51. Par bonheur, les vaisseaux anglais décidèrent de se retirer. Mais en raison de l’agitation qui s’était emparée du navire, ce jour-là on ne put allumer le fourneau, si bien que les brigittines ne mangèrent rien et durent attendre « le déjeuner qui était servi le matin » (Crónica, dans Sifvert, 1992:99). La Crónica confirme que les vivres se faisaient de plus en plus rares, « non seulement parce que le navire était mal approvisionné, mais également en raison des vermines qui pullulent dans les bateaux et des souris qui en ont mangé une bonne part »52.

57Un autre problème que durent affronter nos voyageuses, fut celui de l’hygiène personnelle. Étant donné les conditions qui régnaient à bord, celle-ci était pratiquement impossible à maintenir. Comme l’équipage lavait ses vêtements avec de l’eau de mer, ceux-ci restaient humides et dégageaient une odeur fort désagréable. Nous n’avons aucun indice nous indiquant que la servante aurait lavé les habits des religieuses ; quoi qu’il en soit, si ce fut le cas elle dut le faire de la même manière que les marins. Pour se baigner – ou se laver le corps – il fallait attendre les escales. La lessive se faisait à côté des latrines ; celles de l’équipage se trouvaient à la proue et se composaient de simples planches percées de trous ; l’endroit était exposé aux intempéries, et on risquait de se faire emporter par une lame. Il n’est guère surprenant que les marins aient hésité à y aller, surtout la nuit. Quant aux latrines des officiers, celles-ci se trouvaient à la poupe, étaient protégées et offraient plus d’intimité. Il est probable que nos religieuses, qui ne sortaient pas de leur chambre, aient continué à utiliser les vases de nuit, comme durent le faire leurs compagnes capucines au cours de leur voyage.

  • 53  Si cette donnée est exacte, la traversée n’aurait duré que 50 jours, c’est-à-dire moins que la moy (...)
  • 54  Don Domingo avait été jusqu’alors évêque de Saint-Domingue. Il fut évêque de Puebla de 1743 à 1763 (...)

58La flotte arriva à Porto-Rico le 22 juin 174353, premier jour de pluie après une longue sécheresse. Les religieuses furent hébergées à l’évêché. Le siège épiscopal étant vacant, le rez-de-chaussée avait été aménagé pour y recevoir les victimes d’une épidémie de vomito negro qui ravageait alors la ville. Les brigittines passèrent une nuit fort difficile, car les malades exhalaient une odeur insupportable et, « venant à peine de débarquer, elles avaient l’estomac mal en point » (Crónica, dans Sifvert, 1992:100) : en effet, elles avaient certainement souffert du mal de mer et de vomissements au cours de la traversée, tout comme les capucines près de cent ans auparavant. Le lendemain, on déménagea les malades. Voyageurs et voyageuses demeurèrent treize jours à Porto-Rico, le temps de réapprovisionner le navire. Un vaisseau de guerre s’unit à la flotte alors que celle-ci voguait en direction de Veracruz. On mit le cap sur Cuba, afin d’attendre et de prendre à bord Don Domingo Pantaleón Álvarez de Abreu, qui venait d’être nommé évêque de la ville de Puebla de los Ángeles54. Dans la Crónica, l’endroit où le navire ancra est qualifié de véritable « four ». En raison de la chaleur, de nombreux voyageurs tombèrent malades ; certains moururent, et les religieuses virent d’autres navires jeter des corps par dessus bord ; heureusement, « la maladie épargna » le leur. Don Domingo arriva enfin, et le bateau poursuivit sa route vers le port de Veracruz – où l’on craignait l’arrivée de navires anglais, la guerre « faisant rage » – que l’on toucha le 30 juillet.

59Le gouverneur de la ville envoya une felouque dans laquelle avait pris place le chevalier Don Gaspar Sáenz Rico, qui les hébergerait en sa demeure. Malgré leur vif désir de retrouver la terre ferme, nos voyageuses le prièrent de bien vouloir revenir le lendemain matin, et elles passèrent la nuit (« qui fut un véritable Purgatoire ») à rassembler leurs « maigres effets », ce qui n’alla pas sans graves difficultés en raison de l’exiguïté de leur logement. Les religieuses descendirent seules dans la felouque, car tous ceux qui les accompagnaient devaient passer au registre, de même que lors de l’embarquement à Cadix.

60Un important groupe de personnes les attendait sur le quai, se réjouissant de les voir débarquer. Il leur fallut parcourir à pied une chaussée qui unissait la baie à la ville ; là, elles étaient attendues par les filles de Don Gaspar qui les conduiraient en berline jusque chez elles. Comme il n’y avait pas de voitures à chevaux à Veracruz, les religieuses voyagèrent en litière jusqu’au-delà de Piedras Negras, à l’intérieur du pays. Elles rencontrèrent les fondateurs et poursuivirent leur chemin vers Mexico, où elles reprendraient leur vie conventuelle.

  • 55  D’après A.S. Sifvert (1992), la chronique se trouve dans un volume comprenant 245 pages écrites, 6 (...)
  • 56  Selon Sifvert, ce serait sans doute l’une des voyageuses, la mère María Catalina de la Concepción, (...)
  • 57  Époque à laquelle les brigittines se trouvaient encore au couvent de Regina Coeli, tandis que l’on (...)

61À la différence des capucines, dans le cas des brigittines nous n’avons pas de données concernant les répercussions que dut avoir leur longue traversée sur ces années conventuelles à Mexico. Les informations que nous avons utilisées afin de reconstruire le voyage de ces religieuses sont extraites du Libro de las Fundaciones conservé à Vitoria (Espagne), ainsi que du manuscrit du couvent des sœurs brigittines55 de Tláhuac, à Mexico ; ce dernier renferme la copie des sept premiers chapitres du Libro de les Fundaciones56. Ce sont les voyageuses elles-mêmes qui dictèrent le récit du voyage à la mère Isabel Antonia – originaire de Pátzcuaro (Michoacán), et qui s’intégra à la communauté le 26 mars 174557 –, comme il ressort de la citation ci-dessous, extraite de la page 200 du manuscrit, où Isabel Antonia déclare avoir écrit « le récit de leurs journées et souffrances jusqu’à la Vera Cruz » :

Je l’ai écrit (pour la plupart) en tant que témoin oculaire, pour avoir pris le saint habit au couvent de Regina quatre mois après l’arrivée de ses Révérendes, par la bouche desquelles j’ai appris ce qui leur était arrivé avant que je ne vienne partager leur très aimable compagnie (dans Sifvert, 1992:9 ; c’est moi qui souligne).

62D’où il s’ensuit que le récit du voyage fut récupéré à travers l’oralité, et non à travers l’écriture, contrairement à ce qui se produisit dans le cas des capucines. C’est peut-être pour cette raison que nous disposons de moins de données concernant ces menus détails de la traversée que les capucines, au contraire, rapportèrent avec tant d’émotivité dans leurs lettres.

La Compagnie de Marie

  • 58  Ces religieuses étaient nées – respectivement – à Pampelune, en un lieu non précisé de la Navarre, (...)
  • 59  Ces femmes étaient natives – respectivement – de Madrid, de Pampelune, d’Ágreda (Soria) et de Gard (...)

63La licence d’embarquement en date du 17 avril 1753 autorise le départ de douze religieuses se rendant à Mexico afin d’y fonder un couvent de la Compagnie de Marie (La Enseñanza), accompagnées de leur suite. Ces religieuses répondaient aux noms de María Ignacia Sartolo (présidente, âgée de 46 ans), María Esteban de Echeverría (35 ans), María Josefa Burgués (43 ans), María Ignacia Azlor (36 ans), Ana María de Torres (33 ans), Ana Teresa Bonste (45 ans), Tomasa Téllez (25 ans), Joaquina Antonia Azcárate (25 ans)58. Elles étaient accompagnées des sœurs (novices) Isabel Fernández Cepillo (24 ans), Lucía Beramendi (25 ans) et María Josefa Cabriaga (24 ans) ; María Águeda Urtazún (22 ans) les accompagnait en tant que prétendante et servante59.

64Le résumé du document en question dit :

  • 60  Archivo de Indias, « Relación pasajeros », Contratación, 5495.N.1.R.11. Consulté en ligne.

Licence d’embarquement en faveur de onze religieuses de l’ordre de la Compagnie de Marie Très Sainte, avec le titre de La Enseñanza, qui se rendent à la fondation à Mexico, avec deux religieux de la Compagnie de Jésus et trois domestiques, à bord de la frégate Nuestra Señora del Carmen (alias La Galga), enregistrée comme se rendant à Veracruz.60

65Ces lignes ne sauraient être lues sans passion, dans la mesure où elles représentaient la dernière démarche avant de pouvoir entreprendre un voyage longuement préparé et attendu avec la plus grande impatience. Pour qui en fait une lecture comme celle que suppose ce travail, ces pages sont pleines d’évocations et renvoient à tout un contexte riche en implications et en détails qui invitent à la recherche, voire à la rêverie...

66Il s’agit là du groupe le plus hétérogène et le plus nombreux de tous ceux que nous avons examinés jusqu’à présent : dix-neuf personnes au total ; il semble également être mieux organisé, ce qui constitue peut-être un indice de l’amélioration des conditions générales de la navigation au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Par ailleurs, tous les voyageurs avaient moins de cinquante ans. Dans le groupe des douze femmes, qui se composait de onze sœurs, trois novices, plus une prétendante qui faisait également office de servante, on observe une nette hiérarchie. Quant aux hommes, deux d’entre eux étaient jésuites ; le domestique philippin était à leur service, tandis que les autres domestiques faisaient, pour ainsi dire, partie du groupe des religieuses.

  • 61  Issue d’une famille très riche, elle hérita d’une fortune considérable, qu’elle mit au service de (...)
  • 62  Selon Amerlinck et Ramos (1995:136), la reine María Bárbara aurait apporté 3 000 pesos pour les fr (...)
  • 63  Document signé par José Ignacio Goyeneche, par ordre du roi.

67La licence délivrée le 25 avril 1753 mentionne que la demande de fondation avait été déposée dès 1745, à l’initiative de la mère María Ignacia Azlor y Echevers61, dont la fortune couvrit les frais de voyage des religieuses, de la prétendante-servante et des domestiques62. Au moyen d’un brevet en date du 27 février 1753, le roi ordonne de ne « mettre aucun embarras ni entrave » à la fondation ; le document ajoute qu’il révoque toute loi, ordre ou licence délivrés en sens contraire, et considère comme dûment satisfaites les demandes de renseignements au sujet de cette fondation63.

  • 64  Les religieuses parties de Tudela le 12 octobre 1751 durent attendre un an et neuf mois avant de p (...)
  • 65  Dans les autres cas on ne mentionnait que la plage.

68Le groupe voyagea à bord de la frégate Nuestra Señora del Carmen, alias La Galga, sous les ordres du capitaine Pedro Garaycochea et à destination de Veracruz. La flotte prit la mer le 12 juin 1753. Les détails de l’embarquement se trouvent consignés dans la Relación histórica [Compte rendu historique] que publièrent les religieuses de la Compagnie de Marie 39 ans après la fondation à Mexico, c’est-à-dire en 1793. L’après-midi du 12 juin 1753, l’évêque de Cadix se présenta au couvent de La Candelaria accompagné de plusieurs pères jésuites, afin d’en faire sortir les religieuses fondatrices. La communauté qui, comme dans les autres cas analysés, s’était attachée à elles au cours des longs mois passés en leur compagnie64, leur fit des adieux attendrissants et les conduisit en voiture jusqu’au quai65 ; elles descendirent les escaliers pour prendre place à bord de la felouque de l’Intendance puis, toujours en compagnie de ces messieurs, montèrent à bord de La Galga. Il fallut attendre plusieurs heures que soufflassent des vents favorables, mais ce même jour, vers sept heures du soir, le navire prit la mer. Un vaisseau du roi (le Dragón) escorta la frégate jusqu’aux Canaries, « par crainte des Maures qui infestent les lieux ». Le voyage se déroula sans incidents majeurs, « sous un vent propice ». Toutefois, il est signalé que les religieuses souffrirent du mal de mer (de même que le père Thomas). À aucun moment l’accent n’est mis sur le fait que les religieuses soient demeurées enfermées durant tout le voyage (comme dans le cas des capucines) ; une fois habituées au roulis du navire, « certaines d’entre elles s’amusaient à pêcher des petits poissons ». Il semblerait qu’elles aient pu consommer des aliments de bonne qualité : « Le capitaine s’est montré fort généreux en ce qui concerne l’abondance de la nourriture et la propreté de la table, leur servant du pain frais tous les deux jours, ce dont on ne dispose que dans fort peu de navigations, » rapporte la Relación histórica (dans Muriel, 1994).

69La citation ci-dessus n’est cependant pas exempte d’une certaine idéalisation lorsqu’il est question de « pain frais ». Comme nous l’avons vu, celui-ci était plutôt dur, de façon à pouvoir se conserver durant tout le voyage. Les conditions de la traversée ne devaient pas être très différentes de celles que nous avons décrites à propos des brigittines (qui n’avaient fait la traversée que dix ans plus tôt). Nous ne pouvons laisser, par exemple, de faire un certain nombre de réflexions concernant le coût du voyage selon les passagers. En particulier, on est frappé par la différence entre le prix demandé aux sœurs et aux religieux, d’une part, et celui demandé, d’autre part, à l’un des domestiques (ainsi qu’à l’autre, sans doute) : 400 et 280 pesos, respectivement. À quoi attribuer cet écart ? Probablement aux conditions dans lesquelles était effectué le voyage : on peut conjecturer que les religieuses et les religieux avaient des cabines, tandis que les domestiques dormaient et mangeaient avec l’équipage.

70Quelles qu’aient été les conditions dans lesquelles se déroula la traversée, nos voyageurs et voyageuses arrivèrent à Veracruz le 4 août 1753, après 63 jours en mer, ce qui correspondait à la durée habituelle de la traversée. Les religieuses furent accueillies par des jésuites et hébergées pendant cinq jours par une famille amie de Sor María Ignacia.

Pour conclure

71Entre les capucines qui effectuèrent la traversée en 1665 et les religieuses de la Compagnie de Marie qui entreprirent ce même voyage en 1753, plusieurs différences peuvent être perçues. Les cent ans qui séparent ces deux voyages doivent avoir signifié un certain progrès dans l’art de la navigation, même si l’on était encore loin des conditions de confort idéales. Malgré ces différences temporelles, certains facteurs sont communs aux quatre cas examinés et sont étroitement apparentés les uns aux autres.

72Les groupes de sœurs voyageuses participèrent à l’évolution des mouvements migratoires tout au long de la période allant du XVIe au XVIIIe siècle. Cette participation mériterait de faire l’objet d’un suivi minutieux, qui mettrait en évidence certaines facettes jusqu’à présent insoupçonnées.

73Le facteur de genre traverse, sans aucun doute, l’ensemble des déplacements océaniques que nous avons examinés. Pensons, par exemple, aux critères en fonction desquels étaient désignées les religieuses qui quitteraient leurs couvents espagnols pour se rendre aux Indes. Dans cette décision intervenaient des facteurs tels que l’âge, la santé, l’expérience et le tempérament (le « naturel »). Les religieuses désignées afin de diriger les groupes de voyageuses étaient des femmes d’âge mûr et au caractère bien trempé. Toutes ne jouissaient pas d’une excellente santé : rappelons que la mère Jerónima de la Asunción tomba plusieurs fois malade (bien qu’il faille tenir compte de son âge avancé pour l’époque) ; Sor Felipa (capucine) mourut peu après son arrivée en Nouvelle-Espagne. Mais les capucines représentent un cas privilégié dans la mesure où, à travers les lettres qu’elles nous ont laissées, nous pouvons observer certaines différences de caractère qui existaient entre elles.

74Le contexte qui entourait l’entreprise maritime de nos religieuses était totalement patriarcal. Toutes les permissions dépendaient de l’autorité masculine : le confesseur, l’évêque, le roi, le Conseil des Indes (au sein duquel ne figurait aucune femme). Les licences stipulaient qu’au cours de leur voyage les religieuses se feraient toujours accompagner par des hommes. Au sein de ce système et depuis l’isolement qui leur était imposé (rappelons que les fondatrices attendaient avec impatience que la bienveillance et le dynamisme de leurs agents se chargeassent de réaliser les démarches nécessaires), les religieuses parvenaient néanmoins à se ménager une certaine marge d’action afin de mener à bien leur entreprise de fondation. Ainsi, nous avons vu qu’en dépit de ce que stipulaient les brevets du roi, les capucines n’emmenèrent pas d’aumônier à bord, « n’en ayant pas besoin ». Le roi donnait des ordres, mais il veilla bien à spécifier que son « trésor royal » ne devrait pas débourser un seul centime afin de financer le voyage des capucines. Heureusement, chacun des groupes de voyageuses disposa du soutien de « gentilshommes » qui les aidèrent à surmonter les difficultés, comme le capitaine Izquierdo de Quirós dans le cas des capucines, ou les pères jésuites qui aidèrent leurs coreligionnaires de Cadix à Mexico.

75L’affectivité est partout présente dans les écrits de ces religieuses. À la différence de ce que l’on peut observer dans la Vida de Jerónima de la Asunción, il n’y a dans les missives des capucines aucune entrave à l’expression de l’émotivité. Nous nous rendons compte que ces voyageuses étaient avant tout des femmes, avec toutes les forces et les faiblesses des êtres humains, de sujets possédant des caractéristiques de genre. Elles avaient des besoins à satisfaire, se fatiguaient, se désespéraient, tissaient de profonds liens d’amitié, regrettaient leur couvent et leurs habitudes, avaient peur de périr en mer...

76Bien qu’elles ne s’étendent guère au sujet de leurs corps, nous ne saurions ignorer que ces corps étaient féminins, et qu’ils portaient l’empreinte d’une construction idéologique de la féminité. Celle-ci, emblématique de chaque période historique (Bordo, dans Jagger et Bordo, 1992), reçut une représentation porteuse d’une nuance toute particulière dans le cas des femmes-religieuses qui traversèrent l’Atlantique à l’époque de la colonie.

77C’est pourquoi les conditions auxquelles elles durent se soumettre en tant que voyageuses méritent d’être prises en considération. Nous avons insisté sur le caractère peu approprié de leur habillement (conçu en fonction des climats européens) pour affronter les températures auxquelles elles ne tardèrent pas à être exposées durant la traversée. L’exiguïté de leur logement à bord des navires nous a permis d’évoquer les incommodités qu’elles durent connaître pour se laver, pour faire leurs besoins naturels et pour maintenir des conditions minimales d’hygiène pendant les périodes menstruelles ou en cas de maladie. Car il est indubitable que le corps – ce que nous mangeons, notre manière de le vêtir, le rituel quotidien des soins que nous lui prodiguons – est le véhicule d’une culture (Bordo, dans Jaggar et Bordo, 1992) et qu’il relève à ce titre de la sensibilité.

  • 66  Comme Anne de Saint-Barthélemy, compagne et amie de sainte Thérèse, ou Marianne de Saint-Joseph, a (...)

78Les expériences de nos sœurs « voyageuses » viennent remettre en cause une construction conventionnelle de la féminité aux XVIIe et XVIIIe siècles. Nos voyageuses rompirent certains schémas (élargissant ceux qu’avait commencé à imposer l’entreprise fondatrice, « errante », de Thérèse d’Ávila et des religieuses qui suivirent ses pas66). Il s’agissait, à bien des égards, de corps voyageurs, de corps nomades, qui ont contribué à enrichir le concept de féminité, ainsi que l’idée de ce que les femmes étaient capables de faire.

  • 67  On pourrait établir un parallèle avec les religieuses françaises parties pour la Nouvelle-France. (...)

79Ces corps (au sens large, désignant des personnes dans leur dimension corporelle et intellectuelle) imprimèrent leur marque de genre aux traversées océaniques, même si l’aspect le plus visible était l’obligation faite aux hommes (autorités civiles et religieuses, capitaines, équipage et domestiques) de veiller sur elles, de leur réserver un espace spécifique ainsi que de leur prodiguer des soins particuliers. Ainsi, malgré le manque d’attention prêtée aux voyageuses des siècles de la colonie, les voyages des religieuses contribuent à compléter le panorama de cette époque. Il reste à récupérer un plus grand nombre de données encore sur le sujet, ainsi qu’à élargir les recherches vers les autres femmes qui voyageaient entassées dans les navires partant de Cadix en direction des Indes67.

Inicio de página

Bibliografía

ALBA GONZÁLEZ Emilia, Presencia de América en Toledo : aportación cultural y social (El establecimiento de las Capuchinas toledanas en Nueva España), thèse de doctorat, Madrid, Universidad Complutense de Madrid, Facultad de Geografía e Historia. Departamento de Historia de América, 1998 (Ouvrage consulté en ligne).

AMERLINCK Ma. Concepción y RAMOS MEDINA Manuel, Conventos de monjas. Fundaciones en el México virreinal, México, Grupo CONDUMEX, 1995.

DIEZ Jesús, Mariana de San José, Madrid, Agustinas Recoletas, 1996.

GÓMEZ Santiago. http://www.todoababor.es consulté en août 2008.

JAGGAR Alison M. et BORDO Susan, Gender/Body/Knowledge, New Brunswick, New Jersey, Rutgers University Press, 1992.

LETONA Fray Bartolomé de, Perfecta Religiosa. Vida de la V. M. Gerónima de la Asución, primera Abadesa de las Monjas Descalzas de Manila, Puebla, Imprenta de la viuda de Juan de Borja, 1662.

MARTÍNEZ José Luis, Pasajeros a Indias, Madrid, Alianza Universidad, 1983.

MONJAS DE LA COMPAÑÍA DE MARÍA, Relación histórica de la fundación de este convento de Nuestra Señora del Pilar, Compañía de María, llamada vulgarmente La Enseñanza en esta Ciudad de México y compendio de la vida y virtudes de la MRM María Ignacia de Azlor y Echevers, su fundadora y patrona, México, Imprenta de Felipe Zúñiga y Ontiveros, 1793.

MURIEL Josefina, Cultura femenina novohispana, Mexique, Instituto de Investigaciones Históricas, Universidad Nacional Autónoma de México, 1994.

RODRÍGUEZ NOLASCO María Teresa del Pilar, Gerónima de la Asunción. Sierva de Dios que cruzó los océanos (Impreso poblano de 1662), thèse de maîtrise (inédite), Mexique, Facultad de Filosofía y Letras, Maestría en Literatura Mexicana, Benemérita Universidad Autónoma de Puebla, 2008.

SIFVERT Anne Sofie, Crónica de las monjas Brígidas de la Ciudad de México, Stockholm, Stockholms Universitet, 1992.

VILLARREAL Juan de, La Thebayda / en Poblado, / El Convento / de la Concepcion Capuchina / en la Imperial Toledo: / su fvndacion, y progresos, y las vidas de sus anacoretas religiosas, / qve con su santidad le han ilustrado, Madrid, en la Imprenta de Antonio Román, 1686.

YUSTE Belén et RIVAS-CABALLERO Sonnia, Una carmelita en Flandes. Vida de Ana de San Bartolomé, compañera inseparable de Teresa de Jesús (1549-1626), Madrid, Edicel Centro Bíblico Católico, 2006.

Documentos en el Archivo General de Indias (consulta en línea):

ES.41091.AGI/1.16404.42.3.289//CONTRATACION,5495,N.1,R.11

ES.41091.AGI/1.16404.13.8.492//CONTRATACION,1546

ES.41091.AGI/1.16404.42.3.227//CONTRATACION,5434,N.2,R.30

Inicio de página

Notas

1  Traduction de l’espagnol : Jean Hennequin.

2  Comme bien d’autres domaines, celui-ci est essentiellement masculin. Nous disposons d’un bon nombre de témoignages de voyageurs, d’études sur la navigation vers les Indes, ainsi que de listes de passagers partis de Cadix pour diverses destinations. Ce n’est que récemment que le thème des voyageuses, des conquérantes et des premières colonisatrices a commencé à retenir l’attention des chercheuses.

3  Le cas échéant, il était également fait mention du nombre de domestiques et/ou de religieux qui devaient les accompagner.

* * Selon le Diccionario de Autoridades, le chanoine « magistral » était, dans les églises cathédrales, un chanoine qui jouissait d’une prébende provenant des revenus du chapitre ; le qualificatif de « magistral » est dû au fait que pour obtenir cette dignité, il fallait avoir le titre de Maître en théologie, délivré par l’une des universités reconnues à cet égard [Note du Traducteur].

4  Lettre de Sor María Felipa à Sor Ana María, Cadix, 12 juin 1665. A.C.M.C. Leg. 1 Fols. 77 et 78 ; dans Alba González, 1998:42.

* ** îles Ladrones : ancien nom des îles Mariannes [Note du Traducteur].

5  Les données concernant la traversée des clarisses sont tirées de La Perfecta Religiosa : Vida de la V. M. Jerónima de la Asunción, primera Abadesa de las Monjas Descalzas de Manila. Puebla, 1662, de Fray B. de Letona, ainsi que de la thèse de maîtrise de Ma.T. del P. Rodríguez Nolasco (2008).

6  Imprimé à Madrid, chez Antonio Román imprimeur. J’ai consulté l’exemplaire conservé à la Bibliothèque Lafragua, de l’Université Autonome de Puebla (Mexique).

7  À la différence des autres religieuses qui, comme nous le verrons, étaient accompagnées de leur aumônier.

8  Voici ce que dit le texte : « [...] aucune somme ne devra être prélevée sur mon Trésor Royal afin de financer cette fondation, ni le voyage des religieuses qui s’y rendront depuis ces royaumes, étant entendu que la totalité des frais devra être couverte grâce aux aumônes [...] ». En ce qui concerne les officiers de la Casa de Contratación, il leur est ordonné : « [...] et vous ne leur donnerez rien de mon Trésor Royal, ni pour la traversée des religieuses, car celles-ci devront effectuer le voyage à leurs frais [...] ; [...] sans que mon Trésor Royal n’ait à faire de versement d’aucune sorte [...] ». Il n’empêche que certaines missions de religieux bénéficieront d’une aide royale pour effectuer le voyage.

9  Chevalier de l’ordre de Saint-Jacques et homme de mer des plus expérimentés, Don José Centeno Ordóñez avait déjà emmené en Nouvelle-Espagne et ramené à Cadix plusieurs flottes qui étaient toujours arrivées à bon port.

10  Il avait été prévu de faire voyager les religieuses avec la flotte du marquis de Mancera, qui venait d’être nommé vice-roi de la Nouvelle-Espagne ; mais sur l’ordre du roi, celui-ci dut embarquer avant la date fixée, sans attendre la flotte qui devait l’emmener ; il ne voyagea pas à bord de galions, mais de navires marchands transportant du mercure, en 1664 (Alba González, 1998:22).

11  Deux mille pesos, qui devraient être payés à Veracruz, plus quatre cents pesos versés par le capitaine Izquierdo de Quirós, sur les mille dont il était le dépositaire.

12  Un voyageur expérimenté donnait les recommandations suivantes : « De huit à quinze jours avant de prendre la mer, tâchez de nettoyer et de purger votre corps, soit avec du miel rosat, de la rose d’Alexandrie, de la casse de bonne qualité, soit encore avec quelque pilule bénite : car un estomac vide supporte bien plus pieusement la mer que celui qui est empli d’humeurs viciées » (Fray Antonio de Guevara, « De las cosas que el mercante se ha de proveer para entrar en la galera », dans Libro de los inventores del arte de marear y de los muchos trabajos que se pasan en las galeras, dans Martínez, 1983:67). Nous ne savons pas si les capucines prirent ces précautions, bien que les malaises dont elles souffrirent durant la traversée nous incitent plutôt à nous demander si leurs corps n’avaient pas été trop bien nourris, comme l’écrit l’abbesse dans la citation précédente.

13  jours (en espagnol : vistas) : nom donné aux galeries ou fenêtres d’où on a vue, utilisé notamment à propos des couvents de religieuses (article « vistas » du Diccionario de Autoridades).

14  Petite embarcation découverte, pourvue de six rames seulement (article « faluca » du Diccionario de Autoridades). Outre les religieuses y avaient pris place le notaire principal et son adjoint, ainsi que l’aumônier du navire.

15  Les moines qui faisaient la traversée disposaient, semble-t-il, d’une chambre pour six personnes, c’est-à-dire d’un espace correspondant au double que celui qui était réservé aux capucines (cf. Alba González, 1998:50).

16  Il s’agissait d’un galion de 300 tonnes, muni de huit grands canons de bronze, quatre de fer et de 24 pièces d’artillerie de moindres dimensions. Pendant la journée c’était son étandard qui servait de guide, tandis que la nuit c’était la grande lanterne de poupe qui remplissait cette fonction (dans Alba González, 1998:51).

17  La flotte prenait la direction du S.-O., traversait la mer des Juments jusqu’au parallèle 28º, virait ensuite vers l’O. pour se diriger vers l’île de Gomera, où on arrivait une semaine après avoir pris la mer. Ensuite, la route descendait du parallèle 28º au parallèle 16º, en direction de l’O., à travers la « mer des Dames » (mar de las Damas) [ainsi appelée parce que sur cette mer, disait-on, même les dames pouvaient mener les navires – Note du Traducteur] ; il fallait éviter les calmes plats de l’anticyclone nord-atlantique, ainsi que la mer des Sargasses. Cette partie du voyage, qui durait de 25 à 30 jours, était assez monotone ; puis on arrivait à l’une des îles des Indes Occidentales, telles que la Désirade ou la Guadeloupe, où l’on pouvait faire de petites escales. La flotte se dirigeait ensuite vers le N.-O., en direction de Porto-Rico.

18  À condition que le temps le permît. En général, le fourneau était allumé pour l’équipage ; les passagers devaient s’ingénier à approcher leur casserole du feu (Martínez, 1983:98). Nos voyageuses, enfermées dans la demi-chambre de poupe sous la protection du propriétaire du navire, n’eurent pas à se disputer pour y parvenir, bien que nous ne sachions pas si elles mangeaient vraiment bien. Certaines données concernant des moines révèlent que ceux-ci souffraient parfois de soif et de faim durant la traversée (Martínez, 1983:99).

19  Quant aux divertissements que l’on s’efforçait d’organiser afin de rompre la monotonie du voyage, nos capucines n’y prirent certainement pas part. Mais nous savons qu’il y avait des combats de coqs, des courses de lapins et de cochons, des joutes littéraires et des représentations théâtrales, entre autres divertissements. Par contre, elles devaient certainement assister au service religieux, depuis leur demi-chambre.

20  La Règle de sainte Claire, des livres d’heures, des missels, des bréviaires.

21  Des nappes et du linge d’autel, des vases sacrés, des patènes, des clochettes, etc.

22  Dans une lettre écrite à Cadix, le 12 juin 1665, Sor María Felipa mentionne la pratique des disciplines, si bien que nous sommes en droit de penser qu’elles emmenaient également des cilices, ainsi que des camándulas (rosaire de trois dizaines seulement, chacune d’entre elles comportant un Pater : article « camándula » du Diccionario de Autoridades) et des médailles.

23  Martyr sous Dioclétien et Maximien, avec les frères Félix (vers 287) ; fêté le 30 août.

* *** L’expression « chair d’estomac » (en espagnol : carne de estómago) est quelque peu obscure : le contexte semblerait indiquer qu’il s’agit des excréments ; toutefois, il paraît peu probable que la pudeur des religieuses leur ait permis de faire de telles allusions, ne fût-ce qu’au travers d’euphémismes. Ou peut-être s’agit-il de tripes, que l’on avait coutume d’envelopper dans ce papier de mauvaise qualité ? [Note du Traducteur].

24  Les capucines portaient des habits de bure (tissu de laine grossière), avec des coiffes et de lourds voiles qui leur tombaient sur le visage.

25  Fray Antonio de Guevara navigua beaucoup en Méditerranée ; il est l’auteur d’un ouvrage fort intéressant, intitulé Arte de marear (Valladolid, 1539). Eugenio de Salazar voyagea avec sa famille à Saint-Domingue en 1573, en tant que juge d’audience de cette île (en 1577 il fut nommé fiscal au Guatemala, puis au Mexique, où il demeura pendant vingt ans et exerça, en 1592 et 1593, les fonctions de recteur de la Real y Pontificia Universidad. Il retourna en Espagne en 1599).

26  sabord (en espagnol : ballestera) : ouverture ménagée dans un mur ou sur un vaisseau et servant de passage à la bouche des canons (article « ballestera » du Diccionario de Autoridades).

27  Et cet auteur d’ajouter, en galicien pour les détails les plus scabreux : « y es tal el asiento que muitas vegadas chega a merda a o ollo de o cu, y de miedo de caer en la mar se retira y vuelve adentro como cabeza de tortuga, de manera que es menester sacarla arrastrando a poder de calas y ayudas » [« et on est dans une telle position que bien souvent la merde arrive au trou du cul, et par peur de tomber à la mer, on la fait rentrer comme la tête d’une tortue, de sorte qu’il faut ensuite la faire ressortir à grand renfort de suppositoires et de lavements »].

28  Comment étaient ces appels au secours ? La terreur les a sans doute fait crier, ou s’effrayer... peut-être outre mesure ? Eugenio de Salazar écrivait à propos des réactions des femmes : « S’il y a des femmes [...] Oh ! Quels cris à chaque roulis du navire : ‘Aïe ! Sainte mère !’ et ‘Ramenez-moi à terre’, alors qu’elles en sont à mille lieues » (dans Martínez, 1983:108). N’en déplaise à l’auteur de ce commentaire quelque peu misogyne, la peur des capucines devait avoir un fondement bien réel, de même que leurs réactions, et non être le fruit d’une quelconque « hystérie ».

29  Telle était en moyenne la durée du voyage. Martínez (1983:79) signale une durée de 20 à 30 jours pour aller de Cadix à la Guadeloupe, et de 18 à 20 jours de Porto-Rico ou de Saint-Domingue à Veracruz. La traversée pouvait durer plus longtemps, en fonction du nombre de tempêtes essuyées, et en raison parfois de la présence de pirates ou de flibustiers qui infestaient les Caraïbes.

30  Remarquons que le manque de linge se faisait déjà sentir. Doña Francisca de Zúñiga leur donna un drap de son lit pour qu’elles se fissent des coiffes avant de quitter le navire (Alba González, 1998:67).

31  Au couvent de La Concepción où elles séjournèrent durant plusieurs mois, car leur propre couvent ne serait prêt que le 29 mai 1666.

32  Dans Alba González, 1998:62. Le père Villarreal fait lui aussi état de ce naufrage, dans son livre La Thebayda en poblado, f. 234, mais lui donne une interprétation pieuse dont il ne nous intéresse pas de faire ici l’analyse.

33  Les cinq sœurs choristes et une religieuse du voile blanc furent désignées au moyen d’un vote auquel participèrent la mère abbesse, la mère vicaire, la mère Victoria Serafina et le père Villarreal. Selon ce dernier, les quatre coïncidèrent quant à leur choix.

34  Sor Felipa avait été tourière et maîtresse des novices, Sor Lorenza Bernarda réfectorière, infirmière et maîtresse des novices, Sor María de Tolède sacristine et tourière.

35  Sor María Teresa avait été aide sacristine, et Sor Jacinta Juana infirmière.

36  Ces lettres sont conservées dans les archives du couvent des mères capucines de Tolède, où elles ont été découvertes par E. Alba González ; il s’agit d’un ensemble de 264 documents formant un fascicule. La première lettre est datée du 6 avril 1655, la dernière du 29 juin 1693 (Alba González, 1998 : II).

37  Voici un charmant échantillon de sa façon d’écrire : « Adieu, car me voici à court de papier, et puisse s’armer de patience celui qui sera amené à le lire, car s’il devait avoir du mal à le faire, pour ma part j’en éprouve encore bien davantage, car tandis que j’écris une ligne on m’appelle à deux reprises et je considère que j’en ai fait un bien bon usage. Adieu, adieu, adieu » (dans Alba González, 1998:257).

38  Amies intimes et excellentes couturières toutes deux, elles faisaient des ornements, des aubes et des chasubles, et le linge qui sortait de leurs mains n’avait point d’égal dans toute la ville de Mexico (Alba González, 1998:269).

39  L’histoire de Sor Clara est fort intéressante. Sa mère étant morte alors qu’elle était encore une enfant, elle dut supporter sa marâtre. À la mort de son père, elle s’en alla vivre chez un de ses frères qui était marié, et dont la femme ne laissait aucun répit à l’orpheline. À Tolède, puis à Mexico, elle exerça les fonctions de cuisinière.

40  Il convient de signaler que l’une des principales richesses de ces lettres que nous ont laissées nos capucines « voyageuses » réside dans le fait qu’il s’agit là de matériaux à l’état brut, qui fort heureusement ne sont pas passés par le regard – ni par les préjugés – de la censure patriarcale, à la différence des cahiers que de nombreuses sœurs exemplaires écrivirent sur l’ordre de leurs confesseurs qui les ont manipulés, voire mutilés à leur gré.

41  La dernière lettre qui est déposée dans les archives du couvent des mères capucines de Tolède date du 29 juin 1693. Sor María de Tolède, la dernière survivante, mourut en 1706 (cf. Alba González, 1998 : IV).

42  Celui-ci se réduisit bientôt à cinq religieuses, puisque Sor María Felipa mourut le 21 septembre 1666, un an après son arrivée au Mexique. Selon Alba González (1998:102), « les souffrances endurées en mer et sur les chemins avaient ruiné sa santé ».

43  Cette dernière était la nièce du fondateur. Entrée en clôture la veille du départ, elle reçut l’habit afin de pouvoir accompagner les mères fondatrices, avec la promesse de prononcer ses vœux sitôt possible – ce qu’elle fit le 25 octobre 1743, étant déjà au Mexique ; elle mourra jeune, le 20 mars 1748 (cf. Sifvert, 1992:84).

44  Il s’agissait d’un conflit très complexe, dont l’enjeu était, pour les deux armées, d’ordre économique. L’Espagne s’efforçait de conserver son monopole commercial en Amérique, tandis que l’Angleterre se proposait d’obtenir d’importants bénéfices. La guerre dura jusqu’en 1748. Entre l’année prévue à l’origine pour le départ des brigittines et l’année où elles purent effectivement s’embarquer (1743), les différents ports des Caraïbes furent le théâtre de toute une série de faits d’armes.

45  Il est dommage que nous n’ayons aucune description des religieuses ; les « portraits » des domestiques nous permettent au moins d’imaginer leur aspect. Pour ce qui est des religieuses, nous devons nous contenter de « voir » sept figures portant l’habit, et au visage couvert d’un voile noir.

46  En espagnol, forlón : sorte de voiture à cheval à quatre sièges, sans marchepieds, fermée par de petites portières et dont la caisse, suspendue à des courroies, était placée entre deux brancards (selon le Diccionario de la Real Academia Española)

47  Voici un trait de sensibilité masculine : l’évêque était préoccupé par la responsabilité qu’impliquait le fait d’avoir accordé aux religieuses l’autorisation d’entreprendre un voyage aussi risqué.

48  Soit environ 6 mètres de long sur 3 mètres de large (1 mètre = 1,196 aunes ; nous avons arrondi à 1,20).

49  Cabine : à bord des navires, petite pièce destinée aux passagers et munie de lits fixes (article « camarote » du Diccionario de Autoridades). S’il y avait huit cabines, María Josefa, la servante, devait certainement dormir avec les religieuses.

50  Non sans s’être couvert auparavant le visage de leur voile, ni sans brandir la statue de l’Enfant Jésus Pélerin. Cette statuette, de la taille d’un poing, représentait Jésus pélerin, portant une houlette (Sifvert, 1992:98, note 11).

51  Cette description coïncide avec celle de Santiago Sánchez (www.todoababor.com.es) quant au manque d’espace dans les embarcations du XVIIIe siècle : « La gêne dans les embarcations est invraisemblable. Dans certaines parties les plus basses, la hauteur n’arrive pas à 1,65 mètres, ce qui oblige les hommes à se baisser et à se courber » ; toute la place était occupée par des caisses ou des barriques de provisions, des cordages, etc.

52  Les marins dormaient dans des hamacs, ce qui les aidait à éviter les morsures des rongeurs (surtout au niveau des oreilles, de la pointe des doigts et des yeux) qui pullulaient à bord des bateaux. Les dépendances étaient mal aérées, sombres et sales. Quant à la sentine, où s’accumulaient des eaux de différentes origines (eau de mer et de pluie, eaux de lavage des ponts, eaux résiduelles des hommes et des animaux), cette partie du navire représentait un véritable problème d’hygiène : y flottaient des cadavres de rats et toutes sortes d’immondices ; c’était le bouillon de culture idéal pour que s’y reproduisent les puces et les poux (Gómez, www.todoababo.com.es).

53  Si cette donnée est exacte, la traversée n’aurait duré que 50 jours, c’est-à-dire moins que la moyenne. Il se peut que les navires n’aient pas eu à essuyer de tempête.

54  Don Domingo avait été jusqu’alors évêque de Saint-Domingue. Il fut évêque de Puebla de 1743 à 1763. Il se distingua par ses initiatives en faveur de l’éducation, ainsi que par son soutien à la fondation de couvents de religieuses en cette ville.

55  D’après A.S. Sifvert (1992), la chronique se trouve dans un volume comprenant 245 pages écrites, 62 pages blanches et deux pages de garde, et mesurant 180 sur 160 mm. On y distingue cinq types différents d’écriture.

56  Selon Sifvert, ce serait sans doute l’une des voyageuses, la mère María Catalina de la Concepción, qui aurait copié ces premiers chapitres ; cette religieuse était en effet reconnue pour son habileté en matière d’écriture, où « elle excellait tant qu’en voyant son écriture personne ne pouvait croire que c’était là l’écriture d’une femme, car elle surpassait celle du meilleur écrivain public, un don qu’elle utilisa beaucoup au service de la Religion et qu’elle conserva jusqu’à la fin de sa vie » (Sifvert, 1992:13).

57  Époque à laquelle les brigittines se trouvaient encore au couvent de Regina Coeli, tandis que l’on achevait de construire leur propre couvent.

58  Ces religieuses étaient nées – respectivement – à Pampelune, en un lieu non précisé de la Navarre, à Lesaca (Navarre), en Nouvelle-Biscaye (en Nouvelle-Espagne ; aujourd’hui, état du Nuevo León), à Allo (Navarre), à Bruxelles (Flandres), à Alfaro (Vieille-Castille) et à Pampelune. On observe une nette prépondérance de la Navarre au sein de ce groupe.

59  Ces femmes étaient natives – respectivement – de Madrid, de Pampelune, d’Ágreda (Soria) et de Garde (Valderroncal, Navarre).

60  Archivo de Indias, « Relación pasajeros », Contratación, 5495.N.1.R.11. Consulté en ligne.

61  Issue d’une famille très riche, elle hérita d’une fortune considérable, qu’elle mit au service de son entreprise de fondation.

62  Selon Amerlinck et Ramos (1995:136), la reine María Bárbara aurait apporté 3 000 pesos pour les frais de voyage. Bárbara de Braganza était l’épouse de Ferdinand VI, qui régna du 9 juillet 1746 au 10 août 1759 ; elle aimait la musique et apporta son soutien aux religieuses.

63  Document signé par José Ignacio Goyeneche, par ordre du roi.

64  Les religieuses parties de Tudela le 12 octobre 1751 durent attendre un an et neuf mois avant de pouvoir embarquer. Leur séjour au couvent de La Candelaria fut donc assez long.

65  Dans les autres cas on ne mentionnait que la plage.

66  Comme Anne de Saint-Barthélemy, compagne et amie de sainte Thérèse, ou Marianne de Saint-Joseph, augustine, ainsi que bien d’autres qui, toutefois, ne « franchirent pas la mer ».

67  On pourrait établir un parallèle avec les religieuses françaises parties pour la Nouvelle-France. Marie de l’Incarnation (1599-1672, surnommée « le grand homme de la Nouvelle-France ») arriva au Québec pour y fonder le couvent des ursulines. Partie de Dieppe le 4 mai 1639, elle voyagea à bord du Saint-Joseph en compagnie de deux autres ursulines et de trois hospitalières. Elles furent les premières religieuses cloîtrées à partir pour l’étranger. Le navire avait été affrété par la bienfaitrice des ursulines, Mme de la Peltrie. La traversée de l’Atlantique fut très dangereuse et dura plus de trois mois. Pour commencer, le navire fut forcé de rester quinze jours à quai, en raison du mauvais temps. Puis il essuya une tempête qui dura douze jours et faillit entrer en collision avec un énorme iceberg sorti du brouillard. Marie de l’Incarnation et Marie de Guenet (hospitalière) racontent dans leurs lettres cette traversée infernale. Quelques années plus tard, Marguerite de Bourgeoys (1620-1700) et Jeanne de Mance (1606-1673) traversèrent également l’Atlantique en parcourant la même route afin de se rendre à ce qui deviendrait par la suite Montréal. Marguerite accepta l’invitation du gouverneur Maisonneuve pour enseigner la religion au Canada. Elle embarqua en 1653 et revint en France en 1659 et en 1670. Jeanne embarqua à La Rochelle en juin 1641 et effectua elle aussi deux autres traversées, en 1650 et en 1659. Lors de ce dernier voyage, elle retourna à Montréal en compagnie de trois hospitalières ; la traversée fut très difficile, sans compter qu’une épidémie se déclara à bord. Comme il ressort de ces données sommaires, les religieuses françaises vécurent des expériences similaires à celles des religieuses espagnoles. Il resterait à se pencher sur leurs lettres afin de savoir comment elles ont consigné leurs expériences.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Raquel Gutiérrez Estupiñán, « Lettres  de haute mer et de terres lointaines (Religieuses en route vers l’exil, XVIIe et XVIIIe siècles », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 17 | 2009, Publicado el 25 febrero 2010, consultado el 18 diciembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/alhim/3179

Inicio de página

Autor

Raquel Gutiérrez Estupiñán

Universidad Autónoma de PueblaProfesseur à l’Institut des Sciences Sociales et Humaines, département des Sciences du Langage. Ses recherches portent sur l’analyse du discours (narratologie et écriture des femmes, notamment). Elle est l’auteur, entre autres, de Una introducción a la teoría literaria feminista (2004) et No solo ayunos y oraciones. Piezas teatrales menores en conventos de monjas (siglo XVIII), en collaboration avec Maria Sten, 2008.

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals