Navigation – Plan du site

L’Indépendance du Brésil Irrévérences cinématographiques et télévisuelles contemporaines

Erika Thomas

Résumés

Cet article analyse deux visions cinématographiques et télévisuelles opposées de l’Indépendance du Brésil. La première est celle du film de Carlos Coimbra Independencia ou morte sorti en 1972 à l’époque de la dictature militaire brésilienne. La seconde s’inscrit dans le contexte démocratique et est celle du film de Carla Camurati, Carlota Joaquina sorti en 1995 et d’une feuilleton télévisé de Carlos Lombardi O quinto dos Inferno diffusée en 2002.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 “Si c’est pour le bien de tous et la félicité générale de la nation, dites au peuple que je reste” (...)
  • 2 “L’indépendance ou la mort !”

1Le Brésil a été “découvert” en 1500 par le Portugais Pedro Alvares Cabral et devient ainsi une colonie portugaise. Quelques siècles plus tard, lorsque les troupes napoléoniennes occupent le Portugal en 1807, le prince régent de la dynastie de Bragance, Dom João, décide de s’expatrier avec la famille royale au Brésil. Il s’installe à Rio de Janeiro, alors capitale du Brésil. A la mort de sa mère – Marie I du Portugal appelée “Marie la Folle” – il devient, en 1816, Joao VI et entreprend de mettre en œuvre un processus de décolonisation progressif en octroyant au Brésil une relative autonomie au sein de l’empire politique portugais, le Royaume-Uni de Portugal, du Brésil et des Algarves proclamé l’année précédente. La cour portugaise réclame l’annulation de l’autonomie du Brésil lorsqu’en 1820, la révolution espagnole contraint Dom João IV à rentrer au Portugal en confiant la régence du Brésil à son fils Pedro. Ce dernier va bientôt être appelé à son tour au Portugal mais il refuse de s’exécuter et proclame le 9 janvier 1922: “Se é para o bem de todos e felicidade geral da nação, diga ao povo que fico”1. Il convoque ensuite une assemblée constituante et décide d’une première émancipation: dorénavant aucun ordre de la cour portugaise ne sera appliqué au Brésil sans son approbation. Une nouvelle lettre de la cour lui parvient en annulant l’Assemblée et en exigeant de nouveau son retour au Portugal. Face à la pression et à la montée de la propagande indépendantiste, Pedro proclame l’Indépendance du Brésil le 7 septembre 1822 à Ipiranga en prononçant alors une autre phrase tout aussi légendaire que la précédente: “Independencia ou morte!”2. Il est alors nommé Empereur Pedro I le 1er décembre de la même année. Le Portugal exige la somme de deux millions de livres sterling en paiement pour l’Indépendance de sa colonie. La suite de l’histoire est marquée par une persistance des inégalités sociales brésiliennes: pas de réforme agraire, pas d’abolition de l’esclavage, de nouveaux conflits avec l’assemblée constituante, une guerre avec l’Argentine, et divers événements qui amènent le monarque devenu impopulaire à abdiquer en 1831 en faveur de son fils âgé de cinq ans, Pedro II. La gouvernance du Brésil jusqu’à la majorité de son fils est confié à son ministre de l’intérieur et des affaires étrangères, José Bonifácio de Andrade e Silva. Le règne de Pedro II sera quant à lui, marqué par une certaine modernisation économique et politique du pays , l’octroi du suffrage universel et l’abolition de l’esclavage en 1888.

Expressions médiatiques de l’Indépendance : la vision politiquement correcte du contexte dictatorial et les cent cinquante ans d’Indépendance

2La célébration des cent cinquante ans d’Indépendance du Brésil s’est déroulée dans le contexte dictatorial en place depuis 1964. L’instauration de la dictature, qui contraint dès 1964 les grandes figures de la gauche brésilienne et de mouvements travaillistes et syndicaux à l’exil, se durcit en 1968 avec la promulgation de l’Acte Institutionnel n° 5 par le président Costa e Silva. L’Acte.Institutionnel.n° 5, qui accorde les pleins pouvoir au président, abroge la plupart des libertés individuelles, dissout le congrès et suspend la constitution de 1946 en instaurant un code de procédure pénale militaire autorisant la police militaire à arrêter et à emprisonner – en dehors de tout cadrage judiciaire – tout opposant au régime en place ou tout individu supposé opposant. Cette radicalisation de la dictature entraîne une deuxième vague d’exil: de nombreux étudiants, intellectuels et artistes sont en effet contraints de quitter le pays. C’est dans ce contexte sociétal, que le Brésil s’apprête, au travers de ses différents medias et de ses différents lieux de savoirs, à célébrer le 7 septembre 1972, l’anniversaire de l’Indépendance du Brésil. Le film historique de Carlos Coimbra, Independencia ou morte, sort en salle cette année et va connaître un immense succès. Le film construit une vision héroïque et romantique de l’Histoire au cours de laquelle le 7 septembre 1822, au bord du fleuve Ipiranga, le prince régent Dom Pedro I, futur empereur du Brésil, défit la couronne portugaise en lançant son célèbre cri: “l’indépendance ou la mort !”. Dans le contexte dictatorial, cette phrase sonne étrangement. Elle porte une injonction à aimer le Brésil, à mourir pour le Brésil, une injonction mise en images et portée à travers les siècles qui fait un étrange écho au slogan créé en 1970 pour servir la propagande militaire: “Le Brésil: aime-le ou quitte-le”. Le lien entre le contexte politique de la dictature au moment de la réalisation du film et son contenu idéologique, qui s’étaye sur la fibre patriotique, est une première lecture pour comprendre la façon de rendre compte, d’un point de vue cinématographique, de l’Histoire de l’Indépendance. Cette première lecture est d’ailleurs favorisée par le renfort publicitaire causé par un télégramme présidentiel de félicitations et de soutien publié dans le quotidien Jornal do Brasil, le jour de la sortie du film. En substance, le télégramme du président Medici, labellise d’un visa de qualité gouvernementale en quelque sorte, le film de Carlos Coimbra.

  • 3 Jornal do Brasil. Rio de Janeiro, Ano LXXXII, n° 139, 07/09/1972, Caderno B, p. 2: “Je viens de vo (...)

Acabo de ver o filme Independência ou morte e desejo registrar a excelente impressão que me causou. Está de parabéns toda a equipe diretor , atores , produtores e técnicos pelo trabalho realizado que mostra o quanto pode fazer o cinema brasileiro inspirado nos caminhos de nossa história . Este filme abre amplo e claro horizonte para o tratamento cinematográfico de temas que emocionam e educam comovem e informam as nossas platéias . Adequado na interpretação , cuidadoso na técnica , sério na linguagem , digno nas intenções e sobretudo muito brasileiro Independência ou Morte responde à nossa confiança no cinema nacional. (Emílio G. Médici Presidente da República).3

  • 4 Voir en particulier l’analyse de Carlos Eduardo Pinto, “A História numa sala escura... a construçã (...)

3Il n’est pas très difficile de comprendre ce qui a mérité tant d’éloges de la part du président dans ce film. Independencia ou Morte débute à partir de l’abdication de Dom Pedro devenu empereur et se concentre au travers de flash back sur la biographie du héros de la patrie : né au Portugal en 1798, envoyé au Brésil à neuf ans, marié à l’age de dix-neuf ans avec l’archiduchesse Dona Leopoldina, Prince Régent en 1821, alors âgé de vingt-deux ans, rappelé au Portugal l’année suivante au moment où il décide de rester au Brésil en posant ainsi l’acte qui est le premier pas vers la revendication d’Indépendance de ce héros volontaire, déterminé et romantique appelé à devenir empereur du Brésil, un acte de résistance appelé O dia do Fico. L’hymne national est présent dans les moments forts du film renforçant ainsi le lien entre Histoire et mémoire. Ce qui pose question au cœur de cette reconstitution essentiellement romantique qui met également en relief l’amour adultère et tourmenté du protagoniste avec la Marquise de Santos, c’est la représentation même de l’acte politique. L’Indépendance est en effet, dans ce film, représentée comme un acte résultant d’un processus de volonté purement individuel. Nous nous trouvons face au mythe de l’individu ou à ce que les psychologues appèlent l’Erreur Fondamentale. Le héros est déconnecté de contingences sociales et/ou psychosociales : il est d’ailleurs intéressant de relever la quasi absence du peuple dans ce film, il n’y a que des “représentants” du peuple, des porte-voix. Une autre donnée intéressante découlant de cette représentation est de concevoir l’Indépendance comme le produit d’une histoire nationale sans conflits4. Le peuple brésilien s’incarne tout entier au travers de la volonté d’un homme déterminé à agir, comme le rapporte l’historiographie officielle, pour le bien de tous. L’homme politique se trouvant à la tête du Brésil sait précisément ce qu’il fait et possède une conscience précise de la fonction phorique qu’il incarne : celle de porter l’idéal de tout un peuple.

La vision ironique dans le contexte du retour à la démocratie 

4Avec l’ouverture politique de 1979 et la fin de la dictature en 1985, d’autres façons de réfléchir à l’Histoire nationale vont devenir possible. Mais l’appropriation de ces thèmes par le cinéma brésilien se heurte à d’autres problèmes matériels et politiques. Le début des années quatre-vingt-dix est marqué par l’élection au suffrage universel, après vingt ans de dictature militaire, de Fernando Collor. Ce dernier, qui sera destitué pour corruption en 1993, décide au lendemain de son élection en 1991, de supprimer Embrafilme, organisme d’aide à la production cinématographique, ainsi que la loi de protection de l’audiovisuel. La production cinématographique nationale, existant déjà difficilement, agonise et meurt en 1991 et 1992 années au cours desquelles aucun film brésilien n’est produit au Brésil. En 1994, l’organisme Riofilme est créé d’abord pour distribuer la production cinématographique brésilienne puis, petit à petit, pour aider la production. Parallèlement à la création de Riofilme, une loi permettant aux entreprises de verser une partie de leurs bénéfices à la production cinématographique voit le jour. Ces facteurs vont être décisifs pour la reprise du cinéma brésilien. Carlota Joaquina (Camurati, 1995) est le film emblématique de la retomada cinématographique. Et ce film propose précisément un nouveau discours sur l’Indépendance du Brésil, discours dont l’influence est repérable, quelques années plus tard, sur une telenovela traitant de la même thématique: O quinto dos infernos (Lombardi, 2002).

  • 5 Globo, Quarante-huit épisodes, 2002.

5A l’opposée de la vision hagiographique d’Indepencia ou Morte, le film de Carla Camurati, Carlota Joaquina réalisé dix ans après le retour à la démocratie, ainsi que la telenovela O Quinto dos Infernos5 de Carlos Lombardi célébrant l’Indépendance du Brésil, proposent une lecture bien plus subversive des coulisses de l’événement. Carlota Joaquina et O quinto dos infernos examinent en effet de façon comique, les raisons du départ de la cour portugaise du Brésil qui sera à l’origine du processus d’indépendance incarné historiquement par Pedro I, fils du monarque Dom João VI et de Carlota Joaquina, héritière de la couronne espagnole. Le film et la telenovela cernent les personnages historiques au travers des motivations cachées sur lesquelles s’étayent certains de leurs actes: Dom João VI s’installe au Brésil par lâcheté et convoitise pour fuir le combat avec les troupes napoléoniennes et pour exploiter les richesses du sol brésilien. Carlota Joaquina est une nymphomane meurtrière qui ne supporte pas le climat brésilien et qui veut rentrer au Portugal pour fuir un insupportable tourment amoureux. Quant au fils, Dom Pedro I, il est davantage préoccupé par ses diverses conquêtes amoureuses que par la politique brésilienne.

6L’histoire de Carlota Joaquina se concentre, pour mieux étayer les racines de l’Indépendance du Brésil, sur le personnage de la mère de Dom Pedro, la princesse Carlota Joaquina. Le film utilise un dispositif particulier qui relève, comme le précédant film, du flash back: en Ecosse, un vieil homme d’aujourd’hui raconte à une petite fille boudeuse, les déboires d’une princesse brésilienne. La restitution de l’Histoire est d’emblée questionnée par ce dispositif où les événements d’un pays se racontent subjectivement à partir d’un ailleurs temporel et d’un ailleurs spatial. Le vieil écossais raconte ainsi l’incroyable histoire de Carlota Joaquina en ces termes: infante espagnole promise à devenir la princesse du Brésil, Carlota reçoit le portrait de son futur époux Dom Joao VI et part à sa rencontre au Portugal. Arrivée là-bas, elle est plus extrêmement déçue en voyant son prétendant et futur mari. Au fil des années, Carlota se révèle une femme à l’appétit sexuel dévorant qui collectionne les amants et les enfants de ceux-ci. Son mari, Dom João, est un homme lâche qui a peur de tout et qui décide de partir au Brésil par crainte de la révolution française. Au Brésil, son seul objectif est d’exploiter les richesses. Il ferme les yeux sur les infidélités de sa femme, impulsive et autoritaire. Cette dernière assassinera un amant jardinier en apprenant qu’il va se marier. Puis elle rentrera au Portugal, où elle se suicidera quelques années plus tard, en laissant son fils au Brésil. De cette union où la mère a le stéréotype d’une nymphomane meurtrière et le père d’un lâche, comment est représenté le fils responsable de l’Indépendance du Brésil ? Il garde l’image du héros national, aimé du peuple pour ses idées libérales, mais il nous est présenté comme possédant une santé fragile et un appétit immodéré pour les femmes. Comme sa mère, il collectionne les aventures. Mais ce qui est intéressant c’est que le héros national est, en quelque sorte un personnage secondaire. Prenant goût à la vie libre du Brésil, il demande à son père d’y rester afin d’assurer que ces terres seront toujours les siennes: “Tu as raison mon fils, il vaut mieux que tu y restes avant qu’un aventurier ne se batte pour son indépendance”. L’Indépendance, dans ce film, est conçue comme une affaire de trahison et/ou de meurtre du père. L’irrévérence de Carlota Joaquina tient à ce que l’historiographie officielle est mise à mal. Sans prétendre nous raconter la “véritable histoire” de l’Indépendance du Brésil – il s’agit de la version d’un vieil écossais – elle nous invite à nous interroger sur le contexte de production d’un discours relatif à l’Histoire et aux stéréotypes inhérents à ces contextes.

  • 6 Le titre Le cinquième des enfers fait référence à l’impôt que payait le Brésil au Portugal et qui (...)
  • 7 O Estado de S. Paulo, 3/02/02; “História e humor na sala de aula”, Portugal não sabe se exibirá ‘Q (...)

7Quinto dos Infernos6est une mini série brésilienne de quarante-huit épisodes ou une telenovela en version courte, produite par la TV Globo, diffusée entre le 8 janvier et le 29 mars 2002 à 23h et écrite par Carlos Lombardi, Margareth Boury et Tiago Santiago. La telenovela est annoncée par l’un des auteurs, Carlos Lombardi, comme “une version humoristique de l’Histoire du Brésil”. Le succès est tel que, dès l’année suivante, O Quinto dos Infernos sort en DVD. Cette telenovela raconte les coulisses de l’Indépendance brésilienne ; elle commence en 1785 lorsque Carlota Joaquina arrive au Portugal pour épouser Dom João IV et se termineavec la mort de Pedro 1er en 1834. La série a été critiquée dans les médias par des historiens brésiliens et portugais7 pour le traitement caricatural des personnages qui, d’une certaine façon, élabore une grille de lecture distordue de l’Histoire du Brésil : Dom João est un boulimique apathique et lâche qui se laisse porter par les événements, Carlota Joaquina est une nymphomane autoritaire, Pedro 1er un homme à femmes irresponsable et peu intéressé par la politique. La série, comme le film Carlota Joaquina, élabore une critique acerbe de l’élite portugaise installée au Brésil exploitant les terres et le peuple brésiliens. Néanmoins, cette “version humoristique” de l’Histoire du Brésil, met en relief trois éléments intéressants. L’Indépendance, n’est plus l’acte politique d’un seul homme mais le produit des circonstances amoureuses et sexuelles qui incitent un homme, Pedro I à rester au Brésil: l’Indépendance est donc le fruit des circonstances. La figure du politique est, comme dans le film Carlota Joaquina, construite au travers d’une lignée familiale lourde comptant une mère nymphomane, une grand-mère folle et un père lâche : l’homme politique est le fruit des valeurs de sa lignée. Le titre de la telenovela est également significatif. Il ne se focalise pas sur l’événement politique – l’Indépendance – ou sur une figure importante – Carlota Joaquina – mais sur un espace : le Brésil. Espace perçu comme un enfer et espace perçu à partir de son statut de colonie imposable. Ce faisant, les coulisses de l’Indépendance s’étayent sur la question du lien entre dominant et dominé. En faisant des protagonistes des caricatures, la telenovela construit un discours sur la cristallisation d’un processus complexe de séparation-individuation autour d’une figure fédératrice et précisément issue du rang des colonisateurs. En insistant sur le devenir des personnages, au travers de la focalisation sur la lignée, la telenovela nous parle du devenir du Brésil au travers de son Histoire. Même si celle-ci est racontée sur le mode de la caricature et de la satire. Une Histoire mettant en perspective des figures politiques peu impliquées dans la politique et le devenir d’une nation.

L’autonomie politique et sa critique

8L’intérêt de ces nouveaux discours cinématographiques et télévisuels questionnant l’Indépendance du Brésil va bien au-delà de la forme satirique qui les porte ou de la possible vérité historique qui les traverse. En effet, au travers du discours construit sur cette période de l’Histoire se précise, en creux, un regard particulier sur le Brésil et ses différentes figures du pouvoir politique affranchies de considérations historiques ou temporelles. En considérant le fait que ces productions contemporaines se sont élaborées en réaction à la version officielle portée par le pouvoir dictatorial qui y retrouvait des valeurs de patriotisme et d’allégeance à l’homme politique, nous pouvons voir dans ces productions une invitation à considérer d’une nouvelle façon les discours relatifs au Brésil. Qu’il s’agisse de discours filmique, cinématographique, iconique, textuel et qu’il s’agisse de discours politique, économique, social, culturel, tout discours relatif au Brésil doit d’abord être appréhendé comme un point de vue relevant d’un champ idéologique contextuel porté par l’auteur du discours. Finalement nous pouvons considérer ces différentes représentations audiovisuelles de L’Indépendance du Brésil, comme des productions culturelles qui, prétendant représenter l’Histoire de l’Indépendance du Brésil, donnent aux spectateurs une grille normative de la perception du fait politique: comment comprendre autrement le télégramme présidentiel pour le film de Carlos Coimbra ? Comment comprendre autrement l’agacement des historiens brésiliens et portugais face à la déformation de l’Histoire ? En réalité, il ne s’agit pas de représentation de l’Histoire, il s’agit de mise à distance, impossible durant la dictature et retrouvée lors du retour à la démocratie, de la figure du politique.

Haut de page

Bibliographie

AARÃO REIS FILHO, Daniel, Ditadura militar, esquerdas e sociedade, Rio de Janeiro, Ed. Zahar, 2000.

ALVES, Márcio Moreira, 68 mudou o mundo,Rio de Janeiro, Nova Fronteira, 1993.

BAGNO, Marcos, O processo da independência do Brasil, Ática, 2000.

LABAKI, Amir (dir.), O cinema brasileiro, São Paulo, Publifolha, 1998.

PARANAGUA, Paulo Antonio (dir.), Le Cinéma Brésilien, Paris, Editions du Centre Pompidou, 1985.

RAMOS, Fernão, MIRANDA, Luiz Felipe (dir.), Enciclopedia do cinéma brasileiro, São Paulo, Editora Senac, 1997.

THOMAS, Erika, Le cinéma brésilien, du cinema novo à la retomada, Paris, L’Harmattan, coll. Audiovisuels et Communication, 2009.

------------------, Les telenovelas entre fiction et réalité, Paris, L’Harmattan, coll. Audiovisuels et Communication, 2003.

VILLA, Marco Antonio, Sociedade e história do Brasil: Independência do Brasil, Instituto Teotônio Vilela, 1999.

Haut de page

Notes

1 “Si c’est pour le bien de tous et la félicité générale de la nation, dites au peuple que je reste”. Ce jour est connu comme “O dia do Fico / Le jour du Je reste”.

2 “L’indépendance ou la mort !”

3 Jornal do Brasil. Rio de Janeiro, Ano LXXXII, n° 139, 07/09/1972, Caderno B, p. 2: “Je viens de voir le film Independência ou morte et je veux témoigner de l’excellente impression qu’il m’a fait. Toute l’équipe de réalisation, acteurs, producteurs et techniciens sont à féliciter pour ce travail qui illustre ce que peut faire le cinéma brésilien inspiré par les chemins de notre histoire. Ce film ouvre un large horizon pour le traitement cinématographique de thèmes qui suscitent l’émotion, qui éduquent et informent nos publics. Adéquat dans son interprétation, soigné d’un point de vue technique, sérieux du point de vue du langage, digne dans les intentions et par dessus tout très brésilien, Independência ou Morte répond à notre confiance à l’égard de notre cinéma national. Emílio G. Médici Presidente da República.

4 Voir en particulier l’analyse de Carlos Eduardo Pinto, “A História numa sala escura... a construção da memórianacional através de filmes históricos durante a ditadura civilmilitar”, en Revista Cantareira, Rio de Janeiro, Universidade Federal Fluminense, 2004.

5 Globo, Quarante-huit épisodes, 2002.

6 Le titre Le cinquième des enfers fait référence à l’impôt que payait le Brésil au Portugal et qui représentait un cinquième de sa production en or.

7 O Estado de S. Paulo, 3/02/02; “História e humor na sala de aula”, Portugal não sabe se exibirá ‘Quinto dos Infernos’, O Estado de S. Paulo, 28/01/02.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Erika Thomas, « L’Indépendance du Brésil Irrévérences cinématographiques et télévisuelles contemporaines », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En ligne], 19 | 2010, mis en ligne le 31 décembre 2010, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/alhim/3553

Haut de page

Auteur

Erika Thomas

IRCAV-Paris3 Sorbonne Nouvelle
Enseignant-chercheur à la faculté libre des sciences humaine de Lille et chercheur associé à l’Institut de Recherches en Communication et Audiovisuel, Sorbonne, Paris 3.  http://erikathomas.free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Haut de page
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals