Navegación – Mapa del sitio
Revenir

L’expérience du retour des migrants boliviens depuis l’Espagne : la prise de décision et la réinsertion dans leur pays d’origine à partir de la perspective de genre

Raquel Martínez Buján
Este artículo es una traducción de:
La experiencia del retorno de los migrantes bolivianos desde España: la toma de la decisión y la reinserción en origen desde una perspectiva de género

Notas del autor

Texte traduit de l'espagnol par Manuela Mariño Beltrán

Texto completo

Introduction

1Le présent article se centre sur l’étude des migrations de retour de la population bolivienne résidant en Espagne, retournée dans sa localité d’origine pendant la période de la grande récession (c’est-à-dire, depuis l’année 2008). En partant du principe que le genre a une incidence sur les migrations de retour, deux objectifs principaux y sont développés. Tout d’abord, l’analyse se penche sur les motifs qui ont entraîné la décision de revenir au foyer. À travers l’étude comparative des discours des hommes et des femmes, il est montré comment les motivations concernant le retour sont influencées par l’idéologie du genre et de la division sexuelle du travail, même dans les étapes de forte constriction économique. Il s’agit là de processus qui peuvent limiter le temps de permanence en dehors du foyer, malgré les avantages matériels associés à la migration. En deuxième lieu, le document examine les expériences du « groupe des retournés» une fois dans le pays d’origine, ainsi que les caractéristiques de sa réadaptation.

2Dans ce sens, l’article informe sur la nature genrée du retour et sur la pertinence d’aborder l’analyse depuis une approche de genre. Une importante littérature académique s’est développée pendant la dernière décennie, laquelle montre l’existence de normes et d’expériences migratoires différenciées entre les hommes et les femmes (Mahler, Pessar, 2001 ; Morokvasic, 2003), tout en reconnaissant l’importance d’aborder les migrations de retour depuis une perspective multi-causale (Barraza, 2012). Cependant, les recherches sur la façon dont les facteurs sociaux et culturels qui conditionnent le retour s’activent, ainsi que leur influence ultérieure sur la capacité de réintégration, sont encore minoritaires dans la sphère académique. Le présent article avance sur cette ligne de recherche en mettant l’accent sur l’influence inégale du cercle familial et économique dans la décision des hommes et des femmes de retourner, en faisant également part de leur implication dans l’expérience de réinsertion dans les communautés d’origine.

3Les arguments de l’exposé se divisent en cinq sections : la première partie traite de l’évolution du débat théorique sur les migrations de retour dans le milieu académique et des étapes suivies jusqu’à l’incorporation d’une approche de genre dans ce domaine ; la deuxième partie précise les méthodes de recherche ; la troisième partie montre brièvement les caractéristiques de l’implantation de la population bolivienne en Espagne ; les deux dernières parties de l’article présentent les résultats, ainsi que l’analyse des enquêtes de terrain.

Migrations de retour et genre

4Les première analyses sur les migrations de retour ont commencé au milieu des années 1960 et se sont largement développées pendant les années 1980, c’est-à-dire, à partir des mobilités associées aux effets de la crise du pétrole. Même si ces études pionnières se sont divisées dans diverses approximations théoriques, elles partageaient l’intention de vouloir délimiter les éléments ayant caractérisé ces migrations, les motivations des protagonistes, et le succès atteint –ou bien l’échec vécu- dans les sociétés de destination. Ainsi, l’analyse de la façon dont la décision de retourner a été prise, ainsi que les causes associées à elle, se trouve à l’origine de ce domaine académique. De plus, ces recherches fondatrices ont également cherché à comprendre les contributions apportées par ces migrants « revenus » aux sociétés d’origine et le développement de leur processus de réinsertion. Compte tenu du débat scientifique qu’elles ont suscité, parmi ces premières approches se détachent la « perspective économique néoclassique » (Todaro, 1969), la « nouvelle économie de la migration de travail » (en anglais : New Economics of Labor Migration, Stark, 1991) et l’approche dite « structuraliste » (Gmelch, 1980).

5Dans le premier cas, le retour est analysé comme étant le résultat d’une expérience à l’étranger ayant échoué en termes des gains attendus, d’emploi et de durée. Les migrants sont observés en tant qu’individus qui maximisent la durée de leur séjour à l’étranger en fonction d’une logique rationnelle de « coûts et bénéfices ». L’étude de la motivation se focalise donc au niveau individuel. Dans le deuxième cas, la migration de retour est conçue comme étant le résultat logique d’une stratégie définie au niveau des foyers migrants et comme le fruit d’un succès après l’atteinte des objectifs. Ici, le retour apparaît associé à une expérience migratoire réussie et a été planifié par les protagonistes une fois qu’ils ont parvenu aux objectifs qu’ils se sont fixés. La « théorie structuraliste » surgit dans le but de dépasser ces deux perspectives, tout en essayant de rapprocher les décisions et stratégies des personnes revenues dans leurs environnements sociaux et politiques. Dans ce sens, la contribution la plus importante est celle de Gmelch : en 1980 il établit une classification des migrations de retour en fonction du délai du séjour à l’étranger et des motifs du retour. Dans cette précoce typologie il ajoute que la cause principale du retour n’est pas vraiment la crise économique dans les pays occidentaux, mais plutôt l’attraction suscitée par d’autres facteurs dans les sociétés d’origine. Dans ce sens, il considère que les migrants ayant retourné ne sont pas ceux qui ont le plus échoué dans leur expériences, mais pas non plus ceux qui ont connu les plus grands succès en termes sociaux et économiques.

6Ces résultats ont prévu le concours d’autres variables au-delà des variables économicistes, même si celles-ci n’ont pas été analysées depuis une approche de genre. Tel que l’affirment certains auteurs, cette omission pourrait être liée aux conceptualisations théoriques propres à ces approches (De Haas, Fokkema, 2010). Selon la « perspective économique néoclassique », par exemple, les raisons du retour sont associées à des facteurs financiers et économiques. Dans ce sens, l’inégalité vécue par les hommes et les femmes dans les sociétés d’origine et d’arrivée ne serait pas un élément d’importance. La « nouvelle économie de la migration de travail » déplace la prise de décision de l’individu à la famille. Cependant, du fait qu’il s’agirait d’une stratégie élaborée de façon harmonieuse au sein du groupe domestique, ni les tensions inhérentes à celui-ci, ni les inégalités de pouvoir entre les genres, n’auraient une influence sur la trajectoire migratoire. Les théories structuralistes, quant à elles, ont élaboré des typologies de valeur où ressortait l’influence des facteurs sociaux, politiques, économiques et familiaux dans la décision de retourner (Goldlust, Richmon, 1974). Cependant, les éléments qui se construisaient de façon genrée étaient habituellement exclus.

7À vrai dire, l’analyse du genre n’a été intégrée à l’étude des migrations de retour que récemment. Dans l’ensemble, il s’agit de recherches cherchant à démontrer que la décision de retourner peut avoir lieu pour des raisons autres que le travail et l’argent, et que ces motivations opèrent d’ailleurs différemment selon chaque sexe. Ces études montrent la façon dont les migrations sont influencées par la division de genre et par les normes sociales qui définissent quels comportements masculins et féminins sont acceptables. Parmi ces recherches se détache, par exemple, celle de Peter Hansen (2008) où il analyse les différentes significations du retour chez des hommes et des femmes somaliens émigrés. Dans son étude, il souligne que la décision de migrer ne s’établit pas de façon harmonieuse au sein des familles (postulat de la « nouvelle économie de la migration de travail  »), mais qu’elle se développe individuellement en bravant les intérêts familiaux et en y introduisant des tensions. Cette ligne de recherche s’applique également au travail de Nicole Constable (1999) sur le retour de femmes philippines ayant travaillé à Hong Kong comme employées de maison. En analysant leurs discours, l’auteur observe des sentiments ambivalents en ce qui concerne le retour au foyer. D’une part, les femmes évoquent des questions liées à leurs obligations de prise en charge et, d’autre part, la prise de décision implique également des sentiments ambivalents car elles identifient leur séjour à l’étranger comme étant une expérience d’indépendance et d’autonomie. De son côté, K.F. Olwig (2012) signale aussi cette ambigüité dans les récits des femmes caribéennes revenues. Dans ce cas précis, l’auteur étudie à quel point les motivations concernant le retour sont genrées, car elles reflètent les valeurs de parenté et sont associées aux conventions morales et éthiques sur la prise en charge familiale. Ionela Vlase (2013), quant à elle, avance sur ces questions en analysant la migration de retour de couples roumains depuis l’Italie. Elle souligne que les femmes roumaines se définissent elles-mêmes comme étant plus mères et épouses que travailleuses, contrairement aux hommes qui, eux, parlent de leurs expériences à l’étranger à partir du succès économique atteint à travers la migration.

8Pa rapport aux recherches effectuées spécifiquement sur les migrations de retour de Boliviens, des évidences empiriques montrent que, d’une part, les déplacements des hommes et des femmes ne sont pas conditionnés par les mêmes facteurs et que, d’autre part, l’influence de la crise économique n’est pas uniforme en ce qui concerne leurs trajectoires migratoires. Lors de l’analyse des éléments qui freinent ou renforcent le retour au foyer, Jones et De la Torre (2011) signalent que le regroupement familial constitue un élément ayant une incidence sur la prise de décision. Même si les auteurs ne détaillent pas la variabilité de leur importance selon les sexes, ils reconnaissent l’existence de différences significatives. Tanja Bastia (2011) mentionne également que, bien que la conjoncture économique ait eu une influence sur les retours récents de la population bolivienne depuis l’Espagne, les taux de retour ne sont pas aussi importants qu’espéré compte tenu le contexte actuel difficile du marché du travail. La chercheuse a également trouvé chez les hommes et les femmes des motifs inégaux pour retourner, le retour associé à des obligations familiales étant plus fréquent chez ces dernières. D’autres études arrivent à des résultats similaires. Ainsi, par exemple, Sonia Parella (2013) confirme que le sexe de la personne migrante est identifié comme étant une variable influente permettant d’expliquer l’intention de retourner, selon un sondage mené en Catalogne parmi des migrants boliviens. Les données obtenues par Carmen Ledo (2014) parmi la population bolivienne ayant retourné depuis l’Espagne vont dans cette même direction : 78,6 % des femmes sont revenues pour des raisons familiales et seulement 4,9 % d’entre elles identifie l’absence d’emploi comme étant un effet détonateur du retour au foyer.

Méthodologie

9La méthodologie qualitative a été utilisée et menée grâce à la technique d’entretiens exhaustifs demi-structurés. Les interviews ont été réalisées dans les zones de Cochabamba et La Paz, lieux d’importante migration vers l’Espagne. Au total, 38 témoignages ont été recueillis en deux temps : une fois en 2010 et une autre en 2012. L’étude comporte des entretiens effectués auprès de 13 hommes et 25 femmes. Cette inégalité dans la distribution correspond au déséquilibre existant entre les sexes au sein de migrants boliviens vers l’Espagne. Le critère de sélection des personnes susceptibles d’être interviewées s’est basé sur le temps du séjour en Espagne et la réalité d’un retour dans la durée. Concrètement, les personnes interviewées ont été celles qui, ayant résidé en Espagne pendant au moins un an, étaient revenues dans leur localité d’origine pendant la période de la grande récession (c’est-à-dire, à partir de l’année 2008) avec l’intention d’y rester. Ces personnes ne sont donc pas rentrées pour cause de déportation, de vacances, de visites, ou pour d’autres motifs temporaires, et elles avaient en plus la motivation de se réinsérer dans leur communauté d’origine. Les tranches d’âge variaient entre les 30 et les 56 ans. Toutes les personnes s’étaient installées en Espagne pendant une période comprise entre 2005 et 2007. Quant à leur état civil, 21 d’entre elles étaient mariées, 6 étaient célibataires et 11 divorcées ; 31 personnes avaient au moins un enfant et 4 d’entre elles avaient fait des études universitaires.

10L’accès aux personnes interviewées s’est fait à travers des contacts obtenus par l’intermédiaire d’organisations non gouvernementales et d’associations chargées de la gestion des migrations internationales. La technique de la « boule de neige » a également été utilisée. Les entretiens ont duré entre une et trois heures et ils ont tous été enregistrés et retranscrits.

Établissement et retour de la population bolivienne en Espagne

11Les migrations de la population bolivienne vers l’Espagne constituent un phénomène relativement récent. D’ailleurs, la plupart des installations se sont déroulées à partir de l’année 2005, lors du développement d’un nouveau cycle migratoire vers l’Europe destiné principalement aux activités domestiques et des soins aux personnes pour les femmes, et au bâtiment et à l’agriculture pour les hommes. L’Espagne est alors devenue le principal destin européen pour la population bolivienne. Les données indiquent que ce flux migratoire s’est produit dans un laps de temps court. Pour l’année 2001, le registre municipal des habitants espagnol a comptabilisé seulement 6 619 habitants venus de Bolivie. En 2005, 97 497 personnes étaient enregistrées et ce chiffre a augmenté d’environ 40 000 personnes annuelles jusqu’en 2008, quand on estime à 242 496 le nombre d’habitants de nationalité bolivienne. Selon les dernières données consultées (année 2013), quelque 149 949 Boliviens résident actuellement en Espagne. Cette interruption dans le nombre de personnes est associée aux processus de retour et de ré-immigration surgis pendant l’étape de décroissance économique.

12Traditionnellement, la population bolivienne avait eu comme principaux espaces d’émigration l’Argentine, les États-Unis, le Brésil et le Chili. La crise économique de 2001 en Argentine, ainsi que la fermeture des frontières des États-Unis la même année, ont déterminé les nouvelles directions des déplacements de population. L’expansion économique espagnole, associée à l’existence de lois de migration tolérantes permettant l’entrée de flux de population, ont été deux facteurs déclencheurs de l’établissement du collectif bolivien en Espagne. Une économie en phase d’expansion –comme l’était celle de l’Espagne en 2005- a effectivement besoin de main d’œuvre. L’appel de travailleurs a d’ailleurs été si intense qu’il a même modifié les principes migratoires de la population bolivienne, ainsi que sa composition. Avec la migration à destination de l’Espagne, les flux de population bolivienne –éminemment masculins jusqu’alors- ont commencé à connaître une féminisation graduelle. Le besoin de travailleuses dans les secteurs de l’hôtellerie, du service domestique et des soins à la personne a introduit ce nouveau patron migratoire parmi les femmes boliviennes (Hinojosa, 2011).

13Un autre élément permettant d’expliquer le dynamisme de ce flux migratoire est l’exemption de visa de tourisme pour les citoyens boliviens, en vigueur en Espagne à ce moment-là. Lorsqu’en 2007 ce type de visa est devenu obligatoire, les entrées de ce collectif ont d’ailleurs considérablement diminué. Cette mesure a coïncidé très précisément avec le début de la crise économique espagnole : de ce fait, alors que le nombre de Boliviens rentrant en Espagne diminuait, les départs de population bolivienne augmentaient. Ces départs ont commencé à devenir importants en 2008, lorsqu’ils ont dépassé ceux concernant des personnes d’autres nationalités ayant plus de ressortissants résidant en Espagne (tels que l’Argentine, l’Équateur ou le Pérou).

14Pour quelles raisons les retours de Boliviens ont-ils commencé avant ceux de personnes originaires d’autres pays ? Les deux variables explicatives de base les plus mentionnées sont, d’une part, l’effet de la crise économique et, d’autre part, l’irrégularité de leur séjour (Jones, De La Torre, 2011). Pendant la période initiale de la crise (dans les années 2008-2009), un cinquième des migrants latino-américains avait déjà obtenu un permis de séjour de longue durée, alors que cela ne concernait que 6,8 % du total des Boliviens résidents (données fournies par l’annuaire statistique de l’immigration en Espagne). Aussi, quelques recherches ont mis en évidence le fait que la population bolivienne a été le collectif d’Amérique Latine résidant en Espagne le plus touché par la décroissance, et particulièrement dans le cas des hommes, car étroitement liés au secteur du bâtiment (Collectif IOÉ, 2012).

15Selon les données de l’enquête de population active espagnole de 2013, le taux de chômage des hommes boliviens était de 27,8 %, alors qu’en 2008 il se situait aux alentours de 15,7 %. En revanche, les chiffres montrent une meilleure intégration au marché de travail de la part des femmes boliviennes. Même si pendant la période de récession le taux de chômage féminin a considérablement augmenté et atteint 21 % (il était de 8,9 % en 2008), son incidence reste toujours moindre que chez leurs compatriotes masculins. La plus grande capacité de résistance des femmes boliviennes dans le marché de l’emploi s’explique par leur insertion massive dans le secteur du service domestique et des soins aux personnes. Avant la crise, 64,8 % d’entre elles effectuait cette activité ; en 2013, la concentration dans ce secteur atteint 75,6 %. Les hommes, en revanche, s’incorporèrent spécifiquement au secteur du bâtiment, là où la plus grande destruction d’emploi a eu lieu. Si en 2008, 54,5 % des hommes travaillaient dans ce secteur, ils ne sont que 11,5 % à le faire en 2013.

Les effets de la crise économique dans les migrations de retour

16Malgré l’importante chute des niveaux d’emploi masculins, l’incidence du retour chez les hommes et les femmes ne montrent pas des valeurs très différenciées. En 2013, d’ailleurs, le taux de retour masculin est de 11,8 % et le féminin de 8,7 %. En 2008, c’est-à-dire, au début de la récession, la différence entre les sexes était bien inférieure : les retours des hommes atteignaient 8 % et ceux des femmes 7 % (Statistique de variations résidentielles espagnole). Certes, la perte d’emplois chez les hommes a été drastique, mais il est cependant important de signaler que l’insertion professionnelle des femmes bolivienne a été, elle aussi, marquée par la précarité. Par exemple, le taux de temporalité chez ces femmes est de 35,3 %, alors que pour le reste des femmes d’Amérique Latine il est de 22,4 % (année 2013). De plus, même si l’emploi associé au service domestique et des soins aux personnes n’a pas diminué en chiffres nets (Martínez-Buján, 2014), les études qualitatives montrent que les conditions de travail ont empiré depuis le début de la crise. En effet, les travailleuses de ce secteur ont dû affronter d’importantes baisses de salaire et s’adapter aux demandes toujours plus importantes de leurs employeurs (Herrera, 2012 ; Baby-Collin, Cortés, 2014).

17Les deux sexes ont dû faire face à la dégradation de leurs conditions matérielles et de travail, raison pour laquelle la crise économique est citée dans tous les discours sur le retour, particulièrement chez les hommes (Yépez, Marzadro, 2014). Cependant, le travail de terrain montre que la vulnérabilité vécue en Espagne ne peut être considérée comme un facteur déclencheur du retour, étant donné que les motivations de retour se construisent surtout à partir de l’évolution des dynamiques familiales et affectives, celles-ci se déroulant habituellement indépendamment conjonctures économiques. Néanmoins, la coordination entre les obligations familiales et la précarité économique et du travail s’effectue différemment chez les hommes et les femmes. Le tableau suivant présente une classification des motifs exprimés par les personnes contactées comme étant primordiaux pour retourner. Concrètement, quatre types ont été différenciés : entreprenariat, études, précarité sociale et économique, et prise en charge.

Tableau 1. Classification des personnes interviewées selon les motifs du retour et leur sexe

Motifs

Sexe

Hommes

Femmes

Entreprenariat

3

0

Études

1

2

Precariété sociale et économique

6

0

Prise en charge

3

23

TOTAL (N=38)

13

25

Source : Tableau élaboré par l’auteur à partir du travail de terrain

18De l’observation du tableau il ressort deux facteurs qui expliquent le retour au foyer dans les discours masculins : le manque d’un emploi stable et de ressources et le désir de créer une petite entreprise dans la communauté d’origine. En revanche, les motifs qui mènent les femmes à interrompre leur projet migratoire sont fortement liés à la prise en charge de leurs enfants et parents. Concrètement, ces raisons ont été évoquées par 23 des 25 femmes interviewées. Ainsi, même si les hommes et les femmes paraissent associer leur retour avec la vie familiale, certains éléments structuraux –tels que la destruction rapide de l’emploi en Espagne ou la création d’une entreprise– ont une influence plus importante chez les hommes. Les hommes élaborent donc leur discours sur le retour au foyer à partir de leur fonction familiale, c’est-à-dire, de pourvoyeurs économiques : soit parce qu’ils ont perdu leur travail dans leur pays de destination, soit parce qu’ils ont décidé de créer une entreprise dans celui d’origine.

Lorsque j’ai eu du capital, j’ai commencé à me poser des questions sur ce que j’allais faire lorsque je reviendrais. Je ne voulais pas retourner les mains vides. Dès le début je me suis rendu compte que je n’allais pas pouvoir ouvrir une entreprise moi tout seul en Espagne, à cause de l’investissement dont j’avais besoin pour les machines. Ça s’est donc passé comme ça : j’ai mis au clair ce que je voulais faire et j’ai acheté la menuiserie. J’ai tout misé sur un containeur et je l’ai envoyé ici, à Cochabamba. J’ai tout récupéré ici (Cochabamba, José Luis, 2010).

En Espagne il n’y avait pas de travail. Dans le mois, je travaillais parfois deux fois, une semaine, deux semaines… Après c’était fini et il fallait recommencer à chercher. Les gens me disaient : “on va vous appeler”. Ils m’appelaient pour deux, trois jours, puis plus rien. Ce n’était plus comme avant, il n’y avait plus de travail en continu. […] Mon objectif était de gagner de l’argent. En avoir assez pour acheter une maison, pour créer une entreprise, pour financer les études de mes enfants, et ça, c’était fini (La Paz, Ludwin, 2012).

  • 1 Tanja Bastia (2014) signale la baisse des salaires des femmes boliviennes travailleuses dans les fo (...)

19En revanche, aucune des histories féminines enregistrées n’associe le retour à la création d’une entreprise ou aux difficultés économiques vécues dans la société d’accueil1. En effet, les femmes construisent leurs récits à partir de disfonctionnements dans la gestion de la prise en charge au sein de leurs foyers d’origine. Ainsi, leurs témoignages montrent les différentes attentes concernant les rôles qu’elles doivent assumer avec la migration. Les retours des femmes se sont produits pour la plupart parce que leurs enfants –devenus majeurs– n’avaient plus personne pour veiller sur eux ; parce que le père des enfants avait demandé leur tutelle ; parce qu’il n’était pas bien soignés ; ou encore, parce qu’ils ne supportaient plus la séparation. Pendant la migration l’organisation familiale avait dû être remaniée, ce qui exigeait une série d’accords tant au niveau économique comme au niveau de la prise en charge au sein de la famille. Lorsque cette structure préétablie a manqué aux attentes, le retour s’est imposé. Le fait que les femmes établissent un discours du retour en l’associant au bien-être de leurs enfants –alors que chez les hommes ce motif est pratiquement inexistant– démontre que la migration est, pour certaines femmes, le fruit d’un modèle de négociation hautement conflictuel qui transforme les arrangements sociaux par rapport à la distribution des tâches au sein du groupe familial.

Non. Moi, je ne suis pas revenue à cause de la crise économique. Pas du tout. C’était plutôt émotionnel. J’ai pris la décision de rentrer lorsque le père de mon enfant a essayé de me l’enlever et a demandé au juge la tutelle pour cause d’abandon. Dès que j’ai appris ça, je n’ai plus eu de doutes. Je me suis immédiatement dit : “je retourne”. J’ai fait tout ce qu’il fallait là-bas et je suis venue ensuite (Cochabamba, Inés, 2010).

20De plus, lorsque l’entreprenariat surgit chez les femmes lors du retour, il est associé aux besoins familiaux et non pas à des trajectoires professionnelles individuelles. Dans certains cas, ces investissements sont omis car la création d’entreprise n’était pas destinée à elles, mais parce qu’elles ont donné leur épargne aux pères de leurs enfants ou à leur propre progéniture en vue de cet objectif. Ainsi, par exemple, Alicia –une de nos interviewées– affirme : « Lorsque je suis revenue, mon fils m’a dit : “Maman, je sais déjà conduire”. Nous avons donc acheté une voiture. Et maintenant mon fils travaille avec la voiture. Nous avons acheté une flotte de taxis ». (Cochabamba, Alicia, 2010).

21Habituellement il s’agit d’une stratégie d’auto-entreprise destinée à assurer la survie du foyer, derrière laquelle se cache néanmoins une compensation envers les pères des enfants pour avoir pris soin d’eux pendant l’absence de la mère. C’est le cas de Cristina, qui est revenue parce que le père de son enfant –avec lequel elle ne vivait plus avant son départ– la menaçait sans cesse de lui retirer la tutelle. Elle a cependant mentionné comment par deux fois elle a aidé son mari pour pouvoir continuer à travailler tranquillement et sans problèmes à l’étranger. Une de ces fois elle lui a donné de l’argent afin qu’il créé une auto-entreprise. La création de petites entreprises peut donc être interprétée comme étant une formule destinée à négocier la mobilité internationale.

22Ainsi, bien que la migration suppose un questionnement des fonctions exercées par les femmes au sein de la famille, cette situation met également en évidence le fait que bon nombre d’entre elles tente de compenser la rupture de ces patrons hégémoniques (Vega, 2014). Les virements d’argent que Cristina a effectués au père de son enfant peuvent être considérés comme une façon de calmer le défi que la migration a supposé en termes des rôles joués par le genre.

Expériences et défis pendant l’étape de réadaptation à l’emploi dans la communauté d’origine

23La conjoncture économique et de l’emploi n’a pas facilité la permanence de la population bolivienne en Espagne. Cependant, en prenant en compte les motifs ayant déclenché la décision de retourner, il ressort que le retour ne constitue pas une stratégie destinée à faire face à cette situation de crise ou, du moins, il n’a pas été majoritairement ainsi. Tel qu’expliqué précédemment, les patrons culturels de genre, qui associent les femmes au rôle de protectrices et les hommes à celui de pourvoyeurs économiques, conditionnent les règles de la trajectoire migratoire (Hofmann, 2014). D’ailleurs, parmi les personnes interviewées il est habituel de rencontrer le sentiment que leur retour n’était pas planifié, ainsi que l’impression qu’elles sont parties avant d’avoir eu le temps d’accomplir leurs attentes. C’est, par exemple, le cas de Lucy. Elle raconte être revenue tout de suite après une situation de désarroi personnel causée par le fait de se retrouver loin de ses enfants : « Je suis revenue d’un coup. J’ai acheté mon billet, et je suis rentrée ». Son argument concernant le retour au foyer est donc très lié à l’immédiateté de circonstances précises qui ont requis sa présence dans le lieu d’origine.

C’était pour ma famille ; pour mes enfants. Je disais : “Ils sont grands”. Mais je me disais à moi-même que je ne pouvais pas rester là. Et sache qu’il ne me restait plus qu’un mois pour obtenir la résidence, car je n’avais que le permis de travail. Et ce mois-là, j’attendais la réponse. Mais je me suis dit : “Je pars, là”.

24La perception d’avoir favorisé un retour inattendu ou d’être « rentré avant que prévu » a une influence sur la forme que prend l’adaptation à leur communauté d’origine et détermine le potentiel migratoire à l’avenir. Ces idées surgissent particulièrement parmi les retours motivés par des besoins de prise en charge dans leurs foyers et ceux associés à une expérience de précarité sociale et de l’emploi en Espagne. Les retours non organisés limitent la capacité de mobilité de ressources humaines et économiques nécessaires à la réinsertion dans lieu d’origine, car dans de nombreux cas ils ne correspondent pas à un accomplissement des objectifs. Il existe généralement la tendance à considérer que le contexte dans lequel la personne revient ne s’est pas amélioré depuis le départ, ce qui fait qu’il lui soit habituellement difficile de s’intégrer professionnellement lors du retour. Lucy, d’ailleurs, a rencontré beaucoup de difficultés pour trouver un nouvel emploi dans sa région et a même considéré de migrer à nouveau dans le futur, étant donné qu’elle n’a toujours pas réussi à payer ses dettes. L’endurcissement du contrôle aux frontières espagnoles, imposé par la grande récession, a rendu impossible son retour en Espagne : « Je voulais retourner. Je suis allée à l’agence de voyages et je leur ai dit : “Je veux revenir en Espagne”, mais ils m’ont dit que je ne pouvais pas le faire car mon passeport avait été tamponné. Et je n’ai pas pu revenir à cause de ça. […] Parfois je me dis : “Je veux partir”. Là-bas j’ai deux sœurs. Elles me disent : “Viens”. Mais je n’ai pas de papiers ».

25Les investissements dans des petites entreprises permettent la survie au quotidien, mais l’épargne s’épuise rapidement, et ce jusqu’à ce que la personne réussi à s’intégrer à nouveau. « J’ai de nouveau ouvert mon magasin de quartier que j’avais dans ma zone. Là-bas tu travailles et tu gagnes, et puis tu vois ton argent. Ici, tu travailles pour vivre au jour le jour, pour manger » (La Paz, Rosario, 2012). Ce type de contexte se produit même lorsque les personnes ont atteint les objectifs espérés. En effet, l’idée qu’en Bolivie les salaires sont bas et que le travail manque est très répandue. Les personnes ayant la meilleure mobilité de l’emploi sont celles qui ont été en Espagne pour étudier ou qui sont revenues dans leurs communautés afin d’accomplir leur formation académique. C’est le cas de Ludwin (La Paz, 2012) : après son retour, il a commencé des études d’ingénieur de systèmes à l’Université ce qui lui a ouvert un éventail d’opportunités professionnelles dans le domaine de l’informatique. Au début il a fait quelques travaux de plomberie –métier qu’il avait appris en Espagne- mais les opportunités professionnelles sont vraiment venues avec la formation académique qu’il est en train de mener en Bolivie.

26Dans ce sens, il se pourrait que l’adaptation des hommes au marché se fasse plus effectivement qu’en ce qui concerne les femmes. En effet, ce sont eux qui ont effectué certaines formations liées au bâtiment et à d’autres activités voisines, actuellement très demandées en Bolivie : certaines zones du pays –où des travaux de bâtiment sont en cours– nécessitent d’une main d’œuvre qualifiée dans ces domaines. Les femmes, en revanche, reléguées aux activités domestiques et des soins à la personne au sein du marché de l’emploi espagnol n’ont pas pu effectuer des formations additionnelles qui leur auraient permis de s’adapter aux besoins du marché de l’emploi bolivien. Leurs opportunités de promotion professionnelle sont, de par ce fait, très limitées. Elles s’accordent d’ailleurs à signaler que la migration a servi à pallier des situations de pauvreté pendant une courte période de leurs vies, sans pour autant constituer un changement substantiel leur ayant permis d’améliorer leur condition sociale ou professionnelle une fois revenues dans leur pays. Dans certains cas, la migration est même été considérée comme nuisible, car le fait d’avoir occupé des postes de travail peu qualifiés en Espagne a entraîné une perte d’expérience dans d’autres activités en relation avec leur occupation en Bolivie.

C’est comme si on m’avait rayée de la carte de la Bolivie. Ils me disent : “Pour quel motif ?”. C’est-à-dire, je leur explique que j’ai voyagé en Espagne et tout ça et ils me répondent : "Euh, bon, on vous appellera”. Et puis, pas d’appel. En plus, je devrais également parler de mon âge. Disons qu’aujourd’hui ils préfèrent surtout embaucher des petites jeunes, c’est-à-dire, celles qui viennent de terminer le Lycée ou qui ont 18 ans ou plus. Comment dirais-je, c’est pour mieux pouvoir les exploiter, vous voyez ? Alors, ils disent : “mieux vaut trouver une toute neuve qui va plus nous servir”. Donc, pour l’instant, c’est comme ça. Disons que j’arrive à survivre en vendant des chaussettes dans la rue, et puis voilà. On ne gagne pas beaucoup, mais assez pour vivre au jour le jour (La Paz, Vicky, 2012).

Conclusions

27Cet article montre comment s’articulent les raisons pour retourner avec les expériences des familles dans le lieu d’origine, ainsi que les émotions et les sentiments des migrants. Il s’agit de situations qui diffèrent en fonction du genre et qui vont au-delà des conjonctures des crises économiques. Étant donné que les hommes et les femmes ont des positions, des obligations et des responsabilités inégales au sein du groupe familial, il est envisageable que leurs motivations pour retourner au foyer soient, elles aussi, différentes.

28Les résultats du travail de terrain montrent que, dans le cas des femmes, les désirs associés au retour vont au-delà des biens matériels acquis. En effet, le retour s’inscrit dans le cycle de vie familiale et des manquements surgis pendant le processus d’organisation de la prise en charge. Le retour est donc lié aux tensions qui surgissent dans les arrangements familiaux, non seulement en ce qui concerne la gestion de la vie quotidienne, mais également dans les stratégies de reproduction sociale négociées avant le départ. Chez les hommes, en revanche, deux types de retours sont prédominants. Dans les deux cas, les attentes économiques sont associées à leur rôle de pourvoyeurs dans leurs foyers d’origine. D’une part, lorsque la migration a été couronnée de succès, ils reconnaissent ouvertement que leur retour est lié à la création d’entreprises et de micro-entreprises. D’autre part, lorsque la migration n’a pas répondu à leurs attentes –en particulier à cause de la perte d’emploi–, ils retournent dans leur pays avec un « avantage économique comparatif » du fait d’être rentrés en Bolivie plutôt que de rester en Espagne.

29Cette distinction dans les émotions et les motifs qui se manifestent lors du retour a également une influence dans leur capacité pour mobiliser des ressources humaines et économiques en vue de leur réinsertion dans leur communauté d’origine. Dans l’ensemble, il existe chez les hommes et les femmes la sensation que la migration a été suffisante uniquement pour contrecarrer la situation de pauvreté et de précarité dans laquelle ils vivaient en Bolivie. Seulement dans les cas de retours associés à la création d’entreprises couronnées de succès et de ceux destinés à achever une formation académique il est possible d’entrevoir une certaine mobilité sociale ou professionnelle. Quoiqu’il en soit, l’expérience vécue en Espagne a été plus avantageuse pour les hommes, en raison de la demande de travailleurs dans le secteur du bâtiment. Pour les femmes, en revanche, la niche de marché dans le secteur des soins au sein du service domestique rend difficile leur promotion professionnelle dans leur pays d’origine.

Inicio de página

Bibliografía

BABY-COLLIN, Virginie, CORTES, Genevieve, “New trends in Bolivian migratory fields in the face of the crisis”, Revista CIDOB d’Afers Internacionals, nº 106-107, 2014, p. 61-83.

BARRAZA, Carmen, Mujeres migrantes andinas. Contexto, políticas y gestión migratoria, Andros Impresores, Santiago de Chile, 2012.

BASTIA, Tanja, “Should I stay or should I go? Return migration in times of crises”, Journal of International Development, nº 23, 2012, p. 583-595.

BASTIA, Tanja, “The reproduction of gender-based inequalities at origin and destination: a transnational study based on Bolivian migrations”, Papeles del CEIC, Vol.14 (2), nº 110, 2014.

COLECTIVO IOÉ, Impactos de la crisis sobre la población inmigrante, Madrid, OIM, 2012.

CONSTABLE, Nicole, “At home but not at home: Filipina narratives of ambivalent Returns”, Cultural Anthropology, Vol.14, nº 2, 1999, p. 203-228.

DE HAAS, Hein, FOKKEMA, Tineke, “Intra-Household conflicts in migration decisionmaking: return and pendulum migration in Morocco”, Population and Development Review, Vol.36, nº 3, 2010, p. 541-561.

GMELCH, George, “Return Migration”, Annual Review of Anthropological, nº 9, 1980, p. 135-159.

GOLDLUST, John, RICHMOND, Anthony, “A multivariate model of immigrant adaptation”, International Migration Review, Vol.8, nº 2, 1974, p. 193-225.

HANSEN, Peter, “Circumcising migration: gendering return migration among Somalilanders”, Journal of Ethnic and Migration Studies, Vol.34, nº 7, 2008, p. 1109-25.

HERRERA, Gioconda, “Starting over again? Crisis, gender and social reproduction among ecuadorian migrants in Spain”, Feminist Economics, Vol.18, nº 2, 2012, p.125-148.

HINOJOSA, Alfonso, Análisis descriptivo de las instituciones responsables de la gestión de las políticas migratorias en Bolivia, Colombia, Ecuador y Perú, Madrid, Fundación FIIAPP, 2011.

HOFMANN, Erin Trouth, “Does Gender Ideology Matter in Migration?”, International Journal of Sociology, Vol.44, nº 3, 2014, p. 23-41.

JONES, Richard, DE LA TORRE, Leonardo, “Diminished tradition of return? Transnational migration in Bolivia’s Valle Alto”, Global Networks, Vol.11, nº 2, 2011, p. 180-202.

LEDO, Carmen, “Múltiples arreglos del hogar transnacional en la ciudad de Cochabamba”, Revista CIDOB d’Afers Internationals, nº 106-107, 2014, p. 105-128.

MAHLER, Sarah, PESSAR, Patricia, “Gendered geographies of power: analyzing gender across transnational spaces”, Identities, Vol.7, nº 4, 2001, p. 441-459.

MARTÍNEZ-BUJÁN, Raquel, “¡El trabajo doméstico cuenta! Características y transformaciones del servicio doméstico en España”, Revista Migraciones, nº 36, 2014, p. 275-305.

MOROKVASIC, Mirjana, “Transnational mobility and gender: a view from post-wall Europe”, en Morokvasic-Muller, M., Erel M.U., Shinozaki, K. (eds.) Crossing borders and shifting boundaries, Opladen: Leske and Budrich, 2003, p. 101-133.

OLWIG, Karen Fog, “The ‘successful’ return: Caribbean narratives of migration, family and gender”, Journal of the Royal Anthropology Institute, nº 18, 2012, p. 828-845.

PARELLA, Sonia, “Una aproximación al estudio empírico del retorno desde una perspectiva transnacional: el caso boliviano en España”, presentado en el seminario Políticas públicas, migración familiar y retorno de la migración latinoamericana en Cataluña, Barcelona, 2013.

STARK, Oded, The Migration of Labor, Cambridge, Basil Blackwell, 1991.

TODARO, Michael P., “A model of labor migration and urban unemployment in less developed countries”, The American Economic Review, vol. 59, nº 1, 1969, p. 138-148.

VEGA, Cristina, “El retorno más allá del mito del emprendedor” presentado en el Seminario La migración de retorno en Ecuador: nuevos y viejos desafíos, Quito, 2014.

VLASE, Ionela, “My husband is a patriot!: Gender and Romanian family return migration from Italy”, Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 35, nº 5, 2013, p. 741-758.

YÉPEZ, Isabel, MARZADRO, Mirko, “Between crisis, agency and return: the vulnerability of the Bolivian migrants in Italy”, Revista CIDOB d’Afers Internacionals, nº 106-107, 2014, p. 129-149.

Inicio de página

Notas

1 Tanja Bastia (2014) signale la baisse des salaires des femmes boliviennes travailleuses dans les foyers à partir de la crise : celui-ci a baissé à trois euros de l’heure face aux huit ou neuf euros qu’elles percevaient avant.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Raquel Martínez Buján, « L’expérience du retour des migrants boliviens depuis l’Espagne : la prise de décision et la réinsertion dans leur pays d’origine à partir de la perspective de genre », Amérique Latine Histoire et Mémoire. Les Cahiers ALHIM [En línea], 31 | 2016, Publicado el 09 junio 2016, consultado el 18 diciembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/alhim/5515

Inicio de página

Autor

Raquel Martínez Buján

Université de la Corogne (Espagne)
Docteur en Sociologie et enseignante à l’Université de la Corogne (Espagne). Elle développe son activité de recherche au sein de l’équipe ESOMI (Équipe de Sociologie des Migrations Internationales, www.esomi.es). Ses champs de recherche se centrent dans les domaines suivants : « politique sociale et emploi », « sociologie du soin et de la famille » et « dynamiques de la migration latino-américaine ». Plus spécifiquement, ses projets de recherche principaux se sont focalisés sur l’analyse de la migration féminine et sur les besoins de soins à l’intérieur des familles. raquel.bujan@udc.es

Inicio de página

Derechos de autor

Licencia Creative Commons
Amérique latine Histoire et Mémoire está distribuido bajo una Licencia Creative Commons Atribución-NoComercial-SinDerivar 4.0 Internacional.

Inicio de página
  • Logo Université Paris 8 - Vincennes Saint-Denis
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals